Navigation – Plan du site

Boues et gadoues à la pelle

Dorothée Chaoui-Derieux
p. 25-32

Texte intégral

1« La gadoue n’est pas le néant où s’engloutit l’objet, mais le conservatoire où il trouve place ayant traversé avec succès mille épreuves… Restent la bouteille vide, le tube aplati, l’écorce d’orange, les os de poulet… éléments de l’héritage que notre civilisation léguera aux archéologues futurs ». Par cette citation extraite de son roman Les Météores (1975), l’écrivain français Michel Tournier attribue aux objets mobiliers présents dans les couches de gadoues une valeur, si ce n’est patrimoniale, du moins historique. Pour autant, les archives du service régional de l’archéologie d’Île-de-France ont livré récemment une fiche de « pré-inventaire de site » datant du milieu des années 1990 et barrée en rouge sur sa première page, portant l’inscription manuscrite suivante : « faux site = gadoue parisienne, ou erreur totale de localisation (peu probable) ».

2Ainsi s’affrontent deux visions radicalement opposées : d’une part la vision presque patrimoniale d’Alexandre, le « Dandy des gadoues », personnage phare des Météores ; d’autre part la vision plus « classique » d’un archéologue préhistorien, auteur de la fiche de pré-inventaire, à une époque où l’archéologie contemporaine devait encore faire ses preuves. Qu’en est-il aujourd’hui ? Avec l’affirmation de l’archéologie contemporaine et l’élargissement des champs de la discipline, nous pouvons nous interroger sur le traitement et la signification archéologiques des couches nommées « gadoues » et « boues » dans les rapports d’opérations, et le regard que portent sur elles les professionnels.

3Les termes de « boues » et de « gadoues » renvoient à des réalités différentes et très précises. Ainsi l’historien Pierre-Denis Boudriot distingue-t-il, pour la seconde moitié du xviiie s. déjà, trois termes bien distincts : d’une part « la gadoue » (terme utilisé au singulier et non au pluriel), « qui résulte de l’activité physiologique » ; d’autre part « les boues », constituées de « terres excavées des chantiers de construction, gravois, usure des fers à chevaux, des jantes des roues de voiture, crottin de cheval, salpêtre… », soit tout ce qui ne peut pas être récupéré ; et enfin « les immondices », pour qualifier les « détritus d’origine domestique », qui font l’objet d’une récupération par les chiffonniers (Boudriot 1986). À cette période, boues et gadoue sont acheminées vers les voiries situées aux limites des villes (voir article de S. Secardin dans le même numéro).

4À la fin du xviiie s., « le cycle des boues et de la gadoue s’achève et renaît tout à la fois sur ces plaines à céréales vouées à la subsistance de la capitale. Abondantes et fertiles, les boues compensent providentiellement l’insuffisance des fumures d’origine animale. Au milieu du xixe s., un quintal de ces boues suffit à amender un hectare de terre. Elles sont donc avec la gadoue le limon des campagnes d’Île-de-France » (Boudriot 1986). La fermeture des voiries dans la seconde moitié du siècle est à l’origine de l’expansion de l’épandage des gadoues : transportées par tombereaux depuis le centre de la capitale jusqu’aux terres maraîchères des communes avoisinantes, elles étaient ensuite épandues afin d’aider à la fertilisation des terres.

5La définition de Michel Tournier ne saurait mieux résumer les niveaux de « boues » et de « gadoues » fréquemment mis au jour lors d’opérations archéologiques, notamment dans les communes situées au nord et au nord-ouest de Paris. Ce secteur géographique a en effet connu dans la seconde moitié du xixe s. un apport considérable de terres provenant de la capitale, et riches en détritus. Ce phénomène, qui n’est pas spécifique à la région parisienne, concerne les environs de toutes les grandes villes.

6Dans les rapports d’opérations archéologiques, les termes de « boues » et de « gadoues » sont indistinctement utilisés sans que l’usage de l’un ou de l’autre ne semble revêtir de signification particulière. Leur aspect détritique et leurs vertus de fertilisation sont mis en avant pour les caractériser ; car il s’agit bien en effet de couches de détritus qui ont été utilisées à des fins de culture, apportant ainsi un témoignage sur la relation de la société aux déchets dans la seconde moitié du xixe s.

7Le propos de cet article est de voir quelle lecture archéologique est aujourd’hui faite de ces strates. Pour des raisons liées à une meilleure connaissance du contexte archéologique et opérationnel, les exemples mentionnés ici sont essentiellement franciliens, à l’exception de celui de Miramas (Bouches-du-Rhône).

Boues et gadoues dans les bases de données nationales

  • 1 Zac / Zone d’aménagement concerté.

8L’interrogation de bases de données nationales apporte relativement peu d’informations sur ce type de dépôt. Ainsi la base Dolia (catalogue des fonds documentaires et bibliothèque numérique de l’Inrap) offre une liste de huit résultats quand on interroge le terme « gadoues » (fig. 1), et une liste de sept résultats (mais dont un seul est réellement pertinent : Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), Zac1 Nozal Chaudron lots A et B) quand on interroge le terme « boues ». Ces réponses concernent presque exclusivement l’Île-de-France (et en particulier la Seine-Saint-Denis), à l’exception de la fouille de Miramas.

Fig. 1 – Résultat de la requête du terme « gadoues » sur le site internet Dolia.

9De son côté, la base TerresUrbaines de l’ex Centre national d’archéologie urbaine (Cnau) offre seulement trois occurrences du terme « gadoues » pour la période 1985-2010 :

10– Saint-Denis (93), Zac Montjoie, 53-61 rue du Landy (1999) ;

11– Aubervilliers (93), Zac Canal, îlot 1, 21 rue de la Gare (2005) ;

12– Paris 12e (75), 14-28 avenue Saint-Mandé (2005).

13Le terme de « gadoues », utilisé en champ libre et non référencé dans le thésaurus, a été associé dans deux cas à la rubrique fonctionnelle « agriculture, élevage », et dans un autre à la rubrique « espaces libres, terres noires ».

14Le terme « boues », cité une seule fois dans la base (Saint-Denis [93], Zac Nozal lots 11-12 nord, 13 sud ; 2002), a également été rattaché à la rubrique « agriculture, élevage ».

15À l’exception de l’opération de Miramas, pour laquelle les gadoues étaient spécifiquement à l’origine de la prescription de fouille, les niveaux de boues et de gadoues font généralement l’objet d’une simple observation au stade du diagnostic (prise en compte dans la stratigraphie et, dans certains cas, étude d’un échantillon de mobilier), et ne constituent pas un motif de prescription complémentaire.

Boues et gadoues dans la stratigraphie

16D’un point de vue strictement archéologique, ces terres font souvent l’objet d’une description dans le chapitre général consacré à la stratigraphie (fig. 2). Les termes ou expressions qui reviennent le plus souvent sont les suivants : « couche organique, de couleur brun-noir », « niveaux de limons brun-noirâtre », « couche composée d’un limon argileux, brun-noir », « couche d’origine anthropique, très organique, de couleur brun-noir », « couche argilo-limoneuse noire de fertilisation de maraîchage », « limon brun à noirâtre très organique, riche en débris divers »…

Fig. 2 – Relevés stratigraphiques sur le diagnostic de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), Zac Nozal Chaudron, lots 6, 7 et 19 (© Inrap, Dao L. Leconte).

17À la lecture de ces descriptions, trois points principaux ressortent : la nature et la couleur de cet horizon (limons brun-noir), son rôle dans la fertilisation des terres, et la présence de déchets mobiliers.

18Ce niveau, généralement observé sur une épaisseur variant entre 10 et 50 cm, surmonte régulièrement une couche de limons dans laquelle il est fréquent de mettre au jour des sillons de maraîchage. Que ce soit à Saint-Denis ou à Montreuil (Seine-Saint-Denis), la lecture de la stratigraphie est relativement aisée. Ainsi pour Montreuil : « si nous posons l’hypothèse de cultures du xixe siècle fortement marquées par l’utilisation de gadoues issues des voiries parisiennes, ce qui est le cas dans la couronne maraîchère et fruitière de Paris, alors par opposition, les remplissages dépourvus de ces gadoues peuvent être rattachés à une phase agraire plus ancienne » (Dufour 2009). Des observations similaires avaient déjà été réalisées à Saint-Denis dix ans plus tôt, sur la Zac Montjoie : « La mise en culture de ces boues urbaines est attestée, dans la tranchée 1, par leur présence à leur base de sillons datés du xixe siècle. Cette phase de mise en culture maraîchère se serait échelonnée de la fin du xviiie jusqu’au dernier quart du xixe siècle. » (Louit 1999).

19Le niveau de gadoues s’impose donc comme un marqueur chronologique, offrant un jalon dans la compréhension des pratiques maraîchères.

20Dans d’autres cas, les boues et gadoues ont pu faire l’objet d’un épandage après retrait des niveaux sous-jacents. Ainsi à Saint-Denis, sur le site de la Zac Nozal Chaudron, « les boues reposent directement sur le substrat, comme si leur dépôt avait été précédé par un retrait du limon d’origine. Les remblais industriels reposent directement sur les boues » (Peixoto 2004). De même, à Boisement (Val-d’Oise) : « Comme souvent avant ces apports de sédiments pollués aux métaux lourds, un retrait préalable des niveaux naturels en place a pu être effectué afin de favoriser la filtration et le lessivage des éléments pollués par les sables des horizons inférieurs. » (Hurard 2017).

21L’épandage des gadoues peut ainsi être à l’origine de la disparition des niveaux d’occupation antérieurs. Ces niveaux sont eux-mêmes recouverts par une épaisseur de remblais souvent industriels, datée du début du xxe s., dans laquelle il est fréquent de mettre au jour du mobilier en grandes quantités. Ainsi, l’identification stratigraphique de ces niveaux de la fin du xixe s. est relativement bien calée, et offre des jalons chronologiques très précis, notamment par la présence de mobilier caractéristique.

Un conservatoire de mobilier, rarement étudié

22La présence de mobilier dans le niveau de gadoues n’est pas systématiquement consignée dans le rapport d’opération. Certains responsables d’opération évoquent un choix d’échantillonnage sur le terrain. Dans certains cas, le mobilier a été prélevé sur site et fait l’objet d’une courte description, avec éventuellement une planche photographique ou deux. « Cette couche renferme de nombreux fragments de céramique, de verre blanc ou verdâtre oxydé, de faune, de nombreuses coquilles d’huître et de moule et du métal. Le mobilier est daté de la seconde moitié du xixe s. Cette couche peut être identifiée comme étant le niveau des terres noires des cultivateurs que l’on retrouve presque systématiquement dans tous les sondages archéologiques réalisés dans la Plaine Saint-Denis, à Saint-Ouen et à Aubervilliers. » (Rouppert 2005).

23Le mobilier mis au jour est caractéristique de la gestion des déchets dans la seconde moitié du xixe s., avec un tri préalable à l’épandage : « la richesse du mobilier céramique de cette US s’explique aisément par le rejet des ordures ménagères par les Parisiens de l’époque : faune, coquilles et pots cassés en constituaient la majeure partie. En revanche la rareté des os et des pièces de tissu (vêtements usagés) s’explique par la récupération systématique de ces matériaux par les chiffonniers qui triaient chaque jour les tas de gadoues, pour remployer les tissus et tirer de la cuisson des os une glue utilisée dans la fabrication des bougies. » (Caparros 2005).

24Outre le niveau même de boues ou de gadoues, certaines structures spécifiques sont à mettre en relation avec elles : « dans ces milliers de tonnes de déchets parisiens, de nombreux déchets minéraux sans valeur fertilisante doivent être criblés. Ce triage s’effectue dans les champs ; les débris de vaisselle sont conduits dans des décharges improvisées ou dans les ornières de chemins de culture » (Dufour 2009). Ainsi sur le site de Montigny-le-Bretonneux (Yvelines) a été mise au jour lors du diagnostic du « Rond-Point de la Paix céleste » une vaste fosse d’extraction de meulière transformée en dépotoir des déchets minéraux provenant des gadoues parisiennes (verre, céramique) : « La composition de l’ensemble mobilier du dépotoir ainsi que l’absence des matières organiques suggèrent comme source probable des ordures ménagères parisiennes appelées ʺgadoues. […] Déposées sur la rue, les ordures sont collectées et transportées par des tombereaux dans des lieux de stockage en dehors de la ville. Sur place le tri sépare les matières organiques des matières minérales (verre, céramique). Les déchets organiques sont commercialisés auprès des agriculteurs et maraîchers des environs de Paris qui les utilisent pour amender leurs terres. Les restes minéraux inutiles sont enterrés dans des fosses dépotoirs dont la fosse mise au jour dans le diagnostic est probablement un exemple. » (Drwila 2011).

25Si des fosses pré-existantes peuvent être réutilisées à des fins de dépotoir comme dans le cas présent, de nouvelles peuvent être creusées dans cet objectif. Ainsi, sur le diagnostic du 139-142 rue Saint-Antoine à Montreuil (Seine-Saint-Denis) en 2009, « les fosses 53 et 47 présentent toutes les caractéristiques de fosses de criblage, collectant les matériaux stériles (gravats, vaisselle cassée…) issus des poubelles de Paris. Les objets de la vie quotidienne présentés dans ce rapport sont ceux des Parisiens, et non pas ceux des Montreuillois » (Dufour 2009) (fig. 3). Se pose dès lors la question de la représentativité du mobilier mis au jour dans ces niveaux, puisqu’il a fait l’objet non seulement d’un tri préalable mais également d’un déplacement hors contexte.

Fig. 3 – Montreuil (Seine-Saint-Denis), 134‑142 rue Saint-Antoine : sélection de mobilier issu de la fosse de criblage 53 (© Inrap, J.-Y. Dufour).

Le dépotoir du Mas de la Péronne à Miramas : archéologie des gadoues

26« L’ambitieux destin nourri par Marseille serait de fertiliser à son tour la Grande Crau grâce aux gadoues de Miramas » : ainsi s’exprime le personnage de Michel Tournier en 1975. Hasard des rencontres littéraires, il n’existe, à notre connaissance, qu’un seul exemple de fouille d’archéologie préventive de « gadoues » en tant que telles : la fouille du « dépotoir du Mas de la Péronne à Miramas (Bouches-du-Rhône) » sous la direction de Christophe Voyez (Inrap) en 2013-2014 (Voyez 2016).

27Cette opération a concerné une zone de décharge située entre un ancien chemin désaffecté et la voie ferrée. Elle se présentait sous la forme d’un cordon linéaire de 190 m de long, 5 à 12 m de large et 10 à 50 cm d’épaisseur. Le cahier des charges scientifique annexé à la prescription prévoyait un « décapage superficiel et très précautionneux de la zone concernée, la fouille manuelle de l’ensemble du dépotoir, et le prélèvement en stratigraphie de l’ensemble du mobilier ». Le projet scientifique et technique de l’opérateur insistait sur la nécessité de « mettre en évidence une stratigraphie, reconnaître une chronologie des dépôts et observer d’éventuels curages successifs ». L’Inrap prévoyait ainsi un protocole de fouille – déjà expérimenté sur d’autres sites – par bandes transversales de 10 mètres, avec une alternance entre fouille manuelle et mécanisée. La fouille a duré 37 jours et a mobilisé entre 17 et 29 archéologues sur le terrain. Au vu des données de terrain, l’opération a finalement été totalement mécanisée, avec l’installation de plusieurs ateliers de tamisage qui ont permis la collecte de 42 m3 de mobilier (fig. 4). L’échantillonnage n’a eu lieu que dans la phase étude, et non sur le terrain. Huit coupes stratigraphiques ont été relevées (fig. 5 et 6), permettant de démontrer la présence d’une zone de dépôts de galets avant la mise en place de la décharge. Il a malheureusement été impossible de déterminer si les matériaux avaient été déposés en une seule phase ou en plusieurs séquences régulières.

Fig. 4 – Miramas (Bouches-du-Rhône), phase de tri du mobilier du dépotoir (© Inrap, C. Voyez).

Fig. 5 – Miramas (Bouches-du-Rhône), plan général de l’emprise de la décharge avec relevés des coupes stratigraphiques (© Inrap, Dao C. Voyez).

Fig. 6 – Miramas (Bouches-du-Rhône), coupe 4 en cours de fouille (© Inrap, C. Voyez).

28L’étude documentaire ainsi que celle du mobilier, daté de la fin du xixe s., ont démontré que les détritus provenaient du centre-ville de Marseille, à 60 kilomètres de là. La Société agricole et d’assainissement des Bouches-du-Rhône d’Henri de Montricher, en effet, avait obtenu l’accord de la municipalité pour éloigner les « balayures » et les « vidanges » du centre-ville ; elle avait pour objectif de fertiliser la plaine alluviale de la Crau en transformant en engrais ces ordures ménagères mélangées aux matières fécales ou vidanges de tinettes.

29Les gadoues faisaient l’objet d’un tri préalable et d’un recyclage dans des zones de stockage, appelées « dépôts d’engrais » à Marseille et « voiries » à Paris. L’étude documentaire présentée dans le rapport final d’opération établit un parallèle avec ce que Sabine Barles a appelé la phase de « résistance » de l’économie circulaire – autrement dit le recyclage –, avant la phase de « renoncement » (Barles 2005). Les gadoues étaient acheminées par voie de chemin de fer dans des trains spécifiques, et le contenu des wagons était déversé directement depuis la voie ferrée ; il faisait ensuite l’objet d’un tri avec récupérations sur place, et seuls subsistaient les déchets « ultimes », non putrescibles, dont les bris de verre et les tessons de céramique qui ont été retrouvés en fouille.

30Le rapport final d’opération conclut ainsi : « [le corpus de Miramas] a l’envergure d’un site de référence pour les futures expertises de céramique et du verre de la fin du Second Empire aux années folles, pour des contextes archéologiques issus des milieux urbains et plus spécifiquement des villes portuaires françaises ». Certes, la fouille n’a pas permis de mettre en évidence de stratigraphie fine des dépôts, mais le responsable d’opération insiste sur les apports de cette opération à la mise en place d’une typologie fine de certaines productions. À titre de comparaison, on peut citer la fouille du dépotoir de Vénissieux (Rhône) dont la richesse du corpus a fait le bonheur des spécialistes de mobilier contemporain (Horry 2016). On peut dès lors légitimement s’interroger sur les réelles problématiques de mise en œuvre de telles opérations, qui pourraient être apparentées à une « simple collecte » de mobilier, et qui n’auraient sans doute pas été prescrites sans une telle quantité de mobilier.

Des terres noires contemporaines ?

31« En dépit de l’aspect massif des dépôts, les principaux résultats mettent en évidence la conservation de la stratification et de traceurs (mobiliers, chimiques, sédimentaires…) qui permettent d’identifier les actions humaines et, plus largement, les fonctions urbaines » (Borderie et al. 2013). Non, il n’est pas question ici des gadoues, mais des fameuses « terres noires » qui agitent depuis une trentaine d’années la communauté scientifique, et notamment les archéologues qui travaillent sur l’espace urbain entre Antiquité et Moyen Âge.

32Le parallèle entre terres noires et boues et gadoues peut s’opérer facilement, ne serait-ce que dans leur description : les terres noires se caractérisent en effet par « des couches épaisses et sombres, découvertes de manière récurrente » (Borderie et al. 2013). Les unes et les autres livrent du mobilier détritique et témoignent de fonctions urbaines : « les terres noires attestent une gestion des déchets sur place, notamment les rejets organiques, dont l’essentiel est intégré à la phase minérale du sol par les processus pédologiques plus ou moins intenses, en fonction des conditions du milieu » (Borderie et al. 2013).

33Deux différences notables sont cependant à prendre en compte : une différence chronologique (fin de l’Antiquité – premier Moyen Âge pour les terres noires), et une différence topographique – puisque les terres noires forment un niveau intra-urbain, tandis que les boues et les gadoues sont extra-urbaines.

34On sait les difficultés – et les discussions scientifiques pour y pallier – à appréhender sur le terrain ces unités stratigraphiques de la fin de l’Antiquité. De nombreux protocoles d’analyse ont été mis en œuvre afin de comprendre le processus de formation de ces niveaux a priori très organiques. L’idéal aujourd’hui prôné est celui d’une « fouille stratigraphique, par passes quand les unités sont massives » (Borderie et al. 2013) ; des analyses micromorphologiques sont vivement conseillées.

  • 2 Étude : Cécilia Cammas, Afan (Association pour les fouilles archéologiques nationales).

35Il n’y aurait aujourd’hui qu’un pas à faire pour mettre en œuvre pareil protocole de traitement et d’analyse pour les couches contemporaines de boues et de gadoues. À notre connaissance, ce travail n’a été entrepris qu’une seule fois, sur le site du Grand Stade à Saint-Denis, où l’analyse de lames minces2 a permis de décrire un niveau de gadoues caractérisé comme suit : « limono-sableux à sablo-limoneux, gris-brun foncé, structure massive, peu d’activité biologique visible (effondrée ?), présence de coquilles, inclusions d’origine anthropique abondantes et variées (céramique, verre) » (Meyer 1996). Sans entrer ici dans le détail des résultats de cette étude qui mériterait une publication à elle seule, on peut simplement souligner que l’analyse micro-morphologique a confirmé la mise en culture du sol sous-jacent par l’apport de matières végétales et l’épandage de résidus d’origines diverses (-activités domestiques et industrielles).

Conclusion

36Boues et gadoues mises au jour par les archéologues en contexte préventif possèdent donc une valeur informative sur les pratiques de maraîchage à la fin du xixe s. et sur la gestion des déchets aux abords des grands centres urbains. Ces niveaux détritiques sont cependant pour l’instant exceptionnellement fouillés pour leur valeur intrinsèque ; dans le meilleur des cas, ils offrent des corpus précieux pour affiner les typologies du petit mobilier.

37En 1901, Paul Vincey publiait une carte sur « la destinée des boues de Paris à la fin du xixe siècle » (Vincey 1901). La confrontation de cette carte avec celle des découvertes archéologiques de niveaux de gadoues permettrait d’enrichir le propos, et – rêvons un peu – d’argumenter la mise en place d’un programme de recherche programmée sur cette thématique (à l’échelle de l’Île-de-France dans le cas présent), afin que les gadoues sortent de leur anonymat stratigraphique et soient appréhendées de manière réellement scientifique.

38Sans aller jusqu’à prescrire un diagnostic d’archéologie préventive en raison de la seule présence de boues et gadoues, la connaissance de ces lieux d’épandage pourrait être un facteur d’alerte pour les responsables d’opération, afin qu’ils prennent en compte ces niveaux contemporains dans leur réflexion (jalon chronologique), qu’ils essaient d’y lire – dans la mesure du possible – un phénomène de stratification, tout en étant conscients du biais que représente ce mobilier trié et déplacé.

Haut de page

Bibliographie

Borderie Q., Fondrillon M., Nicosia C., Devos Y. & Macphail R. I. 1993. « Bilan des recherches et nouveaux éclairages sur les terres noires : des processus complexes de stratification aux modalités d’occupation des espaces urbains », in : E. Lorans & X. Rodier (éd.), Archéologie de l’espace urbain. Paris, Cnrs Éditions : 235-261.

Boudriot P.-D. 1986. « Essai sur l’ordure en milieu urbain à l’époque pré-industrielle. Boues, immondices et gadoue à Paris au xviiie siècle », Histoire, économie et société, 5e année, 4 : 515-528 ; doi : 10.3406/hes.1986.2346 ; www.persee.fr/doc/hes_0752-5702_1986_num_5_4_2346

Caparros T. 2005. Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), ZAC Canal - Îlot 1 - 21 rue de la Gare : rapport de diagnostic. Saint-Denis, Inrap, Drac-Sra d’Île-de-France, 13 planches, 31 p.

Drwila G. 2011. Montigny-le-Bretonneux (Yvelines), Rond-Point de la Paix Céleste – vélodrome : rapport de diagnostic. Pantin, Inrap Centre Île-de-France, 36 fig., annexes.

Dufour J.-Y. 2009. Montreuil (Seine-Saint-Denis), 134-142 rue Saint-Antoine : rapport de diagnostic archéologique. Bobigny, Pantin, Saint-Denis, Service du patrimoine culturel, Bureau de l’archéologie, Inrap Centre Île-de-France, Drac-Sra d’Île-de-France, 34 fig., annexes, 142 p.

Horry A. 2016. Vénissieux (Rhône), aménagement du site du Puisoz : rapport de fouilles. Bron, Inrap Rhône-Alpes – Auvergne, 352 p.

Hurard S. 2017. Boisemont (Val-d’Oise), chemin de l’Allée et rue de Vauréal : rapport de diagnostic, juin 2017. Pantin, Inrap Centre-Île-de-France, 24 fig., 56 p.

Louit S. 1999. Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), 53-61, rue du Landy - ZAC Montjoie : rapport de diagnostic archéologique. Saint-Denis, Unité d’archéologie de la ville de Saint-Denis, Sra d’Île-de-France.

Meyer O. (dir.). 1996. Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), Cornillon nord (Stade de France = Grand Stade) : document final de synthèse. Saint-Denis, Mission archéologie du Conseil général de Seine-Saint-Denis, Afan, Drac-Sra d’Île-de-France, 149 p. + annexes.

Peixoto X. 2004. Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), Zac Nozal Chaudron. Lots A et B : rapport de diagnostic. Pantin, Inrap Centre Île-de-France, 13 fig., 16 p.

Rouppert V. 2005. Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), « Terrains Pleyel » - 1, rue Ampère : rapport de diagnostic. Saint-Denis, Inrap, Drac-Sra d’Île-de-France, 18 fig., annexes, 94 p.

Vincey P. 1901. Assainissement, approvisionnement ; projet de régime nouveau pour les ordures ménagères de Paris : enlèvement nocturne, évacuation mécanique sur voies de fer, écoulement rapide à l’agriculture sans transbordements ni dépôts. Paris, imprimerie de Chaix, 82 p.

Voyez C. 2016. Le dépotoir du Mas de la Péronne à Miramas et les gadoues de Marseille : rapport final d’opération. Nîmes, Inrap Méditerranée, 384 p.

Haut de page

Notes

1 Zac / Zone d’aménagement concerté.

2 Étude : Cécilia Cammas, Afan (Association pour les fouilles archéologiques nationales).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Résultat de la requête du terme « gadoues » sur le site internet Dolia.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3967/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 2 – Relevés stratigraphiques sur le diagnostic de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), Zac Nozal Chaudron, lots 6, 7 et 19 (© Inrap, Dao L. Leconte).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3967/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende Fig. 3 – Montreuil (Seine-Saint-Denis), 134‑142 rue Saint-Antoine : sélection de mobilier issu de la fosse de criblage 53 (© Inrap, J.-Y. Dufour).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3967/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Légende Fig. 4 – Miramas (Bouches-du-Rhône), phase de tri du mobilier du dépotoir (© Inrap, C. Voyez).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3967/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Légende Fig. 5 – Miramas (Bouches-du-Rhône), plan général de l’emprise de la décharge avec relevés des coupes stratigraphiques (© Inrap, Dao C. Voyez).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3967/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 6 – Miramas (Bouches-du-Rhône), coupe 4 en cours de fouille (© Inrap, C. Voyez).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3967/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dorothée Chaoui-Derieux, « Boues et gadoues à la pelle », Les nouvelles de l'archéologie, 151 | 2018, 25-32.

Référence électronique

Dorothée Chaoui-Derieux, « Boues et gadoues à la pelle », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 151 | 2018, mis en ligne le 22 juin 2018, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/nda/3967 ; DOI : 10.4000/nda.3967

Haut de page

Auteur

Dorothée Chaoui-Derieux

Conservatrice du patrimoine au service régional de l’archéologie de la direction régionale des affaires culturelles / Drac Île-de-France, Umr 7041 ArScAn (Archéologie et sciences de l’Antiquité)

dorothee.derieux@culture.gouv.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals