Navigation – Plan du site

Rivages de faïence (Nevers, Nièvre)

Yves Roumegoux
p. 22-24

Texte intégral

Un océan tessonnier

1La construction d’un ensemble immobilier à Nevers, en 1985, a donné lieu à la découverte d’une gigantesque tessonnière de faïenciers de la seconde moitié du xviiie s. Elle s’étendait sur un large périmètre le long du quai des Mariniers, situé sur la rive droite de la Loire, et présentait une épaisseur moyenne de trois à quatre mètres. Nous sommes au milieu des années 1980 : l’archéologie de sauvetage ne s’est pas encore imposée pleinement dans le cadre de tels travaux d’aménagement et procède encore largement d’une pratique « opportuniste et dérobée » (Burnouf & Journot 2004), qui plus est si elle concerne des périodes aussi récentes qui commencent à peine à être explorées dans les fouilles du Grand Louvre, à Paris. Il est un fait alors difficile à faire admettre : le champ de l’archéologie s’applique aussi au-delà de la période médiévale, champ chronologique par ailleurs récemment conquis.

2Cette intervention archéologique est menée par une association locale, le Grepan (Groupe de recherche et de protection archéologique de Nevers), qui dispose d’à peine quelques mois concédés par le promoteur pour intervenir bénévolement avec des moyens humains limités. Devant l’ampleur de la tâche et confrontée à cet « océan tessonnier » estimé à environ 30 tonnes de tessons, ainsi que le qualifient les auteurs du rapport (Michaux & Carnat 1985), l’équipe, jugeant les règles classiques de l’archéologie ici inopérantes, décide d’appliquer une méthode d’échantillonnage permettant de recueillir et d’enregistrer les éléments les plus pertinents : rejet des biscuits – c’est-à-dire des faïences non glaçurées, cuites entre 980 et 1 040 °C, qui représentent plus de 90 % de l’ensemble (fig. 1) –, sauf s’ils présentent une forme ou une dimension particulière, tri parmi les tessons émaillés blancs, conservation de tous les décors polychromes. Parmi ces derniers, aucun motif contemporain de la Révolution n’apparaît. On peut donc estimer que la tessonnière était déjà saturée à cette époque.

Fig. 1 – Amas de tessons de biscuits avec un pot à moutarde en son centre (© Y. Roumegoux).

3En 1989, Jean Rosen, éminent spécialiste de la faïence moderne, ainsi que l’auteur de ces lignes, nommé depuis peu archéologue municipal de Nevers, conviennent de programmer la réalisation d’une tranchée de sondage à proximité du chantier de 1985 afin de compléter les observations concernant la dynamique de remplissage de la tessonnière. D’emblée, il apparaît que les déversements successifs de rebuts de fabrication présentent un pendage marqué d’est en ouest qui s’accentue nettement pour former un cône de déjection en direction du sud-ouest (fig. 2). Cette dynamique de comblement procède, selon toute vraisemblance, du déchargement des charrois venus de la ville, à l’est, et se dirigeant vers l’extérieur et le rivage de la Loire, à l’ouest et au sud-ouest (Roumegoux 1989).

Fig. 2 – Vue du pendage des couches de déversements de rebuts de fabrication, sondage 1989, Quai des Mariniers (© Y. Roumegoux).

4L’emplacement du sondage se trouve à l’embouchure d’un petit ruisseau dénommé la Passière qui, après avoir longé le rempart ouest de la ville, se jette dans la Loire au niveau de la tour Goguin verrouillant l’enceinte, du côté du fleuve.

La forme d’une rive

5Un plan de 1759 restitue le tracé de la berge de la Loire sur la rive droite. Son tracé forme alors une légère anse à partir du débouché de la Passière (fig. 3), qui contraste avec le tracé très rectiligne visible sur le plan cadastral de 1835 et à peu près inchangé jusqu’à nos jours (fig. 4).

Fig. 3 – Plan cadastral de 1985 avec report du tracé de la rive en 1759, localisation du sondage et des faïenceries voisines (© Y. Roumegoux).

Fig. 4 – Vue de la rive actuelle du quai des Mariniers en aval du pont de Loire (© P. Leroy).

6Quelle est la raison de ce contraste marqué dans la disposition des lieux ? De récents travaux d’analyse de topographie historique, ainsi que les interventions archéologiques évoquées plus haut, permettent d’apporter des éléments de réponse assez pertinents.

  • 1 AM Nevers, DD 162, 1601-1602.

7La ville de Nevers se trouve implantée sur un coteau escarpé surplombant la Loire sur sa rive droite. Cette disposition particulière a eu pour effet de contraindre le cours du fleuve de ce côté et de le rejeter vers la rive gauche où il n’existe pas d’obstacle. De ce fait, dès le début du xviie s., des travaux d’endiguement ont été entrepris sur la rive gauche pour « tenir et entretenir la Loire dans son ancien cours et canal de sorte qu’elle passe sous les ponts de la ville et qu’ils ne deviennent inutiles au public »1 (Mauret-Cribellier 2012).

8Par contrecoup, ces digues et levées ont rejeté le cours de la Loire vers la rive droite qui, à son tour, a subi des dégradations importantes en aval du coteau où la ville se trouve bâtie. Aussi fit-on, en 1789, le projet de réaliser une levée en aval du pont, sur la rive droite. Ce projet, non réalisé, prévoyait de couper la courbe du fleuve pour le contraindre à suivre un cours rectiligne. Mais une crue extraordinaire, en 1790, emporta plusieurs arches de l’ancien grand pont de pierre, côté rive droite. Un bac, ainsi qu’un pont de charpente construit en 1792, permirent d’assurer provisoirement le franchissement du fleuve. Il fallut attendre les années 1830 et la construction de sept nouvelles arches pour que la circulation sur le pont soit rétablie, et que le secteur de la rive droite en aval du pont soit finalement aménagé avec la réalisation du port de Billereux et la réfection des quais. Le plan cadastral de 1835 témoigne de ces aménagements.

Le quartier des faïenciers

9Ce secteur se trouve tout près du quartier des manufactures de faïence, situées en particulier le long des rues de la Tartre (actuelle rue du 14 juillet) et Saint-Genest, qui descendent vers un port aménagé par les faïenciers à l’embouchure de la Passière, au pied de la tour Goguin : on y déchargeait le bois et la terre utiles à la fabrication des céramiques et on y chargeait les productions destinées à l’exportation. Ce havre fut comblé vers le milieu du xviiie s. et remplacé par un port aménagé plus en amont, au nouveau quai de Médine.

10Il existait à Nevers, dans le courant de la seconde moitié du xviiie s., une douzaine de faïenceries en activité, pour la plupart implantées, comme nous l’avons dit, dans le quartier ouest de la ville. La fabrique des Conrade, la plus ancienne, s’était installée rue de la Tartre dès la fin du xvie s. Celle de l’Autruche (1630), dont le four subsiste encore rue du Singe, a été créée vers 1630 par Pierre Custode et est devenue la plus importante manufacture de Nevers. On peut citer aussi la faïencerie de l’Ecce Homo (1640), la manufacture Deselle (1660) devenue la Royale en 1755, voisine de la tour Goguin, la Fleur de Lys, située place Mossé, ou bien encore l’Image Notre Dame (1626), rue de la Cathédrale (Rosen 2001).

11L’origine de la production de faïence à Nevers est bien connue : après avoir acquis par mariage le titre de duc de Nevers en 1565, Louis de Gonzague (1539-1595), de la maison ducale de Mantoue en Italie, fit venir de Ligurie les frères Conrade afin de développer la fabrication de la faïence dans la cité nivernaise. Vers le milieu du xviie s., les ateliers de faïenciers délaissèrent peu à peu la tradition italienne pour opérer leur mutation en manufactures proto-industrielles. Les productions standardisées se démocratisèrent et leur diffusion fut dopée par l’aménagement des voies navigables, notamment l’ouverture du canal de Briare (1642), qui assurait la jonction avec la Seine et le Bassin parisien. En outre, la Loire descendue, le cabotage depuis Nantes permettait d’atteindre les ports de la façade atlantique comme La Rochelle ou Le Croisic, précision qui a son importance pour la suite de notre propos. Cette diffusion ne s’arrêtait pas là puisqu’on retrouve des faïences de Nevers dans de nombreux endroits du Nouveau Monde, au Canada, aux Antilles et en Guyane.

12En 1788, l’intendant de la généralité de Moulins, dont Nevers dépendait, déclara que chacune des douze manufactures en activité dans la ville « emploie l’une dans l’autre 150 à 160 ouvriers », soit un total compris entre 1 800 et 1 920 travailleurs (Gueneau 1919). À la fin du siècle, la production des faïenceries de Nevers se caractérisait essentiellement par la fabrication massive de pièces en émail blanc à vocation utilitaire, qui témoignaient des mutations des modes de vie à la fin de la période moderne. Un des plus beaux fleurons de l’industrie céramique neversoise est sans conteste le vase de nuit dont on estime la production moyenne à 200 000 exemplaires par an. Mais la plus grande part de la production des manufactures concernait la vaisselle de table, et en particulier l’assiette, blanche ou ornée de décoration puisant abondamment dans des styles et des registres variés alors en vogue, y compris d’Extrême-Orient.

Décharge contrôlée

13Les rejets de fabrication des faïenciers concernent aussi bien le matériel d’enfournement hors d’usage (cazettes, pernettes, piliers) que des céramiques proprement dites mises au rebut (bris, déformation, ratés de cuisson, etc.). Jusqu’au début du xviiie s., l’activité resta pour l’essentiel artisanale, dans la tradition des faïenciers Conrade, et les rejets des ateliers étaient suffisamment peu nombreux pour être déchargés dans des tessonnières de taille réduite, installées intra-muros. C’est le cas notamment des deux tessonnières fouillées entre 1985 et 1988 par le Grepan et Jean Rosen ; dans l’une, ont été mis au jour des éléments de production datant des années 1660-1700 ; les pièces des années 1720-1730 que contenait l’autre, située plus à l’est, témoignent de la mutation de la production céramique vers une faïence utilitaire à vocation domestique.

14Les tessonnières sondées quai des Mariniers en 1985, 1989 et 1996 (Devevey-Delor 1996) sont d’une tout autre ampleur, proportionnée à l’augmentation très significative de la production des grandes manufactures établies dans le courant du xviiie s. Au-delà du ruisseau de la Passière, qui longe les remparts à l’ouest et dont l’embouchure tient lieu de port d’embarquement de la faïence, se trouvaient des marais inoccupés, sans doute remplis par la Loire lors des crues. On peut supposer que les faïenciers, dont les charrois empruntaient ce chemin pour charger leurs productions sur les chalands, ont profité de l’occasion pour y décharger leurs rebuts de fabrication. Ils contribuaient ainsi à renforcer la rive droite de la Loire sapée par les turbulences du cours du fleuve. Ces rejets considérables (environ 3 à 4 m d’épaisseur) ont donc permis à terme le réalignement de la berge, projeté dès 1789, qui se concrétisa avec la réalisation des quais dans les années 1830, selon le tracé observé sur le plan cadastral de 1835.

Rendre à Nevers ce qui est à Nevers…

15Outre le fait que ces gigantesques dépôts de rebuts de fabrication ont contribué de façon spectaculaire à remodeler la topographie locale, ils constituent des documents de tout premier ordre sur l’activité des faïenciers de Nevers au xviiie s. En effet, leur origine irréfutable, contrairement à celle des pièces conservées dans les collections ou dans les musées quand elles ne sont pas signées et identifiées, a permis la réattribution de certaines productions au grand centre faïencier nivernais.

16Ainsi a-t-il été possible de confronter un grand nombre d’échantillons provenant des tessonnières fouillées à Nevers de 1985 à 2005 avec des faïences traditionnellement attribuées à La Rochelle, depuis la fin du xixe s., par des érudits locaux charentais s’appuyant sur de faibles arguments (Musset 1888). En ayant recours d’une part à des comparaisons stylistiques entre les tessons issus des tessonnières neversoises et les faïences réputées « rochelaises », et d’autre part à des analyses géochimiques de laboratoire, on a pu faire récemment la démonstration objective que la plupart des pièces supposées produites en Charente l’avaient été dans les manufactures de Nevers (Rosen 2007). Un même phénomène d’appropriation a eu lieu autour de certaines céramiques qualifiées de « faïences du Croisic ». Pas plus que celles de « La Rochelle », elles n’ont été fabriquées dans le port de la presqu’île guérandaise, mais proviennent bel et bien des faïenceries de Nevers, comme l’ont montré de façon indubitable les récentes analyses de laboratoires (Rosen & Maggetti 2015).

17L’étude approfondie de rebuts de fabrication jetés dans les grandes tessonnières du quai des Mariniers à la fin de l’Ancien Régime apporte un éclairage inédit sur l’extraordinaire activité des grandes manufactures de faïence neversoises. Leur constitution, en quelques décennies seulement, a par ailleurs permis de corriger de façon spectaculaire le profil de la rive droite de la Loire.

18Signe d’une page de l’histoire qui se tournait, les nouveaux terrains gagnés sur le fleuve grâce à l’apport des déchets faïenciers ont permis l’implantation d’une verrerie à bouteilles, active de 1785 à 1791. En 1816, ses bâtiments ont été rachetés afin d’y établir une manufacture de porcelaine (Gueneau 1923). L’une et l’autre ont à leur tour produit leurs propres rebuts de fabrication que nous découvrirons un jour.

Haut de page

Bibliographie

Burnouf J. & Journot F. 2004. « L’archéologie moderne : une archéologie opportuniste et dérobée ? », Les Nouvelles de l’archéologie, 96 : 5-6.

Devevey-Delor A. 1996. Nevers, Quai des Mariniers : sondages urgents : document final de synthèse. Association pour les fouilles archéologiques nationales.

Gueneau L. 1919. L’organisation du travail à Nevers aux xviie et xviiie siècles (1660-1790). Paris, Hachette : 315 [http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5516213n].

Gueneau V. 1923. « Les rues de Nevers », Mémoires de la société académique du Nivernais, 25 : 107 [http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5480059s].

Mauret-Cribellier V. 2012. Dossier IA58001143, Les aménagements portuaires de la Loire : commune de Nevers (Nièvre). Orléans, Région Centre-Val de Loire – Service du patrimoine et de l’inventaire [https://patrimoine.regioncentre.fr/gertrude-diffusion/dossier/les-amenagements-portuaires-de-la-loire-commune-de-nevers-nievre/3f302122-46c7-428e-a58e-4bfc4a7636e6].

Michaux M. & Carnat J.-L. 1985. Rapport de fouille, Nevers, Les Mariniers de Gonzague : fouille de sauvetage. Nevers, Grepan (Groupe de recherche et de protection archéologique de Nevers).

Musset G. 1888. Les faïenceries rochelaises. La Rochelle, 204 p. [http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k96931839]

Rosen J. (dir.). 2001. Faïenceries françaises du Grand-Est : inventaire Bourgogne, Champagne-Ardenne (xive-xixe siècle). Paris, Éditions du Cths (Comité des travaux historiques et scientifiques), 590 p. (Mémoires de la section d’archéologie et d’histoire de l’art ; 12).

Rosen J. 2007. « Ces faïences de Nevers qu’on dit “de La Rochelle” », Sèvres, revue de la société des amis du musée national de céramique, 16 : 31-45 [http://www.amisdesevres.com/download/16_31-45.pdf].

Rosen J. & Maggetti M. 2015. « Les analyses de laboratoire, une aide précieuse pour l’attribution des faïences », Sèvres, revue de la société des amis du musée national de céramique, 24 : 67-68 [http://www.amisdesevres.com/wp-content/uploads/2011/01/2015_revue_sevres_24_65a73.pdf].

Roumegoux Y. 1989. Rapport de fouille : Nevers, quai des Mariniers 58194 001 AH, sondage programmé. Nevers, Ville de Nevers, Grepan (Groupe de recherche et de protection archéologique de Nevers).

Haut de page

Notes

1 AM Nevers, DD 162, 1601-1602.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Amas de tessons de biscuits avec un pot à moutarde en son centre (© Y. Roumegoux).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3959/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 2 – Vue du pendage des couches de déversements de rebuts de fabrication, sondage 1989, Quai des Mariniers (© Y. Roumegoux).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3959/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 3 – Plan cadastral de 1985 avec report du tracé de la rive en 1759, localisation du sondage et des faïenceries voisines (© Y. Roumegoux).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3959/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Légende Fig. 4 – Vue de la rive actuelle du quai des Mariniers en aval du pont de Loire (© P. Leroy).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3959/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 259k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Roumegoux, « Rivages de faïence (Nevers, Nièvre) », Les nouvelles de l'archéologie, 151 | 2018, 22-24.

Référence électronique

Yves Roumegoux, « Rivages de faïence (Nevers, Nièvre) », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 151 | 2018, mis en ligne le 22 juin 2018, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/nda/3959 ; DOI : 10.4000/nda.3959

Haut de page

Auteur

Yves Roumegoux

Conservateur en chef du patrimoine, Direction générale des patrimoines, Sous‑direction de l’archéologie

yves.roumegoux@culture.gouv.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals