Navigation – Plan du site

Connaître la ville ancienne

Le site de la Cour d’appel à Fort-de-France (Martinique)
Emmanuel Barthélémy-Moizan
p. 15-20

Texte intégral

1Sur l’île de la Martinique, dans la deuxième moitié du xviis., la volonté politique de disposer dans la rade de Fort-Royal d’un site de mouillage plus favorable que celui de la baie de Saint-Pierre entraîne la création puis l’extension d’un noyau urbain à proximité des fortifications militaires initiales du fort Saint-Louis (Roux 1999 : 102-103). Le lieu choisi présente avant tout de grandes qualités stratégiques et nautiques : le site, où la navigation est aisée, est facile à défendre et offre un mouillage abrité aux navires (Contour 1994 : 67 ; Bégot 1990 : 259). Toutefois, il est situé dans une zone de mangrove, marécageuse et insalubre, peu propice à des aménagements urbains (Roux 1999 : 103-104 ; Marlin-Godier 2000 : 20). Les constructeurs ont donc implanté un vaste réseau de canaux destinés à assécher les terrains qui furent par la suite remblayés (Martouzet 2001 : 10). Rapidement, le site est doté d’un plan géométrique dont les axes, constitués par les rues, dessinent des îlots rectangulaires, ordonnant peu à peu l’espace et achevant la fondation de la ville de Fort-Royal, future Fort-de-France.

2En 2012, au sein de ce quartier historique et en amont des travaux de construction de la nouvelle Cour d’appel, une opération de fouille archéologique menée par une équipe de l’Inrap a révélé les vestiges de bâtiments et d’aménagements de grande ampleur se succédant de la fin du xviis. au début du xxs. (Barthélémy-Moizan 2017). Les terrains concernés s’étendent sur une superficie de 2 500 m² et sont localisés sur la moitié nord-ouest de l’îlot Renan (fig. 1).

Fig. 1 – Vue générale de la fouille, vers le nord-ouest (© E. Barthélémy-Moizan, Inrap).

3Les résultats de cette intervention ont permis de saisir le rythme de l’évolution de cet îlot urbain, des origines de la ville à nos jours, et de confronter l’abondante documentation iconographique à celle mise au jour.

Les origines de la ville : une zone marécageuse à conquérir

4Le premier état identifié sur la fouille correspond à la phase initiale du secteur et illustre la période antérieure à la fondation de la ville durant laquelle la mangrove recouvrait l’ensemble du site (CANOM DFC2C). Elle semble avoir été encore bien présente à la fin du xviis. dans ce secteur de Fort-Royal (CANOM DFC9B). Sur le site, une couche d’argile de couleur gris bleuté observée de façon ponctuelle, lors de sondages effectués dans la partie centrale, apparaît à une profondeur qui oscille entre 0,90 m et 1,10 m. Cette strate est gorgée d’eau ; son niveau d’apparition correspond par endroits à celui de la remontée des eaux de la nappe phréatique. Le sédiment argileux qui la caractérise, d’apparence homogène, résulte de l’accumulation sédimentaire propre aux sites de mangrove.

5Un apport de remblais de terre a été effectué afin de combler et d’assainir cette zone marécageuse. Ces remblais sont, pour certains, identifiés à la base des stratigraphies et se présentent sous la forme de couches d’argile sableuse. Ces travaux préalables aux premières phases d’aménagements ont permis, à partir de la toute fin du xviis., l’urbanisation de ce secteur de Fort-Royal.

Les débuts de l’urbanisation et la viabilisation du quartier à la fin du xviie s. : la mise en place d’une voirie

6Les vestiges d’une voirie retrouvée dans la partie centrale de l’îlot témoignent des premières installations dans le secteur (état II). La structure se présentait sous la forme d’un ensemble de maçonneries orientées selon un axe nord-ouest/sud-est et associées à des niveaux de circulation qui se développaient sur une largeur de 6 m et une longueur d’environ 18 m. La qualité inégale observée dans la mise en œuvre de ces premiers aménagements trahit certainement le côté empirique de la construction d’une partie de la voirie (Pérotin-Dumon 2000 : 401), hypothèse d’autant plus vraisemblable qu’à la fin du xviis., ce quartier, situé à la périphérie du centre de la ville, venait tout juste d’être conquis sur la mangrove.

7Cette voie se rattache au premier réseau viaire mis en place dans le dernier quart du xviis., lors des phases d’implantation de la ville et de la création d’un plan orthogonal (Roux 1999 : 102-104 ; Contour 1994 : 63). En témoigne la coïncidence topographique relevée entre les vestiges archéologiques et l’emplacement de la rue, représentée sur le plan cadastral réalisé en 1698, qui bordait à cette époque l’îlot au nord. Dans le premier quart du xviiis., l’adoption d’un nouveau cadastre et d’une nouvelle trame viaire dans cette partie de la ville redéfinit le périmètre des îlots et condamna définitivement la voie (CANOM DFC118A).

8La trame urbaine déterminée et implantée dès la fin du xviis. dicte donc très tôt le développement de la ville (Labat 1992 [1742], 1 : 171), mais la configuration actuelle des îlots dans ce secteur remonte au début du siècle suivant. Dès lors, héritée du plan du xviiis., l’ordonnance de la voirie, inchangée jusqu’à nos jours, y détermine des îlots larges de 25 à 35 m et longs de 120 à 150 m, la largeur des rues étant fixée à 7 m (Marlin-Godier 2000 : 22).

La construction d’un premier édifice dans le premier quart du xviiis.

9Des maçonneries, associées à des sols en carreaux de terre cuite retrouvés à l’extrémité nord-ouest de l’îlot, sont attribuées, en chronologie relative, au tout premier ensemble bâti en élévation retrouvé sur le site (état III). Il est malaisé d’envisager une restitution fidèle du plan de ces premiers édifices perçus très partiellement. Leurs vestiges étaient dans un état médiocre de conservation, les maçonneries ayant été très arasées ou en partie détruites par les travaux postérieurs. Seuls les sols étaient préservés, sous forme de lambeaux dans leur majorité.

10La restitution des tracés des murs indique un bâtiment au plan en L avec une partition interne en quatre salles. L’édifice se développait en façade sur rue. À l’arrière, les terrains semblent avoir été dévolus à un jardin ou à une cour. Cette configuration des lieux évoque une maison d’habitation (Pérotin-Dumon 2000 : 417-444 ; Desmoulins 2006 : 176-206).

11Cet édifice pourrait, dans l’état de nos connaissances, être rattaché à celui dont il est fait mention sur un plan de la ville de Fort-Royal daté du premier quart du xviiis. (CANOM DFC140A). Les bâtiments dessinés sur ce document se développent en bordure de la rue et sur toute la largeur de l’extrémité occidentale de l’îlot. Deux édifices principaux sont complétés par l’adjonction de deux petits bâtiments. Un troisième est représenté au milieu d’un espace qui s’apparente à une cour ; au sud-est, à l’arrière, un jardin, divisé en quatre selon un plan en croix, occupe le reste de la parcelle. L’ensemble n’est pas référencé dans la légende du document comme étant un bâtiment administratif, religieux ou militaire, ce qui, par défaut, laisse supposer une résidence à caractère privé. Enfin, la superposition du plan restitué des bâtiments mis au jour et de celui des édifices indiqués sur le plan de 1726 permet de constater une forte analogie topographique, confortant l’hypothèse d’une implantation précoce des édifices retrouvés partiellement en fouille.

12Toutefois, ce résultat doit être nuancé : le document de Raussain reste avant tout une représentation du plan de la ville au début du xviiis. et non un relevé topographique et cadastral précis. En conséquence, aucune véritable conclusion ne peut être tirée d’une seule comparaison quelque peu approximative.

L’urbanisation progressive de l’îlot à partir du milieu du xviiie s. jusqu’au début du xixe s.

13Alors qu’auparavant cette partie de l’îlot correspondait apparemment à une propriété unique, la parcelle fut divisée en deux au début de la nouvelle période, illustrant assurément une modification cadastrale (état IV). La largeur du premier lot, qui s’étirait le long de la bordure méridionale, équivalait précisément au quart de la largeur totale de l’îlot, les trois quarts restant étant dévolus au deuxième lot. Ce découpage topographique était matérialisé par un imposant mur parcellaire qui a ordonné, au sud et au nord, l’implantation des nouveaux édifices nettement distincts par leur architecture et leur destination. Deux phases successives ont marqué leur évolution.

14Au sud, l’étroite parcelle a accueilli dans un premier temps une série de huit bâtiments indépendants, architecturalement hétérogènes et de taille parfois modeste. Dans un deuxième temps, ces constructions ont été totalement arasées et restructurées en une seule unité qui se développait en façade sur rue. Ce nouvel ensemble aux bâtiments installés sur toute la superficie de la parcelle selon un plan directeur régulier témoigne assurément d’un programme de mise en œuvre unique.

15Au nord, disposé en façade de l’îlot, un unique édifice en U est établi et remplace ceux de l’état antérieur. Il se composait d’un corps principal flanqué, au nord et au sud, de deux ailes latérales disposées en arrière-corps, se développant de façon symétrique en retour vers le sud-est, dans alignement des murs pignons du bâtiment central. Les sols intérieurs étaient pour certains dallés de pierres, pour d’autres de carreaux de terre cuite. Cet ensemble imposant, agrémenté d’un jardin à l’arrière, s’articulait autour d’une vaste cour de forme rectangulaire. Au sud-ouest, l’édifice s’adossait au mur parcellaire. Il a perdu par la suite son aile méridionale et sa distribution intérieure a subi plusieurs modifications.

16Les tessons de céramiques retrouvés dans les niveaux en relation avec les maçonneries permettent de dater sa construction entre la deuxième moitié du xviiis. et le premier quart du xixs. (Ravoire 2017). Pour cette période, l’évolution topographique au sein de l’îlot est abondamment illustrée par l’iconographie historique. La confrontation des données de la fouille et des plans anciens permet d’ouvrir quelques pistes de réflexions.

La présence d’ateliers et/ou de commerces en partie méridionale de l’îlot ?

17Les cartes de 1782 (CANOM DFC379A) et 1784 (CANOM DFC380A et CANOM DFC381A) illustrent bien la première phase des bâtiments retrouvés dans le secteur sud. Si, pour la deuxième phase, les documents édités en 1807 (CANOM DFC482B) et 1815 (CANOM DFC507A) indiquent un changement de configuration dans la parcelle, c’est véritablement le document daté de 1826 (CANOM DFC 661A) qui reste le plus éloquent. Ainsi, le report du plan de fouille sur ce plan précis et détaillé offre une superposition quasi parfaite des maçonneries (fig. 2). Les édifices représentés sont mentionnés en légende comme des propriétés privées. Leur plan est à rapprocher de ceux qui sont attestés entre 1770 et 1810 à Pointe-à-Pitre (Pérotin-Dumon 2001 : 448-458). Pour la plupart, ces immeubles à deux ou trois travées possèdent un rez-de-chaussée dévolu au commerce. Ils préfigurent les modèles anglais qui se développeront largement à partir de la première moitié du xixs. dans les villes des Antilles françaises (Charlery 2003). Sur le site de la Cour d’appel, la présomption de boutiques ou d’ateliers en rez-de-chaussée est renforcée par la découverte d’un fragment de panache d’éventail à seize brins dont le revers comporte de nombreuses stries. Il peut s’agir d’un objet cassé lors de sa fabrication ou d’un objet vendu et utilisé tel quel sans avoir été préalablement poli. Bien que le statut de cet artefact reste incertain, la présence de plusieurs chevilles osseuses de bœuf et d’un second artefact en os dans la même unité stratigraphique appuie, ici, l’hypothèse d’un atelier de travail de l’os et de la corne (Tomadini & Barthélémy-Moizan 2015).

Fig. 2 – Superposition des vestiges de l’état IV, phase 4b, sur le plan de 1826 (DAO D. Billon, Inrap).

D’une riche demeure privée à un Palais de Justice

18À l’instar des bâtiments évoqués précédemment, l’édifice mis au jour dans la parcelle septentrionale apparaît clairement sur les séries des plans recensés pour la période. Dès 1782, il est légendé sur les plans comme le « Palais » et un plan de 1807 fait mention de « Palais de Justice ». Cette dénomination s’explique par un changement de destination de l’édifice. À l’origine, il s’agissait très certainement d’une riche résidence urbaine au plan comparable à celui des grandes demeures déjà bâties ou en projet au centre de Fort-de-France (CANOM DFC507A). Sur le site, outre les vestiges architecturaux, les assemblages céramiques témoignent du caractère privilégié des lieux. Les tessons de céramique récoltés regroupent de la vaisselle de table (essentiellement de la platerie), des récipients culinaires et des vases de toilette. La qualité de certaines pièces, en particulier un manche de couvert en porcelaine tendre, matériau réservé aux élites, témoigne du statut élevé d’une partie des habitants (Ravoire 2017).

19En 1774, cette demeure fait partie des biens confisqués à un certain Daux, commis au trésorier principal de la Martinique, suite à ses démêlés judiciaires avec la Couronne (CANOM col C8A 74 F34 et Gabriel Marion 2001). Par la suite, son architecture a certainement été modifiée au fur et à mesure de ses changements de fonction (siège du Conseil, logement du général commandant des troupes…).

Les traces d’un tsunami

20Enfin, notons que pendant la phase de construction, une couche de sable marin a submergé l’ensemble de l’îlot, s’accumulant contre les maçonneries en élévation et recouvrant celles en cours. Un tel phénomène de dépôt massif et rapide correspond aux effets d’un tsunami ; il pourrait s'agir de celui qui fit suite au tremblement de terre de Lisbonne en novembre 1755. Cette découverte revêt un caractère singulier et inédit puisqu’aucune trace de cet événement n’avait été repérée jusqu’alors dans la Caraïbe ou sur les côtes du continent américain (Clouard et al. 2014, 2015). La fouille du site du Nouvel Hôtel de Police, situé à 250 m au nord–est du terrain de la Cour d’appel, a révélé des indices similaires (Navetat 2016 : 72).

La monumentalisation des bâtiments au milieu du xixe s.

21Au milieu du xixe s., une ultime phase de construction a donné lieu à un bâtiment monumental occupant toute la superficie de l’emprise (état V). Le plan en U de ce vaste édifice était identique à celui de la construction précédente mais il s’étendait désormais sur toute la parcelle. Le corps principal et les deux ailes latérales, qui se développaient jusqu’aux rues, s’arti-culaient autour d’une cour et d’un jardin aménagés dans les espaces centraux. Ce bâtiment, siège de la Direction de l’Intérieur (mention sur le cadastre de 1863 CANOM DFC1556A), était doté, entre autres, de sols soignés en carreaux de terre cuite et en marbre et pourvu, à l’intérieur comme à l’extérieur, de nombreuses installations et aménagements liés à la gestion de l’eau (bassins, caniveaux). Bien qu’il ait échappé au grand incendie de 1890 qui dévasta près de la moitié du centre historique de la ville (Contour, 1994 : 97-109), il fut désaffecté quelque temps après (Baude 1940 : 47)

Les transformations et aménagements à la fin du xixe et au début du xxe s.

22Au cours de cette période, la plupart des modifications de ce grand édifice furent essentiellement des transformations architecturales internes (état VI). Pensionnat colonial à partir de 1902, puis lycée de jeunes filles à partir de 1949, il accueillit dans la deuxième moitié du xxe s. le collège Ernest-Renan, avant d’être arasé, au début des années 2000, pour laisser place à un parking.

Conclusion

23Les données issues de la fouille archéologique du site de la Cour d’Appel mettent en évidence la richesse du sous-sol foyalais et témoignent de la préservation intacte du potentiel archéologique de cette ville. Ces données, confrontées à celles issues des études archivistiques, historiques, économiques, etc., permettent à l’échelle d’un quartier de retracer et d’affiner l’histoire de la ville (fig. 3). Depuis cinq ans, l’essor des opérations d’archéologie préventive dans le centre de Fort-de-France ne cesse d’apporter d’abondantes informations qui nourrissent peu à peu les champs de la recherche sur les villes antillaises et fournissent de nouvelles pistes de réflexions.

Fig. 3 – Plan général des vestiges, par états (DAO David Billon, Inrap).

Haut de page

Bibliographie

Barthélémy-Moizan E. 2017. Cour d’appel de Fort-de-France, Rue Schœlcher. Rapport final d’opération de fouille archéologique (en préparation).

Baude Th. 1940. Fragments d’histoire, ou hier et aujourd’hui à la faveur d’une promenade dans les rues et aux environs de Fort-de-France. Fort-de-France, Imp. officielle, 102 p.

Charlery Ch. 2003. « Fort-de-France et Pointe-à-Pitre : deux villes américaines ? ». In Situ, revue des patrimoines, 3. DOI : 10.4000/insitu.1571

Clouard V., Rogers J. & Moizan E. 2015. « Arqueología y prospeccción geologica, una asociación para encontrar depósitos de tsunami las Antillas: ejemplo del terremoto de Lisboa de 1755 en Martinica », in : FWI (French West Indies), 6e convention cubaine des sciences de la terre, La Havane, Cuba, mai 2015.

Clouard V., Rogers J. & Moizan E. 2014. « New perspective of tsunami deposit investigations: insight from the 1755 Lisbon tsunami in Martinique, Lesser Antilles », in : AGU (American Geophysical Union) Fall meeting, San Francisco, 15-19 décembre 2014. Poster [https://agu.confex.com/agu/fm14/meetingapp.cgi/Paper/11142].

Contour S. 1994. Fort-de-France au début du siècle. Paris, Éditions L’Harmattan, 226 p.

Desmoulins M.-E. 2006. Basse-Terre, Patrimoine d’une ville antillaise. Pointe-à-Pitre, Éditions Jasor, 251 p.

Gabriel Marion G. 2001. Administration des finances en Martinique : 1679-1790. Paris, Éditions L’Harmattan, XXIV-764 p.

Labat J.-B. (R. P.). 1992 [1742]. Nouveau voyage aux isles de l’Amérique. Fort-de-France, éditions des Horizons caraïbes (1ère éd. en 6 vol., 1722 ; 2e éd. en 8 vol., 1742).

Marlin-Godier M. 2000. Fort-de-France : la ville et la municipalité de 1884 à 1914. Petit-Bourg (Guadeloupe). Thèse de doctorat en histoire soutenue à l’Université de Bordeaux-3 sous la dir. de Georges Dupeux en 1989. Matoury, Ibis rouge éditions, 267 p.

Martouzet D. 2001. Fort-de-France, ville fragile ? Paris, Anthropos Economica, 253 p. (Villes).

Navetat M. & Nadeau A. 2016. Fort-de-France (972), Nouvel Hôtel de Police. Rapport final d’opération archéologique (fouille préventive). Limoges, Evéha – Études et valorisations archéologiques Hadès, 3 vol.

Perotin-Dumon A. 2000. La ville aux îles, la ville dans l’île : Basse-Terre et Pointe-à-Pitre, Guadeloupe, 1650-1820. Paris, Éditions Karthala, 990 p.

Ravoire F. 2017 « Vaisselle en terre cuite dans un quartier de Fort-de-France entre 1720 et 1820 », in : E. Barthélémy-Moizan, Cour d’appel de Fort-de-France, Rue Schœlcher. Rapport final d’opération de fouille archéologique (en préparation).

Roux A. de. 1999. « La création urbaine en Martinique et en Guadeloupe aux xviie et xviiie siècles », in : L. Vidal & E. d’Orgeix (dir.), Les villes du Nouveau Monde, des premiers fondateurs aux ingénieurs du roi (xvie-xviiie siècles). Paris, Somogy éditions d’art : 99-107.

Tomadini N. & Barthélémy-Moizan E. À paraître. « Le mobilier archéologique en os de Martinique : indices des relations ténues entre la Métropole et ses colonies aux périodes historiques (1645-1902) », in : L'objet au Moyen Âge et à l'époque moderne : fabriquer, échanger, consommer et recycler. Actes du XIe congrès international de la Société d’archéologie médiévale, moderne et contemporaine, Bayeux, 28-30 mai 2015.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Vue générale de la fouille, vers le nord-ouest (© E. Barthélémy-Moizan, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3863/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 760k
Légende Fig. 2 – Superposition des vestiges de l’état IV, phase 4b, sur le plan de 1826 (DAO D. Billon, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3863/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Légende Fig. 3 – Plan général des vestiges, par états (DAO David Billon, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3863/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Barthélémy-Moizan, « Connaître la ville ancienne », Les nouvelles de l'archéologie, 150 | 2018, 15-20.

Référence électronique

Emmanuel Barthélémy-Moizan, « Connaître la ville ancienne », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 150 | 2018, mis en ligne le 13 avril 2018, consulté le 28 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/nda/3863 ; DOI : 10.4000/nda.3863

Haut de page

Auteur

Emmanuel Barthélémy-Moizan

Inrap - Équipe EA929, Aihp (Archéologie industrielle, histoire, patrimoine de la Caraïbe), Schœlcher (Martinique)

emmanuel.moizan@inrap.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals