Navigation – Plan du site

L’archéologue, un nouveau « Monsieur Propre » ?

Dorothée Chaoui-Derieux
p. 68-70

Texte intégral

1S’il est un lieu commun associé à la discipline archéologique, c’est bien celui de la fouille des « poubelles de l’histoire » : les archéologues sont réputés fouiller les détritus. Il y a peu encore, il était fréquent d’entendre un conservateur régional de l’archéologie affirmer : « ce qui reste, ce sont les vestiges d’une société qui a mal géré ses déchets ». Cela dit, à la lumière des préoccupations environnementales de notre société, quelle gestion opérons-nous, en tant qu’archéologues, des rebuts produits par une opération de terrain ? Autrement dit, que reste-t-il du passage des archéologues sur un site ?

2L’article L 541-2 du Code de l’environnement est très explicite sur le niveau de responsabilité des producteurs de déchets, jusqu’à leur élimination ou valorisation finale : « Toute personne qui produit ou détient des déchets dans des conditions de nature à produire des effets nocifs sur le sol, la flore et la faune, à dégrader les sites ou les paysages, à polluer l’air ou les eaux, à engendrer des bruits et des odeurs et, d’une façon générale, à porter atteinte à la santé de l’homme et à l’environnement, est tenue d’en assurer ou d’en faire assurer l’élimination conformément aux dispositions du présent chapitre, dans des conditions propres à éviter lesdits effets.

3L’élimination des déchets comporte les opérations de collecte, transport, stockage, tri et traitement nécessaires à la récupération des éléments et matériaux réutilisables ou de l’énergie, ainsi qu’au dépôt ou au rejet dans le milieu naturel de tous autres produits dans des conditions propres à éviter les nuisances mentionnées à l’alinéa précédent »1.

  • 2 En cas d’appel d’offre public, le cahier des clauses techniques particulières peut exiger des condi (...)

4En tant que producteurs de déchets liés à leur activité mais aussi à leur présence temporaire sur un site donné, les archéologues ont donc une responsabilité, et la question de la gestion et de l’évacuation des déchets sur un chantier de fouille d’archéologie préventive est évoquée dans tous les projets scientifiques d’intervention (Psi) rédigés par les opérateurs en réponse au cahier des charges de l’État. Elle est généralement traitée dans la partie consacrée aux aspects techniques de l’opération2. Trois thématiques principales sont évoquées :

5- les déchets ménagers liés au quotidien de l’équipe ;

6- les déchets liés à l’activité (principalement le matériel) ;

7- la gestion des déblais, et plus globalement la question de la pollution.

8Dans le cadre de cette réflexion, nous avons pris en considération des projets scientifiques d’intervention rédigés aussi bien par des opérateurs publics (Institut national de recherches archéologiques préventives et services archéologiques de collectivités) que par des opérateurs privés. Aucun nom ne sera cité, par souci d’objectivité.

Une double tutelle : l’hygiène et l’environnement

9« L’archéologie est une activité peu génératrice de déchets, lesquels se limitent aux détritus alimentaires, aux traceurs utilisés pour détourer les structures, ainsi qu’aux bâches de protection. Ces éléments sont systématiquement récupérés en cours et en fin d’opération, ils font par la suite l’objet d’une destruction par une entreprise spécialisée, s’ils ne peuvent être réutilisés ». Par cette sentence synthétique et lapidaire, un opérateur évacue la question des déchets en un paragraphe évoquant tout à la fois « environnement, sécurité, propreté et santé du personnel et de l’environnement ». Le tout est abordé dans la partie dédiée à la « gestion des contraintes et sécurité / environnement » ; reste à savoir si celle-ci est entendue comme une contrainte ou comme une question environnementale !

10Les autres opérateurs entrent plus dans le détail de chaque catégorie de déchets. Ceux « du quotidien » (déchets ménagers liés à la présence d’une équipe sur site) sont ainsi cités dans la section consacrée à l’hygiène dans un certain nombre de projets scientifiques d’intervention. Leur traitement consiste en un « ramassage des ordures, notamment après chaque repas », une « interdiction de jeter des détritus dans le milieu naturel » et un « tri des déchets ». Ils doivent ensuite être évacués vers des « centres de traitement appropriés » par une entreprise externe.

11Ces recommandations se retrouvent dans plusieurs projets scientifiques d’intervention d’opérateurs publics, intitulés mot pour mot de la même manière. Afin d’être le plus exhaustif possible, ils prennent le soin de préciser que « le chantier sera régulièrement nettoyé et débarrassé de matériaux et autres résidus de toute sorte ».

12D’autres évoquent cette question dans la partie dédiée au respect de l’environnement. Cette fois-ci, ce sont des opérateurs privés qui ont repris exactement les mêmes termes dans leur argumentaire : « tous les déchets issus de l’activité des intervenants feront l’objet d’un tri sélectif et des équipements (bacs de tri) seront installés à proximité immédiate des installations de chantier. L’opérateur aura à sa charge la gestion de ces déchets. Il veillera à toujours laisser les terrains en parfait état de propreté ».

13Un opérateur privé, qui a consacré une sous-partie à la question spécifique de la « gestion des déchets », va un peu plus loin dans le discours, le liant à une question économique : « Il est prévu pour réduire les frais d’élimination des déchets :

14- le tri sélectif des déchets quotidiens courants (séparation emballages recyclables / piles / matières organiques) ;

15- l’obligation pour le personnel de manger en dehors du chantier sauf en cas de distance déraisonnable ;

16- l’obligation pour le personnel de ne pas laisser traîner les déchets ».

17Ainsi, les déchets du quotidien doivent faire l’objet d’une vigilance particulière de la part des professionnels afin de laisser un terrain vierge de tout résidu de ce type.

Des déchets spécifiques

18La question des déchets de chantier liés à l’activité archéologique connaît plus de variantes dans sa formulation, avec une même constante dans leur destination finale, à savoir au minimum l’évacuation, et au mieux la réutilisation :

19- « les déchets ménagers ou liés aux travaux de fouilles (planches, bâches, filets de protection, ruban de signalisation, etc.) seront récupérés et emmenés pour être traités (déchets ménagers ou recyclage en déchetterie) » ;

20- « en ce qui concerne les déchets non ménagers liés à l’activité archéologique (bâches polyane, feutrines d’isolation thermique, sacs à gravats, chemins de planches…), ceux-ci seront stockés sur le site puis évacués par l’opérateur à l’issue de la fouille » ;

21- « l’opérateur aura à sa charge la gestion des résidus et des déchets issus du chantier et des installations de chantier. Les produits d’entretien et d’hygiène (lave-main) seront biodégradables ».

22Les considérations économiques déjà évoquées plus haut reviennent chez le même opérateur pour la gestion des déchets de chantier. « Il est prévu pour réduire les frais d’élimination des déchets :

23- la réutilisation des bâches en polyane destinées à protéger les vestiges pendant la durée de fouille ;

24- la réutilisation des cordons de signalisation (rubalise) pour une autre activité (marquage des clous) ;

25- le ramassage en fin d’opération de tous les éléments métalliques utilisés (clous, fers à béton…) ».

26La démarche diffère donc de celle des déchets ménagers puisqu’ici la gestion passe logiquement par une phase de recylage et de réutilisation.

Gestion des déblais et pollution

27La mise en œuvre d’une fouille d’archéologie préventive passe nécessairement par une première étape de décapage du terrain, laquelle génère un volume parfois considérable de terres excavées. Selon l’article L 541-1 du Code de l’environnement, celles-ci prennent le statut de déchet si le détenteur s’en défait ou a l’intention de s’en défaire : « Est un déchet au sens du présent chapitre tout résidu d’un processus de production, de transformation ou d’utilisation, toute substance, matériau, produit ou plus généralement tout bien meuble abandonné ou que son détenteur destine à l’abandon »3.

28Les déblais de fouille entrent donc parfaitement dans la catégorie des déchets et doivent être évacués par des filières agréées. Un opérateur privé en fait d’ailleurs l’essentiel : « les déchets produits par le chantier archéologique seront exclusivement les déchets de fouilles stockés sur les terrains mis à disposition par l’aménageur. Dans le cas où le maître d’ouvrage le souhaiterait, les déblais seront triés (terre-végétale / limon) lors du décapage. » (fig. 1).

Fig. 1 – Osny (Val-d’Oise), tri des déblais au bord des tranchées de diagnostic, séparation de la terre végétale et des limons (© Drac Île-de-France / Sra).

29En fonction de leur nature et de leur degré de pollution, les terres excavées peuvent être soit évacuées, soit recyclées :

30- les terres non polluées appartiennent à la catégorie des déchets « inertes ». Elles peuvent être valorisées (recyclage ou remblaiement en carrière autorisée) ou éliminées dans des installations de stockage de déchets inertes (Isdi) ;

31- les terres polluées peuvent être soit valorisées dans des installations de traitement des déchets dangereux, soit éliminées dans des installations de stockage de déchets dangereux ou dans des centres d’enfouissement technique de classe 1, si elles ne peuvent pas être dépolluées.

  • 4 Le parcours des terres et leur réutilisation dans la construction a été présenté au Pavillon de l’A (...)

32Outre une « valorisation volume » mentionnée dans certains projets scientifiques d’intervention – « les terres du décapage et de la fouille seront utilisées pour le remblaiement » –, les terres non polluées pourraient également faire l’objet d’une « valorisation matière », à l’instar de ce que la Société du Grand Paris, entre autres, a initié pour la gestion des déblais liés à la construction du Grand Paris Express, en application des principes de l’économie circulaire4. À notre connaissance, il n’existe pas d’exemple de valorisation de déblais de fouille en matériau de construction.

33Dernier point, la question des produits polluants, qui est également évoquée dans certains projets, au sein des mesures environnementales :

34- « il appartiendra à l’opérateur de garantir l’absence de pollution des sols, des nappes phréatiques et des fossés et cours d’eau par ruissellement. Il aura également à sa charge la gestion des résidus issus du chantier et des installations de chantier » ;

35- « interdiction formelle de déverser des produits liquides (huiles, solvants, produit chimique) dans les réseaux d’eaux pluviales ou d’eaux usées » ;

36- « aucun produit polluant, de quelque nature que ce soit, n’est et ne sera utilisé par les archéologues sur les chantiers de fouille » ;

37- « en matière de protection de l’environnement, l’entreprise sera responsable de toute pollution liée à l’occupation du site et à la réalisation des travaux inclus dans le marché. Elle veillera notamment aux risques de pollution liés à son activité et à celle de ses sous-traitants ».

Vers une archéologie zéro déchet ?

38Que ressort-il de la lecture de toutes ces recommandations et de tous ces engagements formulés dans les projets scientifiques d’intervention par les opérateurs pour respecter l’environnement et les principes de base d’hygiène ? Que les archéologues ont à cœur, tant en raison des contraintes qui pèsent sur eux que par respect, de ne laisser aucune trace derrière eux, aucun vestige qui pourrait révéler leur passage sur le site. À l’heure des prises de conscience environnementale, on ne peut que saluer cet état d’esprit.

39Même si, par simple esprit de provocation, on pourrait s’interroger sur ce paradoxe : si les sociétés anciennes avaient elles aussi fait table rase de leur présence comme le font aujourd’hui les archéologues, que nous resterait-il à fouiller ? Autrement dit, les archéologues peuvent remercier leurs prédécesseurs de leur avoir laissé quelques vestiges à se mettre sous le godet et la truelle. Avec de tels « Monsieur Propre » à l’œuvre aujourd’hui, que restera-t-il pour nos successeurs ?

Haut de page

Notes

1 www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006074220&idArticle=LEGIARTI000006834445&dateTexte=20080429

2 En cas d’appel d’offre public, le cahier des clauses techniques particulières peut exiger des conditions particulières dont un « schéma d’organisation et de suivi de l’élimination des déchets de chantier (Sosed) ».

3 www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=65B0D0703A8F1CAE639FEE9889DF0BD5.tplgfr27s_3?idArticle=LEGIARTI000006834444&cidTexte=LEGITEXT000006074220&dateTexte=20080429&categorieLien=id&oldAction=

4 Le parcours des terres et leur réutilisation dans la construction a été présenté au Pavillon de l’Arsenal à Paris dans une exposition intitulée « Terres de Paris : de la matière au matériau » (13 octobre 2016 – 8 janvier 2017).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Osny (Val-d’Oise), tri des déblais au bord des tranchées de diagnostic, séparation de la terre végétale et des limons (© Drac Île-de-France / Sra).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/4055/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 318k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dorothée Chaoui-Derieux, « L’archéologue, un nouveau « Monsieur Propre » ? », Les nouvelles de l'archéologie, 151 | 2018, 68-70.

Référence électronique

Dorothée Chaoui-Derieux, « L’archéologue, un nouveau « Monsieur Propre » ? », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 151 | 2018, mis en ligne le 25 juin 2018, consulté le 20 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/nda/4055 ; DOI : 10.4000/nda.4055

Haut de page

Auteur

Dorothée Chaoui-Derieux

Conservatrice du patrimoine au service régional de l’archéologie de la direction régionale des affaires culturelles / Drac Île-de-France, Umr 7041 ArScAn (Archéologie et sciences de l’Antiquité)

dorothee.derieux@culture.gouv.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals