Navigation – Plan du site
La 3D en archéologie : histoire, enjeux et études de cas

Identifier des modes de travail du bois chez les Thuléens par la photogrammétrie et la réalité virtuelle

Rémi Méreuze et Claire Alix
p. 33-39

Texte intégral

1Les sites archéologiques du cap Espenberg sur la côte nord-ouest de l’Alaska (fig. 1) conservent les maisons d’hiver des Thuléens, une culture archéologique directement ancestrale de celle des Inuit de l’Arctique nord-américain. Ces habitations ont pour particularité d’être principalement construites en bois puis recouvertes de tourbe. Par ailleurs, le bois est omniprésent dans les ensembles archéologiques de l’Arctique occidental, au point que le Thuléen est souvent considéré comme une « culture du bois » (Oswalt 1967 : 148, Arnold 1994 : 269, Alix 2009 : 179). Autre spécificité des sites de la région, les structures sont prises dans le pergélisol, ce qui permet une préservation exceptionnelle des matières organiques et notamment des bois d’architecture.

Fig. 1 – Le site du cap Espenberg, Alaska (DAO R. Méreuze).

2Face à des charpentes vieilles d’au moins cinq cents ans et parfaitement conservées, notre ambition était d’analyser les techniques de construction et de mieux comprendre les procédés du travail du bois : de quels matériaux étaient-ils faits et quelles étaient leurs parties actives ? Pour répondre à ces interrogations sur la construction et le façonnage, nous avons développé une méthodologie associant relevés par photogrammétrie et analyse 3D.

3La question des matériaux composant les outils est fondamentale pour l’analyse du travail du bois au Thuléen car à partir des xive et xve.siècle, deux matériaux principaux sont employés pour les lames d’herminette et de couteau, la jadéite / néphrite (Stanford 1976 : 50 ; Neffe 2015 : 28) et le métal, cuivre et/ou fer (Burch 2006 : 203). L'approvisionnement en fer, présent dans le détroit de Béring dès le tournant du Ier millénaire, et son origine posent de nombreuses questions. Dans l’Arctique occidental, il vient d’Asie et est transformé par martelage à froid (McCartney 1991 : 30). Il arrive sur le littoral alaskien via le détroit de Bering en passant soit par la Yakoutie au nord, soit par la Corée et le Japon au sud (Mason 1998 : 298 ; Cooper et al. 2016). Selon l’archéologue McCartney (1991 : 28), la position géographique favorable des Thuléens - le long du littoral du détroit – leur aurait permis de contrôler les échanges à travers l’Arctique nord-américain. Mais encore faudrait-il en estimer l’importance. Quelle quantité de fer était échangée, à quelle fréquence et dans quels lieux ? Quelle était l’importance de son usage par les Thuléens du littoral alaskien, alors que les vestiges en fer sont rares, voire absents, des contextes archéologiques ? Les traces indirectes de la présence du métal, comme la largeur des fentes d’emmanchement, apportent des indices mais elles ne sont pas toujours fiables (McCartney 1986, Whitridge 1999, Gullason 2004). Une étude centrée sur les empreintes – négatifs d’enlèvements – laissées par les parties actives d’outils (lames d’herminette et de couteau) à la surface des bois peut contribuer à la discussion en apportant des données précises sur de larges ensembles de vestiges.

Le travail du bois des Thuléens. Les sites du cap Espenberg et la construction des maisons en bois

4Le cap Espenberg est caractérisé par une succession de plages dunaires contenant les vestiges de nombreux sites témoignant d’une continuité d’occupation pendant au moins 4 000 ans (Mason et al. 1997 ; Alix et al. 2015 ; Tremayne & Rasic 2016 : 353). Sur les sites KTZ-087 et KTZ-088, trois maisons fouillées en 2010-2011 et datées du xve siècle et du xviiie siècle font l’objet de notre étude (Hoffecker & Mason 2010 ; Méreuze 2015). Notre objectif à long terme est de reconstituer la chaîne opératoire complète de la construction des maisons, en identifiant les choix opérés dans la sélection des matériaux, les étapes de la réduction des bois de charpente, les techniques grâce auxquelles les éléments de structure ont été assemblés, ainsi que les modes de travail et les outils utilisés pour travailler le bois.

Le corpus du cap Espenberg

Échantillonnage des bois d’architecture

5Les corpus de bois issus des sites du cap Espenberg sont très abondants du fait de leur préservation exceptionnelle dans les niveaux gelés des trois structures (fig. 2). Cette conservation est telle que les traces de découpe dans le bois, empreintes laissées par les outils, sont parfaitement visibles et étudiables. Compte tenu des difficultés logistiques auxquelles se heurte tout travail de terrain dans cette région reculée, il n’était pas possible de collecter l’ensemble des éléments de charpente constituant chacune des maisons. Nous avons donc élaboré un protocole d’échantillonnage permettant de satisfaire les différents axes de recherche sur le bois. L’échantillonnage a porté sur :

- de petits fragments pour l’identification xylologique de chaque bois,

- de disques pour les bois conservant une information dendrochronologique,

- des parties ou extrémités portant des stigmates de travail qui ont été sciées en bloc.

6Depuis que nous avons développé la méthode d’enregistrement photogrammétrique, nous réalisons dans la mesure du possible des relevés photogrammetriques des éléments portant des stigmates de travail directement sur le terrain, lors du démontage des bois de structure.

7L’ensemble de ce mobilier a ensuite été entreposé dans les locaux de l’Université d’Alaska à Fairbanks (Uaf), et conservé dans les congélateurs de l’Alaska Quarternary Research Center (Aqc).

Fig. 2 – Préservation des structures gelées de l’Arctique (tunnel F33, © C. Alix) et visualisation des modèles virtuels d’un même échantillon de bois (© R. Méreuze).

Processus d’analyse

8L’élaboration d’une chaîne d’outils numériques a d’abord été guidée par la contrainte d’une étude de mobilier à distance de nos laboratoires parisiens. Rapidement, les avantages offerts par ces outils se sont révélés essentiels pour accélérer le relevé, systématiser la prise de mesures et analyser les états de surface de ces bois, notamment les stigmates de travail encore visibles. Une chaîne complète d’outils numériques est ainsi devenue le support privilégié pour l’analyse de ces stigmates (voir aussi Guidi et al. 2007 ; Karsten & Graeme 2010 ; Bandiera et al. 2015). L’enregistrement 3D permet de conserver un maximum d’informations, notamment la topographie des objets et donc l’ensemble des mesures de surface. Il permet enfin un retour sur le matériel et la vérification des observations sur le long terme alors que l’accès direct aux échantillons n’est plus possible.

  • 1 Bien que les logiciels libres ne soient pas toujours les plus simples à manipuler pour un utilisate (...)

9Pour limiter les investissements, nous avons opté pour la photogrammétrie, méthode de relevé 3D ne demandant qu’un minimum d’équipement : un appareil photographique et un ordinateur. De plus, nous avons exclusivement usé de logiciels libres, ce qui permettait, tout en réduisant les coûts, d’assurer la reproductibilité de la méthode par le plus grand nombre1.

Méthodologie et premiers résultats

Protocole d’enregistrement

10La création d’un volume par relevé photogrammétrique se fait en trois étapes principales :

- les prises de photographies de l’objet d’intérêt ;

- la constitution d’un nuage de points à partir du calcul de la position des clichés dans l’espace et de la comparaison des prises de vue ;

- le nettoyage du nuage de points et la création d’une surface à partir de ce nuage.

11Le protocole d’enregistrement a été organisé aussi en fonction du type d’information à enregistrer, c’est-à-dire : a) des variations topographiques dues aux impacts des outils, b) d’une précision estimée à 2 millimètres pour une lecture correcte de cette topographie. En effet, les enlèvements les moins larges mesuraient un peu moins d’un centimètre (6 mm pour le plus étroit) pour une profondeur de trois à quatre millimètres. Deux millimètres de précision étaient donc amplement suffisants pour permettre l’observation des stigmates de travail sur le modèle 3D. Puisqu’il s’agissait avant tout de les mesurer, la topographie des objets a primé sur la couleur ou la texture du matériau ou du vestige, qui étaient de moindre importance à ce niveau de l’étude.

12Une station photographique a été mise en place afin d’automatiser le processus d’enregistrement et de systématiser les prises de vue. Elle consistait en un plateau tournant placé devant un fond noir pour faire pivoter les objets devant un appareil photographique posé sur un pied. Entre 30 et 45 photographies ont été prises pour chaque échantillon, ce qui correspond à un espacement d’environ 10° entre chaque cliché, les zones du bois avec stigmates bénéficiant d’un nombre plus important de prises de vue.

  • 2 http://184.106.205.13/arcteam/ppt.php

13La création d’un nuage de points à partir des photos a été réalisée grâce à Python Photogrammetry Toolbox, logiciel développé par Pierre Moulon et Alessandro Bezzi (Moulon & Bezzi 20112). Cette étape longue, qui exige des processeurs puissants, a été réalisée grâce aux serveurs de l’Arctic Region Supercomputing Center de l’Université d’Alaska à Fairbanks.

14Dernières étapes de la création d’un modèle, le nettoyage des nuages de points, la création des surfaces et leur coloration ont été faits avec le logiciel Meshlab3 développé par le Visual Computing Lab4 de l’Institut des Sciences et Technologies de l’Information (Isti), rattaché au Centre national de la recherche italien. La qualité des modèles a simplement été contrôlée en comparant les mesures prises physiquement sur chacun des objets avec celles prises sur le modèle virtuel.

Photogrammétrie et mobilier archéologique

15À l’instar de la plupart des techniques d’acquisition 3D actuelles, la photogrammétrie conserve la forme et l’aspect des surfaces des éléments enregistrés. Il est donc important de garder à l’esprit que le modèle issu d’un traitement par photogrammétrie ne correspond qu’à l’apparence visuelle d’un objet (Linder 2009 : 3).

16Par rapport aux autres techniques de relevés, la photogrammétrie est autant soumise à l’interprétation qu’un relevé technique traditionnel fondé sur le dessin manuel. Elle est tout autant basée sur ce que voit et comprend la personne qui photo-graphie l’objet. En effet, le mode de relevé qu’elle offre n’est pas purement objectif. Par rapport à un relevé laser qui mesure des points de façon systématique, indépendamment de l’objet d’intérêt, elle est basée sur une série de prises de vue photographiques. Et, comme le soulignait Jacques Rivette (1961), la caméra n’est pas objective, elle est nécessairement guidée par l’œil de la personne qui la porte. En ce sens, un relevé photogrammétrique est déjà une certaine forme d’interprétation puisqu’il est lié à ce regard et qu’il montrera surtout ce qui a attiré l’attention du photographe. Il s’agit donc de comprendre ce que l’on désire voir sur un modèle virtuel avant de relever son « double » matériel. L’une des différences majeures du relevé photogrammétrique par rapport au relevé manuel est que, contrairement à celui-ci, ce modèle virtuel ne conserve aucune lecture analytique. Les interprétations faites lors du relevé ne sont pas a priori visibles sur le modèle virtuel. Il est donc légitime de s’interroger sur la pertinence de l’emploi de la photogrammétrie en lieu et place du traditionnel relevé technique à la main, sachant que les deux modes de relevés sont complémentaires.

17L’un des premiers arguments en faveur de l’enregistrement 3D des objets archéologiques est la souplesse offerte dans leur manipulation et leur visualisation (Vergnieux 2004 : 9). Un dessin technique est limité aux points de vue présents en deux dimensions sur le relevé et ne permet pas d’observer un objet sous tous ses angles, la succession d’images bi-dimensionnelles étant insuffisante pour se faire une représentation du volume de l’objet. La maniabilité d’observation du relevé 3D est souvent à l’origine d’une meilleure compréhension des éléments observés. La projection des données photographiques sur le volume constitue indéniablement un gain d’information par rapport aux autres types de relevés puisque l’on peut empiler ces données en 3D et ainsi obtenir une meilleure vue d’ensemble.

18Enfin, les informations liées à la topographie d’un objet, souvent difficiles à enregistrer directement à partir d’un objet physique, sont fréquemment absentes des études de mobilier (Duval 1972 : 30). La prise de mesures morphométriques d’objets irréguliers, qui correspond souvent à la majorité du mobilier archéologique, représente donc un défi majeur, alors que la manipulation des modèles permise par la 3D permet de conserver toutes ces données de façon précise et sans simplification (Ryan et al. 2014 : 494). Les objets sont ainsi observés selon leur topographie, c’est-à-dire que leur forme, leur topologie, sont mesurables et visualisables.

19En conclusion, c’est l’association des différentes techniques de relevé qui permet d’obtenir les meilleures informations ; d’une part, le dessin technique montre les interprétations et la lecture analytique du dessinateur ; d’autre part, la photogrammétrie conserve les mesures topographiques et permet la manipulation des objets sous tous leurs angles.

Analyse des stigmates de travail

20Pour notre étude technologique, nous avions surtout besoin de mesurer les surfaces des stigmates de travail et leur pendage par rapport au plan de travail. Pour délimiter ces empreintes et pouvoir proposer un type de travail et d’outil, il nous a donc fallu commencer par les observer sur l’objet matériel pour comprendre comment elles avaient été formées. Sur l’ensemble des éléments de charpentes de soutien de trois structures d’habitat (F68a, F68b et F33), la forme des stigmates laissés à la surface du bois montre que le travail a été exécuté à l’herminette, l’artisan se plaçant face à l’élément travaillé (fig. 3). Très caractéristique des enlèvements observés sur les pièces d’architecture en bois, le travail à l’herminette se matérialise par un enlèvement de matière tranchée, suivi à l’occasion par une languette d’arrachement, les deux étant issus, d’après les observations ethnographiques, d’un même -mouvement (Koch 1971). Les enlèvements (la zone où les fibres du bois ont été tranchées) sont les parties qui ont été mesurées pour cette étude car elles correspondent à l’impact de l’outil sur le bois. Les dimensions des languettes d’arrachement ne semblent pas apporter beaucoup d’informations supplémentaires quant à l’outil utilisé. De plus, elles sont souvent absentes ou très peu visibles car elles sont effacées, du fait même de la succession des enlèvements lors d’un travail à l’herminette.

Fig. 3 – Formation des enlèvements et leur cartographie : a) schéma du travail à l’herminette avec enlèvements formés par le tranchant de l’outil ; b) relevés topographiques des stigmates d’enlèvements préservés à l’extrémité de deux bois de construction (DAO R. Méreuze).

  • 5 http://paraview.org/

21La première partie de l’analyse a consisté à cartographier les stigmates de travail, grâce aux premières observations faites sur l’objet matériel mais aussi grâce aux filtres visuels permis par les logiciels de 3D, qui font ressortir les anomalies topographiques (fig. 2). Ces filtres ont d’ailleurs aussi permis de montrer l’existence de certaines surfaces d’enlèvements qui étaient trop ténues pour être différenciées de leurs voisines par une simple observation visuelle de l’objet. Cette carto-graphie des stigmates et leurs mesures ont été opérées et relevées de façon semi-automatisée grâce au logiciel Paraview5 (Henderson 2007). La délimitation des stigmates et les axes de mesures ont été indiqués manuellement, les mesures de surfaces et d’angles ont donc été directement extraites à la suite de ces manipulations. C’est ensuite la topographie de ces enlèvements – c’est-à-dire leurs surfaces ainsi que leur incidence par rapport au plan de travail –, qui a été systématiquement mesurée. Cette analyse a même permis d’extraire les profils des formes des enlèvements et d’en inférer la morphologie des lames d’outils utilisées.

Corpus étudié

22Pour tester la méthode et obtenir des mesures suffisamment claires et précises pour remplir les objectifs de l’étude, nous avons privilégié les éléments les mieux conservés, ceux sur lesquels les stigmates de travail étaient les plus visibles. Ainsi, l’étude a porté sur onze éléments conservant des marques qui permettaient de tester le protocole. Les bois d’architecture sélectionnés proviennent des tunnels d’entrée des trois maisons et les stigmates sont situés aux extrémités des pièces (tabl. 1).

Tabl.1 – Récapitulatif des échantillons et des stigmates étudiés par struture.

23• Maison F68a (xve siècle) :

- Les trois échantillons sont des extrémités des éléments verticaux, des poteaux du tunnel.

- Les surfaces d’enlèvement sont très irrégulières ; leur largeur maximale est de 4,7 cm et leur largeur moyenne de 2 cm.

24• Maison F68b (xve siècle) :

- Six échantillons ont été prélevés : il s’agit des extrémités des éléments verticaux, des poteaux du tunnel ainsi que celles de deux traverses.

- Les surfaces d’enlèvement sont très irrégulières ; leur largeur maximale est de 3,4 cm et leur largeur moyenne de 1,6 cm.

25• Maison F33 (fin xviie - début xviiie siècle) :

- Les deux échantillons sont des pièces horizontales placées transversalement au tunnel au niveau de la construction du katak (trou d’accès à la pièce principale de la maison ; voir Méreuze 2015, fig. 4).

Fig. 4 – a) Diagramme en boîte des largeurs (en cm) de stigmates par structure ; b) Diagramme de dispersion des inclinaisons et des surfaces d’enlèvement des trois structures.

- Les surfaces d’enlèvement sont très régulières ; leur largeur maximale est de 7,8 cm et leur largeur moyenne de 4,6 cm.

26D’après le nombre total de stigmates (tabl. 1), F68b est donc surreprésentée par rapport aux deux autres structures, qui présentent des échantillons statistiquement faibles et potentiellement peu représentatifs.

Premiers résultats

27L’étude de ces premiers éléments permet déjà de constater des différences entre les échantillons provenant des trois structures archéologiques. Les profils des stigmates de travail des éléments de la structure F68a sont irréguliers et atteignent une largeur maximale de 4,7 cm, ce qui donne une idée de la largeur de la lame d’herminette. Pour F68b, les stigmates ont aussi des surfaces irrégulières avec une largeur maximale de lame de 3,4 cm, légèrement inférieure à F68a. Aucune lame complète n’a été retrouvée dans F68b, mais comme pour F68a, les dimensions des empreintes dans les deux structures sont concentrées vers des valeurs basses (Fig. 4a). Ceci peut suggérer soit l’utilisation d’une lame plus petite ou moins affûtée (et qui retire moins de matière), soit une utilisation plus intensive de l’herminette, chaque nouveau stigmate de travail venant recouvrir le précédent. Cette deuxième hypothèse est aussi soutenue par les informations du tableau 1, les éléments issus de F68b sont ceux qui portent le plus de stigmates de travail alors que ces bois ont un diamètre légèrement inférieur à ceux des autres structures. De son côté, la structure F33 présente des stigmates d’enlèvement deux fois plus larges et, surtout, aux surfaces beaucoup plus régulières. Contrairement à F68a et b, les valeurs des largeurs de stigmates sont réparties beaucoup plus équitablement autour de la valeur médiane, une distribution donc différente de celle des deux structures plus anciennes et potentiellement indicative de l’utilisation de lames d’outils différentes.

28Ces premiers résultats montrent un changement évident dans les stigmates laissés à la surface des pièces de bois entre F68a et b d’un côté et F33 de l’autre. Ceci indique peut-être des modifications dans la forme de l’outil, dans son emploi, mais surtout dans la dimension et le tranchant des lames employées entre le xve siècle et le xviiie siècle, comme l’indiquent les mesures des largeurs (fig. 4a).

29Les différences qui séparent ces deux périodes sont particulièrement marquées lorsqu’on observe la mesure des surfaces et l’angle d’inclinaison de ces enlèvements (fig. 4b). Le diagramme de dispersion (fig. 4b) des corrélations entre les mesures de surfaces d’enlèvement et de leurs inclinaisons montre clairement deux concentrations, qui correspondent aux deux périodes d’occupation des trois maisons. Les points du nuage des structures F68a et F68b se confondent ce qui suggère que les deux structures présentent des enlèvements à l’inclinaison faible par rapport au plan de travail et aux surfaces relativement réduites. En revanche, les enlèvements de F33 sont très inclinés et bien plus grands. En termes de travail du bois, ces mesures indiquent que les éléments de structure de la maison F33 ont été mis en œuvre avec des outils beaucoup plus tranchants. Il est aussi possible que les emmanchements d’herminettes employées pour ces travaux aient changé au cours du temps. Les données archéologiques et -ethnographiques montrent une relative variabilité des manches, notamment dans l’angle qu’ils confèrent à la lame par rapport au reste de l’outil (Murdoch 1892 : 165-172). Ce paramètre serait donc à mettre en parallèle avec des enlèvements plus grands et plus réguliers.

30Dans les assemblages du cap Espenberg, il n’a été retrouvé aucune lame en fer ni aucune gaine d’herminette montrant une fente étroite pour l’emmanchement d’une lame en fer. En revanche, des lames ou fragments de lame d’herminette en néphrite sont présentes dans les trois structures (Neffe 2015 : 26). Les deux lames entières de jadéite retrouvées dans F68a ont une largeur de 30 à 33 cm, ce qui s’accorde avec la largeur générale des enlèvements des habitations F68a et b (Neffe 2012 : fig. 20). De leur côté, les lames d’herminette en jadéite ne sont pas complètes. En revanche une gaine d’herminette assemblée à un manche, retrouvée dans F33, indique l’emmanchement possible d’une lame de 2,7 cm sur 1 cm d’épaisseur (fig. 5). Ceci ne correspond pas aux stigmates mesurés à la surface des bois et pose la question de la variabilité des outils que les artisans de F33 ont utilisés lors de la construction de leur maison.

Fig. 5 – Gaine et manche d’herminette mises au jour dans la structure F33 (© C. Alix).

31L’étude de la topographie des stigmates de travail des éléments de charpente des maisons du xve siècle et du xviiie siècle démontre que, parallèlement à la mise au jour d’herminettes en jadéite aux deux périodes, les artisans de la maison la plus récente, F33, ont utilisé un outil plus tranchant dont la lame plus régulière était peut-être en métal, comme nous l’avions envisagé lors de la fouille. Toutefois, seule la poursuite des enregistrements et des analyses, couplée avec de l’expérimentation, confortera cette hypothèse ou au contraire la modulera, car ces écarts pourraient aussi relever de l’évolution des techni-ques de façonnage des lames d’herminette en néphrite, constatée entre les occupations du xvie siècle et d’autres plus tardives (Neffe 2015).

Les apports de la photogrammétrie aux études technologiques

32Le principal objectif de cette étude technologique était de mettre en place une méthode d’étude des stigmates de travail du bois, notamment afin de déterminer quel type d’outil avait servi à travailler les bois d’architecture des maisons du cap Espenberg, bois qui, à première vue, ne semblaient pas avoir déjà été travaillés exactement de la même façon (fig. 3).

33L’utilisation de relevés par photogrammétrie et des logiciels d’analyse 3D a permis d’étudier ces empreintes techniques avec des outils informatiques spécifiquement destinés aux analyses de topographie, que ce soit pour des études spatiales ou des pièces d’ingénierie. Les prises de mesures et leur comparaison ont pu être réalisées de façon semi-automatique sur l’ensemble des stigmates clairement visibles, ce qui, à l’avenir, pourra être appliqué à des données beaucoup plus nombreuses. Par ailleurs, grâce à l’emploi exclusif de logiciels libres, cette méthode d’étude est parfaitement reproductible.

34Les données obtenues par l’analyse 3D du mobilier architectural du cap Espenberg apportent des informations inédites et de nouvelles questions sur l’utilisation des outils liés au travail du bois, et plus largement sur les matériaux employés par les Thuléens du cap Espenberg entre le xve siècle et le xviiie siècle. Les analyses futures permettront de préciser la nature des différences observées et présentées ici. Il est très probable que les données de la structure F33 sont indicatives d’un emploi de lames en métal, alors même que ces lames sont absentes de l’assemblage archéologique.

Remerciements

35Nous remercions très sincèrement le projet du cap Espenberg dirigé par J. F. Hoffecker et O.K. Mason (NSF # 0755725), ainsi que l’Umr 8096 ArchAm et la chaire Université Paris 1 /Cnrs attribuée à C. Alix, qui ont soutenu financièrement cette recherche. Nous remercions aussi pour leur accueil et leur soutien N. Bigelow et l’Alaska Quarternary Center, ainsi que D. Koester et le département d’anthropologie de l’Uaf. Nos remerciements vont enfin à l’Alaska Supercomputing Research Center de l’Uaf qui a accepté d’héberger le projet à ses débuts et grâce auquel les premiers tests informatiques ont été réalisés.

Haut de page

Bibliographie

Alix C. 2004. « Bois flottés et archéologie de l’Arctique : contribution à la préhistoire récente du détroit de Bering », Études/Inuit/Studies 28 (1) : 109-132.

— 2009. « Persistence and change in Thule wood use », The Northern World AD, 900-1400 : 179-205.

Alix C., Mason O. K., Bigelow N. H., Anderson S. L., Rasic J., Hoffecker J. F. 2015. « Archéologie du cap Espenberg ou la question du Birnirk et de l’origine du Thulé dans le nord-ouest de l’Alaska », Les Nouvelles de l’archéologie, 141 : 13-19.

Arnold C. 1994. « The Importance of Wood in the Early Thule Culture of the Western Canadian Arctic », in : D.A. Morrison, D.A. & J.-L. Pilon, Threads of Arctic Prehistory: Papers in honour of William E. Taylor, Jr., Mercury Series, 149, Canadian Museum of Civilization, Hull : 269-279.

Bandiera A., Alfonso C. & Auriemma R. 2015. « Active and Passive 3D Imaging Technologies Applied to Waterlogged Wooden Artifacts from Shipwrecks », The International Archives of Photogrammetry, Remote Sensing and Spatial Information Sciences, 40 (5), 15.

Burch E. S. 2006. Social Life in Northwest Alaska: The Structure of Iñupiaq Eskimo Nations. University of Alaska Press.

Duval P. M. 1972. « Relevés photogrammétriques d’objets archéologiques », Gallia, 30 (2) : 259-273.

Guidi G., Beraldin J. A., Atzeni C. 2007. « Wood artworks dimensional monitoring through high-resolution 3D cameras », Electronic, International Society for Optics and Photonics : 15-23.

Gullason L. 2004. « Canadian Arctic Historical Archaeology », Revista de Arqueología Americana, 23 : 7-93.

Henderson A. 2007. ParaView Guide. A Parallel Visualization Application. Kitware Inc.

Hoffecker J. F. & Mason O. K. 2010. Human Response to Climate Change at Cape Espenberg: AD 800–1400. Field Investigations at Cape Espenberg, Annual report to the National Park Service, US Department of the Interior.

Karsten A. & Graeme E. 2010. « HMS Stirling Castle, Kent: The Stirling Castle Wood Recording Project: a pilot study to compare traditional and innovative recording techniques for waterlogged wood : archaeological conservation report », English Heritage Research Reports, 65-2010 : 1-40.

Koch G. 1971. Melanesier (Santa Cruz-Inseln, Riff-Inseln): Herstellen eines Bogens, IWF, Göttingen, film n. et bl., 13 min.

Linder W. 2009. Digital photogrammetry, Berlin-Heidelberg, Springer.

Mason O. K. 1998. « The Contest Between the Ipiutak, Old Bering Sea, and Birnirk Polities and the Origin of Whaling During the First Millennium A.D. Along Bering Strait », Journal of Anthropological Archaeology, 17 (3) : 240-325.

Mason O. K., Hopkins D. M. & Plug L. 1997. « Chronology and paleoclimate of storm-induced erosion and episodic dune growth across Cape Espenberg Spit, Alaska, USA », Journal of Coastal Research, 13 (3) : 770-797.

McCartney A. P. 1986. « Late Prehistoric Metal Use in the New World Arctic », in : R. D. Shaw, R. K. Harritt & D. E. Dumond (dir.), The Late Prehistoric Development of Alaska’s Native People, Alaska Anthropological Association : 57-79.

— 1991. « Canadian Arctic trade metal: Reflections of prehistoric to historic social networks », Masca research papers in science and archaeology, 8 (2) : 26-43.

Méreuze R. 2015. « La construction de la maison 33 du cap Espenberg (nord-ouest de l’Alaska) au xviiie siècle », Les Nouvelles de l’archéologie 141 : 19-25.

Moulon P. & Bezzi A. 2011. « Python Photogrammetry Toolbox: A Free Solution for Three-Dimensional Documentation », ArcheoFoss.

Murdoch J. 1892. Ethnological results of the Point Barrow expedition, Washington, D.C., US Government Printing Office.

Neffe A. 2012. « L’ambre et la néphrite dans les occupations thuléennes du Cap Espenberg (900 – 1800 AD), au nord-ouest de l’Alaska », Mémoire de Master 2, Université Paris 1 Panthéon – Sorbonne.

— 2015. « Faisons parler les pierres. Le jade de la préhistoire récente de l’Alaska », Les Nouvelles de l’archéologie, 141 : 25-31.

Oswalt W. H. 1967. Alaskan Eskimos, San Francisco, Chandler Publishing Company.

Rivette J. 1961. « De l’abjection », Les cahiers du cinéma, 120 : 54-55.

Ryan K., Betts M. W., Oliver-Lloyd V., ClementN., Schlader R., Young J., Gardiner M. 2014. « Identification of a Pre-contact Polar Bear Victim at Native Point, Southampton Island, Nunavut, Using 3D Technology and a Virtual Zooarchaeology Collection », Arctic, 67 (4) : 493-510.

Stanford D. J. 1976. The Walakpa Site, Alaska, Its Place in The Birnirk and Thule Cultures, Smithsonian Contributions to Anthropology, 20, Washington, D.C., Smithsonian Institution Press.

Tremayne A. H. & Rasic J. T. 2016. « The Denbigh Flint Complex of Northern Alaska », in : T. M. Friesen & O. K. Mason (dir.), The Oxford Handbook of the Prehistoric Arctic. Oxford University Press : 349-370.

Vergnieux P. 2004. « Réalité virtuelle : un outil pour l’archéologie », in : R. Vergnieux & C. Delevoie (dir.), Actes du colloque Virtual Retrospect 2003. Bordeaux, Ausonius : 13-16.

Whitridge P. J. 1999. The construction of social difference in a prehistoric Inuit whaling community, Thèse de doctorat, Arizona State University.

Haut de page

Notes

1 Bien que les logiciels libres ne soient pas toujours les plus simples à manipuler pour un utilisateur peu aguerri en informatique, ils ont l’avantage d’être accessibles sans contribution financière et sur presque tous les environnements informatiques. De plus, les communautés d’utilisateurs sont en pleine croissance, ce qui facilite le partage et la transmission des méthodologies liées à ces logiciels et des possibilités d’analyses qu’ils offrent, ainsi que des connaissances auxquelles ils permettent d’aboutir, un principe souvent absent des logiciels propriétaires.

2 http://184.106.205.13/arcteam/ppt.php

3 http://meshlab.sourceforge.net/

4 Laboratoire de Visualisation par Ordinateur.

5 http://paraview.org/

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Le site du cap Espenberg, Alaska (DAO R. Méreuze).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3834/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 2 – Préservation des structures gelées de l’Arctique (tunnel F33, © C. Alix) et visualisation des modèles virtuels d’un même échantillon de bois (© R. Méreuze).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3834/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende Fig. 3 – Formation des enlèvements et leur cartographie : a) schéma du travail à l’herminette avec enlèvements formés par le tranchant de l’outil ; b) relevés topographiques des stigmates d’enlèvements préservés à l’extrémité de deux bois de construction (DAO R. Méreuze).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3834/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende Tabl.1 – Récapitulatif des échantillons et des stigmates étudiés par struture.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3834/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 4 – a) Diagramme en boîte des largeurs (en cm) de stigmates par structure ; b) Diagramme de dispersion des inclinaisons et des surfaces d’enlèvement des trois structures.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3834/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 5 – Gaine et manche d’herminette mises au jour dans la structure F33 (© C. Alix).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3834/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rémi Méreuze et Claire Alix, « Identifier des modes de travail du bois chez les Thuléens par la photogrammétrie et la réalité virtuelle », Les nouvelles de l'archéologie, 146 | 2016, 33-39.

Référence électronique

Rémi Méreuze et Claire Alix, « Identifier des modes de travail du bois chez les Thuléens par la photogrammétrie et la réalité virtuelle », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 146 | 2016, mis en ligne le 09 février 2018, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/nda/3834 ; DOI : 10.4000/nda.3834

Haut de page

Auteurs

Rémi Méreuze

Université Paris 1 Panthéon – Sorbonne, Umr 8096 Archéologie des Amériques (ArchAm), Maison Archéologie & Ethnologie René-Ginouvès, Nanterre.

remi.mereuze@univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Claire Alix

Université Paris 1 Panthéon – Sorbonne, Umr 8096 Archéologie des Amériques (ArchAm), Maison Archéologie & Ethnologie René-Ginouvès, Nanterre.

claire.alix@univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals