Navigation – Plan du site

Le développement de l’archéologie de la période coloniale dans les outre-mer

Dominique Bonnissent, Damien Leroy, Virginie Motte et Nicolas Payraud
p. 8-12

Texte intégral

1Il y a dix ans, dans un double numéro consacré à « l’Archéologie des départements français d’Amérique », Les Nouvelles de l’archéologie rassemblait onze articles traitant principalement de l’archéologie des sociétés amérindiennes, qu’elles soient précolombiennes ou contemporaines (Rostain & Vidal 2007).

2Dans sa brève introduction à ce numéro et en référence à un des articles (Delpuech, 2007b), la rédaction des Nouvelles de l’archéologie soulignait que « la dimension moderne de l’archéologie dans les départements français d’outre-mer n’est qu’abordée à travers le prisme de la Guadeloupe. Longtemps inexistante, l’archéologie historique est aujourd’hui traitée dans ses dimensions militaire, urbaine, religieuse et industrielle. Évidemment exposée à des débordements d’affects et à toutes sortes de manipulations idéo-logiques, l’archéologie de l’esclavage est inexistante et offre un champ encore inexploré. » Cet exemple guadeloupéen pouvait alors être assez aisément transposé aux autres régions américaines, en apportant quelques nuances cependant, par exemple en matière d’archéologie urbaine à Saint‑Pierre en Martinique (Veuve et al. 1999) ou pour ce qui concerne les habitations des jésuites en Guyane, et en particulier le site de Loyola à Rémire‑Montjoly (Le Roux et al. 2009 ; Barone-Visigalli 2010 ; Le Roux 2013).

3Dans ce même volume, trois autres articles rendaient compte des évolutions institutionnelles intervenues dans les départements de la Guyane, de la Guadeloupe et de la Martinique (Thomas 2007 ; Delpuech 2007a ; Vidal 2007) et permettaient de mesurer à quel point l’archéologie de ces territoires avait pu être négligée par le passé et combien il convenait de saluer les très importants progrès et le rattrapage accomplis en quelques années par des équipes réduites mais volontaires. On rappellera par exemple qu’il aura fallu pratiquement un quart de siècle pour que la loi du 27 septembre 1941, dite « Loi Carcopino », soit rendue applicable dans les départements d’outre-mer par la loi du 10 novembre 1965 qui a étendu à ces territoires le champ d’application de plusieurs lois relatives à la protection des sites et des monuments historiques. C’est dire qu’avant cela, la pratique de la fouille archéologique ne nécessitait en Guyane, en Guadeloupe, en Martinique et à La Réunion, aucune autorisation administrative particulière et n’était soumise a fortiori à aucun dispositif de contrôle scientifique d’une autorité publique. Tout se passait donc comme si le patrimoine archéologique de ces territoires, vu depuis la métropole, ne présentait pas un intérêt suffisant pour qu’il lui soit accordé le bénéfice des mêmes dispositifs de protection que son équivalent de l’hexagone.

4Est-il possible aujourd’hui, dix années après ce volume des Nouvelles de l’archéologie, de dessiner de nouvelles tendances et de dresser un nouveau bilan ? C’est ce que nous nous proposons d’esquisser.

5Sur le plan institutionnel tout d’abord, plusieurs éléments sont à signaler avec, en premier lieu, une évolution majeure intervenue au cours de l’année 2007. Il s’agit de la mise en place d’une nouvelle Commission interrégionale de la recherche archéologique dédiée à l’évaluation des travaux développés dans les territoires ultra-marins. Alors que cette évaluation était assurée depuis 1994 par la commission d’archéologie d’outre-mer, placée au sein du Conseil national de la recherche archéologique, le décret 2007-823 du 11 mai 2007 relatif au Conseil national et aux commissions interrégionales de la recherche archéologique a institué, par son article 20, une commission déconcentrée compétente pour les départements de la Guyane, de la Guadeloupe, de la Martinique et de La Réunion. Plus récemment encore, sous l’effet du décret n° 2014-119 du 11 février 2014 relatif au livre VII de la partie réglementaire du code du patrimoine, le ressort de cette commission, aujourd’hui dénommée Commission territoriale de la recherche archéologique de l’outre-mer, s’est étendu à de nouveaux territoires et embrasse désormais la Guyane, la Guadeloupe, la Martinique, La Réunion, Mayotte, Saint‑Pierre‑et‑Miquelon, Saint‑Barthélemy et Saint‑Martin, soit un espace territorial de près de 90 000 km² – dont 84 000 km² pour la seule Guyane –, réunissant une population ultra-marine qui, avec 2,2 millions d’habitants, est loin d’être négligeable, tout en présentant cependant de fortes disparités comme, par exemple, une densité de population au kilomètre carré qui varie de 3 en Guyane à 625 pour Mayotte. Si l’on considère également l’étendue considérable de l’espace maritime qui baigne ces territoires largement insulaires, il va sans dire que l’installation de cette nouvelle commission constitue une amélioration essentielle pour l’appréciation et la juste évaluation de la recherche archéologique qui s’y déploie.

6Une autre évolution institutionnelle majeure, intervenue cette fois en 2010, a consisté en la création d’un service régional de l’archéologie à La Réunion, venant combler une carence que plusieurs élus ne s’étaient pas privés de signaler. On en voudra pour exemple l’intervention de Madame Gélita Hoarau, sénatrice de La Réunion, à l’adresse de Monsieur Frédéric Mitterrand, alors ministre chargé de la Culture, par une question orale publiée le 12 novembre 2009 : « […] alors que la France, dans les années soixante-dix, s’est dotée d’une archéologie moderne et structurée couvrant l’ensemble de son territoire, La Réunion n’a pu bénéficier des dispositions appliquées en métropole et dans les autres régions ultra-marines dans ce domaine. De ce fait, elle ne dispose pas de service régional d’archéologie attaché à la direction régionale des affaires culturelles […]. » Et de poursuivre : « L’absence de service régional d’archéologie à La Réunion est vécue comme une injustice ». On peut en effet relever qu’au cours de la décennie 2000, plusieurs millions d’euros avaient déjà été acquittés par les aménageurs réunionnais au titre de la redevance d’archéologie préventive sans que, en contrepartie de ces redevances, un service soit chargé de veiller à la prise en compte du patrimoine archéologique dans le cadre des travaux d’aménagement réalisés sur ce territoire. Ce déséquilibre, qui constituait véritablement une rupture du principe d’égalité républicaine, se trouve désormais corrigé. Le nouveau service régional de l’archéologie est également amené à exercer la responsabilité de la mise en œuvre des dispositions du code du patrimoine relatives à l’archéologie sur le territoire de Mayotte et dans les Terres australes et antarctiques françaises, tout comme le service régional de Guadeloupe l’assure pour les collectivités de Saint-Barthélemy et de Saint-Martin dans les Petites Antilles.

7Pendant fort longtemps sans doute, certaines thématiques de l’archéologie n’ont pas été considérées, parfois par les archéologues eux-mêmes, comme susceptibles de produire des savoirs nouveaux et originaux pour des périodes jugées trop récentes à propos desquelles on considérait, au mieux, que tout était déjà bien connu par les sources traditionnelles de la recherche en Histoire, les nouveautés ne pouvant être que le fait des seuls historiens. Au pire, il s’agissait là d’éléments de peu d’intérêt se rapportant de surcroît à une histoire convenue, sinon enfouie, qu’il convenait probablement de ne pas éveiller. Sur ce point d’ailleurs, on remarquera que l’archéo-logie de la période coloniale ne connaissait pas, dans les outre-mer, un sort tellement différent de celui des vestiges matériels des périodes moderne et contemporaine en France métropolitaine. Nombre d’opérations d’archéologie urbaine y ont sans doute souvent privilégié l’étude des horizons antiques ou médiévaux sans s’attarder particulièrement sur les vestiges plus récents.

8La profession a pris l’habitude de nommer sous le terme d’archéologie de la « période coloniale » ce que dans l’Hexagone on désigne plus communément comme l’archéologie des périodes moderne et contemporaine. C’est probablement parce que, de la découverte du Nouveau Monde par les Européens à nos jours, les ruptures sur lesquelles se fonde le discours historique diffèrent sensiblement d’un territoire à l’autre. En effet, rien de comparable par exemple dans les modalités de colonisation des Antilles et de La Réunion, avec d’un côté des territoires occupés par les populations caraïbes et, dans l’océan Indien, une île sans population autochtone préexistante. Même contraste entre l’histoire coloniale de la Guyane et celle de Mayotte. En Guyane, l’occupation coloniale s’est concentrée principalement sur la frange littorale jusqu’à la ruée vers l’or et la création des bagnes au milieu du xixe s., deux phénomènes encore peu étudiés par les archéologues (Rostan 2013, 2015 ; Payraud et al. 2016), qui ont entraîné l’installation de populations venues de tous les horizons dans des zones jusque-là habitées essentiellement par les communautés amérindiennes et marronnes. Mayotte, quant à elle, depuis l’époque médiévale et à partir du xviie s. pour les Européens, constitue un véritable carrefour d’échanges commerciaux, politiques, culturels et religieux dans l’archipel des Comores, à l’entrée du canal de Zanzibar, entre l’Afrique orientale, l’île de Madagascar, la péninsule arabique et le sous‑continent indien. Ces espaces ultra-marins partagent cependant comme dénominateur commun le statut de colonie entre le xviie s. (1635 en Martinique et en Guadeloupe, 1642 pour La Réunion, 1643 en Guyane) et la départementalisation de 1946, qui détache ces quatre « vieilles colonies » de l’empire colonial français en les « élevant » au rang de départements de la République. Territoires pour la plupart insulaires, aux histoires diverses impossibles à résumer ici sous peine de caricature, enjeux d’une compétition féroce entre puissances européennes, ils partagent comme autre trait commun, et non des moindres, hormis à Saint-Pierre-et-Miquelon, l’établissement d’une société esclavagiste et les résistances qu’elle implique. Il n’est donc pas neutre que les termes de « période coloniale » se soient imposés à l’usage.

9La recherche archéologique sur les périodes moderne et contemporaine progresse de manière accélérée et significative. Pour la zone américaine, on peut notamment suivre ces tendances à travers les publications des actes des congrès bisannuels de l’Association internationale d’archéologie de la Caraïbe, où la part des communications concernant l’archéologie de la période coloniale connaît une progression constante (Bérard 2014 ; Rodriguez 2015). Il ne s’agit donc pas uniquement d’une résultante de l’extension des champs de la recherche dans la seule zone d’exercice d’une archéologie de tradition française. Dans l’espace caraïbe en particulier, les institutions de recherche des autres États abordent également l’étude archéologique des périodes récentes. En Guyane, un bilan de vingt ans de recherches en archéologie de la période coloniale (Cazelles 2013a) témoigne, de son côté, du poids important de cette spécialité dans la recherche guyanaise. Pour l’océan Indien, le service régional de l’archéologie a publié un premier panorama de la recherche, à travers un bilan scientifique régional à La Réunion (Dac-OI 2017), et une carte archéologique de Mayotte (Dac Mayotte 2017).

10Les comptes rendus des séances de la commission interrégionale de la recherche archéologique de l’outre-mer permettent eux aussi d’observer les mêmes tendances depuis son installation en 2007. Le nombre d’opérations évaluées annuellement par cette instance a doublé au cours des dix dernières années, passant d’une trentaine en moyenne au cours des années 2007-2009 à une soixantaine en 2016-2017. La part des dossiers concernant l’archéologie des périodes moderne et contemporaine est passée d’un tiers à deux tiers du nombre des dossiers annuellement examinés.

11Lorsque, en 1997, le ministère de la Culture et de la Communication publie le bilan et la programmation de la recherche archéologique du Conseil national de la recherche archéologique (Cnra 1997), le programme 32, intitulé « L’outre-mer », s’expose sur seulement quatre pages. La partie « bilan » y est pratiquement inexistante, tant la recherche est embryonnaire en l’absence d’institutions de recherche fortement impliquées et de réseaux scientifiques structurés. Il s’agit alors principalement de suggérer quelques pistes de réflexions et de nouvelles orientations : « cette programmation doit être considérée comme une action incitative au développement des recherches sur ces régions ». La part de ce programme relative aux périodes historiques tient en quatre paragraphes et en deux thèmes : « les premiers établissements européens (fin du xve s. début du xviis.) » d’une part, et « la colonisation française (du courant du xviie s. à l’abolition de l’esclavage en 1848) » d’autre part. On reste toutefois songeur à la relecture d’une des premières phrases de ce programme : « Les départements d’outre-mer constituent des régions qui relèvent d’une évolution historique propre qui n’a que peu de points communs avec celle de la métropole ». Implicitement, le rédacteur envisageait sans doute uniquement la période précolombienne antérieure à la découverte par les Européens, auquel cas le propos exprimé est exact. Il n’en est rien cependant pour les périodes qui suivront le « contact ».

  • 1 Le Laboratoire d’archéologie médiévale et moderne en Méditerranée ou La3m (Umr 7298) est une format (...)

12Près de deux décennies plus tard, en 2016, le Conseil national de la recherche archéologique opère un renouvellement très attendu de la programmation nationale (Cnra 2016). L’outre-mer y tient une place nettement plus consistante et les « lignes de force » de la recherche, telles que les rédacteurs les définissent au sein de l’« Axe 15 Archéologie d’Outre-mer », s’élaborent directement à partir des données issues du terrain. L’Axe 15 intègre non seulement une composante jusque-là inexistante sur l’archéologie d’une île d’Afrique, Mayotte, mais il développe pleinement les périodes moderne et contemporaine. Cette programmation s’inspire parfois de travaux s’inscrivant dans la continuité de recherches déjà initiées par quelques historiens (Bégot 2008), en particulier sur la partie industrielle des habitations, où l’apport des investigations de terrain proposées par l’archéologie a permis d’améliorer la reconnaissance et la connaissance des vestiges matériels de ces propriétés coloniales. En Guyane, l’étude de l’industrie sucrière a ainsi été considérablement enrichie par les fouilles archéologiques, principalement programmées (Cazelles 2013b). Il en va de même pour ce qui concerne les études des installations militaires ou les recherches urbaines pour lesquelles les travaux pionniers, conduits à Saint-Pierre en Martinique, se prolongent désormais à Fort-de-France en Martinique, à Basse-Terre et Pointe-à-Pitre en Guadeloupe, à Gustavia à Saint-Barthélemy, à Marigot à Saint-Martin, à Cayenne en Guyane ou à Saint-Denis à La Réunion. Des renouvellements méthodologiques importants sont perceptibles, par exemple dans le mode d’approche des habitations où la vision extensive, désormais recherchée le plus souvent possible, met en évidence la très grande diversité des formes d’architecture, y compris celle des quartiers serviles. Les études de mobiliers témoignant des échanges inter-continentaux sont également essentielles pour définir les zones d’approvisionnement, les réseaux commerciaux, les modes de transport, et disposer d’éléments permettant de préciser les chronologies des sites. On peut citer notamment les travaux conduits sur les Antilles françaises par Henri Amouric et l’équipe du Laboratoire d’archéologie médiévale et moderne en Méditerranée1 (Amouric & Serra 2013) dans le cadre du projet collectif de recherche « Poteries des îles françaises de l’Amérique. Productions locales et importées, xviie-xxe siècles », et ceux de Catherine Losier sur l’approvisionnement de la Guyane au xviiie s., où l’étude du mobilier d’importation démontre l’importance du -commerce entre les colonies françaises d’Amérique et leurs voisines (Losier 2016).

13Enfin, l’archéologie aborde comme telle la question de l’esclavage colonial. Elle ne peut s’y dérober et ceci pour plusieurs raisons. En premier lieu, le développement de l’archéologie préventive a sensiblement permis d’augmenter les occurrences de vestiges correspondant à ce phénomène. L’étude des habitations ne peut plus être envisagée en ne retenant comme seuls objets d’étude que les parties résidentielles ou les installations industrielles. Outre les cimetières d’esclaves désormais étudiés dans les différents départements d’outre-mer, les quartiers serviles, les rues cases-nègres sont une composante majeure de l’organisation et du fonctionnement de ces établissements. Ils sont désormais nécessairement pris en compte dans les travaux de recherche (Kelly & Bérard 2014). D’autre part, alors que la programmation nationale de la recherche est le fruit intime des réflexions que la communauté des archéologues élabore en son sein au moyen de l’instance collégiale que constitue le Conseil national de la recherche archéologique, la prise en compte de cette thématique par la discipline vient également répondre à une volonté des représentants de la nation. En adoptant le 21 mai 2001 la loi n° 2001-434 tendant à la reconnaissance de la traite et de l’esclavage en tant que crimes contre l’humanité, la représentation nationale a ainsi convoqué les archéologues sur ce sujet. Son article 2 dispose en effet que « […] les programmes de recherche en histoire et en sciences humaines accorderont à la traite négrière et à l’esclavage la place conséquente qu’ils méritent. La coopération qui permettra de mettre en articulation les archives écrites disponibles en Europe avec les sources orales et les connaissances archéologiques accumulées en Afrique, dans les Amériques, aux Caraïbes et dans tous les autres territoires ayant connu l’esclavage sera encouragée et favorisée. ».

14Dans cette perspective, on retiendra notamment l’organisation et la publication des actes de trois colloques : celui sur « Les patrimoines de la traite négrière et de l’esclavage », organisé à l’Université de La Rochelle en 2011 (In Situ 2013), celui consacré à l’« Archéologie de l’esclavage colonial » en 2012 au Musée du quai Branly (Delpuech & Jacob 2014) et enfin celui sur « La route de l’esclave. Des itinéraires pour réconcilier histoire et mémoire » (Dussauge 2016). L’expérience menée par l’écomusée de Régina (Guyane) autour du patrimoine industriel des habitations esclavagistes établies au xixe s. sur l’Approuague est une réponse pertinente à ce double besoin de recherche et de médiation (Hanriot 2013). Dans ce même champ d’étude, les travaux relatifs au marronnage ont connu des avancées extrêmement significatives, en particulier dans les Hauts de La Réunion (Dijoux 2014).

15La recherche archéologique des outre-mer est confrontée à une matière première riche et variée, avec des villes fondées au xviie s., des installations militaires, des ports aux épaves englouties (Guibert 2013), des habitations coloniales aux installations industrielles nombreuses, des quartiers d’esclaves, des cimetières usés par les océans, des terres explorées par les marrons aussi bien que par les colons puis des scientifiques, ou encore des bagnes et leurs derniers témoins oculaires… Elle s’est trouvée convoquée pour mêler sa voix à celle des autres disciplines historiques. Par les archives matérielles qu’elle produit, elle donne accès à des éléments que l’érosion, l’ensevelissement ou l’oubli ont pu soustraire à la perception. Dans des territoires où la relation au passé colonial n’est jamais simple, la matérialité de la donnée archéologique, constatable, est probablement susceptible d’apporter un regard qu’on espère plus neutre sur ce passé partagé.

Haut de page

Bibliographie

Amouric H. & Serra L. 2013. « Provence, Ligurie, Espagne : le marché des Amériques à la lumière des découvertes subaquatiques (xviie-xixe siècles) », in : Navi, relitti e porti: il commercio marittimo della ceramica medievale e post-medievale. Atti del XLV convegno internazionale della ceramica (Savona, 25-26 mai 2012). Albissola (Savone, Italie), Centro ligure per la storia della ceramica : 151-164.

Barone Visigalli É. (dir.). 2010. Histoire et archéologie de la Guyane française. Les jésuites de la Comté. Matoury, Ibis Rouge Éditions, 368 p. (Coll. Espace outre-mer).

Bégot D. (dir.). 2008. La plantation coloniale esclavagiste, xviie-xixe siècles. Actes du 127e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Nancy, 2002. Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 343 p. (Coll. CTHS - Histoire ; 30).

Bérard B. (dir.). 2014. 50 ans d’archéologie caribéenne 1961-2011. Martinique. Actes du 24e congrès de l’Association internationale d’archéologie de la Caraïbe, Schœlcher, Université des Antilles et de la Guyane. Schoelcher, Université des Antilles et de la Guyane (Aihp-Geode), 517 p. (Archéologie industrielle, histoire, patrimoine – Géographie, développement, environnement de la Caraïbe).

Cazelles N. 2013a. « Bilan de 20 ans d’archéologie coloniale en Guyane », Karapa : revue d’anthropologie des sociétés amérindiennes anciennes, d’histoire et d’archéologie coloniale du bassin amazonien et du plateau des Guyanes, 2 : 14-24 [www.culturecommunication.gouv.fr/Regions/Dac-Guyane/Karapa].

Cazelles N. 2013b. « Sucre et rhum en Guyane : xviie-xxe siècle ». Karapa : revue d’anthropologie des sociétés amérindiennes anciennes, d’histoire et d’archéologie coloniale du bassin amazonien et du plateau des Guyanes, 2 : 65-86 [www.culturecommunication.gouv.fr/Regions/Dac-Guyane/Karapa].

Cnra. 1997. La recherche archéologique en France. Bilan 1990-1994 et programmation du Conseil national de la recherche archéologique. Paris, Ministère de la Culture et de la Communication / Éditions de la Maison des sciences de l’Homme, 462 p.

Cnra. 2016. Programmation nationale de la recherche archéologique. Paris, Ministère de la Culture et de la Communication, 211 p. [www.culturecommunication.gouv.fr/Thematiques/Archeologie/Conseil-national-de-la-recherche-archeologique/Programmation-nationale].

Dac-OI. 2017. Bilan scientifique régional de l’île de La Réunion 2011-2012-2013-2014-2015. Direction des affaires culturelles Océan Indien, service régional de l’archéologie, 192 p. [www.ac-reunion.fr/fileadmin/annexes-academiques/01-services-academiques/service-daac/patrimoine/archeologie/bsr-archeo-2011-2015-1.pdf].

Dac-Mayotte. 2017. « Océan Indien [ Mayotte : quarante années de recherches. Archéologies -mahoraises », Les patrimoines cachés, 6, 64 p. [http://www.culturecommunication.gouv.fr/content/download/ 168793/1881437/version/1/file/Arche¦üologiesMahoraises-SP.pdf].

Delpuech A. 2007a. « Archéologie amérindienne en Guadeloupe. Autour de la création d’un service régional dans un département d’outre-mer », Les Nouvelles de l’archéologie, 108/109 : 10-19 [http://journals.openedition.org/nda/126 ; DOI : 10.4000/nda.126].

Delpuech A. 2007b. « Archéologie historique en Guadeloupe. Une nécessaire approche du passé antillais », Les Nouvelles de l’archéologie, 108-109 : 101-112 [http://journals.openedition.org/nda/156 ; DOI : 10.4000/nda.156].

Delpuech A. & Jacob J.-P. (dir.). 2014. Archéologie de l’esclavage colonial. Paris, La Découverte & Inrap, 272 p. (Coll. Recherches).

Dijoux A.-L. 2014. « L’archéologie du marronnage à la Réunion : le site de la “vallée secrète” dans le cirque de Cilaos », in : Delpuech A. & Jacob J.-P. (dir.), Archéologie de l’esclavage colonial. Paris, La Découverte & Inrap : 245-260 (Coll. Recherches).

Dussauge M. 2016. La route de l’esclave : des itinéraires pour réconcilier histoire et mémoire. Actes du colloque international organisé par le Conseil départemental de la Guadeloupe, Gosier, décembre 2014. Paris, Éditions L’Harmattan, 432 p.

Guibert J.-S. 2013. Mémoire de mer, océan de papier : naufrage, risque et faits maritimes à la Guadeloupe (Petites Antilles), fin xviie-mi xixe siècle. Thèse soutenue sous la direction de Danièle Bégot. Pointe-à-Pitre, Université des Antilles et de la Guyane.

Hanriot D. 2013. « Médiations autour du patrimoine de l’esclavage à l’Écomusée municipal d’Approuague-Kaw (Guyane) : enjeux, état des lieux et perspectives », In Situ, 20 [http://insitu.revues.org/10144 ; DOI : 10.4000/insitu.10144].

In Situ 2013. « Les patrimoines de la traite négrière et de l’esclavage », In Situ, 20 [http://journals.openedition.org/insitu/10026. DOI : 10.4000/insitu.10155].

Kelly K. & Bérard B. (éd.). 2014. Bitasion. Archéologie des habitations-plantations des Petites Antilles - Lesser Antilles Plantation Archaeology. Leiden (Pays-Bas), Sidestone Press, 174 p. (Taboui - Caribbean Archaeology Series ; 1).

Le Roux Y. 2013. « Loyola, l’habitation des jésuites de Rémire en Guyane française », In Situ, 20 [http:// insitu.revues.org/10170 ; DOI : 10.4000/insitu.10170].

Le Roux Y., Auger R. & Cazelles N. 2009. Les Jésuites et l’esclavage : Loyola, l’Habitation des jésuites de Rémire en Guyane française. Québec (Canada), Presses de l’Université du Québec, 251 p.

Losier C. 2016. Approvisionner Cayenne sous l’Ancien Régime : archéologie et histoire des réseaux commerciaux. Leiden (Pays-Bas), Sidestone Press, 272 p. (Taboui - Caribbean Archaeology Series ; 4).

Payraud N., Delpech S. & Mestre M. 2016. « L’archéologie des bagnes en Guyane, un domaine de recherche encore balbutiant », Les Nouvelles de l’archéologie, 143 : 27-33 [http://journals.openedition.org/nda/3367 ; DOI : 10.4000/nda.3367].

Rodriguez M. dir. 2015. Actes du XXVe congrès de l’Association internationale d’archéologie de la Caraïbe, San Juan, 15-20 juillet 2013. San Juan, Instituto de Cultura Puertorriqueña, Centro de Estudios Avanzados de Puerto Rico y el Caribe & Universidad de Puerto Rico, Recinto de Rio Piedras.

Rostain S. & Vidal N. (éd.). 2007. « Archéologie des départements français d’Amérique », Les Nouvelles de l’archéologie, 108/109 [https://journals.openedition.org/nda/164. DOI : 10.4000/nda.156].

Rostan P. 2013. « Une Guyane industrielle ? Entre déshérence et valorisation, état du patrimoine industriel minier de la Guyane française », Karapa : revue d’anthropologie des sociétés amérindiennes anciennes, d’histoire et d’archéologie coloniale du bassin amazonien et du plateau des Guyanes, 2 : 44-56 [www.culturecommunication.gouv.fr/Regions/Dac-Guyane/Karapa].

Rostan P. 2015. « Les techniques de l’orpaillage artisanal à Saül (Guyane française), vestiges et impacts dans le paysage », Karapa : revue d’anthropologie des sociétés amérindiennes anciennes, d’histoire et d’archéologie coloniale du bassin amazonien et du plateau des Guyanes, 4 : 73-88 [www.culturecommunication.gouv.fr/Regions/Dac-Guyane/Karapa].

Thomas J. 2007. « Histoire institutionnelle de l’archéologie en Guyane de 1941 à 2006 », Les Nouvelles de l’archéologie, 108/109 : 30-36 [http://journals.openedition.org/nda/137 ; DOI : 10.4000/nda.137].

Veuve S. (dir.), avec Delacourt-Leonard M., Guillaume M. & Verrand L. (collab.). 1999. Saint-Pierre de la Martinique. Paris, Ministère de la Culture et de la Communication (Documents d’évaluation du patrimoine archéologique des villes de France ; 17), 216 p.

Vidal N. 2007. « Soixante-dix ans d’archéologie en Martinique 1930-2000 », Les Nouvelles de l’archéologie, 108/109 : 20-29 [http://journals.openedition.org/nda/134 ; DOI : 10.4000/nda.134].

Haut de page

Notes

1 Le Laboratoire d’archéologie médiévale et moderne en Méditerranée ou La3m (Umr 7298) est une formation commune à l’Université Aix-Marseille et au Cnrs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Bonnissent, Damien Leroy, Virginie Motte et Nicolas Payraud, « Le développement de l’archéologie de la période coloniale dans les outre-mer »Les nouvelles de l'archéologie, 150 | 2018, 8-12.

Référence électronique

Dominique Bonnissent, Damien Leroy, Virginie Motte et Nicolas Payraud, « Le développement de l’archéologie de la période coloniale dans les outre-mer »Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 150 | 2018, mis en ligne le 10 avril 2018, consulté le 15 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/nda/3858 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nda.3858

Haut de page

Auteurs

Dominique Bonnissent

Conservatrice régionale de l’archéologie de Guadeloupe, Saint-Barthélemy et Saint‑Martin

dominique.bonnissent@culture.gouv.fr

Articles du même auteur

Damien Leroy

Conservateur régional de l’archéologie de Martinique

damien.leroy@culture.gouv.fr

Articles du même auteur

Virginie Motte

Conservatrice régionale de l’archéologie de La Réunion et Mayotte

virginie.motte@culture.gouv.fr

Articles du même auteur

Nicolas Payraud

Conservateur régional de l’archéologie de Guyane

nicolas.payraud@culture.gouv.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals