Navigation – Plan du site
Présentation des structures en sciences humaines et sociales

Présentation d’Archéovision

Jean-François Bernard
p. 40-41

Texte intégral

1Archéovision (Ums 3657) est adossé aux universités de Bordeaux et Bordeaux-Montaigne. L’unité a pour mission le développement de l’imagerie de haute technologie dans le domaine de la recherche en sciences humaines et sociales (Shs). Archéovision a été précurseur en créant dès 1990 les premiers modèles 3D au service de l’archéologie et du patrimoine (Karnak). Notre laboratoire poursuit ses travaux sur ce thème et coordonne aujourd’hui le consortium national 3D mis en place par la très grande infrastructure de recherche (Tgir) Huma-Num (2014-2017). Archéovision dispose d’une cellule de transfert baptisée Archeotransfert, forte de spécialistes de modélisation 3D et d’infographie, qui prend en charge la production.

2Archéovision maîtrise l’ensemble des maillons de la chaine de production, qui part de l’enregistrement des données de terrain (photogrammétrie, lasergrammétrie) et aboutit à la transmission des résultats vers différents publics (chercheurs, enseignants, médiateurs, élèves du primaire ou du secondaire…). Notre expertise porte tout particulièrement sur la restitution des vestiges (reconstruction théorique d’objets partiellement ou totalement disparus ) et la mise en forme des hypothèses.

Un outil de recherche

3Longtemps, l’image 3D a été considérée comme une sorte de révolution graphique permettant d’illustrer de manière innovante et spectaculaire les résultats d’une recherche. Cette conception restrictive a fait son temps. Moyens et méthodes trouvent désormais leur place dans la panoplie des outils de transcription et d’analyse des sources. Ils permettent de mettre en forme des propositions inédites et d’explorer de nouveaux espaces de recherche. Enfin, l’usage d’un langage visuel qui rend compte des caractéristiques de l’espace matériel sans avoir recours à une codification hermétique favorise les approches pluridisciplinaires.

4L’appropriation par les communautés SHS des outils 3D s’avère plus complexe que celle des logiciels d’images 2D. La méthode mise au point par Archéovision permet d’affiner la transcription graphique des hypothèses au rythme d’un dialogue établi entre spécialistes issus d’horizons différents (archéologues, historiens, architectes...) et producteurs d’imagerie 3D. L’importance accordée à la mise en place de cette méthodo-logie s’oppose à la tentation de produire des curiosités technologiques éphémères, qui peuvent occasionnellement servir à faire connaître les recherches au grand public mais les font rarement progresser.

5Pour inscrire la 3D dans l’outillage du chercheur Shs, et tout particulièrement s’il est spécialiste d’histoire ancienne ou de patrimoine, il faut également être en mesure de garantir la pérennité de la documentation produite. Les modèles 3D que nous élaborons sont le résultat de longues recherches, souvent menées sur le terrain pendant des décennies et parfois relatives à des objets devenus inaccessibles. Il est essentiel que la somme de données contenues dans le modèle 3D, qui constitue l’état des lieux d’une recherche à un instant donné, puisse être conservée au même titre que toute documentation de travail ou publication de résultat. C’est pourquoi Archéovision déposera en 2016 la première archive de modèle 3D au Cines (Centre informatique national de l’enseignement supérieur), en collaboration avec Huma-Num. La forme de ce premier dépôt (format, métadonnées...) sera ensuite précisée au sein du consortium 3D.

Anciennes images, nouveaux usages

6L’étude des monuments et des civilisations anciennes telle qu’elle est aujourd’hui pratiquée est issue d’une tradition longue de plusieurs siècles. Il en résulte une documentation à la fois abondante et savante, qui varie au rythme de contraintes liées aux techniques de dessin et de reproduction comme à la nécessité d’inventer des codes particuliers pour reproduire sur le papier les trois dimensions d’objets existants ou supposés, selon des hypothèses plus ou moins fragiles.

7L’approche heuristique est au cœur du travail d’Archéovision, qui considère la documentation 3D conjointement en tant que produit innovant et prolongement d’une longue tradition. La question qui se pose à nous est bien de savoir comment s’inscrivent nos nouvelles images – qui, en réalité, sont de moins en moins des images et deviennent des objets numériques aux contours indéfinis –, dans cette réflexion qui, dans le domaine qui nous intéresse, est apparue durant la Renaissance italienne. L’image, en tant que langage, est un axe important des recherches menées par Archéovision.

Une documentation protéiforme

8Archéovision travaille également sur le thème de la polyvalence des objets numériques produits dans le cadre de projets de recherche. Le modèle 3D créé dans un tel contexte est un objet qui peut être potentiellement réutilisé dans d’autres domaines. Au prix d’une série de transformations plus ou moins importantes, il peut se prêter à d’autres usages, profiter à d’autres communautés de chercheurs, favoriser la transmission des savoirs. C’est un des axes de recherche d’Archéo-vision, traité dans le cadre de diverses collaborations avec des laboratoires de l’Ins2i (Cnrs – Institut national des sciences de l’information et de leurs interactions), les collectivités territoriales, les musées, les enseignants, les médiateurs culturels, les start-ups.

9Dans cet esprit, la base de données Archéogrid, conçue il y a quinze ans comme un outil de stockage et de consultation de données réunies et mises en forme dans le cadre de programmes de recherche, poursuit ainsi sa mutation pour s’adapter à de nouveaux usages et aux enjeux de la mise en réseau et du partage du savoir.

Fig. 1 – Restitution des thermes de Chassenon (Archéovision / Archéotransfert, 2016).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Restitution des thermes de Chassenon (Archéovision / Archéotransfert, 2016).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3835/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Bernard, « Présentation d’Archéovision », Les nouvelles de l'archéologie, 146 | 2016, 40-41.

Référence électronique

Jean-François Bernard, « Présentation d’Archéovision », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 146 | 2016, mis en ligne le 01 février 2018, consulté le 16 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/nda/3835 ; DOI : 10.4000/nda.3835

Haut de page

Auteur

Jean-François Bernard

Directeur d'Archéovision, Ums 3657, Cnrs, Université de Bordeaux, Université Bordeaux-Montaigne

Directeur scientifique d'Archéotransfert,Archéopôle d'Aquitaine, Pessac.

jean-francois.bernard@u-bordeaux-montaigne.fr

http://archeovision.cnrs.fr/

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals