Navigation – Plan du site
Dossier Archives de l'archéologie française à l'étranger

Valorisation de la fouille d’Aï Khanoum (Afghanistan) à l’École normale supérieure (Paris)

Valentin Noël et Nathalie Queyroux
p. 44-48

Texte intégral

1Le 17 novembre 2014, une exposition consacrée à la fouille d’Aï Khanoum en Afghanistan a été inaugurée dans la salle historique de la Bibliothèque des Lettres et sciences humaines de l’École normale supérieure de Paris (Ens). Cette manifestation, inscrite dans la célébration du cinquantenaire de la découverte du site, résulte également de l’ambition de valoriser les archives des unités de recherches associées à l’Ens, et d’un projet scientifique réunissant plusieurs partenaires rattachés à différentes entités au sein de l’établissement. Dans un premier temps, nous esquisserons le contexte historique de la fouille et de ses archives ; dans un deuxième, nous aborderons le traitement de ces archives ; dans un troisième temps, nous reviendrons sur l’exposition en elle-même.

2Le site d’Aï Khanoum est l’une des plus grandes découvertes de la seconde moitié du xxe siècle en ce qui concerne l’hellénisme oriental. Daniel Schlumberger (1904-1972), alors directeur de la Délégation archéologique française en Afghanistan (Dafa), reçoit en 1961 la photographie d’un chapiteau corinthien prise à l’occasion d’une chasse royale sur un site afghan situé au nord-est du pays, à la frontière du Tadjikistan, au confluent du Darya-i Pandj et de la Kokcha. Après avoir vu l’objet à Qunduz, il organise en 1964, avec Paul Bernard (1929-2015) et Marc Le Berre, une première mission exploratoire qui confirme très vite la découverte d’une ville grecque nommée « Aï Khanoum », du nom du petit hameau voisin. De 1965 à 1978, Paul Bernard, devenu directeur de la Dafa, fouille le site à raison d’une ou deux campagnes par an, au printemps et à l’automne. La « Grande Révolution de Saur » enclenchée par le coup d’état du Parti démocratique populaire d’Afghanistan, le 27 avril (« saur » en afghan) 1978, et l’intervention soviétique qui s’ensuit un an plus tard mettent un terme à ces recherches.

3La ville a été vraisemblablement fondée par Séleucos Ier (~355-280 av. J.-C.), le successeur d’Alexandre le Grand (356-323 av. J.-C.), dont l’empire s’étendait de Beyrouth à Lahore. Les archéologues ont été particulièrement efficaces car ils ont prouvé qu’Aï Khanoum, grecque dès son origine, l’est restée tout au long de son existence, estimée à environ 150 ans. La fouille s’est concentrée plus particulièrement sur la ville basse, qui comportait un ensemble important d’édifices ; toutefois, la ville haute a fait l’objet de sondages riches d’enseignement. Seul le dernier état est bien documenté.

4Les événements politiques ont provoqué le rapatriement de toute la documentation possible en France, à l’exception bien entendu des fragments architecturaux, sculptures et « trouvailles » (comme les appellent les archéologues) confiés au musée de Kaboul. C’est ainsi que Paul Bernard a rejoint le laboratoire d’archéologie de l’Ens, créé en 1974 et dirigé par Christian Peyre, et y a installé son équipe. Les archives de la fouille d’Aï Khanoum se trouvent actuellement dans trois lieux : l’essentiel est à l’Ens, mais celles concernant la céramique sont à Nanterre, à la Maison Archéologie & Ethnologie (Mae) René-Ginouvès, et les négatifs photographiques sont au musée Guimet. Si la découverte de ce qui fut sans doute la capitale jusqu’alors inconnue de la Bactriane orientale revêt un caractère exceptionnel, la valeur des archives archéologiques conservées est tout aussi exceptionnelle après le pillage du site et du musée de Kaboul : d’Aï Khanoum en effet, il ne reste plus rien. De nombreuses publications ont rendu compte des travaux des archéologues, mais les archives qu’ils ont collectées et rapportées, et qui comprennent les documents originaux, n’en demeurent pas moins précieuses.

5Guillaume Bonnet, directeur adjoint en Lettres de l’Ens, a exprimé en 2013 le souhait de valoriser les archives des enseignants-chercheurs et des chercheurs déposées dans les unités de recherche de l’École. Cette volonté s’est articulée à celle de Stéphane Verger, directeur du Laboratoire d’archéologie et philologie d’Orient et d’Occident (Umr 8546 - Aoroc), dont l’unité abrite de nombreux fonds. Les archives des archéo-logues étant sans conteste des archives publiques, un vaste projet de traitement pouvait alors être envisagé. Pour le moment, un état des lieux est à l’ordre du jour, avec établissement de bordereaux de versement avant que des démarches auprès des Archives nationales ne soient entreprises en bonne et due forme. Or, il manquait au sein de l’Aoroc des compétences en archivistique. C’est pourquoi Guillaume Bonnet et Stéphane Verger ont sollicité l’équipe du Centre d’archives en philosophie, histoire et édition des sciences (Ums 3610 - Caphés), associée à l’Ens depuis 2003. En effet, selon sa convention de création, cette unité de service est chargée de rassembler des fonds en histoire et philosophie des sciences, collections imprimées et fonds d’archives, et elle a par conséquent développé des compétences dans le domaine du traitement des archives. C’est ainsi que, lors de la demande de recréation du Caphés en 2013 pour 2014, et sur les instances de la direction de l’Ens, un axe nommé « Archives de la recherche à l’Ens » est venu élargir le champ d’intervention du centre documentaire : outre le traitement des fonds qu’il abrite, il est maintenant chargé d’exercer un rôle d’expertise au sein de l’École en ce qui concerne les archives des unités de recherche et d’aider à leur valorisation.

6Profitant du cinquantenaire de la fouille d’Aï Khanoum et de la présence de certains des acteurs de cette fouille à l’Ens, nous avons décidé, avec la direction de l’équipe d’Aoroc, de traiter les archives de ce site. Pour financer cette opération, l’Aoroc et le Caphés ont, en février 2014, répondu à un appel à projets scientifiques du laboratoire d’excellence (labex), dont tous deux sont membres. Les demandes de financement portaient sur plusieurs postes : du matériel de conservation, une mission Paris-Kaboul, des frais de reprographie. Le Caphés ne disposant pas des effectifs nécessaires pour traiter les archives dans les locaux d’Aoroc, la direction de l’Ens s’est engagée à financer en partie un contrat à durée déterminée pour un(e) assistant(e) ingénieur chargé(e) de ce travail.

  • 1 Il a travaillé avec Paul Bernard au sein du laboratoire d’archéologie de l’Ens et il est, dans l’éq (...)

7De mai à décembre 2014, sous la responsabilité scientifique de Guy Lecuyot (Cnrs-Aoroc)1 et la responsabilité archivistique de Nathalie Queyroux(Cnrs - Caphés), Valentin Noël a assuré le traitement du fonds d’archives, conservé dans différents lieux à l’intérieur de l’École. La majeure partie se trouvait dans l’archéo-chapelle, les documents rangés dans une armoire métallique et les plans répartis dans plusieurs meubles à plans. Le reste était logé dans des armoires entreposées dans deux caves. Une grande armoire acquise sur le budget d’Aoroc a permis de réunir l’ensemble dans l’archéo-chapelle. Ensuite, accompagnés de Guy Lecuyot et de François Ory (Cnrs - Aoroc), nous avons rencontré les archivistes de la Mae de Nanterre. Aurélie Montagne-Bôrras et Louise Corvasier nous ont fait visiter leur service et nous ont fait part de leur expérience dédiée aux archives de l’archéologie qui présentent certaines spécificités, en particulier dans la typologie des documents comme les plans ou encore dans des aspects de conservation comme les calques.

8Les archives d’Aï Khanoum ont tout d’abord fait l’objet d’un récolement complet, ce qui nous a permis de lister tout le matériel de conservation à acquérir pour le conditionnement du fonds en vue de sa conservation à long terme : boîtes en carton neutre, classeurs pour diapositives et chemises neutres, pochettes et rouleaux en polyester pour les photographies et les pellicules. Nous avons réfléchi ensuite au plan de classement. Deux options se sont présentées à nous : un plan par type de documents ou un autre dans l’ordre des chantiers. Nous avons préféré le premier au second, dans la mesure où celui-ci aurait impliqué un recours trop massif aux « fantômes » – repères remplaçant les documents classés ailleurs, dans les boîtes d’archives – et sans doute une manipulation inutile. Notre choix nous a semblé plus respectueux des documents et plus commode à l’usage. En effet, une fouille génère des documents multi-supports aux formats très divers qu’il est préférable de regrouper pour les conserver au mieux : carnets et dossiers de fouilles, plans, diapositives, photographies, fiches d’objets, etc. Les plans sont restés dans les meubles à plans, mais triés et classés, et les photocopies redondantes, souvent de mauvaise qualité, ont été éliminées.

  • 2 Description du fonds Paul Bernard, avec une petite biographie dans l’introduction sur : www.calames (...)

9Notre ambition était double : valoriser un fonds d’archives très important, mais aussi sensibiliser la communauté des archéologues à sa production d’archives et à leur devenir. Cette première expérience nous a donné l’occasion de développer les différentes étapes du traitement des archives et d’insister sur les bonnes pratiques pour les fonds à venir. Collecte, conservation, cotation, communication des documents, tous les aspects de l’archivistique ont été ainsi abordés par l’équipe lors de réunions de concertation avec son directeur, Stéphane Verger. Nous avons rappelé l’un des piliers de l’archivistique, à savoir le principe de provenance : il ne pouvait s’agir du « fonds Aï Khanoum » mais bien du « fonds Paul Bernard », qui en est le producteur en tant que directeur de la fouille. Le traitement a mis en évidence que la collecte devait être terminée pour rédiger l’inventaire du/d’un fonds, ce qui nous a incités à contacter des chercheurs qui avaient gardé des dossiers à leur domicile et nous a permis de découvrir, dans les locaux du laboratoire, un carton faisant partie du fonds oublié dans un bureau. Au terme d’une réflexion collective sur les meilleurs moyens de faire comprendre la différence entre l’ordre intellectuel du classement et l’emplacement physique des documents, nous préconisons un système de cotation simple et facilement reproductible. Ce système concerne le rangement des documents, une cote servant à en localiser un pour le communiquer alors que l’instrument de recherche le restitue dans son contexte intellectuel. Enfin, nous avons attiré l’attention sur le fait que, lorsqu’un fonds est classé, il est impératif que ce soit une personne avertie qui en assure la communication auprès des chercheurs intéressés. Les financements étaient insuffisants pour une mise en ligne de l’inventaire du fonds Paul Bernard dès 2014 mais au début de l’année 2016, à la faveur d’un nouveau contrat de Valentin Noël, nous avons été ravis d’annoncer sa publication dans le catalogue en ligne des archives et manuscrits de l’enseignement supérieur (Calames)2 piloté par l’Agence bibliographique de l’enseignement supérieur dont l’Ens est partenaire à travers son service commun de la documentation.

10Le traitement documentaire de ces données de la recherche a rendu possible leur mise en valeur sous deux formes : la conception d’une plaquette (Il y a 50 ans… 2014) commémorant le cinquantenaire de la découverte du site et l’organisation de l’exposition présentée au public en novembre 2014 dans la salle historique de la bibliothèque d’Ulm-Lettres et sciences humaines.

11La plaquette, publiée avec le soutien du labex TransferS, réunit des textes d’Henri-Paul Francfort, Frantz Grenet, Guy Lecuyot, Bertille Lyonnet, Laurianne Martinez-Sève et Claude Rapin, une riche illustration en couleur, des cartes et une bibliographie. Cette publication, remise en mains propres à son dédicataire, se voulait un hommage à Paul Bernard, hommage appuyé par une exposition, les documents de la fouille étant à présent identifiés, classés et accessibles grâce au travail des archivistes.

  • 3 Cet accrochage a été fait par Noëlle Aziz du Pôle communication de l’Ens. Qu’elle en soit ici remer (...)

12Organisée sous la responsabilité scientifique de Guy Lecuyot assisté de Valentin Noël, elle s’est déroulée en deux temps. Anticipée dès le 7 novembre 2014 par l’affichage de photographies numérisées et agrandies dans le hall d’accueil de l’Ens au 45, rue d’Ulm – vues générales de la cité d’Aï Khanoum, de certains chantiers et de détails des fouilles, installées de part et d’autre de l’escalier principal3 – elle s’est concrétisée à partir du 17 novembre dans la salle historique de la bibliothèque d’Ulm-lettres et sciences humaines (fig. 1).

Fig. 1 – Affiche de l’exposition. © Pôle Communication Ens. © Reconstitution 3D (© NHK TAISEI, image O. Ishizawa et G. Lecuyot).

13Cette salle historique reste une salle de lecture spécialisée en littérature et le dispositif qu’elle propose pour les expositions est statique : une vitrine associée à une grille, prenant place devant chaque fenêtre sur la longueur de la salle de lecture, soit onze vitrines et onze grilles. L’objectif de l’exposition étant de proposer un parcours associant les archives aux publications qui les ont exploitées, la scénographie a consisté à accrocher sur les grilles des photographies du site jumelées, si possibles, à leur restitution 3D, et à réserver pour les vitrines les archives et publications, présentées chantier par chantier de la manière suivante : le site, les fouilles, les fortifications, le palais, l’ensemble palatial, les trouvailles, le gymnase, l’habitat, le sanctuaire du temple à redans, le théâtre et enfin les archives. D’autres dispositifs complétaient l’ensemble : deux totems donnaient des informations générales sur le contexte de la fouille ; d’autres vues du site et des reproductions de restitutions 3D étaient mises en valeur sur deux meubles inclinés ; enfin, une reproduction d’un plan général de la cité et deux dessins manuscrits polychromes de chapiteaux corinthiens étaient placés dans deux grandes vitrines posées à plat sur deux autres meubles.

14Les restitutions 3D des principaux édifices de la ville d’Aï Khanoum sont le fruit d’une collaboration nouée entre Guy Lecuyot et une équipe japonaise à l’initiative de la chaîne Nhk : le producteur Masahiro Kikuchi a proposé de les créer dans le cadre de la réalisation du documentaire The illusive Alexandrias, diffusé au Japon en 2003 et, par la suite, sur plusieurs chaînes européennes. Ces images 3D ont été réalisées par Osamu Ishizawa (société Tasei) avec le logiciel 3D Studio Max. En s’appuyant sur elles et sur les photographies, l’exposition a pu rendre compte de l’importance et de la beauté du site et contrebalancer le côté « spécifique » des archives de fouilles, plus accessibles aux spécialistes qu’au grand public. Cependant, le caractère archivistique et pluri-matériel du fonds a été mis en avant par le choix des documents présentés dans chacune des vitrines.

15Ce choix a été dicté par trois exigences : la pertinence, la qualité et la multiplicité des types de documents. Tout d’abord, il a fallu évaluer quelles pièces d’archives représenteraient le mieux chaque chantier, toute typologie confondue. À la suite de ce premier tri, et notamment pour les diapositives destinées aux grilles de présentation, un contrôle qualité a été réalisé pour ne retenir qu’une vue par chantier (après numérisation et « nettoyage » en utilisant Photoshop), à associer aux restitutions 3D. Une estimation de l’état de conservation des ensembles documentaires a ensuite permis de les réduire en écartant des pièces parfois déjà fragilisées. Enfin, l’option ayant été prise d’illustrer la richesse des archives archéologiques au travers de celles d’Aï Khanoum, nous avons procédé à une dernière sélection afin de mettre en valeur toute la variété de ce fonds, formé de plans manuscrits ou de tirages sur calque ou sur papier, de carnets de notes, de cahiers de fouilles, de diapositives, de photographies, de fiches de petits objets, de restitutions 3D, de manuscrits et d’épreuves en vue d’une publication, etc.

16Ainsi a-t-on pu voir, dans la vitrine « Le site », un ensemble de photographies originales sur la vie de chantier, un plan manuscrit polychrome sur calque du site, un carnet de notes de voyage Paris-Kaboul et un guide de fouille manuscrit destiné aux stagiaires. La vitrine « Sanctuaire du temple à redans » rassemblait un cahier de fouilles avec dessins polychromes et photographies contrecollées, une coupe est-ouest manuscrite polychrome sur calque et sa mise au propre imprimée, un encrage du plan général du temple, une photographie d’une restitution 3D et une page de l’épreuve de la plaquette du cinquantenaire. Pour compléter l’information documentaire, la publication concernant chaque chantier était disposée en regard des documents qui ont permis sa mise en œuvre (fig. 2).

Fig. 2 – Vitrine « Le site ». (© G. Lecuyot).

17La dernière vitrine présentait le travail en cours au moment de l’exposition. Le traitement de l’information, la création d’un inventaire à la pièce, le reconditionnement pour une conservation optimale ainsi que la mise en ligne de l’inventaire étaient décrits sur le panneau explicatif associé. Cela a permis de sensibiliser le public au problème de la déshérence de certains fonds d’archives qui sont souvent les derniers témoins d’une richesse disparue ou sur le point de disparaître.

18Les visiteurs de cette exposition ont donc pu s’immerger aussi bien dans la cité gréco-bactrienne d’Aï Khanoum que dans le très riche monde des archives de la recherche, et plus particulièrement des archives de fouilles. Lors de l’inauguration, le succès était au rendez-vous, notamment grâce à la mobilisation des archéologues venus en nombre pour découvrir ou redécouvrir les pièces exposées, mais aussi grâce à la présence de Paul Bernard, dédicataire de l’exposition, qui a grandement participé à sa réussite par ses nombreuses explications et son témoignage sur cette fouille qu’il a dirigée. Paul Bernard nous a malheureusement quittés le 1er décembre 2015. Nous sommes particulièrement heureux et émus d’avoir pu lui rendre hommage de son vivant.

Haut de page

Bibliographie

Bernard P. 1973 à 2013. Fouilles d’Aï Khanoum, Mémoires de la délégation archéologique française en Afghanistan, t. 21, 26-31, 33-34, Paris, Klincksieck.

Bernard P. & Desparmet R. et al. 1973. Fouilles d’Aï Khanoum. I, Campagnes 1965, 1966, 1967, 1968 : rapport préliminaire, Paris, Klincksieck-De Boccard.

Bernard P. 1985. Fouilles Aï Khanoum IV. Les monnaies hors trésors, questions d’histoire gréco-bactrienne, Paris, De Boccard.

Bernard P. & Francfort H. 1978. Études de géographie historique sur la plaine d’Aï Khanoum, Afghanistan, Paris, Éditions du Cnrs.

Bernard P. et al. 1984 Fouilles d’Aï Khanoum / III.2. Le sanctuaire du temple à niches indentées : les trouvailles, Paris, De Boccard.

Gentelle P. 1978. Étude géographique d’Aï Khanoum et son irrigation depuis les temps antiques, Paris, Éditions du Cnrs.

Guillaume O. 1983. Fouilles d’Aï Khanoum II. Les propylées de la rue principale, Paris, Klincksieck-De Boccard.

Guillaume O. & Rougeulle A. 1987. Fouilles d’Aï Khanoum VII. Les petits objets, Paris, De Boccard.

Lecuyot G. 2013. Fouilles d’Aï Khanoum IX. L’habitat., Paris, De Boccard.

Leriche P. 1986. Fouilles d’Aï Khanoum V. Les remparts et les monuments associés, Paris, De Boccard.

Rapin Cl. & Lecuyot G. 1992. Fouilles d’Aï khanoum VIII. La trésorerie du palais hellénistique d’Aï Khanoum, l’apogée et la chute du royaume grec de Bactriane, Paris, De Boccard.

Veuve S., Liger J.-Cl. & Lecuyot G. 1987. Fouilles d’Aï Khanoum VI. Le gymnase : architecture, céramique, sculpture, Paris, De Boccard.

Il y a 50 ans… 2014. Il y a 50 ans… la découverte d’Aï Khanoum : 1964-1978, fouilles de la Délégation archéologique française en Afghanistan (Dafa). Paris, De Boccard.

Haut de page

Notes

1 Il a travaillé avec Paul Bernard au sein du laboratoire d’archéologie de l’Ens et il est, dans l’équipe d’Aoroc, plus spécifiquement chargé de veiller sur les archives.

2 Description du fonds Paul Bernard, avec une petite biographie dans l’introduction sur : www.calames.abes.fr/pub/ms/FileId-2035.

3 Cet accrochage a été fait par Noëlle Aziz du Pôle communication de l’Ens. Qu’elle en soit ici remerciée.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Affiche de l’exposition. © Pôle Communication Ens. © Reconstitution 3D (© NHK TAISEI, image O. Ishizawa et G. Lecuyot).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3806/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Légende Fig. 2 – Vitrine « Le site ». (© G. Lecuyot).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3806/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 667k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valentin Noël et Nathalie Queyroux, « Valorisation de la fouille d’Aï Khanoum (Afghanistan) à l’École normale supérieure (Paris) », Les nouvelles de l'archéologie, 145 | 2016, 44-48.

Référence électronique

Valentin Noël et Nathalie Queyroux, « Valorisation de la fouille d’Aï Khanoum (Afghanistan) à l’École normale supérieure (Paris) », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 145 | 2016, mis en ligne le 25 janvier 2018, consulté le 19 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/nda/3806 ; DOI : 10.4000/nda.3806

Haut de page

Auteurs

Valentin Noël

École normale supérieure (Ens), Paris Sciences et Lettres (Psl) Research University, Cnrs, Umr 8546 – Laboratoire d’archéologie et philologie d’Orient et d’Occident (Aoroc).
valentin.noel@ens.fr

Nathalie Queyroux

Ecole normale supérieure (Ens), Paris Sciences et Lettres (Psl) Research University, Cnrs, Ums) 3610, Centre d’archives en philosophie, histoire et édition des sciences (Caphés).
nathalie.queyroux@ens.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals