Navigation – Plan du site

Pédagogie, création, une nouvelle vie pour les « déchets archéologiques »

Nicole Rodrigues
p. 53-56

Texte intégral

1L’archéologie – et tout particulièrement l’archéologie urbaine – génère une quantité considérable de mobilier. Cette masse documentaire s’inscrit dans « une suite impressionnante de soustractions qui affectent et caractérisent les sources de l’archéologie » (Berducou 1990 : 16). Afin de gérer, étudier, conserver ces archives du sol protéiformes qui se comptent en mètres cubes, en kilos, voire en tonnes, s’évaluent en mètres linéaires et en mètres carrés, il faut consentir à multiplier les heures, les années ou les décennies de travaux et, bien évidemment, les financements. Les notions d’efficacité et d’efficience animent tous les protagonistes de la recherche et concernent le mobilier exhumé au travers des questions de tri-sélection, de rejet, d’élimination, mais aussi de recyclage (Païn 2015 : 89).

2Parmi les multiples approches et expériences menées autour de la question des « déchets archéologiques », il en est une qui s’inscrit dans un temps relativement long, celle poursuivie depuis quarante ans par l’Unité d’archéologie de la ville de Saint-Denis (Uasd). De manière plus générale, ce service municipal a eu l’opportunité de réaliser différents projets expérimentaux en prise directe avec l’évolution et le développement de la discipline archéologique (Rodrigues 2009). Lors des « fouilles en sauvetage programmé » qui se sont déroulées de 1977 à 1992 sur les 13,5 hectares du quartier situé au nord de la basilique, il fut décidé d’effectuer la fouille exhaustive et systématique des abords du centre monumental et des secteurs comportant encore une stratigraphie bien conservée. Le reste de la surface de la zone d’aménagement concerté / Zac de Rénovation urbaine fit l’objet de sondages et de prospections (Wyss 1996 : 12-13). Dans ce cadre, l’accent fut mis sur le prélèvement du mobilier archéologique et sur le démontage de certaines structures bâties. La quantité de trouvailles, la variété des matériaux rencontrés, la présence de bois et de cuir gorgés d’eau ont nécessité la création d’un poste à temps plein pour mettre en œuvre des méthodes de conservation et de gestion et organiser un dépôt archéologique dont la localisation, la taille, la configuration et l’équipement ont évolué au fil du temps (Rodrigues 2000). Parallèlement, dès les années 1980, la question du tri fut posée et des solutions, parfois empiriques, lui furent apportées.

3À Saint-Denis, qu’entend-on par « déchets archéologiques » ? Il s’agit d’artefacts et d’écofacts qui proviennent de ramassages, de remblais de surface ou bien résultent de l’échantillonnage de structures pour lesquelles une fouille stratigraphique n’a pas été possible (certaines alluvions de cours d’eau et de fossés ou des remplissages de dépotoirs). Une sélection a également été appliquée à des réemplois prélevés dans des constructions, notamment à des épandages de tessons utilisés pour assécher des secteurs marécageux. Le contexte de découverte de ce mobilier étant incertain, voire peu fiable, sa valeur informative est très faible d’un point de vue archéologique. Néanmoins, poteries, verreries, restes fauniques, pierres de construction, terres cuites architecturales, métaux détiennent toujours leur potentiel informatif intrinsèque. Si l’on excepte le mobilier trouvé « hors contexte », tous ces éléments, fragments ou lots échantillonnés ont fait l’objet d’un enregistrement, d’une description, d’une quantification, de photos ou de dessins, avant d’être indiqués comme « non conservés » dans l’inventaire. La plupart du temps, ils sont pourtant stockés en attente d’une « vie » nouvelle, en tant que ressources pouvant servir à la pédagogie ou à la création.

4Le mobilier archéologique est l’une des composantes du projet de service « Archéologie, territoire et citoyenneté », qui s’articule autour d’une visée scientifique et d’objectifs de socialisation (Meyer-Rodrigues 2010). Dans ce cadre, une grande partie de cette « ressource mobilière » est utilisée dans une « archéothèque » servant de support pédagogique à des formations destinées à des enseignants, des stages universitaires, des initiations à « l’archéologie en pratique » organisées pour des habitants et des « ateliers découvertes » en direction du milieu scolaire. La matière informative est la même mais le discours s’adapte à l’auditoire. L’objectif recherché est non seulement de présenter différents matériaux et artefacts découverts en fouille, mais aussi de montrer leur transformation au contact du milieu d’enfouissement. Poteries à glaçure plombifère, céramique chamottée, textiles minéralisés, verres médiévaux totalement altérés, objets en fer oxydés… des « curiosités » mais aussi du « tout-venant » qu’il est parfois nécessaire d’observer, de scruter, de soupeser pour les reconnaître en fouille et lors des premières opérations de traitement que sont le lavage et le classement par grandes rubriques et par matériau (Meyer et al. 1983). Il va de soi que cette approche très concrète et didactique du mobilier archéologique est étayée par les collections de référence du site qui sont montrées mais non manipulées.

5Une démarche comparable sous-tend la création du « mur du lapidaire archéologique » conçu et réalisé par le sculpteur Luigi DaGioz, en collaboration avec l’Uasd, et inauguré dans le jardin du musée d’art et d’histoire de Saint-Denis en 2000. À l’origine, ce projet devait répondre à un impératif – le rangement des éléments de lapidaire considérés en grande majorité comme du « second choix » –, qui encombraient les abords immédiats du musée. Une approche conceptuelle du stockage proposant d’entasser ces blocs dans des gabions fut écartée au profit d’une réalisation à visée pédagogique. Une cinquantaine d’éléments d’architecture et de sculpture fut sélectionnée pour illustrer quatre thèmes du travail de la pierre : le matériau (calcaire, grès, pierres marbrières, porphyre rouge) ; sa mise en œuvre (blocs conservant les traces bien visibles laissées par des outils maniés en percussion lancée ou posée) ; l’architecture et le décor (remontage d’une colonne libre et d’une colonne engagée ne dépassant pas deux mètres de hauteur) ; les pierres tombales, avec exemples d’inscriptions et d’incrustations (Saint-Denis 2006). Tambours de colonnes, chapiteaux, tailloirs, pavés, chasse-roues, gargouilles… sont exposés pour être vus de près, palpés, alors que dans les salles du musée, il est bien évidemment interdit de toucher les œuvres.

  • 1 Cet outil pédagogique, conçu par le service médiation de l’Uasd, a été réalisé par le Centre techni (...)

6La même année a été conçue « La boîte à carottes » destinée au public très spécifique de la petite enfance, suite à la demande d’une directrice de crèche conquise par l’archéologie1. Il s’agit d’une malle transportable représentant un chantier de fouille sondé par des carottages, d’où son nom. Au fond de douze carottes plus ou moins profondes, les enfants peuvent trouver de véritables pièces archéologiques (tessons de poteries, matériel lithique, fossiles, minéraux…). Cette boîte d’éveil tactile, aux multiples potentialités et déclinaisons, existe en trois exemplaires. Accompagnée d’une stratigraphie perturbée par un petit lapin, de bacs à fouiller et d’un atelier « argile », « La boîte à carottes » circule dans les crèches de Saint-Denis dans le cadre du « Cycle de la Petite enfance » conduit par une médiatrice de l’Uasd.

7La fouille programmée de l’îlot Cygne a notamment permis de concevoir un support de médiation qui fonctionne depuis 2010 en toute complémentarité avec le chantier archéologique et son évolution (Chamousset & Goret 2011 : 63). Il s’agit du « modèle de fouille » (fig. 1), élaboré à partir du concept d’une « fausse fouille », qui est implanté sur le site à quelques mètres de la « vraie fouille ». Les structures archéologiques qui y sont reproduites évoquent les vestiges déjà découverts ou en cours d’étude (habitat, fosse dépotoir, rivière canalisée…). Les enfants manient de véritables truelles d’archéologue, dégagent des structures de couleur, de profondeur et de forme différentes et découvrent du mobilier original (tessons parfois de taille imposante, os animaux, lapidaire…). Au-delà de l’expérience pratique qu’il offre, ce dispositif s’apparente plus à un outil de compréhension que d’animation. Il s’adresse principalement aux enfants de 8 à 12 ans et permet d’éveiller leur curiosité autour des différentes facettes du métier d’archéologue. Il constitue également l’un des « prétextes archéologiques » qui sous-tendent en toute cohérence la dynamique des projets de médiation de l’Uasd (Amand-Chamousset & Rodrigues 2014).

Fig. 1 – Modèle de fouille (© Uasd, photo G. Ecchili).

8Depuis quelques années, les déchets archéologiques sont également utilisés par le service médiation dans le cadre d’ateliers pédagogiques, d’animations lors d’événements festifs locaux, en tant qu’« objets mystères », ou matériaux réutilisables par le jeune public pour fabriquer des objets. Les tessons de céramique francilienne du bas Moyen Âge, à parois et pâte fines, se prêtent bien à l’exercice qui consiste à retailler des tessons pour les transformer en pions de jeu (fig. 2). Cette pratique du recyclage de poteries, attestée à Saint-Denis entre le ixe et le xvie s., ne correspond qu’à un aspect de la réutilisation de ce matériau, bien documentée sur le site (écuelles taillées dans des fonds de cruches, entonnoirs percés dans des tasses polylobées, lingotière creusée dans des tuiles…).

Fig. 2 – Atelier de découpe de pions dans des tessons (© Uasd, photo G. Ecchili).

  • 2 Notamment par les associations « Franciade », « Artefacts 93 » « Adada ».
  • 3 Ces rencontres ont été initiées en 2005 dans le cadre du projet européen Equal, « Savoir-faire et P (...)

9Le mobilier archéologique permet également de croiser études techniques d’objets archéologiques et savoir-faire d’artisans ou d’habitants, afin de les sensibiliser à la recherche et de contribuer au développement local (Meyer-Rodrigues 2010 : 374). Dans ce cadre, de multiples rencontres avec le milieu associatif2, des artistes plasticiens et des artisans ont été organisées afin de présenter des collections archéologiques, sensibiliser ces acteurs à cette discipline et au potentiel de créativité qu’elle recèle, leur offrir un contact direct avec le mobilier archéologique3. Formes, couleurs, matières constituent des sources d’inspiration infinies. Au-delà des œuvres peintes, sculptées, modelées, dessinées, gravées, des objets imprimés, brodés, des copies ou des fac-similés de poteries, certains artistes ont souhaité inclure des déchets de l’archéologie dans leurs œuvres.

10La première « œuvre » réalisée avec ces déchets est un objet fabriqué pour répondre à la demande du maire de Saint-Denis qui, en 1995, souhaitait inclure des éléments symbolisant l’histoire du territoire à l’intérieur de la « première pierre » du Stade de France. En collaboration avec le Centre technique municipal, l’Uasd a conçu, en un temps record, un plateau de bois carré comprenant dix compartiments correspondant chacun à l’une des dix grandes périodes de l’évolution du territoire, de la Préhistoire au xxe s. Un silex et des tessons ont été sélectionnés pour les représenter. Ce plateau, protégé par une vitre, a été incorporé dans la fameuse pierre en septembre de cette année-là.

  • 4 Miniature du milieu du xve s. représentant la bénédiction de la foire du Lendit par l’évêque de Par (...)

11En 2005, lors du Village des artisans organisé dans l’îlot Cygne, sur l’emplacement qui accueillit quatre ans plus tard la fouille programmée, trois loges ont été aménagées. Bâties en arceaux de châtaignier et abritées par une toile, elles évoquaient celles qui figurent dans la Bénédiction de la foire du Lendit4. Chacune était marquée d’une enseigne signalant une activité ou un produit. Les loges et leur enseigne ont été conçues et fabriquées par le plasticien Manuel Barbeito. Celle de la potière représentait un pichet parisien du xive s. façonné dans un fil de fer et incorporant des tessons de pichets de même époque (fig. 3).

Fig. 3 – Enseigne d’une loge de potière créée par Manuel Barbeito pour le « Village des artisans » en 2005 (© Uasd, photo M. Wyss).

12En 2006, à l’occasion de l’exposition le « Verre en œuvre  » au musée d’art et d’histoire de Saint-Denis, le même plasticien a réalisé quatre enseignes signalétiques composées de déchets de verres multicolores provenant des rebuts de fabrication des cristalleries Legras, actives à Saint-Denis entre le milieu du xixe et le milieu du xxe s. (fig. 4). Ces déchets, découverts en 2001 à l’occasion d’un diagnostic réalisé rue de la Métallurgie sur le site de l’ancienne usine Nozal, avaient fait l’objet d’un ramassage destiné à caractériser cette production (Coxall 2002).

Fig. 4 – Une enseigne de l’exposition « Le verre en œuvre » créée en 2006 par Manuel Barbeito à partir de déchets des verreries Legras (© Uasd, photo C. Tulet).

  • 5 Galerie Imane Farès, 12 octobre 2017-16 février 2018.

13En 1991, un tronçon de la rivière urbaine a été fouillé sans qu’il soit possible d’extraire le mobilier par unité strati-graphique. Après échantillonnage des céramiques effectué l’année même de la fouille, restait un lot de 300 kg d’ossements animaux dont la datation était comprise entre le xiiie et le xviie s. En juin 2017, lors d’un rangement du dépôt archéologique, l’ensemble a été remis à Ali Cherri, artiste dont l’intérêt pour la discipline archéologique est avéré depuis plusieurs années. Quelques exemplaires de ces restes archéologiques sont devenus partie intégrante d’une œuvre que cet artiste présente à Paris dans le cadre de son exposition « Dénaturé »5, notion qu’il développe à propos de ces objets « rétrogradés ».

  • 6 Nearch ou « New ways of Engaging audiences, Activating societal relations and Renewing practices in (...)

14Ces quelques expériences résultent de rencontres, de sollicitations, d’opportunités et sont parfois le fruit du hasard. Elles constituent l’amorce de pistes qui restent à prolonger, élargir, ramifier, partager et souvent revisiter au travers des exigences de la médiation en archéologie. Aucune n’est anecdotique, toutes contribuent à renforcer les réseaux d’une archéologie impliquée dans la communauté, tel est l’objectif inscrit dans l’acronyme du projet européen Nearch6.

Haut de page

Bibliographie

Amand-Chammouset C. & Rodrigues N. 2014. « Saint-Denis, une lecture archéologique entre visible et invisible », Les Nouvelles de l’archéologie, 136 : 52-55 [http://journals.openedition.org/nda/2539 ; DOI : 10.4000/nda.2539].

Berducou M. 1990. « Introduction à la conservation en archéologie », in : M. Berducou (dir.), La conservation en archéologie : méthodes et pratique de la conservation-restauration des vestiges archéologiques. Paris, Milan, Barcelone, Mexico, Masson : 3-35.

Coxall D. 2002. « La découverte de vestiges de la production de la Verrerie Legras à Saint-Denis », in : M.-F. Michel, J.-F. Michel, N. Fouchet, D. Vitrat & J. Vitrat, Legras verrier. Puteaux, Argusvalentines : 262-263.

Chamousset C. & Goret J.-F. 2011. « La fouille de l’îlot Cygne à Saint-Denis : pour une archéologie visible et partagée », Les Nouvelles de l’archéologie, 124 : 59-64 [http://journals.openedition.org/nda/1444 ; DOI : 10.4000/nda.1444].

Meyer N. et al. 1983. « Gestion du matériel archéologique. Établissement d’une nouvelle fiche matérielle », in : O. Meyer, L. Bourgeau, D. Coxall, N. Meyer, C. Relier & M. Wyss, Recherches archéologiques urbaines : rapport 1982. Saint-Denis, imprimerie municipale : 133-148.

Meyer-Rodrigues N. 2010. « Saint-Denis, archéologie, territoire et citoyenneté », in : J. Chapelot (dir.), Trente ans d’archéologie médiévale en France. Un bilan pour un avenir : colloque de la Société d’archéologie médiévale. Caen, Publications du Crahm (Centre de recherches archéologiques et historiques médiévales) : 369-374.

Païn S. 2015. Manuel de gestion du mobilier archéologique : méthodologie et pratiques. Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme (Documents d’archéologie française, 109), 238 p.

Rodrigues N. 2000. « Gestion et conservation du dépôt de l’unité d’archéologie de Saint-Denis », in : D. Deyber-Persignat (dir.), Le dépôt archéologique : conservation et gestion pour un projet scientifique et culturel : assises nationales de la conservation archéologique, Bourges, 1998. Bourges, Ville de Bourges (service d’archéologie municipal) : 307-312.

Rodrigues N. 2009. « La création de l’Unité d’archéologie de la ville de Saint-Denis », in : J.-P. Demoule & C. Landes (dir.), La fabrique de l’archéologie en France. Paris, La Découverte, Inrap, Institut national de l’histoire de l’art (Hors collection Sciences humaines) : 210-217.

Saint-Denis 2006 : « Saint-Denis, une ville au Moyen Âge », in : Grands sites archéologiques. Paris, Publications électroniques du Ministère de la Culture et de la Communication [http://www.saint-denis.culture.fr].

Wyss M. (dir.). 1996. Atlas historique de Saint-Denis, des origines au xviiie siècle. Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme (Documents d’archéologie française, 59), 444 p.

Haut de page

Notes

1 Cet outil pédagogique, conçu par le service médiation de l’Uasd, a été réalisé par le Centre technique municipal.

2 Notamment par les associations « Franciade », « Artefacts 93 » « Adada ».

3 Ces rencontres ont été initiées en 2005 dans le cadre du projet européen Equal, « Savoir-faire et Patrimoine » porté par le service du développement local de la communauté d’agglomération Plaine Commune.

4 Miniature du milieu du xve s. représentant la bénédiction de la foire du Lendit par l’évêque de Paris (BNF, ms. lat. 962 : f° 264).

5 Galerie Imane Farès, 12 octobre 2017-16 février 2018.

6 Nearch ou « New ways of Engaging audiences, Activating societal relations and Renewing practices in Cultural Heritage » (2013-2018), projet européen coordonné par l’Inrap, dont l’Unité d’archéologie est partenaire.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Modèle de fouille (© Uasd, photo G. Ecchili).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/4018/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 2 – Atelier de découpe de pions dans des tessons (© Uasd, photo G. Ecchili).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/4018/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 984k
Légende Fig. 3 – Enseigne d’une loge de potière créée par Manuel Barbeito pour le « Village des artisans » en 2005 (© Uasd, photo M. Wyss).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/4018/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Fig. 4 – Une enseigne de l’exposition « Le verre en œuvre » créée en 2006 par Manuel Barbeito à partir de déchets des verreries Legras (© Uasd, photo C. Tulet).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/4018/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 987k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicole Rodrigues, « Pédagogie, création, une nouvelle vie pour les « déchets archéologiques » », Les nouvelles de l'archéologie, 151 | 2018, 53-56.

Référence électronique

Nicole Rodrigues, « Pédagogie, création, une nouvelle vie pour les « déchets archéologiques » », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 151 | 2018, mis en ligne le 25 juin 2018, consulté le 15 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/nda/4018 ; DOI : 10.4000/nda.4018

Haut de page

Auteur

Nicole Rodrigues

Directrice de l’Unité d’archéologie de la ville de Saint-Denis

nicole.rodrigues@ville-saint-denis.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals