Navigation – Plan du site

Nouvel atlas archéologique de la ville de Saint-Pierre (Martinique)

Conception et élaboration d’un nouvel outil Sig
Annie Bolle, Anne Jégouzo, David Billon et Nathalie Sellier-Ségard
p. 26-30

Texte intégral

1« Reviens de Saint-Pierre, ville complètement détruite par masse de feu vers 8 h du matin. Suppose toute population anéantie. » C’est par ce télégramme envoyé le 8 mai 1902 que la France, puis le monde entier, apprennent que la ville de Saint-Pierre en Martinique, surnommée jusque-là « le petit Paris des Antilles », est devenue la Pompéi du nouveau monde (Lefebvre 2012).

2Plus d’un siècle après, la couche de cendres qui a recouvert l’intégralité de la ville détruite apparaît, au regard de l’archéologue, comme une chape protectrice des vestiges. De plus, si Saint-Pierre s’est progressivement reconstruite à partir des années 1930, sa nouvelle configuration, d’ampleur modeste, a eu un faible impact sur le sous-sol et elle offre aujourd’hui un potentiel archéologique remarquable.

3La ville de Saint-Pierre, premier lieu d’implantation des colons français, a été bâtie en 1635 dans une rade propice au développement portuaire. Bien qu’elle ait perdu son statut de capitale administrative à la fin du xviie s. au profit de Fort-Royal, elle est restée jusqu’à sa destruction la première ville économique et culturelle de la Martinique.

1999-2019 : du Document d’évaluation du patrimoine archéologique au Nouvel atlas archéologique de Saint-Pierre

4Saint-Pierre de la Martinique, publié dans la série des Documents d´évaluation du patrimoine archéologique des villes de France (DepavF) (Veuve et al. 1999), est encore aujourd’hui le seul document de référence présentant le potentiel archéologique de la ville. Il est aussi l’unique ouvrage de cette collection consacré à une ville du xviie s. et l’une des rares synthèses d’archéologie urbaine disponible dans le territoire caribéen. Les autres livres de référence s’appuient essentiellement sur des sources historiques (voir par exemple Pérotin-Dumon 2000).

5L’intérêt archéologique porté au fait urbain est en effet relativement récent. L’évolution du cadre juridique, depuis le vote de la loi du 17 janvier 2001 relative à l’archéologie préventive, a entraîné une augmentation conséquente des prescriptions dans les villes des Antilles françaises et de Guyane. Ainsi, à Saint-Pierre, une trentaine d’opérations a été réalisée depuis 1999.

  • 1 Certains de ces chantiers de dégagements ne sont d’ailleurs pas inscrits comme opérations archéo-lo (...)

6Dans cette ville, les premières interventions ont surtout consisté à dégager des vestiges remarquables en vue de les mettre en valeur, comme le bureau du génie civil ou le théâtre1. La première fouille de sauvetage, conduite en 1998, marque le point de départ d’une archéologie qui s’intéresse à tout type d’espace (Veuve 1998). Le DepavF publié en 1999 n’intègre donc qu’une partie des vestiges, le plus souvent à caractère monumental. Le projet d’un nouvel atlas est né du souhait de poursuivre et de compléter la synthèse de Serge Veuve. Le corpus rassemble 73 opérations de type varié, allant de descriptions succinctes à des rapports de fouille exhaustifs.

7La réalisation du Nouvel atlas archéologique de Saint-Pierre (Naasp) a été confiée à l’Inrap, soutenu par le service régional de l’archéologie de Martinique et l’université des Antilles. L’équipe, coordonnée par Annie Bolle et Anne Jégouzo, comprend une archéologue de la période amérindienne, Nathalie Sellier-Ségard, et deux spécialistes des systèmes d’information géographique (Sig) archéo-logiques, David Billon et Frédéric Prodéo. Après trois ans d’élaboration, d’analyse des données et de conception, un Sig de recherche devrait être finalisé fin 2018. Une mise en ligne et une publication sont prévues à l’horizon 2020.

  • 2 La documentation cartographique du DepavF est constituée d’un feuillet de calques imprimés difficil (...)
  • 3 Équipe EA929 – Laboratoire Aihp – Géode.

8Le projet de Nouvel atlas archéologique de Saint-Pierre aurait pu se limiter à compléter les données compilées dans le DepavF en y intégrant celles issues des opérations récentes. Il s’agit en fait de les analyser de manière exhaustive avant de les intégrer dans un nouvel outil (Sig)2. Cet atlas s’inscrit aussi dans le programme de recherches pluridisciplinaires piloté par l’université des Antilles et de la Guyane et auquel participent l’Inrap et les Sra : intitulé « Les territoires de la ville, de l’archipel des Antilles aux plateaux des Guyanes : espaces, sociétés et relations (xvie-xxie s.) », il traite du fait urbain au travers de différentes approches et disciplines : géographie, histoire, urbanisme, sociologie et archéologie (Cornec et al. sous presse)3.

Un cadre chrono-stratigraphique précis

9L’histoire de Saint-Pierre, située au pied de la montagne Pelée, est indissociable de celle du volcan, toujours en activité, et de ses différentes phases éruptives. Quatre importantes éruptions de ponces ont ainsi été identifiées pour les trois derniers millénaires. Elles s’inscrivent dans un cadre chrono-stratigraphique défini dans le tiers nord de la Martinique (Carazzo 2007) et ont également été reconnues en contexte archéologique (Veuve et al. 1999 ; Bérard et al 2002 ; Vernet et al. 2013). Ce sont :

  • 4 Dates calibrées avec le logiciel OxCal V4.2.4.

- P1 (Ponce 1), vers 650 +/- 20 BP (soit, calibrée4 : 1284 AD – 1390 AD à 95,4 %) ;

- P2 (Ponce 2), vers 1670 +/- 40 BP (soit, calibrée : 252 AD – 431 AD à 90,7 %) ;

- P3 (Ponce 3), vers 2020 +/- 140 BP (soit, calibrée : 388 BC – 255 AD à 94,7 %) ;

- P4 (Ponce 4), vers 2440 +/- 70 BP (soit, calibrée : 768 BC – 403 BC à 95,4 %).

10Il faut noter que le niveau de ponce P2, dont les dépôts impactent essentiellement le nord du volcan (Carazzo 2007 : 64), n’est pas présent à Saint-Pierre.

  • 5 Sans apport de magma à la surface.

11Les datations définies par les vulcanologues offrent un cadre stratigraphique et chronologique remarquable. Entre chaque événement éruptif, une sédimentation s’accumule et constitue des sols propices à l’installation humaine. L’occupation amérindienne a été reconnue au sein d’une couche de sable limoneux noir d’environ 50 cm, située entre P1 et P3. Une phase précolombienne plus tardive est identifiée à la surface de P1, où se situent également les vestiges coloniaux. Deux éruptions phréatiques5 se sont produites au xviiie et au xixe s. (1792 et 1851), sans impact violent sur la ville hormis quelques retombées de cendres. La nuée ardente du 8 mai 1902 a été suivie de sept autres événements éruptifs la même année, dont l’éruption du 20 mai qui a achevé de détruire la ville. Les dépôts de cendre qui se sont alors accumulés peuvent atteindre 3 m d’épaisseur.

12En raison de son implantation géographique dans l’arc antillais, lui-même situé à la convergence des plaques tectoniques nord et sud-américaines avec la plaque caraïbe, la ville de Saint-Pierre est ainsi régulièrement malmenée, voire en partie détruite par des catastrophes naturelles. Tremblements de terre ou cyclones imposent en effet des reconstructions multiples et de fortes houles perturbent fréquemment les niveaux du bord de mer.

Une documentation archéologique disparate

  • 6 Le Sra de la Martinique met à notre disposition toute la documentation conservée dans ses locaux. D (...)
  • 7 À Saint-Pierre, où les projets d’aménagement mettent souvent longtemps à se concrétiser, les diagno (...)

13Ces reconstructions récurrentes ont entraîné la formation d’une stratigraphie dense et complexe en un temps relativement court, moins de trois siècles. À l’exception des bilans scientifiques régionaux, le DepavF reste actuellement l’unique publication relative aux fouilles archéologiques menées à Saint-Pierre. La plupart des données sont en effet inédites et consultables essentiellement au service de l’archéologie6. Les nouvelles opérations, qui correspondent à des diagnostics7 ou des fouilles et à quelques études de bâti, touchent l’occupation amérindienne et l’ensemble des quartiers de la ville coloniale. Les superficies étudiées varient de quelques dizaines à quelques milliers de mètres carrés. Ces opérations s’intéressent à des contextes divers : de la maison urbaine au quartier résidentiel, en passant par les aménagements de bord de mer, les quartiers périphériques et les ouvrages de mise en défense de la rade (fig. 1 et 2).

Fig. 1 – Saint-Pierre (Martinique). Localisation des opérations archéologiques avec les emprises de prescription (données Sra).

Fig. 2 – Saint-Pierre (Martinique). Fouille d’un quartier résidentiel à la périphérie du quartier du Fort, « Rue d’Orléans », Inrap 2017, n° 59 sur le plan de localisation. Cinq unités d’habitation distinctes ont été identifiées sur un terrain en terrasse. De dimensions variées, elles ont toutes la même organisation : maison d’habitation, cuisine, cours, jardins, etc. (© A. Jégouzo, Inrap).

14L’approche archéologique se voit confrontée à une épaisseur de dépôts éruptifs particulièrement contraignante. Les niveaux profonds qui recèlent les occupations les plus anciennes sont souvent difficiles à atteindre dans le respect des règles de sécurité, notamment lors des diagnostics.

15Aussi, la documentation relative à chaque opération archéologique s’avère excessivement disparate, allant de simples minutes de fouille avec croquis à des rapports complets comportant des données numériques et géoréférencées.

  • 8 Un travail de topographie de terrain est programmé afin de les recaler avec précision.

16Un important travail d’analyse critique et de tri a permis d’homogénéiser le niveau d’information. Quand les rapports semblaient succincts, la création de nouveaux enregistrements d’unités stratigraphiques et leur représentation graphique sur de nouveaux plans géoréférencés est apparue indispensable8. À l’inverse, pour les opérations récentes, seules les unités structurantes ont été retenues. Un Sig mobilier pourrait à terme compléter ce fond par une évolution simple de la table attributaire.

Un traitement par Sig

17Le projet vise la conception, au sein d’un système d’information géographique (Sig), d’un outil de travail compilant l’intégralité des données archéologiques recueillies sur le site urbain de Saint-Pierre. Pour ce faire, une base de données adaptée à nos objectifs de recherche a été conçue. Deux tables attributaires sont liées au Sig. La première traite l’opération archéologique (Oa) comme une entité, la seconde la développe au niveau de son unité la plus petite, l’unité stratigraphique (Us). Le numéro d’Oa, par principe unique, sert d’identifiant et permet le lien vers la table attributaire Us. L’intégration d’une partie des données de la base Patriarche du ministère de la Culture permet de disposer des informations administratives et de l’arrêté de prescription.

18D’autres champs jugés pertinents portent sur des notions chronologiques, stratigraphiques, géographiques et géologiques. Au regard des emprises prescrites, parfois assez éloignées des emprises réelles, un champ « surface fouillée » et un shape « ouverture » sont joints.

  • 9 Termes en majorité issus du thesaurus du Cnau.

19Dans la table attributaire Us, quatre champs définissent l’identification, l’interprétation, le type et le statut de chacune de ces unités stratigraphiques. Ces champs sont renseignés par des termes prédéfinis9 imposant un vocabulaire commun, hiérarchisant l’information et permettant ainsi des requêtes à différentes échelles. L’Us elle-même est décrite par sa nature, ses composants architecturaux et mobiliers.

20Pour dépasser les limites du phasage, les datations issues des données archéologiques sont exprimées dans une fourchette comprise entre un terminus post quem (Tpq) et un terminus ante quem (Taq), c’est-à-dire une date plancher et une date plafond avant et après lesquelles une couche archéologique n’a pas pu se former. Les phases propres à chaque opération sont indiquées dans un champ à part, permettant de conserver une réflexion à l’échelle du site.

21Pour le DepavF, Serge Veuve avait découpé l’évolution urbaine en sept périodes comprises entre 1635 et 1902, en s’appuyant sur une lecture des plans anciens. Nous n’avons pas retenu ce découpage, préférant observer sans a priori cette évolution au travers des données archéologiques, ce qui rend possible une lecture critique des différentes sources.

  • 10 L’Institut géographique national, créé en 1940, a fusionné en 2012 avec l’Inventaire forestier nati (...)

22Pour le fonds graphique, plusieurs calques donnent une vision de la ville de Saint-Pierre à travers le plan urbain actuel, avec ses noms de rues et des représentations succinctes du bâti, le plan cadastral, le plan altimétrique et les différentes vues aériennes (données Ign10).

  • 11 D’après la carte topographique de 1819 conservée aux Archives nationales d’outre-mer (Anom, 13DFC55 (...)

23Les grandes partitions par quartier historique ont été ajoutées, ainsi que les ouvrages défensifs11. À terme, des liens vers les plans historiques de Saint-Pierre seront créés. Le géoréférencement s’avérant impossible à l’échelle de la ville, nous avons fait le choix de ne pas essayer de superposer ces différents documents au Sig mais de les juxtaposer à lui.

24À l’échelle du site, les plans fournis au format Sig ont été intégrés aisément et ceux donnés au format Illustrator ont été adaptés et liés aux tables attributaires. Les documents, limités à des formats pdf ou sur papier, ont été intégralement redessinés et enregistrés dans les bases de données. Afin de combler les lacunes de localisation des relevés anciens, une campagne topographique est programmée.

Perspectives

25L’image de Saint-Pierre repose essentiellement sur son état du 8 mai 1902 (fig. 3), la ville antérieure à l’éruption restant à étudier. L’analyse des données archéologiques à travers le prisme du Sig devrait permettre de poser de nouvelles problématiques, ou du moins d’approfondir et de développer l’approche de l’évolution des différents aménagements recensés.

Fig. 3 – Vue générale des ruines de Saint-Pierre, prise le 26 août 1902. La seconde éruption du 20 mai 1902 finit d’anéantir la ville de Saint‑Pierre. Après cette catastrophe, il ne reste plus que des lambeaux de murs en élévation émergeant d’une couche de cendres de plusieurs mètres d’épaisseur (© ANOM).

26Conçu comme un outil de recherche, cet atlas est amené à se développer au gré de l’actualité archéologique de la ville, avec l’intégration régulière des nouvelles opérations. Une harmonisation de l’enregistrement de terrain et des relevés est à envisager pour les chantiers à venir.

27En parallèle, une publication de l’atlas archéologique traitant les opérations antérieures à 2018 est prévue. Reprenant le schéma de nombreux atlas archéologiques urbains, cette synthèse s’organisera en trois parties. La première traitera de l’histoire de l’archéologie à Saint-Pierre, avec ses acteurs, son volcan, ses particularités chronologiques et contextuelles. La deuxième sera consacrée aux notices de sites ; rédigées par les responsables d’opération, dans la mesure du possible, elles comporteront une iconographie abondante : plans normés, photographies… ; des encarts pourront mettre en exergue des découvertes particulières ou des informations issues d’études complémentaires. La troisième partie présentera une synthèse chronologique de la morphogenèse de la cité et des synthèses thématiques. D’ores et déjà, quelques grands thèmes se dégagent : mode architectural, habitat urbain et périurbain, réseau viaire, réseau hydraulique, fortification, funéraire, etc.

28Cette publication sera éditée simultanément sous la forme d’un ouvrage papier et d’un WebSig accessible au plus grand nombre, qui permettra de consulter les notices de sites, les synthèses chronologiques et thématiques et, surtout, de faire des requêtes à l’échelle de la ville comme à celle du site.

29Enfin, l’atlas archéologique devrait s’inscrire dans un large Sig patrimonial de la ville de Saint-Pierre avec d’autres projets satellites : un atlas historique permettant de croiser les données textuelles et iconographiques et un atlas des données subaquatiques.

Haut de page

Bibliographie

Bérars B., Vernet G., Kieffer G. & Raynal J.-P. 2002. « Les éruptions volcaniques de la Montagne Pelée et le premier peuplement de la Martinique », in : Raynal J.-P., Albore-Livadie Cl. & Piperno M. (éd.), Hommes et volcans, de l’éruption à l’objet : actes du symposium 15.2 XIVe congrès de l’Uispp (Union internationale des sciences préhistoriques et protohistoriques), Université de Liège (Belgique), 2-8 sept 2001. Laussone, Centre de recherches archéologiques départemental de Haute-Loire (Les dossiers de l’ArchéoLogis ; 2) : 7-14.

Carazzo G. 2007. Nouvelle description physique de la turbulence et implications pour les écoulements volcaniques explosifs. Thèse soutenue sous la dir. de Stephen Tait et Édouard Kaminski. Paris, Université Paris-Diderot - Paris 7.

Cornec T., Bolle A., Jégouzo A. & Leroy D. Sous presse. « Nouvel atlas de Saint-Pierre, Principes et perspectives », in : Les territoires de la ville, de l’archipel des Antilles aux plateaux des Guyanes : espaces, sociétés et relations (xvie-xxie siècle). Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Lefebvre D. 2012. « 8 Mai 1902 L’éruption de la montagne Pelée », Historia, 785.

Pérotin-Dumon A. 2000. La ville aux îles, la ville dans l’île : Basse-Terre et Pointe-à-Pitre, Guadeloupe, 1650-1821. Paris, Éditions Karthala, 990 p.

Veuve S. (dir.), Delacourt-Léonard M., Guillaume M. & Verrand L. (collab.). 1999. Saint-Pierre de la Martinique. Paris, Ministère de la Culture et de la communication (Documents d’évaluation du patrimoine archéologique des villes de France ; 17), 216 p.

Vernet G., Kieffer G. & Raynal J-P. 2013. « Une téphrostratigraphie en milieu archéologique à la Martinique », in : Bérard B. (éd), Martinique, terre amérindienne : une approche pluridisciplinaire. Leiden (Pays-Bas), Sidestone Press : 97-113.

Haut de page

Notes

1 Certains de ces chantiers de dégagements ne sont d’ailleurs pas inscrits comme opérations archéo-logiques. La première fouille recensée comme telle date de 1989. Toutefois, il nous a semblé judicieux d’intégrer tous les dégagements de vestiges au Naasp, quel que soit leur statut administratif.

2 La documentation cartographique du DepavF est constituée d’un feuillet de calques imprimés difficiles à utiliser.

3 Équipe EA929 – Laboratoire Aihp – Géode.

4 Dates calibrées avec le logiciel OxCal V4.2.4.

5 Sans apport de magma à la surface.

6 Le Sra de la Martinique met à notre disposition toute la documentation conservée dans ses locaux. Damien Leroy, conservateur régional de l’archéologie, et Gwenola Robert, ingénieur d’études, ont également recensé les dossiers archivés à la médiathèque de l’architecture et du patrimoine du ministère de la Culture et au Centre national d’archéologie urbaine (Cnau).

7 À Saint-Pierre, où les projets d’aménagement mettent souvent longtemps à se concrétiser, les diagnostics sont la principale source de documentation.

8 Un travail de topographie de terrain est programmé afin de les recaler avec précision.

9 Termes en majorité issus du thesaurus du Cnau.

10 L’Institut géographique national, créé en 1940, a fusionné en 2012 avec l’Inventaire forestier national dans l’Institut national de l’information géographique et forestière : www.ign.fr.

11 D’après la carte topographique de 1819 conservée aux Archives nationales d’outre-mer (Anom, 13DFC550A).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Saint-Pierre (Martinique). Localisation des opérations archéologiques avec les emprises de prescription (données Sra).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3887/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 720k
Légende Fig. 2 – Saint-Pierre (Martinique). Fouille d’un quartier résidentiel à la périphérie du quartier du Fort, « Rue d’Orléans », Inrap 2017, n° 59 sur le plan de localisation. Cinq unités d’habitation distinctes ont été identifiées sur un terrain en terrasse. De dimensions variées, elles ont toutes la même organisation : maison d’habitation, cuisine, cours, jardins, etc. (© A. Jégouzo, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3887/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 3 – Vue générale des ruines de Saint-Pierre, prise le 26 août 1902. La seconde éruption du 20 mai 1902 finit d’anéantir la ville de Saint‑Pierre. Après cette catastrophe, il ne reste plus que des lambeaux de murs en élévation émergeant d’une couche de cendres de plusieurs mètres d’épaisseur (© ANOM).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3887/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annie Bolle, Anne Jégouzo, David Billon et Nathalie Sellier-Ségard, « Nouvel atlas archéologique de la ville de Saint-Pierre (Martinique) », Les nouvelles de l'archéologie, 150 | 2018, 26-30.

Référence électronique

Annie Bolle, Anne Jégouzo, David Billon et Nathalie Sellier-Ségard, « Nouvel atlas archéologique de la ville de Saint-Pierre (Martinique) », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 150 | 2018, mis en ligne le 13 avril 2018, consulté le 17 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/nda/3887 ; DOI : 10.4000/nda.3887

Haut de page

Auteurs

Annie Bolle

Inrap – Cnrs/ Université de Poitiers, Umr 7302 - Cesm (Centre d’études supérieures de civilisation médiévale) - Équipe EA929 – Aihp GéoDE (Archéologie industrielle, histoire, patrimoine de la Caraïbe - Géographie, développement, environnement de la Caraïbe)

annie.bolle@inrap.fr

Articles du même auteur

Anne Jégouzo

Inrap – Équipe EA929 – Aihp GéoDE (Archéologie industrielle, histoire, patrimoine de la Caraïbe - Géographie, développement, environnement de la Caraïbe)

anne.jegouzo@inrap.fr

Articles du même auteur

David Billon

Inrap

david.billon@inrap.fr

Nathalie Sellier-Ségard

Inrap

nathalie.sellier-segard@inrap.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals