Navigation – Plan du site
Actualités scientifiques

L’archéologie mondiale à l’heure du Japon. Compte rendu du 8e World Archaeology Congress à Kyōto (28/08-2/09/2016)

Nathan Schlanger, Jean-Paul Demoule, Lamys Hachem, Laurent Nespoulous, Olivier Weller et Nicolas Zorzin
p. 49-54

Texte intégral

Un WAC plutôt zen

1Aux dires des connaisseurs, c’était le plus serein et posé des WAC, dépourvu de ces déchirements hystériques et autres polémiques houleuses dont se nourrit d’ordinaire le petit monde de l’archéologie mondiale. Personne en tout cas n’en est venu aux mains lors de l’assemblée générale du congrès, comme ce fut presque le cas au WAC de New Delhi en 1994, et les déclarations débattues se sont avérées bien plus consensuelles que prévu : protection des données personnelles en anthropologie physique, charte de bonne gestion et de communication des données archéologiques en général, demande d’inclusion des « post-doc » et « personnes handicapées » dans les catégories éligibles à des bourses de voyage WAC (propositions rejetées par l’assemblée), condamnation de la répression des universitaires et des chercheurs par les autorités turques après l’échec du coup d’état de juillet 2016, et, enfin, un appel plutôt sincère (soit-il entendu !) à la bonne résolution du conflit israélo-palestinien, avec toute l’aide possible de l’archéologie et du patrimoine.

2C’est pourtant à l’issue d’une controverse particulièrement acharnée, on s’en souvient, qu’est né le World Archaeology Congress. L’Union internationale des sciences pré et protohistoriques (Uispp), lointaine héritière des congrès internationaux du xixe siècle, s’apprêtait à se réunir à Southampton en 1986 lorsque la municipalité-hôte décida soudain de conditionner son soutien financier au congrès à la non-participation de chercheurs sud-africains. Au nom de la liberté académique et de la neutralité proclamée de la science (sans omettre le constat que les collègues sud-africains visés, tout blancs soient-ils, s’opposaient pour l’essentiel, même tacitement, au régime raciste), l’Uispp ne céda pas au diktat et alla tenir son congrès ailleurs. En revanche, de nombreux universitaires et archéologues, militant de près ou de loin contre l’apartheid et les injustices en général, profitèrent de l’occasion (et de locaux déjà disponibles) pour faire scission et créer le WAC, une association internationale à but non lucratif (voir, sur cette histoire retentissante, Ucko 1987 et Gero 1999). Bien évidemment, des questions d’actualité concernant « la socio-politique du passé » occupèrent d’emblée l’agenda de cette nouvelle organisation mondiale, qui se réunit depuis à peu près tous les quatre ans : en 1990 à Barquisimeto (Venezuela) ; en 1994 à New Delhi (Inde) ; en 1999 au Cap (Afrique du Sud) ; en 2003 à Washington D. C. (États-Unis) ; en 2008 à Dublin (Irlande) ; en 2013 sur les rives de la mer Morte, en Jordanie. À chaque occasion, des centaines ou même des milliers de délégués (plus de 1500 à Kyōto, provenant de 80 pays, et près de 500 Japonais), archéologues professionnels, universitaires, gestionnaires du patrimoine, mais aussi des stakeholders, parties intéressées et autres représentants de communautés diverses et variées à travers la planète, se rassemblent pour débattre des archéologies indigènes, du post-colonialisme et des droits des minorités, de l’impérialisme et du capitalisme, de l’éthique professionnelle, de l’archéo-logie du genre, des archéologies publiques, des communautés locales, du postmodernisme et autres multi-vocalismes.

3Nombre de ces préoccupations étaient bien sûr à l’ordre du jour du huitième WAC en date, qui vient de se tenir à Kyōto (Japon) du 28 août au 2 septembre 2016 (cfwww.wac8.org). Cependant, si ce congrès était nettement plus apaisé que les précédents, c’est en premier lieu parce que, durant les trente ans qui viennent de s’écouler, les enjeux socio-politiques et idéologiques de l’archéologie sont devenus désormais incontournables, plus que galvanisants. Il est de nos jours plutôt anodin (mais pas pour autant dépourvu de conséquences) de reconnaître que la science est un système de valeurs rattaché à des intérêts sociaux, idéologiques et économiques identifiables, et que l’accès de tous au savoir et au patrimoine reste encore un desideratum. Alors que la complexité des enjeux semble mieux prise en compte, les visions manichéennes faciles s’estompent face aux réalités politiques et historiques contemporaines – la chute du mur de Berlin, l’essor et la contestation de l’économie néo-libérale, les migrations du Sud vers le Nord, les rapports entre identité et patrimonialisation, ou encore les nouvelles formes d’extrémisme et de terrorisme, notamment culturel, pratiquées au Proche-Orient et ailleurs. À propos de fondamentalisme, et dans un tout autre registre, on peut aussi ajouter que nos collègues champions des sciences positives ont compris entre-temps qu’une dose de réflexivité et de sens critique n’est pas nécessairement nocive ou avilissante. Quant à ceux d’entre nous qui se réclament du postprocessualisme ou du post-modernisme, ils semblent avoir intégré l’importance, pour leur propre discours, d’un substrat de faits scientifiquement établis et méthodiquement présentés.

4Question de générations donc, de maturité, mais aussi de diversité de lieux et de traditions de recherche. Notre monde mondialisé, avec son monolinguisme contraint et souvent approximatif (le président du WAC, Koji Mizoguchi, le soulignait avec mordant dans son discours d’ouverture : « soyez assurés que certains de mes collègues ont une pensée bien plus riche et subtile que ne le laisserait croire leur expression en global english ») est parfois – et fort heureusement – confronté à des résistances et des caractéristiques locales. D’une part, le congrès de Kyōto fut le seul (mis à part le WAC 2 au Venezuela), à ne s’être pas tenu dans une terre d’expression anglo-saxonne ayant fait partie de l’empire britannique devenu Commonwealth : a pu ainsi être évité, ou tout au moins atténué, un certain penchant pour le mea culpa inclusif et le néolibéralisme moralisateur. D’autre part, et de façon bien plus intéressante, l’ordre du jour scientifique et culturel du congrès était en grande partie imprimé par le pays hôte, le Japon. Aux côtés de thématiques plus « classiques » (pour le WAC, s’entend), il faut à cet égard souligner – nous y reviendrons à plusieurs reprises – des sujets particulièrement proches des préoccupations de l’archéologie japonaise, ou en tout cas conçus et formulés dans sa perspective singulière.

5Un dépouillement statistique rapide des sessions présentées au WAC 8 confirme cette impression. Seul un sixième (17 %) était consacré aux thèmes « postmodernes » traditionnels des congrès précédents, touchant à l’éthique, aux relations entre archéologie et politique ou entre archéologie et colonialisme. Un cinquième (20 %) traitait de la diffusion auprès du public, un domaine dans lequel le Japon, avec ses musées de plein air, ses reconstitutions et ses émissions de télévision, est sans doute parmi les plus avancés au monde, ce qui est cohérent avec ses efforts en archéologie préventive, même si celle-ci est depuis peu en déclin (voir plus loin). Près de la moitié des approches méthodologiques (soit 24 % des communications) portaient sur l’environnement, 20 % seulement présentaient des études de matériaux, 15 % traitaient d’anthropologie physique, et 10 % concernaient le traitement informatisé des données. Enfin, les communications strictement archéologiques, au sens traditionnel, représentaient près de 40 % de l’ensemble, ce qui, comme nous l’avons suggéré, indique un certain « retour aux données » après la génération « post-processuelle » des décennies précédentes.

Une diversité de sessions

6Voici plus de détails (ni exhaustifs, ni nécessairement représentatifs) sur quelques sessions qui ont attiré notre attention ou auxquelles nous avons participé.

7Une session intégrée dans le thème War and conflicts avait pour titre Contesting Area C: Archaeology in the West Bank, Occupied Palestinian Territories. Les communications tournaient autour de la manière dont la division administrative des territoires palestiniens en trois aires (A, B et C), actée lors des accords d’Oslo, engendrait des problèmes importants. Ainsi, la complexité politique et administrative de la Cisjordanie (zone C) fait de cette région une cible privilégiée pour les fouilles clandestines et la revente d’antiquités par les habitants. Motivées par la pauvreté et les besoins de subsistance, ces activités illicites commanditées par des réseaux criminels internationaux détruisent le passé palestinien en l’effaçant littéralement. Les archéologues pourraient avoir un rôle pédagogique déterminant pour prévenir ces pillages, s’ils étaient en mesure de promouvoir une valorisation économique de ce patrimoine. Autre exemple traité, celui de l’Administration civile israélienne qui néglige, voire autorise la destruction de sites archéologiques ou patrimoniaux exclus de la vision stratégique du gouvernement israélien d’un État-nation, ou à l’inverse infléchit le tracé du mur de séparation en construction pour y inclure les sites que celui-ci juge intéressants. Le dialogue entre les archéologues palestiniens et israéliens est par ailleurs découragé, ceux qui essayent de construire des liens pour un dialogue ouvert en vue d’une collaboration scientifique autour de l’héritage des deux peuples subissant souvent des pressions.

8Tout aussi intéressante était la session Bones and Society: Integrating Zooarchaeology and Social Archaeology, dans le cadre du thème Science and Archaeology. L’analyse des structures sociales des populations étudiées constitue un domaine pointu de l’archéozoologie. Cette session au large champ chrono-logique et spatial abordait, selon des angles d’études très variés, l’économie de subsistance aussi bien que la gestion des ressources animales, ou encore les rituels, les symboles et l’iconographie. Des chercheurs canadiens ayant fouillé un site huron se sont ainsi demandé comment et pourquoi, au moment de la colonisation du sud de l’Ontario par les Français au xviie siècle, un changement drastique s’était opéré dans les traditions d’acquisition de la nourriture : alors qu’on observe, avant la colonisation, une forte proportion de cerfs et de poissons, ce sont les lapins et les petits mammifères qui prédominent ensuite. L’interprétation proposée porte sur la redistribution des rôles dans la division sexuelle des tâches, en raison de l’impact des maladies introduites par les Européens auprès des communautés indigènes (décès de 70 % de la population), passées d’une chasse dangereuse à une chasse passive. Les hommes qui dirigeaient les chasses collectives aux cerfs et la pêche aux saumons sauvages n’étant plus là pour organiser l’acquisition des ressources et nourrir la population, les femmes se seraient mises à chasser les petits animaux à fourrure pour approvisionner la communauté et lui éviter la famine.

9Bien que très anglo-saxonne et inégale dans ses présentations, la session Showing Better Archaeology, Doing Better Archaeology, organisée par l’Université de York (Grande-Bretagne), illustrait bien la diversité des publics et des médias (jeux vidéo, émissions de téléréalité, documentaires télé, forum internet…), mais également le savoir-faire japonais en la matière. Commençons par cette série anglaise, 10 000 BC, émission de téléréalité où des candidats perdus au fin fond d’une forêt bulgare s’essaient au mode de vie mésolithique, à l’instar de la série française Retour vers le Néolithique, diffusée sur France 3 en 2003. De cet « utter boring nonsense » (absurdité totale), les scientifiques pouvaient tirer quelques enseignements : voir vivre et expérimenter les techniques mésolithiques déplace l’attention des outils de pierre taillée vers les matériaux organiques qu’ils permettaient de travailler et, plus encore, vers l’importance des relations sociales au sein du groupe. Tout en incitant à recontextualiser les traces, les outils et les comportements humains, l’émission a ainsi montré l’extrême rapidité avec laquelle la malnutrition entrave les tâches les plus simples : l’échec d’une activité individuelle a une incidence psychologique considérable sur le groupe entier, ce qui tranche avec le caractère individualiste de la société contemporaine. Enfin, 10 000 BC a également souligné la prédominance de la cueillette, bien plus efficace et beaucoup moins risquée que la chasse, mais néanmoins fondée sur une très bonne connaissance de l’environnement.

10D’autres présentations se sont intéressées aux relations entre archéologie et jeux vidéo ou séries télévisées, se penchant notamment sur l’évolution des représentations féminines d’archéologues (dont bien sûr la célèbre Lara Croft), ou encore analysant sous l’angle sociologique la présence des archéologues dans les productions documentaires anglaises. Côté internet, une étude des forums utilisés par les utilisateurs de détecteurs de métaux a essayé de comprendre le point de vue des inventeurs-détectoristes ruminant contre les « archéos » qui monopolisent les sites et les lauriers, la violence de leur animosité réciproque rappelant celle de la lutte des classes. À l’opposé, d’autres jettent des ponts entre amateurs et professionnels pour proposer des solutions innovantes face aux destructions de sites. Alors que les sessions parallèles sur le futur du patrimoine archéologique syrien s’embourbaient dans les lamentations, l’équipe d’Archeogaming de l’Université de Leyde (Pays-Bas) organisait un concours public de reconstruction de la ville de Palmyre en utilisant le jeu Minecraft. À partir de photos du site avant sa destruction, les participants, professionnels ou non, étaient invités à le reconstruire en une heure. Sans surprise, les joueurs chevronnés ont rapidement bouclé la reconstruction, alors que les archéologues peinaient à comprendre les commandes…

11Mais la palme de la meilleure présentation revient sans aucun doute à Ken Takahashi (Yokohama History Museum). Docteur spécialisé dans la période Jōmon, mais aussi ancien artiste de rue, il utilise une technique de médiation tout à fait originale : à l’aide de simples accessoires, il mime les différents types de dogū, ces statuettes en terre cuite Jōmon. Équipé de ballons en forme de cœur, de masques et autres déguisements, et adoptant bien sûr des positions corporelles grotesques (www.youtube.com/watch?v=bWqZXzFiQk4), ce « dogū mime » est une performance archéologique hilarante mais aussi inspirante.

L’archéologie au Japon

12On l’a vu : au WAC 8, la dimension japonaise transparaît clairement, même lors de sessions classiques ou « globales ». Aux côtés de la passion locale pour la médiation sous toutes ses formes – aux performances s’ajoutent des mangas aux thèmes archéologiques ou des biscuits en forme de tessons de céramique –, il faut reconnaître que l’archéologie nippone a une histoire et une manière d’être assez remarquables, qui méritent d’être soulignées. Cela vaut en particulier pour l’archéologie préventive qui a fait l’objet de plusieurs présentations au WAC, essentiellement dans le cadre du thème Archaeology and development. Des perspectives historiques et comparatives plus larges ont notamment été proposées dans la session Archaeology and sustainable heritage management under pressure in developed economies: from mitigation to valorisation, organisée par Y. Negita, J.-P. Demoule et L. Nespoulous.

13L’archéologie préventive au Japon est née des scandales des années 1950, sous la pelle mécanique des aménageurs. Un jalon de cette histoire est le « mouvement du peuple » d’inspiration marxiste, dont l’engagement le plus connu eut lieu en 1953 sur le kofun de Tsukinowa, fouillé par Kondō Yoshirō en étroite collaboration avec 10 000 habitants de la région d’Okayama. Plus récemment (1992), près de la ville d’Aomori, au nord de l’île de Honshū, un autre mouvement de résistance s’est opposé à la destruction du site Jōmon de Sannai-Maruyama, menacé par l’aménagement d’un stade de baseball (Sahara 2008 ; Inada 2008, Okada 2008). Les raisons données pour justifier cette résistance méritent d’être rappelées : « défendre et préserver l’intégrité et la signification des vestiges archéologiques, l’identité et la dignité des communautés (en particulier rurales et/ou marginalisées), le respect des aînés, la continuité des modes de vie, les paysages et les traditions des populations locales, et éventuellement créer des emplois localement et/ou générer des fonds propres ».

14Des années 1950 aux années 1970, l’archéologie et le patrimoine archéologique ont servi une rhétorique « nationale », désormais recentrée à une échelle plus régionale ou locale, de même que les utilisations plus « romantiques » des vestiges du passé. Quoi qu’il en soit, dans la mesure où elle reflète la résistance des populations locales à l’autorité, cette archéologie préventive est fondamentalement « régionalisée ». La loi de protection des biens culturels, entrée en vigueur en 1951 et sans cesse élargie depuis, est une disposition qui, dans le fond, suit les aspirations de la société japonaise, l’État et l’agence de la Culture se chargeant de conseiller et de relayer les découvertes au niveau national (Inada 2015). De fait, comme cet auteur l’a déjà écrit dans Les Nouvelles de l’archéologie (1996 ; 2003), le Japon a été un temps le pays qui consacrait, proportionnellement à sa population, le plus de moyens à l’archéologie préventive.

15Malheureusement, depuis le début des années 2000, le modèle néolibéral a su dévoyer à son profit la rhétorique d’autonomie à laquelle les Japonais sont sensibles, ce qui s’est traduit par un désengagement marqué de l’État, le budget s’effondrant de 1 milliard d’euros en 1999 à 300 millions d’euros en 2014, et les effectifs étant réduits de 7 111 personnes en 2000 à 5 961 en 2014. Les départements et municipalités doivent de plus en plus trouver par eux-mêmes – si ce n’est sévèrement sacrifier – les moyens de protéger et d’étudier des biens enfouis. D’où, notamment, une ouverture de l’activité archéologique à la concurrence ; la décision revenant aux autorités locales, cette ouverture est pour l’instant limitée à quelques grands centres urbains comme Tōkyō et Ōsaka, et plus généralement à l’est du Japon. Cette démarche découle de réformes internes de l’État japonais entreprises depuis une quinzaine d’années pour introduire des politiques d’austérité analogues à celles conduites en Europe après 2008 et qui ouvrent, ou plutôt exposent, des secteurs comme l’éducation et la science à l’économie de marché. La nouvelle relation qui s’instaure entre l’archéologie et l’idéologie dominante, avec sa fixation économiste, induit une prise de conscience forcée des enjeux éthiques auxquels les archéologues doivent faire face, ainsi que des changements dans leurs pratiques. En résulte notamment une pression croissante sur les professionnels de l’archéologie préventive de service public, qui manquent aujourd’hui de temps et de moyens pour mener à bien leurs missions. Tout ceci n’est bien sûr pas sans conséquences majeures, par exemple sur la capacité des autorités locales et départementales à se mobiliser et à réagir face à des enjeux exceptionnels – dont, nous y reviendrons, la triple catastrophe de Fukushima.

Entre art et archéologie

16Un autre trait marquant au Japon est la sérénité et le manque d’inhibition avec lesquels arts et archéologie se rencontrent. Des initiatives telles que le Kyōto Art & Archaeology Forum ont, depuis quelques années déjà, acquis leur légitimité, tant auprès des cercles scientifiques que du monde culturel, en conjuguant expression engagée et création traditionnelle (http://art-archaeology-kyoto.com). En premier lieu, l’expression artistique est considérée comme un moyen de sensibilisation et de médiation pour atteindre un public plus large et l’informer sur l’archéologie, le patrimoine, l’histoire, le passé. Mais en plus, de façon peut-être différente qu’en Europe, on perçoit aussi au Japon un recours à l’archéologie comme source et comme support d’expressions artistiques au sens large, positionnant des formes et des matériaux du passé vers une poétique – et une politique – du présent. Dans le cadre du WAC, ces rapprochements ont été particulièrement bien illustrés dans des « espaces satellites » du congrès, localisés loin du très fonctionnel campus de l’Université de Dōshisha où se déroulait le programme académique. L’initiative qui s’est tenue au musée de Kyōto, sur l’avenue Sanjō, s’apparente au premier de ces registres. Un étage entier de ce bâtiment tout moderne est dédié aux liens entre art et archéologie, avec une esplanade où sont exposées au regard une accumulation assez spectaculaire de dizaines de caissons de tessons issues des fouilles urbaines de Kyōto ainsi qu’une gamme d’illustrations archéologiques « techniques », d’objets retrouvés ou de sections dégagées, qui soulignent pour le visiteur la part esthétique du processus de production de connaissance sur le passé.

17L’archéologie se retrouve matière première pour l’expression et l’expérimentation artistiques dans une autre exposition éphémère organisée dans le cadre du WAC et assemblée dans le célèbre temple de Ryōsoku-in (Kennin-Ji). Entouré d’un jardin et d’un petit lac foisonnant de carpes multicolores (fig. 1), ce vénérable édifice de bois vieux de huit siècles accueille les trois sections complémentaires d’un Garden of fragments : « Des matériaux aux formes », « Des formes aux idées », « Des idées qui s’envolent ». Les œuvres conçues par des artistes japonais, néo-zélandais, néerlandais ou birmans mettent en rapport la fragmentation matérielle et mémorielle de l’espace fabriqué, qui est aussi un espace social en mutation, potentiellement source de tensions. On trouve dans ce Jardin de fragments la reconstruction en 3D de l’espace exigu destiné à la cérémonie du thé, des boîtes dans lesquels des écoliers ont récolté et commenté leurs propres « trésors patrimoniaux », des contenants en glaise aux parois moulées sur des trous de poteau fraîchement fouillés, des simulacres de bouteilles en plastique faites de céramique, légèrement écrasées et assemblées en forme d’un vase Jōmon (fig. 2), ou encore des plaquettes céramiques translucides ressemblant à des livres ouverts et composées de sédiments récoltés sur des lieux de « désastres » notoires que sont le mur de Berlin, Ground-Zero à New York ou encore, inéluctablement, la centrale nucléaire de Fukushima…

Fig. 1 – L’exposition « Gardens of Fragments - Art and Archaeology », au temple de Ryōsoku-in, Kyōto (cliché S. Aki).

Fig. 2 – Création artistique : « bouteilles de plastique » en céramique, en forme de vase Jōmon, par Ruriko Miyamoto avec Yasuyuki Yoshida (cliché N. Schlanger).

Vers une archéologie des désastres

18En effet, art et archéologie ont été ici mobilisés pour appréhender des catastrophes – un des thèmes les plus marquants du WAC, et plus encore du Japon. L’archipel, qui compte 110 volcans actifs, est en effet situé à la jonction de quatre plaques tectoniques dont les interactions en font l’une des zones sismiques les plus actives de la planète, exposée aux tremblements de terre et aux raz-de-marée. Les grandes inondations et les glissements de terrain qui succèdent aux typhons sont des calamités qui l’ont marqué depuis la nuit des temps. Au-delà des drames humains qu’ils entraînent, ils conditionnent l’état de certains gisements archéologiques, de la préhistoire aux temps présents. Ainsi, l’acte de naissance de l’archéologie médiévale s’est lui-même écrit sur un désastre qui a englouti sous les vases du fleuve Ashida la ville fluviale de Kusadosengen, dans le département de Hiroshima, jusqu’à sa redécouverte à l’été 1961. Au moment même où se déroulait le WAC, d’ailleurs, une série d’exercices à grande échelle s’est tenue à travers le pays à l’occasion du « jour de préparation aux catastrophes », fixé au 1er septembre depuis le grand tremblement de terre de Kantō en 1923. La veille, le typhon Lionrock a dépensé une partie de sa force sur Kyōto avant de s’abattre plus au nord sur la région de Tōhoku, déjà sinistrée par la triple catastrophe du 11 mars 2011. Pas de surprise, donc, si la thématique des désastres était à l’honneur au congrès. Une partie des sessions et des communications a porté sur l’étude des catastrophes anciennes, essentiellement d’origine naturelle, attestées archéologiquement : tephro-archéologie en rapport avec les éruptions volcaniques, traces des tsunamis, tremblements de terre, glissements de terrain… À souligner, parmi les communications les plus intrigantes, la fouille de digues de canalisation et la récupération d’éléments de la culture matérielle – enseignes d’artisans en émail et bouteilles de saké – emportés par l’inondation de la ville d’Okayama suite au typhon Muroto en 1934. Si cette inondation-là fut particulièrement dévastatrice, la récurrence du phénomène depuis au moins l’époque Edo soulève bien sûr la question du « facteur humain ». Puisqu’il n’est pas envisageable au Japon d'interdire l'habitat de régions entières, notamment sur le littoral riche en ressources et densément occupé, comment comprendre et gérer au mieux les risques que posent et que poseront de tels désastres ? Comment s’assurer que les considérations socio-économiques du moment, qu’elles portent sur l’aménagement du territoire, les infrastructures et la politique énergétique, ne viennent pas se surajouter aux menaces naturelles et rendre leurs conséquences encore plus lourdes et imprévisibles ?

19La session intitulée Voices from Fukushima, coordonnée par Y. Kikuchi et L. Nespoulous, portait spécifiquement sur les incidences et les implications archéologiques de la catastrophe éponyme. Au-delà du tremblement de terre et du tsunami, l’enjeu principal concerne sa dimension nucléaire et ses inextricables implications scientifiques, sociales et politiques. Cette question de la contamination et de la décontamination, si lourde de conséquences, risque en effet d’être occultée ou marginalisée par les autorités nationales qui, de connivence avec les compagnies d’énergie et de construction, souhaitent plutôt pratiquer « l’endiguement social » et proclamer au plus vite le retour à la normale et au nucléaire, à temps pour les Jeux olympiques de Tōkyō en 2020. Or, comme l’ont montré avec clarté dans cette session les archéologues et gestionnaires du patrimoine du département d’Iwate et de la ville de Minami-Sōma, dans la préfecture de Fukushima, les impacts du désastre sur les habitants et l’environnement de la vaste zone concernée sont bien réels et durables, tout en restant en grande partie imprévisibles. Quant aux archéologues japonais, les tâches qu’ils ont entamées et qu’ils poursuivent avec une grande détermination sont particulièrement lourdes. Il leur faut d’abord « sauver les meubles », c’est-à-dire les sites et monuments déjà connus et atteints par le désastre – comme le font par exemple Y. Kikuchi, professeur à l’Université de Fukushima, et H. Sanpei, du Comité éducatif départemental de Fukushima, en exfiltrant et en décontaminant les collections des musées de la zone interdite avant qu’elles ne dépérissent par manque d’entretien. Il leur faut aussi étudier tant bien que mal la masse des « biens culturels enfouis » (i.e. des sites archéologiques) qui se rencontrent dans la zone sinistrée en amont des vastes chantiers de reconstruction et d’infrastructures, sur le réseau routier remis en état ou encore à l’emplacement de nouveaux lotissements construits plus en hauteur pour accueillir les populations déplacées. Il leur faut enfin, à une autre échelle, élargir les horizons et montrer comment archéologie et patrimoine, loin d’être des distractions coûteuses, peuvent servir de ressources précieuses pour la régénération sociale et culturelle de la région. Ce dernier point est d’autant plus sensible que l’archéologie au Japon, on l’a vu, est largement tributaire du soutien « citoyen » qu’elle peut recevoir.

20En fait, pour comprendre Fukushima, il ne faut pas tant la comparer à Pompéi, comme cela est désormais souvent fait, en se focalisant sur des questions d’abandon et de conservation. Le rapprochement s’impose plutôt avec Lisbonne, ravagée en 1755 par un tremblement de terre suivi d’un tsunami et d’un vaste incendie, cette première catastrophe de la modernité qui marqua tant le Candide de Voltaire en montrant, au-delà de la fatalité du « meilleur des mondes possibles », toute la place que pouvaient et devaient occuper la science, la société et la politique. À cet égard, les interventions des archéologues japonais au WAC nous ont bien fait comprendre à quel point la triple catastrophe de Fukushima était porteuse de leçons qu’il fallait identifier et faire connaître. C’est aussi pour l’universalité de cette leçon que Kikuchi défend depuis 2013 un projet de « musée des désastres » à Fukushima, qui aurait pour fonctions de faire la synthèse des défis que soulèvent ces événements, d’engranger de l’expérience et de parvenir à la transmettre (Schlanger et al. 2016 ; Kikuchi & Nespoulous 2015). Il s’avère que l’État japonais, à la différence des autorités locales et régionales, reste peu sensible à cette idée et ne perçoit ni l’urgence ni le rôle historique qu’il pourrait jouer en la matière… Pourtant, s’il est une chose que la session Voices From Fukushima a mise en évidence, en rapport avec des organismes internationaux et d’autres expériences de terrain, notamment à Tchernobyl, c’est que jamais autant d’outils, au niveau international, n’avaient été à la disposition des gouvernants pour construire un projet collectif et aller de l’avant. Car cette « archéologie des désastres », combinant causes naturelles et anthropiques, imbriquant intérêts sociaux, idéologiques et économiques, semble présager les perturbations que nous subirons tous dans les décennies et les siècles à venir sur l’ensemble de la planète, avec le déclin inévitable, et le renouveau incertain, de la modernité industrielle.

21Avis aux intéressés. Suite à la décision unanime de l’assemblée générale, le prochain WAC se tiendra en 2020 à Prague – avec, on l’imagine bien, le post « postsocialisme » parmi les thèmes à débattre.

Haut de page

Bibliographie

Gero J. 1999. The history of World Archaeological Congress. Accessible sur http://worldarchaeologicalcongress.org/about-wac/history/146-history-wac

Kikuchi Y. & Nespoulous L. 2015. « Un musée des désastres à Fukushima », Ebisu, 52 : 47-88 [https://ebisu.revues.org/1597].

Inada T. 1996. « La protection des sites et l’archéologie de sauvetage au Japon », Les Nouvelles de l’Archéologie, 65 : 43-48.

— 2003. « État actuel et problèmes de l’archéologie japonaise », Les Nouvelles de l’Archéologie, 91 : 29-34.

— 2008. « Lois, administrations et mouvements pour la protection des sites au Japon », Archéologie et Patrimoine au Japon, Paris, Maison des sciences de l’homme : 119-132.

— 2015. « L’évolution de la protection du patrimoine au Japon depuis 1950 : sa place dans la construction des identités régionales », Ebisu, 52 : 21-46 [https://ebisu.revues.org/1576].

Okada Y. 2008. « Le site Jômon de San.nai Maruyama : un exemple de conservation et de pédagogie à destination du public », in : Demoule J.-P. & Souyri P.-F. (dir.), Archéologie et Patrimoine au Japon, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme : 133-138.

Sahara M. 2008. « Problématiques générales de l’archéologie préhistorique et de la protection des sites au Japon », in : Demoule J.-P. & Souyri P.-F. (dir.), Archéologie et Patrimoine au Japon, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme : 7-14.

Schlanger N., Nespoulous L. & Demoule J.-P. 2016. « Year 5 at Fukushima: a ‘disaster-led’ archaeology of the contemporary future », Antiquity, 90 : 409-424.

Ucko P.J. 1987. Academic Freedom and Apartheid: The story of the World Archaeological Congress, London, Duckworth.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – L’exposition « Gardens of Fragments - Art and Archaeology », au temple de Ryōsoku-in, Kyōto (cliché S. Aki).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3844/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Fig. 2 – Création artistique : « bouteilles de plastique » en céramique, en forme de vase Jōmon, par Ruriko Miyamoto avec Yasuyuki Yoshida (cliché N. Schlanger).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3844/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathan Schlanger, Jean-Paul Demoule, Lamys Hachem, Laurent Nespoulous, Olivier Weller et Nicolas Zorzin, « L’archéologie mondiale à l’heure du Japon. Compte rendu du 8e World Archaeology Congress à Kyōto (28/08-2/09/2016) », Les nouvelles de l'archéologie, 146 | 2016, 49-54.

Référence électronique

Nathan Schlanger, Jean-Paul Demoule, Lamys Hachem, Laurent Nespoulous, Olivier Weller et Nicolas Zorzin, « L’archéologie mondiale à l’heure du Japon. Compte rendu du 8e World Archaeology Congress à Kyōto (28/08-2/09/2016) », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 146 | 2016, mis en ligne le 02 février 2018, consulté le 21 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/nda/3844 ; DOI : 10.4000/nda.3844

Haut de page

Auteurs

Nathan Schlanger

École nationale des Chartes, Paris ; Umr 8215 Trajectoires (Mae), Nanterre ; University of the Witwatersrand, Rock Art Research Institute (Rari), Johannesburg.

schlanger1@gmail.com

Articles du même auteur

Jean-Paul Demoule

Université Paris I Panthéon Sorbonne ; Umr 8215 Trajectoires (Mae), Nanterre.

jpdemoule@orange.fr

Articles du même auteur

Lamys Hachem

Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) ; Umr 8215 Trajectoires (Mae), Nanterre.

lamys.hachem@inrap.fr

Laurent Nespoulous

Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco), Paris ; Umr 8215 Trajectoires (Mae), Nanterre ; Maison franco-japonaise, Tōkyō.

laurent.nespoulous@gmail.com

Olivier Weller

Cnrs, Umr 8215 Trajectoires (Mae), Nanterre.

olivier.weller@mae.cnrs.fr

Articles du même auteur

Nicolas Zorzin

National Taiwan University, Department of Anthropology, Taipei ; Umr 8215 Trajectoires (Mae), Nanterre.

zorz66@hotmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals