Navigation – Plan du site

Penser la ville coloniale à travers les sources historiques et archéologiques

Tristan Yvon
p. 12-15

Texte intégral

Contexte du développement de l’archéologie dite coloniale en Guadeloupe

1Depuis une dizaine d’années, la Guadeloupe a vu se développer l’archéologie des périodes moderne et contemporaine, dite parfois, par commodité de langage, « archéologie coloniale » outre-mer.

2Pour analyser ce développement, il est nécessaire de se replacer dans un contexte plus large que celui de l’outre-mer en rappelant que, par comparaison avec l’Amérique du Nord, la France a accumulé un retard considérable dans l’archéologie des périodes récentes. Celle-ci a pendant longtemps été qualifiée, assez péjorativement, d’archéologie post-médiévale, tout simplement parce qu’à défaut de spécialistes, les sites modernes et contemporains étaient fouillés par des médiévistes. L’archéologie moderne et contemporaine n’est vraiment devenue une discipline à part entière qu’à la fin des années 1980.

3Or ces années correspondent justement à la création en Guadeloupe, en 1992, d’un service régional de l’archéologie (Sra) rattaché à la direction régionale des affaires culturelles, service déconcentré du ministère de la Culture. Plusieurs sites de l’époque coloniale sont fouillés dès ces années-là, comme le cimetière de l’Anse Sainte-Marguerite au Moule, et des sondages archéologiques sont réalisés au Fort Delgrès (1995), à l’habitation-caféière La Grivelière de Vieux-Habitants (1996) ou encore à l’habitation Murat à Marie-Galante. Différentes prospections thématiques concernant l’époque coloniale sont aussi engagées. Mais il s’agit alors de recherches conduites en majorité dans le cadre de fouilles programmées, à l’initiative de chercheurs souhaitant travailler sur des problématiques qu’ils ont eux-mêmes définies.

4Au début des années 2000, le développement de l’archéologie préventive donne une nouvelle dimension à cette discipline dans l’archipel. Cet essor est facilité par le vote d’une nouvelle loi en 2001 et la création de l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap). Le nombre de dossiers d’urbanisme instruits au titre de la loi sur l’archéologie préventive par la direction régionale des affaires culturelles est alors en constante augmentation. Par voie de conséquence, cela aboutit à l’édiction de nombreuses prescriptions archéologiques par le Sra, préalablement à la réalisation de projets d’aménagement. La finalité est bien sûr de mettre en place une sauvegarde par l’étude des vestiges amenés à disparaître. Cela concerne des sites précolombiens, mais aussi des sites de la période coloniale. En 2010, pas moins de sept chantiers de fouilles préventives sont ainsi menés pour la période coloniale. S’y ajoutent les recherches menées dans le cadre de l’archéologie programmée, c’est-à-dire réalisées sans que les sites soient menacés de destruction.

La recherche d’archives et l’archéologie coloniale

5Les époques moderne et contemporaine présentent une particularité : l’abondance relative de sources d’archives susceptibles de renseigner les sites fouillés. L’archéologie coloniale aux Antilles se différencie donc sur ce point de l’archéologie précolombienne, pour laquelle la recherche de terrain constitue la seule source d’acquisition de données.

6Le temps où l’archéologie était considérée comme science auxiliaire de l’histoire est aujourd’hui révolu et il est maintenant admis que l’archéologie et les archives sont deux sources complémentaires se nourrissant l’une de l’autre. Cependant, la réalisation d’études documentaires poussées dans le cadre de projets de fouilles de la période coloniale ne s’est imposée que progressivement en Guadeloupe. Les cahiers des charges scientifiques des premières grandes fouilles préventives concernant cette période dans les années 2006-2007 illustrent cet état de fait, puisqu’aucune étude documentaire n’est alors imposée aux opérateurs archéologiques. La situation a cependant évolué et la recherche en archives est apparue rapidement comme une absolue nécessité aux différents acteurs de l’archéologie coloniale. La pratique a démontré l’intérêt de réaliser parallèlement aux fouilles ces études dont les résultats dépassent parfois la simple documentation d’un site ou de son contexte et concourent à son identification. On peut citer le cas du cimetière mis au jour en 2006 lors d’un diagnostic archéologique sur le bord de mer à Baillif. Sa localisation et sa gestion font alors avancer l’hypothèse qu’il s’agit d’un cimetière d’esclaves liés à une habitation de Dominicains ou à un cimetière communal (van den Bel 2006). Les recherches d’archives menées dans le cadre de la fouille permettent de trouver mention, à cet emplacement, du cimetière oublié de l’hôpital militaire de Basse-Terre, ce que l’étude anthropologique des 200 sépultures fouillées vient corroborer (Kacki & Romon 2014). Dans le cadre de la recherche programmée, on peut aussi citer le cas de la Redoute d’Arbaud : ses vestiges sont découverts en 2010 mais c’est la recherche d’archives menée parallèlement à une campagne de sondages qui permet d’identifier formellement une redoute de campagne construite pendant la guerre d’Indépendance américaine (Yvon 2014).

  • 1 Les commissions interrégionales de la recherche archéologique sont devenues commissions territorial (...)

7La meilleure prise en compte des études documentaires dans le cadre des opérations archéologiques outre-mer s’illustre par l’évolution de la composition de la commission inter-régionale de la recherche archéologique outre-mer (Cira)1. En effet, à partir de 2011, un professeur d’histoire à l’Université des Antilles est nommé au sein de cette instance chargée de l’évaluation scientifique des opérations et de leurs résultats. Cette ouverture aux historiens de la Cira outre-mer répond à l’impérieuse nécessité d’avoir des experts dans la recherche et l’analyse des sources écrites afin d’évaluer correctement la partie des rapports de fouille consacrée aux recherches d’archives. Cette composition mixte historiens-archéologues a indéniablement concouru à améliorer la mise en relation des sources documentaires et des données archéologiques. Plus globalement, on peut même dire qu’elle a permis de développer les échanges entre archéologues et historiens des Antilles et de la Guyane. La mise en place, depuis 2014, d’un programme de recherches pluridisciplinaires consacré à l’étude des villes, de la Caraïbe insulaire aux plateaux des Guyanes, dans lequel historiens et archéologues sont très bien représentés illustre cette émulation. Il faut noter aussi la parution du Guide de la recherche en histoire antillaise et guyanaise, qui constitue un précieux instrument de recherche pour orienter les études documentaires concernant ces territoires (Bégot 2011).

8Il reste encore des questions sur lesquelles se pencher, et probablement des ajustements à réaliser. Aujourd’hui, les études documentaires effectuées dans le cadre de fouilles préventives sont faites au mieux concomitamment à la phase de terrain, le plus souvent après celle-ci. On peut se demander s’il ne serait pas plus judicieux de les réaliser en amont. Leurs résultats sont en effet susceptibles d’orienter l’opération de terrain en définissant des problématiques, des axes à explorer, qui ne coulent pas forcément de source pour un chantier d’archéologie préventive dont la finalité est la sauvegarde par l’étude. Il est vrai que certains responsables d’opération ne sont pas partisans d’avoir les résultats de l’étude documentaire avant le démarrage de la phase de terrain, craignant d’être trop tentés de plaquer les résultats d’une source sur l’autre. Cette crainte n’est pas forcément justifiée : leur mise en relation, pendant ou après la fouille, relève de toute façon d’un travail intellectuel parfois ardu que certains qualifient de travail d’équilibriste (Hurard et al. 2014 : 3-9). Il est surtout important de soumettre ces deux types de sources à une analyse critique. Celle-ci revêt sans doute un caractère plus complexe pour les sources documentaires que pour l’archéologie, puisqu’en plus des données lacunaires à prendre en compte, il faut s’interroger également sur le producteur du document. On peut prendre ici le cas des quartiers serviles d’habitations : les témoignages écrits les plus précis décrivant les cases des esclaves sont univoques, émanant dans l’immense majorité des cas d’Européens, ce qui a évidemment influé sur leur vision des choses. Dans ce cas, une vision croisée mêlant archéologie et sources historiques peut permettre de corriger les imperfections ou les manques de l’une de ces deux sources.

L’archéologie urbaine, une perspective de recherche à développer

9Depuis plus de dix ans, l’archéologie préventive permet de recueillir une masse considérable de données sur les anciennes habitations coloniales. Des fouilles extensives comme celle du site de La Pieta à Port-Louis ou celle, actuellement en cours, de l’Habitation Saint-Jacques à Anse-Bertrand, vont permettre d’améliorer nos connaissances sur ces exploitations agro-manufacturières, sur leur organisation spatiale, sur le type d’habitat qui les compose, sur le mode de vie et la culture matérielle de leurs occupants. Les publications sur le sujet font encore défaut mais la première étape est franchie.

  • 2 Les zones de présomption de prescription archéologique (Zppa) sont des zones dans lesquelles les tr (...)

10Si l’archéologie de la « société d’habitation » est donc bien engagée en Guadeloupe, on ne peut en dire autant de l’archéologie urbaine. Il faut remarquer que la première a longtemps focalisé l’intérêt des historiens travaillant sur les Antilles avant que certains travaux, il y a une vingtaine d’années seulement, ne démontrent qu’elle n’est pas la seule matrice de la société antillaise : le fait urbain colonial constitue un élément important de sa construction. On peut donc difficilement reprocher aux archéologues de la période coloniale, dont la discipline est très jeune dans l’archipel, de s’être d’abord intéressés au monde rural puisque les historiens ont fait de même. Il est vrai aussi que l’archéologie urbaine est essentiellement préventive et donc liée aux projets de construction. Or, les centres-villes de Basse-Terre et Pointe-à-Pitre ne se caractérisent pas par une forte pression immobilière, la population ayant plutôt tendance à habiter les communes avoisinantes. La ville est davantage un lieu de passage lié à la concentration de commerces et de bureaux. Toutefois, il semble que l’actuelle municipalité pointoise ait fait depuis peu le pari de redynamiser son centre urbain. L’illustration la plus flagrante en est la construction du Mémorial ACTe ou « Centre caribéen d’expressions et de mémoire de la Traite et de l’Esclavage » sur le site de l’ancienne usine sucrière Darboussier, dans le quartier de Carénage. Ce quartier, connu défavorablement pour son activité noctambule et réputé pour sa dangerosité, est en train d’être repensé et de nombreux autres projets de construction qui gravitent autour du Mémorial ACTe, inauguré en 2015, vont voir le jour. La plupart de ces projets ont fait, ou vont faire, l’objet de diagnostics archéologiques préalables. La finalisation récente d’une zone de présomption de prescription archéologique pour la ville de Pointe-à-Pitre va à terme permettre à la Drac d’être saisie au titre de l’archéo-logie de manière systématique pour les projets localisés dans les zones définies comme sensibles2.

11Il faut remarquer que l’archéologie urbaine ne doit évidemment pas se limiter au sous-sol. L’archéologie du bâti est indispensable pour retracer l’histoire d’un édifice. Cela passe par l’analyse des différentes phases de constructions qu’il a connues mais aussi tout simplement par l’étude de l’ensemble des transformations que les élévations ont pu subir au cours de l’occupation de l’édifice. À cela s’ajoute l’étude des -techniques mises en œuvre par ses bâtisseurs et des outils qu’ils ont utilisés, qui peuvent permettre de reconstituer l’organisation du chantier de construction. L’archéologie du bâti permet aussi de raccorder les vestiges observés en sous-sol avec le fonctionnement des élévations. À une échelle plus large, elle aide à retracer l’histoire de la ville.

12La ville de Basse-Terre, fondée plus d’un siècle avant celle de Pointe-à-Pitre, représente un formidable potentiel d’étude. Comme le souligne M.-E. Desmoulins dans son ouvrage publié sous l’égide de l’Inventaire en 2006, l’architecture privée dont font partie les grandes maisons de négociants de la fin du xviiie s., constitue l’élément le plus intéressant mais aussi le plus menacé (Desmoulins 2006 : 12). La première menace concerne évidemment les risques de destruction, mais il ne faut pas perdre de vue que des restaurations ou des modifications de bâtiments anciens réalisées sans archéologie du bâti préalable sont susceptibles d’entraîner une perte irrémédiable d’informations pour l’histoire de l’édifice. Elles représentent donc aussi, à une moindre échelle, une menace pour ce patrimoine. Si des campagnes de relevés architecturaux de façades de nombreuses maisons anciennes de Basse-Terre ont bien été réalisées et parfois publiées (Desmoulins 2006), elles ne remplacent pas l’archéologie du bâti, actuellement quasi absente de l’archipel. Une étude de bâti préalable à un projet immobilier a bien été menée en 2000 à Basse-Terre mais elle demeure une exception (Talour 2001). Dans le cadre de restaurations patrimoniales, l’étude archéologique du bâti ne doit pas être perçue comme une contrainte puisqu’au contraire, elle peut apporter une contribution non négligeable et épauler les restaurateurs dans leurs choix.

13La ville a fonctionné comme un véritable laboratoire d’amélioration des modes de construction et des matériaux employés, ce qui constitue aussi un champ d’études futures : par exemple, des bois de construction provenant d’Amérique du Nord sont arrivés pendant toute la période coloniale comme l’attestent les sources d’archives (Yvon à paraître). La xylologie et la dendrologie peuvent permettre de les identifier et de déterminer leurs caractéristiques propres. La dendrochronologie, quasi inopérante pour les bois tropicaux, est utilisable pour ces bois d’importation. La datation des bois de charpente, outre le fait de renseigner l’histoire du bâtiment étudié, permettrait d’avoir des indications sur la durabilité des bois d’Amérique du Nord dans la construction aux Antilles.

14L’archéologie urbaine en Guadeloupe a l’avantage de pouvoir se baser sur une solide historiographie. Outre l’ouvrage déjà cité portant sur Basse-Terre (Desmoulins 2006), Pointe-à-Pitre a également fait l’objet d’un travail sous l’égide de l’Inventaire (Kissoun 2007). Ces deux études ont exploité d’une manière significative les cartes anciennes conservées aux Archives nationales de l’outre-mer (Anom) pour retracer l’évolution urbaine et architecturale de ces deux villes. À cela s’ajoute un remarquable travail d’histoire urbaine comparative portant sur Basse-Terre et Pointe-à-Pitre (Pérotin-Dumon 2000). Plus de 2 500 minutes notariales concernant ces deux villes guadeloupéennes ont été consultées. Une grande partie concerne l’habitat urbain de la fin du xviiie s. et du début du xixe s. que l’auteur a su exploiter pour présenter une étude détaillée qui constituera sans nul doute, à l’avenir, une base de référence pour les archéologues en milieu urbain.

Haut de page

Bibliographie

Begot D. (dir.). 2011. Guide de la recherche en histoire antillaise et guyanaise. Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2 tomes, 968 p.

Desmoulins M.-E. (dir.). 2006. Basse-Terre, patrimoine d’une ville antillaise. Pointe-à-Pitre, Éditions Jasor, 252 p.

Hurard S., Roumegoux Y. & Chaoui-Derieux D. 2014. « L’archéologie à l’épreuve de la modernité. De l’opportunisme à la maturité », Les Nouvelles de l’archéologie, 137 : 3-9.

Kacki S. & Romon T. 2014. « Le cimetière de l’époque coloniale de la Rivière des Pères (Baillif, Guadeloupe) : Investigation archéo-anthropologique sur un ensemble funéraire inédit ». In : Actes du 24e congrès de l’AIAC. 50 ans d’archéologie caribéenne. 1961-2011  Martinique. Fort-de-France, Association internationale de l’archéologie de la Caraïbe : 59-70.

Kissoun B. 2007. Pointe-à-Pitre. Urbanisme et architecture religieuse, publique et militaire, xviiie-xixe siècle. Pointe-à-Pitre, Éditions Jasor, 252 p.

Perotin-Dumon A. 2000. La ville aux îles, la ville dans l’île. Basse-Terre et Pointe-à-Pitre, Guadeloupe, 1650-1820. Paris, Éditions Karthala, 990 p.

Talour S. 2001. « Basse-Terre, 28 rue Fengarol », Bilan scientifique du service régional de l’archéologie de Guadeloupe, année 2000 : 22-23.

Van den Bel M. 2006. Rivière des Pères, Baillif. Rapport de diagnostic archéologique, Service régional de l’archéologie de Guadeloupe, n° 661.

Yvon T. 2014. « Archéologie d’une fortification passagère de la fin du xviiie siècle à la Guadeloupe : la redoute d’Arbaud ». In : D. Plouviez (dir.), Défenses et colonies dans le monde atlantique, xve-xxe siècle. Rennes, Presses universitaires de Rennes : 279-299.

Yvon T. À paraître. « Les matériaux de construction et l’espace urbain à la Guadeloupe. Bois, pierre et chaux : approvisionnement, acteurs et évolutions (xviie-xxe siècles) ». In : Les territoires de la ville, de l’archipel des Antilles au plateau des Guyanes : espaces, sociétés et relations (xvie-xxie siècles).

Haut de page

Notes

1 Les commissions interrégionales de la recherche archéologique sont devenues commissions territoriales de la recherche archéologique en application de l’article 71 de la loi pour la liberté de création, pour l’architecture et le patrimoine (LCAP) du 7 juillet 2016. Leur composition et leur répartition ont été précisées dans un décret du 8 février 2017.

2 Les zones de présomption de prescription archéologique (Zppa) sont des zones dans lesquelles les travaux d’aménagement soumis à autorisation d’urbanisme sont présumés faire l’objet de prescriptions archéologiques préalablement à leur réalisation (Code du patrimoine, livre V, Titre II, Art. L. 522.5).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tristan Yvon, « Penser la ville coloniale à travers les sources historiques et archéologiques »Les nouvelles de l'archéologie, 150 | 2018, 12-15.

Référence électronique

Tristan Yvon, « Penser la ville coloniale à travers les sources historiques et archéologiques »Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 150 | 2018, mis en ligne le 10 avril 2018, consulté le 15 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/nda/3861 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nda.3861

Haut de page

Auteur

Tristan Yvon

Service régional de l’archéologie de la Guadeloupe

tristan.yvon@inrap.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals