Navigation – Plan du site

#déchets

Claire Besson et Dorothée Chaoui-Derieux
p. 3-5

Texte intégral

1Lorsqu’en 2009 le service régional de l’archéologie d’Île-de-France a prescrit la fouille d’un site mésolithique rue Farman, dans le 15e arrondissement de Paris, il s’agissait d’étudier les rebuts d’une activité de taille de silex pratiquée sur ce site ainsi que les dépotoirs, donc les déchets, rattachés à une occupation mésolithique. Cette opération devait ensuite laisser place à une usine de traitement de nos propres déchets contemporains, actuellement visible le long du boulevard périphérique. L’archéologie a dû ainsi en quelque sorte vider les poubelles de sociétés anciennes pour que nous puissions implanter les nôtres ! Parfois la « collision » est plus délicate à gérer : en 2015 et en 2016, préalablement à l’implantation de Cigéo (Centre industriel de stockage géologique), le projet d’enfouissement durable des déchets nucléaires français, ont été mis au jour par un diagnostic archéologique d’importants vestiges néolithiques sur les communes de Bure et Saudron dans la Meuse. L’intérêt scientifique des sites avait conduit l’État à prescrire leur fouille complète, mais cela compromettrait gravement le financement du projet et un bras de fer a commencé en juillet 2017  : déchets actuels contre rebuts de l’histoire ?

2Le traitement des déchets est une des préoccupations majeures de notre société si l’on en croit la presse. C’est à qui proposera la meilleure solution pour les éliminer de manière raisonnée et responsable ou pour les valoriser. Le tri est une pratique que nul ne s’aviserait de remettre en cause, et l’objectif du « zéro déchet » est clamé haut et fort tant par les particuliers que par les entreprises, bref, le déchet doit ou disparaître ou être utile. Paradoxalement, alors que tout est mis en œuvre pour les faire disparaître, ces déchets n’ont jamais été aussi présents dans notre environnement physique et intellectuel, ce dont veut témoigner (avec humour) le titre de cette introduction, « #déchets ».

3S’il est une discipline scientifique réputée porter une attention soutenue aux contextes détritiques, et notamment à ceux des sociétés passées, c’est bien l’archéologie : longtemps, nous avons affirmé que « nous fouillons les poubelles de l’histoire ». Les années 1970 ont même vu naître un courant spécifique qui s’intéressait particulièrement à ces contextes, mais – ce qui était très nouveau – pour l’époque contemporaine. Le mouvement « Archaeology of Garbage » développé par William Rathje (Rathje & Murphy 2001), a en effet eu pour objectif d’appliquer les méthodes traditionnelles de l’archéologie à l’exploration des décharges générées par les habitants de Tucson (Arizona). L’étude statistique de ces rebuts a permis de tirer quelques conclusions sur les comportements de nos contemporains, comme par exemple la proportion de denrées gâchées, ramenée au niveau socio-culturel du consommateur, tout en confirmant la pertinence d’aborder des problématiques récentes sous l’angle archéologique.

4La relation de l’archéologie aux déchets est une longue histoire de connivence, qui évolue au fil du temps. De source d’information primaire – que produit l’homme ? de quelle manière ? que consomme-t-il ? –, les déchets sont devenus l’objet de nouveaux questionnements : que jette l’homme ? où, comment et pourquoi ? Désormais l’archéologue aussi est amené à jeter, en opérant un tri sur le terrain ou après étude, créant ainsi un nouveau type de déchet, archéologique.

5L’objectif de ce dossier des Nouvelles de l’archéologie « Inventaire après déchets » n’est pas de dresser un bilan de l’apport de l’étude des contextes détritiques à la compréhension des sociétés, mais plutôt de réfléchir, en tant que professionnels et selon un point de vue méthodologique, d’une part à la gestion de ces déchets par les sociétés passées, et d’autre part à la responsabilité que nous endossons, en tant que producteurs de « nouveaux déchets », vis-à-vis de notre société actuelle et de celles à venir.

6Le déchet apparaît, quelle que soit l’époque considérée, comme l’objet d’étude par excellence de l’archéologie : tout ce qui a été soustrait à l’activité ordinaire puis oublié et ainsi paradoxalement protégé. La notion même de déchet est fluctuante et toutes ses composantes sont bien évidemment relatives : ce qui n’a plus de valeur à un instant « T » en aura beaucoup plus à un autre. Cette perception mouvante est exprimée de manière truculente par Jean-Marie Gourio (1994) : « […] on trouve des trucs romains que les Romains de l’époque se seraient pas baissés, et d’ailleurs c’est pour ça qu’on les trouve […] chacun se baisse à l’époque qu’il veut… c’est ça l’archéologie, finalement, faut attendre pour se baisser […] ». Ce qui est cassé et ne présente à priori plus d’intérêt peut cependant être récupéré et trouver une nouvelle vocation. Par ailleurs, tous les matériaux ne sont pas égaux face au temps qui passe et leur conservation est très variable. Finalement ce qui nous parvient aujourd’hui, ce sont donc les « déchets ultimes », c’est-à-dire ceux dont personne n’a su que faire et qui ont résisté au passage du temps. Encore faudra-t-il, au cours de notre réflexion, bien distinguer ce qui a été délibérément jeté et ce qui s’est simplement trouvé abandonné, si l’on veut correctement prendre en compte l’aspect « gestion » du rapport au rebut.

7Comment les sociétés anciennes ont-elles géré leurs déchets ? L’archéologie peut-elle témoigner de ces prises en compte ? Quelle est la spécificité du regard de notre discipline sur le déchet et sur son lieu de stockage, tant dans la rédaction d’un cahier des charges scientifique que sur le terrain ? Quelles informations retirons-nous de ces interventions ? Pour aller plus loin encore : que considérons-nous aujourd’hui comme des déchets, et quelles solutions proposons-nous pour les gérer ? Autant d’interrogations auxquelles les différentes contributions présentées dans ce dossier apporteront des éléments de réponse.

8La première solution pour traiter les déchets (outre l’abandon pur et simple) consiste en leur élimination, par stockage et enfouissement. Cette réponse à un problème d’hygiène ancien fournit l’essentiel de notre matériel d’étude : la classique « fosse dépotoir » n’a plus aucun secret pour l’archéologue ! Nous nous concentrerons ici davantage sur la reconnaissance et l’identification du lieu de stockage, c’est-à-dire : une fois le déchet décrété comme tel par une société, où décide-t-elle de le stocker, et selon quels processus ?

9Les contributions d’Olivier Bauchet et de Sally Secardin clarifient les termes utilisés aux époques historiques dans ce domaine particulier de la rudologie, en évoquant les voiries, dépotoirs et décharges. Les conclusions de ces études ne demandent qu’à être mises en regard des résultats d’opérations archéologiques, afin d’être validées ou nuancées. Elles offrent d’ores et déjà de belles perspectives, puisque les interventions sur ce type de lieu sont de plus en plus fréquentes : on peut ainsi citer les opérations récentes menées à Rouen (Seine-Maritime), Vénissieux (Rhône), Miramas (Bouches-du-Rhône)…

10L’intérêt croissant de l’archéologie pour les sites de décharge se déplace nettement du contenu vers le contenant, même si l’élément déclencheur de la prescription de fouille reste bien souvent l’abondance du mobilier mis au jour. Il y a comme un scrupule à ne pas collecter une telle quantité de céramique et verrerie (on parle facilement de dizaines de milliers de fragments dans de tels contextes), dont l’identification peut être faite de manière relativement aisée et permet ainsi d’abonder les corpus de référence, locaux ou à plus large spectre. Si les premières approches étaient encore le fait du hasard, c’est-à-dire que le diagnostic, mis en œuvre avec d’autres objectifs, menait à la découverte d’une décharge regorgeant d’éléments datants et informatifs, progressivement les motivations ont davantage concerné le lieu même, afin d’étudier les modalités des dépôts, ce que ces derniers disent de la société qui les a produits, et non plus seulement pour étoffer les typologies de mobilier. Qui dit fouille spécifique implique cahier des charges scientifique très précis et méthodologie adaptée sur le terrain. Ce sont ces deux approches que nous avons voulu mettre en valeur ici : c’est ainsi qu’à Rouen, l’étude ciblée des « heurts » du quartier de Bouvreuil a constitué l’élément principal du cahier des charges de la fouille archéologique, comme nous l’expose Bénédicte Guillot.

11Si ces trois contributions, ainsi que celle de Virginie Serna sur les lieux d’abandon d’un type de déchets plus particulier (les bateaux qui ne sont plus navigants), témoignent de pratiques de stockage par le rassemblement des déchets, le texte de Dorothée Chaoui-Derieux sur les gadoues parisiennes propose une alternative tout à fait opposée, qui consiste en un éparpillement des couches détritiques, par ailleurs à des fins de valorisation.

12Le recyclage et la réutilisation des déchets, individuellement ou en masse, sont en effet une autre manière de traiter les rebuts. À l’heure actuelle, c’est à qui réutilisera le mieux ses détritus pour les fondre dans le paysage : en Allemagne, des pistes de luge sont créées sur des merlons de déchets ; en France, de nombreux golfs utilisent les volumes disponibles en décharges. Cette démarche n’est pas nouvelle, comme le prouve l’archéologie : à Nevers (Nièvre), les déchets des faïenceries locales ont permis de remodeler les rives du fleuve, comme l’illustre l’article d’Yves Roumegoux.

13Il s’agit de tirer le meilleur parti des déchets ou de productions obsolètes, envisagés non comme une contrainte mais une ressource. Des poutres de bois aux excreta, Séverine Hurard nous en fait la démonstration à partir de sites historiques considérés comme « anormalement » propres. En dehors de la réutilisation de volumes importants, chaque objet ou même résidu de sa fabrication peut trouver une nouvelle destination. Isabelle Rodet-Belarbi et Jean-François Goret évoquent ainsi le cas particulier des matières dures animales, emblématiques du recyclage puisque dès sa première mise en œuvre l’os est d’abord un déchet de boucherie.

14À la lisière entre réutilisation, recyclage et zéro déchet, la contribution de Nicole Rodrigues illustre comment les déchets de l’archéologie – qu’il faut comprendre comme des vestiges matériels hors contexte ou ayant été exploités au maximum de leurs possibilités – peuvent devenir des supports pédagogiques ou artistiques, et revêtir ainsi une nouvelle signification. L’approche artistique du déchet présentée par Claire Besson nous fait envisager le rebut et l’artefact archéologique sur le même plan, et met en évidence les ambiguïtés nées de l’entrée de la période contemporaine dans le champ de l’archéologie.

15Depuis la mise en place de groupes de travail sur le tri et l’élimination au sein de la Direction générale des patrimoines il y a une dizaine d’années, aborder ce type de question n’est plus tabou, alors que le principe d’imprescriptibilité et d’inaliénabilité des biens archéologiques a longtemps prévalu sur toute autre considération, y compris pragmatique. Quelques expériences ont été menées, discrètement puis au grand jour, sur « l’exfiltration » de mobilier archéologique, partant du principe qu’aucune étude supplémentaire ne pourrait être conduite ou que la conservation d’un échantillonnage raisonné pourrait suffire. L’ordonnance n° 2017-1117 du 29 juin 2017 relative aux règles de conservation, de sélection et d’étude du patrimoine archéologique mobilier formalise une véritable « sélection » et le « déclassement » qui s’ensuit pour le mobilier dont on constate « la perte [d’] intérêt scientifique », pour lequel pourra être envisagée la vente, la destruction, la cession à titre gratuit « pour les besoins de la recherche, de l’enseignement, de l’action culturelle, de la muséographie, de la restauration de monuments historiques ou de la réhabilitation de bâti ancien »1.

16Pour désengorger les dépôts archéologiques, il est donc désormais accepté de se défaire de ce qui était, il y a encore peu, du mobilier d’étude. Diverses initiatives voient le jour, comme le ré-enfouissement de pièces lithiques proposé par le conseil départemental de la Drôme que nous présentent Anne-Marie Clappier et Carine Marande, mais on peut aussi évoquer la remise à l’eau par le musée de Hyères (Var) de 150 amphores (sur une cargaison de 6 000 !) découvertes en 1972 dans une épave romaine, le but étant de les conserver sous surveillance archéologique tout en offrant un parcours-découverte aux plongeurs amateurs. Ces expériences soulèvent la question fondamentale de la traçabilité du mouvement des biens archéologiques mobiliers.

17L’évolution de la conscience écologique nous amène à recycler de plus en plus, à traiter nos déchets dans des lieux de haute sécurité technologique, à les enfouir de façon définitive. Or ce qui est bon pour la planète l’est peut-être moins pour notre discipline. Marquée elle aussi par ces préoccupations, s’insérant dans un cadre réglementaire qui l’oblige à suivre des cahiers des charges très rigoureux quant à la propreté des chantiers, l’archéologie n’envisage plus de laisser des traces de son activité sur le terrain. L’article de Dorothée Chaoui-Derieux sur l’archéologue « un nouveau Monsieur Propre ? » propose ici des pistes de réflexion sur ce thème nouveau.

18« Archéologie du futur » est le titre du projet de l’école du Design de Zürich présenté par Roman Aebersold pour clore notre propos. Afin d’attirer l’attention sur la pollution des océans, les étudiants ont imaginé dessiner sous forme de planches scientifiques ces rebuts de plastiques que découvriront les archéologues de demain. Est-ce vraiment les traces que nous souhaitons laisser de notre passage ?

19À la lecture des articles rassemblés ici, il apparaît que des tamis successifs opèrent une sélection parmi les déchets qui parviennent jusqu’à nous :

20– tri initial opéré par son producteur et stockage en un lieu dédié : le mobilier se trouve donc hors de son contexte d’origine mais il y a création d’un nouveau contexte, celui de mise à l’écart ;

21– tri « naturel », dépendant de la conservation inégale en fonction du matériau et des processus taphonomiques à l’œuvre ;

22– tri de l’archéologue qui s’intéresse (ou non) à tel type de vestige et les sélectionne d’abord sur le terrain puis lors de la phase « post-fouille » ;

23– conservation ou rejet : s’il est reconnu comme mobilier archéologique, le déchet voit son statut modifié, passant du dégradable à l’inaliénable ; s’il est rejeté, il revient à son statut initial mais avec modification de son contexte.

24En extrayant le rebut de son contexte de découverte, non pas d’origine mais déjà en contexte déplacé, en contredisant sa destinée initiale (la mise à l’écart) et parfois même en le valorisant ou en le « patrimonialisant », nous créons donc différents biais qu’il convient de prendre en compte dans nos raisonnements scientifiques.

Haut de page

Bibliographie

Gourio, J.-F. 1994. Brèves de comptoir. Paris, Michel Laffont.

Rathje, W. & Murphy, C. 2001. Rubbish ! The Archaeology of Garbage. Tucson (Arizona, États-Unis), The University of Arizona Press, 280 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Besson et Dorothée Chaoui-Derieux, « #déchets », Les nouvelles de l'archéologie, 151 | 2018, 3-5.

Référence électronique

Claire Besson et Dorothée Chaoui-Derieux, « #déchets », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 151 | 2018, mis en ligne le 22 juin 2018, consulté le 11 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/nda/3922 ; DOI : 10.4000/nda.3922

Haut de page

Auteurs

Claire Besson

Conservatrice du patrimoine au service régional d’archéologie de la direction régionale des affaires culturelles / Drac Île-de-France, Umr 7041 ArScAn (Archéologie et sciences de l'Antiquité), équipe GAMA

claire.besson@culture.gouv.fr

Articles du même auteur

Dorothée Chaoui-Derieux

Conservatrice du patrimoine au service régional de l’archéologie de la direction régionale des affaires culturelles / Drac Île-de-France, Umr 7041 ArScAn (Archéologie et sciences de l’Antiquité)

dorothee.derieux@culture.gouv.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals