Navigation – Plan du site

La nouvelle ville de Cayenne : du remblaiement de la savane extra muros au plan hippodamien (1760-1900)

Mickaël Mestre et Nicolas Payraud
p. 30-36

Texte intégral

Introduction

1Le développement de l’archéologie urbaine est, à Cayenne, et plus généralement en Guyane, un phénomène relativement récent. En effet, si des opérations de sauvetage ont bien été menées à Cayenne depuis les années 1970, il a fallu attendre la fin des années 2000 pour que soit mis en œuvre un premier diagnostic archéologique dans le centre-ville (Hildebrand 2009), soit une dizaine d’années après Basse-Terre (Guadeloupe) (Delpuech 2007) et vingt ans après Saint-Pierre (Martinique), seule ville ultramarine à avoir fait l’objet d’un Document d’évaluation du potentiel archéologique urbain (Veuve et al. 1999) ; l’outre-mer n’est d’ailleurs pas mentionnée dans la synthèse de Florence Journot (2011) sur l’archéologie de la ville moderne et contemporaine. La nouvelle Programmation nationale de la recherche archéologique (2016 : 203) souligne ce manque de travaux et ce que pourrait apporter un développement de l’archéologie urbaine en outre-mer.

  • 1 Les numéros indiqués dans le texte et sur les figures suivantes font référence à la figure 1.

2À Cayenne cependant, depuis ce premier diagnostic, une série d’opérations archéologiques réalisées par l’Inrap ont considérablement renouvelé nos connaissances sur l’histoire de la ville, en particulier sur la création de la nouvelle ville à partir des années 1760 (fig. 1). Les fouilles de l’ancienne douane (2010, n° 61) et de l’hôpital Jean-Martial (2013, n° 1), premières fouilles préventives menées au cœur de Cayenne, sur des sites emblématiques de la ville du xixe s., ont ainsi apporté des informations inédites, enrichies depuis par plusieurs diagnostics archéologiques qui éclairent en particulier l’extension urbaine des xviiie-xixe s. Il est aujourd’hui intéressant de proposer une synthèse de ces nouvelles données sur l’histoire de Cayenne, en prenant comme fil conducteur le diagnostic réalisé par Mickaël Mestre (2015) au 11, rue Léon-Gontran-Damas (n° 10), qui a mis en évidence une stratigraphie complexe témoignant des diverses phases de la formation de la nouvelle ville.

Fig. 1 – Localisation des sites mentionnés dans l’article (© Michaël Mestre, Inrap).

Cayenne avant 1760

3Reconnue par les Européens depuis le début du xvie s. (Collomb, van den Bel 2014 : 18), la côte de l’actuelle Guyane ne fait l’objet d’aucune tentative d’installation durable de leur part avant celle de l’Espagnol Gaspard de Sotelle entre 1568 et 1573 (Harlow 1925 : 138, repris dans Le Roux et al. 2009 : 21-22). En 1596, l’Anglais Lawrence Keymis décrit un abri idéal pour les navires, qu’il appelle Port Howard, situé dans l’embouchure de la rivière Cayenne, sans équivalent sur la côte des Guyanes (Lorimer 2006). C’est là qu’en 1643, Charles Poncet de Brétigny, mandaté par la compagnie de Rouen, fait bâtir un fort sur le mont Cépérou (n° 3), jetant les bases de la ville de Cayenne et de la domination française sur la Guyane (Boyer 1654). Celle-ci ne va cependant pas de soi et le bourg naissant de Cayenne doit notamment être repris aux Hollandais à deux reprises, en 1664 et 1676. Constituée, en 1664, de 200 cases et d’une église défendues par une enceinte de terre et de bois, la ville croît rapidement et devient le siège du gouvernement colonial, désormais défendu par des fortifications bastionnées, érigées entre 1688 et 1692.

4Les opérations de sauvetage réalisées par Yannick Le Roux (1986, 1989) sur les sites des archives (n° 7) et de l’hôpital royal (n° 2), de part et d’autre du Cépérou, ont permis de premières explorations du bourg ancien et de lancer la constitution d’un corpus de mobilier des xviiie-xixe s. pour la ville de Cayenne. La fouille du site de l’ancienne douane (n° 6) par Fabrice Casagrande a considérablement enrichi ce corpus, étant donné que le secteur étudié, au pied des fortifications, a été utilisé comme dépotoir aux xviie-xviiie s. (Gassies, Casagrande 2017 : 8). Les déchets domestiques y croisent ceux de diverses activités artisanales : battitures, fragments issus de l’équarrissage de blocs, briques de fours vitrifiées, etc. (Casagrande 2011 : 16).

5Le rempart de la ville est, dans cette zone, constitué d’une levée de terre adossée au relief, précédée d’un large fossé et surmontée d’un hérisson de pieux (ibid. : 10). De l’autre côté du mont Cépérou, un diagnostic réalisé à l’occasion d’une extension des bâtiments de la préfecture a mis en évidence un bas-fond à l’avant des fortifications, en direction de la savane, qui se développe alors au nord-est de Cayenne (Delpech 2015a : 27, 31) (n° 5).

Un espace de savane naturelle cultivé par les habitants au xviiie siècle

  • 2 Fouille S. Delpech, 2013, étude en cours.

6Au nord de Cayenne, la géologie est marquée par le socle précambrien qui se trouve à une altitude proche de 4 m NGG. Le socle rocheux présente une morphologie tout à fait irrégulière, avec des remontées que les opérations archéologiques permettent parfois d’observer, comme lors du diagnostic préalable à l’extension de l’externat Saint-Joseph-de-Cluny (Delpech 2015b) (n° 8), où la roche affleure en fond de parcelle, culminant à 1 m au-dessus de la rue. Cela explique en grande partie l’épaisseur très variable des couches liées à l’occupation humaine observées dans les différentes interventions au centre-ville, de 2 m sur le site de la rue Damas à seulement 10 à 20 cm sur celui de l’hôpital Jean Martial2.

7Les séquences stratigraphiques se développent sur des terrains sédimentaires récents correspondant aux formations marines et fluviomarines de la série de la Coswine (Choubert 1956). Au 11, rue Damas, la stratigraphie montre la présence d’une couche argilo-sableuse homogène, humide, de couleur grise (fig. 2), qui atteste de phases de dépôts argileux de marécages et de pinotières datés du pléistocène (Cautru 1993). Ce niveau, qui rappelle celui observé à côté de la préfecture (Delpech 2015a : 27), évoque aussi un sol à gley (marécage) probablement associé à l’ancien lit d’un cours d’eau au nord du terrain, progressivement canalisé au xviiie s. (fig. 3).

Fig. 2 – Coupe stratigraphique du site de la rue Damas (© M. Mestre, Inrap & N. Payraud, DAC-Guyane).

Fig. 3 – Plan de Cayenne entre 1740 et 1765 (© M. Mestre, Inrap).

8La présence discrète et résiduelle de quelques tessons de céramique amérindienne piégés dans cette couche témoigne de la fréquentation du secteur par les populations indigènes bien avant l’arrivée des premiers Européens. Sur le site de la rue Damas, l’observation de la coupe montre ensuite la formation d’un niveau de sol au sommet de la couche grise. Il s’agit d’un dépotoir enrichi en macrorestes végétaux carbonisés dont certains ont été prélevés en vue d’éventuelles analyses paléo-environnementales. Ce paléosol est composé également par des restes de faune sans doute consommés et plusieurs éléments fragmentés de mobiliers d’importation européenne typiques du milieu du xviiie s. (céramique, verre, métal, ardoise, tuyaux de pipe, etc.). Cette analyse est confortée par l’iconographie et les archives de cette période, qui confirment qu’au xviiie s., les parcelles s’inscrivaient dans un espace ouvert de savane naturelle sur laquelle les habitants ont établi plusieurs jardins. Un recensement de 1737 mentionne ainsi huit personnes qui possèdent des jardins, des cacaoteries ou des caffeteries dans la savane de Cayenne. L’inventaire permet de voir que certains sont propriétaires de véritables petites unités, comme le sieur de Villers, propriétaire d’un terrain rassemblant 20 esclaves, 22 têtes de bétail, 6 000 pieds de cacao et 2 000 pieds de café, alors que Marie Fontenelle, mulâtresse, ne tient qu’une concession avec deux esclaves et que le soldat Petit dispose seulement d’un terrain. Les esclaves affectés sur ces exploitations logent probablement à proximité des récoltes ou des bêtes, dans des bâtiments construits à peu de frais dans la savane, au pied des fortifications de la vieille ville. La présence d’aires de rejet en relation avec cet habitat périurbain, de nature hétéroclite, n’est donc pas incongrue.

9La part importante des charbons de bois au sommet de la couche grise témoigne certainement de pratiques agricoles saisonnières sur brûlis, qui se sont succédé sur la parcelle pendant une grande partie du xviiie s. Au début de la saison sèche, il était courant de brûler la savane pour régénérer le fourrage destiné à l’alimentation des bestiaux. Ces grandes phases de nettoyage des jardins sont particulièrement bien décrites par Artur en 1739 : « On jugea indispensable de nettoyer et de découvrir les dehors de la place, et pour cet effet, on fut obligé de raser plusieurs jardins qui se trouvaient dans la savane sans épargner celui du roi et celui des sœurs de La Charité. Deux ou trois habitants qui avaient quelques milliers de cacaoyers dans les leurs, eurent le chagrin de les voir couper » (Polderman 2002 : 518).

10Dans sa phase ultime, la formation de ce niveau de sol correspond aussi à un dépotoir lié au développement spontané extra muros d’un habitat dans la savane. En 1764, faute de place suffisante pour loger tous ses habitants, la ville de Cayenne débordait déjà de ses fortifications depuis au moins une dizaine d’années (Chérubini 1984 : 38).

La phase de remblaiement de la savane dans le dernier quart du xviiie siècle

11Le projet de « nouvelle ville » semble avoir été initié par Turgot, gouverneur général de la Guyane entre 1763 et 1765. Il faut noter que l’extension de la nouvelle ville est concomitante de l’expédition de Kourou, même si les deux événements ne sont en apparence pas liés. Pour rappel, en 1763, la Guyane doit accueillir près de 10 000 migrants européens, mais le pays n’est pas du tout préparé à un tel afflux de population. Lors de l’abandon du projet, l’administration coloniale doit cependant trouver une solution pour les familles désirant rester en Guyane (Thibaudault 1995). Un plan de Cayenne établi vers 1764, « où l’on voit la nouvelle distribution, conformément aux ordres de M. le chevalier Turgot » (Anom 14DFC128B), témoigne de la volonté officielle du pouvoir royal d’étendre la ville au nord-est sur la savane (Chérubini 1984 : 38). Ce plan fixe la trame orthogonale actuelle et son orientation selon deux axes : l’un est-nord-est / ouest-sud-ouest, l’autre nord-nord-ouest / sud-sud-est (Girard 1984 : 14).

12La nouvelle ville est divisée en plusieurs îlots, subdivisés en concessions attribuées nominativement (Anom 14DFC129A), notamment à des notables qui possèdent déjà une habitation dans la colonie comme résidence principale (Chérubini 1988 : 39). À cette époque, le site de la rue Damas est circonscrit à l’intérieur d’une plus vaste parcelle appartenant à un certain Baron, probablement Julien Marie Solain-Baron, ingénieur en second de la colonie à partir de 1739 et chargé, en 1747, du détail des fortifications du pays. Il achève le plan de la ville de Cayenne avec ses fortifications en 1749 (Anom 14DFC72A) et serait le maître d’œuvre de la construction de la nouvelle ville, d’après les états de service qu’il adresse au ministre de la marine entre 1771 et 1774 (Anom COL E 17) : « Il a toujours servi avec l’applaudissement de ses chefs, a formé une nouvelle ville, et vient en dernier lieu de faire réparer les fortifications. »

13Dès 1766, les travaux de construction de la nouvelle ville semblent d’ores et déjà bien avancés puisqu’un habitant de Cayenne demande à acquérir un terrain limitrophe d’une maison acquise dans le lieu appelé la Savane afin d’y former « un jardin légumier au moyen de trois ou quatre nègres » dont il demande que l’avance lui soit faite par le roi (Anom COL E 49).

14La carte de l’Île de Cayenne, levée par Dessingy en 1770-71, montre que le chantier de construction de la nouvelle ville est sans doute entièrement achevé à cette date. Le plan montre en effet des bâtiments regroupés en îlots, selon un réseau viaire orthogonal. En 1798, le déporté politique Louis Ange Pitou écrit ainsi : « La nouvelle ville que nous nommerions chez nous queue de bourgadeʺ est plus régulière, plus gaie, quoique bâtie dans le même genre, sur une savane ou prairie desséchée depuis quinze ou vingt ans » (Pitou 1805 : 208).

15Rue Damas, le projet de construction de la nouvelle ville peut s’observer par la mise en place de couches de remblais qui viennent surélever le niveau du terrain naturel de près de 40 cm. Il s’agit là d’une opération d’assainissement et de nivellement du secteur, préalable à la mise en place d’un niveau de circulation pour la construction d’un bâtiment. Les remblais sont composés en majorité d’éléments du substrat (terre argileuse rouge), auxquels se mêle du mobilier archéologique, la proportion de ces éléments variant en fonction des accumulations qui se forment par recharges successives. Des lots de briques entières apparaissent dans la stratigraphie sous forme d’amas. Dans le dernier quart du xviiie s., il existe une briqueterie du Roy aux abords de la nouvelle ville, qui a sans doute joué un rôle important dans l’approvisionnement du chantier. Quelques rares fragments de poteries communes et de faïences sont présents dans la couche de remblai. La série ne diffère pas, du point de vue typo-chronologique, de celle découverte dans la couche d’occupation sous-jacente (milieu du xviiie s.). Les éléments tirés du substratum pourraient provenir du fossé des fortifications, à environ 120 m de la parcelle. L’homogénéité chronologique et culturelle du mobilier archéologique plaide pour une mise en place rapide du remblai. Dans sa dernière phase, il est associé à une construction matérialisée par des restes de murs en mauvais état conservés sur une seule assise. Ils semblent s’aligner pour restituer la limite d’un bâtiment orienté nord-ouest / sud-est qui correspond à la trame actuelle de la ville de Cayenne. Le même mode de construction a été observé à proximité, sur le site de l’externat Saint-Joseph, pour un bâtiment non daté mais qui pourrait tout à fait, stratigraphiquement parlant, être rattaché à cette phase de l’histoire du quartier (Delpech 2015b : 40-43). Un niveau de sol argilo-limoneux plusieurs fois rechargé lui est associé. Ces deux sites s’inscrivent parfaitement dans la trame urbaine représentée sur un plan de Simon Mentelle daté de 1784 (fig. 4).

Fig. 4 – Plan de Cayenne en 1784 (© M. Mestre, Inrap).

16Dans ces remblais et dans les niveaux immédiatement supérieurs, on rencontre quelques faïences stannifères, notamment un fragment d’assiette de style nivernais, mais aussi de la vaisselle fine en terre de pipe anglaise (pearlware) ou française, dont le procédé de fabrication apparaît vers 1780 pour la première, 1820 pour la seconde. L’observation de la stratigraphie et l’étude du mobilier archéologique du site de la rue Damas laissent supposer qu’il n’y a plus aucune modification architecturale sur la parcelle, au moins jusqu’à la fin de la période d’occupation de la Guyane par les armées portugaises (Lamaison 2017), à laquelle il est tentant de rattacher un fragment orné par des cercles concentriques bruns et verts qui évoque les productions lusitaniennes.

17Au moment où commence l’urbanisation de la savane, la ville s’étend également sur l’estuaire de la rivière Cayenne, où l’envasement du port est contré par un apport de remblais au pied du Cépérou et l’aménagement d’un nouveau ponton de bois. Un magasin royal est installé en 1777 à proximité de l’hôpital, sur le site de ce qui deviendra plus tard la douane de Cayenne, aujourd’hui direction des affaires culturelles de Guyane ; des activités artisanales liées au port s’y développent, entre autres le carénage (Gassies & Casagrande 2017 : 10-11). À la même époque commencent les discussions autour d’un transfert de l’hôpital dans un lieu plus salubre, qui aboutissent en 1787 à la décision de construire un nouvel établissement dans la savane, prémices de la construction de l’hôpital Jean-Martial (Casagrande 2011 : 15).

Les grands travaux d’urbanisme de la première moitié du xixe siècle

18Entre 1789 et 1821, la disparition progressive des fortifications – en partie à l’initiative des habitants eux-mêmes (Gassies & Casagrande 2017 : 7) – permet d’établir une étroite liaison entre l’ancienne et la nouvelle ville (Chérubini 1988 : 60). De nouveaux projets prennent alors forme après de grands travaux d’assainissement. L’espace urbain cayennais se développe notamment vers le sud sur une ancienne mangrove, avec la création du canal portant le nom du baron Laussat, à l’origine de ces transformations entre 1819 et 1823. Un diagnostic réalisé en 2015 par Jérôme Briand, au 39, rue Gaston-Monnerville, a permis de retrouver les vestiges (massif de fondation, sol en brique) d’un bâtiment indiqué sur un plan de 1823 (Anom 14DFC638C), situé dans ce quartier nouvellement construit dont la structure parcellaire s’inscrit dans le prolongement du plan hippodamien esquissé dans les années 1760 (Briand 2015 : 35-37, 48).

19Sur le site de la rue Damas, cette période est caractérisée par la destruction du bâtiment du xviiie s., dont témoignent différentes couches argilo-limoneuses qui viennent recouvrir les vestiges des murs. Se met alors en place un sol brun, limoneux, assez épais, correspondant au jardin. Une couche limoneuse très rouge qui se développe vers la rue Lallouette correspond sans doute au remblai de construction d’un bâtiment antérieur à l’édifice actuel. Les couches et les horizons supérieurs qui scellent le site présentent des éléments de faïence fine française. Dans la seconde moitié du xixe s., le marché guyanais propose un large choix de produits importés aux décors imprimés. Ce sont des pièces provenant des grosses manufactures de Bacalan à Bordeaux et de Creil & Montereau près de Paris. Ces éléments sont présents sur la plupart des sites d’habitats créoles apparus sur l’Île de Cayenne après l’abolition de l’esclavage en 1848 et le morcellement des anciens domaines coloniaux.

20Au cours de la première moitié du xixe s., la ville de Cayenne acquiert doucement sa physionomie actuelle. Le 28 juin 1834, un rapport au roi propose d’approuver un décret du conseil colonial du 8 février portant règlement de la voirie de Cayenne et autorisant aussi la vente, selon les besoins, de terrains situés aux abords de la ville (Anom 1COL13). Une ordonnance royale du 25 novembre 1842 demande que les alignements des rues et places de la ville soient arrêtés ainsi qu’ils sont tracés sur un plan. Un arrêté du 15 novembre 1843 charge les conducteurs des Ponts et Chaussées de donner les alignements relatifs à la voirie de Cayenne (Layrle 1843 : 212). Le plan exécuté par Alfred de Saint-Quantin en 1841 dresse la liste nominative des propriétaires en fonction des maisons situées aux différents angles des rues (Anom 14DFC916A). La maison de la rue Damas semble être la propriété de « Chatellier ». En 1845, son terrain fait l’objet d’une vente judiciaire (Feuille de la Guyane, 30 : 167-168) : le notaire décrit un immeuble mesurant 46,45 m de façade sur la rue d’Artois et 20,60 m de profondeur, divisé en quatre lots, qui se trouvait probablement en lieu et place du bâtiment actuel. La maison située à l’angle de la rue et de la place des Palmistes est décrite pour la première fois en 1907 ; il s’agit d’une maison à étage, avec des servitudes, construite en brique et bois, avec un balcon en fer forgé sur les façades, surmontée d’un grenier et d’une mansarde, couverte en tôle ondulée (Anom, DPPC, NOT GUY 125*).

21Parmi les transformations majeures de cette période, citons en particulier l’aménagement de l’actuelle place des Palmistes, achevé avant 1821, et, au nord de celle-ci, la construction de l’hôpital connu plus tard sous le nom de Jean-Martial, plaçant ce nouvel espace au cœur de la ville (Anom 14DFC621A). La fouille qui y a été menée en 2013 a révélé le bon état de conservation des vestiges de l’hôpital des années 1820, réduits à l’état de fondations pour la plupart, l’essentiel des bâtiments actuellement en élévation appartenant à des phases de construction plus tardives.

Le grand incendie de Cayenne et ses conséquences

22Dans la nuit du 10 au 11 août 1888, Cayenne est ravagée par un grand incendie qui se déclenche au niveau de la glacière du Cépérou, avant de se propager dans l’ancienne et la nouvelle ville. Il est possible que doive être rattachée à cet épisode une séquence stratigraphique observée sur le site de la rue Monnerville par Jérôme Briand (2015 : 35) (n° 9). Elle est caractérisée par la présence, sur le sol du bâtiment évoqué précédemment, d’amas indurés mêlant argile rubéfiée, fragments de briques et artefacts, ainsi que, à l’extérieur du bâtiment, par la présence de lentilles chargées en charbon dans un niveau de remblai. Le mobilier associé à cette séquence présente pour partie des caractéristiques attribuables à une telle catastrophe : céramique noircie, présence d’ensembles plus importants que dans les autres niveaux, etc. Un cas illustre parfaitement cet épisode : un fourneau de pipe anthropomorphe pris dans la gangue d’oxydation d’un poids de balance (ibid. : 43-45) dont la séparation et la restauration ont pu être effectuées.

23L’incendie de 1888 n’est pas un épisode isolé dans une ville où le bois est le matériau dominant, mais son ampleur est telle qu’il entraîne des changements durables dans la trame urbaine. Les autorités profitent notamment des destructions causées dans la vieille ville pour mieux aligner le tracé des rues sur le quadrillage de la ville nouvelle. Le site de la rue Louis-Blanc, à deux pas de l’ancienne douane, sondé par Matthieu Hildebrand (2009 : 10, pl. 5) (n° 4), est sans doute un exemple de cette modification de l’urbanisme au cours des années qui ont suivi. On peut noter sur ce site, comme sur celui de l’hôpital royal (Le Roux 1989), la présence d’importants remblais probablement tardifs qui sont peut-être associés à cette phase de restructuration ponctuelle de la vieille ville.

Conclusion

24En l’état très incomplet des connaissances sur l’histoire de Cayenne, chaque opération archéologique, même lorsqu’elle n’a pas de résultats spectaculaires, apporte son lot d’informations sur la manière dont s’est progressivement formée la principale ville de Guyane. Dans ce contexte, la densification progressive du tissu urbain, avec la disparition des dernières « dents creuses », mais aussi la construction de nouveaux immeubles en lieu et place de bâtiments anciens en décrépitude, offrent aux archéologues une réelle opportunité d’explorer le passé cayennais. Il manque toutefois à ce puzzle une pièce essentielle, puisque le fort Cépérou n’a encore jamais fait l’objet de recherches archéologiques, alors que son poids historique et symbolique dans l’histoire de Cayenne est sans égal. Nul doute que l’attention des chercheurs – ou des aménageurs – finira par se tourner également dans cette direction.

Haut de page

Bibliographie

Boyer P. 1654. Véritable relation de tout ce qui s’est passé au voyage que Monsieur de Brétigny fit à l’Amérique occidentale : avec une description des mœurs et des provinces de tous les sauvages de cette grande partie du Cap de Nord, un dictionnaire de la langue et un avis très nécessaire à tous ceux qui veulent habiter ou faire habiter ce pays-là, ou qui désirent d’y établir des colonies. Paris, P. Rocolet.

Briand J. 2015. Guyane, Cayenne. 39 rue Gaston-Monnerville. Rapport de diagnostic. Bègles, Inrap.

Cherubini B. 1988. Cayenne, ville créole et polyethnique : essai d’anthropologie urbaine. Paris / Talence, Katthala / Centre national de documentation des départements d’outre-mer, 261 p.

Choubert B. 1956. Feuille de Cayenne et notice explicative - Carte géologique à l’échelle du 1/100 000. Carte géologique détaillée de la France, département de la Guyane. Paris, Ministère du Commerce et de l’Industrie.

Collomb G. & van den Bel M. (éd.). 2014. Entre deux mondes : Amérindiens et Européens sur les côtes de Guyane avant la colonie (1560-1627). Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques (La librairie des cultures ; 6), 318 p.

Delpech S. 2015a. Guyane, Cayenne. Bâtiment Vignon, préfecture. Rapport de diagnostic. Bègles, Inrap.

Delpech S. 2015b. Guyane, Cayenne. Externat Saint-Joseph de Cluny. Rapport de diagnostic. Bègles, Inrap.

Delpuech A. 2007. « Archéologie historique en Guadeloupe », Les Nouvelles de l’archéologie [En ligne], 108/109 | 2007, mis en ligne le 27 avril 2011. DOI : 10.4000/nda.156

Feuille de la Guyane. 1845. « Avis de vente judiciaire en l’audience des criées du TPI de la Guyane à Cayenne d’une maison, d’un terrain et dépendances situés rue d’Artois, n° 439, et faisant l’angle avec la place de l’Esplanade, par lots séparés », in : Feuille de la Guyane française, 30 : 167-168. D’après l’original aux archives territoriales de Guyane, transcription Kristen Sarge (Collectivité territoriale de Guyane).

Gassies E. & Casagrande Fr. 2017. « Étude archéologique et historique », in : L’ancienne douane. 4, rue du Vieux Port, Cayenne. Cayenne, Direction des affaires culturelles de Guyane : 6-11.

Girard B. 1984. Le centre ancien de Cayenne. Cayenne, Agence d’urbanisme et de développement de la Guyane – Direction départementale de l’équipement.

Journot Fl. 2011. « Archéologie de la ville », in : Journot Fl. & Bellan G., Archéologie de la France moderne et contemporaine. Paris, La Découverte : 47-66.

Harlow V. T. 1925. Colonising Expeditions to the West Indies and Guiana, 1623-1667. London, The Hakluyt Society (Second Series, 56), 358 p.

Hildebrand M. 2009. Cayenne. « 26 à 30 rue Louis Blanc » (Guyane). Rapport de diagnostic. Bègles, Inrap.

Lamaison D. 2017. « 7 janvier 1809. La dernière canonnade de fort Trio », Une saison en Guyane, 19 : 104-109.

Layrle M. J. F. 1843. « Arrêté du 15 novembre 1843 qui charge MM. Leboucher et Henrion, conducteurs des Ponts et Chaussées, de donner les alignements relatifs à la voirie de Cayenne », Bulletin officiel de la Guyane, 217.

Le Roux Y. 1986. Les céramiques importées en Guyane à l’époque de l’esclavage. L’exemple du site des archives. Rapport de sauvetage urgent.

Le Roux Y. 1989. Le site de l’hôpital royal de Cayenne. Rapport de sauvetage urgent.

Le Roux Y., Auger R. & Cazelles N. 2009. Les jésuites et l’esclavage. Loyola. L’habitation des jésuites de Rémire en Guyane française. Québec, Presses de l’Université du Québec.

Lorimer J. (ed.). 2006. Sir Walter Ralegh’s discoverie of Guiana. London, The Hakluyt Society (Third Series, 15), 360 p.

Marius C. 1969. Notice explicative n° 37 - Carte pédologique Cayenne à 1/50 000. Paris, Office de la recherche scientifique et technique outre-mer.

Marty Br. (coord.). 2016. Programmation nationale de la recherche archéologique. Paris, ministère de la Culture et de la Communication.

Mestre M. 2015. Guyane, Cayenne. 11 rue Léon-Gontran Damas. Rapport de diagnostic. Bègles, Inrap.

Pitou L. A. 1807. Voyage à Cayenne, dans les deux Amériques, et chez les anthropophages : ouvrage orné de gravures, contenant le tableau général des déportés, la vie et les causes de l’exil de l’auteur, des notions particulières sur Collot et Billaud, sur les îles Sechelles et les déportés de nivôse, sur la religion, le commerce et les mœurs des sauvages, des noirs, des créoles et des quakers. Paris, Chez l’auteur, 2 vol. in-8° : t. I.

Polderman M. (éd.). 2002. Jacques François Artur [médecin du roi] : histoire des colonies françoises de la Guianne. Matoury, Ibis rouge Éditions, 800 p.

Thibaudault P. 1995. Échec de la démesure en Guyane : autour de l’expédition de Kourou, une tentative européenne de réforme des conceptions coloniales sous Choiseul. Saint-Maixent-l’École.

Veuve S. (dir.), Delacourt-Léonard M., Guillaume M. & Verrand L. (collab.). 1999. Saint-Pierre de la Martinique. Paris, Ministère de la Culture et de la communication (Documents d’évaluation du patrimoine archéologique des villes de France ; 17).

Sources Archives nationales d’outre-mer (Anom)

Anom DPPC, NOT GUY 125* : étude Ovil, n° 25 du 19 février 1907, vente par Joanna Attilius, commerçante, propriétaire, demeurant à SLM, à Marie Luc Antoine Darredeau, négociant, propriétaire.

Anom 14DFC621A : Plan de l’ancienne et de la nouvelle ville de Cayenne. 1821.

Anom COL E 17/ark:/61561/up424hidjs : Baron J. M., lieutenant-colonel d’infanterie, ingénieur en chef de Cayenne (1762-1790).

Anom COL E 49/ark:/61561/up424wrsvsc : Boutin E.G., habitant de Cayenne, 1766.

Anom 14DFC192A : Dessingy F.J.C. 1771. Carte topographique de l’isle de Cayenne avec le cours des rivières et criques navigables qui l’environnent, levée en 1770 et 1771.

Anom COL E 194/ark:/61561/up424icejbfg : Mentelle S. Fresneau, Concession à lui accordée, plans n° 1 et 2, 1784.

Anom 14DFC52B : Fresneau de la Gâteaudière, Plan de la ville et du fort Saint-Michel de Cayenne dans l’état où je l’ay trouvé au mois de janvier 1733.

Anom 14DFC72A : Solain-Baron J. M., Plan de la ville de Cayenne levé par le sieur Baron, ingénieur du Roy en 1749.

Anom 14DFC128B : Behague d’Hartincourt J. Plan de la ville de Cayenne, où l’on voit la nouvelle distribution, conformément aux ordres de M. le chevalier Turgot, gouverneur général de la Guyane, 1764.

Anom 1COL13/ark:/61561/ni258rlppkr : Rapport au roi proposant d’approuver le décret du conseil colonial de la Guyane française du 8 février 1834 autorisant la vente, au fur et à mesure des besoins, de terrains situés aux abords de la ville de Cayenne.

Anom 14DFC638C : Ronmy, T., Plan de la place de Cayenne, 1823.

Anom 14DFC916A : Saint-Quantin A. de, Plan de la ville de Cayenne pour servir aux alignements, 1841.

Haut de page

Notes

1 Les numéros indiqués dans le texte et sur les figures suivantes font référence à la figure 1.

2 Fouille S. Delpech, 2013, étude en cours.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Localisation des sites mentionnés dans l’article (© Michaël Mestre, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3869/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 856k
Légende Fig. 2 – Coupe stratigraphique du site de la rue Damas (© M. Mestre, Inrap & N. Payraud, DAC-Guyane).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3869/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Fig. 3 – Plan de Cayenne entre 1740 et 1765 (© M. Mestre, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3869/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Fig. 4 – Plan de Cayenne en 1784 (© M. Mestre, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3869/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 351k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mickaël Mestre et Nicolas Payraud, « La nouvelle ville de Cayenne : du remblaiement de la savane extra muros au plan hippodamien (1760-1900) »Les nouvelles de l'archéologie, 150 | 2018, 30-36.

Référence électronique

Mickaël Mestre et Nicolas Payraud, « La nouvelle ville de Cayenne : du remblaiement de la savane extra muros au plan hippodamien (1760-1900) »Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 150 | 2018, mis en ligne le 10 avril 2018, consulté le 15 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/nda/3869 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nda.3869

Haut de page

Auteurs

Mickaël Mestre

Responsable d’opérations Inrap

mickael.mestre@inrap.fr

Articles du même auteur

Nicolas Payraud

Conservateur régional de l’archéologie, Dac Guyane

nicolas.payraud@culture.gouv.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals