Navigation – Plan du site

Les cimetières de bateaux

De l’épave au déchet
Virginie Serna
p. 33-38

Dédicace

« Épaves : n. f. pl. (Jurisp.) sont les choses mobiliaires égarées ou perdues, dont on ignore le légitime propriétaire. Quelques-uns tirent l’origine de ce terme du grec, qui signifie choses égarées et perdues. Mais il paroît que ce mot vient plutôt du latin ex-pavescere, parce que les premières choses que l’on a considérées comme épaves, étoient des animaux effarouchés qui s’enfuyoient au loin, expavefacta animalia ».

Denis Diderot, Jean Le Rond d’Alembert, Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, vol. 5 : 754-756.

Dictionnaires d’autrefois, The ARTLF Encyclopédie Project.

Texte intégral

Le porte-avions Clemenceau

1« Après trente-six années de service, le Clemenceau a cessé son activité opérationnelle en 1997. L’état-major de la marine le place en position de réserve spéciale le 2 mars 1998. Il sert alors de réservoir de pièces de rechange au profit du Foch et reste en rade de Toulon pendant près de 5 ans. Sa condamnation est prononcée par le ministère de la Défense le 16 décembre 2002 et le navire est débaptisé : la coque Q 790 est remise à la direction nationale des interventions domaniales afin d’y être vendue, par voie d’appel d’offres, pour être déconstruite. »

2C’est par ces mots que débute le rapport d’information de l’Assemblée nationale sur le démantèlement des navires de guerre (Lamour 2007). S’ensuit une bataille juridique largement diffusée par les médias qui ne sera pas relatée ici.

3Le rapporteur de la commission de la défense nationale évoque les vieux bateaux, civils ou militaires, sous les termes de « bateaux à déconstruire », « navires âgés », « bâtiments en fin de vie », « navires en phase finale de démantèlement », autant d’expressions anthropomorphiques qui les relèguent dans la catégorie de senior vieillissant (à recycler) ? C’est dans ce prolongement sémantique que vient naturellement à l’esprit l’expression de cimetière de bateaux – parfois cimetière à bateaux – couramment employée dans la littérature touristique, maritime et patrimoniale.

4Le cimetière de bateaux interroge la pratique de l’échouage, de l’abandon. Il invite à une archéologie du désordre, à un apprentissage du désassemblage architectural de la coque. Il questionne l’identité du bateau et son passage de « structure architecturale flottante, […] usine produisant une énergie de propulsion et de direction, […], ensemble fonctionnel et lieu de vie », à l’épave, « source archéologique première de l’archéologie navale » (Rieth 2016 : 57). Il conduit à l’exploration d’un « territoire délaissé », comme l’écrit le philosophe François Dagognet, celui des êtres ou des choses « […] écartés en raison de leur insignifiance ou de leur petitesse, […] ou bien éloignés du fait de leur danger (la contamination, la pollution) ou bien abandonnés parce qu’eux-mêmes liés à la décomposition et à la mort (le pourri, le fermenté, le cadavérique)… » (Dagognet 1997 : 11).

5Pour les archéologues, cette thématique n’est pas nouvelle. Depuis longtemps, le cimetière de bateaux tient une place particulière dans la conscience collective maritime. Identifié comme « cimetière marin » ou « reposoir » par les riverains nostalgiques, arpenté par les photographes et les urbex1, il est aujourd’hui un lieu touristique affirmé, localisé, filmé, où l’on se promène et divague comme en un décor de théâtre. En 2017, le site Photographier la Bretagne2 ne répertorie pas moins de vingt-quatre lieux où sont déposés des bateaux des anciens travailleurs de la mer (sardiniers, sinagots, langoustiers, caseyeurs, chalutiers…). Pourtant, si les coutumes propres aux gens de mer comme chansons et contes, rites et légendes des communautés maritimes, ont été soigneusement consignées dans les écrits des folkloristes celtisants dès le xixe s., par François-Marie Luzel (1821-1895) ou Anatole le Braz (1859-1926), les cimetières de bateaux n’ont pas fait l’objet d’une égale reconnaissance et leur attractivité patrimoniale est un phénomène assez récent (Péron 1993 : 217).

6Les cimetières de bateaux ont le plus souvent rassemblé les bateaux de pêche à durée de vie courte, ce qui obligeait à les remplacer au bout d’une vingtaine d’années. Lors de l’essor de la pêche artisanale, dans la seconde moitié du xixe s., et jusqu’à la fin de l’usage de ces bateaux en bois, les marins pêcheurs avaient ainsi l’habitude de les abandonner en fond de port où ils les laissaient pourrir (Péron in Miossec 2012 : 14). Soumis aux intempéries, disloqués plus ou moins lentement avec le temps, ils se trouvent aujourd’hui dans des états de conservation, de désagrégation, très variables. Parfois seules quelques membrures subsistent, parfois les coques sont tout à fait lisibles dans leur forme architecturale (fig. 1).

Fig. 1 – Bretagne, Camaret, Le Sillon de Camaret, Langoustiers (© F. Péron, 2017).

7Civils ou militaires, les cimetières de bateaux sont aujourd’hui interrogés dans le cadre du renouvellement de la question des déchets, rebuts, ordures, tant ils transmettent, par leur mise à l’écart, leur identité revendiquée, leur statut juridique et leur situation topographique convoitée, des valeurs spécifiques au sein d’un écosystème culturel et sociétal contemporain. « De simples lieux de dépôts d’outils de travail inutilisables, les cimetières de bateaux sont devenus des lieux de méditation des êtres et des choses… » (Péron in Miossec 2012 : 14). Mais pour l’archéologue, ils pourraient être avant tout des lieux d’étude et d’investigation possible.

La qualification de déchet ou la coque Q 790

  • 3 La qualification du matériel de guerre repose sur les notions de conception et de destination du pr (...)
  • 4 La garbologie est l’étude des déchets modernes, contenus et contenants (poubelles et compacteurs). (...)

8Selon l’article L541-1 du code de l’Environnement, « est un déchet […] toute substance, matériau, produit ou plus généralement tout bien meuble abandonné ou que son détenteur destine à l’abandon ». Concernant le porte-avions Clemenceau, qualifié de « bateau à déconstruire » en 1998, l’intention déclarée de le démanteler signifie qu’il peut être qualifié de « déchet » (Lamour 2007 : 43). Le critère essentiel permettant de définir un navire en fin de vie comme « déchet » est donc bien l’intention de son détenteur de s’en défaire. Cette intention est soit confirmée par un contrat de démolition, soit manifeste vu l’état du navire ou sa destination évidente. C’est ainsi que le porte-avions Clemenceau, en basculant le 7 février 2006 en « matériel de guerre – déchet », s’est vu attribuer un matricule commençant par la lettre Q3, signe manifeste de son appartenance, désormais, à un autre monde, celui-là même revendiqué comme lieu d’étude par William Laurens Rathje, la garbologie4.

9Aujourd’hui, selon la directive 2008/98/CE, trois types de déchets sont clairement identifiés : les déchets, les déchets dangereux et les bio-déchets. Pour les produits de la nature, on identifie sous le terme de débris les matériaux provenant de l’érosion et laissés sur place ou entassés en bas des versants. Le débris, « reste d’une chose brisée » (Littré 1878 : 972), est le mot employé en écologie pour qualifier le bois mort laissé sur place, les souches, branches et troncs, mais aussi les épaves. Le nom de code est Dlg, qui signifie Débris ligneux grossiers. La qualification de déchet – du radical cad, ce qui choit – peut encore être précisée. Le terme, issu du verbe déchoir, apparaît au xiiie s. : « le déchet est ce qui tombe d’une matière travaillée par la main humaine » (Barles 1995 : 229).

10Ainsi, les planches de sole qui composent l’épave de la sapine de Montlouis-sur-Loire (xixe s.) en Indre-et-Loire ont été, avant leur reconnaissance archéologique par le projet collectif de recherches « Navigation et navigabilités en rivière » (Serna 2013), considérées comme des débris ligneux grossiers (Dlg) jouant un rôle dans la dynamique fluviale et la création d’habitats faunistiques (habitats et caches propices à la reproduction). La fonction bénéfique des Dlg dans les rivières et fleuves a été démontrée depuis longtemps dans de nombreuses études canadiennes et anglo-saxonnes (Dy 2008). Définis comme l’ensemble de toutes les formes de matériaux de bois mort trouvées sur le tapis forestier, les éléments enfouis ainsi que les arbres ou arbustes debout ou les parties qui en restent, les Dlg ont une valeur écologique élevée. La décomposition du bois rejette en effet des éléments nutritifs dans le sol, contribuant par là à son développement.

11Le bateau dont la mort nautique est prononcée se fait tout à la fois bois mort et enterré, chicot, morceau, fragment détaché, antre du « déchet, [du] rebut et [du] presque rien » (Dagognet 1997 : 59) (fig. 2). Le paradoxe est que le déchet est aussi fertile et vivant et qu’il produit à son tour des phénomènes bien réels, tout comme les vestiges archéologiques finalement, produits de « cette bizarre insistance de la matière à continuer d’exister après avoir été transformée, de cette persévérance des choses à durer » (Olivier 2008 : 34).

Fig. 2 – Indre-et-Loire, Montlouis-sur-Loire, Ile de Bondésir, épave aux ardoises (1835) en cours d’intervention archéologique. © Pcr Navigation et navigabilités (© V. Serna, 2013).

Que sont les bateaux au sein des cimetières de bateaux ?

12Les bateaux déposés par leur propriétaire et qui n’ont plus de fonction navigante ne sont plus nautiques. Ce sont des biens dont on s’est « déchargé », sens premier du déchet tel que l’appréhende la science du déchet ou rudologie (du latin rudus, décombres). Le terme, formé en 1985 par Jean Gouhier, concerne l’étude et la caractérisation des biens exclus et rejetés, des conditions et des fondements de leur mise en marge. Si l’ordure renvoie à ce qui reste quand on a récupéré tout ce qui paraît valorisable, le « rebut ou pseudo déchet » est un bien sans valeur reconnue mais doté d’une valeur potentielle. Par conséquent, le déchet a l’existence qu’on lui prête.

  • 5 Depuis le xviie s., le terme sert à nommer les alluvions apportées par les eaux formant grèves, sur (...)

13Le bateau sans « nauticité » devient, pour le patron-pêcheur, un bien sans valeur, un indésirable, à la grande différence du bateau naufragé dont la récupération des éléments de cargaison et de la coque est souvent tentée (Serna 2016). Dissimulé dans une anse éloignée du port, échoué dans un lieu marginal ou un espace de relégation (Gouhier 2000 : 11), le bateau abandonné est un marqueur en négatif de choix économiques fait par une société. Atterrissant5, s’ensablant et s’engravant dans des espaces usés, des périphéries dévalorisées, ces biens, déclassés par la perte de leur fonctionnalité, rassemblés au fond d’une rade, dans un estuaire, une ria ou un aber, hors topographie et hors attribut foncier, sur un terrain n’appartenant à personne et dépourvu en général de limites cadastrales, sont les exclus du système économique et social.

  • 6 Le terme même de « cimetière » pourrait d’ailleurs faire l’objet, de par sa connotation religieuse, (...)

14L’échouage accidentel ou volontaire dans le domaine public est une pratique connue du monde maritime et fluvial. Elle est autorisée dans une pratique navigante mais pas dans une pratique d’abandon. Ainsi, les cimetières de bateaux6 diffèrent des cimetières communaux, qui sont cadastrés et peuvent faire l’objet de concessions. Installés souvent dans le domaine public maritime ou fluvial, sans autorisation d’occupation temporaire, les cimetières de bateaux occupent pourtant souvent le domaine public, le paysage des riverains et la conscience ou mauvaise conscience collective (fig. 3). Si certains sont, de fait, protégés par l’inscription ou le classement au titre des monuments historiques des bateaux qu’ils accueillent en leur sein, aucun n’a jamais fait, à notre connaissance, l’objet d’une demande de protection.

Fig. 3 – Vue générale du cimetière à bateaux du Magouer, Plouhinec (56) (© Région Bretagne / Service de l’Inventaire du patrimoine culturel, B. Bègne).

15Site archéologique ? Lieu de mémoire ? Dépôt ? Déchetterie ? Écart ? Comment nommer l’espace accordé aux bateaux en fin de vie ? Y a-t-il une place possible pour une reconversion de ces bateaux ?

Le déchirage : une pratique ancienne de recyclage du bateau

  • 7 Les râbles sont de fortes pièces de bois disposées en travers de la sole, sur toute la largeur du f (...)
  • 8 Sur les bateaux de Loire, pièces de bois formant un angle, et destinées à assurer la cohésion entre (...)
  • 9 Dans un bateau construit à clin, les bordages se recouvrent l’un l’autre au lieu d’être joints bord (...)
  • 10 Les gournables sont des chevilles en bois employées pour fixer les assemblages dans un bateau.
  • 11 Les bois carrés de liure sont des petites pièces de bois servant à l’assemblage de la charpente des (...)

16Le terme de déchirage est traditionnellement employé dans le vocabulaire de la batellerie pour qualifier le démontage d’un bateau fluvial et le réemploi de ses éléments architecturaux (Rieth 2016 : 61). Sur la Loire, au xviiie s., les conditions de navigation imposaient aux chalands une construction très légère avec un minimum de liaison (râbles7 et courbes8) et une structure souple assurée par la construction à clin9 chevillée avec des gournables10 en bois. La coque ainsi construite était aisément démontable après dessiccation du bois. Cette pratique du déchirage, fréquente sur les quais de Paris, au port de l’Hôpital, à l’Île des Cygnes et au port ou terrasse de l’Arsenal, a été relue avec talent par François Beaudouin (1929-2013), le créateur du musée de la batellerie de Conflans-Sainte-Honorine (Beaudouin 1989 : 78-93). Racontant le dernier voyage d’un grand chaland de Loire, il a évoqué cette pratique dans un manuscrit : « Arrivé à Briare, [le grand chaland de Loire] a été dépouillé de tous ses organes réutilisables et a reçu une surcharge de fret importante provenant d’autres bateaux de son train restant en service en Loire. À la charge maxima, il emprunte le canal halé par deux hommes […], arrivé à destination; [l’entrepreneur] procède enfin à la vente de la coque au déchirement. […] Il vend les grandes planches de ses flancs et de sa sole ainsi que les bois carrés de “liure”11, les “râbles” transversaux de la sole, bois sciés et équarris “en colombage” très demandés sur le marché parisien de la charpenterie du bâtiment ». La plupart des bateaux provenant de la Haute-Loire et de l’Allier terminaient ainsi leur vie éphémère, après n’avoir effectué qu’un seul voyage à la descente. Les pièces en bon état étaient réutilisées pour la construction de bateaux de plus petites dimensions ou comme pièces de charpente tandis que les morceaux de bois trop endommagés servaient de bois de chauffage (Vuillermet 2015 : 163). Point de cimetière de bateaux donc pour les chalands de Loire, mais une reconversion de la charpente par le déchirage permettant de réintroduire le bateau dans un cycle de production.

  • 12 www.port-musee.org/
  • 13 Chalutier germon ou thon blanc (Thunnus alalunga).
  • 14 « L’appellation “Malamok”, donnée aux chalutiers construits au xxe s. au pays bigouden, remonte au (...)
  • 15 Le dundee ou dundée est un bateau ponté à voile, dont le gréement consiste en un grand mât en deux (...)

17D’autres pratiques sont attestées, comme la récupération d’éléments dans le « cimetière-laboratoire », concept proposé par les chantiers de Port-Rhu à Douarnenez (Finistère)12. Les charpentiers des Ateliers de l’Enfer, centre de formation aux techniques traditionnelles en charpenterie navale, viennent y relever différentes pièces de charpente. Au fond de la ria, Saint Quido, chalutier germonier13 de 18,30 m, construit au chantier Hénaff du Guilvinec en 1981, l’Elfe des mers, un chalutier malamok14 de 18,22 m, construit aux Chantiers de Cornouailles à Douarnenez en 1964 ; le Kermoor, dundée-palangrier15 de 15,77 m construit à Audierne en 1959 forment ainsi ensemble le « réservoir patrimonial » des Ateliers de l’Enfer.

18La notion s’enrichit encore avec ces déchets particuliers qui sont des « déchets-ressources », selon l’expression de Jean Gouhier (2000 : 11) : recyclés, réinterrogés, réévalués, acceptés, les coques abandonnées se voient offrir une nouvelle vie.

Vers une protection in situ des cimetières de bateaux ?

19Unité paysagère, espace générique, il est temps de poser la question du statut, dans le paysage littoral, du cimetière de bateaux et de proposer les termes de sa réhabilitation patrimoniale. « Le concept d’entité paysagère […] ne peut être abordé comme un problème seulement visuel. Il est de l’ordre du symbole » et il convient, dans cet ordre-là, de « laisser les lieux en l’état, dans le respect total de leur possible » et d’affirmer le processus paysager. Prendre en compte ce processus implique de ne pas arrêter le lieu, de ne pas le fixer, de le « prendre en marche » (Lassus 1995 : 433-435).

  • 16 GEOLITT/Urba/Rplu-00-019/Plu approuvé par Dcm du 13-02-2004.

20Le traitement du cimetière de bateaux par la ville de Guilvinec (Finistère) est éloquent à cet égard. Le cimetière est mentionné et inscrit dans le plan local d’urbanisme (Plu) de la commune, dont la révision a été approuvée par décision du conseil municipal (Dcm) en février 2004. La zone N est ainsi définie comme un « espace naturel qu’il convient de préserver en raison, d’une part, de l’existence de risques et de nuisances, d’autre part de la qualité des sites, des milieux naturels, des paysages et de leur intérêt, notamment du point de vue esthétique, historique ou écologique », le secteur Np délimitant plus particulièrement les espaces portuaires à dominante naturelle – grève jaune, cimetière de bateaux…16. Cette question de la place du cimetière de bateaux au sein des documents d’urbanisme n’est pas anodine, elle participe au grand débat sur la conservation et la réhabilitation, la fixité et le processus d’évolution des sites patrimoniaux.

21Laisser faire le temps, laisser mourir les bateaux, est-ce pour autant les ignorer ?

À l’école du déchet ou la pédagogie du pourrissement

  • 17 La construction à franc-bord est une technique de construction navale reposant sur un assemblage de (...)

22La structure du bateau, composée de la charpente axiale, quille, étrave, étambot, de la charpente transversale, des membrures revêtues encore ou non de leurs bordés, est largement visible dans les cimetières de bateaux. Le plus souvent, les coques échouées sur des vasières présentent des déformations structurelles – asymétrie des fonds, affaissement des extrémités, courbure concave des quilles – mais ces formes altérées restent lisibles. Un regard avisé y décèle vite le type de construction, à clin ou à franc bord17, et les modes d’assemblage, de calfatage, modifications (Philippe 1992 : 338-340). Rehaussement du franc-bord, construction d’un pont, motorisation, pose de superstructure, peintures, constituent autant d’éléments qui témoignent de la vie d’un bateau et qui peuvent être lus à l’école du regard nautique. Ce regard nautique contribue à une connaissance approfondie de la conception architecturale du bateau, irremplaçable témoin historique d’un savoir-faire et de toute une culture (fig. 4).

Fig. 4 – Cimetière à bateaux de Kerhervy, Lanester (56) (© Région Bretagne/Service de l’Inventaire du patrimoine culturel, B. Bègne).

23Cette observation de la fragmentation, de la désarticulation, de l’abrasion, de la dissolution, de la bio-érosion, de l’encroûtement ou de la fossilisation du site, mais aussi de son parasitage, pourrait faire partie de cette éducation du regard. L’étude taphonomique du bateau, c’est-à-dire l’observation de sa disparition au sein du cimetière de bateaux, serait pleine de sens. C’est ainsi qu’au sein du programme collectif de recherche (Pcr) « Épaves et naufrages », l’équipe de chercheurs tient à préciser la généalogie des déformations du site naufrageur de Langeais (Indre-et-Loire), composé de l’épave et de sa cargaison, et d’en saisir les rythmes d’effacement ou de distorsion, en appliquant les principes de la taphonomie. Si la taphonomie répondait, initialement, à la question de l’ancienneté des sociétés humaines en identifiant l’origine – anthropique ou naturelle – des accumulations fauniques ou lithiques découvertes dans les couches géologiques, elle s’applique aujourd’hui à des sujets aussi divers que les modifications osseuses des carnivores, les processus de gel, le transport hydraulique ou la combustion d’ossements, les traces -d’impacts de projectiles et de techniques bouchères.

24Sur l’épave du grand chaland du xviiie s. de Langeais, naufragé le 15 ventôse an III (5 mars 1795) et qui fait l’objet d’une fouille programmée, la lecture proposée porte sur l’incision du lit de la Loire, la dispersion progressive des éléments de cargaison, la déconnexion graduelle des éléments architecturaux entre eux et la récupération d’artefacts par les riverains et les usagers du fleuve. Cette même lecture archéologique « du dérangement des choses après leur existence historique », comme l’écrit Laurent Olivier, pourrait être modélisée et proposée pour les bateaux échoués (fig. 5). Car c’est bien « par le dérangement du passé que passe sa transmission, sa continuation matérielle dans le présent » (Olivier 2004 : 24).

Fig. 5 – Grande épave de Loire abandonnée, en cours de dislocation, lit de la Loire, région Centre-Val de Loire (© Musée de la marine de Loire, Châteauneuf-sur-Loire, Loiret).

25Le cimetière de bateaux témoigne ; il est un lieu de dépôt d’objets meubles devenus immobiles, un agent des dynamiques fluviale, estuarienne et littorale contemporaines et une survivance de systèmes économiques disparus. Il traduit des formes d’usage de la rivière ou de la mer oubliées, il rappelle la notion de riveraineté et ouvre à une lecture insolite du bateau. Peut-on imaginer un projet de paysage pour les cimetières de bateaux à l’image de « l’entrelacement » proposé par Bernard Lassus comme une réinvention, par une création contemporaine, de la logique d’articulation entre les compositions successives du lieu au cours de son développement ? (Lassus 1995 : 434 et suivantes).

26Encore faut-il que naissent le désir de cohérence paysagère, la volonté d’une adhésion collective locale à un projet assimilant les nouvelles règles du jeu de l’instauration paysagère : ni protection figée, ni alibi décoratif mais, pourquoi pas, lieu pédagogique d’apprentissage des formes architecturales du bateau.

Du démantèlement, organisons un savoir !

27Devant une difficile mise en œuvre de l’archéologie des cimetières de bateaux, face à notre incapacité à contrôler le processus de disparition des bois, il paraît pertinent de s’engager dans une nouvelle façon de faire et de penser ces sites en altération constante, voulue et respectée.

28Le bateau échoué s’inscrit dans le fleuve, la ria, l’aber ou le littoral, tantôt au centre, tantôt en bordure du lit mineur, évoluant sur le temps long de l’histoire en fonction des modifications géomorphologiques. L’épave appartient au paysage, cachée ou parfaitement visible. « Dès lors, comme l’écrit Éric Rieth, les vestiges du bateau acquièrent un nouveau statut, celui d’un élément actif d’un “anthroposystème fluvial” » (Serna 2010 : 65-67). Cette relation d’ordre historique entre l’épave et son environnement a conduit à la définition d’une archéologie nautique fluviale, qui associe archéologie du bateau/espace de navigation et communautés navigantes.

  • 18 L’autrice tient à remercier tout particulièrement Lise Bret et son père Yves Bret pour la transmiss (...)

29À l’heure du changement climatique et des reconversions paysagères dont il témoigne à sa façon, le cimetière de bateaux est un lieu emblématique de la formulation de la notion de déchet par une société. Site témoin permettant d’analyser les destructions, altérations acceptables et acceptées par le regard des riverains, offrant une lecture d’un état fragmentaire des vestiges et de la déconnexion architecturale, il pose les questions du changement d’identité(s) architecturale(s), des bateaux navigants aux épaves, des épaves aux débris, des débris aux déchets18.

Haut de page

Bibliographie

Barles S. 2005. L’invention des déchets urbains : France, 1790-1970. Seyssel, Éditions Champ Vallon (Milieux), 297 p.

Beaudouin F. 1989. Paris sur Seine. Paris, Nathan, 190 p.

Brugal J.-Ph. 2006. « La taphonomie : des référentiels aux ensembles osseux fossiles [compte rendu] de la table ronde organisée par l’Unité toulousaine d’Archéologie et d’Histoire, Umr 5608 (Utah) [par] S. Costamagno, P. Fosse, F. Laudet, 23-25 novembre 2005, Université Toulouse-Le Mirail », Bulletin de la Société préhistorique française, 103-1 : 198 [www.persee.fr/doc/bspf_0249-7638_2006_num_103_1_13418].

Coic J. 2012. La flottille Guilviniste : 150 ans d’histoire. Le Guilvinec, Association Empreintes Artistes bretons, 318 p.

Dy B. 2008. Mécanismes d’apport et temps de résidence des débris ligneux grossiers dans la zone littorale de deux lacs Nord Boréaux au Québec. Rimouski (Québec, Canada), Université du Québec, Département de biologie, chimie et géographie. Mémoire présenté comme exigence partielle du programme de maîtrise en gestion de la faune et de ses habitats, 70 p. [http://semaphore.uqar.ca/255/1/Benjamin_Dy_octobre2008.pdf].

Dagognet F. 1997. Des détritus, des déchets, de l’abject : une philosophie écologique. Le Plessis- Robinson, Institut Synthélabo pour le progrès de la connaissance (Les Empêcheurs de penser en rond), 230 p.

Gouhier J. 2000. Au-delà du déchet, le territoire de qualité : manuel de rudologie. Rouen, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 240 p.

Lamour M. 2007. Rapport d’information n° 3609 de l’Assemblée nationale enregistré à la Présidence de l’Assemblée nationale le 24 janvier 2007, déposé par la commission de la défense nationale et des forces armées sur le démantèlement des navires de guerre et présenté par Mme Marguerite Lamour, député. Paris, Assemblée nationale [http://www.assemblee-nationale.fr/12/rap-info/i3609.asp].

Lassus B. 1995. « De paysage en ambiances successives. L’obligation de l’invention », in : A. Roger (dir.), La théorie du paysage en France. Seyssel, Éditions Champ Vallon (Pays/paysages) : 424-437.

Miossec A. 2012. Dictionnaire de la mer et des côtes. Rennes, Presses universitaires de Rennes, 550 p.

Olivier L. 2004. Des vestiges. Paris, Université de Paris I Panthéon-Sorbonne. Mémoire présenté pour l’obtention de l’Habilitation à diriger des recherches (HDR), sous la direction du Professeur Sander Van der Leeuw.

Olivier L. 2008. Le sombre abîme du temps : mémoire et archéologie. Paris, Éditions du Seuil (La couleur des idées), 288 p.

Péron F. 1993. « Pour une définition sociale et culturelle du patrimoine maritime », in : Le Patrimoine maritime et fluvial : actes du colloque de la Direction du patrimoine, Nantes, avril 1992. Paris, Direction du patrimoine (Actes des colloques de la Direction du patrimoine, 12) : 215-220.

Philippe J.-P. 1993. « La déontologie de la restauration des bateaux en bois : l’expérience du musée du Bateau de Douarnenez », in : Le Patrimoine maritime et fluvial : actes du colloque de la Direction du patrimoine, Nantes, avril 1992. Paris, Direction du patrimoine (Actes des colloques de la Direction du patrimoine, 12) : 338-340.

Rathje W. & Murphy C. 2001. Rubbish! The Archaeology of Garbage. Tucson (Arizona, États-Unis), The University of Arizona Press, 280 p.

Rieth É. 2016. Navires et constructions navales au Moyen Âge : archéologie nautique de la Baltique à la méditerranée. Paris, Picard (Espaces médiévaux), 352 p.

Rieth É. 2010. « Qu’est-ce qu’une épave ? », in : V. Serna ( dir.), La Loire dessus… dessous : archéologie d’un fleuve de l’âge du Bronze à nos jours. Dijon, Éditions Faton : 65-67.

Roger A. (dir.). 1995. La théorie du paysage en France. Seyssel, Éditions Champ Vallon (Pays/paysages), 464 p.

Serna V. (dir.). 2013. Le Cher, histoire et archéologie d’un cours d'eau. Tours, FERACF (Revue archéologique du centre de la France, suppl. 43), 326 p.

Serna V. (dir.). 2016. Naufrages et épaves en eau douce depuis le haut Moyen Âge - archéologie d’une réalité nautique au sein du paysage ligérien : rapport annuel du projet collectif de recherche et de la fouille programmée de Langeais, 2016. Orléans, Direction des affaires culturelles, service régional de l’archéologie Centre-Val de Loire, 224 p.

Vuillermet J.-R. 2015. Liger, le langage de la Loire : dictionnaire encyclopédique. T. 1, La navigation. 438 p.

Haut de page

Notes

1 L’exploration urbaine, abrégé « urbex », consiste à visiter des lieux abandonnés ou non, interdits, ou tout du moins cachés ou difficiles d’accès. L’explorateur urbain, « l’urbexer », est friand des sites de cimetières de bateaux.

2 www.photographierlabretagne.com/

3 La qualification du matériel de guerre repose sur les notions de conception et de destination du produit. Un navire destiné à porter ou utiliser au combat des armes à feu est un matériel de guerre. Mais même retiré du service ou en fin de vie, un navire reste un matériel de guerre par conception, par construction et par destination.

4 La garbologie est l’étude des déchets modernes, contenus et contenants (poubelles et compacteurs). Le projet a débuté en 1973 sous la direction de William Rathje, au sein de l’Université d’Arizona, à partir d’une idée de deux étudiants (Rathje & Murphy 2001).

5 Depuis le xviie s., le terme sert à nommer les alluvions apportées par les eaux formant grèves, sur lesquelles viennent littéralement s’engraver les bateaux (http://atilf.atilf.fr/). Le premier exemple donné par le Trésor de la langue française informatisé est un acte de 1332 conservé aux Archives nationales (AN JJ66, pièce 1102), qui mentionne « un nouvel aterrissement avenu en la riviere de Sayne, au dessouz du pont de Poissy ».

6 Le terme même de « cimetière » pourrait d’ailleurs faire l’objet, de par sa connotation religieuse, d’une autre étude sémantique que nous n’aborderons pas ici.

7 Les râbles sont de fortes pièces de bois disposées en travers de la sole, sur toute la largeur du fond du bateau plat, et destinées à maintenir sa rigidité.

8 Sur les bateaux de Loire, pièces de bois formant un angle, et destinées à assurer la cohésion entre la sole et le bordé du bateau, dans un plan vertical. Les courbes sont disposées à une distance les unes des autres d’environ 50 centimètres, alternées avec les râbles.

9 Dans un bateau construit à clin, les bordages se recouvrent l’un l’autre au lieu d’être joints bord à bord.

10 Les gournables sont des chevilles en bois employées pour fixer les assemblages dans un bateau.

11 Les bois carrés de liure sont des petites pièces de bois servant à l’assemblage de la charpente des bateaux.

12 www.port-musee.org/

13 Chalutier germon ou thon blanc (Thunnus alalunga).

14 « L’appellation “Malamok”, donnée aux chalutiers construits au xxe s. au pays bigouden, remonte au premier chalutier à “mazout” du port de pêche de Lorient, construit à Kéroman en 1929 » (Coic 2012). Les Terre-Neuvas appelaient ainsi le Fulmar boréal ou arctique (Fulmarus glacialis), aussi appelé Pétrel fulmar, et le dindin, nom générique qu’ils attribuaient à tous les oiseaux marins noirs à ventre clair qui erraient sur l’océan (guillemots, pingouins, macareux et les diverses espèces de puffin).

15 Le dundee ou dundée est un bateau ponté à voile, dont le gréement consiste en un grand mât en deux parties à l’avant, et un mât arrière fait d’une seule pièce, avec une poupe en « cul de poule ». Le palangrier est un navire équipé pour la pêche à la palangre – une longue ligne où sont fixés des hameçons.

16 GEOLITT/Urba/Rplu-00-019/Plu approuvé par Dcm du 13-02-2004.

17 La construction à franc-bord est une technique de construction navale reposant sur un assemblage de virures de bordé juxtaposées et fixées à une charpente, sur un principe de membrures premières, sans liaison entre les virures de bordé.

18 L’autrice tient à remercier tout particulièrement Lise Bret et son père Yves Bret pour la transmission de leur savoir breton et Simon Serna pour son regard « photographique » sensible sur les cimetières de bateaux.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Bretagne, Camaret, Le Sillon de Camaret, Langoustiers (© F. Péron, 2017).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3974/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 900k
Légende Fig. 2 – Indre-et-Loire, Montlouis-sur-Loire, Ile de Bondésir, épave aux ardoises (1835) en cours d’intervention archéologique. © Pcr Navigation et navigabilités (© V. Serna, 2013).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3974/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 656k
Légende Fig. 3 – Vue générale du cimetière à bateaux du Magouer, Plouhinec (56) (© Région Bretagne / Service de l’Inventaire du patrimoine culturel, B. Bègne).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3974/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 700k
Légende Fig. 4 – Cimetière à bateaux de Kerhervy, Lanester (56) (© Région Bretagne/Service de l’Inventaire du patrimoine culturel, B. Bègne).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3974/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 960k
Légende Fig. 5 – Grande épave de Loire abandonnée, en cours de dislocation, lit de la Loire, région Centre-Val de Loire (© Musée de la marine de Loire, Châteauneuf-sur-Loire, Loiret).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3974/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 981k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Virginie Serna, « Les cimetières de bateaux », Les nouvelles de l'archéologie, 151 | 2018, 33-38.

Référence électronique

Virginie Serna, « Les cimetières de bateaux », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 151 | 2018, mis en ligne le 22 juin 2018, consulté le 19 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/nda/3974 ; DOI : 10.4000/nda.3974

Haut de page

Auteur

Virginie Serna

Archéologue, Conservateur en chef du patrimoine, chargée de mission, Direction générale des patrimoines, ministère de la Culture, Paris

virginie.serna@culture.gouv.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals