Navigation – Plan du site

Le destin d’une habitation-sucrerie de l’île de la Basse-Terre en Guadeloupe

Fabrice Casagrande
p. 36-39

Texte intégral

1La ville de Basse-Terre est un port en eau profonde dont l’arrière-pays fertile, dominé par le volcan de la Soufrière, est aujourd’hui le théâtre d’une urbanisation galopante. La construction de la Cité de la connaissance, centre de formation regroupant plusieurs établissements d’enseignement sur 13 ha à Desmarais-Saint-Claude, a justifié plusieurs opérations d’archéologie préventive entre 2008 et 2010.

2L’ancienne sucrerie et distillerie Desmarais s’est implantée sur un petit plateau dominant la Rivière aux Herbes. Le site fouillé à la périphérie immédiate des bâtiments encore en élévation de cette habitation a révélé un ensemble de murs constituant les ruines de deux maisons consécutives dont la plus récente fut détruite par un incendie, comme en témoignent une couche de cendres ainsi que des fragments de tiges de canne à sucre carbonisées.

Données historiques

3Après l’échec des tentatives de colonisation menées par les Espagnols dans la première moitié du xvie s., l’archipel de la Guadeloupe a servi d’escale aux marins européens jusqu’à ce que Jean du Plessis d’Ossonville († 1635) et Charles Liénard de l’Olive (vers 1601-1643) n’en prennent possession au nom du roi de France en 1635. Dix ans après, Charles Houël du Petit Pré (1616-1682), gouverneur de l’île, est seul à posséder des moulins « banaux » où les habitants sont tenus de faire broyer leur canne à sucre (Schnakenbourg 1968 : 279 ; Du Tertre 2012 [1654] : 172). Cependant, ce n’est qu’après l’arrivée des Hollandais, chassés du Nordeste brésilien par les Portugais, que l’industrie sucrière prend son essor : d’une part, ils investissent leurs capitaux pour substituer la culture de la canne à celle du tabac ou de l’indigo ; d’autre part, ils apprennent aux Français comment fabriquer les formes en terre où le sucre chaud se cristallise et ils les initient au processus du terrage pour blanchir le sucre brut ; enfin, ils assurent un débouché à leur production en monopolisant le commerce du sucre brut, raffiné aux Pays-Bas puis réexporté dans toute l’Europe (Schnakenbourg 1968 : 287, 290 et 292 ; Pruneau 2013 : 48).

4Jusqu’à la reconquête du Pernambouc, où leur père était Generaal Commis pour la Compagnie néerlandaise des Indes Occidentales, les trois frères de Sweerts (ou de Suers) sont marchands à Recife. Après avoir passé un an à Amsterdam pour régler leurs affaires, deux d’entre eux s’établissent en Guadeloupe en 1656 : Jacob (1629-1671) gère le moulin de l’habitation établie sur la montagne de l’Espérance et Johannes, le magasin général du bourg de Basse-Terre, Paulus dirigeant la compagnie depuis les Pays-Bas (Lafleur 1993a et b ; Van Ruymbecke & Rossignol 1996 ; Casagrande 2010b ; Hulsmans & van den Bel 2012).

  • 1 ANOM : C7A1, F° 163, 26 décembre 1669 : État des sucreries de l’isle guadaloupe & Grande Terre..., (...)
  • 2 Le père Charles Plumier (1646-1706), botaniste qui voyagea à trois reprises aux Amériques sur ordre (...)

5En 16691, la sucrerie de Suers produit 30 000 £ de sucre par an. Selon un terrier de 1671, l’habitation de l’Espérance couvrait une trentaine d’hectares. Elle employait un commis, un charpentier et trente-cinq esclaves (13 hommes, 10 femmes, 2 fillettes et 10 garçons), tous baptisés dans la religion catholique. L’ensemble appartenait à Constance Vangenspoel, veuve de Jacob, à leur fils Nicolas de Suers et aux héritiers de Johannes, de l’Église réformée. « Les bâtiments (maison de maître, bâtiments industriels) étaient en maçonnerie, ce qui indique une certaine aisance. Elle avait une roue à eau (à godets) pour broyer la canne, 400 pas (carrés) étaient plantés en cannes à sucre, 250 pas (carrés) en vivres et 200 pas (carrés) en savane pour les bestiaux (7 bœufs, 2 vaches et 2 veaux). Il restait 100 pas à défricher, zone qui servait de réserve de bois pour les besoins de la sucrerie. » (Lafleur 2012 : 61)2.

  • 3 Constance obtint de son beau-frère le droit de continuer à résider dans la « maison de maître » de (...)

6Mais les mesures protectionnistes décidées par Colbert en 1664 (triplement des taxes sur les sucres raffinés étrangers entrant dans le royaume, abaissement des droits sur les « sucres des Isles ») ont suffisamment fragilisé l’entreprise pour qu’elle soit menacée de liquidation dès 1665. Dix ans plus tard, la veuve de Jacob transfère « les plantations, nègres, maisons, moulins, et d’autres capitaux » à son beau-frère Paulus3 qui les rétrocède à son procureur en Guadeloupe, Hubert de Loöer (v. 1636-1698). Celui-ci les intègre à son habitation d’une cinquantaine d’hectares, installée sur la montagne limitrophe de Beausoleil.

  • 4 ANOM : C8A19 F° 1, le 10/01/1713, M. Phelypeaux. Cité par Lafleur 2012 : 67.

7Au printemps 1687, quand la Révocation de l’Édit de Nantes commence à s’appliquer aux Antilles, Hubert de Loöer et sa femme se convertissent sans états d’âme au catholicisme pour conserver leurs biens en Guadeloupe. Il n’en va pas de même pour les petits-enfants de son épouse, veuve en premières noces de Corneille Van Susteren : Hubert Van Susteren, « habitant créole de la Guadeloupe, huguenot, sans avoir jamais fait aucune fonction de catholique romain »4, meurt en Hollande en 1712 en léguant ses biens par testament à sa sœur ou demi-sœur Alette, femme du riche marchand protestant Élie Godet-Dubrois (Van Ruymbecke & Rossignol 1996 ; Lafleur 2012 : 66-67).

8Par le jeu compliqué des alliances et des successions, la propriété reste aux mains de leurs descendants jusqu’en 1872. La famille Cabre, qui la rachète cette année-là, remplace la sucrerie par une distillerie qui cesse son activité en 1990. La « maison de maître » édifiée en 1823, si l’on en croit la date gravée sur le piédroit d’une de ses portes, est incendiée en février 2009, pendant la grève générale aux Antilles françaises (Parisis & Parisis 1995 ; Casagrande 2010b).

Données archéologiques

9Le plus ancien vestige moderne retrouvé dans les fouilles est une grande structure fossoyée. Peu de temps après l’avoir comblée, on construisit un mur de soutènement qui courait au niveau de la rupture de pente en remblayant les espaces vides. Tous ces remblais, constitués majoritairement de terre humifère, renfermaient de nombreux tessons de céramiques de raffinage. Dans le lot se trouvaient des formes à sucre et des pots à mélasse produits à Sadirac (Gironde), caractéristiques des importations de la fin du xviie s., ainsi que des tuyaux en grès. S’y mêlaient quelques tessons de poteries domestiques, dont en particulier un tesson de plat en faïence de Nevers au décor a compendario, typique de la seconde moitié du xviie s. (Casagrande 2010b).

10La plateforme ainsi aménagée supportait une bâtisse aux murs maçonnés dont les fondations ont été découvertes au cours du diagnostic. Le corps de logis comprenait deux pièces matérialisées par des murs de refends, une vaste extension se développant sur la plateforme. À l’est, les labours ayant oblitéré toute trace de la structure, la façade n’a pas pu être restituée. Néanmoins, la présence de trous de poteau très particuliers permet d’estimer approximativement l’emprise au sol de cet ensemble plutôt massif, au plan à peu près carré. L’aqueduc qui court à quelques mètres au nord induit la présence d’un moulin et d’une sucrerie en contrebas (fig. 1). Entre la maison et ce bief, contre le mur de soutènement de la plate-forme, un petit bassin aux parois internes enduites d’un mortier argileux (mortier hydraulique ?) servait de réserve d’eau. À quelques dizaines de mètres vers l’est, un cimetière a accueilli sept inhumations en cercueil à la fin du xviie et au xviiie s.

Fig. 1 – Plan des vestiges (© F. Casagrande, Inrap).

11Plusieurs des nombreux objets trouvés dans un dépotoir installé dans une dépression de l’ancien fossé défensif proviennent des Pays-Bas. La pièce la plus spectaculaire est un pichet de Delft quasiment entier et finement décoré, portant la signature du maître faïencier Pieter Adriaensz Kocx (1701-1722) (fig. 2). Cette pièce d’exception, ainsi qu’un mouche chandelle ou encore un pot de chambre du Staffordshire, sont des produits de luxe et de bonne qualité.

Fig. 2 – Pichet en faïence de Delft (1701-1722) (© F. Casagrande, Inrap).

12À la phase suivante, la fondation du mur sud de l’édifice a, semble-t-il, été évidée pour recevoir quatre poteaux repérés par leurs négatifs. Ils indiquent une reconstruction partielle en bois de la maison, après un tremblement de terre intervenu en 1735 ou 1736. Le décapage extensif du site, qui a atteint le substrat argileux, n’a révélé aucun autre trou de poteau. Les supports intermédiaires des poutres, solives et planchers des combles ou d’un éventuel étage devaient donc reposer sur des dés de construction. L’absence de sols compacts à l’intérieur suppose un plancher au-dessus d’un vide sanitaire, comme souvent dans les Antilles françaises. Piégée sous des couches de démolitions et de colluvions et parfois mélangée aux remblais meubles sous-jacents, une couche très noire de cendres et de charbons renfermait de nombreux fragments de tiges de canne à sucre carbonisées qui laissent supposer un toit constitué de paille de canne au moment de l’incendie dans lequel la maison a disparu.

13Vers le milieu du xviiie s., une petite structure isolée est implantée sur ses ruines. De surface réduite, elle s’approche du format standard des cases d’esclaves mais, à l’époque, les habitats serviles étaient groupés en « village ». La fouille n’a pas permis de savoir si ses murs, dont les fondations ont été retrouvées, étaient maçonnés sur toute la hauteur de l’élévation ou s’il s’agissait de murs bahuts supportant une architecture de bois. De même, l’absence d’indices empêche toute restitution du sol intérieur (un plancher sur vide sanitaire ?) de cette structure couverte de tuiles plates à crochet – les couches de démolition en ont livré de nombreux fragments –, comme souvent les cuisines pour limiter le risque d’incendie (Charlery 2004 : 43). Au nord, une sorte de radier constitué de blocs de roche et de tessons réemployés s’étendait sous une couche de cendres et de charbons. Peut-être y avait-il à cet endroit un potager doté d’un appentis ? Devant la bâtisse, de petits nodules de roche volcanique matérialisaient le sol de circulation.

14Une des carrières à ciel ouvert permettant d'extraire des matériaux de construction a été par la suite aménagée en bassin. Tout autour s’organisait un jardin à la française, agrémenté de statues en terre cuite et représenté sur une carte datée de 1773. Pendant la Révolution et les guerres napoléoniennes, cet ensemble paysagé évolua en une plantation matérialisée dans la fouille par un alignement de petites fosses quadrangulaires.

Interprétation

15Le père Jean-Baptiste Labat, missionnaire dominicain qui participa à la défense de Basse-Terre pendant le siège de 1703, précise que les assaillants brûlèrent les habitations et détruisirent toutes les poteries servant au raffinage du sucre, afin de mettre à mal l’économie de la colonie : « […] les Anglais avaient brisé les pots et les formes à sucre de toutes les sucreries où ils avaient mis le pied. » (Labat 1993 [1732] : 430). Ces lignes permettent d’identifier à coup sûr la grande structure fossoyée comme un fossé défensif aménagé à ce moment-là – interprétation confirmée par les nombreux fragments de poteries de raffinage retrouvés dans son comblement.

16Au xviie s., les habitations étaient surtout des lieux de travail. Les maisons de maîtres étaient de taille modeste, fabriquées avec des matériaux de provenance locale et assez peu confortables (Charlery 2004 : 2). Leur plan caractéristique, qui a persisté jusqu’à la fin de l’Ancien régime, consistait en un corps de logis rectangulaire scindé en deux ou trois pièces en enfilade et ceint d’une galerie en tout ou partie.

17Le plan carré restitué à partir des vestiges fouillés ne relève pas de la même tradition. Il renvoie en effet à l’architecture hollandaise du Pernambouc, connue par l’iconographie : dans cette région du Brésil, occupée par les Hollandais de 1630 à 1654, les maisons principales des habitations--sucreries étaient plutôt carrées, dotées d’un étage et installées en position dominante par rapport aux installations industrielles (fig. 3). La concordance des données archéologiques et historiques permet donc d’interpréter ces vestiges comme ceux de la demeure de colons néerlandais, la chronologie du site indiquant la persistance du modèle « hollando-brésilien » pendant plusieurs décennies : édifiée quelque temps après le siège de 1703, la maison fouillée ne peut pas avoir été celle de Jacob de Suer, mort en 1671. Sa construction doit être attribuée soit à Hubert Van Susteren, disparu en 1712, soit à sa sœur ou demi-sœur Alette et à son beau-frère Élie Godet-Dubrois, qui héritèrent de ses biens.

Fig. 3 – Visite d’un moulin et de sa grande maison par Frans Post (1612-1680), Los Angeles County Museum of Art (LACMA) (© Wikimedia Commons).

18Enfin, l’appartenance des propriétaires à la religion réformée explique la présence d’un petit espace funéraire. Les cimetières paroissiaux étant des « lieux saints » au statut canonique dans la religion catholique, l’inhumation des huguenots y était impossible. En leur reconnaissant la liberté de pratiquer leur culte, l’édit de Nantes (1598) les avait autorisés à ouvrir des cimetières séparés. Sa révocation par l’édit de Fontainebleau (1685) entraîna l’apparition des cimetières de famille (Kirschleger s. d.).

Haut de page

Bibliographie

Ballet J. 1970-1974 [1890-1896]. La Guadeloupe : renseignements sur l’histoire, la flore, la faune, la géologie, la minéralogie, l’agriculture, le commerce, l’industrie, la législation, l’administration… Basse-Terre, Archives départementales de Guadeloupe, 1970-1974 (Nelle éd. en 5 tomes).

Casagrande F. 2010a. « Saint-Claude Desmarais : Cité de la Connaissance », Bilan scientifique de la région Guadeloupe et des collectivités de Saint-Martin et Saint-Barthélémy : 2006, 2007, 2008. Basse-Terre, ministère de la culture et de la communication, direction générale des patrimoines, direction régionale des affaires culturelles Guadeloupe, Saint-Martin et Saint-Barthélémy, service régional de l’archéologie : 115-117.

Casagrande F. 2010b. « Saint-Claude Desmarais : Cité de la Connaissance », Bilan scientifique de la Région Guadeloupe et des collectivités de Saint-Martin et Saint-Barthélémy : 2010. Basse-Terre, ministère de la culture et de la communication, direction générale des patrimoines, direction régionale des affaires culturelles Guadeloupe, Saint-Martin et Saint-Barthélémy, service régional de l’archéologie : 54-56.

Charlery C. 2004. « Maisons de maître et habitations coloniales dans les anciens territoires français de l’Amérique tropicale », In Situ, revue des Patrimoines, 5 [http://journals.openedition.org/insitu/2362 DOI : 10.4000/insitu.2362].

Du Tertre R. P.  J.-B. 2012 [1654]. Histoire générale des isles de S. Christophe, de la Guadeloupe, de la Martinique et autres dans l’Amérique. Où l’on verra l’establissement des colonies françoises…[éd. 1654]. Paris, Hachette Livre, Bibliothèque nationale de France (Histoire), 514 p.

Hulsman L. & van den Bel M. 2012. « Recherches en archives sur la famille Sweerts », Bulletin de la Société d’histoire de la Guadeloupe, 163 : 45-58 [http://id.erudit.org/iderudit/1036806arDOI 10.7202/1036806ar].

Kirschleger P.-Y. s.d. « Les lieux d’enterrement des protestants », Musée virtuel du protestantisme [www.museeprotestant.org/notice/les-lieux-denterrement-des-protestants-3].

Labat Père J.-B. 1993 [1732]. Voyage aux Isles : chronique aventureuse des Caraïbes, 1693-1705. M. Le Bris (éd.). Paris, Éditions Phébus (Libretto), 463 p.

Lafleur G. 1993a. « L’Habitation Desmarais de Basse-Terre extra-muros », GHC (Généalogie et histoire de la Caraïbe), Bulletin, 52 : 848-849 [www.ghcaraibe.org/bul/ghc052].

Lafleur G. 1993b. Saint-Claude : histoire d’une commune de Guadeloupe, Paris, Éditions Karthala, 362 p.

Lafleur G. 2012. « Familles hollandaises en Guadeloupe aux xviie et xviiie siècles », Bulletin de la Société d’histoire de la Guadeloupe, 163 : 59-75.

Parisis D. & Parisis H. 1995. Habitation distillerie Desmarais. Dossier d’inventaire, Drac Guadeloupe.

Plumier Père Ch. « Perspective de la ville de Basse-Terre : dessin aquarellé », in : Plantes de la Martinique et de la Guadeloupe. Avec des plans et des figures de sauvages de ces pays, dessinés, coloriés et décrits par… Paris, Bibliothèque nationale de France, Département des Estampes et de la Photographie, DE gd18.

Pruneau C. 2013. Les Néerlandais en exemple : l’image des Néerlandais dans les écrits religieux français portant sur les Antilles et la Côte Sauvage sud-américaine au xviie siècle. Mémoire présenté à la Faculté des arts et des sciences en vue de l’obtention du grade de M. A. en histoire Montréal, Université de Montréal, Département d’histoire, 95 p. [https://papyrus.bib.umontreal.ca/xmlui/bitstream/handle/1866/9996/Pruneau_Carl_2013_memoire.pdf].

Rateau M. 1993. « Comment Messieurs de James et de Maziéras sont morts en Guadeloupe », GHC (Généalogie et histoire de la Caraïbe), bulletin, 50 : 812-813 [www.ghcaraibe.org/bul/ghc050].

Schnakenbourg C. 1968. « Note sur les origines de l’industrie sucrière en Guadeloupe au xviie siècle (1640-1670) », Revue française d’histoire d’outre-mer, 55-200 : 267-315 [www.persee.fr/doc/outre_0300-9513_1968_num_55_200_1465].

Van Ruymbecke B. & Rossignol Ph. 1996. « De Van Susteren et quelques autres huguenots guadeloupéens », GHC (Généalogie et histoire de la Caraïbe), bulletin, 85 : 1714-1716 [www.ghcaraibe.org/bul/ghc085].

Haut de page

Notes

1 ANOM : C7A1, F° 163, 26 décembre 1669 : État des sucreries de l’isle guadaloupe & Grande Terre..., cité par Lafleur 2012 : 60.

2 Le père Charles Plumier (1646-1706), botaniste qui voyagea à trois reprises aux Amériques sur ordre du roi, en revint avec des manuscrits illustrés de planches extrêmement précises. Sa vue perspective de la ville de Basse-Terre montre les bourgs du Carmel et de Saint-François de part et d’autre de la Rivière aux Herbes, avec la raffinerie au centre et les habitations-sucreries à l’arrière-plan (Plumier 1688).

3 Constance obtint de son beau-frère le droit de continuer à résider dans la « maison de maître » de l’habitation de l’Espérance : elle apparaît dans le recensement des protestants effectué en 1687, avec une famille d’esclaves composée d’un homme, d’une femme, de cinq garçons et d’une fille.

4 ANOM : C8A19 F° 1, le 10/01/1713, M. Phelypeaux. Cité par Lafleur 2012 : 67.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Plan des vestiges (© F. Casagrande, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3870/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende Fig. 2 – Pichet en faïence de Delft (1701-1722) (© F. Casagrande, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3870/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 3 – Visite d’un moulin et de sa grande maison par Frans Post (1612-1680), Los Angeles County Museum of Art (LACMA) (© Wikimedia Commons).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3870/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 728k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabrice Casagrande, « Le destin d’une habitation-sucrerie de l’île de la Basse-Terre en Guadeloupe », Les nouvelles de l'archéologie, 150 | 2018, 36-39.

Référence électronique

Fabrice Casagrande, « Le destin d’une habitation-sucrerie de l’île de la Basse-Terre en Guadeloupe », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 150 | 2018, mis en ligne le 10 avril 2018, consulté le 20 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/nda/3870 ; DOI : 10.4000/nda.3870

Haut de page

Auteur

Fabrice Casagrande

Inrap Grand Sud-Ouest / Drom-Com – Centre de recherches archéologiques, route de Dolé, 97113 Gourbeyre,

fabrice.casagrande@inrap.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals