Navigation – Plan du site

AccueilNuméros151La gestion des déchets à Rouen au...

La gestion des déchets à Rouen au xvie siècle

Premiers résultats de la fouille préventive de deux « heurts » ou décharges publiques
Bénédicte Guillot
p. 16-21

Texte intégral

1Depuis une trentaine d’années, la recherche archéologique a mis en évidence de nombreuses structures identifiées comme réceptacles des déchets dans les villes entre le xiie et le xviiie s. : latrines, fosses d’aisances mais également puits, puisards, anciens fossés, voiries, décharges publiques. En parallèle, les études historiques montrent une prise de conscience de la nocivité de ces déchets intra-muros, d’où une multiplication des édits municipaux ou royaux essayant de canaliser et de surveiller la collecte de ces détritus.

  • 1 Cet article s’appuie sur les études menées pour les rapports de fouille : E. Lecler-Huby (Inrap) po (...)

2À l’heure de la promotion du recyclage et d’une meilleure prise en compte des problèmes liés à la gestion des déchets (ramassage privé ou public, décharges surchargées), de nouvelles recherches ont été lancées afin de mieux comprendre les interactions entre la vie en collectivité et le résultat des activités humaines et animales (Catalo 2002 ; Secardin 2015 et 2016 ; Skelton 2016 ; Cornell & Rosén 2017). C’est dans ce contexte que deux opérations d’archéologie préventive menées par l’Inrap à Rouen, rue Pouchet en 2012 (Guillot 2015) et rue du Donjon en 2015 (Guillot à paraître), ont permis d’étudier deux grands dépotoirs publics de la seconde moitié du xvie s., nommés « heurts » dans les textes (de l’ancien français hourd, tertre ou monticule)1.

Le secteur avant les « heurts »

3Les deux sites se trouvent dans le même quartier dit « de Bouvreuil », au nord-ouest de la ville fortifiée, hors de l’enceinte mais aux abords du château médiéval et d’un des principaux accès à la cité, la Porte Bouvreuil (fig. 1 et 1 bis).

Fig. 1 – Localisation sur le cadastre actuel des deux heurts fouillés : 1) rue Pouchet, 2) rue du Donjon (© B. Guillot).

Fig. 1bis – Localisation sur le plan de Gomboust datant de 1655 des deux heurts fouillés : 1) rue Pouchet, 2) rue du Donjon. Fac-similé (© Rouen, Éditions Point de Vues, 2003).

4Rue du Donjon, les premières occupations sur le terrain remontent au xie ou au xiie s., avec la constitution d’une grande butte de terre dans un secteur qui semblait laissé à l’abandon depuis la fin de la période antique. L’édification d’un château par Philippe-Auguste, au début du xiiie s., a complètement restructuré le quartier. La partie supérieure de la butte a été nivelée afin de créer une bande de terre globalement plane de 12 m de large, servant de zone de circulation et délimitant le fossé du donjon au sud et celui de la ville au nord.

5Localisé à une centaine de mètres au nord-ouest, le terrain exploré rue Pouchet était recouvert par des terres à jardins au bas Moyen Âge. Les seules structures sont quelques fosses et fossés comblés à la charnière des xve et xvie s., montrant que le secteur servait déjà ponctuellement à l’évacuation des déchets.

6Le quartier a ensuite radicalement changé d’aspect avec la décision politique de choisir ces emplacements comme lieux de stockage pour une partie des détritus rouennais.

La mise en place des « heurts » à Rouen

7La première mention d’une prise en charge du problème des déchets par la ville de Rouen date du tout début du xve s. La municipalité achète alors des espaces non construits, hors des fortifications, pour créer ce qu’elle dénomme des « heurts ». La ville est ensuite partagée en quatre secteurs, entre autres celui de Bouvreuil, dont les habitants sont sommés de venir apporter leurs détritus « a une autre [place] pres la porte du Chastel » (Arch. dép. de Seine-Maritime, AMR, 3E1/ANC/A5 f° 97). Plusieurs ordonnances essaient, tout au long du xve s., de réglementer le traitement des ordures, qui semble toujours se faire sur la base du volontariat.

  • 2 Un « bannelier » est préposé à la conduite des « banneaux », qui sont des tombereaux légers.

8Il faut attendre le début du xvie s. pour voir édictés les premiers règlements d’hygiène publique. En 1501, une tentative de mise en place d’un système public de collecte des déchets échoue, faute de la création d’une nouvelle taxe pour payer des « banneliers »2. En 1556, une ordonnance « commande et enjoinct garder lesdites immundices aux maisons pour estre portées dedens des corbeilles aux beneaux » (Arch. dép. de Seine-Maritime, AMR, tiroir 267, liasse 1). Un « banneau » est alors affecté à chaque quartier pour qu’il ramasse les ordures et les emporte au « heurt » désigné, ce qui explique la fine stratigraphie observée sur les deux sites, résultant directement du mode de transport.

9Les deux sites étudiés sont en parfaite adéquation avec les textes : ils se situent hors les murs, à proximité de la Porte Bouvreuil, immédiatement à l’est du château, et sont libres de toute occupation structurée. Si le terrain de la rue Pouchet est peu utilisé depuis le Moyen Âge, c’est également le cas pour celui de la rue du Donjon au xvie s., au cours duquel le château médiéval est peu à peu démantelé, remplacé par le Palais ou Vieil Palais, construit durant la Guerre de Cent Ans par les Anglais et situé le long de la Seine, dans l’angle sud-ouest des fortifications. De plus, les fonctions administratives se sont déplacées vers le tout nouveau Palais de Justice édifié au cœur de la cité.

La constitution des « heurts » : aménagements et datation

10Le heurt de la rue Pouchet se constitue peu à peu avec le versement, depuis le sud-ouest, de toutes sortes de matériaux, formant peu à peu un cône de déchargement encore très visible sur le terrain lors de la fouille (fig. 2). Le monticule atteint jusqu’à 6 m de hauteur à l’est, 5 m au sud et un peu plus de 3 m au nord, cette différence s’expliquant en partie par le pendage du terrain à la fin du Moyen Âge. Les premiers arrivages sont étalés afin de former une surface globalement plane, chacun semblant traité avant l’arrivée du suivant, ce qui implique que des personnes en charge de ce travail étaient sur place quotidiennement. C’est seulement dans un second temps que la gestion des déchets évolue, peut-être en raison d’arrivages plus importants. Si cette hypothèse est exacte, elle pourrait s’expliquer soit par un renforcement de la surveillance de l’enlèvement des déchets, soit par le passage d’une évacuation « volontaire » par les habitants à la mise en place d’un véritable service de collecte des ordures.

Fig. 2 – Vue de la fouille de la rue Pouchet. Le décapage en gradins a permis de descendre jusqu’à 8 m de profondeur ; on distingue en haut à gauche, en couleurs plus claires, le cône de décharge (© B. Guillot).

11Rue du Donjon, on jette les détritus depuis le nord-ouest, c’est-à-dire depuis le point le plus proche de la Porte Bouvreuil. Ce dépotoir recouvre tout l’espace, comble à la fois le fossé de la ville et celui du donjon, et rehausse le terrain, selon les endroits, de 2 à 5 m de hauteur. Il semble que le heurt soit rapidement devenu hors contrôle. En effet, un texte de la fin du xvie s. vient rappeler qu’il est interdit de jeter des ordures le long du fossé du château car cela bouche l’accès à la fontaine dite du Chastel, qui se trouvait au fond du fossé au sud-est du Donjon (Arch. dép. de Seine-Maritime, AMR, liasse 75).

12Que ce soit lors du ramassage ou une fois les déchets arrivés dans le heurt, ce qui peut être recyclé est mis de côté, comme l’indique clairement la composition du mobilier, avec peu d’objets en métal présents, ces derniers étant de plus de petite taille (ils dépassent très rarement la dizaine de centimètres). La même remarque vaut pour les matériaux de construction, avec l’absence ou la quasi-absence de tuiles, de carreaux de pavement ou de moellons entiers. Seule une récupération intense peut également expliquer le faible nombre ou l’absence de certains ustensiles très communs comme les peignes, les éléments de jeux (dés ou jetons), voire les bagues ou les grelots. La comparaison avec les sites d’habitat en cœur de ville est significative, à la fois en ce qui concerne la quantité et la diversité des objets recueillis dans les dépotoirs ou latrines des particuliers. Le petit nombre – 82 – d’objets monétiformes est également un indice : les monnaies ne représentent pas la moitié du corpus, les autres étant des jetons dont la majorité a de plus été volontairement dégradée.

13La mise en place des heurts est datée par la céramique dont le terminus post quem remonte à la seconde moitié du xvie s. Cette date est cohérente avec la présence, à côté de monnaies plus anciennes de la fin du xve s., de quelques monnaies de cette période, dont un denier tournois d’Henri II (1557-1567/72) et un liard à l’H du Royaume de Navarre (1556-1585). Il y a également des agrafes à crochet en alliage cuivreux moulées en relief, dont les seuls exemplaires connus à ce jour sont datés, en Angleterre et aux Pays-Bas, à partir de la seconde moitié du xvie s., et qui disparaissent au tout début du xviie s. La nature même d’un dépotoir implique que l’on n’y retrouve que des objets perdus, cassés ou devenus obsolètes. Il reste donc difficile de préciser la période exacte durant laquelle le heurt a été en usage au cours de la seconde moitié du xvie s.

14Un indice sur la rapidité des arrivages est fourni par le faible pourcentage d’ossements exposés aux intempéries ou à un abandon prolongé à l’air libre (moins de 10 % de l’échantillon étudié). De même, moins de 5 % des os portent des traces de charognards et seulement 0,5 % de rongeurs, ce qui peut sembler étonnant pour une décharge publique, sauf dans le cas d’une grande fréquentation et d’un afflux régulier de déchets (d’autant plus que ces marques peuvent avoir été faites sur les os lors de leur abandon primaire dans la ville). Cette observation est confortée par la rareté de la vermine, quelques rats seulement ayant été retrouvés dans les restes analysés.

15Enfin, un texte, « les triomphes de l’abbaye des Conards », mentionne explicitement et à plusieurs reprises le heurt du Bouvreuil (Montifaud 1874 [1587]). Les Conards étaient une confrérie rouennaise remontant au xive s. qui avait à sa tête un « abbé » et qui, dans la tradition des charivaris médiévaux, rendait des avis et ordonnances une fois l’an. Nommés « triomphes », ils parodiaient les gestes et décisions des habitants de la ville, en particulier des bourgeois et dirigeants. Dans l’ouvrage imprimé en 1587, une « coppie des lettres patentes [du] grant escallier Benest » mentionne le « grant conseil du heurt de Bouvereul » avant de nommer les participants (tous avec des jeux de mots, le plus souvent à caractère sexuel) puis de conclure : « donné à Bouvereul sur le heurt, le huitième jour d’avril, l’an mil cinq cens quatre vingt et cinquième ».

16Ces « triomphes » délivrent plusieurs renseignements sur le heurt. Le choix de convoquer les assemblées sur un dépotoir précis implique qu’il était connu de tous, facilement localisable et assez représentatif pour être l’antithèse des lieux publics habituellement utilisés pour les assemblées religieuses ou municipales. Le texte décrit sans fard les nuisances qu’entraîne pour le quartier l’emplacement du heurt, comme lorsqu’il cite les « huîtres proprement puantes que l’on a apportez au bord du fossé de Pula, et d’où sort le parfum excellent à merveilles, le haut de Bouvereul expose par grands seilles » !

La composition des heurts : que trouve-t-on ?

17En tout, 6 000 m3 ont été fouillés dans ces dépotoirs, les deux tiers rue Pouchet et le tiers restant rue du Donjon. La nature des terres et la quantité massive de mobilier – plus de 120 000 fragments de céramiques, 2,5 tonnes d’ossements animaux, 12 000 coquilles d’huîtres et 10 000 petits objets –, donnent une bonne idée de leur composition. La méthodologie appliquée, avec un carroyage de 2 m de côté pour 1 m de profondeur, permet de localiser chaque objet en « x », « y » et « z ». Un système d’information géographique a été lancé afin d’obtenir les cartes de répartition du mobilier et de pouvoir à terme caractériser les grandes évolutions des deux décharges au cours de leur remplissage.

Les terres

18En 1476, une ordonnance divise les déchets en deux catégories : les « choses infectes », issues globalement des latrines et de la boucherie, et les autres « pierres, terres, plastreaux, gravoys et aultres choses non infectes », les premières devant être éloignées de la ville alors que les secondes peuvent servir à remblayer des terrains ou renforcer les fortifications depuis l’intérieur (Arch. dép. de Seine-Maritime, AMR, tiroir 75). On retrouve ici le premier souci de la gestion des déchets, évacuer à l’extérieur de la ville les « immundices & putrefactions […] pour obvier aux maladies occurentes et qui pourroient estre causées à l’advenir » (ordonnance de 1556, cf. supra). Les heurts reçoivent tous les détritus, sauf demande exceptionnelle comme en 1718, par exemple, où les banneaux doivent être portés « au heurt établi au chemin neuf de Saint-Paul […] pour rétablir les domages & faciliter le pavage qui est commencé à y faire » (Arch. dép. de Seine-Maritime, AMR, tiroir 267, liasse 5).

19Si les heurts comprennent les deux types de matériaux, il faut noter que les vidanges de latrines ou « bran » sont peu nombreuses. Outre l’aspect réglementaire (ne pas mélanger les deux types de matériaux), ceci s’explique surtout par la possible réutilisation du bran comme fertilisant dans les champs, rendue encore plus aisée par le fait que les banneliers chargés de la collecte sont la plupart du temps eux-mêmes des laboureurs.

  • 3 La recherche de sources liées à cette hypothèse sera l’un des objectifs des historiens associés au (...)

20Un autre fait est à signaler : la majorité du mobilier a été recueillie dans des lits de sable de rivière, rue Pouchet. Si certains objets étaient fragmentés, beaucoup étaient entiers ou archéologiquement complets. Ces niveaux sableux n’ont jamais été mis en évidence lors de fouilles à Rouen, que ce soit dans les habitats, les fosses d’aisances ou dans les espaces publics. Il pourrait donc s’agir de sable utilisé par les ramasseurs à des fins sanitaires, même si les textes ne mentionnent pas une telle pratique, qui suppose une volonté hygiéniste peut-être trop ambitieuse pour l’époque. À moins que les serviteurs des couvents et grands hôtels aristocratiques n’aient déposé les déchets sur des tas de sable accumulés dans les cours puis emportés par les banneliers – mais aucune découverte archéologique n’a pour l’instant confirmé cette hypothèse3.

Les rejets d’artisanats

21On trouve dans ces dépotoirs les résidus d’artisanats qui ne peuvent être recyclés. La métallurgie est représentée par des scories et quelques creusets, non pas sous la forme d’amas spécifiques mais dispersés surtout parmi les gravats ou matériaux de démolition. Il faut noter que la technologie utilisée au xvie s., le haut fourneau, et l’utilisation de matériaux plus « propres » dans la composition des foyers (comme des briques ou du métal) donnent des déchets de plus petite taille et de moindre poids qu’aux siècles précédents. Enfin, les scories peuvent être réutilisées comme matériaux dans les aménagements urbains de type routes, quais ou sols de bâtiments et sont donc moins sujettes à être abandonnées dans les heurts.

22Dans le quartier, un autre indice d’une activité artisanale conséquente est la présence de chevilles osseuses de corne de bœuf. Ces dernières se retrouvent dans les deux heurts, dans tous les niveaux, aux abords du cône de décharge comme dans les secteurs les plus éloignés. Les traces de découpe sur les chevilles osseuses sont caractéristiques de la récupération des étuis cornés. Nous sommes donc en présence de rejets d’ateliers travaillant la corne pour faire des boutons, des dés, des peignes, etc.

23Un dernier artisanat a pu être mis en évidence sur le heurt de la rue du Donjon, celui de la fabrication de sucre. La présence de moules à sucre et de pots à mélasse témoigne de la place centrale de Rouen dans la fabrication et la redistribution dans toute la France de cet aliment venu du Nouveau Monde.

Les ossements animaux et humains

24Le mobilier osseux représente plus de 2,5 tonnes de restes, dont 60 % proviennent du heurt de la rue du Donjon. L’avantage de ce type de mobilier, qui se conserve bien, est d’être représentatif de ce que les gens du quartier consommaient ou des animaux qu’ils côtoyaient.

25Les premières conclusions, qui portent sur moins de 10 % du total de cet ensemble, confirment que l’on se situe bien dans un espace public où sont rejetés les restes alimentaires d’une population urbaine dont la diète carnée est dominée par la triade domestique, bœuf, porc, caprinés domestiques. La présence de gros gibier (cerf, daim, chevreuil), d’un delphinidé (type dauphin ou marsouin) ou d’un paon, indique toutefois qu’une partie de ces citadins appartiennent à l’élite sociale.

26Quelques carcasses, découvertes en connexion partielle ou totale, ont été ponctuellement apportées dans le heurt, sans doute pour nettoyer les rues. Il est question ici en effet de petits animaux, chats et chiens, qui ont été transportés à des stades de décomposition différents et dans une proportion trop faible pour être le résultat d’une campagne d’abattage généralisée. Les os des chats ne présentent pas non plus de traces de découpe, alors que les pelletiers travaillaient leurs peaux au xvie s. Il faut en revanche citer le cas d’un chien de grande stature, probablement mort de vieillesse, mais dont la peau a été prélevée, comme le montrent les fines incisions présentes au bout des pattes. Ce dépeçage a été effectué peu de temps après le décès, soit sur place, soit peu de temps après l’arrivée de sa dépouille dans le heurt.

27Il y a également quelques ossements humains, mais ils sont en petit nombre et sans connexion. Il ne s’agit donc pas de personne jetée dans le heurt mais plutôt d’ossements compris dans des remblais apportés. Si le rejet de terres consacrées est interdit, cela ne veut pas dire qu’il n’ait jamais lieu : ainsi à Rouen, en 1635, le curé de l’église Saint-Martin-sur-Renelle fut condamné pour avoir « porté trois ou quatre bellenées des terres dudit cimetière [attenant à l’église] au heurt commun » (Arch. dép. de Seine-Maritime, G 2188). L’emplacement exact de ce « heurt commun » n’est pas précisé, puisqu’il était connu de tous.

28Enfin, il faut signaler la présence, dans le heurt de la rue du Donjon, de l’humérus d’un petit singe de type capucin, originaire d’Amérique du Sud. Si les singes font partie des animaux familiers depuis le Moyen Âge, il s’agit du premier témoignage concret des nouvelles espèces exotiques qui débarquaient tous les jours sur le grand port de Rouen. Le prix du singe dépendant de sa rareté, donc de sa provenance, sa possession devait conférer au propriétaire un certain statut et souligner son aisance.

Le vaisselier

29Le vaisselier retrouvé dans les heurts est largement dominé par la vaisselle en terre. La vaisselle de verre est rare (un peu plus de 1 000 éléments retrouvés, très fragmentés), et la vaisselle de métal n’est représentée que par un pied de récipient en bronze, appartenant probablement à un chaudron. Soixante-dix fragments de lames en fer, appartenant majoritairement à des couteaux, et une dizaine de manches en os complètent cet ensemble.

30Il manque donc dans notre inventaire tous les objets jamais jetés ou toujours recyclés, immédiatement ou après leur arrivée dans la décharge, les outils et ustensiles en métal ordinaire et toute l’orfèvrerie. Les matériaux périssables (bois, cuir, etc.), qui forment une grande part du vaisselier et du mobilier à cette époque, ont également disparu.

31Malgré ces biais, le grand nombre de céramiques donne une vision du vaisselier « classique » à Rouen au xvie s. Il reflète bien la spécialisation, qui se développe au cours de la Renaissance, entre la vaisselle d’usage quotidien, pour la cuisine et la table, la vaisselle de parade, exposée mais servant également à table, et la vaisselle précieuse dite de montre réservée au dressoir, meuble d’ostentation.

32La vaisselle d’usage représente 97 % du corpus, ce qui est logique puisque cette catégorie de céramique est à la fois la plus nombreuse et la plus utilisée, avec tous les risques d’accidents que cela peut impliquer. Sur ce total, la moitié sert à la préparation et à la cuisson des denrées, un gros tiers à la table et le reste à la conservation et au stockage des aliments.

33Certains éléments, rarement mis en évidence dans les fouilles d’habitat, relèvent de la vaisselle dite de parade. Ce sont de petits fragments de plats ou d’assiettes en faïence, dont un lot de majoliques italiennes et quelques-unes fabriquées en Espagne. La diffusion de cette céramique dans les milieux aristocratiques est clairement attestée au xvie s. mais c’est la première fois qu’elle est mise en évidence à Rouen. Seuls de tout petits morceaux ont été jetés : même ébréchée ou fendue, l’assiette elle-même devait toujours être présentée.

  • 4 D’après la notice d’œuvre du Plat de la Passion (inv. 55 445) des Médailles et Antiques de la Bibli (...)

34La vaisselle de montre, production de luxe à but ornemental, est surtout composée de pièces en métal précieux (or, argent ou étain), absentes des heurts. À Rouen, elle est représentée par une gourde en grès azuré du Beauvaisis, aux armes de France et avec la mention « vive le roy », et surtout par deux fragments d’un même plat glaçuré dit « de la Passion ». Ce plat au décor héraldique chargé, qui porte le monogramme du Christ, les instruments de la Passion, des écus couronnés et la date de « décembre 1511 », appartient à une série fabriquée à la suite d’une commande passée par Anne de Bretagne (1477-1514), alors épouse du roi de France Louis XII (1462-1515)4.

Les objets domestiques

35La fouille des heurts a mis en évidence de nombreux objets, mais pas en aussi grand nombre que l’on aurait pu s’y attendre au vu du volume de remblai étudié. Le recyclage possible des objets métalliques n’a laissé sur place que les plus petits, comme les accessoires de vêtements (épingles, ferrets, boucles ou bouclettes, œillets, boutons, agrafes à crochets, etc.) ou des instruments liés à des activités domestiques (dés à coudre, fusaïoles, etc.).

36Comme pour les faïences, des fragments de petite taille ou des éléments pouvant être remplacés renseignent sur des objets qui eux-mêmes n’ont pas été jetés. C’est le cas par exemple d’au moins deux carreaux de poêle, découverte exceptionnelle à Rouen. Présent dans les demeures aristocratiques et bourgeoises, le poêle est surtout présent dans l’est de la France et en Europe de l’Est. Il est beaucoup plus rare dans l’ouest, ce qui rend encore plus remarquable la présence d’un moule en terre cuite, figurant deux singes de profil, qui aurait pu permettre de faire des carreaux de poêle (fig. 3).

Fig. 3 – Positif d’un moule en terre cuite mesurant 9,4 cm de long par 8,5 cm de large et montrant deux singes accroupis face à face sur un support plat, encerclé par un décor godronné, attachés à la taille et qui pourraient se donner mutuellement à manger (© B. Guillot).

Conclusion

37Si le volume fouillé rue du Donjon ne représente que la moitié de celui fouillé rue Pouchet, le matériel recueilli sur le premier site est beaucoup plus abondant : il correspond par exemple à 60 % du corpus céramique ou du poids de la faune.

38Rue Pouchet, le mobilier se concentre globalement dans les mêmes endroits du heurt, ce qui permet de différencier les arrivages des déchets issus de la vie quotidienne (rebuts alimentaires, vaisselle cassée ou objets usagés) et ceux issus des aménagements urbains. Le service de ramassage mis en place par la ville devait donc probablement se faire à des moments séparés, à moins que les entreprises n’aient apporté directement leurs gravats, beaucoup plus importants en volume.

39Ces premières observations pourraient s’expliquer par le fait que le heurt de la rue Pouchet était réellement public et qu’on y amenait, pour une bonne part, des terres issues de constructions, démolitions ou curages des fossés, alors que celui de la rue du Donjon, plus « sauvage », ne concernait que les déchets des habitants du quartier.

40Les recherches, qui n’en sont qu’à leur début, devraient donner lieu à la mise en place d’un programme collectif de recherche (Pcr) sous la responsabilité de B. Guillot. Intitulé « Vuydanges et salubritas. Gestion des déchets et de l’insalubrité des villes normandes à la fin du Moyen Âge et pendant la période moderne », il permettra de confronter découvertes archéologiques et données historiques sur ces nouvelles problématiques apparues au Moyen Âge et qui sont toujours d’actualité aujourd’hui.

Haut de page

Bibliographie

Catalo J. 2002. « La gestion des déchets domestiques dans la maison médiévale urbaine. Réflexions à partir de données archéologiques du sud-ouest de la France », in : La maison au Moyen Âge dans le Midi de la France, actes des journées d’études de Toulouse, 19-20 mai 2001. Toulouse, Société archéologique du Midi de la France : 229-238 (Mémoire de la société archéologique du Midi de la France, hors-série).

Cornell P. & Rosén C. 2017. « Introduction: Early Modern urban Periphery in Europe, the New Lödöse project », International Journal of Historical Archaeology, 1-3 [https://link.springer.com/article/10.1007/s10761-017-0425-2].

Guillot B. (dir.). 2015. Le heurt de Bouvereul. Étude d’un dépotoir public du xvie siècle à Rouen : rapport de fouille archéologique. Cesson-Sévigné, Inrap Grand Ouest.

Guillot B. (dir.). à paraître. Les abords du heurt du donjon de Rouen. Fossé, butte et dépotoir public : rapport de fouille archéologique. Cesson-Sévigné, Inrap Grand Ouest.

Montifaud M. de. 1874 [1587]. « Coppie des lettres patentes que le grant escallier Benest envoye, selon son arrrest, à toutes personnes plaisantes », in : Les Triomphes de l’abbaye des Conards, avec une notice sur la fête des fous. Paris, Librairie des bibliophiles : 86-92 [http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k71907j/f1.image].

Secardin S. 2015. La gestion des déchets en milieu urbain du xiie au xvie siècle. Le cas des voiries parisiennes. Mémoire de master 1. Paris, Université de paris I Panthéon-Sorbonne.

Secardin S. 2016. L’influence du tissu urbain sur la gestion des déchets de la fin du Moyen Âge jusqu’au xviiie siècle. Le cas des voiries dépotoirs de Paris. Mémoire de master 2. Paris, Université de Paris I Panthéon-Sorbonne.

Skelton L. J. 2016. Sanitation in Urban Britain, 1560-1700. London and New York, Routledge, 200 p.

Archives :

Arch. dép. de Seine-Maritime, AMR, 3E1/ANC/A5 f°97.

Arch. dép. de Seine-Maritime, AMR, liasse 75.

Arch. dép. de Seine-Maritime, AMR, tiroir 267, liasse 1.

Arch. dép. de Seine-Maritime, AMR, tiroir 267, liasse 5.

Arch. dép. de Seine-Maritime, G 2188.

Haut de page

Notes

1 Cet article s’appuie sur les études menées pour les rapports de fouille : E. Lecler-Huby (Inrap) pour la céramique, P. Petit (Inrap) pour le petit mobilier, M. Barme (Cravo) et B. Clavel (Cnrs) pour l’archéozoologie, P.-M. Guihard (Craham) et T. Cardon pour la numismatique, Guillaume Lemaître pour les recherches historiques.

2 Un « bannelier » est préposé à la conduite des « banneaux », qui sont des tombereaux légers.

3 La recherche de sources liées à cette hypothèse sera l’un des objectifs des historiens associés au programme collectif de recherche (voir fin de l’article).

4 D’après la notice d’œuvre du Plat de la Passion (inv. 55 445) des Médailles et Antiques de la Bibliothèque nationale de France, ce plat à large marli en céramique vernissée à glaçure verte, moulée et estampée, et décor en relief, sort de l’atelier picard de Savignies (Oise). On en connaît quatre autres exemplaires à glaçure verte et un cinquième à glaçure brune, conservé au musée de Beauvais.

Au centre, le monogramme du Christ auréolé de flammes est entouré « d’écus portant alternativement l’initiale de Charles VIII (1470-1498) et une fleur de lis. Entre les lettres des mots “AVE MARIA”. Sur l’aile, écus plus grands : armes parlantes, armes de France, d’Anne de Bretagne, monogramme du Christ, alternant avec les attributs de la Passion placés sous des arcatures ; dans l’axe, la crucifixion. Autour, inscription en lettres gothiques de la première lamentation de Jérémie “O vos omnes qui transitis per viam attendite et videte si est dolor similis sicut dolor meus” [Ô vous tous qui passez sur ce chemin arrêtez et voyez s’il est une douleur semblable à ma douleur] ». À la suite de la citation, est inscrit « Pax vobis fait en décembre MVCXI ». http://medaillesetantiques.bnf.fr/ws/catalogue/app/collection/record/ark:/12148/c33gbdg37

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Localisation sur le cadastre actuel des deux heurts fouillés : 1) rue Pouchet, 2) rue du Donjon (© B. Guillot).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3950/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende Fig. 1bis – Localisation sur le plan de Gomboust datant de 1655 des deux heurts fouillés : 1) rue Pouchet, 2) rue du Donjon. Fac-similé (© Rouen, Éditions Point de Vues, 2003).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3950/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Légende Fig. 2 – Vue de la fouille de la rue Pouchet. Le décapage en gradins a permis de descendre jusqu’à 8 m de profondeur ; on distingue en haut à gauche, en couleurs plus claires, le cône de décharge (© B. Guillot).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3950/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 940k
Légende Fig. 3 – Positif d’un moule en terre cuite mesurant 9,4 cm de long par 8,5 cm de large et montrant deux singes accroupis face à face sur un support plat, encerclé par un décor godronné, attachés à la taille et qui pourraient se donner mutuellement à manger (© B. Guillot).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3950/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 889k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bénédicte Guillot, « La gestion des déchets à Rouen au xvie siècle »Les nouvelles de l'archéologie, 151 | 2018, 16-21.

Référence électronique

Bénédicte Guillot, « La gestion des déchets à Rouen au xvie siècle »Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 151 | 2018, mis en ligne le 22 juin 2018, consulté le 22 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/nda/3950 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nda.3950

Haut de page

Auteur

Bénédicte Guillot

Inrap – Cnrs/ Université de Caen Normandie, Umr 6273, Centre Michel de Bouärd Craham (Centre de recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales)

benedicte.guillot@inrap.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search