Navigation – Plan du site

La mosquée de Tsingoni (Mayotte) Premières investigations archéologiques

Anne Jégouzo, Thomas Romon, Martial Pauly, Axel Daussy et Serge Dalle
p. 65-70

Texte intégral

  • 1 Attoumani ben Ahmed, le premier sultan shirazi de Mayotte, s’établit à Mtsamboro dans le dernier qu (...)

1Suite au classement au titre des Monuments Historiques de la mosquée de Tsingoni à Mayotte, décidé en 2015, l’État et la commune ont engagé un projet de restauration et de mise en valeur du site. En raison de l’importance historique de cette mosquée, emblématique de la ville choisie pour capitale par le sultan Issa (ou Ali ?) ben Mohamed vers 15301, le service régional d’archéologie a prescrit un diagnostic archéologique préalable aux travaux impactant les bâtiments et le sous-sol à l’intérieur et à l’extérieur. Les sondages, à la fois dans les enduits et dans les sols, avaient pour objectifs d’identifier et d’évaluer les vestiges mobiliers et immobiliers conservés aux abords de la mosquée, de les documenter et de les caractériser. L’opération cherchait aussi à comprendre l’évolution architecturale du monument et de la topographie environnante afin d’amender les hypothèses posées par les historiens, les architectes et la mémoire collective des habitants.

Le contexte géographique et historique

2Située dans l’océan Indien, Mayotte est la plus orientale des quatre îles de l’archipel des Comores (Grande Comore, Mohéli, Anjouan et Mayotte). Elle est située au nord du canal du Mozambique, à 500 km de la côte est du Mozambique et à 400 km de la côte ouest de Madagascar. Le village de Tsingoni est implanté sur l’une des pointes de la côte occidentale, par 45°06’’ de longitude est et 12°47’ de latitude sud. Cette pointe, qui culmine à une centaine de mètres au-dessus de la mer, forme une sorte de promontoire orienté est-ouest, isolé au nord par la vallée entaillée de la rivière Mrowalé et au sud et à l’ouest par la Baie de Tsingoni. La mosquée est construite à l’entrée de cet éperon, le bourg se développant à l’arrière, vers l’ouest. Elle constitue ainsi une « véritable place forte inaccessible par la côte et un excellent site défensif » (Liszkowski 2000 : 286).

  • 2 Niche sanctuaire installée dans le mur orienté vers la Mecque, la qibla.
  • 3 La date comme le nom du sultan semble erronée suite à une erreur de traduction de l’inscription.

3La première mention du village de Tsingoni se trouve dans le Kitab-ı Bahriye ou Livre de Navigation de l’amiral ottoman Piri Reis, qui le rédigea entre 1511 et 1521 (Lalanne 2015 : 8). Le cartouche ornant le mihrab2 indique que la mosquée a été construite en 1538 par le sultan Ali (Pauly 2011b : 622-631). La carte Relevé exact de l’île de Mayotta de 1680 spécifie la présence du roi dans la ville et précise que la mosquée peut accueillir 1 000 hommes (Lalanne 2015 : 8). La capitale a dû être détruite vers la fin du xviiie s. Des textes du xixe s. évoquent « une ville arabe très bien fortifiée » et Vincent Noël, en 1841, décrit « Tchingoni, l’ancienne capitale, dont il ne reste rien aujourd’hui que quelques pans de murailles, des pierres tumulaires couvertes d’inscriptions arabes et des débris de mosquée. » (cité in Lalanne 2015 : 9). Trente ans plus tard, dans son Essai sur les Comores (1870), Alfred Gevrey ajoute : « Le sultan Haïssa y bâtit la mosquée qui subsiste encore aujourd’hui, quoiqu’en très mauvais état. Les murs très épais sont en chaux et corail et la couverture en feuille de cocotiers. Deux rangées de lourds piliers partagent l’intérieur en trois petites nefs. De chaque côté de la niche du chœur on voit deux versets du Coran inscrits en lettres arabes sur des plaques de terre cuite, couvertes d’un vernis de couleur verte. Une autre inscription, également en pur arabe, indique que la mosquée a été bâtie en l’an 944 de l’Hégire (1566)3. Ce monument est lourd et massif, avec des ouvertures en ogive écrasée. Devant la porte, à droite de l’escalier, on voit le tombeau d’Haïssa, petite construction rectangulaire en ciment avec socle, corniche et couverture, ornée sur les côtés d’applications de porcelaine à fleurs bleues dont il reste quelques fragments. L’intérieur du mausolée, haut d’environ 1,50 m, est vide et éclairé par des trèfles. À côté se trouvent plusieurs tombeaux de sultans et de sultanes, entre autres celui de Magoina Aminah, fille d’Haïssa ; ces sépultures, élevées dans le même style, entouraient la mosquée ; elles sont complètement ruinées, ainsi d’ailleurs que la ville de Chingoni ; il ne reste que quelques pans de murs de l’enceinte et une quarantaine de baraques. Mais ce lieu est encore en grande vénération parmi les Arabes ; et ce n’est pas en démolissant, comme l’a fait un colon il y a quelques années, les murs de cette mosquée pour faire de la chaux avec le corail que nous gagnerons les sympathies de la population. » (cité in Lalanne 2015 : 14).

4La mosquée semble ensuite avoir peu évolué jusqu’aux années 1980, époque à laquelle est conçu un vaste programme d’agrandissement.

  • 4 Mosquée de la côte de l’Afrique de l’Est.

5Le bâtiment d’origine s’inscrit au sein du corpus des mosquées swahilies4 de l’océan Indien (Pradines & Brial 2012 : 68), apparues dès le ixe s. sur la côte orientale africaine (Pradines 2003 : 358). La plus ancienne reconnue actuellement à Mayotte, sur le site d’Acoua, remonterait aux xiie-xiiie s. En dépit de quelques variantes, l’organisation topographique des mosquées swahilies est la suivante : « [Elles…] ont une salle de prière rectangulaire flanquée d’ailes latérales étroites, faisant généralement un tiers de la largeur de la salle centrale. Ces mosquées n’ont pas de tour minaret et sont bordées d’une petite cour où se pratiquent les ablutions. Certaines mosquées comportent une rangée centrale de piliers placée face au mihrâb. La niche du mihrâb n’est pas intégrée dans le mur et forme une protubérance quadrangulaire à l’extérieur de la mosquée. » (idem : 359).

Résultats de l’expertise archéologique (fig. 1)

Fig. 1 – Relevé par photogrammétrie 3D de la mosquée et des sondages. Les constructions récentes et la nouvelle toiture ne permettent pas un tel point de vue qui donne une vision d’ensemble de la mosquée historique (© A. Daussy, Inrap).

Phase 1 (xiie-xive s.). Un premier niveau anthropisé

6Dans tous les sondages profonds, au-dessus du niveau de latérite pure correspondant à la couche géologique, a été observé un niveau de limon brun rouille homogène avec des inclusions de nodules de charbon et de rares fragments de céramique indiquant une anthropisation de ce premier niveau. Il est à noter que toute la céramique récoltée se concentre dans le secteur de la future mosquée, celle-ci ne semblant pas déjà construite. Ces indices dévoilent-ils une première occupation aux traces particulièrement diffuses, aucune structure n’ayant pu être observée ? Si une occupation du site de Tsingoni peut tout à fait s’envisager dès le xiiie s., sa localisation précise, son organisation topographique et son étendue restent à définir intégralement. Seules d’autres opérations archéologiques, localisées dans le bourg ou ses alentours, permettront d’apporter de nouvelles informations sur la morphogenèse de la cité.

Phase 2 (xiv e-xve s.). Une première mosquée

7Différents sondages réalisés à la fois dans les élévations et dans le sous-sol de la mosquée ont révélé une première série de maçonneries présentant un mode de construction similaire. Les fondations observées, débordant d’une dizaine de centimètres, sont installées dans une tranchée étroite. Elles sont montées en dalles ou blocs de beach-rock (grès de plage) de grand appareil non équarris, montés de chant et liés par un mortier de chaux blanc à sable moyen. Observées deux fois en plan, elles ne dépassent pas 0,45 cm d’épaisseur. Les élévations en appareil irrégulier sont également montées en blocs de beach-rock mais liées par un mortier de chaux blanc crème à petits galets.

8L’ensemble de ces maçonneries est antérieur à toutes les autres constructions. De plus, aucun appareillage identique n’a été observé dans les murs latéraux ou sur le pignon sud. L’association de ces données permet de supposer la présence d’un premier édifice plus petit, en partie démoli par la suite, dont le plan aurait anticipé celui de la salle de prière avec un mur sud repoussé de 30 cm, soit un bâtiment de 9,60 m de long sur 5,40 m de large.

9À l’extérieur du mihrab, un sondage a mis en évidence une première maçonnerie en beach-rock relativement proche de ces fondations, bien que les blocs soient maintenus par un mortier plus foncé. Cette différence de couleur de liant résulte-t-elle simplement d’un autre gâchage ou se rattache-t-elle à une autre phase de construction ? Dans le cas de la première hypothèse, cette maçonnerie rattachée à la première mosquée indiquerait la présence d’un mihrab débordant par rapport aux limites du plan actuel. Les vestiges de décor architectural retrouvés à l’extérieur dans des remblais pourraient provenir de la démolition de cet espace consacré.

10Des sols intérieurs en mortier de chaux crème, contemporains du premier état de la mosquée, ont également été identifiés (fig. 2). À l’extérieur du bâtiment primitif et à proximité immédiate de son mur oriental, on distingue une aire de travail avec des résidus de mortier liés à la construction de la mosquée. Le mobilier céramique date cet événement autour du xive s. Des trous de poteau pouvant indiquer la présence d’échafaudages sont également visibles à l’ouest.

Fig. 2 – Fouille à l’intérieur de la mosquée. Les sondages réalisés manuellement ont permis de dégager les sols anciens de l’édifice. En arrière-plan, les sondages d’archéologie du bâti (© A. Jégouzo, Inrap).

11Si une amorce de plan peut être proposée, elle repose néanmoins sur des données trop lacunaires pour être complète. Où se situent les ouvertures, portes, baies ? Y a-t-il des aménagements intérieurs ? Des annexes du type bassin, galerie, cour, complètent-elles l’ensemble religieux ? S’agit-il d’une mosquée ?

Une zone d’habitat aux abords

12Plus à l’est, à l’extérieur de la mosquée actuelle, différents niveaux contemporains de cette -deuxième phase d’occupation ont pu être identifiés dans les tranchées. La nature des structures (sol, murs, fosses) permet de les associer à une zone d’habitat domestique, caractérisée par une super-position de sols en mortier de chaux ou terre battue. Leur composition relativement fragile tend à les identifier comme des espaces intérieurs. Ils sont d’ailleurs, pour certains, associés à des maçonneries. La présence de bâtiments maçonnés en pierre révèle peut-être le haut statut de l’édifice : il est en effet traditionnellement reconnu qu’au Moyen Âge, seuls l’enceinte, la mosquée et le palais étaient édifiés en pierres (Pauly 2007 : 12). Le mobilier céramique inscrit ces aménagements aux xive et xve s.

13Un niveau récurrent d’argile crue a également été observé. Il apparaît comme une couche d’argile vert-bleu hétérogène de 3 cm d’épaisseur, intercalée entre les niveaux de sol en mortier et les couches d’occupation. S’agit-il d’un réel sol construit, d’un radier imperméable ou d’un niveau de démolition ? Un muret en terre crue a en effet été observé à proximité de la mosquée. Si les limites de l’exercice ne permettent pas de développer plus en amont, cette structure dévoile néanmoins un autre mode de construction.

14Des batteries de silos et autres fosses implantées dans ces niveaux se révèlent relativement contemporaines. De même, des fosses de gâchage et un puits pourraient se rattacher à cette occupation.

15L’association de toutes ces données permet d’avancer un début d’hypothèse sur l’organisation spatio-fonctionnelle de l’entrée de la cité : au sein d’un enclos ceinturant probablement le promontoire rocheux, autour d’une petite mosquée, un espace d’habitat à forte densité se serait développé, avec des zones de stockage, l’extrémité occidentale semblant davantage vouée à des activités artisanales ou domestiques.

Phase 3 (xvie-xviiie s.). Agrandissement de la mosquée

16La phase 3 marque une refonte totale de la mosquée avec embellissement et agrandissement des espaces consacrés. Ce vaste programme architectural répond probablement à l’installation du Sultan Ali à Tsingoni et au changement de statut de la ville, devenue capitale du sultanat au début du xvie s.

17Les cartouches visibles au niveau du mihrab indiquent, suivant la traduction faite par M. Pauly, que le sultan l’a construit en 1538. Comme nous l’avons dit précédemment, il reprend très certainement le plan initial du premier mihrab. L’expertise réalisée uniquement sur ses fondations a montré une construction en coraux blancs taillés en moyen appareil très régulier et posés sur l’arase des fondations antérieures, voire sur une semelle de réglage spécifique. Le reste de l’élévation utilise très certainement le même matériau. Ce corail très pur ne semble pas prélevé à Mayotte et une étude pétrographique pour établir sa provenance pourrait se révéler intéressante. L’utilisation d’un matériau d’importation indique déjà une véritable ambition esthétique pour un programme, de fait, ostentatoire.

18Sur le décor lui-même, des éclats dans la peinture actuelle ont dévoilé des traces de polychromie antérieure, rouge et bleu.

19Le sol en mortier de chaux mis en place lors du réaménagement du mihrab a fait l’objet d’un entretien régulier, comme l’indiquent plusieurs litages de chaux parfois visibles. Un autre sol en mortier de chaux, lui aussi posé à l’intérieur du mihrab, mais légèrement surélevé et séparé par le muret de corail, matérialisait une véritable séparation entre l’intérieur et l’extérieur du sanctuaire. Quelle est la raison de ce type d’aménagement relativement inédit ?

20Les relations stratigraphiques du sol contemporain du nouveau mihrab avec les murs environnants ont permis d’identifier approximativement le plan de la mosquée du xvie s. Les deux collatéraux édifiés de chaque côté de la mosquée initiale mesurent 2,40 m de large chacun. Les murs sont montés avec des matériaux divers, blocs de corail, concrétion corallienne, beach-rock, un appareil beaucoup plus irrégulier que celui mis en œuvre précédemment.

21L’agrandissement de la mosquée vers le sud n’a pu être établi au cours de cette étude. L’extrémité sud se limite-t-elle au pignon du premier édifice ou se développe-t-elle jusqu’au pignon actuel ? Cette dernière hypothèse paraît probable au regard de la symétrie soignée portée au mihrab, signe d’une recherche d’architecture harmonieuse et équilibrée.

22Dans la même phase, mais après la pose du premier sol, deux piliers ont été installés dans l’espace de la mosquée initiale. Le plus au nord, conservé intégralement en élévation, est placé devant le mihrab, mais légèrement décalé vers l’est. Le second, observé uniquement en fondation, était encore plus décalé vers l’est. Leurs fondations se révélant identiques dans la mise en œuvre, une élévation similaire peut être envisagée, soit un pilier octogonal de 70 cm de large. L’aspect massif de ces maçonneries interroge. Quelle est la fonction de piliers si imposants ? Sont-ils réellement utiles pour soutenir une simple ferme ou supportent-ils un autre aménagement ? La mosquée de Domoni, sur l’île voisine d’Anjouan, apporte peut-être quelques réponses : les deux piliers octogonaux de son mihrab supportent une élévation d’un étage.

23Enfin, l’organisation des ouvertures reste encore une fois à identifier pour cette phase, les baies et portes actuelles résultant d’aménagements postérieurs.

L’occupation funéraire des abords

24À l’extérieur de la mosquée, une nouvelle aire funéraire monumentalisée s’organise à proximité immédiate du mur gouttereau oriental et du mur de qibla au nord. Les deux mausolées encore en élévation comme la tombe nord participent pleinement à cet épisode. Ils n’ont pas été étudiés dans leur intégralité lors du diagnostic archéologique, la stratégie choisie étant d’établir leur relation avec les autres structures à travers une approche stratigraphique des fondations et des niveaux de circulation, lesquels sont apparus particulièrement perturbés par les creusements des sépultures postérieures, supprimant toute relation directe entre les maçonneries. Seul un niveau de sol en mortier de chaux contre le mur extérieur du mihrab évoque un traitement particulier des abords immédiats de la mosquée.

25Les mausolées sont montés en appareil irrégulier et recouverts d’enduit de chaux. Leurs dômes sont quant à eux intégralement construits en petits blocs de coraux non taillés. Chaque façade possède un décor de deux céramiques incrustées qui semblent toutes avoir été reprises avec un enduit béton, les céramiques actuelles étant probablement issues d’une restauration plus ou moins hasardeuse.

26Le dégagement de la porte d’un mausolée a mis en évidence un niveau de seuil à 0,40 m sous le niveau actuel. Les fondations, profondes et largement débordantes, paraissent contemporaines de petits bâtiments ou enclos funéraires rectangulaires édifiés entre la mosquée et les tombeaux. Ces derniers, marqués par des murets étroits aux fondations légères, montrent une interaction entre les maçonneries, avec des réutilisations de parements. Toutes ces constructions se développent en élévation à partir d’un niveau de sol probablement contemporain du collatéral oriental, c’est-à-dire de l’agrandissement de la mosquée au xvie s.

27Comme déjà évoqué, un enclos conserve un comblement de démolition de décor. S’il peut appartenir au premier mihrab, il peut également être associé aux débris d’une toiture effondrée in situ. Les voûtes des mausolées présentent en effet un décor de vagues tressées (Pauly 2011a).

28Enfin, le piquetage d’une partie d’un mur au nord de la qibla indique la présence d’une porte rappelant sans trop d’équivoque les ouvertures des mausolées. Ainsi, le tombeau dit du sultan pourrait en fait correspondre à un mausolée aujourd’hui arasé et s’inscrivant dans l’aire funéraire bâtie, centrée sur la mosquée.

Habitat

29Au cours de cette troisième phase, l’organisation des abords de la mosquée reste identique à celle de la phase précédente, bien que deux épisodes de destruction et de reconstruction aient été enregistrés. Ils se traduisent par des traces de rubéfaction des sols en mortier de chaux et par la mise en place de nouveaux sols quelques centimètres au-dessus. Toutefois, l’organisation générale reste la même, les sols et la batterie de silos se superposent, les creusements des nouveaux silos recoupant les précédents.

Phase 4 (xviie-xixe s.). Reprises de la mosquée

30Les nombreuses reprises des maçonneries intervenues par la suite ont été classées arbitrairement dans la phase 4. Elles ont pu être observées au cours des différents sondages mais les limites de l’expertise n’ont toutefois pas permis de les dater avec précision, ni de les interpréter et encore moins de les inscrire dans l’évolution architecturale de la mosquée.

31Le mur gouttereau ouest de la mosquée médiévale paraît avoir été arasé et décalé de 40 cm vers l’ouest. La raison de cette transformation reste énigmatique.

32Une baie a ensuite été aménagée dans cette nouvelle maçonnerie. De façon étonnante, le seuil se trouve à 0,50 m au-dessus des niveaux de sols observés. S’agit-il d’une porte ou d’une baie ? Quelle était sa fonction ? Assurait-elle un passage ou l’éclairage du bâtiment ? D’autres baies identiques ont-elles été ouvertes dans le mur de la galerie ?

33Toutes les portes et baies actuelles résultent d’aménagements secondaires. Ainsi, les baies du mur oriental semblent reprendre d’anciennes ouvertures. Les passages entre les différents espaces de la mosquée présentent tous des jambages identiques et postérieurs au reste des maçonneries. La porte sud correspond également à une reprise. La porte rectangulaire centrale dans le mur ouest pourrait être contemporaine.

34Enfin la porte nord, dite des notables, se rattache peut-être à la phase d’élargissement du collatéral ouest.

35La galerie occidentale n’est pas datée avec précision : elle peut être contemporaine de l’agrandissement du collatéral ou avoir été aménagée au cours de la phase 3.

36Des sols peu significatifs et les maçonneries de murs presque totalement arasés ont été observés directement sous la dalle béton de la galerie. Les photographies anciennes montrent un bassin à ablutions dans la galerie. Les vestiges découverts illustrent-ils différents aménagements successifs de ce type ?

37À l’intérieur, le mur pignon sud de la première mosquée a été détruit pour être remplacé par un mur légèrement décalé vers le nord. Cette transformation n’est absolument pas calée chronologiquement. Comment s’explique la démolition d’une partie de la mosquée médiévale ? Est-ce dû à un programme architectural, à une catastrophe climatique ou humaine, à une récupération massive des matériaux ?

  • 5 Sorte d’escabeau faisant office de chair pour l’Imam lors du sermon.

38Les différents sondages réalisés sur le minbar5 ont permis de constater une mise en œuvre en pierre avec des remplois de pierres de taille. Au moins deux phases de construction ont été observées et elles sont toutes deux postérieures au mur de qibla, des couches d’enduits étant conservées entre le mur de qibla et le minbar. Les fondations peu profondes de ce dernier indiquent qu’il pourrait être contemporain du dernier sol de la mosquée.

39Une nouvelle maçonnerie plus étroite, conservée sur toutes les arases de murs extérieurs, a été montée afin de surélever la mosquée d’environ 0,40 m. Cette transformation s’inscrit certainement dans le programme d’installation d’une toiture à deux pans encore visible actuellement. Une rapide étude de l’espace compris sous le toit montre des arases de murs à des hauteurs variables, indiquant déjà plusieurs phases de couverture. Des sablières hautes conservent également l’empreinte d’anciennes fermes ou poutres de soutènement. Une étude complète des maçonneries et le démontage des faux plafonds permettraient probablement d’associer ces reprises à l’histoire architecturale de la mosquée et, peut-être, d’identifier les différents modes de couvrement du bâtiment.

Les abords

40Au xixe s., l’occupation funéraire devient plus dense à l’est de la mosquée et semble se développer également au nord-ouest de celle-ci, dans le cimetière nord. L’approche archéologique a essayé de préserver, dans la mesure du possible, les sépultures rencontrées tout en cherchant à identifier les gestes funéraires et à caractériser les individus inhumés. D’un point de vue général, la conservation excellente des ossements rend la lecture des indices archéo-anthropologiques relativement aisée. Si l’échantillon étudié demeure insuffisant pour généraliser, toutes les pratiques identifiées se rapportent aux rites musulmans : des individus déposés individuellement, sans mobilier associé, sur leur côté droit, la tête à l’ouest et regardant vers le nord (la Mecque), dans une alvéole creusée dans l’une des parois de la fosse (ou directement dans la fosse pour certains des plus petits enfants) et laissée vide. Pour trois immatures, des pierres étaient déposées directement sur leur tronc, très probablement pour maintenir la position des cadavres. Un seul adulte a été formellement identifié pour cette phase. Ce déséquilibre des âges au décès est très certainement à mettre en relation avec la faiblesse de l’échantillon. Des monuments funéraires maçonnés appartiennent également à cette quatrième phase.

Phase 5 (xxe s.). La mosquée

41En l’absence d’éléments fiables de datation, certaines des transformations évoquées pour la phase 4 peuvent également s’inscrire dans la phase 5.

  • 6 Lieu d’enseignement, école.

42La madrasa6 actuelle a été édifiée récemment. Selon l’étude historique, elle a été aménagée dans une citerne transformée en école par l’ouverture de fenêtres et portes. Le sondage intérieur réalisé dans cet espace a en effet mis au jour une dalle de béton à 1,30 m de profondeur qui peut tout à fait correspondre à l’aménagement de la citerne.

Les abords

43Les photographies anciennes présentent l’entrée nord de la mosquée aménagée, avec une cour fermée par des murets ceinturant des tombes maçonnées. Cet aménagement a été en partie observé sous le dallage actuel à travers la présence d’un sol, d’un muret et d’une porte avec les négatifs de fermeture en excellent état, laissant présager une très bonne conservation de cet espace.

44L’occupation funéraire des cimetières nord et est semble donc s’être poursuivie au xxe s.

45L’habitat périphérique à ces cimetières n’est connu que par les photographies aériennes et le cadastre.

Conclusion

46Les vestiges découverts lors du premier diagnostic archéologique conduit sur le site de la mosquée et dans la commune de Tsingoni sont aussi denses et riches que le laissait présager le statut de capitale du sultanat acquis au xvie s.

47L’occupation du xiiie-xive s. est attestée par des traces d’habitat et les vestiges d’une mosquée primitive en pierre. Ce modeste ensemble bâti se développe largement par la suite, très probablement avec l’installation du sultan dans la cité. Si les sources textuelles indiquent un fort déclin à partir du xviiie s., la mosquée est sujette à de nombreuses transformations jusqu’à une période très récente. De même, ses abords restent une aire funéraire privilégiée jusqu'au tout début du xixe s.

48Ce diagnostic, avec son flot de données inédites, dévoile une évolution architecturale complexe qui ne pourra être comprise qu’à partir d’une lecture intégrale des maçonneries, voire du sous-sol. De même, seule une fouille permettrait de mieux comprendre l’organisation spatiale autour de la mosquée, organisation à peine effleurée dans le cadre de cette première intervention.

49Si quelques réponses ont pu être apportées sur l’histoire de l’édifice, cette opération ouvre un champ de problématiques qui la dépassent largement. À l’aune des transformations radicales subies par de nombreux édifices musulmans de Mayotte, la mosquée de Tsingoni représente un patrimoine archéologique exceptionnel.

Haut de page

Bibliographie

Lalanne M. 2014. Mosquée de Tsingoni. Étude historique. Étude d’évaluation, octobre 2015, sous la direction des Ateliers Prévost, Dzaoudzi, 56 p.

Liszkowski H. D. 2000. Mayotte et les Comores, escales sur la route des Indes aux xve et xviiie siècles. Mamoudzou, Éd. Baobab (Mémoires), 415 p.

Pauly M. 2007. « Processus d’urbanisation à Acoua à partir des xve-xvie siècles, Mayotte au temps des cités », Univers Maoré, 8 : 12-19.

Pauly M. 2011a. « Archéologie, Mayotte, Océan Indien » [http://archeologiemayotte.over-blog.com [consultation du 15/11/2016].

Pauly M. 2011b. « Développement de l’architecture domestique en pierre, à Mayotte, au xiiie-xviie siècle ; avec en annexe les inscriptions de la mosquée shirazi de Tsingoni » in : C. Radimilahy & N. Rajaonarimanana (dir.), Civilisations des mondes insulaires (Madagascar, îles du canal de Mozambique, Mascareignes, Polynésie, Guyanes) : mélanges en l’honneur du Professeur Claude Allibert. Paris, Karthala : 603-631.

Pradines M. 2003. « Le mihrab swahili : Évolution d’une architecture islamique en Afrique subsaharienne », Annales islamologiques, 37 : 355-381.

Pradines M. & Brial P. 2012. « Dembeni, Mayotte (976). Archéologie swahilie dans un département français », Nyame Akuma, 77 : 68-81.

Haut de page

Notes

1 Attoumani ben Ahmed, le premier sultan shirazi de Mayotte, s’établit à Mtsamboro dans le dernier quart du xve s. Son successeur Mohamed ben Hassan régna sur Anjouan, Mohéli et Mayotte avant qu’Issa (ou Ali ?) ben Mohamed (v. 1530-fin xvie s.) ne se fixe à Tsingoni, où le mihrab de la mosquée porte la date de 1538. Sous son règne, Mayotte s’émancipa d’Anjouan [http://archeologiemayotte.over-blog.com].

2 Niche sanctuaire installée dans le mur orienté vers la Mecque, la qibla.

3 La date comme le nom du sultan semble erronée suite à une erreur de traduction de l’inscription.

4 Mosquée de la côte de l’Afrique de l’Est.

5 Sorte d’escabeau faisant office de chair pour l’Imam lors du sermon.

6 Lieu d’enseignement, école.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Relevé par photogrammétrie 3D de la mosquée et des sondages. Les constructions récentes et la nouvelle toiture ne permettent pas un tel point de vue qui donne une vision d’ensemble de la mosquée historique (© A. Daussy, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3883/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Légende Fig. 2 – Fouille à l’intérieur de la mosquée. Les sondages réalisés manuellement ont permis de dégager les sols anciens de l’édifice. En arrière-plan, les sondages d’archéologie du bâti (© A. Jégouzo, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3883/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 498k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Jégouzo, Thomas Romon, Martial Pauly, Axel Daussy et Serge Dalle, « La mosquée de Tsingoni (Mayotte) Premières investigations archéologiques », Les nouvelles de l'archéologie, 150 | 2018, 65-70.

Référence électronique

Anne Jégouzo, Thomas Romon, Martial Pauly, Axel Daussy et Serge Dalle, « La mosquée de Tsingoni (Mayotte) Premières investigations archéologiques », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 150 | 2018, mis en ligne le 24 avril 2018, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/nda/3883 ; DOI : 10.4000/nda.3883

Haut de page

Auteurs

Anne Jégouzo

Archéologue, responsable d’opération, Inrap – Équipe EA929 - Aihp GéoDE (Archéologie industrielle, histoire, patrimoine de la Caraïbe – Géographie, développement, environnement de la Caraïbe)

anne.jegouzo@inrap.fr

Articles du même auteur

Thomas Romon

Anthropologue, assistant d’étude et d’opération, Inrap - Chercheur associé à l’Umr 5199 PACEA (De la Préhistoire à l’Actuel : culture, environnement, anthropologie), Université de Bordeaux-I /Cnrs / Ministère de la Culture

thomas.romon@inrap.fr

Articles du même auteur

Martial Pauly

Professeur d’histoire-géographie, archéologue membre de la Société d’histoire et d’archéologie de Mayotte

celmartial@hotmail.com

Axel Daussy

Topographe, Inrap

axel.daussy@inrap.fr

Serge Dalle

Archéologue, spécialiste bâti, Inrap

serge.dalle@inrap.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals