Navigation – Plan du site

Les silex de Vassieux-en-Vercors, de l’atelier de taille à l’enfouissement

Anne-Marie Clappier, Carine Marande, Jacques Pelegrin et Priscille Chapuis
p. 63-67

Texte intégral

1En 2013, la Conservation départementale du patrimoine de la Drôme a procédé au tri et à la sélection d’un échantillon de mobilier archéologique à partir d’un important lot de silex issus des hauts plateaux du Vercors. Cette collection, rassemblée au cours des années 1970 et conservée en plusieurs lieux de la ville de Grenoble, a fait l’objet d’un transfert vers les réserves départementales de la Drôme lors de l’aménagement du musée de la Préhistoire de Vassieux-en-Vercors.

L’atelier de taille du silex du plateau du Vercors

2Le Vercors, vaste massif préalpin calcaire, est très riche en sites archéologiques. Dès le début du xxe s., sous l’impulsion d’Hippolyte Müller (1865-1933), préhistorien autodidacte et premier conservateur du musée dauphinois de Grenoble, ce territoire a fait l’objet de prospections, de fouilles et d’études par de nombreux chercheurs qui se sont attachés à comprendre les modes de vie et le comportement des hommes préhistoriques, du Paléolithique final au Néolithique. Plus d’une vingtaine de sites ont été recensés ou fouillés, depuis les contreforts du Vercors jusqu’aux hauts plateaux, comme la grotte de Thaïs à Saint-Nazaire-en-Royans et le col de Jiboui à Treschenu-Creyers dans la Drôme ou l’abri de la Grande-Rivoire à Sassenage en Isère.

3En 1970, une concentration de silex taillés préhistoriques a été identifiée dans la moitié sud du plateau de Vassieux-en-Vercors, dans la Drôme, par le Centre de recherches préhistoriques du Vercors (Crpv) : le docteur Michel Malenfant, président de cette association d’archéologues amateurs, a en effet découvert un grand pierrier coiffant un énorme amas de silex taillés, dénommé « P51 » (Malenfant et al. 1971). Les campagnes de fouilles menées jusqu’en 1980 par l’association ont mis en évidence un atelier de taille de plus de 80 m2, bien conservé.

4Cette opération fut complétée en 1978 par une fouille dirigée par Alain Beeching, chercheur au Cnrs, sur les abords nord et est de l’amas P51 (Beeching 1978), puis par une autre réalisée plus à l’est en 1988, lors de la première extension du musée, sous la direction de Jean-Marc Roche.

5Des recherches complémentaires, conduites de 1992 à 1998 par Jacques Pelegrin, directeur de recherche au Cnrs, spécialiste de technologie lithique, et par Caroline Riche dans le cadre d’une thèse de Préhistoire soutenue à l’université Paris-Nanterre (Riche 1998), ont rassemblé les observations faites par l’association, identifié les outils et produits fabriqués sur le plateau de Vassieux et précisé l’importance archéologique et la datation des différentes activités d’exploitation du silex pendant le Néolithique (Pelegrin & Riche 1999 ; Pelegrin et al. 1999).

6L’ensemble de ces opérations a permis de reconnaître cet atelier de taille de silex de Vassieux-en-Vercors comme un site de production de grandes lames, exploité par des artisans-tailleurs spécialisés au cours du Néolithique final, entre 2700 et 2400 av. J.-C.

7Avertis de la présence d’un silex de bonne qualité et de blocs de matière première d’assez grande dimension, les artisans-tailleurs se sont concentrés sur les affleurements les plus riches, situés au lieu-dit l’Hâle. Ils s’y installaient pendant l’été pour y creuser des fosses où ils récoltaient de gros nodules de silex qu’ils dégrossissaient sur place. Les ébauches étaient ensuite transportées à proximité, jusqu’à l’atelier, pour être débitées en grandes lames, de 16 à 25 cm de longueur, ainsi que d’autres lames plus courtes et plus larges.

8Une estimation quantitative, à partir des données de la fouille partielle de l’atelier P51 et d’autres observations de prospection, a abouti à considérer que cette activité, certainement saisonnière, a été menée par un ou deux artisans pendant quelques décennies. Ces artisans, qui reproduisaient la technique de taille dite « pressignienne » sur le silex local, se sont peut-être initialement « formés » au Grand-Pressigny (Indre-et-Loire) dans le sud de la Touraine, à près de 540 km à vol d’oiseau ! Les grandes lames produites étaient régularisées et appointées en « poignards » avant d’être diffusées et utilisées comme objets d’échange et d’affichage ou comme outils pour la moisson (Plisson & Beugnier 2007). Une dizaine de ces « lames-poignards » a été retrouvée dans les environs du Vercors et une autre a été identifiée dans une sépulture néolithique de l’île de Groix (Morbihan), au large de Lorient, témoignant de la pratique d’échanges sur de longues distances (Malenfant & Pelegrin 2004).

Du musée de la Préhistoire de Vassieux-en-Vercors aux réserves départementales de la Drôme

Création et évolution du musée 

9Compte tenu de son intérêt, l’atelier de taille de Vassieux-en-Vercors a été classé au titre des Monuments historiques par arrêté du 26 octobre 1982. Dès 1980, à l’initiative du Dr Malenfant, une première construction de 320 m2 fut réalisée afin d’abriter le site, tandis que des animations étaient proposées par le Crpv (fig. 1).

Fig. 1 – Atelier de silex de Vassieux-en-Vercors (© D. Vallat).

10Une première extension fut effectuée en 1991, sous la maîtrise d’ouvrage du parc naturel régional du Vercors (Pnrv). Le musée prit alors forme à travers un parcours pédagogique développant de nombreux sujets sur l’histoire de l’archéo-logie du Vercors. La muséographie, composée de maquettes, de dessins et d’un diorama, a été réalisée par le musée dauphinois de Grenoble, qui en était le responsable scientifique.

11En 2002, le musée de Vassieux-en-Vercors fut labellisé « Musée de France » et une convention d’objectifs fut établie entre le Pnrv et le département de la Drôme. La Conservation départementale du patrimoine, dirigée par Chrystèle Burgard, conservatrice en chef du patrimoine, devenue dès lors responsable scientifique de l’établissement, élabora un projet scientifique et culturel, afin de rénover le bâtiment et de créer une extension pour un nouveau parcours dont l’ouverture eut lieu en 2007. L’objectif principal était d’affirmer le rôle du musée de site comme un lieu de référence, scientifique et culturel, au niveau départemental et régional sur la Préhistoire. Les sujets privilégiés étaient notamment les savoir-faire des hommes préhistoriques en matière de taille du silex, les relations qu’ils entretenaient avec leur environnement, le rapport entre techniques et sociétés.

De la gestion du musée à la gestion des collections

12C’est dans la perspective de ce projet de rénovation que la Conservation du patrimoine prit en charge la gestion des collections, jusqu’alors conservées dans deux réserves à Grenoble et composées de :

13– 5 000 pièces stockées dans les réserves du musée dauphinois, essentiellement des nucléus (fig. 2), des lames et des outils ;

Fig. 2 – Nucléus (© E. Georges).

14– 220 000 déchets de taille (fig. 3), stockés dans un entrepôt à l’extérieur de la ville.

Fig. 3 – Éclats de taille (© E. Georges).

  • 1 Les réserves départementales de la Drôme ont été aménagées dans une ancienne chapelle des Cordelier (...)

15Les nucléus avaient été conditionnés dans des bacs plastiques de taille standard (40 x 60 cm) portant des indications sur le type de mobilier qu’ils contenaient, le numéro d’inventaire de chaque pièce et l’année au cours de laquelle ils avaient été ramassés. Après réalisation d’un inventaire minutieux, accompagné de dessins et reporté dans un tableur, l’ensemble a été transféré du musée dauphinois de Grenoble vers les réserves départementales à Valence en 20081. Une fois déposées, les collections ont fait l’objet d’un récolement afin d’actualiser les données de l’inventaire sous tableur dans la base de données de la Conservation du patrimoine appelé Cindoc.

Tri et sélection du mobilier

Conserver les déchets de taille ?

16Suite à cette première opération, s’est posée la question de l’opportunité du transfert des éclats de taille provenant du même atelier mais conditionnés de manière très rudimentaire, dans des cagettes en bois entreposées à même le sol, dans une annexe du musée dauphinois. L’idée d’un ré-enfouissement fut évoquée dès 2008, mais aucune décision ne pouvait être prise sans une réflexion préalable ; finalement, les déchets de taille furent déménagés en 2010.

17La Conservation départementale du patrimoine décida alors, en concertation avec le Service régional de l’archéologie de Rhône-Alpes, de réaliser un état des lieux de la collection à partir d’un échantillon qui serait inventorié, étudié et reconditionné. Pour ce faire, une mission de deux mois fut confiée à Lætitia Vendittelli, archéologue auto-entrepreneuse.

Méthodologie

18Un premier inventaire, achevé en 1996, avait déjà été effectué sur cette série. L’ensemble des éclats avait été décompté, calibré et avait fait l’objet d’un inventaire informatisé. Les silex avaient été conditionnés dans des cagettes en bois comprenant une étiquette intérieure (année, nombre de pièces, calibre) et une étiquette extérieure (année de fouille, site, numéro de la cagette, mention « avec ou sans cortex »).

19La méthodologie appliquée à l’état des lieux décidé en 2010 a été mise au point conjointement avec Jacques Pelegrin, qui a supervisé l’opération par le biais d’échanges fréquents avec Mme Vendittelli et la Conservation départementale.

20Il était acquis, dès le départ, que les fragments de lames et outils devaient être conservés pour leur intérêt qualitatif, de même que les nucléus, qui contiennent davantage d’informations (fig. 2 et 3). En revanche, l’intérêt scientifique des éclats de taille semblait moindre.

21Sur la base de l’inventaire de 1996, nous avons décidé de conditionner le mobilier en regroupant deux cagettes d’une même année dans un seul bac plastique. Chaque cagette a été pesée et les pièces transférées une par une afin de les trier. Le marquage adopté sur le bac est le suivant :

22- le numéro du bac en haut à gauche ;

23- « Vx P51 tri 2013 » au centre – pour rappeler le nom du site et l’année du tri ;

24- l’année de fouille et le numéro de la cagette en bas à droite et à gauche.

25Il s’est avéré nécessaire de trier les éclats de silex par carré de fouille quand cela était possible, de les compter et de les peser. Le matériel utilisé pour la pesée est un pèse-personne mécanique et une balance de cuisine (précision 1 g).

26Il est apparu important d’isoler les pièces numérotées afin de constituer un échantillon de référence du P51. Ces silex ont été regroupés par carré et année de fouille dans des sachets en plastique. Le marquage utilisé sur les sacs à glissière est le suivant :

27- « Vx P51 TRI 2013 » pour rappeler le nom du site et l’année du tri ;

28- le numéro du bac en plastique auquel l’objet appartient ;

29- l’année et le carré de fouille ;

30- le nombre d’objets dans le sachet.

31Tous ces échantillons ont été regroupés dans des bacs en plastique avec le marquage suivant : Numéro du bac / Vx P51 pour rappeler le nom du site / mention « ÉCHANTILLON ».

Bilan

32Cet inventaire a permis de traiter 117 cagettes, soit un tiers du mobilier, c’est-à-dire 49 554 pièces pesant environ 1,2 tonne de silex. Dans cet ensemble, quatre pièces remarquables – un nucléus et quatre fragments de lames – ont été isolées avant d’être intégrées au reste des collections de Vassieux déjà stockées dans les réserves de la Conservation départementale.

33Après échanges avec les différents partenaires et au vu des résultats de l’étude, nous avons décidé de garder un échantillon témoin de 366 éclats de taille inventoriés. Le numéro qui leur a été attribué reprend celui de la cagette originelle, suivi d’un chiffre allant de 1 à n. Ils ont été reconditionnés et sont aujourd’hui conservés dans les réserves départementales.

34Les autres éclats, dont l’intérêt était limité, n’ont pas été conservés. Toutefois, l’inventaire a permis de les compter et de les peser, afin d’avoir une estimation du volume de la matière première utilisée dans cet atelier de taille. Une solution de réenfouissement a ensuite été envisagée pour ce lot.

Des réserves au réenfouissement

35Une fois l’inventaire réalisé et le rapport terminé, une demande d’autorisation pour le ré-enfouissement d’un lot lithique du P51 de Vassieux-en-Vercors a été adressée par le Conseil départemental de la Drôme au Service régional de l’archéologie.

36Conformément au protocole de tri/sélection élaboré par la Sous-direction de l’archéologie, la conservatrice régionale de l’archéologie, Anne Le Bot-Helly, a souhaité soumettre cette demande à la commission interrégionale de la recherche archéologique (Cira), qui a émis un avis favorable lors de sa séance du 7 mai 2015.

37« EXTRAIT DU PV DE LA CIRA CENTRE-EST DES 6 ET 7 MAI 2015

38Il s’agit d’une étude faite par une archéologue en concertation avec Jacques Pelegrin – directeur de recherche au Cnrs, spécialiste de technologie lithique et qui a travaillé à Vassieux. Il s’agit de déchets de taille de silex issus de l’atelier P51 du Néolithique final de Vassieux-en-Vercors, fouillé dans les années 70 et 80 par Messieurs Malenfant, Beeching et Roche. L’étude met en évidence la présence majoritaire de déchets de taille à l’exception de quelques très rares outils (4 pièces seulement). L’ensemble a été inventorié. Le Conseil général de la Drôme, propriétaire des collections, au vu des résultats de cette étude-test, et compte tenu de l’encombrement que représente ce lot (1,2 tonne de silex), demande son réenfouissement. Selon le protocole proposé par le groupe tri-sélection piloté par la Sous-direction de l’Archéologie, il est demandé que cette décision soit actée par la CIRA.

39Après discussion générale et avis du CRA, la Commission adopte l’avis suivant :

40La CIRA émet un avis favorable au réenfouissement du lot lithique issu du site de Vassieux-en-Vercors «atelier de taille P51», sous réserve que le lieu d’enfouissement soit géolocalisé et que des éléments contemporains soient mêlés aux artefacts. »

41La recherche du site de réenfouissement s’est faite selon plusieurs critères :

42- le terrain devait être la propriété du Conseil départemental de la Drôme ;

43- il devait être vierge de tout vestige, inconstructible et facilement accessible ;

44- enfin, il devait être proche de Valence pour faciliter la mise en œuvre de l’opération et, par la suite, assurer sa surveillance.

45Concernant la réalisation de l’opération, l’État (Mcc/Drac/Sra) a pris en charge la manutention du lot de mobilier ainsi que son transport jusqu’au site choisi. Un accord a été ensuite trouvé avec la Direction des déplacements du Département qui a réalisé avec ses équipes la mise en terre sur un « délaissé de terrain », acquis lors d’une opération de calibrage de route départementale, à une quinzaine de kilomètres de Valence.

46L’opération d’enfouissement, supervisée par le service régional de l’archéologie, a été menée en mars 2016. Trois tranchées d’1,50 m de profondeur par 5 m de long environ ont été ouvertes et un géotextile a été posé au fond. Les silex, rangés dans leurs cagettes choisies comme « marqueurs contemporains », ont été déposés dessus puis recouverts d’un second géotextile (fig. 4). Enfin, l’ensemble a été remblayé.

Fig. 4 – Réalisation de l’enfouissement des déchets de taille par le Sra (© P. Chapuis).

47L’emplacement a été géolocalisé et, pour finir, le Service régional de l’archéologie l’a intégré dans sa base de données nationale Patriarche, qui recense l’ensemble des données archéologiques (entités et opérations archéologiques, sources et protections) sur le territoire national. Il a été décidé de l’enregistrer comme une entité archéologique à part entière tout en précisant bien qu’il ne s’agissait pas d’un site mais de mobilier déplacé, avec toutes les précisions nécessaires en commentaire (fig. 5).

Fig. 5 – Fiche Patriarche simplifiée, faisant apparaître les principaux champs renseignés.

Conclusion

48Ce chantier d’enfouissement mené autour des déchets de taille de silex reste un cas exceptionnel pour le département de la Drôme. Malgré les difficultés rencontrées en l’absence de législation, une décision devait être prise pour une bonne gestion des réserves en évitant leur engorgement. Cinq années toutefois se sont écoulées entre le transfert du mobilier et la remise en terre de déchets non conservés. Outre le coût du transport, de la réalisation de l’inventaire et du reconditionnement, plusieurs personnes ont été mobilisées pour mener à son terme cette opération.

49Aujourd’hui, l’échantillon des déchets de taille, reconditionné et inventorié, est stocké dans les réserves départementales avec l’ensemble du mobilier du site de Vassieux-en-Vercors et il est accessible aux chercheurs. Les déchets non conservés sont enterrés dans un site bien précis, documenté dans la base Patriarche, et ils pourront éventuellement être exhumés si de nouvelles recherches l’exigeaient.

50Des situations similaires pourraient être citées, comme la mise au jour d’une importante quantité de déchets et de vestiges lithiques lors de la fouille préventive du site de production de parures en schiste dans le nord du département de la Sarthe, à Champfleur. Pour d’autres périodes, le cas peut se présenter face à une forte présence de fragments d’enduits peints, de tessons de céramiques ou de lapidaires, comme cela a été très bien décrit lors du colloque : Tri, sélection, conservation, quel patrimoine pour l’avenir ? organisé par l’École nationale du patrimoine en juin 1999. La confrontation de ces différentes expériences est très importante et bénéfique pour une meilleure gestion des collections et par conséquent des dépôts et réserves archéologiques.

Haut de page

Bibliographie

Beeching A. 1978. Vassieux-en-Vercors (Drôme) : Atelier P 51 : rapport de fouilles. Lyon, Drac Rhône-Alpes, 26 p.

Le Bot-Helly A. 2001. « Peut-on éliminer en archéologie », in : Tri, sélection, conservation, quel patrimoine pour l’avenir ? Paris, Centre des monuments nationaux / Monum, Éditions du patrimoine : 77-80.

Malenfant M., Cauvin M.-C. & Chaffenet G. 1971. « Découverte d’une industrie macrolithique récente de faciès pressignien à Vassieux-en-Vercors (Drôme) », in : Comptes rendus de l’Acad. des Sciences. Paris, vol. 272 : 1491-1495.

Malenfant M. & Pelegrin J. 2004. « Industries lithiques de plein air en Vercors du Paléolithique au Néolithique », in : Jourdain-Annequin C. (dir.), Atlas culturel des Alpes occidentales ; de la Préhistoire à la fin du Moyen Âge. Paris, Editions A. et J. Picard : 74-75.

Pelegrin J. & Riche C. 1999. « Un réexamen de la série de Bouvante (Drôme) : matières premières lithiques et composantes technologiques », in : A. Beeching (dir.), Circulations et identités culturelles alpines à la fin de la Préhistoire : matériaux pour une étude : programme Circalp 1997-98. Valence, Centre d’archéologie préhistorique de Valence (Travaux du Cap, 2) : 183-195.

Pelegrin J., Riche C. & Malenfant M. 1999. « Un projet collectif de recherche sur les ateliers néolithiques du Vercors : premiers résultats », in : A. Beeching & J. Vital (dir.), Préhistoire de l’espace habité en France du Sud et actualité de la recherche : actes des premières rencontres méridionales de Préhistoire récente, Valence, 3-4 juin 1994. Valence, Centre d’archéologie préhistorique de Valence (Travaux du Cap, 1) : 151-158.

Plisson H. & Beugnier V. 2007. « Usages techniques et valeur symbolique des poignards pressigniens », The Arkeotek Journal, vol. 1, no 2 [www.thearkeotekjournal.org].

Riche C. 1998. Les ateliers de taille de Vassieux : exploitation des gîtes et diffusion des produits : thèse de doctorat en Ethnologie, option Préhistoire. Nanterre, Université de Paris X-Nanterre, 477 p., 187 fig., 2 ann.

Haut de page

Notes

1 Les réserves départementales de la Drôme ont été aménagées dans une ancienne chapelle des Cordeliers, protégée au titre des Monuments historiques. Transformée dans les années 1940, elle fut d’abord un lieu de stockage des Archives départementales. La chapelle offre aujourd’hui 1 600 m2 de réserves réparties sur cinq niveaux. Le rez-de-chaussée, consacré à l’archéologie, abrite notamment :

- un dépôt de fouilles d’État permettant de stocker le mobilier issu de fouilles préventives ;

- le matériel issu des fouilles et recherches menées par le Centre d’archéologie préhistorique du Rhône aux Alpes (Capra) ;

- les collections départementales issues de fouilles préventives réalisées avant travaux d’aménagement, de fouilles programmées ou encore de dons de particuliers.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Atelier de silex de Vassieux-en-Vercors (© D. Vallat).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/4032/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Fig. 2 – Nucléus (© E. Georges).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/4032/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 3 – Éclats de taille (© E. Georges).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/4032/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 4 – Réalisation de l’enfouissement des déchets de taille par le Sra (© P. Chapuis).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/4032/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 824k
Légende Fig. 5 – Fiche Patriarche simplifiée, faisant apparaître les principaux champs renseignés.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/4032/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 557k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Marie Clappier, Carine Marande, Jacques Pelegrin et Priscille Chapuis, « Les silex de Vassieux-en-Vercors, de l’atelier de taille à l’enfouissement », Les nouvelles de l'archéologie, 151 | 2018, 63-67.

Référence électronique

Anne-Marie Clappier, Carine Marande, Jacques Pelegrin et Priscille Chapuis, « Les silex de Vassieux-en-Vercors, de l’atelier de taille à l’enfouissement », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 151 | 2018, mis en ligne le 25 juin 2018, consulté le 16 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/nda/4032 ; DOI : 10.4000/nda.4032

Haut de page

Auteurs

Anne-Marie Clappier

Conservation départementale du patrimoine de la Drôme

conservation@ladrome.fr

Carine Marande

Conservation départementale du patrimoine de la Drôme

conservation@ladrome.fr

Jacques Pelegrin

Cnrs, Umr 7055 « Préhistoire et technologies »

jacques.pelegrin@cnrs.fr

Priscille Chapuis

Direction régionale des affaires culturelles Auvergne – Rhone-Alpes, service régional de l’archéologie

priscille.chapuis@culture.gouv.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals