Navigation – Plan du site
Compte rendu et hommage

Alain Testart (1945-2013)

De l’ethnologie à la préhistoire ou l’édification d’une sociologie générale
Valérie Lécrivain et Geoffroy de Saulieu
p. 63

Texte intégral

1L’œuvre d’Alain Testart a stimulé, à bien des égards, la réflexion de nombreux archéologues. Spécialiste des Aborigènes d’Australie, cet anthropologue a abordé, au fil de ses publications, des questions ayant trait à des sociétés plus variées. Peu avant son décès, il avait publié Avant l’histoire, l’évolution des sociétés, de Lascaux à Carnac, qui lui avait valu de recevoir plusieurs prix d’Académies et qui, si l’on en croit la 4e réédition de son livre, avait été apprécié également du public.

2Avant l’Histoire, son grand œuvre, est une réflexion de large ampleur sur l’évolution des sociétés, mobilisant, au-delà de l’ethno-anthropologie, l’histoire, la sociologie, l’archéologie, le droit, la linguistique historique, etc. Pour Alain Testart, l’anthropologue doit s’associer à d’autres chercheurs en sciences sociales car l’anthropologie, encore aujourd’hui, ne peut à elle seule rendre compte de toutes les formes de société. Il aimait se demander ce que l’altérité du monde nous apprend du passé de l’humanité. Devant la diversité du monde, il tentait « de penser par contraste », comme il lui plaisait à le faire remarquer. Durant toute sa carrière au Cnrs, il s’est ainsi efforcé de rechercher de nouvelles méthodes d’investigation permettant de proposer une lecture anthropologique rigoureuse et commune à diverses disciplines.

3D’abord centré sur les chasseurs-cueilleurs, il a affiné leur typologie pour montrer que les chasseurs-cueilleurs sédentaires stockeurs sont bien plus proches des agriculteurs que des chasseurs-cueilleurs nomades. Il a permis, ce faisant, de dépasser la simple opposition chasseurs-cueilleurs/agriculteurs qui empêchait de penser sereinement la naissance de l’agriculture. Il préparait ainsi, avec presque 30 ans d’avance, son nouveau paradigme sur l’origine de l’agriculture dans le monde qui constitue l’un des chapitres centraux de son livre de 2012. Il a par la suite développé, avec son équipe, des recherches anthropologiques novatrices sur les types de dépendances et les prestations matrimoniales. Leurs résultats furent fondamentaux à maints égards : pour l’élaboration d’une proposition de typologie générale des sociétés, ainsi que pour l’esquisse d’une classification sociale des formes économiques et politiques. Entre-temps, il a tenté de caractériser bien des aspects du religieux et a examiné également de nombreux autres domaines qui préoccupent les archéologues, notamment l’archéologie funéraire, les traitements des morts ou encore les dépôts « mystérieux » (têtes coupées, sépultures multiples, morts d’accompagnements lors des funérailles, dépôts d’armes dans les eaux, etc.). Tout au long de ses travaux, il n’a eu de cesse de défendre un évolutionnisme social débarrassé des erreurs du passé ou des simplifications actuelles, en insistant notamment sur la différence fondamentale entre classification et évolution.

4Des années après André Leroi-Gourhan, Alain Testart a donc relancé en France une réflexion articulant archéologie, histoire et ethnologie. Selon lui, l’interdisciplinarité ne saurait se réduire à plaquer une méthode sur la réalité, pas plus qu’à appliquer les données d’une discipline à une autre. Elle se doit plutôt de reposer sur un véritable dialogue entre disciplines. Ce dialogue avec les archéologues et les préhistoriens, Alain Testart l’avait commencé dès 1980 et l’a poursuivi jusqu’à la fin de sa carrière, comme en témoigne son dernier livre posthume sur l’art pariétal occidental, Art et religion de Chauvet à Lascaux, paru en décembre 2016 (Gallimard).

5Dans cet inédit, à partir de l’hypothèse, généralement retenue par la recherche contemporaine, selon laquelle les grottes ornées sont organisées comme des sanctuaires, il propose une interprétation inédite de l’art pariétal, jointe à une nouvelle théorie des signes. Selon lui, cet art des grottes du paléolithique obéit à une sorte de canon qui témoigne d’un mode de pensée mythique. La grotte serait un microcosme représentant l’état du monde à son origine, au temps du mythe, et renfermant les différentes étapes d’une cosmogonie.

6Cette dernière étude illustre une nouvelle fois la longue expérience méthodologique d’Alain Testart dans le domaine de l’archéologie, ainsi que sa collaboration avec les archéologues, en compagnie desquels il a appris à examiner les matériaux de cette discipline.

7Nous nous devions de lui rendre hommage ; c’est dans cet esprit que le colloque « De l’ethnologie à la préhistoire ou l’édification d’une sociologie générale » a été organisé les jeudi 24 et vendredi 25 novembre 2016 à l’Auditorium Marie-Curie au siège du Cnrs à Paris.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valérie Lécrivain et Geoffroy de Saulieu, « Alain Testart (1945-2013) », Les nouvelles de l'archéologie, 146 | 2016, 63.

Référence électronique

Valérie Lécrivain et Geoffroy de Saulieu, « Alain Testart (1945-2013) », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 146 | 2016, mis en ligne le 09 février 2018, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/nda/3852 ; DOI : 10.4000/nda.3852

Haut de page

Auteurs

Valérie Lécrivain

Geoffroy de Saulieu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals