Navigation – Plan du site

Les structures d’exploitation et de production du sucre

La fouille du moulin à eau de Sainte-Claire (Guadeloupe), les entrepôts de l’Habitation la Caravelle (Martinique) et l’usine sucrerie d’Ouangani (Mayotte)
Martijn van den Bel, Nicolas Biwer, Hélène Civalleri, Anne Jégouzo et Xavier Peixoto
p. 46-51

Texte intégral

Introduction

1Les structures de production et d’exploitation du sucre sont assez bien représentées dans les différentes encyclopédies, mais ces illustrations idéales ne renvoient pas la réalité de ces aménagements au sein des habitations des colonies françaises. Comment s’adaptaient-elles aux contraintes topographiques, économiques, organisationnelles de chaque domaine ? Quels étaient leurs modes de construction, comment ont-ils changé au gré des évolutions techniques ?

2La révolution industrielle associée à l’abolition de l’esclavage a en effet considérablement bouleversé la production sucrière au xixs., les nouvelles machines à vapeur installées dans les sucreries les transformant en véritable système de production industrielle.

3C’est à travers le prisme de trois fouilles récentes qu’est illustrée ici l’exploitation du sucre dans les colonies françaises. Les deux premières concernent les Antilles françaises (Guadeloupe et Martinique) au xviiie s., âge d’or des sucriers dans les Indes occidentales. L’étude des vestiges du moulin à eau de l’Habitation Sainte-Claire apporte des données sur les modifications successives de la machinerie nécessaire au broyage de la canne et sur le système hydraulique qui l’accompagne. Les entrepôts de l’Habitation la Caravelle mettent en évidence un vaste complexe de stockage d’une ampleur inédite dans les Caraïbes. Enfin, la sucrerie d’Ouangani appartient à une habitation plus moderne (xixe s.), située à Mayotte dans les Indes orientales. Elle illustre l’ère industrielle et la compétition engendrée par le développement de la betterave sucrière.

En guise de préambule, une petite histoire du sucre

  • 1 D’après des informations plus récentes, la canne à sucre pourrait en fait être un hybride de Saccha (...)

4Les plus anciennes traces de production de sucre à partir de canne à sucre (Saccharum officinarum L.), remonteraient à environ 10 000 ans avant J.-C., en Papouasie Nouvelle-Guinée1. Sa consommation se généralisa au Moyen Âge en Europe par l’entremise des marchands se rendant en Orient et en Inde.

  • 2 La Guerre de Quatre-vingts ans, appelée aussi Révolte des Pays-Bas ou Révolte des gueux, a duré de (...)

5Dès 1300, les Européens commencèrent à produire leur propre sucre, notamment en Sicile. Venise devint le principal marché d’approvisionnement. Vers 1575, les productions extensives du Brésil, des Canaries et de l’île de Madère prirent le relais des centres italiens avec l’implantation d’habitations sucrières dirigées notamment par des juifs hollandais. Les Portugais installés à Anvers dominaient alors le commerce du sucre, avec une vingtaine de raffineries. Dans le premier quart du xviis., Amsterdam supplanta Anvers ruinée par la guerre avec l’Espagne2. La brève implantation de la Compagnie néerlandaise des Indes occidentales au Pernambouc (nord-est du Brésil), enlevé aux Portugais de 1630 à 1654, confirme l’importance du commerce du sucre à cette époque (Vieira 2004 : chap. 1).

6Vers 1600, des marchands flamands s’installèrent à Bordeaux, Paris, La Rochelle et Rouen et, dans une moindre mesure, au Havre et à Nantes, qui avaient déjà noué des relations importantes avec Anvers. Puis, dans le premier quart du xviie s., ce mouvement s’étendit à Angers, Dunkerque, Orléans et Saumur (Poelwijk 2003 : 43, tabl. 1.1 et 44, tabl. 1.2). Dans les archives notariales d’Amsterdam, on retrouve le décompte de plusieurs raffineries construites par les marchands d’Anvers dans toutes ces villes, et notamment dans celles de la façade atlantique. Cependant, faute de capitaux de la part des entrepreneurs, Bordeaux renonça à développer l’industrie sucrière dans la première moitié du siècle.

7Ce n’est qu’après la mort du cardinal Mazarin (1602-1661) que Louis XIV (1638-1715) et son ministre Jean-Baptiste Colbert (1619-1683) adoptèrent des mesures protectionnistes, en bloquant les importations de sucre venant d’Allemagne ou des Pays-Bas tout en favorisant l’exportation du sucre français. Ils prirent également des mesures juridiques en imposant le sucre brut : seules les raffineries françaises avaient le droit de transformer le sirop en sucrerie.

8Dans les colonies françaises des Indes occidentales comme la Guadeloupe, la Martinique et la Guyane, ce furent les Hollandais qui introduisent les techniques de production du sucre, acquises auprès des Portugais pendant l’occupation néerlandaise du Pernambouc (fig. 1). Les compagnies privées propriétaires de ces nouveaux territoires cherchaient en effet à améliorer les profits tirés de leurs possessions d’outre-mer. Les Hollandais, dits « Brésiliens », ayant obtenu des contrats des gouverneurs français, s’installèrent en Martinique et surtout en Guadeloupe pour y gérer des plantations de cannes à sucre. À Cayenne, qu’ils occupaient depuis 1656, les Français rachetèrent la plupart des habitations sucrières néerlandaises en 1664 (van den Bel et al. 2015). En 1685, la promulgation du Code noir, dont le premier article renouvelait l’expulsion des Juifs comme « ennemis déclarés du nom chrétien », et la Révocation de l’Édit de Nantes, mirent fin à cet épisode clé pour les Antilles françaises. Une fois acquis le savoir-faire hollandais, les Français purent dorénavant produire leur propre sucre en utilisant, comme les Hollandais, des esclaves africains pour cette tache extrêmement laborieuse.

Fig. 1 – Croquis d’un moulin à sucre à bêtes au Brésil de Frans Post, vers 1640 (© Gemeente Museum Rotterdam, Atlas van Stolk, 1334-FC5JC6FMAA2S).

Le moulin à eau de l’Habitation Sainte-Claire à Goyave (Guadeloupe)

  • 3 Jean-Baptiste Houël. 1730. Plan de l’isle de la Guadeloupe. Bibliothèque nationale de France, dépar (...)

9L’Habitation Sainte-Claire, exploitation sucrière fondée entre 1730 et 17653, est localisée au sud du bourg de Goyave, sur la côte orientale de la Guadeloupe, dans un secteur très largement dédié à la production de canne à sucre depuis la fin du xviiie s. Elle bénéficie d’une situation privilégiée, occupant le sommet d’un morne bordé à l’est par la rivière Petite Goyave et au nord par l’océan Atlantique. Les propriétaires ont su tirer parti de cette topographie particulière, qui facilitait la circulation des hommes et des marchandises pour l’installation d’un moulin à eau au pied du morne.

10L’opération menée en 2014 constitue la première fouille d’un moulin hydraulique dans les Antilles françaises (van den Bel 2017). Elle a permis d’appréhender l’ensemble des installations, depuis le système hydraulique jusqu’aux soubassements du système de broyage.

  • 4 L’Habitation Grande Pointe à Trois-Rivières est la seule à posséder un moulin à vent pour le sud de (...)

11L’énergie hydraulique est prédominante pour les moulins de la Basse-Terre4. Ce choix pragmatique est lié à la facilité d’exploitation de cette ressource dans la partie de l’île. Le bief alimentait deux moulins : celui de l’Habitation Mollard, située en amont, et celui de l’Habitation Lagrange. Cette mise en commun suppose le partage des frais de construction et d’entretien. Creusé à flanc de coteau, le fossé suit une altitude très précise de 10,50 à 11 m NGG avant d’opérer un virage franc dans la pente pour alimenter la roue où l’eau était acheminée par une gouttière dont il ne subsiste aucune trace. Comme dans la majorité des moulins à eau des Antilles, cette alimentation fonctionnait « par le haut ».

12Toute la partie mécanique est située au pied du morne. La gouttière était chargée de donner de la vitesse à l’eau pour actionner la roue installée à l’arrière, dans une grande fosse quadrangulaire aux parois parementées, la taillevanne. Distante d’environ 11 m du bief, elle présentait un plan en « U » entièrement ouvert au nord sur le canal de fuite qui rejetait les eaux dans la Petite Goyave. L’espace ménagé pour la roue mesurait 2 m de large pour 7,80 m de long. Les données recueillies permettent de restituer une roue d’environ 6 m de diamètre.

13Construit sur une terrasse aménagée (fig. 2), le bâtiment où la canne était broyée se développait vers l’est en dehors de l’emprise (10 m de long sur une largeur incomplète de 8 m). Si la fouille n’a pu le reconnaître dans son intégralité, un plan carré identique aux autres moulins identifiés en Guadeloupe peut être proposé (Parisis & Parisis s. d. : 82). Des poteaux en bois complétaient l’ossature.

Fig. 2 – Vue vers le sud du moulin à eau de Sainte-Claire (Guadeloupe) (© N. Biwer, Inrap).

14Les maçonneries sont constituées de galets et de madrépores liés par un mortier de chaux. L’élévation est, quant à elle, difficile à restituer. La quantité de pierres comblant la taillevanne (environ 45 m3) peut indiquer une élévation maçonnée, à moins qu’elle ne témoigne de la destruction de la sucrerie attenante, des briques provenant de l’équipage ayant été retrouvées dans ces mêmes remblais. Le bâtiment initialement ouvert au nord a été fermé par un mur de pierres. L’absence généralisée de tuiles laisse supposer une toiture couverte d’essentes.

15La bonne conservation des vestiges a permis d’observer trois états successifs d’aménagement des supports de la machinerie. À l’origine, trois grandes fosses oblongues et parallèles de 4 à 5 m de long ont été creusées dans le bâtiment. Parfaitement inscrites dans le périmètre délimité par les maçonneries, elles présentent des caractères morphologiques et des comblements similaires. L’absence de mobilier ne permet pas d’en préciser la datation. Leur rôle dans le fonctionnement du moulin reste encore à définir.

16Dans un second temps, deux solins maçonnés destinés à accueillir le moulin de bois et ses rolls ont été mis en place. Leur plan caractéristique renvoie aux représentations iconographiques des moulins du xviiie s. pour le traitement de la canne, du café et même des céréales en Europe (Diderot & d’Alembert 1751). Le jus de canne broyé, le vesou, s’écoulait alors jusqu’à la sucrerie par une gouttière de bois qui longeait le mur sud.

  • 5 Identification par Jacques Beauchêne (Centre de coopération internationale en recherche agronomique (...)

17Enfin, dans une grande fosse rappelant celles du premier état, une ossature de bois comprenant deux montants verticaux contreventés sur lisse basse a été solidement ancrée dans le sol, l’assemblage étant maintenu par un très fort compactage du sédiment. Le bois utilisé est un bois local de la famille des Sapotaceae et probablement du genre Sideroxylon5. Dans l’iconographie, ce type d’assemblage est destiné à soutenir l’arbre de la roue (Blaeu 1662).

18L’abandon du moulin est survenu dans le premier quart du xixs. L’habitation n’a probablement pas survécu au blocus mis en place en 1806 et qui dura presque dix ans. La destruction des bâtiments, le remblaiement de la taillevanne, l’arrachage d’arbres démontrent la volonté de remettre en culture ce secteur et de rationaliser les moyens de production concentrés sur l’ancienne Habitation Mollard, devenue Sainte-Claire vers 1810.

19La fouille du moulin à eau de Sainte-Claire donne un aperçu assez complet de l’ensemble des infrastructures nécessaires au broyage de la canne. Élément incontournable du paysage guadeloupéen en Basse-Terre, ces moulins demeurent cependant mal connus. Or, en l’absence de données d’archives, seule l’approche archéologique peut préciser leur chronologie et proposer un phasage de la construction de ces édifices. Même si de nombreuses questions sont restées sans réponse, la fouille du moulin de l’Habitation Lagrange pose un premier jalon dans la connaissance de ces types de bâtiments.

Les entrepôts du Château Dubuc (Martinique)

20Le Château Dubuc, ancienne habitation sucrière dénommée initialement Habitation de la Caravelle, fait partie des monuments historiques majeurs du patrimoine colonial de la Martinique. Localisé à l’extrémité de la presqu’île de la Caravelle, sur la côte atlantique, il donne sur la baie du Trésor, protégée des courants et difficilement accessible. Son intérêt patrimonial et scientifique résulte de son abandon avant l’industrialisation moderne des habitations. Il conserve ainsi les vestiges non perturbés d’une habitation sucrière du xviiis. L’exploitation optimale du dénivelé a permis d’étager les bâtiments, de la maison de maître jusqu’au débarcadère en passant par le moulin, la sucrerie, la purgerie, les entrepôts et les annexes. Un vaste programme de restauration et de stabilisation des ruines a entraîné l’étude archéologique des vastes entrepôts localisés en contrebas.

  • 6 René Moreau du Temple. 1770. Carte géométrique et topographique de l’Isle Martinique. Bibliothèque (...)

21L’habitation a été fondée en 1725 par Louis Dubuc (1693-1765) dit Galion, petit-fils du colon Pierre Dubuc (1640-1708), sieur de la Caravelle et du Marigot, qui était arrivé en Martinique en 1657. Plusieurs événements climatiques graves ont perturbé le domaine au cours du xviiis. En 1786, la famille Dubuc semble ruinée, le site a été mis sous séquestre et la sucrerie arrêtée en 1793. À l’instar des sources textuelles, les données icono-graphiques se révèlent particulièrement pauvres, une seule carte dressée vers 17706 offrant un relevé précis et contemporain de l’habitation. Fait intéressant, les bâtiments concernés par la fouille n’y figurent pas. En effet, ni les terrasses ni les entrepôts – une construction pourtant monumentale en pierre de près de 1 000 m² – ne sont représentés sur ce plan. Seul un bâtiment rectangulaire apparaît à leur emplacement. Ainsi, probablement après 1770, ce secteur de l’habitation a été intégralement remodelé pour édifier un vaste complexe de stockage. Les premiers édifices observés ont été arasés, remblayés et remplacés par quatre terrasses successives, une plate-forme d’environ 1 000 m² étant aménagée en contrebas pour accueillir trois bâtiments monumentaux.

22Trois bâtiments rectangulaires (A, B et C), de mêmes dimensions et similaires dans leur facture générale, ont été implantés parallèlement les uns aux autres sur la nouvelle plateforme basse (fig. 3), offrant une superficie couverte totale de 549 m² (31 m de long sur 7 m de large hors œuvre). Rapportés au pied, l’unité de mesure utilisée pour les maçonneries, ils mesuraient hors œuvre 100 pieds de long pour 19 pieds de large. Loin d’être superflue, cette indication atteste un plan raisonné et une construction antérieure à la mise en place du système métrique au xixe s.

Fig. 3 – Ruines des entrepôts de l’Habitation la Caravelle près du rivage de la baie du Trésor (Martinique) (© A. Jégouzo, Inrap)

23Les murs des bâtiments A et C s’élevaient sur 3,50 m de haut, auxquels s’ajoutait la hauteur de toit. Les vestiges de baies observés à un registre supérieur dans le bâtiment B, en position centrale, laissent supposer une élévation supérieure. L’ensemble était recouvert d’une toiture en tuiles plates écailles.

24L’étude archéologique des sols et des élévations a mis en évidence un programme architectural soigné et réfléchi en fonction d’une utilisation précise : 36 baies de plain-pied fermées par un système d’abat-vent en bois, 4 portes et certainement 6 baies hautes dans le bâtiment B. La multiplication des ouvertures permettait une ventilation intensive de chaque édifice. Les abat-vent, identifiables uniquement par les négatifs des traverses dans chaque pilier, les protégeaient de la pluie tout en favorisant les courants d’air. Outre une très bonne aération, les trois entrepôts étaient aussi parfaitement isolés de l’eau. Deux canaux descendant vers le sud évacuaient en effet les eaux de ruissellement des terrasses supérieures, des allées centrales et des toitures.

25À l’intérieur, les bâtiments B et C étaient pourvus de galeries pavées disposées en « U ». Au centre, l’absence de structure au sol et aux murs élimine l’hypothèse d’un plancher. En revanche, un niveau de terre battue peut tout à fait s’envisager. Le bâtiment A, dépourvu de trottoir, présentait un alignement de trous de poteaux qui devaient simplement soutenir la ferme de la charpente : là encore, l’absence de sablière et de trous de boulin dans les élévations indique l'absence de plancher.

26L’association de ces caractéristiques architecturales permet d’identifier avec certitude ce complexe comme un espace de stockage. Toutefois, la nature de la production entreposée reste incertaine.

27L’hypothèse d’une seconde purgerie, complémentaire de celle reconnue au sud de la sucrerie, a été envisagée dans un premier temps, mais elle est contredite par l’indigence des céramiques de raffinage, par l’absence d’aménagement caractéristique du type étuve, canaux pour les boucaux ou bassin de récupération de muret de soutien. D’autres productions comme le café, le coton, le tabac ont également été envisagées. Néanmoins, le caractère soigné et monumental de la construction suggère qu’elle contenait des marchandises précieuses, fragiles et sans doute onéreuses. Dans le contexte de la Martinique du xviiis., il ne peut s’agir que de sucre, ce que confirment les analyses effectuées sur les sols des entrepôts et sur la terre végétale environnante, qui montrent une forte concentration de glucose au sein des bâtiments (Jégouzo 2015). Puisqu’ils contenaient du sucre et qu’il ne s’agit pas de purgeries, leur identification comme espace de stockage avant exportation peut être avancée. Ils permettaient ainsi d’entreposer dans un lieu adéquat, sec et bien ventilé, un sucre prêt à être commercialisé.

28Si des constructions de ce type, aux dimensions proches, sont connues dans certaines habitations de la même époque, les bâtiments du Château Dubuc apparaissent toutefois uniques. Ainsi, à l’Habitation Vatable aux Trois Îlets, le magasin étudié à côté de l’embarcadère mesurait bien 25 m de long et 9 m de large mais il ne s’ouvrait que par deux portes et trois fenêtres (Jégouzo 2015). Celui de l’Habitation Fond Saint-Jacques, à quelques kilomètres au nord de Sainte-Marie, se développait quant à lui sur 32 m de long pour 4 m de largeur intérieure et il était doté de 5 portes et de 9 fenêtres (Ursulet 2003). Enfin, la représentation de l’Habitation Loyola en Guyane présente un magasin à deux étages près de la maison (Le Roux et al. 2009).

29L’association de trois bâtiments d’envergure en un complexe de stockage se révèle inédite dans la Caraïbe. Cette absence de références entraîne de fait des difficultés dans l’identification. L’implantation géographique de l’habitation, difficile d’accès et éloignée du port de Trinité, pourrait expliquer le besoin de grands espaces de stockage, les cargaisons étant embarquées directement dans la baie du Trésor. Par ailleurs, certaines légendes rurales associent l’Habitation la Caravelle à la contrebande. Si cette tradition ne repose sur aucune preuve tangible, l’idée qu’un commerce interlope ait pu se développer dans le secteur mérite d’être considérée.

30Enfin, certains indices archéologiques tendent à démontrer l’abandon de cette partie de l’habitation avant sa mise en fonction : absence de mobilier, de niveau de sol dans les parties centrales, de niveau d’occupation, de niveau de démolition de la toiture, d’usure des parties pavées, de chemin d’accès et de galeries dans le bâtiment A. Les entrepôts pourraient ainsi n’avoir jamais été utilisés, leur construction, forcément onéreuse, ayant contribué à la ruine de la famille, vers 1790.

L’usine du domaine de Coconi (Mayotte)

31L’île de Mayotte n’a été acquise par la France qu’en 1843. À la différence d’autres régions (Réunion, Antilles, Guyane), ce nouveau territoire ne possédait donc pas de tradition sucrière lorsqu’il fut décidé de baser son développement sur l’exportation du sucre, dans le cadre d’une économie de plantation. Mayotte, avec une quinzaine d’usines, peut être considérée comme un conservatoire de la période de la vapeur car, contrairement à ce qui s’est passé à La Réunion, la grande majorité des usines ont cessé leur activité à la fin du xixs., avant l’arrivée de l’électricité, et n’ont donc pas subi de modifications.

32Le projet de la future station d’épuration des eaux de Ouangani a fourni l’occasion de réaliser la première fouille préventive à Mayotte (Peixoto & Belarbi 2016). Si des usines sucrières comme Soulou et Ajangua avaient auparavant bénéficié de campagnes de nettoyage ou de mise en valeur, l’usine de Coconi est la première à avoir fait l’objet d’une intervention archéologique et d’un relevé précis et systématique des structures.

33L’usine du domaine de Coconi est un petit établissement, l’un des plus modestes de l’île. Le domaine lui-même, avec seulement 40 ha mis en valeur, était peu étendu, même si ses terres étaient d’un bon rendement. Il était concédé en 1861 à trois personnes – Artaux, Chanlier et Revertegaz –, et la première mention de l’usine remonte à 1867. En 1870, seul subsistait le dénommé Chanlier, mort en 1872. Après quoi la propriété fut confiée à un séquestre judiciaire, Michel Cadet, qui disparut à son tour en mai 1873, puis attribuée à un certain Hacquard. Nous ignorons la date exacte de l’abandon de l’usine.

34La fouille n’ayant porté que sur le bâtiment principal de production, les données recueillies intéressent uniquement l’histoire de l’industrie sucrière d’un point de vue strictement technologique. Elle témoigne des améliorations dans le processus de fabrication du sucre apportées par l’utilisation de la vapeur.

35Aucune machine n’est conservée en place, seuls quelques rares éléments, comme des roues ou des rolls de moulin (Brissonneau à Nantes et Fawcett & Preston à Liverpool) ont été relevés. Cependant, les substructions de l’usine se sont révélées très bien préservées et ont fourni un plan clair et lisible. Deux états de fonctionnement ont été discernés. Dans le plus ancien, l’usine présentait un plan simple -inscrit dans un rectangle de 23 par 9 m. Les principales étapes de la production du sucre ont pu être reconnues ou localisées. La chaudière, cœur énergétique de l’usine, était utilisée soit pour entraîner les machines (moteurs, batteries ou pompes), soit pour réchauffer les produits (vesou dans les cuves à déféquer, sirop dans les batteries de Wetzell). La première étape était celle du broyage par le moulin à cannes pour obtenir le jus (vesou). À Coconi, il s’agissait d’un moulin de conception anglaise (Fawcett & Preston à Liverpool), constitué de trois cylindres ou rolls entre lesquels passait la canne.

36La seconde étape, dite de la « défécation », avait pour but d’enlever les débris végétaux du vesou par l’adjonction de chaux. L’opération se déroulait dans une chaudière cylindrique en cuivre avec un épais double fond en fonte résistant à la pression de la vapeur. La première évaporation avait ensuite lieu dans une batterie de Gimart. Ce dispositif, mis au point en 1824 par le sucrier réunionnais Louis Stanislas Xavier Gimart (1780-1846), a remplacé la batterie Adrienne, ensemble de chaudières « formées d’un équipage de grandes bassines hémisphériques en fonte, de différentes dimensions, et que l’on distinguait par la propre, celle qui recevait le jus déféqué, par le flambeau, où l’on reconnaissait à la couleur et à la limpidité du liquide si la défécation était complète. Puis le jus passait dans la bassine nommée sirop, où il continuait à se concentrer en prenant une consistance sirupeuse, et ensuite on le versait dans la chaudière appelée batterie, à cause du bruit que faisait l’ébullition du sirop en approchant du degré de cuite, terme de l’évaporation » (Armengaud 1841). La batterie de Gimart consistait en un bac rectangulaire divisé en cinq compartiments et alimenté par un unique foyer situé à une extrémité, le vesou passant par ébullition d’un compartiment à l’autre. Le procédé ne nécessitait que 5 à 6 travailleurs contre 18 à 20 pour la batterie Adrienne.

37L’étape suivante, la cuite, a sans doute (la machine a été récupérée) bénéficié à Coconi d’une autre innovation réunionnaise mise au point en 1837 par le polytechnicien Martial Wetzell (1793-1857). La chaudière de Wetzell était une chaudière basse température munie d’un rotateur qui permettait d’homo-généiser la température, évitant ainsi la caramélisation du sirop. Le produit de la cuite s’égouttait ensuite sur des tables de refroidissement en bois, nervurées, plus efficaces que les traditionnelles barriques au fond percé de trous. On reconnaît leur emplacement aux cuves qui recueillaient le sirop égoutté.

38La dernière étape était celle du turbinage. Le séchage traditionnel dans des cylindres en toile (entre 20 et 40 jours) était remplacé par un séchage au moyen de turbines centrifugeuses actionnées par un moteur à vapeur (6 à 8 minutes).

39Les vestiges du second état marquent une extension de l’usine, avec les substructions d’une nouvelle et grande chaudière à deux bouilleurs. Une autre salle, dotée d’un foyer indépendant et d’une structure en briques, pourrait témoigner d’une diversification si elle était destinée, comme nous le supposons, à la distillation du rhum à partir de la mélasse.

40L’industrie sucrière a profondément transformé Mayotte, avec la création de plantations, de routes et, surtout, la modification du peuplement liée à l’arrivée de travailleurs engagés, originaires de la côte orientale de l’Afrique. Le cycle économique du sucre fut toutefois court et s’acheva à la fin du xixs. Les difficultés et les handicaps étaient en effet nombreux : isolement, manque de main-d’œuvre sur place et de personnel qualifié, difficultés de mise en valeur, manque de capitaux pour renouveler les machines, sans compter les aléas climatiques (ouragan de 1898) et pour finir la chute des cours (mévente et baisse des prix) provoquée par la concurrence du sucre de betterave.

Conclusion

41Ces trois fouilles récentes ont mis chacune en évidence des structures d’exploitation du sucre relativement singulières. L’étude du moulin de l’Habitation Sainte-Claire a permis de comprendre le vaste système hydraulique mis en place pour son fonctionnement mais aussi, et surtout, de reconnaître l’évolution du bâtiment et de sa machinerie de broyage entre leur création et leur abandon. La taille démesurée et l’organisation parfaite des magasins de l’Habitation la Caravelle sont les signes d’une production sucrière exceptionnelle. Témoignent-ils d’une économie parallèle liée au commerce interlope ou sont-ils le reflet des ambitions mégalomanes des propriétaires colons ? Enfin, la fouille de la sucrerie de Coconi renseigne sur une période charnière de la production du sucre marquée par l’utilisation de la vapeur, dans un contexte archéologique précieux puisque non perturbé par des aménagements antérieurs ou postérieurs.

42Si, dans chaque habitation sucrière, l’implantation de bâtiments à la fonction similaire suit un même schéma directeur de production (moulin, sucrerie, raffinerie, purgerie, magasin…), elle s’adapte aux différents contextes topographiques et économiques. Ces complexes industriels offrent ainsi un champ de recherche à développer, permettant de mieux appréhender la société coloniale (Cazelles 2016).

Haut de page

Bibliographie

Armengaud E. 1841. Publication industrielle des machines, outils et appareils les plus perfectionnés et les plus récents employés dans les différentes branches de l’industrie française et étrangère, t. 1. Paris, Chez l'auteur, 530 p.

Blaeu J. 1662-1665. « Praefecturae Paranambucae Pars Borealis, una cum Praefectura de Itâmaracâ », in : Atlas maior, siue Cosmographia Blaviana. Amsterdam, Ioannis Blaeu, vol. 11.

Bonnemère P. 2002. « Éléments pour une étude des représentations de la canne à sucre chez les Ankave-Anga (Papouasie Nouvelle-Guinée) », Le journal de la société des Océanistes, 114-115 : 181-185 [http://journals.openedition.org/jso/1503 ; DOI : 10.4000/jso.1503].

Cazelles N. 2016. Évolution et adaptation des industries sucrières et rhumière en Guyane entre le xviie et le xxe siècle. Thèse soutenue sous la direction de Jean-François Belhoste. Paris, École des hautes études en sciences sociales.

Diderot D. & d’Alembert J. 1751. Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers : tome premier, « Agriculture ». Paris, Chez Briasson, David, Le Breton et Durand.

Hulsman L., Bel M. van den & Cazelles N. 2015. « Cayenne hollandaise », Karapa : revue d’anthropologie des sociétés amérindiennes anciennes, d’histoire et d’archéologie coloniale du bassin amazonien et du plateau des Guyanes, 4 : 36-38 [www.culturecommunication.gouv.fr/Regions/Dac-Guyane/Karapa].

Jégouzo A. 2015. L’Habitation La Caravelle. Les aménagements de la zone occidentale : bâtiments, entrepôts, jardins, réseau hydraulique et chambre forte. Aspects de la vie quotidienne d’une habitation sucrerie au xviiie siècle : Dom, Martinique, Château Dubuc. Rapport de fouilles archéologiques. Bègles, Inrap Grand Sud-Ouest, vol. 1, 379 p., vol. 2, Inventaires.

Labat J.-B. 1724. Nouveau voyage aux isles de l’Amérique, contenant l’histoire naturelle de ces pays, l’origine, les mœurs, la religion et le gouvernement des habitans anciens et modernes, les guerres et les événemens singuliers qui y sont arrivez... le commerce et les manufactures qui y sont établies : tome premier. La Haye, P. Husson [http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5545370j.r].

Parisis D. & Parisis H. s. d. Les moulins à cannes. Université des Antilles et de la Guyane.

Peixoto X. & Belarbi M. 2016. Ouangani, Carrefour de Chiconi. L’usine sucrière du domaine de Coconi. Rapport de fouille. Bègles, Inrap Grand Sud-Ouest.

Poelwijk A. H. 2005. In dienste vantsuyckerbacken : De Amsterdamse suikernijverheid en haar ondernemers, 1580-1630. Hilversum, Verloren (Amsterdamse. historische reeks : Grote serie XXXI), 310 p.

Spriggs M. 2002. « Pacific Archaeology : What’s new ? », papier présenté au séminaire du Centre de recherche et de documentation sur l’Océanie, 23 avril 2002.

Ursulet L. 2003. « Demeure dite Habitation Fonds-Saint-Jacques, actuellement Centre culturel départemental : Martinique, Sainte-Marie », in : Base Mérimée. Immeubles protégés au titre des monuments historiques. Paris, ministère de la Culture, Inventaire général du patrimoine, médiathèque de l’architecture et du patrimoine [www.culture.gouv.fr/public/mistral/merimee_fr].

Van den Bel M. 2017. Goyave, Step Sainte-Claire (Guadeloupe). Rapport de fouille. Bègles, Inrap Grand Sud-Ouest.

Vieira A. 2004. Canaviais açúcar e aguardente na ilha da Madeira. Séculos XV a XX. Madeira (Portugal), Centro de Estudos de História do Atlântico (Collecção História do Açúcar ; 3), 450 p.

Haut de page

Notes

1 D’après des informations plus récentes, la canne à sucre pourrait en fait être un hybride de Saccharumsinense de Chine et d’une espèce de Nouvelle-Guinée (Spriggs 2002, cité par Bonnemère 2002).

2 La Guerre de Quatre-vingts ans, appelée aussi Révolte des Pays-Bas ou Révolte des gueux, a duré de 1568 à 1648, à l’exception d’une trêve de douze ans de 1609 à 1621. L’indépendance des Provinces-Unies, proclamée à La Haye en 1581, fut reconnue par l’Espagne en 1648.

3 Jean-Baptiste Houël. 1730. Plan de l’isle de la Guadeloupe. Bibliothèque nationale de France, département des Cartes et plans, GE SH 18 PF 155 DIV 2 P 4 [http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53136023n].

Carte des Ingénieurs du Roy, 1765. Bibliothèque nationale de France, département des Cartes et plans, GE SH 18 PF 155 DIV 2 P 14/1.

4 L’Habitation Grande Pointe à Trois-Rivières est la seule à posséder un moulin à vent pour le sud de Basse-Terre.

5 Identification par Jacques Beauchêne (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement, Kourou, Guyane).

6 René Moreau du Temple. 1770. Carte géométrique et topographique de l’Isle Martinique. Bibliothèque nationale de France, département des Cartes et plans, GE SH 18 PF 156 DIV 2 P 17. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b55005896v.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Croquis d’un moulin à sucre à bêtes au Brésil de Frans Post, vers 1640 (© Gemeente Museum Rotterdam, Atlas van Stolk, 1334-FC5JC6FMAA2S).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3901/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 2 – Vue vers le sud du moulin à eau de Sainte-Claire (Guadeloupe) (© N. Biwer, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3901/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 3 – Ruines des entrepôts de l’Habitation la Caravelle près du rivage de la baie du Trésor (Martinique) (© A. Jégouzo, Inrap)
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3901/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martijn van den Bel, Nicolas Biwer, Hélène Civalleri, Anne Jégouzo et Xavier Peixoto, « Les structures d’exploitation et de production du sucre », Les nouvelles de l'archéologie, 150 | 2018, 46-51.

Référence électronique

Martijn van den Bel, Nicolas Biwer, Hélène Civalleri, Anne Jégouzo et Xavier Peixoto, « Les structures d’exploitation et de production du sucre », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 150 | 2018, mis en ligne le 12 avril 2018, consulté le 23 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/nda/3901 ; DOI : 10.4000/nda.3901

Haut de page

Auteurs

Martijn van den Bel

Inrap Grand-Sud-Ouest, Centre de recherches archéologiques (Cra) de Cayenne - 842, chemin Saint-Antoine, 97300 Cayenne
martijn.van-den-bel@inrap.fr

Nicolas Biwer

Inrap Auvergne-Rhône-Alpes, Centre de recherches archéologiques (Cra) de Bron - 12, rue Maggiorini, 69500 Bron
nicolas.biwer@inrap.fr

Hélène Civalleri

Inrap Centre-Île-de-France, Centre de recherches archéologiques (Cra) de Pantin - 41, rue Delizy, 93500 Pantin
helene.civalleri@inrap.fr

Anne Jégouzo

Inrap Grand-Sud-Ouest Centre de recherches archéologiques (Cra) de Cayenne - 42, chemin Saint-Antoine, 97300 Cayenne
anne-jégouzo@inrap.fr

Articles du même auteur

Xavier Peixoto

Inrap Centre-Île-de-France, Centre de recherches archéologiques (Cra) de la Courneuve - 34, avenue Paul-Vaillant-Couturier, 93120 La Courneuve
xavier.peixoto@inrap.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals