Navigation – Plan du site

Faiblesse ou absence de déchets sur les sites médiévaux et modernes

Recyclage, récupération ou les signes d’une structuration forte des réseaux d’échanges et de redistribution
Séverine Hurard
p. 39-45

Texte intégral

Introduction

1Par nécessité documentaire, les modèles interprétatifs des archéologues valorisent l’accumulation des déchets plutôt que leur absence. Le dépotoir est souvent une banque de données matérielles et environnementales qui permet de restituer les pratiques de consommation et les circuits d’approvisionnement. La faiblesse numérique des déchets est quant à elle souvent interprétée comme la marque d’une pauvreté du contexte social examiné. Ces modèles tendent à occulter la complexité de la gestion des déchets et le caractère combinatoire des solutions envisagées simultanément sur un même site. De fait, il est délicat, sur la seule foi des données archéologiques, de construire des raisonnements viables sur la gestion raisonnée des déchets et leur réintégration aux réseaux d’échanges et circuits économiques. Le site récemment fouillé du Fort Saint-Sébastien de Saint-Germain-en-Laye (Yvelines), camp de préparation à la guerre de siège de la fin du xviie s., a offert une belle occasion d’interroger ces mécanismes de la gestion des déchets à grande échelle. La confrontation d’abondantes documentations archéologiques et archivistiques a permis de mesurer plus précisément l’économie du recyclage mise en place dans un tel contexte.

2Ces réflexions ont été prolongées dans le cadre d’une thèse de doctorat dédiée à la caractérisation des sites élitaires ruraux de petite et moyenne envergure. Plusieurs sites altomédiévaux du corpus montraient en effet une remarquable faiblesse des témoignages mobiliers, en dépit d’un haut degré de planification et d’aménagement (Hurard 2017). L’hypothèse a donc consisté à interroger ces sites a priori « pauvres » comme des sites « propres ». Sur le modèle de l'administration royale du xviie s., nous avons postulé qu’une administration centralisée comme celle des grands établissements religieux de la fin du premier Moyen Âge pouvait avoir favorisé une gestion raisonnée des déchets recyclables.

L’économie du recyclage d’un camp militaire du xviie siècle

3Le site du Fort Saint-Sébastien de Saint-Germain-en-Laye éclaire, grâce à une fructueuse confrontation des sources textuelles et archéologiques, une véritable économie du recyclage. Nécessité imposée par le rassemblement, même saisonnier, de milliers d’hommes et de chevaux, cette gestion raisonnée répondait à des logiques économiques très ancrées dans la société d’Ancien Régime. Situé dans la plaine alluviale dite d’Achères dans les Yvelines, à une dizaine de kilomètres du château royal de Saint-Germain-en-Laye, le Fort Saint-Sébastien accueillit entre 1669 et 1670 les troupes d’élite du roi, soit entre 9 000 et 16 000 soldats. La fouille archéologique menée en 2011-2012 sur une surface de 28 hectares a révélé l’existence de deux ouvrages fortifiés distincts correspondant à deux campagnes de préparation successives à la guerre de siège. Au terme de la première campagne de 1669, les structures du camp ont été rebouchées, y compris les fossés, puis remplacées par un nouvel ouvrage derrière lequel campèrent les troupes en 1670 (Hurard & Rochart 2013 ; Hurard et al. 2014) (fig. 1).

Fig. 1 – Le Fort Saint-Sébastien de Saint-Germain-en-Laye (78). Plan des deux ouvrages fortifiés et de leurs campements successifs (© Inrap, P. Raymond & S. Hurard).

Les derniers jours dans les deux camps : une abondance matérielle à relativiser

4La levée de camp a constitué un processus brutal d’abandon et de rebouchage des campements dans les mois qui suivirent chacun des exercices. L’absence de -réinvestissement après 1670 a par ailleurs favorisé une bonne conservation de l’ensemble.

5Alors que la perspective de fouiller un camp militaire laissait présager la découverte de considérables dépotoirs, aucun exemple de ce type n’a été mis en évidence. L’ensemble des témoignages matériels provient donc des fosses, bâtiments excavés et puits ayant servi de réceptacles aux déchets divers laissés sur place au moment de la levée des camps. Ne furent laissés que les objets perdus, oubliés, rejetés, mais aussi les objets encombrants de moindre valeur comme les pots de cuisson, c’est-à-dire une part infime de la consommation globale. Le reste de l’impedimenta suivit les troupes en déplacement.

6Les dynamiques de comblement et la répartition des types de mobilier montrent que les éléments rejetés dans les structures laissées béantes se trouvaient directement à proximité. Ainsi, les zones les plus riches sont souvent liées à la présence des cuisines et des vivandiers ou à celle des puits, au pied desquels furent abandonnés les pichets en grès brisés. Une bonne part du mobilier est donc issue d’un processus de rebouchage où les déchets environnants, éparpillés ou rassemblés en dépotoir primaire à la surface du sol, ont été rejetés dans les structures en creux.

7Les niveaux de sol des huttes de branchage et des tentes ont régulièrement livré des dépôts de mobilier en place, reflet des dernières heures d’utilisation de ces espaces. En revanche, le mobilier est quasi absent des fossés, ce qui montre qu’en plus d’un entretien probable, l’accès, protégé par un rempart de terre et de bois, n’a pu servir de lieu de rejet comme c’est souvent le cas sur les sites d’habitat. Les allées, boulevards de circulation et rues ont été relativement épargnés si bien que la répartition du mobilier, lorsqu’elle est cartographiée, reproduit la forme et le tracé des campements. Le mobilier qui révèle le mieux l’implantation de zones spécialisées, en l’occurrence les zones de cabarets et débits de boissons, est le verre, très fortement représenté dans la rue centrale nord-sud séparant les deux moitiés de la bande de campement du premier camp. La forte représentation des monnaies dans les mêmes espaces de vivandiers est liée au commerce des viandes, alcools et autres denrées.

8En volume, le premier camp (1669) a livré beaucoup plus de témoignages matériels que le second. Le court laps de temps écoulé entre la fin de la campagne de 1669, vers le mois d’octobre, et le début des travaux de la seconde campagne, en février 1670, explique sans doute le rejet rapide et massif de tous les éléments gênant l’implantation du deuxième camp. Par ailleurs, la configuration du premier camp, dont le plan carré à la romaine de 32 ha, déployé sur une longueur de près de 4 km (ligne de circonvallation), était beaucoup plus ramassé dans sa forme que le suivant, a favorisé l’accumulation des déchets sur des surfaces plus réduites. Ce premier camp, dont environ un quart de la surface (8 ha) a été fouillé, a donc nécessairement livré un matériel plus abondant que le second, fouillé sur un dixième de sa superficie seulement (20 ha sur 192).

  • 1 Étude de Stéphane Frère et Benoît Clavel, Inrap

9Les 3 500 structures fouillées – bases des cahutes, puits, latrines, cuisines ou tranchées d’approche, ainsi qu’1,8  km de fossés défensifs – ouvrent une fenêtre d’observation sur la société des gens de guerre du xviie s. La culture matérielle de cette société est représentée par plus de 10 000 restes de faune pour une valeur de 100 kg, près de 15 000 tessons de céramique équivalent à un poids de 361 kg (815 formes archéologiquement complètes), 2 988 fragments de verre, soit un total de presque 6 kg et un nombre minimum d’individus (Nmi) de 100 objets, 2 250 vestiges de métal, soit un Nmi de 1 558 objets pour un total de 60 kg. Pourtant, l’examen de ces volumes montre que, rapportée à la surface et la densité d’occupation, la part matérielle conservée, qui paraît finalement relativement faible, ne correspond vraisemblablement qu’aux derniers jours des troupes dans les deux camps. Plusieurs études attestent la gestion des déchets. La relative faiblesse de l’échantillon des ossements animaux1 traduit un processus de gestion et d’évacuation des déchets alimentaires assez performant. Elle suggère un maintien rigoureux de la salubrité des lieux, les rejets d’assiettes ne représentant que quelques jours de consommation. Par ailleurs et sauf rares exceptions, les déchets liés à la viande relèvent de la consommation et non de la préparation, alors même que les « tueries » se trouvaient à proximité immédiate du camp. La gestion de ces volumes d’os a pu emprunter différents circuits d’élimination, le dépotoir étant la solution la plus simple mais pas nécessairement la plus salubre. L’os est en effet un excellent combustible et il a pu notamment être utilisé pour les forges.

10Le mobilier métallique est également un indice important concernant l’économie du recyclage. Tous métaux confondus, il représente seulement 60 kg, ce qui, si l’on considère l’intense activité de maréchalerie, de ferronnerie, de charpenterie, ne rend pas compte de la réalité de la vie de camp. L’examen du matériel équestre entraîne la même conclusion, puisqu’il consiste en un échantillon varié de boucles de harnachement, sonnailles, éperons, étrilles, fers à cheval, soit 66 restes (44 Nmi) provenant de 28 contextes.

  • 2 Études de Philippe Lorquet, Inrap et Sylvain Bauvais, Cnrs.

11Les résidus et les rejets extraits de la forge correspondent à une centaine de sessions de forge, soit quelques semaines à raison de trois ou quatre par jour2. La maréchalerie était minoritaire mais l’activité était pourtant loin d’être anecdotique, puisque certaines pièces fabriquées sont volumineuses. L’ensemble de ces données étaye l’hypothèse d’un large recyclage des matériaux métalliques, réintégrés dans des circuits de réparation et de refonte qui étaient sans doute régionaux.

De lucratives stratégies de récupération et de revente des matériaux : excreta et « bois vieux »

12Si l’hypothèse des circuits de redistribution du métal usagé peut être formulée, c’est que le Fort Saint-Sébastien fournit plusieurs exemples notables d’une circulation des déchets et matériaux recyclables. La constitution d’un important dossier d’archives a permis d’alimenter les réflexions sur la gestion des fumiers, fumures et excreta d’une part, et des ressources en bois d’œuvre d’autre part. Ces exemples illustrent une organisation réglée des réseaux de redistribution qui permettait l’évacuation des déchets et l’entretien de camps fréquentés par 9 000 à 16 000 hommes et 1 900 à 4 200 chevaux d’armes. L’ensemble des matériaux entrait dans une économie du recyclage qui, loin d’être anecdotique, assurait non seulement le maintien de la propreté et de la salubrité du camp, mais garantissait aussi un bénéfice certain comptant dans les émoluments des officiers, en particulier ceux du gouverneur et du commandant du camp. Les fumiers et le contenu des latrines appartenaient en effet au maréchal de camp et aux sergents-majors qui pouvaient les vendre à leur profit à condition d’en organiser la collecte.

  • 3 Arch. nat. Étude XXXVI/210. 1670, 3 mars Marché accordé à Hubert Esmonin, capitaine ordinaire de l’ (...)

13Le bénéfice de ce commerce revenait aussi celui aux ferrailleurs, paysans et éboueurs (au sens littéral du terme), qui profitaient d’une source non négligeable d’approvisionnement, en premier lieu des fumiers des chevaux et autres produits organiques essentiels à l’amendement et à l’enrichissement des sols de culture. Un contrat d’évacuation du fumier3 indique que les charrettes d’un des munitionnaires du camp servaient au transport des fumiers. Si aucun document équivalent n’a pu être retrouvé pour l’entretien des latrines, leur contenu suivait certainement les mêmes circuits. Il relevait clairement des droits et des usages de la hiérarchie militaire de l’Ancien Régime, qui pouvait se disputer âprement le bénéfice et la répartition des excreta, comme le montre un pittoresque document du xviiie s. (fig. 2). Cette économie de la gestion des déchets, essentielle à l’entretien du camp et très profitable pour l’encadrement, incitait celui-ci à l’assurer de manière rigoureuse. L’étude approfondie des latrines du camp montre que ce commerce n’a pas été négligé, vu leur capacité dix fois supérieure à leur contenu, même dans un camp saisonnier où leur entretien n’était pas absolument indispensable. Quelque 100 latrines ont été construites pour les deux camps et elles auraient pu rester 265 jours avant d’être vidées, soit trois fois la durée d’occupation du site par les troupes. Le curage des 16 latrines fouillées sur le site est pourtant très clairement attesté. Construites sur le modèle de latrines-tonneaux, elles se présentaient sous la forme d’étroites gaines de tonneaux empilés jusqu’à 4,50 m de profondeur. Certaines ne contenaient aucun dépôt organique et, pour la plupart d’entre elles, il a fallu atteindre les 50 derniers centimètres pour effectuer les prélèvements nécessaires à l’étude paléo-parasitologique (fig. 3). Leur vidange était vraisemblablement effectuée par des soldats équipés de seaux lestés et exemptés d’heures de faction par le travail au « chevalet » (Aubert de La Chesnaye des Bois 1743).

Fig. 2 – « Mémoire sur les places de la province d’Alsace, par M. Baudouin, maréchal des camps, directeur des fortifications de ladite province », 1746. Lettre de M. Baudouin, Inspecteur général des fortifications d’Alsace au Ministre Voyer D’Argenson (© Service Historique de la Défense. Bibliothèque de la Guerre. GR 1M 10767).

Fig. 3 – Latrines-tonneaux du second camp en cours de dégagement (© Inrap, S. Hurard).

  • 4 Arch. nat. Z1J 307.1670, 7 mai-20 août. Réception des travaux de charpenterie et de maçonnerie réal (...)

14Les contrats d’approvisionnements et surtout le procès-verbal de réception des travaux de 16704 mettent en lumière une autre économie du recyclage dont l’organisation complexe était basée sur la récupération et le réemploi du bois de charpente. La construction du second camp a ainsi reposé sur un savant mélange entre l’achat de bois neuf et le recyclage des pièces de bois des bâtiments du premier camp : avant leur démontage en effet, elles avaient dû être « thoisez et comptez » puis il avait fallu rapporter cette évaluation dans la prisée générale prévue après l’achèvement des travaux. Cette mesure permettait de faire des économies substantielles car le cent de « vieux bois » (environ 10 m3) – démontage, transport et pose compris – était fixé à 80 livres, tandis que le cent de bois neuf coûtait 375 livres. Ainsi, en 1670, 2 597 pièces de bois furent mises en œuvre, soit 26 590 m3 et 32 604 de toises de planches provenant du vieux fort (soit 554 m3) et représentant une économie de plus de 20 000 livres. Les dommages éventuels causés aux bois démontés étaient par ailleurs supportés par l’entrepreneur (Hurard et al. 2015). Lors du démantèlement du second camp, le marché de recyclage du bois, dont le transport était facilité par des exemptions des droits de péage, fonctionna comme une compensation financière, soit pour les munitionnaires et entrepreneurs, soit pour les officiers.

15L’étude croisée des archives et des données archéologiques met donc en lumière, dans le cas du Fort Saint-Sébastien, la complexité des mécanismes économiques. Sur ce site, les enjeux logistiques étaient fortement liés aux capacités opérationnelles de l’État-major et d’une administration royale dans laquelle le marquis de Louvois jouait un rôle important, comme en atteste une multitude de contrats passés entre les munitionnaires du camp et le notaire personnel du Ministre. Les réseaux de redistribution et d’évacuation s’appuyaient fortement sur ceux de l’approvisionnement, l’économie du recyclage étant ici intimement liée à l’inscription du Fort Saint-Sébastien dans un réseau de camps de même gamme et mêmes fonctions, tantôt approvisionnés, tantôt dépouillés, aux dépens ou au profit d’autres camps et places fortes.

De l’absence de déchets à l’hypothèse d’une organisation réticulaire des circuits d’approvisionnement et de redistribution pendant le premier Moyen Âge

16Le modèle du Fort Saint-Sébastien ne peut pas être transposé de manière brutale au premier Moyen Âge. Cependant, et sous réserve des précautions prises dans le cadre d’un travail de thèse pour apprécier les différences contextuelles, il nous a semblé possible de prolonger les réflexions menées autour de cet échantillon du xviie s. La question de la quasi-absence de déchets a donc été appliquée à certains habitats élitaires médiévaux remarquablement pauvres en déchets alors qu’ils montraient de forts degrés de planification et d’aménagement. La question est ici d’autant plus cruciale que l’abondance ou l’indigence des dépôts conditionnent grandement notre capacité à caractériser socialement de tels sites. Si les processus taphonomiques expliquent en partie la faiblesse de la documentation disponible, ils ne sont pas toujours seuls à l’œuvre dans les mécanismes d’appauvrissement matériel des contextes. À l’aune des pratiques observées à Saint-Germain, nous avons donc interrogé la capacité d’autres sociétés à organiser une logistique de l’évacuation appuyée sur les réseaux de l’approvisionnement. L’absence de rejets, adossée à l’hypothèse d’une gestion raisonnée, ne pourrait-elle pas être le signal de l’appartenance à des réseaux suffisamment constitués pour assurer le recyclage ?

Des sites pauvres avec un haut degré de planification et d’aménagement

17Dans cette hypothèse, trois sites altomédiévaux ont été rapprochés. Planchebrault à Saint-Rimay (Loir-et-Cher), Nétilly à Sorigny (Indre-et-Loire) et Petits Ormes à Saint-Pathus (Seine-et-Marne) apparaissent comme des sites « propres », sans accumulation de déchets. Tout concorde pour en faire des sites élitaires d’échelon au moins local, sauf la rareté du mobilier traditionnellement attendu pour décrire les comportements des élites rurales médiévales (fig. 4). À cette rareté s’opposent des organisations spatiales méticuleuses et des degrés -sophistiqués de construction et de planification qui supposent, en filigrane, la capacité de mobiliser des moyens matériels et humains certains. Ces trois habitats datés de la fin du premier Moyen Âge, entre le viiie et le xie s., correspondaient, au moins à Sorigny et Saint-Pathus, à des enclos palissadés ou végétalisés à l’intérieur desquels les bâtiments s’organisaient autour d’une cour. Leurs occupations se singularisaient par le nombre des bâtiments (la plupart sur poteaux plantés) et surtout par leurs dimensions.

Fig. 4 – Plan schématique des trois occupations altomédiévales de Planchebrault, Sorigny et Saint-Pathus rapportées à la même échelle (© Inrap, S. Hurard, S. Joly & S. Jesset).

18À Planchebrault, entre la seconde moitié du ixe s. et le début du xe s., neuf bâtiments, construits dans un espace habité de 2 500 m², se distinguaient par leurs dimensions pouvant atteindre 126 m² (18 x 7 m) et 208 m² (16 x 13 m) (Joly, Prada 2012). Une zone spécifique d’ensilage de 500 m² pourrait être retenue comme un critère fort de caractérisation de la nature élitaire du site de rang secondaire. La courte durée d’occupation n’a peut-être pas favorisé l’accumulation puis la conservation des vestiges matériels, à moins qu’il ne faille envisager une gestion particulièrement rigoureuse des déchets. Cet exemple montre bien, en négatif, à quel point le recours à la culture matérielle est crucial quand il s’agit de définir des sites ruraux dépourvus d’enceinte, fossoyée ou non.

19Nétilly à Sorigny offre également l’image ambivalente d’un site élitaire de la fin du premier Moyen Âge. Sa remarquable structuration, qui suppose une planification préalable et la mobilisation de moyens matériels et humains certains, tranchait avec la pauvreté du mobilier, à peine rehaussée par quelques artefacts. Attribuée aux viiie-ixe s., l’occupation se déployait en trois phases sur une surface de 3 020 m², à l’intérieur d’une enceinte palissadée sur un périmètre de 222 m (Jesset 2012 et 2013). Dans la moitié sud de cet enclos se développaient des bâtiments de grandes dimensions à caractère vraisemblablement résidentiel. La rareté du mobilier et des restes de faune ne permet pas d’affiner leur caractérisation, même si quelques objets se signalent à l’attention comme, par exemple, un stylet attestant la pratique de l’écriture, et des fragments de vaisselle de verre.

20Attribuée aux ixe-xie s., l’occupation des Petits Ormes à Saint-Pathus, dont la surface totale est estimée à près de 5 000 m², était marquée par l’absence de structures à caractère domestique (structures de combustion, puits, silos) et de rejets de consommation. Deux grands bâtiments de 160 m² et 315 m², le premier à pan coupé, le second doté d’une galerie périphérique, étaient implantés dans un enclos à l’accès réservé et flanqués chacun d’un bâtiment de taille plus modeste (entre 30 et 40 m²) (Hurard & Bruley-Chabot 2011) (fig. 5). La datation de l’ensemble est fondée sur le mobilier céramique trouvé dans le comblement des trous de poteau, soit une vingtaine de restes. La fonction des bâtiments n’a pas été éclaircie par les analyses bio-et géo-archéologiques, aucun indice ne soutenant l’hypothèse d’espaces dédiés à la stabulation. L’absence quasi complète de restes carpologiques, malgré une campagne intensive de prélèvements, empêche d’y voir des granges vouées au stockage céréalier, hypothèse par ailleurs infirmée par la découverte de verre plat attribuable au premier Moyen Âge dans les contextes voisins (Hurard et al. 2013). L’absence de dépotoirs et autres rejets de consommation pourrait être le reflet d’une gestion des déchets particulière au sein d’un espace privilégié d’où étaient exclus les rejets et fonctions domestiques. En revanche, un groupe de bâtiments implantés au sud-est autour d’une cour, hors de l’enclos mais dotés d’une cave, était, lui, caractérisé par des rejets domestiques.

Fig. 5 – Plan de la dernière occupation altomédiévale des Petits Ormes à Saint-Pathus (77) (© Inrap, S. Hurard).

21L’absence de déchets dans le clos a donc imposé d’autres scenarii interprétatifs. De manière générale, la fouille des Petits Ormes a alimenté de fermes interrogations sur la matérialité des petites communautés de clercs qui ont connu un essor rapide à la période carolingienne, avant d’être réincorporées au monachisme bénédictin (Devroey 2006). L’hypothèse d’une petite fondation monastique d’origine privée ou d’un site auxiliaire des grands établissements religieux apparaît ainsi comme l’une des plus valides, si l’on considère que la fonction domestique était réservée à l’ensemble de bâtiments externes (maisons de desservants), ceux de l’enclos (clôture monastique) ayant une tout autre destination – même si l’on ne peut exclure un rôle de centre de collecte de produits laissant peu de traces (fourrages, produits manufacturés, étoffes, etc.).

La capacité logistique des grands établissements religieux à organiser une économie du recyclage et de la récupération à large échelle

22Sans vouloir établir un lien mécanique entre sociétés ecclésiastiques et gestion raisonnée, il nous semble que la question de la tutelle religieuse exercée par de grands monastères sur d’autres, plus modestes mais caractérisés par un haut degré d’aménagement, mérite d’être posée. Nous nous sommes donc attachés, dans notre thèse, à interroger les modèles interprétatifs qui permettent de caractériser les petits établissements secondaires appartenant à des réseaux ecclésiastiques plus vastes (Hurard 2017). Ces établissements nécessaires à l’exploitation et à la gestion de vastes domaines sont assez mal identifiés, tant du point de vue historique – faute d’archives les rattachant explicitement à une abbaye ou à un ordre – que du point de vue archéologique – la pauvreté de leur mobilier contribuant trop souvent à les exclure du champ des sites -élitaires, même à l’échelon local.

23Si Planchebrault, Sorigny et Saint-Pathus ont été étudiés sous ce prisme, c’est qu’ils appartiennent à une même fourchette chronologique, celle de la fin du premier Moyen Âge, période qui correspond à une forte croissance de ces petits établissements : aux ixe-xe s., ils constituent un réseau suffisamment solide pour que la gestion des déchets ne soit plus envisagée à l’échelle immédiate du site mais à celle d’une économie régionale dépassant le strict cadre des fumures (Hurard 2017 ; Loveluck 2011). Cette hypothèse s’appuie sur l’idée plus largement développée dans la thèse de doctorat (Hurard 2017) du caractère largement protéiforme des établissements monastiques jusqu’à la fin du premier Moyen Âge (Loveluck 2011). La diversité des types d’établissements qui permettent l’articulation d’une vaste économie rurale ne peut d’ailleurs pas réduire la recherche des formes à celle des rares sites identifiés comme à Hamage (Nord).

24Il faudrait pouvoir démontrer que l’absence de déchets ne caractérise pas les comportements élitaires laïques avant de la considérer comme un marqueur possible d’identification de « sites religieux secondaires » comme Planchebrault, Sorigny et Saint-Pathus. Il faudrait aussi être capable de mesurer leur degré de sujétion et d’intégration à un supposé réseau. Formuler des réponses étayées impliquerait donc une vaste enquête multiscalaire et pluridisciplinaire sur la gestion des déchets au cours du premier Moyen Âge. Malgré les limites évidentes de l’exercice, il nous semble que l’hypothèse constitue une piste à explorer sur la nature de petits sites auxiliaires inscrits dans des organisations réticulaires plus vastes, capables de gérer approvisionnement et gestion des déchets à une échelle régionale.

Conclusion

25Sans faire de raccourcis entre l’administration royale du xviie s. et l’administration carolingienne, nous avons pris le parti d’envisager l’hypothèse selon laquelle la gestion raisonnée des déchets est parfois le signe de pratiques élitaires. Ce modèle peut être adapté à certains sites dont l’organisation en réseaux (approvisionnement et redistribution) aurait largement favorisé la disparition des déchets courants (céramique, faune, verre, métal, etc.). On ne peut douter que, dans les contextes altomédiévaux, des groupes considérant les déchets comme autant de ressources précieuses ont pu mettre en place une économie du recyclage à des échelles variées, pour réintégrer bois, métal, matières organiques à des circuits complexes. L’idée sous-tendue est que l’absence d’accumulation matérielle ne coïncide pas nécessairement avec une absence de richesses et qu’elle peut être le résultat d’une gestion raisonnée des déchets et d’une organisation des circuits de recyclage. La question est loin d’être résolue mais elle mérite qu’on s’y penche sérieusement pour sortir de l’équivalence site pauvre / société pauvre. Elle implique plus largement de -reconnaître le dynamisme des sociétés du premier Moyen Âge, intégrées à des échelles de production et de commerce de taille variée. Dès lors, la gestion des déchets a pu être pour elles un moteur économique de nouvelles pratiques sociales, comme elle le fut au second Moyen Âge et à l’époque moderne.

Haut de page

Bibliographie

Aubert de la Chesnaye des Bois F. A. Dictionnaire militaire portatif contenant tous les termes propres à la guerre… Paris, 1743, 1 vol. in-12.

Devroey J.-P. 2006. Puissants et misérables : système social et monde paysan dans l’Europe des Francs, vie-ixe s. Bruxelles, Académie royale de Belgique (Mémoire de la Classe des Lettres. Collection in-8, 3e série, 40), 727 p.

Hurard S. 2017. Archéologie des élites rurales ordinaires dans le Bassin Parisien (iiie-xviiie s.). Paris, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.Thèse de doctorat en Archéologie des périodes historiques, 2017. 3 vol.

Hurard S. & Bruley-Chabot G. 2011. Saint-Pathus « Les Petits Ormes » (77). Longue durée d’occupation du Néolithique à l’époque moderne. Mutations d’un habitat rural du Bas-Empire à la fin du premier Moyen Âge : rapport final d’opération. Paris, Inrap Centre Île-de-France, Service régional de l’archéologie, 4 vol. (346, 474, 154 et 923 p.)

Hurard S., Bruley-Chabot G. & Quenez J.-Ph. 2013. « Saint-Pathus, les Petits Ormes (77). Mutations d’un habitat rural de la protohistoire au Haut Moyen Âge (viie av.-ixe ap. J.-C.) », in : Actes des journées archéologiques d’Île-de-France, Cergy-Pontoise, 26 janvier 2013. Saint-Denis, Service régional de l’archéologie Île-de-France : 103-112.

Hurard S. & Rochart X. 2013. « Le Fort Saint-Sébastien de Saint-Germain-en-Laye. Camp d’entraînement des troupes de Louis XIV », in : Actes des journées archéologiques d’Île-de-France, Cergy-Pontoise, 26 janvier 2013. Saint-Denis, Service régional de l’archéologie Île-de-France : 65-78.

Hurard S., Tixador A. & Lorin Y. 2014. « Une archéologie de la guerre de siège moderne (xviie-xviiie s.) à l’échelle européenne », Les Nouvelles de l’Archéologie, 137 : 19-24 [http://journals.openedition.org/nda/2584 ; DOI : 10.4000/nda.2584].

Hurard S., Rochart X. & Bauchet O. 2015. « Régiments de cavalerie des troupes de Louis XIV : les écuries du fort Saint-Sébastien de Saint-Germain-en-Laye », Archéopages, 41 : 66-77 [http://journals.openedition.org/archeopages/1000 ; DOI : 10.4000/archeopages.1000].

Jesset S. 2012. « Deux habitations privilégiées en région Centre : Sorigny et Ingré », in : J. Burnouf, D. Arribet-Deroin, B. Desachy, F. Journot & Nissen-Jaubert, Manuel d’archéologie médiévale et moderne. Armand Colin (U Histoire), 2e éd. : 171-173.

Jesset S. 2013. « Sorigny, “Nétilly” : un habitat rural du haut Moyen Âge (viiie-ixe s.) », in : É. Zadora-Rio (dir.), Atlas archéologique de Touraine. Tours, Feracf (Revue archéologique du Centre de la France, suppl. 53) [http://a2t.univ-tours.fr/notice.php?id=53].

Joly S. & Pradat B. 2012. « Planchebrault à Saint-Rimay (Loir-et-Cher). Un habitat et son environnement agro-pastorale », in : J. Burnouf, D. Arribet-Deroin, B. Desachy, F. Journot & Nissen-Jaubert, Manuel d’archéologie médiévale et moderne. Armand Colin (U Histoire), 2e éd. : 141-143.

Loveluck Ch. 2011. « Problems of the Definition and Conceptualisation of Early Medieval Elites, AD 450-900 : the Dynamics of the Archaeological Evidence », in : F. Bougard, H.-W. Goetz & R. Le Jan (dir.), Théorie et pratiques des élites au haut Moyen Âge : conception, perception et réalisation sociale. Turnhout (Belgique), Brepols (Haut Moyen Âge, 13) : 22-26.

Haut de page

Notes

1 Étude de Stéphane Frère et Benoît Clavel, Inrap

2 Études de Philippe Lorquet, Inrap et Sylvain Bauvais, Cnrs.

3 Arch. nat. Étude XXXVI/210. 1670, 3 mars Marché accordé à Hubert Esmonin, capitaine ordinaire de l’artillerie de France de la fourniture de 28 charrettes attelées avec leur conducteur pour le service du roi dans le fort Saint-Sébastien.

4 Arch. nat. Z1J 307.1670, 7 mai-20 août. Réception des travaux de charpenterie et de maçonnerie réalisé au fort Saint-Sébastien dressé sur ordre de François Michel Le Tellier (1641-1691), marquis de Louvois, par Louis Ganion, bourgeois de Paris avec Daussat, greffier des bâtiments au fort St-Sébastien (extraits).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Le Fort Saint-Sébastien de Saint-Germain-en-Laye (78). Plan des deux ouvrages fortifiés et de leurs campements successifs (© Inrap, P. Raymond & S. Hurard).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3983/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 2 – « Mémoire sur les places de la province d’Alsace, par M. Baudouin, maréchal des camps, directeur des fortifications de ladite province », 1746. Lettre de M. Baudouin, Inspecteur général des fortifications d’Alsace au Ministre Voyer D’Argenson (© Service Historique de la Défense. Bibliothèque de la Guerre. GR 1M 10767).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3983/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 3 – Latrines-tonneaux du second camp en cours de dégagement (© Inrap, S. Hurard).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3983/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Fig. 4 – Plan schématique des trois occupations altomédiévales de Planchebrault, Sorigny et Saint-Pathus rapportées à la même échelle (© Inrap, S. Hurard, S. Joly & S. Jesset).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3983/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 5 – Plan de la dernière occupation altomédiévale des Petits Ormes à Saint-Pathus (77) (© Inrap, S. Hurard).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3983/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Séverine Hurard, « Faiblesse ou absence de déchets sur les sites médiévaux et modernes », Les nouvelles de l'archéologie, 151 | 2018, 39-45.

Référence électronique

Séverine Hurard, « Faiblesse ou absence de déchets sur les sites médiévaux et modernes », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 151 | 2018, mis en ligne le 22 juin 2018, consulté le 16 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/nda/3983 ; DOI : 10.4000/nda.3983

Haut de page

Auteur

Séverine Hurard

Inrap Centre Île-de-France, Umr 7041 ArScAn (Archéologie et Sciences de l’Antiquité)

severine.hurard@inrap.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals