Navigation – Plan du site

L’océan Indien, des terres nouvelles pour l’archéologie

Virginie Motte, Édouard Jacquot et Thierry Cornec
p. 52-58

Texte intégral

Introduction

1De nombreuses terres françaises parsèment l’océan Indien (fig. 1) : La Réunion dans l’archipel des Mascareignes à l’est de Madagascar, Mayotte dans l’archipel des Comores à l’ouest, et enfin les cinq districts des Terres australes et antarctiques françaises (Taaf). Les premières, situées en zone tropicale, correspondent aux îles Éparses qui rassemblent l’archipel des Glorieuses, Juan de Nova, Europa et Bassas da India dans le canal du Mozambique à l’ouest de Madagascar et Tromelin, à l’est de Madagascar ; les secondes, en zone subantarctique, regroupent les îles Crozet, Kerguelen, Saint-Paul et Amsterdam, ainsi que la Terre Adélie sur le continent antarctique. Bien que ne formant pas une entité administrative unique, ces territoires couvrent tout le gradient latitudinal de l’hémisphère sud et sont gérés de façon unifiée par le service régional de l’archéologie de l’océan Indien.

Fig. 1 – Les départements et territoires d’outre-mer de l’océan Indien (© Crayon noir, P. Knoepfel & Taaf, A. Boissière, 2017).

2Une telle diversité géographique et climatique induit de grandes différences historiques. Située à la confluence des mondes arabe et africain, l’île de Mayotte, la plus anciennement peuplée (Dac Mayotte 2017), offre un exemple de métissage entre la culture swahilie, qui baigne la côte orientale de l’Afrique, et la civilisation austronésienne. Les premiers vestiges connus, datés du ixe s., témoignent d’une islamisation ancienne marquée par des phases de syncrétisme culturel. L’histoire de l’île de La Réunion (Dac-OI 2017), restée déserte jusqu’en 1663, est indissociablement liée à celle de la colonisation européenne. Elle est marquée par l’économie sucrière, l’esclavage et le marronnage, tout comme l’îlot de Tromelin où vécurent au xviiie s. des victimes de la traite négrière après le naufrage du navire qui les transportait illégalement de Madagascar à l’île Maurice. Enfin, au sud de l’océan, l’épopée industrielle et scientifique qui a débuté au xixe s. dans les terres antarctiques y a laissé un patrimoine à sauvegarder.

3L’archéologie dans l’océan Indien développe ainsi des problématiques originales. Si certaines ont été abordées aux Antilles et en Guyane, la plupart sont spécifiques à cette région du monde et connaissent depuis quelques années un renouveau important.

La Réunion, une archéologie récente pour une histoire courte (fig. 2)

Fig. 2 – Localisation des sites réunionnais mentionnés dans le texte (© Inrap, 2017).

4L’archéologie réunionnaise, longtemps focalisée sur la quête de trésors de pirates (avec ou sans autorisation), n’a commencé à se développer qu’à la fin des années 1990 (Gutierrez 2010). Depuis la mise en place, en 2010, d’un service régional de l’archéologie au sein de la direction des affaires culturelles - océan Indien (Dac-OI), la discipline s’organise durablement dans l’île (Jacquot 2014).

La structuration d’une programmation scientifique originale

  • 1 Située à plus de 2 200 m d’altitude et quasiment inaccessible, la « vallée secrète » a été découver (...)

5L’archéologie des Hauts de La Réunion, zone montagneuse au relief escarpé qui couvre près de 80 % du territoire de l’île, est apparue comme une priorité. Une intervention dans le cirque de Cilaos, à la « vallée secrète »1, sur un abri de pierres sèches construit et occupé dans le premier tiers du xixe s., a permis pour la première fois de caractériser un refuge d’esclaves marrons (Dijoux 2014). Aujourd’hui, cette thématique s’élargit pour tenter de modéliser le peuplement d’un territoire géographiquement fini au cours d’un intervalle chronologique également fini, des débuts du marronnage au peuplement créole des Hauts puis à leur dépeuplement relatif, lié à l’exode rural dans la deuxième moitié du xxe s. Dans cette perspective, des relevés lidar sont conduits sur le massif du Piton des Neiges, la planèze altimontaine du Maïdo et dans le cirque de Mafate, l’objectif étant de détecter d’éventuelles anomalies d’origine anthropique.

  • 2 Le projet cavernes / volcan porté par V. Motte a débuté en 2017 par l’exploration d’une cavité et v (...)

6Dans le massif du Piton de la Fournaise, autour de la Rivière des Remparts, des cavités sont sondées pour différencier des occupations à la signature archéologique identique. Qu’il s’agisse d’esclaves en fuite, de chasseurs de marrons, d’explorateurs du Volcan2 ou plus tard de toutes personnes qui cherchaient un refuge en traversant ces hautes montagnes, les recherches mettent en évidence le mode de survie des habitants des Hauts (Ferrandis 2016).

  • 3 L’archipel est représenté en 1154 sur le planisphère d’al-Idrîsî, savant arabe qui vivait à la cour (...)

7Parmi les problématiques définies afin de structurer l’archéologie à La Réunion, la plus ardue reste celle d’un éventuel peuplement antérieur à l’arrivée des Européens dans l’océan Indien. Les Mascareignes étant connues des Arabes3, il est possible qu’elles aient servi d’escale dont les traces discrètes ont disparu, sur des côtes considérablement modifiées par une forte érosion et les derniers siècles d’occupation. Il n’y a sans doute pas eu d’installation humaine pérenne au cours des deux derniers millénaires, tel qu’il en existe par exemple à Madagascar. Si un tel peuplement a existé, il aura laissé une empreinte environnementale mesurable à travers les registres paléobotanique et paléontologique. Pour mesurer cette éventuelle variation, il s’agit de caractériser l’environnement originel de l’île avant toute interférence humaine. Cette caractérisation a été ébauchée dans les années 1970-1980, grâce aux découvertes paléontologiques importantes d’oiseaux endémiques dans la grotte des Premiers Français (Mourer-Chauviré et al. 1999) et de tortues terrestres sur le site du Jardin d’Eden à l’Ermitage-les-Bains. Puis, dans les années 2010, plusieurs institutions ont coordonné une opération de prélèvement sur des dizaines de troncs d’arbre conservés à l’état organique dans la Rivière des Galets, entre La Possession et Saint-Paul : cette paléo-forêt, datée de plus de 1 500 ans, représente un témoin unique de la forêt primaire à cet endroit de l’île (Ribes-Beaudemoulin et al 2016).

  • 4 Le site est fouillé par l’Inrap pendant le premier trimestre de l’année 2018.

8Dans l’attente de nouvelles découvertes, sont recherchées les premières traces du peuplement qui, en l’état de la connaissance, débutent avec la colonisation définitive de l’île, effective à partir de 1663. Un sondage réalisé sur des constructions de pierre sèche sur le site du Vieux Saint-Paul, figuré sur des cartes du xviiie s., n’a daté qu’un bâtiment agricole du xixe s. (Peixoto 2016). En revanche, au Cap Champagne, une prospection a livré du mobilier céramique du xviiie s. sur l’une des plus anciennes concessions accordées dans l’île (Legros 2016). De même, toujours à Saint-Paul, c’est un habitat inédit qui a été découvert en diagnostic à proximité de la grotte dite des Premiers-Français : attribués à la seconde moitié du xviiie s., les vestiges immobiliers (trou de poteau, fondation maçonnée légère, niveaux de circulation) et mobiliers (céramiques chinoises et européennes, dont un saloir bourguignon) sont parmi les plus anciens assemblages fouillés à La Réunion (Cornec 2016)4.

Un équilibre entre archéologie programmée et archéologie préventive

  • 5 Hors-norme car il s’agit de la première grande opération préventive sous-marine en France.

9La mise en place de l’archéologie préventive a été déclenchée en 2011 par une opération hors norme5, le suivi de la Nouvelle route du littoral, entre La Possession et Saint-Denis. Depuis, d’autres diagnostics ont pu être prescrits. L’un, conduit dans la commune de Saint-Paul à la Pointe des Aigrettes, sur le site de l’ancienne usine sucrière de Grand-Fond, a donné lieu en 2014 à la première fouille préventive à La Réunion. Les archéologues ont mis en évidence un moulin à tuf, plusieurs bâtiments interprétés comme des magasins et un vaste système d’adduction d’eau, vestiges correspondant aux huit phases de fonctionnement de cet établissement du xixe s. (fig. 3) (Etrich 2016). Deux autres diagnostics ont été réalisés à Saint-Pierre ; l’un a révélé la théâtralité des aménagements extérieurs (allées, bassin) liant la maison de maître aux bâtiments industriels de l’usine de Pierrefonds (Rigal 2017) ; l’autre, qui concernait l’hôpital de l’usine de Grands-Bois, a mêlé archéologie de terrain, enquête historique et enquête orale (Cornec 2017a).

Fig. 3 – Vue générale de la fouille de Grand‑Fond à Saint-Paul, première fouille préventive à La Réunion (© S. Turay, 2014).

10Comme aux Antilles et en Guyane, l’archéologie industrielle est évidemment majeure à La Réunion et elle fournit de précieuses informations sur la mise en œuvre et l’évolution des techniques ou encore sur l’agencement des ouvrages industriels. Des opérations sont initiées précisément pour l’étude et la mise en valeur des sites : à Sainte-Rose, une fouille programmée au domaine de La Roseraye a mis en évidence un dispositif mécanique complet comportant chaudière, transmission et moulin, l’un des rares encore en place dans l’île (Rebeyrotte et al. 2016) et, en 2017, un diagnostic a été prescrit sur le domaine de Villèle à Saint-Paul, emblématique de l’histoire de l’esclavage.

  • 6 La fouille préventive exhaustive, prescrite en 2015 à la fois sur le sous-sol et le bâti, devrait ê (...)

11Au Lazaret 2 de la Grande-Chaloupe, qui a fonctionné du milieu du xixe au milieu du xxe s., les sondages ont mis au jour des objets personnels de migrants – pipes en terre cuite, perles de Venise prisées en Afrique et aux Indes, monnaies, etc. (Dijoux et al. 2013). Le phénomène carcéral a été analysé en 2013 grâce au diagnostic réalisé dans l’ancienne prison Juliette-Dodu de Saint-Denis, qui a fonctionné du xviiie au début du xxie s. : la base d’une geôle centrale a ainsi été mise au jour sous les cours actuelles (Romon & Jacquot 2016)6. En 2017, des sondages programmés ont concerné les cachots de la léproserie de Saint-Bernard. Enfin, d’autres opérations envisagées à Saint-Denis, dans le Parc de la Providence et sur le pénitencier d’enfants de l’Îlet à Guillaume (fig. 4), devraient éclairer l’histoire postérieure à l’abolition de l’esclavage, ces établissements témoignant des mutations de la société réunionnaise.

Fig. 4 – L’Îlet à Guillaume, dans les Hauts de Saint-Denis de La Réunion, fut un pénitencier pour enfants de 1864 à 1879 : isolés dans ces montagnes, ils travaillèrent à amener l’eau et à construire une route (© T. Cornec, Inrap, 2017).

12À La Réunion, l’archéologie urbaine n’a pas encore atteint le niveau de développement qu’elle a connu ces dernières années en Martinique par exemple (voir autres articles dans ce numéro). Cependant, quelques opérations récentes ont pu vérifier l’existence d’une stratigraphie et le potentiel des vestiges conservés. À Saint-Pierre, aux abords de la Maison de Canonville, ancien dépôt central des rhums installé en 1800, un diagnostic a permis de dégager le bâtiment du magasin (Silhouette 2015). À Saint-Paul, la fouille préventive des ruines de la villa Pota permettra d’étudier l’évolution du bâti public puis privé entre les xviiie et xixe s. À Saint-Denis, le diagnostic réalisé dans l’ancienne prison Juliette-Dodu a également permis d’enregistrer des faits sans doute témoins des prémisses de l’urbanisation. Les quartiers autrefois périphériques sont tout aussi riches en informations, avec un quartier artisanal du xixe s. dans le quadrilatère « océan » (Martin 2016) et les vestiges probables d’une partie d’un lazaret du début du xixe s. dans le périmètre de la caserne Lambert, construite en 1846 (Cornec 2017b). Les sondages de ces emprises moyennes s’avérant positifs, on sera d’autant plus attentifs aux résultats des diagnostics de grandes superficies prescrits sur la Nouvelle entrée ouest (Neo) de Saint-Denis et dans le quartier qui entoure l’usine du Gol à Saint-Louis, secteur en pleine rénovation urbaine.

13En milieu rural, plusieurs grands diagnostics de carrières, notamment sur les mi-pentes de l’île, constituent autant d’expérimentations pour tester la probabilité de découvertes aléatoires sur un territoire qui n’a pas la même profondeur historique que la métropole.

14Si l’activité opérationnelle est récente à La Réunion, les problématiques développées sont au cœur des évolutions actuelles de l’archéologie, désormais en mesure d’apporter une dimension factuelle à l’histoire de cette île.

Mayotte, un millénaire d’occupation en 40 années de recherches (fig. 5)

Fig. 5 – Localisation des sites mahorais mentionnés dans le texte (© Inrap, 2017).

15L’archéologie à Mayotte s’est développée depuis 1975 grâce au travail d’enseignants en poste sur l’île, travail conforté par la création, en 1990, de la société historique et archéologique de Mayotte (Sham). Parallèlement, la discipline s’est organisée au sein de la collectivité, qui s’est dotée d’une direction de la culture et du patrimoine en 2005 ; depuis que l’île est officiellement devenue le 101e département français, le 31 mars 2011, le service régional de l’archéologie basé à La Réunion met ses compétences à sa disposition dans le cadre d’une convention. En attendant qu’un service archéologique vienne étoffer la direction des affaires culturelles de Mayotte, Dac de plein exercice instituée sous l’autorité du Préfet en mars 2016, cette organisation a permis d’assurer les missions fondamentales de mise en place de la carte archéologique et d’inventaire des mobiliers archéologiques découverts fortuitement ou à la faveur des sauvetages urgents, relayés depuis 2013 par l’archéologie préventive.

16La recherche archéologique à Mayotte a longtemps privilégié les périodes médiévale et moderne avant de s’intéresser à la période contemporaine qui s’ouvre avec le rattachement de l’île à la France, en 1841.

Un immense potentiel archéologique enfin mis en évidence

17Les fouilles programmées entre 2006 et 2012 à Acoua, sur la côte nord-ouest, font du site d’Agnala Mkiri l’un des mieux documentés de l’île. Les niveaux étudiés s’étendent sans discontinuité de l’an Mil au xve s., suivis d’une occupation plus diffuse à l’époque moderne. Ils correspondent à un habitat aristocratique (xive-xve s.), une mosquée (xiie-xiiie s.), un enclos pastoral (xiie s.), une porte du village (xiie-xive s.). L’ensemble éclaire les évolutions intervenues entre la fin de la période Dembéni (xiie s.) et l’avènement du sultanat shirâzi à la fin du xve s. (Pauly 2013).

18Datées du xie au xiiie s., les tombes fouillées depuis 2012 dans la nécropole voisine d’Antsiraka-Boira (fig. 6) sont d’architecture musulmane, avec un enclos quadrangulaire de dalles sur chant. Les parures funéraires qu’elles contiennent sont un témoignage rare des choix esthétiques des Mahorais, du syncrétisme qu’ils pratiquaient entre plusieurs traditions religieuses et de l’intensité des échanges dans l’océan Indien médiéval : les dizaines de milliers de perles dont elles sont faites sont, pour certaines, façonnées dans des coquillages provenant d’Afrique ; les autres, enroulées ou étirées en pâte de verre colorée, sont dites indo-pacifiques car elles proviennent du sous-continent indien ou du sud-est asiatique (Pauly & Ferrandis 2018).

Fig. 6 – Vue zénithale de la zone de fouille de la nécropole médiévale d’Antsiraka Boira à Acoua (© DroneGo / J. Mathey, 2016).

19Les recherches ont également repris entre 2013 et 2016 sur le site de Dembeni Ironi Be, un ancien comptoir actif du ixe au xiie s. Il s’agissait d’en expliquer la prospérité, perçue grâce à la qualité des mobiliers d’importation recueillis dans un grand dépotoir, céramiques et verreries arabes, persanes, malgaches et chinoises, sans doute obtenues grâce au commerce du cristal de roche exploité à Madagascar et exporté vers le monde arabo-musulman, voire jusqu’à l’Occident chrétien (Pradines 2013).

20Enfin, une nouvelle campagne a été lancée en 2015 dans la vaste nécropole littorale de Bagamoyo à Dzaoudzi-Labattoir, en Petite Terre, où les tombes les plus anciennes remontent au ixe s. Les sépultures indiquent l’adoption, dès cette époque, des rites funéraires musulmans, preuve de contacts précoces entre les peuples de l’archipel et leurs voisins islamisés (Courtaud et al. 2015). L’enjeu est, à l’avenir, de rechercher l’origine de migrations anciennes et le métissage éventuel de ces populations, grâce aux progrès de la paléogénétique.

Des réponses progressives à la disparition des vestiges

21De nombreux sites archéologiques de Mayotte mériteraient une étude approfondie mais, depuis la création du service régional de l’archéologie, les recherches ont été prioritairement orientées vers les gisements sédimentaires en danger et échappant à l’archéologie préventive car menacés soit par l’érosion naturelle, soit par un aménagement informel.

22Plusieurs d’entre eux ont donc bénéficié, entre 2011 et 2016, d’opérations autrefois qualifiées de sauvetages programmés. À Dzaoudzi, ce sont deux sites funéraires de la période moderne qui ont ainsi été fouillés. En septembre 2011, sur le chantier du Poste de commandement de sécurité (Pcs) de la préfecture, des sépultures musulmanes accompagnées de dépôts funéraires ont été mises au jour. D’autres inhumations sans mobilier, fouillées en septembre 2012 sur la plage du Bouilleur occupée par un détachement de la Légion étrangère, ont pu être datées au radiocarbone. La dimension de sauvetage n’est pas absente non plus des principales fouilles programmées de Agnala Mkiri et Dembeni Ironi Be, concernées par l’urbanisation contemporaine, ni de celles de Bagamoyo, site touché par l’érosion du littoral de Petite Terre.

23Cette surveillance s’est récemment élargie au littoral de la Grande Terre qui semble également avoir accueilli de très nombreuses nécropoles de toutes périodes. Les grandes marées de la fin 2015 ont ainsi mis au jour deux nouveaux ensembles funéraires qui ont immédiatement bénéficié d’interventions décidées par le département de recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines (Drassm). Sur la plage de Sakouli à Bandrélé, la sépulture d’un jeune homme ayant vécu entre le xixe et le xxe s. a pu être étudiée préalablement à son déplacement (Ferrandis à paraître). Sur la plage de Kangani Miangani à Koungou, une sépulture médiévale a été signalée en 2015 et une première fouille programmée, conduite en 2017, a mis au jour par ailleurs les restes d’un repas de coquillages datant de plusieurs siècles. Ces résultats permettent de proposer une première synthèse régionale sur le traitement des sites funéraires découverts en contexte littoral.

24La situation est généralement moins critique pour les vestiges en élévation, puisqu’ils sont plus évidents pour les non-spécialistes, y compris pour les décideurs qui sollicitent des procédures d’archéologie préventive. C’est le cas des ruines d’une petite usine sucrière située au Carrefour de Chiconi, à Ouangani, dans l’emprise de l’aménagement d’une station d’épuration. Suite à un diagnostic réalisé par le service, une fouille préventive conduite en 2014 a permis d’explorer une unité de production du xixe s. datant de l’époque de la machine à vapeur (Peixoto, ce volume). Un autre diagnostic a été prescrit avant la construction d’un lycée, autour des ruines de l’usine de Longoni (fig. 7) à Koungou.

Fig. 7 – Les ruines de l’usine sucrière de Longoni à Koungou sont concernées par un diagnostic préventif qui sera mis en œuvre en 2018 (© Inrap, 2017).

25En 2016, un diagnostic a été prescrit sur la mosquée de Tsingoni, dans le cadre d’un projet de restauration de ce monument historique du xvie s. qui sert toujours au culte. Il a permis de reculer la datation du site (Jégouzo, ce volume).

26À Mayotte comme à La Réunion, la promotion de l’archéologie programmée va de pair avec l’essor d’une archéologie préventive encore timide mais qui est appelée à se renforcer pour se substituer à la logique du sauvetage. Au titre des perspectives qu’elle promet, plusieurs opérations restent à prescrire : à Dzaoudzi, sur l’ancienne résidence des gouverneurs, à Tsingoni, avant la création d’une réserve d’eau très étendue ou encore à Mamoudzou, où de nouvelles lignes de transport en commun vont être mises en chantier.

Les Terres australes et antarctiques françaises, une archéologie industrielle au sens propre

27Les Terres australes et antarctiques françaises (Taaf) disposent depuis 1993 d’une mission pour le patrimoine historique qui coordonne la conservation, la restauration, l’étude scientifique et la valorisation de tous les éléments contribuant à la connaissance du passé : vestiges d’occupation humaine, bâtiments et équipements historiques des districts, mais aussi archives écrites, photographies et films, archives orales... Du 24 décembre 2007 au 7 février 2008, aux îles Kerguelen, la mission archéologique internationale ArchaeObs a ainsi fouillé le site de la Baie de l’Observatoire et les vestiges des stations scientifiques installées par les Anglais (1874-1875), les Allemands (1901-1905) et les Français (1908-1909 et 1912-1913), recherche complétée par des dépouillements et classements sur la base Port-aux-Français (Courbon & Le Mouël 2009).

  • 7 Le navire Marion-Dufresne effectue quatre rotations par an depuis La Réunion dans les Terres austra (...)
  • 8 Ces bâtiments métalliques remontent à l’époque de l’ouverture des bases, dans les années 1950. Ils (...)

28Les Taaf sont aussi un véritable laboratoire de réflexion sur la préservation du patrimoine dans des conditions climatiques extrêmes. Leur éloignement7 rend difficile l’entretien des sites et la restauration des objets, comme l’a démontré l’équipe de Jean-François Le Mouël en prélevant le chaudron en fonte de fer d’un fondoir à graisse repéré dans la vallée des Phoquiers, sur l’île de La Possession à Crozet (Le Mouël et al. 2014). Aujourd’hui, la sauvegarde passe largement par la numérisation en 3D, réalisée en 2010 sur les ruines de l’ancienne station baleinière Port-Jeanne-d’Arc aux Kerguelen, en 2017 sur les vestiges d’une exploitation de guano du xxe s. à Juan de Nova, dans les îles Éparses (fig. 8), et sur les bâtiments préfabriqués Fillod à Port aux Français, à Kerguelen8, avant une campagne prévue en 2018 sur la base Port Martin, en Terre Adélie.

Fig. 8 – Le débarcadère de l’usine de guano à Juan de Nova, dans les îles Éparses (© V. Motte, 2017).

29Enfin, on ne présente plus le projet Tromelin et les recherches terrestres et sous-marines menées depuis 2006 sur le naufrage de l’Utile en 1761 et la survie des esclaves rescapés, qui furent abandonnés sur l’îlot pendant quinze années (Guérout & Romon 2015).

30Tropicale ou polaire, subordonnée à l’isolement des sites, la recherche archéologique dans les Taaf s’attache à des problématiques peu ou pas abordées par l’archéologie contemporaine : vestiges industriels originaux, patrimoine scientifique et technique, témoins de la vie et de la mort de naufragés ou de travailleurs aux conditions pénibles. Ces vestiges sont eux-mêmes affectés par une extrême précarité qui appelle leur sauvegarde par l’étude avant leur disparition. Ainsi, à Crozet, c’est l’érosion marine qui a dévoilé les structures et objets du quotidien laissés au xixs. par les premiers occupants, dans la vallée des Phoquiers de la Baie Américaine. Répérés en 1993, explorés une première fois en 1998 puis en 2006, redécouverts à nouveau lors de l’OP3 2012 et confirmés lors de l’OP4 2017, ils mériteraient plus que jamais la mise en œuvre d’une fouille archéologique (fig. 9).

Fig. 9 – Installation de phoquiers dans la Baie Américaine de l’île de la Possession, dans l’archipel de Crozet. Au premier plan, on distingue les vestiges des cabanes (© A. Vaccaro, 2017).

En conclusion, les perspectives

31Ces travaux fondateurs permettent d’élaborer les cartes archéologiques de ces territoires et d’asseoir la programmation scientifique des prochaines années. Pour Mayotte et La Réunion, ces données offrent au Sra la possibilité de se doter des outils requis pour un tel exercice, comme les zones de présomption de prescription archéologique. Complétées par celles des opérations à venir, elles donneront aux chercheurs la matière nécessaire à de premières synthèses (le funéraire et la construction d’une typo-chronologie à Mayotte, les premiers peuplements ou l’archéologie du sucre à La Réunion, etc.).

  • 9 Ouverts au public, les troisièmes Entretiens du patrimoine de l’océan Indien avaient pour thème « P (...)

32L’histoire de ces territoires ne peut être appréhendée que dans leurs interactions réciproques et celles qu’elles entretiennent avec les pays africains riverains de l’océan Indien, avec Madagascar et avec l’Inde. Les nécessaires collaborations scientifiques à cette échelle sont facilitées par les Entretiens du patrimoine de l’océan Indien, organisés tous les trois ans par l’État (préfecture de La Réunion et Dac-OI), l’École d’architecture de La Réunion, l’antenne de l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Montpellier (Ensam), en partenariat avec le conseil régional, le conseil départemental et le rectorat de l’académie de La Réunion, ainsi qu’Île de La Réunion Tourisme (Irt)9.

Haut de page

Bibliographie

Cornec Th. 2016. La Réunion, Saint-Paul, Route des Premiers Français.Rapport de diagnostic. Inrap GSO. 64 p.

Cornec Th. 2017a. La Réunion, Saint-Pierre, Grands Bois. Rapport de diagnostic. Inrap GSO. 64 p.

Cornec Th. 2017b. La Réunion, Saint-Denis, Caserne Lambert. Rapport de diagnostic. Inrap GSO. 61 p.

Courbon P. & Le Mouël J.-F. 2009. Mission archéologique internationale en Baie de l’Observatoire, Îles Kerguelen, 2006-2007. Rapport. TAAF. 60 p.

Courtaud P., Convertini F. & M’Trengoueni M. 2015. « L’ensemble funéraire de Bagamoyo (Petite-Terre, Mayotte) : premiers témoignages des populations musulmanes de l’île », in : Courtaud P., Kacki S. & Romon Th. (dir.). Cimetières et identités. Pessac, Ausonius Éditions – Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine (Travaux d’archéologie funéraire. Thanat’ Os, 3) : 45-53.

Dac-OI 2017. Bilan scientifique régional de l’île de La Réunion 2011-2012-2013-2014-2015. Dac-OI, SRA. 192 p.

Dac Mayotte 2017. Archéologies mahoraises, 40 ans de recherches. Les patrimoines cachés, 6. 64 p.

Dijoux A.-L. (dir.), Courtaud P., Deguilloux M.-F., Jacquot É., Lachiche C. & Urzel V. 2013. Opération archéologique programmée au Lazaret n° 2 .Rapport de sondages archéologiques réalisés en 2012. CD 974 – Dac-OI, Sra. 169 p.

Dijoux A.-L. 2014. « L’archéologie du marronnage à La Réunion : le site de la “vallée secrète” dans le cirque de Cilaos », in : Delpuech A. & Jacob J.-P. (dir.), Archéologie de l’esclavage colonial. Paris, Inrap, La Découverte : 245-260.

Étrich Ch. 2016. La Réunion, Saint-Paul Pointe des Aigrettes, Grand Fond : archéologie d’une sucrerie réunionnaise au xixe siècle. Rapport de fouille préventive. Inrap GSO. 248 p.

Ferrandis M. 2016. Saint-Joseph, Rivière des Remparts, Caverne Lépinay. Rapport de sondage. Dac-OI, Sra. 56 p.

Ferrandis M. à paraître. « Sakouli, un hameau agricole de la seconde moitié du xixe au début du xxe siècle », Taãrifa, Archives départementales de Mayotte, 6 : 35-53.

Guérout M. & Romon Th. 2015. Tromelin, l’île aux esclaves oubliés. Paris, Inrap, Cnrs Éditions. 235 p.

Gutierrez M. 2010. Recherches archéologiques à La Réunion. Paris, Éditions Sépia. 118 p.

Jacquot É. 2014. « De la découverte d’un cimetière d’esclaves à la création d’un service d’archéologie à La Réunion », in : Delpuech A. & Jacob J.-P. (dir.), Archéologie de l’esclavage colonial. Paris, Inrap, La Découverte : 83-94.

Le Mouël J.-F., Arnaud P., Courbon P., Rebière J., Moreigneaux N., Jacquot É., Valcke S. & Péral J. 2013. « La vallée des Phoquiers aux îles Crozet. Un fondoir à graisse, témoin des premières occupations humaines », Archéopages, 38 : 40-47 [http://journals.openedition.org/archeopages/501].

Legros M. 2016. Saint-Paul, Cap-Champagne. Rapport de prospection. Dac-OI, Sra. 47 p.

Martin J.-M. 2016. Saint-Denis, Quadrilatère océan. Rapport de diagnostic. Inrap GSO. 70 p.

Mourer-Chauviré C., Bour R., Ribes S. & Moutou F. 1999. « The Avifauna of Réunion Island (Mascareign Islands) at the time of the arrival of first Europeans », Smithsonian Contributions to Paleobiology, 89 : 1-38.

Pauly M. 2013. « Acoua-Agnala M’kiri (Mayotte-976), Archéologie d’une localité médiévale (xie-xve s.) entre Afrique et Madagascar », Nyame Akuma, Bulletin of the Society of africanist archeologists, 80 : 73-90.

Pauly M. & Ferrandis M. 2018 ; « Le site funéraire d’Antsiraka Boira (Acoua, Grande Terre) : Islamisation et syncrétisme culturel à Mayotte au xiie siècle », Afriques, Varia, mis en ligne le 22 janvier 2018, consulté le 25 janvier 2018 [http://journals.openedition.org/afriques/2064].

Peixoto X. 2016. Saint-Paul, Le Vieux Saint-Paul. Rapport de sondages. Inrap CIF. 71 p.

Pradines S. 2013. « The rock crystal of Dembeni, Mayotte Mission Report 2013 », Calgary (Alberta) : Nyame Akuma, Bulletin of the Society of africanist archeologists : 59-72.

Rebeyrotte J.-F. (dir.), Lachery L., Ferrandis M. & Legros M. (collab.). 2016. Sainte-Rose, Domaine de la Roseraye. Rapport de sondages. Dac-OI, SRA, 170 p.

Ribes-Beaudemoulin S., Jacquot E., Lequette B., Mairine Ph., Rivière J.N.E., Metro P., Charles N. 2016. La paléoforêt de la Rivière des Galets. Rapport synthétique de prélèvement paléobotanique. Dac-OI, SRA. 84 p.

Rigal D. 2017. La Réunion, Saint-Pierre, Usine de Pierrefonds. Rapport de diagnostic. Inrap GSO. 70 p.

Romon Th. & Jacquot E. 2016. « Archéologie de l’ancienne prison Juliette-Dodu à Saint-Denis de La Réunion », Les Nouvelles de l’archéologie, 143 : 34-38.

Silhouette H. 2015. La Réunion, Saint-Pierre, Maison de Canonville. Rapport de diagnostic. Inrap GSO. 62 p.

Haut de page

Notes

1 Située à plus de 2 200 m d’altitude et quasiment inaccessible, la « vallée secrète » a été découverte fortuitement par un guide de montagne en 1995.

2 Le projet cavernes / volcan porté par V. Motte a débuté en 2017 par l’exploration d’une cavité et vise à s’étendre à l’ensemble des cavernes du massif du Piton de la Fournaise.

3 L’archipel est représenté en 1154 sur le planisphère d’al-Idrîsî, savant arabe qui vivait à la cour chrétienne de Sicile.

4 Le site est fouillé par l’Inrap pendant le premier trimestre de l’année 2018.

5 Hors-norme car il s’agit de la première grande opération préventive sous-marine en France.

6 La fouille préventive exhaustive, prescrite en 2015 à la fois sur le sous-sol et le bâti, devrait être réalisée en 2018.

7 Le navire Marion-Dufresne effectue quatre rotations par an depuis La Réunion dans les Terres australes et l’Astrolabe depuis la Tasmanie pour la Terre Adélie, et uniquement par avion militaire pour les îles Éparses.

8 Ces bâtiments métalliques remontent à l’époque de l’ouverture des bases, dans les années 1950. Ils sont pour la plupart abandonnés depuis des décennies et fortement dégradés par le vent et la corrosion.

9 Ouverts au public, les troisièmes Entretiens du patrimoine de l’océan Indien avaient pour thème « Patrimoine, mises en valeur et perspectives touristiques ». Ils se sont déroulés du 2 au 4 octobre 2017 à Saint-Denis de La Réunion. Ils ont rassemblé universitaires, chercheurs, conservateurs, architectes, urbanistes et décideurs venus de onze pays riverains de l’océan Indien.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Les départements et territoires d’outre-mer de l’océan Indien (© Crayon noir, P. Knoepfel & Taaf, A. Boissière, 2017).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3881/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 2 – Localisation des sites réunionnais mentionnés dans le texte (© Inrap, 2017).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3881/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 3 – Vue générale de la fouille de Grand‑Fond à Saint-Paul, première fouille préventive à La Réunion (© S. Turay, 2014).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3881/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 4 – L’Îlet à Guillaume, dans les Hauts de Saint-Denis de La Réunion, fut un pénitencier pour enfants de 1864 à 1879 : isolés dans ces montagnes, ils travaillèrent à amener l’eau et à construire une route (© T. Cornec, Inrap, 2017).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3881/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 5 – Localisation des sites mahorais mentionnés dans le texte (© Inrap, 2017).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3881/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 6 – Vue zénithale de la zone de fouille de la nécropole médiévale d’Antsiraka Boira à Acoua (© DroneGo / J. Mathey, 2016).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3881/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 7 – Les ruines de l’usine sucrière de Longoni à Koungou sont concernées par un diagnostic préventif qui sera mis en œuvre en 2018 (© Inrap, 2017).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3881/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 9 – Installation de phoquiers dans la Baie Américaine de l’île de la Possession, dans l’archipel de Crozet. Au premier plan, on distingue les vestiges des cabanes (© A. Vaccaro, 2017).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3881/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Virginie Motte, Édouard Jacquot et Thierry Cornec, « L’océan Indien, des terres nouvelles pour l’archéologie », Les nouvelles de l'archéologie, 150 | 2018, 52-58.

Référence électronique

Virginie Motte, Édouard Jacquot et Thierry Cornec, « L’océan Indien, des terres nouvelles pour l’archéologie », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 150 | 2018, mis en ligne le 24 avril 2018, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/nda/3881 ; DOI : 10.4000/nda.3881

Haut de page

Auteurs

Virginie Motte

Conservatrice régionale de l’archéologie, Ministère de la Culture, Direction des affaires culturelles de l’Océan Indien (Dac-OI)

virginie.motte@culture-gouv.fr

Articles du même auteur

Édouard Jacquot

Conservateur du patrimoine, Ministère de la Culture, Direction régionale des affaires culturelles de l’Île-de-France

edouard.jacquot@culture-gouv.fr

Articles du même auteur

Thierry Cornec

Référent océan Indien, Inrap

thierry.cornec@inrap.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals