Navigation – Plan du site

Vers une écologie historique
de la forêt d’Afrique centrale

Geoffroy de Saulieu, David Sebag et Richard Oslisly
p. 24-28

Texte intégral

1L’archéologie a été lente à se développer dans les régions intertropicales mais elle connaît aujourd’hui une dynamique soutenue par des communautés de chercheurs mieux structurées et plus actives, une volonté politique d’appropriation d’un patrimoine parfois négligé et des projets d’aménagement de plus en plus souvent couplés à des fouilles préventives. La rencontre de l’archéologie, de l’écologie et de l’anthropologie intertropicales, notamment en Amérique du Sud, a été à l’origine d’approches théoriques et méthodologiques novatrices parmi lesquelles l’écologie historique a trouvé un écho particulier. Initiée par les études « amazonistes », cette discipline a depuis longtemps prouvé que les limites écologiques décrétées par la science occidentale n’empêchaient pas le développement des sociétés dites « complexes » (cf. Rostain, supra).

2En revanche, l’écologie historique ne s’est vraiment développée que très récemment en Afrique centrale, alors qu’elle abrite le deuxième massif forestier mondial, derrière l’Amazonie. Un tel retard est d’autant plus difficile à comprendre que cette voie est explorée de longue date en Afrique de l’Ouest forestière. James Fairhead et Melissa Leach (1996), Dominique Juhé-Beaulaton (1994) et Bernard Roussel (Juhé-Beaulaton & Roussel 1998) ont par exemple contribué à changer le paradigme de l’étude des paysages en montrant l’origine anthropique de nombreux peuplements arborés. Même si cette approche est aujourd’hui peu appliquée dans l’archéologie locale, notamment en raison des difficultés que rencontre la discipline sur le continent, l’écologie historique a permis une nouvelle lecture des vestiges, par exemple en généralisant les études sur les anthrosols (Fairhead & Leach 2009 ; Fraser et al. 2014).

Un climat peu favorable à l’écologie historique…

3À contre-courant des travaux menés en Afrique de l’Ouest et en Amérique tropicale, les recherches en Afrique centrale se sont surtout focalisées sur les conséquences des variations climatiques sur l’extension des forêts et sur leur composition floristique. Si l’accent était mis sur les interactions entre les forçages climatiques et les réponses environnementales, les sociétés humaines étaient en revanche reléguées au second plan, chacune étant considérée comme une variable s’adaptant plus ou moins bien aux évolutions qui lui étaient imposées.

4Ainsi, le diagramme pollinique du lac Barombi Mbo (ouest du Cameroun) a uniquement servi à étayer un scénario climatique : durant l’époque glaciaire, le paysage paraît dominé par une mosaïque de savanes et de forêts témoignant d’un climat à la fois plus frais et plus sec que l’actuel ; vers – 12 000 ans avant le présent (AP), le réchauffement climatique s’accompagne d’une humidité croissante qui fait disparaître les savanes. La forêt tropicale s’installe alors définitivement (Maley & Brenac 1998). Cette reconstitution montre que les grandes tendances du climat mondial ont profondément affecté la forêt d’Afrique centrale durant l’Holocène.

5Toutefois, dans la seconde moitié de l’Holocène, force est de constater que l’action des sociétés d’Afrique centrale a été clairement minimisée. Par exemple, vers – 2 800 ans AP, un épisode de dégradation forestière et d’augmentation des graminées interprété comme une extension de la savane est simplement considéré comme la conséquence d’un changement climatique court mais drastique qui aurait provoqué, à lui seul, la fragmentation de la forêt (Maley & Brenac 1998 ; Maley & Chepstow-Lusty 2001).

6À une échelle plus large, cet épisode climatique et ses conséquences environnementales auraient également favorisé l’expansion des horticulteurs bantous à travers l’Afrique centrale (Bostoen et al. 2015). Deux aspects méritent d’être soulignés ici : d’une part, une hypothèse climatique bâtie à partir de données environnementales locales est généralisée à l’ensemble de l’Afrique centrale atlantique ; d’autre part, les espaces forestiers sont pensés comme des obstacles pour les communautés humaines, qui subissent les changements environnementaux sans les influencer. Ainsi, l’hypothèse d’un éventuel impact anthropique lié à une phase de défrichement n’est pas du tout évoquée alors que la période considérée correspond à une phase de croissance démographique et au développement de la métallurgie dans la région. Pourtant, en Europe occidentale, une telle hypothèse anthropogénique aurait été largement mise en avant pour des faits semblables observés dans un contexte similaire.

7Une récente controverse sur des données interprétées en faveur d’un défrichement massif en Afrique centrale à l’âge du Fer ancien illustre parfaitement la polarisation des opinions sur ce sujet (Bayon et al. 2012 ; Maley et al. 2012 ; Neumann et al. 2012). Si des études plus approfondies sont évidemment nécessaires pour trancher le débat sur les rôles respectifs du climat et de l’impact anthropique sur les changements environnementaux qui marquèrent les paysages du bloc forestier d’Afrique, il n’en demeure pas moins que, pour beaucoup de chercheurs, et malgré l’existence de points de vue divergents (Warnier 1984 ; Sowuni 1998), les sociétés anciennes d’Afrique centrale, toujours soumises à la nature, n’auraient eu que peu d’impact sur leur environnement tropical humide (par exemple : Ngomanda et al. 2009 ; Lézine et al. 2013).

Un nouveau souffle

8Depuis quelques années toutefois, on constate la multiplication de publications adoptant une démarche proche de l’écologie historique. L’impulsion vient des disciplines qui s’intéressent aux ressources forestières. René Lerouzey (1968), grand spécialiste de la forêt camerounaise et auteur d’une phytogéographie encore utilisée, avait souligné à plusieurs reprises l’impact des établissements humains anciens sur la répartition de certaines variétés végétales (Musanga cecropioides et Gilbertiodendron drewevrei). Sensibles au renouvellement des ressources, les exploitants forestiers ont également remarqué depuis longtemps que la forêt d’Afrique centrale est parsemée d’essences ayant une forte exigence de lumière. L’exploitation de ces arbres, couplée au vieillissement général du stock, a interpellé les spécialistes sur l’origine de ces peuplements forestiers. Ainsi, plusieurs études ont poursuivi la réflexion sur le lien entre la répartition spatiale de certaines variétés et les anciens défrichements anthropiques (van Gemerden et al. 2003 ; Bourland et al. 2015).

9Ces indices ont également été mis en relation avec la présence de charbons de bois dans les sols qui pourraient témoigner d’anciennes pratiques d’agriculture sur abattis-brûlis (Vleminckx et al. 2014 ; Morin-Rivat et al. 2014, 2016, 2017 ; Hubau et al. 2014 ; Biwolé et al. 2015). Parallèlement, une étude de terrain de Stéphanie Carrière (Carrière et al. 2002 ; Carrière 2003) a confirmé l’importance des arbres épargnés (souvent des arbres utiles) lors des abattis pour la régénération forestière. De manière générale, nombreux sont les spécialistes qui s’interrogent sur l’effet des abattis sur la typologie forestière (Carrière 2003 ; Saulieu et al. 2015). Dans des zones relativement homogènes d’un triple point de vue – géologique, climatique et météorologique –, comme le sud du Cameroun, la répartition de la végétation entre forêt sempervirente – qui garde ses feuilles toute l’année –, et forêt semi-décidue – qui en perd une partie pendant la saison la plus sèche – ne semble pas pouvoir être expliquée par la pluviométrie. Dans d’autres régions tropicales comme en Inde (Ramesh et al. 2010), il est clairement établi que les perturbations anthropiques font définitivement glisser le spectre phénologique du sempervirent vers le décidu, tout au moins en dessous d’un seuil de précipitations relativement élevé.

10Mais l’impact des sociétés anciennes d’Afrique centrale ne s’est pas limité aux modifications de la végétation. Les reliefs, la topographie et la dynamique des bassins-versants semblent avoir été affectés, comme le soulignent quelques études préliminaires. Ainsi, plusieurs séquences sédimentaires ont été prélevées dans les bas-fonds marécageux qui occupent la zone de contact forêt / savane au nord du Parc national de la Lopé dans le centre du Gabon (fig. 1). Les premières analyses sédimentologiques et paléoécologiques mettent en évidence trois phases sédimentaires, plus ou moins exprimées selon les marais (Sebag et al. 2016 ; Nfoumou et al. 2017). La première correspond à du matériel détritique, parfois grossier, présentant des caractéristiques de formations pédologiques et témoignant d’une immersion saisonnière des bas-fonds. La deuxième correspond à des dépôts terrigènes plus argileux qui deviennent, progressivement ou brutalement, plus organiques, et témoignent de la mise en place de systèmes -lacustro-palustres dont les berges sont végétalisées. La troisième phase correspond à des dépôts tourbeux, témoins du comblement des bas-fonds et de la mise en place de marais entièrement colonisés par la végétation.

Fig. 1 – Marais Porosa dans le Parc national de la Lopé, situé au centre du Gabon. L’imbrication de la forêt, de la savane et de zones marécageuses serait en grande partie un héritage des activités humaines anciennes. © R. Oslisly.

11Au-delà de leurs implications paléoenvironnementales et/ou paléoclimatiques, ces données préliminaires attirent l’attention sur les implications de ces remplissages en termes de paléotopographie. Les datations 14C indiquent en effet que les dépôts qui comblent les bas-fonds se sont accumulés au cours des deux ou trois derniers millénaires. Penser les paysages antérieurs à la fin de l’Holocène implique donc de les retirer et de reconstituer les stocks détritiques déplacés depuis les versants. Certes, cela accentue mécaniquement des reliefs déjà vallonnés pour retrouver une paléotopographie masquée par les remplissages sédimentaires observés aujourd’hui dans les bas-fonds, mais la chronologie, qui correspond à l’installation de communautés maîtrisant la métallurgie et pratiquant l’agriculture, interroge aussi la naturalité des paysages contemporains et leur évolution.

12Par ailleurs, prenant appui sur les acquis de recherches en archéologie et en écologie sud-américaines (cf. Rostain, supra), Doyle McKey et ses collaborateurs (2016) montrent comment, dans les zones inondables du Congo, les champs surélevés ont été organisés en donnant une large place aux ressources aquatiques (fig. 2). Établis sur des milliers d’hectares au Gabon, dans la République du Congo et dans la République démocratique du Congo, ils ont profondément modifié l’écoulement des eaux en jouant à la fois sur le drainage et la modification des sols. Mais il faut insister sur le fait que l’étude des sols agricoles demeure le parent pauvre de l’écologie historique naissante de l’Afrique centrale. Si des anthrosols rappelant les terra preta amazoniennes (sols noirs enrichis en charbons, azote et phosphore par une occupation humaine longue et intense) existent bel et bien dans la région, aucun n’a encore été étudié et publié (fig. 3).

Fig. 2 – Champs surélevés précoloniaux dans la réserve présidentielle de Wonga-Wongué au sud de Libreville, Gabon. © R. Oslisly.

Fig. 3 – Des anthrosols probablement comparables aux terra preta amazoniennes existent en Afrique centrale, comme ici au sud‑est du Cameroun. © G. de Saulieu.

Une ethnographie qui interroge nos concepts

13S’il paraît aujourd’hui évident que les horticulteurs ont eu, et continuent d’avoir, un impact sur les forêts d’Afrique centrale, peu de chercheurs défendent l’idée que de telles modifications peuvent avoir commencé avec les chasseurs-cueilleurs. Pourtant, plusieurs études ethnographiques conduites dans la forêt intertropicale, notamment en Amazonie (Politis 2001), montrent comment les communautés de chasseurs-cueilleurs peuvent avoir un effet cumulé important sur leur environnement.

14De la même manière, en Afrique centrale, les peuples dits « Pygmées » façonnent les ressources végétales qu’ils collectent. Prenons l’exemple des ignames sauvages (Dioscorea sp.), essentielles à leur alimentation. Les groupes Aka et Baka, qui vivent dans le sud du Cameroun (Dounias 1993, 2001), ont l’habitude de récolter des ignames sauvages en forêt, activité de cueillette typique et normale pour des chasseurs-cueilleurs. Mais chez eux, il est d’usage de replanter un fragment de l’igname prélevée, qui bénéficie alors du trou d’extraction comblé avec de l’humus. Ainsi, non seulement la plante repousse en bénéficiant de la terre meuble et riche jetée dans la fosse d’extraction, mais elle devient aussi moins épineuse et plus grosse que si elle avait poussé de manière spontanée. Les Pygmées ménagent la ressource à tel point qu’ethnologues et écologues parlent de « paraculture » ou de « protoculture » de l’igname sauvage. Toutefois, leur impact ne se limite pas à l’entretien ou au maintien de la ressource. Hirokazu Yasuoka a partagé la vie de certains groupes du sud-est du Cameroun. Leurs campements, aménagés dans des clairières, mesurent environ 40 m sur 30 m et rassemblent 25 à 30 huttes. Les sites abandonnés depuis dix ans sont beaucoup plus riches en ignames (6 à 30 fois) que la forêt environnante, leur terre ayant été enrichie grâce aux épluchures et autres rebuts de cuisine jetés autour des huttes (Yasuoka 2013). L’ethnologue précise que, si ces pratiques ne visent pas explicitement la multiplication des ignames, les Pygmées n’en ignorent pas les conséquences.

La vraie « forêt natale »

15Une écologie historique ne s’intéressant qu’aux interactions des agriculteurs paraît donc insuffisante, car elle reviendrait finalement à sous-entendre que celles-ci se résument à l’empreinte de l’homme sur le paysage. En réalité, c’est bien un système qui se met en place, bénéficiant autant aux groupes humains qu’à certaines plantes. Les pratiques attestées par l’ethnographie nous incitent à réviser en profondeur nos perceptions de la forêt d’Afrique centrale. Il nous faut aujourd’hui envisager une réelle coévolution des paysages et des sociétés humaines depuis des époques très reculées. Si les bouleversements climatiques de la fin de l’époque glaciaire ont laissé peu de traces de ces interactions dans le paysage, il est probable que les prémices de l’agriculture ont débuté très tôt durant l’Holocène – même si la démonstration n’a pas encore été faite en Afrique centrale.

16Il est urgent d’ouvrir de nouvelles voies conceptuelles et d’envisager de nouvelles approches méthodologiques pour trois raisons :

171) Les pratiques des chasseurs-cueilleurs documentées par l’ethnographie montrent la prégnance de pratiques pré-agricoles d’autant plus difficiles à mettre en évidence archéologiquement qu’elles impliquent des cultigènes sauvages (les ignames comestibles sont ainsi difficilement traçables par les pollens ou les phytolithes). Pourtant, les modèles ethnographiques conviendraient très bien à des scenarii de naissance de l’agriculture en Afrique centrale.

182) De nombreuses plantes utilisées par les horticulteurs d’Afrique centrale avant l’adoption des plantes des autres continents (manioc, maïs, banane, riz, mangue, etc.) sont des plantes locales qui n’ont pas fait l’objet d’une sélection génétique claire comme le palmier à huile, le raphia, etc., ce qui les rend, comme les ignames des chasseurs-cueilleurs, invisibles aux yeux d’une archéologie classique.

193) À l’échelle mondiale, les foyers de domestication sont majoritairement intertropicaux mais ils sont souvent connus de façon indirecte, notamment grâce aux études génétiques. La moitié d’entre eux est située dans les massifs forestiers tropicaux humides. Aussi est-il normal de supposer que la naissance de l’horticulture en Afrique centrale a des racines très anciennes. Très difficile à distinguer du point de vue purement archéologique, elle a probablement concerné des plantes locales sauvages présentes dans ces environnements. Selon toute vraisemblance, les premiers horticulteurs n’ont pas procédé à une déforestation massive mais simplement joué sur la distribution de certaines variétés végétales, à l’image des ignames sauvages gérées et répandues par les chasseurs-cueilleurs actuels. C’est l’accumulation des modifications anthropiques du milieu qui, au même titre que l’accumulation des innovations techniques (Testart 2012), leur a apporté un surcroît d’aisance et a favorisé la sédentarisation, puis le basculement dans l’horticulture. Bref, c’est en habitant la forêt d’Afrique centrale que les sociétés africaines anciennes l’auraient rendue habitable. C’est dans cette perspective qu’il nous semble aujourd’hui nécessaire de poursuivre les recherches en écologie historique.

Haut de page

Bibliographie

Bayon G., Dennielou B., Etoubleau J., Ponzevera E., Toucanne S. & Bermell S. 2012. « Intensifying Weathering and Land Use in Iron Age Central Africa », Science, 335 : 1219-1222. DOI: 10.1126/science.1215400.

Biwolé A., Morin-Rivat J., Fayolle A., Birondo D., Dedry L., Dainou K. Hardy O. & Doucet J.-L. 2015. « New data on the recent history of the littoral forests of southern Cameroon: an insight into the role of historical human disturbances on the current forest composition », Plant ecology and evolution, 14. DOI: 10.5091/plecevo.2015.1011.

Bostoen K., Clist B., Doulenge Ch., Grollemund R., Hombert J.-M., Muluwa J. K. & Maley J. 2015. « Middle to Late Holocene Paeoclimatic Change and Early Expansion in the Rain Forest of Western Central Africa », Current anthropology, 56-3 : 354–384. DOI : 10.1086/681436.

Bourland N., Cerisier F., Daïnou K., Livingstone Smith A., Hubau W., Beeckman H., Brostaux Y., Fayolle A., Biwolé A., Fétéké F., Gillet J.-F., Morin-Rivat J., Lejeune Ph., Ntoudé Tiba E., Acker J. van & Doucet J.-L. 2015. « How tightly linked are Pericopsis elata (Fabaceae) patches to anthropogenic disturbances in Southeastern Cameroon ? », Forests, 6-2 : 293-310. DOI : 10.3390/f6020293.

Dounias E. 1993. « Perception and use of wild yams by the Baka hunters-gatherers in South Cameroon », in : Hladik C., Hladik A., Pagezy H., Linares O., Koppert G. & Froment A. (éd.), L’alimentation en forêt tropicale. Interactions bioculturelles et perspectives de développement, L’homme et la biosphère, vol. 13. Paris, Unesco : 621–632.

Dounias E. 2001. « Les tarières à Ignames sauvages des Pygmées Aka et Baka d’Afrique centrale », Techniques & culture, 37 : 127-154. DOI : 10.4000/tc.264.

Fairhead J. & Leach M. 1996. Misreading the African landscape: society and ecology in a forest-savanna. Cambridge, Cambridge University Press.

Fairhead J. & Leach M. 2009. « Amazonian Dark Earths in Africa ? », in : Woods W. I., Teixeira W. G., Lehmann J., Steiner C., WinklerPrins A. & Rebellato L. (éds.), Amazonian Dark Earths: Wim Sombroek’s Vision. Berlin, Springer Science & Business Media : 265-278.

Fraser J., Leach M. & Fairhead J. 2014. « Anthropogenic Dark Earths in the Landscapes of Upper Guinea, West Africa: Intentional or Inevitable? », Annals of the association of american geographers, 104-6 : 1222-1238. DOI : 10.1080/00045608.2014.941735.

Hubau W., Blucke J. van den, Bostoen K., Clist B., Livingstone Smith A., Defoirdt N., Mees F., Nsenga L., Acker J. van & Beeckmans H. 2013. « Archaeological charcoals as archives for firewood preferences and vegetation composition during the late Holocene in the southern Mayumbe, Democratic Republic of the Congo (DRC) », Vegetation history and archaeobotany, 23 : 591-606. DOI : 10.1007/s00334-013-0415-1.

Juhé-Beaulaton D. 1994. Les paysages de la côte des esclaves du xviie siècle à la veille de la colonisation : essai d’analyse historique, thèse de doctorat d’Histoire. Paris, Université de Paris I – Panthéon-Sorbonne, Centre de recherches africaines.

Juhé-Beaulaton D. & Roussel B. 1998. « À propos de l’historicité des forêts sacrées de l’ancienne côte des esclaves », in : Chastanet M. (éd.), Plantes et paysages d’Afrique, une histoire à explorer. Paris, Éditions Karthala, Centre de recherches africaines : 353-382.

Letouzey R. 1968. Étude phytogéographique du Cameroun, Paris, P. Lechavalier.

Lézine A.-M., Holl A., Lebamba J., Vincens A., Assi-Khaudjis C., Février L. & Sultan E. 2013. « Temporal relationship between Holocene human occupation and vegetation change along the northwestern margin of the Central African rainforest », Comptes rendus Géoscience, 345 : 327-335. DOI : 10.1016/J.CRTE.2013.03.00.

Maley J. 2001. « La destruction catastrophique des forêts d’Afrique centrale survenue il y a environ 2 500 ans exerce encore une influence majeure sur la répartition actuelle des formations végétales », Systematics and geography of plants, 71 : 777-796. DOI :10.2307/3668717.

Maley J. & Brenac P. 1998. « Vegetation dynamics, palaeoenvironments and climatic changes in the forests of western Cameroon during the last 28,000 years B. P. », Review of palaeobotany and palynology, 99 : 157–187.

Maley J. & Chepstow-Lusty A. 2001. « Elaeis guineensis Jacq. (oil palm) fluctuations in central Africa during the late Holocene : climate or human driving foreces for this pioneering species ? », Vegetation history and archaeobotany, 10 : 117-120.

Maley J., Giresse P., Doumenge C. & Favier C. 2012. « Comment on “Intensifying Weathering and Land Use in Iron Age Central Africa” », Science, 337 : 1040. DOI : 10.1126/science.1221820.

McKey D., Renard D., Zangerlé A., Iriarte J., Montoya K. L. A., Suarez Jimenez L. E., Solibiéda A., Durécu M., Comptour M., Rostain S. & Raimond Ch. 2016. « Écologie historique des champs surélevés anciens et modernes d’Amérique et d’Afrique », in : Saulieu G. de, Elouga M. & Sonké B. (éd.), Pour une écologie historique en Afrique centrale. Yaoundé (Cameroun), Auf-Ird (Agence universitaire de la franco-phonie, Institut de recherche pour le développement) : 45-94.

Morin-Rivat J., Fayolle A., Gillet J.-F., Bourland N., Gourlet-Fleury S., Oslisly R., Bremond L., Bentaleb I., Beeckman H. & Doucet J.-L. 2014. « New evidence of human activities during the Holocene in the lowland forests of the northern Congo Basin », Radiocarbon, 56-1 : 209-220. DOI : 10.2458/56.16485.

Morin-Rivat J., Biwolé A., Gorel A.-P., Vleminckx J., Gillet J.-F., Bourland N., Hardy O., Livingstone Smith A., Daïnou K., Dedry L., Beeckman H. & Doucet J.-L. 2016. « High spatial resolution of late-Holocene human activities in the moist forests of central Africa using soil charcoal and charred botanical remains », The Holocene, 26-12 : 1-16. DOI: 10.1177/0959683616646184.

Morin-Rivat J., Fayolle A., Favier C., Bremond L., Gourlet-Fleury S., Bayol N., Lejeune P., Beeckman H. & Doucet J.-L. 2017. « Present-day central African forest is a legacy of the 19th century human history », eLife Sciences ; 6:e20343. DOI : 10.7554/eLife.20343.

Neumann K., Eggert M., Oslisly R., Clist B., Denham T., Maret P. de, Ozainne S., Hildebrand E., Bostoen K., Salzmann U., Schwartz D., Eichhorn B., Tchiengué B. & Höhn A. 2012. « Comment on “Intensifying Weathering and Land Use in Iron Age Central Africa" », Science, 337 : 1040. DOI : 10.1126/science.1221747.

Nfoumou Obame V., Makaya M’Voubou M., Sebag D., Oslisly R., Brémond L., Mbina Mounguengui M. & Giresse P. 2017. « Le rôle de l’évolution des paysages holocènes dans le comblement des bas-fonds du Parc national de la Lopé, moyenne vallée de l’Ogooué au Gabon », Bois et forêts des Tropiques, revue des sciences forestières au service du Sud, 333-3 : 67-77. http://revues.cirad.fr/index.php/BFT/article/view/ID-BFT-170105.

Ngomanda A., Neumann K., Schweizer A. & Maley J. 2009. « Seasonality change and the third millennium BP rainforest crisis in southern Cameroon (Central Africa) », Quaterny Research, 71-3 : 307-318. DOI : 10.1016/j.yqres.2008.12.002.

Politis G. 2001. « Foragers of the Amazon. The last survivors or the last to succeed ? », in : McEwan C., Barreto C. & Neves E. (eds), Unknown Amazon. London, British Museum Press : 27-49.

Ramesh B. R., Dilip Venugopal P., Pélissier R., Patil S.V., Swaminath M.H. & Couteron P. 2010. « Mesoscale patterns in the floristic composition of forests in the central Western Ghats of Karnataka, India », Biotropica, the scientific Journal of the Association for tropical biology and conservation, 42 : 435-443. DOI : 10.1111/j.1744-7429.2009.00621.x.

Sebag D., Brémond L., Jeffry K. J., M’Vouboum M., Nguetsop F., Oslisly R., Ozwald J. & Saulieu G. de. 2016. « Le rôle des bas-fonds dans l’évolution des paysages du parc national de la Lopé », in : Saulieu G. de, Elouga M. & Sonké B. (éd.), Pour une écologie historique en Afrique centrale, Yaoundé (Cameroun), Auf-Ird (Agence universitaire de la francophonie, Institut de recherche pour le développement) : 141-156.

Saulieu G. de, Ngouoh F. & Oslisly R. 2015. « L’âge du Fer ancien dans le bloc forestier du sud Cameroun: nouvelles données entre Sangmélima et Mintom », Azania, archaeological research in Africa, 50-1 : 76-91. DOI : 10.1080/0067270X.2015.1079081.

Sowunmi M. A. 1998. « The Beginnings of Agriculture in West Africa: Botanical Evidence », Current anthropology, 26-1 : 127-129.

Testart A., 2012. Avant l’Histoire : l’évolution des sociétés de Lascaux à Carnac. Paris, Gallimard (collection « Bibliothèque des sciences humaines »).

Gemerden B. S an, Olff H., Parren M. & Bongers F. 2003. « The pristine rain forest? Remnants of historical human impacts on current tree species composition and diversity », Journal of biogeography, 30-9 : 1381-1390. DOI : 10.1046/j.1365-2699.2003.00937.x.

Vleminckx J., Morin-Rivat J., Biwolé A., Daïnou K., Gillet J.-F., Doucet J.-L., Drouet T. & Hardy T. 2014. « Soil charcoal to assess the impacts of past human disturbances on tropical forests », PLoS One (Public Library of Science), 9-11 : e108121. DOI : 10.1371/journal.pone.0108121.

Warnier J.-P. 1984. « Histoire du peuplement et genèse des paysages dans l’ouest camerounais » Journal of african history, 25 : 395-410.

Yasuoka H. 2013. « Dense Wilde Yam Patches Established by Hunter-Gatherer Camps: Beyond the Wild Yam Question, Toward the Historical Ecology of Rainforest », Human ecology, 41-3 : 465-475. DOI : 10.1007/s10745-013-9574-z.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Marais Porosa dans le Parc national de la Lopé, situé au centre du Gabon. L’imbrication de la forêt, de la savane et de zones marécageuses serait en grande partie un héritage des activités humaines anciennes. © R. Oslisly.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/4191/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 688k
Légende Fig. 2 – Champs surélevés précoloniaux dans la réserve présidentielle de Wonga-Wongué au sud de Libreville, Gabon. © R. Oslisly.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/4191/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 880k
Légende Fig. 3 – Des anthrosols probablement comparables aux terra preta amazoniennes existent en Afrique centrale, comme ici au sud‑est du Cameroun. © G. de Saulieu.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/4191/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Geoffroy de Saulieu, David Sebag et Richard Oslisly, « Vers une écologie historique
de la forêt d’Afrique centrale
 », Les nouvelles de l'archéologie, 152 | 2018, 24-28.

Référence électronique

Geoffroy de Saulieu, David Sebag et Richard Oslisly, « Vers une écologie historique
de la forêt d’Afrique centrale
 », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 152 | 2018, mis en ligne le 03 octobre 2018, consulté le 14 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/nda/4191 ; DOI : 10.4000/nda.4191

Haut de page

Auteurs

Geoffroy de Saulieu

Ird, Umr 208 Paloc « Patrimoines locaux et gouvernanc  » (Institut de recherche pour le développement, Muséum national d’histoire naturelle), Paris,
geoffroy.desaulieu@ird.fr

Articles du même auteur

David Sebag

Normandie Université, Unirouen, Unicaen, Cnrs, M2C, Rouen ; Institute of Earth Surface Dynamics, Geopolis, University of Lausanne, Lausanne, Switzerland ; Hsm, Ird, Cnrs, Université de Montpellier, Montpellier,
david.sebag@ird.fr

Richard Oslisly

Ird, Umr 208 Paloc « Patrimoines locaux et gouvernance » (Institut de recherche pour le développement, Muséum national d’histoire naturelle), Paris ; Agence Nationale des Parcs Nationaux,
BP 20379 Libreville, Gabon,
richard.oslisly@ird.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals