Navigation – Plan du site
Compte rendu et hommage

Alain Testart, Art et religion de Chauvet à Lascaux

(édition établie par Valérie Lécrivain). Paris : Gallimard, 2016, 373 p.
Jean-Loïc Le Quellec
p. 62

Texte intégral

1La parution de ce livre est un événement, pour au moins trois raisons : en premier lieu, la sortie posthume d’un livre d’Alain Testart ne peut laisser les anthropologues indifférents ; ensuite, cet ouvrage renoue avec une tradition d’interprétation des arts préhistoriques, pratiquement abandonnée depuis la publication dévastatrice d’André Leroi-Gourhan sur Les Religions de la Préhistoire ; enfin, il renouvelle pour ce faire la pratique d’un comparatisme ethnographique d’une tout autre ampleur que celui que dénonçait le même Leroi-Gourhan, et qui consistait à faire parler aux Paléolithiques « un jargon artificiel composé de mots australiens, esquimaux ou bantous prononcés à l’européenne ». C’est donc à très juste titre qu’Alain Testart affirme se situer dans la lignée de son célèbre prédécesseur : comme lui, il propose une interprétation d’ensemble de l’art des grottes et, comme lui, il entend l’appuyer sur un raisonnement le plus rigoureux possible, dans le respect du plus grand nombre de faits. Son argumentaire s’articule en une vingtaine d’études portant sur les figures animalières et humaines, les signes et l’organisation spatiale des manifestations graphiques, appliquant à la préhistoire une approche iconologique digne d’un Jacob Burckardt, d’un Aby Warburg ou d’un Erwin Panowsky. La visée didactique apparaît clairement, tout comme le souci de rationalité et de progression logique, du fait que les étapes essentielles du propos sont ponctuées de brefs développements synthétisant et résumant les implications de chaque avancée. Les lectures iconographiques ou spatiales sont illustrées de schémas très explicites, où l’usage de différentes couleurs facilite beaucoup la compréhension, et l’éditrice ajoute à cet ensemble une introduction, une conclusion, un glossaire et six appendices qui seront des plus utiles à tout lecteur non familier du sujet ou peu au fait des travaux précédents de l’auteur.

2Le résultat est si dense que vouloir le résumer en quelques paragraphes serait forcément le trahir. La première partie, concernant l’iconographie des images pariétales, emportera probablement l’adhésion de la plupart des lecteurs, surtout en ce qui concerne ses conclusions essentielles : que l’art des grottes exprime une pensée classificatoire, que l’humanité n’y est pas représentée en tant que telle, que cet art n’est aucunement narratif et qu’il ne « raconte » donc pas de mythes… ce qui ne signifie pas pour autant qu’il serait déconnecté de toute mythologie. Cette première étape est suivie d’une analyse iconographique des « Vénus » conduisant l’auteur à proposer une nouvelle théorie des signes pariétaux, qui résistaient à toute interprétation jusqu’à présent : ils procéderaient d’une réduction inversée de ces statuettes féminines, limitée à quelques traits essentiels. Cette lecture, plus spéculative que la précédente, sera peut-être plus difficilement acceptée par les préhistoriens, mais il faut souligner la rigueur de sa construction. Par ailleurs, elle est actuellement la seule à pouvoir expliquer d’une même haleine une aussi grande variété de signes (tectiformes, aviformes, scutiformes, cordiformes, claviformes, ovales ou cercles échancrés…). Vient ensuite l’analyse spatiale, qui reprend le dossier des «  symboles naturels » repérés en grand nombre dans les grottes (fissures, alcôves et autres particularités microtopographiques). Examinant à cette occasion l’orientation des figures, l’auteur expose l’idée, valable pour quelques cavités seulement, que leur décor serait disposé en une sorte de « tourbillon » souterrain, cette lecture étant particulièrement bien adaptée au dispositif pictural de Lascaux. Valérie Lécrivain ajoute à ces développements, la conclusion étant restée inachevée, en suggérant que les Paléolithiques leur attribuaient sans doute une forte valence féminine. Les graphismes interprétables suggèrent que les cavernes devaient leur apparaître comme une réserve de « figures organisées par des symétries, commandées ou non par des signes », et demeurées comme en latence, confinées sous terre dans l’attente de leur sortie. En outre, Alain Testart reprend, développe et renforce dans cet ouvrage son interprétation totémique de l’art des grottes : la nature profonde de cet art, qui parle des espèces animales et même d’une classification des espèces, serait donc d’essence totémique. En effet, si l’on accepte le postulat selon lequel ces images témoignent d'une Weltanschauung (conception du monde), alors c’est qu’elles parlent de l’homme en figurant des animaux, comme le font les mythes et les fables, et qu’elles relèvent du totémisme en ce qu’elles utilisent les différences entre les espèces pour penser les différences entre les hommes.

3Alain Testart avait entrepris un dialogue fructueux avec les archéologues, et plus particulièrement les préhistoriens, dialogue hélas brisé par sa disparition prématurée. Celle-ci explique probablement certaines fragilités de son argumentaire, qui seront facilement pardonnées à un auteur qui savait son temps compté. De fructueux débats suivront probablement la parution de ce livre, mais le plus important est qu’il s’agit de la première grande synthèse à portée véritablement anthropologique accomplie dans ce domaine depuis les années 1960.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Loïc Le Quellec, « Alain Testart, Art et religion de Chauvet à Lascaux », Les nouvelles de l'archéologie, 146 | 2016, 62.

Référence électronique

Jean-Loïc Le Quellec, « Alain Testart, Art et religion de Chauvet à Lascaux », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 146 | 2016, mis en ligne le 09 février 2018, consulté le 26 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/nda/3851 ; DOI : 10.4000/nda.3851

Haut de page

Auteur

Jean-Loïc Le Quellec

Directeur de recherche au Cnrs

Institut des Mondes africains (Centre Mahler)

(Umr 8171 Cnrs / Umr 243 Ird / Ehess / Univ.Paris1/

Ephe / Aix-Marseille Univ – Amu).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals