Navigation – Plan du site

Les déchets d’os et de bois de cerf

De l’utilisation de la matière première dans l’artisanat à son réemploi dans l’Antiquité, au Moyen Âge et à l’époque moderne
Jean-François Goret et Isabelle Rodet-Belarbi
p. 46-52

Texte intégral

Introduction

  • 1 Cette maîtrise est acquise bien avant l’Antiquité.

1Désormais nombreuses, les analyses techniques des déchets résultant du travail des matières dures d’origine animale au cours des périodes historiques montrent que les artisans ayant exploité l’os et le bois de cerf ont sélectionné ces matériaux et, pour chacun d’eux, la zone ou la pièce anatomique à travailler en fonction des objets à fabriquer, en toute connaissance de cause. La parfaite maîtrise1 qu’ils avaient de leurs qualités intrinsèques et de leur morphologie leur permettait de tirer parti, selon la résistance ou l’élasticité nécessaire à l’objet, du matériau et de la plus grande longueur ou de la plus grande surface de la pièce anatomique choisie.

2Le bois de cerf est exploité tout ou partie selon la pièce façonnée, laissant ainsi une quantité de matière première inemployée plus ou moins importante. Dans le cas des os longs, l’élimination des extrémités articulaires est généralement inévitable et celles-ci correspondent donc aux premiers déchets de la chaîne de fabrication. Les autres rejets, y compris la sciure, proviennent du façonnage de la pièce. Ils peuvent prendre la forme de baguettes ou de plaques selon les objets désirés. D’autres correspondent à des rondelles. En général, tous sont évacués hors des ateliers et jetés dans des structures en cours de comblement, dans des dépotoirs… Cependant, ils ont parfois été récupérés et réemployés sous des formes et dans des lieux inattendus.

Les déchets « baguettes » en os

Les objets longs et fins au corps de section circulaire gallo-romains

3Les épingles à cheveux intervenant dans le maintien des coiffures des dames romaines ainsi que leurs divers instruments de toilette (cure-oreilles, spatules à fard, etc.) sont fabriqués dans des baguettes extraites par fendage longitudinal des diaphyses des os longs, de bœuf pour la plupart, choisis parmi ceux ayant un corps régulier afin d’obtenir des objets de belle longueur. Les baguettes sont ensuite taillées pour parvenir, de proche en proche, à l’aide de pans coupés, à une section circulaire pour le fût, tandis que la forme des extrémités est élaborée au fur et à mesure selon l’objet désiré. Les déchets résultant de ce travail correspondent à des éclats de diaphyse plus ou moins grossiers selon le degré d’avancement du travail, et de taille variable. Il en est de même pour les aiguilles à coudre ou tout objet long et fin dont le corps est de section circulaire. Tout comme pour la réalisation de certaines épingles et objets cylindriques, celle des cuillères implique en outre le tournage du cuilleron circulaire.

4Toutes les étapes de fabrication de ces objets sont illustrées, au iiie s., par les déchets et les 388 ébauches ou objets semi-finis ou cassés en cours de fabrication, découverts à Chartres (Eure-et-Loir ; Canny & Yvinec 2008). Ils étaient en position secondaire dans un niveau de remplissage d’une fosse et d’une cave tandis qu’ils constituaient un dépôt primaire dans le niveau 5053 de la cave 5019. Le mobilier osseux a été classé en diverses catégories : os longs taillés (essentiellement des radius de bœuf mais également, en moindre quantité, des humérus, des fémurs et des tibias) ; grandes esquilles ; éclats de petite et moyenne taille résultant des découpes et des cassures des diaphyses ; petites esquilles provenant de l’enlèvement de matière à l’aide d’outils de type « gouge » ; sciure d’os. En outre, le façonnage d’épingles, aiguilles, etc., est également attesté par la découverte de 286 baguettes grossièrement facettées.

5Des rejets illustrant la fabrication d’épingles à tête sphérique de même époque ont également été mis au jour à Reims (Marne ; Schütz & Auxiette 2011) dans les quatre secteurs liés au travail de l’os découverts rue Maucroix. Le sol de trois d’entre eux était couvert de milliers d’éclats d’os, de baguettes facettées, de copeaux et de sciure auxquels il faut adjoindre des ratés de fabrication et des objets finis. Le quatrième secteur a livré les mêmes types de déchets et d’ébauches mais en position secondaire dans le remplissage de fosses, dans des remblais ou des recharges de sols datés du quatrième quart du iiie s. et du début du ive s.

Les dés à jouer médiévaux et modernes

6La fabrication des dés à jouer à partir d’os longs débités longitudinalement est elle aussi soucieuse d’utiliser toute la longueur de la diaphyse. Mais la section des baguettes est carrée, afin d’approcher au mieux celle de l’objet fini. Que les lots de déchets mis au jour remontent à la première moitié du xiiie s. à Toulouse (Haute-Garonne ; Barrère 1990), au xive s. à Marseille (Bouches-du-Rhône ; Rodet-Belarbi, inédit) ou Saint-Denis (Seine-Saint-Denis ; Goret 2004), au xve s. à Strasbourg (Bas-Rhin ; Maire 1987) ou aux xive-xviie s. à Apcher (Lozère ; Chazottes 2012), tous révèlent une grande homogénéité dans la production des dés à jouer. Ils définissent un mode opératoire et permettent de reconnaître les étapes de travail. La première consiste à fendre l’os en deux parties. La découpe s’effectue par percussion à partir de l’épiphyse proximale, qui offre une surface plus adaptée pour générer une fente régulière. La deuxième étape vise à dégager la diaphyse en retranchant l’épiphyse distale. Puis, les diaphyses sont débitées en baguettes dressées par épannelage afin d’obtenir quatre faces parfaitement planes, avec une section carrée. Les cubes sont alors prélevés par sciage, les extrémités effilées des baguettes étant rejetées. La dernière étape consiste à pointer les faces des dés à jouer en inscrivant des ocelles à l’aide d’une mèche actionnée par un tour à archet.

7À Apcher, 244 fragments d’os, 13 dés à jouer inachevés et 35 terminés ont été mis au jour. Ils sont issus d’un grand dépotoir pour 90 % d’entre eux et de niveaux de remblais pour les autres. Toute la chaîne opératoire est représentée par les rejets de travail. Inversement, les éléments datés du xvie s. qui ont été découverts rue Greneta à Paris (2e arrondissement), dans le comblement d’une cave, ne témoignent pas de l’intégralité des étapes de leur fabrication (Brut et al. 2014-2015). Ils correspondent à 11 épiphyses distales de métapodes de bœufs et à 51 extrémités sciées de baguettes. Les premières relèvent de la phase préalable de débitage des os, alors que les secondes reflètent le prélèvement des cubes avant le pointage des six faces. Ce sont elles qui permettent d’identifier avec certitude cette production, par analogie avec des lots de rebuts plus significatifs mis au jour sur d’autres sites urbains (fig. 1). L’ensemble traduit l’utilisation exclusive des métapodes de bœufs avec une part égale entre les métacarpes et les métatarses. Le choix de cet os s’explique par son aspect longiligne et par l’épaisseur importante du tissu osseux compact de la diaphyse permettant de tailler des cubes dont les arêtes mesurent ente 0,6 et 0,8 cm.

Fig. 1 – Paris, rue Greneta. Fabrication des dés à jouer à partir des métapodes de bœuf (© dessin J.-F. Goret).

Les perles en os modernes

8Plus de 2 200 fragments osseux ont été collectés à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) dans une fosse contenant les déchets de l’atelier d’un patenôtrier actif à la fin du xve s. et au début du xvie s. (fig. 2 ; Meyer et al. 1979). 73 % proviennent d’ossements de bœuf et 12 % d’équidés (Kessler 1990). Les pièces anatomiques identifiées sont les humérus, les radius/ulnas, les fémurs, les tibias et les métapodes, ces derniers correspondant à 58 % du total. Les os ont été fendus, à partir de l’extrémité proximale et à l’aide d’un outil de type couperet, longitudinalement en deux moitiés. Puis chacune d’elles a été à nouveau divisée eu deux portions, pour éliminer les extrémités distales. Les ébauches ainsi obtenues ont été facettées afin d’obtenir des baguettes de section polygonale la plus proche possible d’une section circulaire dont le diamètre correspond à celui des futures perles. Ces baguettes ont été sciées en petits tronçons correspondant à la longueur des objets fabriqués. Les rejets découverts dans le comblement de cette fosse témoignent donc tous d’une exploitation maximale des diaphyses des os longs. Cette technique est révélée sur d’autres sites à partir de lots de déchets résultant de la même chaîne opératoire, comme à Saint-Claude dans le Jura, dans des contextes des xvie et xviie s. (Bully & Bully 2017).

Fig. 2 – Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). Fosse maçonnée contenant les déchets d’un atelier de patenôtrier (© Unité archéologique de Saint-Denis).

Les déchets « plaquettes » en os

Les pions et les jetons gallo-romains

9Les déchets illustrant la fabrication des pions et des jetons dès la période antique ou des boutons à partir du xvie s. sont très caractéristiques. Ils correspondent à des plaques qui portent le négatif de l’objet après son enlèvement par détourage, travail effectué à l’aide de mèches à dents actionnées par un tour à archet. Ces plaques peuvent avoir été taillées dans des mandibules, des scapulas (omoplates), des côtes ou les diaphyses d’os longs tels que le radius, le tibia ou les métapodes, le plus souvent de bœuf mais parfois d’équidé.

10Divers sites gallo-romains ont livré de tels rejets. Citons par exemple les 257 fragments de plaques mis au jour dans des remblais ou dans le remplissage d’un puits au Clos de la Lombarde à Narbonne (Aude ; Rodet-Belarbi 2015 : 317). En raison de leur faible largeur, l’enlèvement des jetons s’est fait sur une seule rangée, les uns à la suite des autres. Ils étaient très rapprochés, aussi reste-t-il très peu de matière osseuse entre chaque pièce. Ce souci d’économie entraîne parfois un chevauchement entre deux pièces ; il manque alors à l’une d’elles une petite partie de sa circonférence. Parmi les rejets retrouvés à Orange (Vaucluse), 66 segments de plaques découverts dans l’atelier de la maison E1 du site de Saint-Florent illustrent à nouveau la fabrication de ce type d’objets (Prévot 2008 : 198). Ils sont toujours découpés au plus près des précédents, laissant des chutes où la matière première a été exploitée au maximum.

Les boutons et les perles modernes

11Les fouilles urbaines de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) ont livré un volume important de plaques perforées et d’ébauches de boutons collectées dans des fosses dépotoirs et dans des niveaux d’épandages de déchets artisanaux du xviiie s. (Goret 2004). Les os utilisés sont dans la majorité des cas des côtes de grand herbivore et, selon toute vraisemblance, de bœuf. La préparation de l’os a pour objectif la séparation au niveau du corps de la côte des tables interne et externe, afin d’obtenir deux plaques dans lesquelles les ébauches pourront être prélevées. Une pièce souligne l’emploi ponctuel et par substitution des scapulas. L’emploi d’un tour à perche et celui d’une mèche avec un guide central et deux éléments de coupe sont attestés par l’analyse des ébauches et des plaques perforées. Le bouton est détouré sur la moitié de l’épaisseur de la plaque qui est ensuite retournée afin de finir le prélèvement par un second détourage en utilisant le trou-guide du premier passage comme repère. Des déchets similaires, datés du xve s., ont été mis au jour à Strasbourg (Bas-Rhin), ainsi que de nombreuses plaques issues d’os longs ou plats et présentant soit une perle ou un bouton en partie détouré, soit le négatif de l’objet ôté une fois le découpage achevé (Maire 1987).

12Au xviiie s, les techniques d’enlèvement des boutons, similaires à celles des périodes chronologiques précédentes, entraînent des rebuts identiques, comme en témoignent les 248 déchets mis au jour à Limoges (Haute-Vienne ; Vallet 2002) et les 462 pièces collectées dans le comblement d’un dépotoir à Nice (Alpes-Maritimes ; Rodet-Belarbi en cours). Le souci d’économie de la matière première est toujours très présent. Les espaces mesurés entre deux enlèvements sont généralement de 2 à 5 mm. Quelques exceptions ont été notées, l’intervalle est alors au maximum de 15 mm (fig. 3).

Fig. 3 – Nice (Alpes-Maritimes), caserne Filley. Déchets mis au jour dans un dépotoir (© I. Rodet-Belarbi).

Les rondelles de « réajustement » en os gallo-romaines

13La découverte de tronçons de diaphyses d’os longs de bœuf, le plus souvent des métatarses, est fréquente parmi les déchets d’ateliers gallo-romains du travail de l’os. Nombre d’entre eux possèdent une extrémité sciée soigneusement et perpendiculairement à la diaphyse tandis que l’autre l’est en biais. Elle présente souvent une languette d’arrachement de taille importante car, le sciage étant inachevé, la séparation entre les deux segments est effectuée par pression/percussion. Ces chutes de matière première sont de hauteur variable. Celles évoquant des anneaux ont été qualifiées de « rondelles de réajustement » par Jean-Claude Béal (1983a : 55) lors de son étude du mobilier conservé au musée gallo-romain de Fourvière à Lyon (Rhône). Peut-on parler dans ces cas de gaspillage ? Chaque diaphyse de métatarse de bœuf fournit, selon la taille de l’animal, environ 12 à 15 cm exploitables, soit 25 à 30 cm d’os par bête. Ainsi, 18 métatarses au minimum, soit neuf animaux, sont nécessaires pour la fabrication des éléments de charnière équipant les deux battants d’1,40 m de hauteur chacun, d’une armoire comme celle découverte en Italie à Boscoreale (Béal 1983b : 616 et n. 38).

14À Saintes (Charente-Maritime), outre de nombreux autres rejets de travail et ébauches datés de la seconde moitié du ier s. et du début du iie s., 167 segments issus d’os de bœuf et 25 provenant d’ossements d’équidés sont interprétés comme résultant du calibrage, par sciage, de la portion de matière première à travailler à la longueur de l’objet à façonner (Robin et al. 2010 : 402). Dans ce cas, comme dans celui des « rondelles de réajustement », ces déchets ne résulteraient pas du gaspillage de la matière première mais seulement du calibrage de l’os. Ils seraient alors l’illustration d’une segmentation d’un travail étalé dans le temps ou réparti entre plusieurs ouvriers spécialisés travaillant de concert, les extrémités articulaires étant d’abord éliminées avant que, dans un second temps, la diaphyse ne soit sciée à la longueur de l’objet à façonner. Il serait intéressant de mettre en relation cette partition du travail avec les liens entre artisans et fournisseurs de matière première : les bouchers dans le cas du bœuf et des autres mammifères consommés, d’autres intermédiaires pour les circuits d’approvisionnement de divers animaux comme les équidés ou les chiens.

Les déchets en bois de cerf

15Les comblements de plusieurs fonds de cabanes fouillés sur le site mérovingien de Mondelange (Moselle) ont livré 5 564 pièces témoignant de l’exploitation des bois de cerf. Si l’absence de pièces semi-finies et de ratés de fabrication rend délicate l’identification des objets fabriqués, les données comparables suggèrent l’élaboration de fusaïoles à partir des bases des bois, de plaquettes rectangulaires issues des merrains et des andouillers pour les peignes composites, et de pendentifs en forme de « massue d’Hercule » issus des extrémités distales des andouillers et des épois. Ainsi, les artisans tirent profit de la matière première dans leur totalité (Rodet-Belarbi & Gazenbeek 2014).

16A contrario, l’exploitation de bois de cerf pour la fabrication d’un objet précis peut entraîner de nombreux fragments de matière première non utilisée. Dans le comblement d’un fond de cabane du milieu du ve s. découvert à Saint-Clair-sur-Epte (Eure ; Thuet 2003), 453 pièces en bois de cerf ont été collectées. Ce corpus comprenait 93 plaquettes taillées dans les merrains et les andouillers, qui constituent les diverses parties des peignes rectangulaires composites. Mais les bases des bois n’ont pas été exploitées pour l’élaboration des médaillons prophylactiques, de fusaïoles… Il en va de même à Villeparisis (Seine-et-Marne) où ni les pédicules, ni les bases des bois de massacre ou de mue n’ont été employés pour le façonnage de ce type -d’objets aux ive-ve s (Rodet-Belarbi & Mallet 2006-2007).

La gestion des déchets, témoignage de pratiques artisanales

L’absence de déchets, reflet d’une forme de production ?

17La présence de déchets sur les sites archéologiques est une source essentielle d’informations pour analyser les productions et reconnaître les chaînes opératoires liées au façonnage des nombreux objets taillés dans les matières dures d’origine animale. Ces rejets de travail, fréquents en contexte urbain, témoignent d’une fabrication en série qui a pu être observée durant l’Antiquité romaine, à la fin du Moyen Âge et pendant la période moderne. En revanche, entre le début de l’époque médiévale et le xiiie s., l’absence de rebuts dans des proportions significatives est à souligner quand, dans le même temps, les sites livrent régulièrement des objets achevés. La production était-elle assurée par des artisans itinérants qui se déplaçaient en fonction de la demande ? Le travail aurait alors généré de moindres concentrations et des volumes de déchets très inférieurs à ceux connus en milieu urbain pour les périodes antérieures et postérieures.

18Cependant, cette observation doit être nuancée car des lacunes ont également été constatées pour quelques objets tels que les dés à jouer gallo-romains. Si les déchets illustrant leur façonnage ont été mis au jour sur divers sites médiévaux et modernes, force est de constater qu’à ce jour, aucun dépôt important de rejets résultant de cette fabrication n’est connu dans la Gaule romaine. Pourtant, comme nous l’avons vu, les dépotoirs signalant la présence d’ateliers où étaient fabriquées épingles ou cuillères ne manquent pas et la quantité de dés à jouer gallo-romains retrouvés en fouilles est très importante.

Ne pas produire de déchets : l’exemple des pièces du jeu d’échecs de Noyon

19Dix pièces d’un jeu d’échecs en bois de cerf de la première moitié du xie s., mises au jour à Noyon (Oise), sont taillées dans le merrain ou dans la pointe des andouillers (Goret et al. 2009 ; Billamboz 1979). Dans les deux cas, la structure du matériau se ressent à travers les objets qui ont un cœur de matière spongieuse entouré d’une enveloppe de tissu compact (fig. 4). Les deux rois et le fierce (= dame) sont aménagés dans le merrain A, c’est-à-dire entre l’andouiller basilaire et l’andouiller central. Dans cet intervalle, il offre en effet une large section qui permet d’obtenir des pièces d’un diamètre important. Les têtes des rois sont des éléments rapportés, taillés dans des pointes d’andouiller. Les tiges sont extraites de l’extrémité des pointes alors que les couronnes regardent vers la partie médiane des andouillers. Le fou et les deux cavaliers sont taillés dans le merrain B, au-dessus de l’andouiller central, comme l’indique leur diamètre plus restreint. Les deux rocs (= tours) sont aménagés sur l’extrémité du merrain B, sous l’empaumure. Cette partie du bois est aplatie et s’évase avant le départ des épois, ce qui se ressent dans leur forme. Enfin, les deux pions sont taillés dans la pointe d’un andouiller. L’exemple de ces pièces d’échecs témoigne du soin apporté à utiliser l’ensemble des parties d’un bois afin de limiter les rejets, ce qui interroge sur les modalités d’acquisition de la matière.

Fig. 4 – Noyon (Oise). Utilisation des différentes parties d’un bois de cerf pour la fabrication des pièces d’échecs (objets à l'échelle 1/3) (Goret et al. 2009 : 84, fig. 6 ; DAO J.-F. Goret ; clichés : musée du Noyonnais).

L’évacuation des déchets

20La gestion des déchets est une préoccupation constante des artisans au regard du volume important de rebuts générés par leur activité, majoritairement les parties non exploitées des ressources. L’archéologie et les sources historiques livrent généralement des témoignages sur des formes de rejets assez communes. Ainsi, dans la majorité des cas et quelle que soit la période, les déchets de travail de l’os et du bois de cerf se trouvent en position secondaire, sous forme d’épandage, dans des remblais, dans le remplissage de fosses dépotoirs ou de latrines pour ce qui est des fragments les plus gros, ou encore dans des structures aménagées spécialement à leur intention comme à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) : par exemple, la structure 23.611 mise au jour dans le quartier au nord de la basilique correspond à une fosse dépotoir maçonnée construite au xvie s. et vouée exclusivement aux déchets artisanaux (Kessler 1990). Les sols des ateliers recèlent, en revanche, outre la sciure liée au sciage et au ponçage, des éclats de plus petite taille. Des liens peuvent être supposés entre lieux de travail et décharges spécialisées, comme à Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône ; Nin 2002), permettant à l’archéologue de proposer une organisation de l’évacuation des déchets, de l’abattage de l’animal à la fabrication d’objets finis. Cette hypothèse repose sur la juxtaposition des rejets résultant, pour les uns, de l’équarrissage des carcasses et, pour les autres, de la préparation de la matière première. Ainsi, les artisans gallo-romains, après avoir récupéré les ossements à travailler, les coupaient dans les ateliers et se débarrassaient des parties non exploitées dans ces dépotoirs, ce qui suggère une affectation préalable des décharges à tel ou tel groupe professionnel.

Le recyclage des déchets

21Les découvertes archéologiques révèlent aussi des cas ponctuels de réutilisation des déchets. À l’instar des éclats de diaphyses des os longs de bœuf fracturés après récupération de la moelle, qui étaient utilisés dans le ballast des voies antiques (Rodet-Belarbi 2003), des déchets ont servi à combler des dépressions dans des niveaux de cours ou de chaussées, par exemple à Saint-Denis au cours de l’époque moderne [http://www.saint-denis.culture.fr/​fr/​3_3a_patenotre.htm]. Les rebuts de taille issus des industries de tabletterie et de boutonnerie au xixe s. et au début du xxe s. ont également été utilisés localement sous différentes formes : remblais dans les allées de jardin, comblement des ornières des chemins vicinaux, décoration des maisons, etc. (informations orales collectées par les auteurs ; Van Ees Beeck 2006 : 111). Citons aussi les pavages en os des entrées des maisons de Saint-Claude (Jura), témoignant de l’activité de tournerie dans cette ville entre le xvie et le xixe s. À l’époque, les diaphyses des métapodes de bœuf étaient employées pour tourner des pièces de chapelets et des figurines de pèlerinage, tandis que les extrémités distales sciées étaient positionnées verticalement (fig. 5). Les surfaces articulaires dépassaient légèrement du niveau du sol, permettant de se « décrotter les pieds » avant d’accéder aux étages des maisons [http://www.aricia.fr/​jura-patrimoine/​Os.htm].

Fig. 5 – Saint-Claude (Jura). Pavage en os (© Photothèque Archives municipales de Saint-Claude, photo R. Le Pennec).

Conclusion

  • 2 Les chutes d’ivoire provenant de niveaux antiques, médiévaux ou modernes sont si rares qu’elles ne (...)

22Les déchets relatifs à l’artisanat des matières dures d’origine animale, découverts dans des contextes variés, le plus souvent en marge des ateliers, sont le reflet de pratiques artisanales mettant en œuvre des matériaux (os et bois de cerf)2 et des outils différents. L’importance de ces lots à certaines époques, comme leur relative rareté à d’autres, ainsi que la nature des parties rejetées sont autant de facteurs qui permettent de saisir les particularismes et les évolutions de cet artisanat à travers les siècles. Elles indiquent également les solutions mises en œuvre pour évacuer les rejets de travail, soit dans des dépotoirs, réceptacles de tous les déchets de la ville, soit dans des zones dévolues aux artisans de l’os. Mais ces chutes de travail ont aussi pu être récupérées comme matériau pour combler les ornières des chemins ou paver des maisons.

Haut de page

Bibliographie

Barrere M. 1990. « Déchets d’un atelier de deycier », in : M. Barrère, M. Rey-Delqué & D. Milhau (dir.), Archéologie et vie quotidienne aux xiiie-xive siècles en Midi-Pyrénées. Toulouse, Musée des Augustins, 1990 : 295.

Beal J.-Cl. 1983a. Catalogue des objets de tabletterie du musée de la civilisation gallo-romaine de Lyon. Lyon, Université Jean Moulin Lyon III (Centre d’études romaines et gallo-romaines de l’Université Jean Moulin Lyon III, nelle série », 1), 421 p.-LXXI f. de pl.

Beal J.-Cl. 1983b. « Les ateliers gallo-romains de tabletterie à Lyon et à Vienne », Latomus, XLII- 3 : 607-618.

Billamboz A. 1979. « Les vestiges en bois de cervidés dans les gisements de l’époque holocène. Essai d’identification de la ramure et de ses différentes composantes pour l’étude technologique et l’interprétation palethnographique », in : H. Camps-Fabrer, L’industrie de l’os et de bois de cervidé durant le Néolithique et l’Âge des métaux : actes de la première réunion du groupe de travail n° 3 sur l’industrie de l’os préhistorique. Paris, Éditions du Cnrs : 93-129.

Brut C., Clavel B. & Goret J.-F. 2014-2015. « Vie quotidienne et artisanat au milieu du xive siècle : la cave du 34 rue Greneta, 11 impasse Saint-Denis à Paris (2e arrondissement) », Revue archéologique d’Île-de-France, 7-8 : 351-395.

Bully A. & Bully S. 2017. Musée de l’Abbaye. Donations Guy Bardone-René Genis. Guide du sous-sol archéologique / The Archaeological Sous-sol Guide. Milan, Silvana Editoriale : 52-57.

Cany D. & Yvinec J.-H. 2008. « Un atelier de travail de l’os à Chartres au iiie s. ap. J.-C. », in : I. Bertrand (dir.), Le travail de l’os, du bois de cerf et de la corne à l’époque romaine : un artisanat en marge ? : actes du colloque de Chauvigny, 8-9 décembre 2005. Montagnac, Éditions Mergoil (Instrumentum, 34) : 65-84.

Chazottes M.-A. 2012. « De l’os à l’objet : les traces d’un atelier de fabrication de dés à jouer en os à Apcher (F, Lozère), xive-xviie s. », Instrumentum, 46 : 41-43.

Goret J.-F. 2004. « Le mobilier en matières dures d’origine animale à Saint-Denis », Les dossiers d’archéologie, 297 : 116-117.

Goret J.-F., Talon M. & Yvinec J.-H., avec la collaboration de Derbois M., Mouny S. & Poplin F. 2009. « Le jeu d’échecs de Noyon dans son contexte archéologique et historique », Revue archéologique de Picardie : 1-41.

Kessler D. 1990. L’os et sa transformation artisanale à partir de l’étude du contenu d’une fosse de paternôtrier découverte à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) en 1983, lors de fouilles d’archéologie urbaine. Maisons-Alfort, École nationale vétérinaire (Thèse).

Maire J. 1987. « Le travail de l’os », in : Objets de la vie quotidienne au Moyen Âge et à la Renaissance en Alsace, Strasbourg, Groupe d’archéologie médiévale d’Alsace (Cahiers du Gama, 7) : 7585.

Meyer O., Bourgeau L., Coxall D.-J. & Meyer N. 1979. Archéologie urbaine à Saint-Denis : catalogue d’exposition à la Maison des jeunes et de la culture de Saint-Denis.

Nin N. 2002 « L’artisanat à Aix-en-Provence durant l’Antiquité », in : J.-Cl. Beal & J.-Cl. Goyon (éd.), Les artisans dans la ville antique. Lyon, Université Lumière-Lyon 2 (Archéologie et histoire de l’Antiquité, 6) : 235-250.

Prévot Ph. 2008. « État des connaissances sur la production de l’os à Orange (Vaucluse, F). Étude et comparaisons des ateliers du travail de l’os », in : I. Bertrand (dir.), Le travail de l’os, du bois de cerf et de la corne à l’époque romaine : un artisanat en marge ? : actes du colloque de Chauvigny, 8-9 décembre 2005. Montagnac, Éditions Mergoil (Instrumentum, 34) : 195-229.

Robin K., Salin M. & Bertrand I. 2010. « Le quartier artisanal de la rue Daubonneau à Saintes (Charente-Maritime) : production de viande et artisanat de l’os aux ier et iie s. ap. J.-C. », in : P. Chardron-Picault (dir.), Aspects de l’artisanat en milieu urbain : Gaule et occident romain : actes du colloque international d’Autun, 20-22- septembre 2007. Dijon, Société archéologique de l’Est (28e suppl. à la Revue archéologique de l’Est) : 391-414.

Rodet-Belarbi I. 2003. « Répartition spatiale des dépotoirs de boucherie bovine dans les agglomérations gallo-romaines. Première approche », in : P. Ballet, P. Cordier & N. Dieudonné-Glad (dir.), La ville et ses déchets dans le monde romain : rebuts et recyclages : actes du colloque de Poitiers, 19-20 sept. 2002. Montagnac, Éditions Mergoil (Histoire et archéologie romaine, 10) : 197-208.

Rodet-Belarbi I. 2015. « Le travail de l’os et l’instrumentum en matière dure d’origine animale », in : R. Sabrié (dir.), Le Clos de la Lombarde à Narbonne : ateliers de salaisons, thermes, maison IX, rue D. Montagnac, Éditions Mergoil (Histoire et archéologie romaine, 29) : 299-320.

Rodet-Belarbi I. À paraître. « 2.2.3.5. Mobilier archéologique, les déchets de fabrication de boutons », in : R. Mercurin (dir.), Ligne 2 du tramway de Nice : station Garibaldi. Évolution d’une périphérie urbaine du iiie s. à nos jours.

Rodet-Belarbi I. & Mallet F. 2006-2007. « Le travail du bois de cerf à Villeparisis (Seine-et-Marne). Un dépotoir au sein d’un atelier de potiers du Bas Empire », Revue archéologique du Centre de la France : 45-46 [http://racf.revues.org/index793.html].

Rodet-Belarbi I. & Gazenbeek M. 2014. « L’exploitation des bois de cervidés à l’époque mérovingienne sur le site de Mondelange (Moselle) », Revue archéologique de l’Est, 63 : 259-300.

Schütz G. & Auxiette G. 2011. « Durocortorum rue Maucroix : un quartier excentré d’une capitale de province romaine (fin du ier av. J.-C.-début du ive s.). IV.1. Les ateliers de tabletiers et les objets en os », Bulletin de la Société archéologique champenoise, 104-4 : 143-156.

Thuet A. 2003. « Un atelier de production de peignes en bois de cerf de la fin de l’Antiquité tardive à Saint-Clair-sur-Epte (Eure) », in : I. Riddler (ed.), Materials of manufacture : The choice of materials in the working of bone and antler in northen and central Europe during the first millennium AD. Oxford, Arcaeopresse (Bar / British Archaeological Report International Series, 1193) : 25-39.

Vallet Ch. 2002. « Un atelier de fabrication de perles et de boutons en os du xviiie siècle, place de la Motte à Limoges », Travaux d’archéologie limousine, revue de l’Association des Antiquités historiques du Limousin, 22 : 145-150.

Van Ees Beeck E. 2006. L’industrie du bouton et de la tabletterie à Méru et dans le Pays de Thelle. Paris, ZigZag éditions.

Haut de page

Notes

1 Cette maîtrise est acquise bien avant l’Antiquité.

2 Les chutes d’ivoire provenant de niveaux antiques, médiévaux ou modernes sont si rares qu’elles ne permettent pas d’appréhender finement le travail de ce matériau.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Paris, rue Greneta. Fabrication des dés à jouer à partir des métapodes de bœuf (© dessin J.-F. Goret).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/4012/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 2 – Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). Fosse maçonnée contenant les déchets d’un atelier de patenôtrier (© Unité archéologique de Saint-Denis).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/4012/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Fig. 3 – Nice (Alpes-Maritimes), caserne Filley. Déchets mis au jour dans un dépotoir (© I. Rodet-Belarbi).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/4012/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende Fig. 4 – Noyon (Oise). Utilisation des différentes parties d’un bois de cerf pour la fabrication des pièces d’échecs (objets à l'échelle 1/3) (Goret et al. 2009 : 84, fig. 6 ; DAO J.-F. Goret ; clichés : musée du Noyonnais).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/4012/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Légende Fig. 5 – Saint-Claude (Jura). Pavage en os (© Photothèque Archives municipales de Saint-Claude, photo R. Le Pennec).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/4012/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 591k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Goret et Isabelle Rodet-Belarbi, « Les déchets d’os et de bois de cerf », Les nouvelles de l'archéologie, 151 | 2018, 46-52.

Référence électronique

Jean-François Goret et Isabelle Rodet-Belarbi, « Les déchets d’os et de bois de cerf », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 151 | 2018, mis en ligne le 25 juin 2018, consulté le 17 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/nda/4012 ; DOI : 10.4000/nda.4012

Haut de page

Auteurs

Jean-François Goret

Département d’histoire de l’architecture et d’archéologie de Paris

jean-francois.goret@paris.fr

Articles du même auteur

Isabelle Rodet-Belarbi

Inrap – Université Côte d’Azur, Cnrs Umr 7264 Cepam (Culture et Environnements, Préhistoire, Antiquité, Moyen Âge)

isabelle.rodet-belarbi@inrap.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals