Navigation – Plan du site

Penser l’histoire des paysages avec les sanctuaires boisés

L’exemple de la région des Grassfields (Cameroun)
Matthieu Salpeteur
p. 35-40

Texte intégral

Introduction

1L’écologie historique a, jusqu’à présent, essentiellement été appliquée à des paysages de forêts denses, dans le bassin amazonien. Cette approche peut se révéler riche dans un autre contexte, celui des savanes arborées, que l’on rencontre notamment en Afrique de l’Ouest, centrale et orientale.

2Dans toute cette zone et quel que soit leur champ d’investigation, les scientifiques qui travaillent sur les dynamiques forestières sont confrontés au phénomène des « bois sacrés ». Cette expression, dont l’usage est documenté dès le début du xviiie siècle (Bosman 1704), renvoie à un ensemble de sites dont la caractéristique commune est d’associer un couvert forestier plus ou moins important à un ensemble de prescriptions, souvent à caractère rituel, qui encadrent ou limitent les activités humaines pouvant y prendre place. Or, ce qui rend ces sites particulièrement intéressants pour appréhender l’histoire des paysages sur le long terme, c’est qu’ils sont le résultat de dynamiques multiples imbriquées en des lieux uniques. Ces dynamiques sont à la fois liées à l’histoire locale, à des pratiques rituelles qui sont elles-mêmes parfois en lien avec elle, et à un ensemble d’activités affectant le couvert végétal de manière hétérogène. Nous verrons ainsi, à travers l’exemple des « bois sacrés » de l’ouest du Cameroun, ce que l’étude de sites aussi singuliers permet de comprendre quant à l’évolution des paysages de ces régions sur le temps long.

Les sanctuaires boisés :
reliques d’un passé lointain ou espaces dynamiques ?

3Les expressions « bois sacré » ou « forêt sacrée », bien que fort répandues, se révèlent inadéquates pour caractériser les sites dont il est question. Comme l’ont montré D. Liberski-Bagnoud et al. (2010) dans leur pertinente synthèse, d’une part, le couvert forestier qui leur est associé peut être très variable, allant de quelques arbres à des massifs de plusieurs centaines d’hectares de superficie et, d’autre part, la notion de sacré, qui renvoie à la fois à une notion de prescription de contact pour les hommes et à l’idée d’une présence divine dans l’objet concerné (Benveniste 1969), ne permet pas de décrire de manière appropriée les significations qu’ils revêtent pour les populations locales, les fonctions qu’ils jouent ni les pratiques rituelles qui y sont mises en œuvre. La notion de « bois sacré » renvoie de plus à une idée d’interdit, de mystère et de magie qui habite l’imaginaire occidental à propos des pratiques rituelles africaines et qu’il importe de déconstruire (Juhé-Beaulaton 2010a). On préférera donc la notion de « sanctuaires boisés » proposée par ces auteurs, ou encore celle de « lieux exceptés » (Czarnowski 1921, cité dans Liberski-Bagnoud et al. 2010), qui souligne une de leurs caractéristiques essentielles : ils ne font pas tant l’objet d’interdits que de prescriptions, positives – certains actes doivent être réalisés en leur sein –, ou négatives – d’autres actes sont au contraire prohibés (Liberski-Bagnoud et al. 2010).

4De manière intéressante, on retrouve à propos des sanctuaires boisés des questions similaires à celles posées autour de l’action des groupes humains sur les forêts en général. Le discours encore dominant, aussi bien chez de nombreux botanistes que chez les gestionnaires forestiers, désigne ces sites comme étant des reliques à un double titre (Juhé-Beaulaton 2010a). D’un point de vue écologique tout d’abord, ils sont vus comme les reliquats d’un ancien couvert forestier qui était nécessairement plus important auparavant et a été dégradé. D’un point de vue socioculturel ensuite, ils apparaissent comme les témoins de pratiques passées qui ont conduit à leur protection ou à leur mise en défens, mais qui sont aujourd’hui menacées ou ont déjà disparu. Ce que Sheridan appelle la « théorie des reliques » en fait les témoins d’un passé écologique et humain et tend ainsi à effacer les dynamiques qui sont à l’œuvre autour d’eux, jusqu’à aujourd’hui (Sheridan 2008). On retrouve ce discours à propos des sanctuaires boisés de la région des Grassfields chez une majorité d’acteurs (botanistes, agents forestiers, membres d’associations de conservation de la nature, etc.). Ils les considèrent à la fois comme les seuls reliquats des forêts denses qui couvraient auparavant la région et comme des espaces menacés de disparition du fait du non-respect des traditions anciennes qui les gouvernaient jadis. Or, les deux éléments de ce discours se révèlent partiellement erronés lorsqu’on étudie en détail les mécanismes qui ont conduit à leur mise en place, les modes de gestion dont ils font l’objet et les dynamiques politiques aujourd’hui à l’œuvre dans les royaumes de cette région.

Fig. 1 – Carte des Grassfields indiquant la position des principaux sites étudiés.

Les sanctuaires boisés des Grassfields

  • 1 Les royaumes des Grassfields sont des systèmes politiques centralisés qui associent un personnage c (...)

5La région des Grassfields, située dans l’ouest et le nord-ouest du Cameroun, est une région de hauts-plateaux volcaniques caractérisée par une certaine homogénéité linguistique et culturelle. Elle abrite une centaine de royaumes1 dont le rôle a beaucoup évolué à travers l’histoire, notamment durant la période coloniale, mais qui jouent encore un rôle central dans la vie quotidienne des populations locales (Warnier 2012). Les rois, fo ou fon, ont par exemple le statut d’auxiliaires de l’administration nationale, et ont autorité pour traiter des conflits fonciers ou pour régler les problèmes ne relevant pas des tribunaux de l’État camerounais.

6Les données présentées ici ont été recueillies en 2009 et 2010. Les quinze sites étudiés se trouvent pour la plupart dans la partie occidentale des Grassfields, aux environs de Dschang. Quelques autres ont été visités au centre même du plateau, autour de Bandjoun, près de Djimom dans le pays bamoum au nord de Foumban, et sur les contreforts sud-ouest du plateau, dans le royaume de Fondjomekwet.

Les forêts de palais

7Il existe deux types distincts de sanctuaires boisés dans la région : les forêts royales et celles abritant des sanctuaires dédiés aux puissances tutélaires du territoire (Salpeteur 2010). Dans chaque royaume, une ou plusieurs forêts sont étroitement associées au pouvoir royal. Généralement situées à proximité immédiate du palais, elles en sont l’extension indispensable permettant d’accueillir une partie des institutions qui régissent la vie du royaume ainsi qu’un ensemble de sanctuaires liés à la famille royale et au royaume dans son ensemble. Dans cette région de collines, l’organisation de l’espace suit une échelle inversée : le bas, associé aux cours d’eau et aux champs fertiles, est valorisé alors que le haut, associé aux sommets de colline parfois non cultivés ou laissés en pâturage, est dévalorisé (Pradelles de Latour 1997 : 45). Généralement situées en contrebas du palais, les forêts qui s’y rattachent descendent jusqu’au cours d’eau le plus proche. Elles sont composées d’une multitude d’espaces aux fonctions diverses. Elles abritent tout d’abord le cimetière royal (fam /fem), la ou les case(s) contenant les crânes des rois défunts ainsi que, dans certains royaumes, l’enclos utilisé pour l’initiation des nouveaux rois (lakam). À ces premiers sites cérémoniels, liés au culte des ancêtres, s’ajoutent des arbres jouant un rôle particulier, pouvant être situés dans la forêt, dans le palais ou sur la grande place du royaume. Ces arbres (Ceiba pentandra, Ficus adolfi-friderici, etc.) sont associés aux divinités tutélaires du territoire ou à la famille royale, à moins qu’ils ne soient dédiés à certaines sociétés secrètes. Des offrandes rituelles sont versées périodiquement à leur pied.

  • 2 Ces catégories désignent les enfants du roi en exercice et les enfants des rois précédents n’ayant (...)

8Hauts lieux rituels, les forêts de palais jouent également un rôle important au niveau sociopolitique. Elles accueillent en leur sein les maisons de réunion des principales sociétés secrètes gérant les affaires du royaume. Les conseils de dignitaires, les sociétés de princes ou de princesses2 ainsi que celles ayant un caractère exclusivement rituel ou religieux s’y réunissent lors de jours réservés. Enfin, les forêts de palais abritent très souvent un tribunal coutumier, où étaient jugées les affaires graves – impliquant par exemple des accusations de sorcellerie ou de vols –, parfois par ordalie. Un lieu d’enfermement destiné aux coupables est parfois construit à proximité.

9L’organisation spatiale des forêts de palais reflète les nombreuses fonctions qu’elles assurent : elles sont découpées en secteurs clairement délimités, parfois par des clôtures ou des haies vives, qui correspondent chacun à une fonction précise. On y trouve ainsi le cimetière royal, l’enclos et la maison des crânes de la famille régnante, les quartiers réservés aux princes, aux sociétés secrètes, au tribunal coutumier. Les possibilités d’accès à ces espaces varient en fonction du secteur concerné. Couvrant la partie arrière de chaque palais, ces forêts sont un centre rituel et politique, où les affaires spirituelles et séculaires du royaume sont traitées.

Les forêts associées
aux puissances tutélaires du territoire

  • 3 Nous utilisons ici une transcription phonétique simple, sans tenir compte des tons. Les termes en l (...)

10Les forêts associées aux puissances tutélaires du territoire sont, elles, disséminées sur l’ensemble du territoire des chefferies. Elles abritent systématiquement un sanctuaire dédié à un ou plusieurs si3, divinités associées à la terre (si signifiant à la fois « dieu » et « terre ») et à différents arbres (majoritairement Ficus sp.). Les lieux qui leur sont associés sont souvent des sites naturels remarquables : source, chute d’eau, grotte, rocher imposant, etc. On trouve ce type de sanctuaire à différentes échelles du territoire, de la concession lignagère au royaume.

11Lors de la création d’une nouvelle concession, un spécialiste rituel (devin-guérisseur) identifie l’arbre abritant la divinité tutélaire du lieu, qui devient ainsi l’arbre « sacré » de la concession. La divinité tutélaire joue à partir de ce moment un rôle lignager. Elle est notamment réputée intervenir dans le « façonnage » des enfants à naître dans les maisonnées (Pradelles de Latour 1997 : 52). Lorsque les concessions sont déplacées, ce qui est notamment arrivé durant les années 1950 et 1960, pendant la guerre civile qui a marqué l’accession du Cameroun à l’indépendance, ces arbres conservés constituent le centre de petits sanctuaires lignagers, indiquant l’emplacement de l’ancienne concession du fondateur du lignage.

12On trouve ensuite une série de sanctuaires dédiés à des divinités tutélaires du territoire, échelonnés à différents niveaux : quartiers, villages et enfin royaumes ; la taille du territoire sur lequel ces divinités ont une influence varie en fonction de cette échelle. Certains dignitaires du royaume ont également le privilège d’avoir sur leurs terres un bois sacré abritant une ou plusieurs puissances tutélaires. La présence de cet ensemble de sanctuaires permet un « maillage rituel » du territoire : chaque parcelle de terrain, chaque concession, dépend d’une série hiérarchisée de divinités tutélaires, qui interviennent à différents niveaux dans la vie de ses habitants.

Des modes de gestion distincts

13De manière tout à fait intéressante, les deux types de sanctuaires font l’objet de modes de gestion différents qui, globalement, suivent les mêmes principes dans toute la région, même si des disparités importantes peuvent être observées d’un site à l’autre.

14Les sanctuaires associés aux palais royaux, du fait de leur position, sont placés sous la responsabilité du roi et des spécialistes rituels en charge du cimetière royal et des autels que chaque forêt abrite. Les prélèvements autorisés dans chaque secteur varient en fonction des modalités d’accès : les secteurs périphériques sont généralement ouverts aux membres de la famille royale, notamment aux épouses et à leurs enfants, qui peuvent ramasser le bois mort et les fruits éventuellement disponibles. Les prélèvements dans les autres secteurs sont en revanche exclusivement réservés aux membres des conseils du palais et des sociétés secrètes qui y ont accès, et se limitent aux plantes médicinales et aux fruits. La coupe de bois est interdite.

15Dans les sanctuaires associés aux divinités tutélaires du territoire, les prélèvements sont sous la responsabilité des spécialistes rituels en charge des autels, qui peuvent par exemple autoriser celui de plantes médicinales ou d’écorces, ou s’en charger eux-mêmes.

16Dans les deux cas, les sanctuaires boisés sont des espaces fortement anthropisés : des clairières et des sentiers sont aménagés et régulièrement nettoyés, des maisons sont construites (par exemple pour les sociétés secrètes du palais), des espèces végétales sont prélevées ou au contraire plantées, comme Ficus adolfi-friderici, dans un but rituel. Ils ne peuvent être considérés comme le simple résultat du développement naturel des écosystèmes locaux, sans perturbation humaine.

Les sanctuaires boisés sont-ils le reliquat d’un ancien couvert forestier ?

17Pour répondre à cette question, nous nous référons à deux types de données : les relevés botaniques réalisés dans les sites étudiés et les enquêtes conduites auprès de leurs usagers et responsables, documentant notamment leur histoire et les processus de leur mise en place.

18D’un point de vue botanique, la plupart des forêts visitées sont des massifs de taille moyenne, estimée à moins de dix hectares. Seules celles de Bangang (Mbing Mekoup) et de Djimom ont une superficie supérieure, avec la grande forêt de Fondjomekwet qui constitue un cas particulier : elle correspond en effet à l’avancée d’un massif qui s’étend sur plusieurs kilomètres dans la plaine jouxtant le plateau.

19La richesse botanique semble assez limitée, d’après les observations effectuées. La plupart des forêts visitées sont en effet majoritairement composées d’espèces assez courantes dans la région, dont beaucoup sont utiles : Canarium schwenfurthii, Albizia zygia, Polyscias fulva, Voacanga africana, Afzelia africana, Ficus exasperata, Nuxia congesta, Rapanea neriifolia, etc. À ces espèces s’en ajoutent d’autres, couramment plantées et exploitées en dehors des forêts, et que l’on retrouve fréquemment en leur sein : Cola sp., Eucalyptus camaldulensis, Elais guinensis, etc.

20Cependant, certains massifs semblent receler une richesse spécifique plus grande. C’est le cas de la grande forêt de Djimom, où plusieurs espèces de Rinorea (Violacées) ont été observées, ce qui indique qu’elle constitue certainement un refuge pour certaines espèces rares dans la zone. Il faut ici préciser qu’elle est en marge de la principale zone d’étude et s’inscrit dans un écosystème différent de celui des autres forêts étudiées (savane arbustive à Terminalia glaucescens, avec avancée d’éléments soudano-zambéziens : Letouzey 1985). De même, les forêts de Fongo-Tongo et de Bangang, qui existent depuis plus d’un siècle et sont assez bien préservées, sont relativement riches. Les résultats de l’inventaire floristique très complet effectué par des étudiants de l’université de Dschang dans la forêt de Bangang indiquent une faible capacité de régénération : elle s’est étendue en superficie mais appauvrie en termes d’espèces (quasi-disparition de Prunus africana et Xymalo monospora). La grande forêt de Fondjomekwet appartient à un lambeau de forêt dense qui subsiste dans la plaine jouxtant le plateau à cet endroit et qui est en contact avec les amas forestiers de la plaine (réserve de Santchou notamment). C’est une forêt atlantique à Caesalpiniaceae rares, avec des éléments de forêts semi-caducifoliées (Letouzey 1985). Son éloignement semble l’avoir préservée de l’exploitation forestière : en effet, elle n’est pas accessible par la route et les prélèvements de bois vert y sont rares. Ce massif de très grande taille (environ quinze kilomètres de longueur et une largeur variant de 400 mètres à plusieurs kilomètres) constitue un refuge pour des espèces végétales et animales, dans une région peu boisée.

21Les données botaniques tendent à montrer que les sites étudiés, majoritairement constitués d’espèces utiles, présentent une diversité spécifique limitée. Loin de prouver qu’ils sont les reliquats d’un ancien couvert forestier, ces données indiquent au contraire qu’ils sont relativement récents et que les hommes ne sont pas étrangers à leur mise en place. Toutefois, certains cas corroborés par des enquêtes orales tendent à indiquer l’existence ancienne des massifs forestiers les plus grands : Bangang, Djimom, Fongo-Tongo et Fondjomekwet.

22L’histoire de la région et l’étude des grands événements qui l’ont marquée permettent de comprendre de manière plus détaillée encore les dynamiques qui ont accompagné la mise en place des sanctuaires boisés. Comme nous l’avons vu, les palais royaux des Grassfields sont toujours associés à un espace boisé plus ou moins grand qui abrite les maisons de réunion des conseils et sociétés secrètes gouvernant le royaume, le cimetière royal, parfois le siège du tribunal royal, ainsi que divers autels dédiés aux divinités tutélaires du territoire ou aux ancêtres royaux, c’est-à-dire toutes les institutions indispensables au fonctionnement du royaume. Or, depuis le xviie siècle au moins, la région a été le théâtre d’affrontements récurrents entre royaumes, qui se sont traduits par des annexions et des extensions territoriales entraînant la destruction ou le déplacement des palais royaux, en fonction de la configuration géopolitique locale.

23Lorsqu’un palais était détruit puis reconstruit ailleurs, une nouvelle forêt sacrée devait être mise en place. Des personnes interrogées dans le cadre de nos enquêtes soutiennent que le nouvel emplacement du palais était toujours choisi en fonction de l’existence préalable d’une forêt qui pourrait lui être associée. Cependant, d’autres informateurs précisent que ce choix était surtout déterminé par des objectifs stratégiques. En l’absence d’îlot forestier, une zone était mise en défens autour du nouveau palais, la croissance rapide de la végétation formant un couvert suffisamment dense pour abriter les maisons des conseils et sociétés du royaume.

24Les forêts de palais abandonnées, qui abritaient toujours des autels et des arbres sacrés dédiés aux divinités tutélaires du territoire, continuaient partiellement de remplir leur fonction de sanctuaire boisé. Des offrandes y étaient apportées sous la responsabilité d’un spécialiste rituel. Les déplacements de palais royaux ayant été nombreux dans la région, leurs anciennes forêts sont donc passées du statut de forêt royale à celui de forêt associée aux divinités tutélaires du territoire. Dans le même temps, de nouvelles forêts ont été « créées » par la mise en défens d’espaces autour des nouveaux palais royaux.

25Si l’on adopte une perspective sur le long terme, on observe que ces mécanismes ont conduit à une sorte d’« essaimage » des sanctuaires boisés à travers le territoire des royaumes de la région, en fonction des événements qui ont marqué l’histoire locale. Dans chaque royaume, il est ainsi possible d’identifier les emplacements successifs du palais royal, qui sont quasiment toujours associés à un sanctuaire boisé encore en activité aujourd’hui.

26Ces éléments de botanique et d’histoire permettent de mieux comprendre comment les sanctuaires boisés sont apparus et ont évolué. Il apparaît ainsi qu’ils ne peuvent pas, pour la plupart, être considérés comme les reliquats d’un ancien couvert forestier. Il est tout à fait possible que certains massifs aient effectivement été préservés pendant de très longues périodes mais, comme nous l’avons vu, ils abritent toujours un grand nombre d’activités humaines, et doivent donc plutôt être considérés comme le résultat original d’interactions complexes entre ces activités et les dynamiques propres aux -écosystèmes de la région.

Les sanctuaires boisés sont-ils les reliques d’anciennes pratiques rituelles, aujourd’hui abandonnées ?

27Dans les Grassfields, les sanctuaires boisés sont des lieux vivants, rarement abandonnés. Si les habitants mentionnent régulièrement des cas d’abandon ou de délaissement, ils ne concernent que des sanctuaires lignagers, situés dans les concessions, et non des sanctuaires jouant un rôle au niveau des quartiers ou des royaumes dans leur ensemble. L’activité rituelle y reste très importante et des consultations auprès des divinités tutélaires y sont réalisées un ou deux jours par semaine. De plus, des rituels en lien avec l’histoire de chaque royaume y sont parfois célébrés, pour commémorer sa fondation ou un événement particulier, par exemple une victoire.

28Lors de la pénétration allemande puis française dans la région, l’intervention des Européens dans les successions royales a suscité de nombreux conflits qui ont abouti, dans les royaumes Foto, Ntsingla et Foréké-Dschang, à des situations de quasi-guerre civile entre des factions rivales prêtes à user de tous les moyens, y compris magiques (malédictions, intervention de spécialistes rituels, etc.). De nombreux sites sacrés présents dans la région sont liés aux cérémonies de réconciliation collective effectuées pour mettre fin à ces graves conflits : un arbre était planté lors d’un rituel, dans chaque quartier du royaume ainsi que sur la grande place du palais, pour « enterrer la hache de guerre » et mettre un terme à la malédiction menaçant la population. Jusqu’à nos jours, chaque année, une cérémonie célèbre la réconciliation collective et réactive la protection rituelle apportée par le sanctuaire. Les sites concernés sont toujours des sanctuaires boisés, associés à une ou plusieurs divinités tutélaires. Tel est notamment le cas, par exemple, de Mbing Fomoughou, « la forêt du roi des éperviers », à Ntsingla.

29Un autre élément important à prendre en compte pour qui s’intéresse au rôle contemporain des sanctuaires boisés concerne les dynamiques sociopolitiques à l’œuvre dans les royaumes de la région. Elles sont marquées par deux tendances fortes.

  • 4 Cette association italienne regroupe des laïcs chrétiens engagés pour la promotion intégrale de l’h (...)
  • 5 www.museumcam.org
  • 6 www.routedeschefferies.com

30D’une part, la valorisation du patrimoine culturel commencée dans les années 1980 par le Centro orientamento educativo ou Coe4, avec la construction de musées dans quatre chefferies de l’ouest et du nord-ouest à Baham, Bandjoun, Mankon et Babungo5, se poursuit aujourd’hui avec la « Route des chefferies »6. Ce programme, conduit dans le cadre d’une coopération décentralisée entre les villes de Nantes et de Dschang, incite les chefferies partenaires à construire des musées et des hébergements destinés aux touristes afin de développer le tourisme culturel. Parallèlement, de plus en plus de chefferies organisent des festivals culturels, annuels ou bisannuels, pour promouvoir leur culture spécifique. Dans ce contexte, la mise en valeur des sanctuaires boisés, en tant que composants du patrimoine naturel et culturel local, prend de l’importance.

31D’autre part, les royaumes de la région sont le lieu d’une compétition politique entre les « nouvelles élites », qui regroupent des individus ayant réussi dans la sphère économique, politique ou académique et souhaitant voir reconnu leur nouveau statut par la hiérarchie traditionnelle, par la cour royale, et les élites traditionnelles, formées d’individus ayant hérité de titres et de fonctions dans les cours royales.

32Pour marquer leur différence, celles-ci s’appuient sur les éléments de la tradition comme outil de distinction sociale. Les rois ne font pas exception, qui mobilisent les ressources à leur disposition pour souligner leur statut supérieur. Les sanctuaires boisés des palais royaux, étroitement associés à leur pouvoir, en font évidemment partie. On observe ainsi depuis quelques années, à l’initiative de certains rois, le reboisement des forêts sacrées dont ils souhaitent accroître la surface et la densité pour renforcer leur prestige qui rejaillit sur eux. Les institutions politiques que constituent les royaumes jouent un rôle majeur dans l’apparition de rapports politiques nouveaux ; la mise en avant de ces institutions, voire parfois la réactivation de structures anciennes, font partie intégrante de ce processus politique. Les forêts sacrées, notamment royales, et d’une manière générale le patrimoine culturel des chefferies, constituent une assise sur laquelle les chefs s’appuient pour renforcer leur légitimité dans le Cameroun contemporain.

33Les sanctuaires boisés de l’Ouest-Cameroun, tels qu’ils peuvent être observés aujourd’hui, semblent au premier coup d’œil avoir toutes les caractéristiques de forêts « naturelles », n’ayant pas subi d’influence humaine majeure. Cependant, comme nous l’avons vu, ils ne peuvent en aucun cas être considérés comme les reliques d’un passé écologique et social, ils sont le résultat d’interactions multiples entre les groupes humains et les écosystèmes locaux, interactions qui ont pris des formes diverses à travers l’histoire.

34Aujourd’hui au cœur de dynamiques sociopolitiques très fortes, les sanctuaires boisés sont des sites vivants qui évoluent sans cesse. Les modes de gestion mis en œuvre en leur sein peuvent avoir des impacts très différents : certaines activités modifient la diversité des espèces végétales, d’autres limitent le développement du couvert forestier, d’autres encore le favorisent. Ainsi, ne peut-on les considérer comme des conservatoires de la biodiversité préservés par les sociétés locales, qui ne leur assignent pas cette fonction. En revanche, ils jouent probablement un rôle dans la conservation d’une biodiversité « ordinaire » (Liberski et al. 2010), en rendant un certain nombre d’espèces disponibles pour les communautés humaines vivant à proximité. Il est également possible qu’ils constituent des refuges pour des espèces plus rares, ou forment des corridors écologiques ou des réseaux à l’échelle régionale, mais ces hypothèses demandent à être confirmées par des études approfondies.

Conclusion

35La prise en compte de l’histoire et des dynamiques socio-politiques apporte des éléments supplémentaires de compréhension des mécanismes et des logiques à l’œuvre autour des sanctuaires boisés de l’ouest du Cameroun, à différents pas de temps. Des observations similaires ont été réalisées à propos des sanctuaires boisés au Bénin, au Togo et au Burkina-Faso (Juhé-Beaulaton 2010b ; Juhé-Beaulaton & Salpeteur 2018). C’est à partir de ces études que se révèle pleinement l’intérêt de l’écologie historique : en intégrant la dimension temporelle dans l’analyse des interactions sociétés-environnement, elle oblige à penser ces interactions en termes de dynamiques, d’évolutions et permet ainsi de dépasser les descriptions statiques, atemporelles, qui ont souvent été utilisées pour les décrire. Dans le cas des sanctuaires boisés, la perspective historique permet, comme on l’a vu, d’analyser de manière approfondie les dynamiques paysagères qui résultent des activités humaines observées à un temps t.

36Les écosystèmes forestiers ne sont pas des systèmes statiques. Ce sont au contraire des systèmes en perpétuelle transformation, qui évoluent avec le temps. De même, les sociétés humaines ne sont pas statiques. Elles s’inscrivent dans une histoire, sont en permanence traversées de dynamiques. Ainsi, les savoirs et pratiques mobilisés pour interagir avec les milieux forestiers ne sont pas le fruit d’une création sui generis à chaque génération mais bien celui d’un processus de transmission, entre générations et entre groupes sociaux, qui autorise le développement d’un corpus évoluant avec le temps. Ce à quoi nous invite l’écologie historique, c’est finalement à un réexamen critique des interactions entre les sociétés humaines et les forêts, en prenant en compte les différentes échelles de temps dans lesquelles elles s’inscrivent. On ne peut comprendre les processus complexes à l’œuvre en s’appuyant sur des postulats simplistes associant l’action humaine à la dégradation du couvert forestier, et réciproquement. Les travaux inspirés par cette approche ont révolutionné l’histoire de l’occupation humaine du bassin amazonien dans les années 1980. Il reste aujourd’hui à faire la même chose pour les vastes forêts d’Afrique centrale et des régions voisines.

Haut de page

Bibliographie

Benveniste E. 1969. Le vocabulaire des institutions indo-européennes : 2, Pouvoir, droit, religion. Paris, Éditions de Minuit.

Czarnowski S. 1923. « Le morcellement de l’étendue et sa limitation dans la religion et la magie », in : Actes du V e congrès international d’histoire des religions. Paris, Librairie Honoré Champion.

Juhé-Beaulaton D. 2010a. « Introduction. Forêts sacrées : des structures sociales et symboliques, une biodiversité à mieux cerner », in : Juhé-Beaulaton D. (dir.), Forêts sacrées et sanctuaires boisés : des créations culturelles et biologiques (Burkina-Faso, Togo, Bénin). Paris, Éditions Karthala : 5-20.

Juhé-Beaulaton D. 2010b. « Histoire et devenir des bois sacrés en pays vodou (Sud-Togo et Bénin) », in : Juhé-Beaulaton D. (dir.), Forêts sacrées et sanctuaires boisés : des créations culturelles et biologiques (Burkina-Faso, Togo, Bénin). Paris, Éditions Karthala : 23-57.

Juhé-Beaulaton D. & Salpeteur M. 2018. « Sacred groves in african contexts (Benin, Cameroon). Insights from history and anthropology », in : Woudstra J., Roth C. (eds.), A History of Groves. London (Rouaume Uni), Routledge : 119-134.

Letouzey R. 1985. Carte phytogéographique du Cameroun. Yaoundé (Cameroun), Irad (Institut de recherche agricole pour le développement) ; Toulouse, Iciv (Institut de la carte internationale de la végétation).

Liberski-Bagnoud D., Fournier A. & Nignan S. 2010. « Les “bois sacrés”, faits et illusions : à propos des sanctuaires boisés des Kasena (Burkina Faso), in : Juhé-Beaulaton D. (dir.), Forêts sacrées et sanctuaires boisés : des créations culturelles et biologiques (Burkina Faso, Togo, Bénin). Paris, Éditions Karthala : 59-90.

Pradelles de Latour C.-H. 1997. Le crâne qui parle. Paris, Éditions Épel (2e éd. de Ethnopsychanalyse en pays Bamiléké, 1991).

Salpeteur M. 2010. « Espaces politiques, espaces rituels : les bois sacrés de l’Ouest Cameroun », Autrepart, 55-3 : 19-38. DOI : 10.3917/autr.055.0019.

Sheridan M. 2008. « The dynamics of African sacred groves : ecological, social, and symbolic processes », in : Sheridan M. & Nyamweru C. (eds.), African sacred groves : ecological dynamics and social change. Oxford (Royaume Uni, James Currey ; Athens (Ohio, États-Unis), Ohio University Press ; Pretoria (Afrique du Sud), Unisa (The University of South Zfrica) Press : 9-41.

Warnier J.-P. 2009. Régner au Cameroun. Le Roi-Pot. Paris, Karthala.

Warnier J.-P. 2012. Cameroon Grassfields Civilization. Bamenda (Cameroun), Langaa Rpcig (Research and Publishing Common Initiative).

Haut de page

Notes

1 Les royaumes des Grassfields sont des systèmes politiques centralisés qui associent un personnage central, primus inter pares, à un ensemble de conseils réunissant les chefs des lignages dominants du royaume. Bien que le terme de « chefferie » soit couramment utilisé pour désigner ces entités, les attributs et les fonctions du personnage central, ainsi que le système dans son ensemble, sont à rapprocher des autres royautés observées ailleurs en Afrique subsaharienne (Warnier 2009 : 46).

2 Ces catégories désignent les enfants du roi en exercice et les enfants des rois précédents n’ayant pas hérité du trône, ainsi que leur descendance.

3 Nous utilisons ici une transcription phonétique simple, sans tenir compte des tons. Les termes en langue vernaculaire sont issus du yémba, parlé essentiellement dans le département de la Ménoua. Ils ne valent donc pas pour l’ensemble du pays bamiléké.

4 Cette association italienne regroupe des laïcs chrétiens engagés pour la promotion intégrale de l’homme, pour une société plus libre, solidaire et renouvelée dans la culture.

5 www.museumcam.org

6 www.routedeschefferies.com

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Carte des Grassfields indiquant la position des principaux sites étudiés.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/4215/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Matthieu Salpeteur, « Penser l’histoire des paysages avec les sanctuaires boisés », Les nouvelles de l'archéologie, 152 | 2018, 35-40.

Référence électronique

Matthieu Salpeteur, « Penser l’histoire des paysages avec les sanctuaires boisés », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 152 | 2018, mis en ligne le 08 octobre 2018, consulté le 12 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/nda/4215 ; DOI : 10.4000/nda.4215

Haut de page

Auteur

Matthieu Salpeteur

Ird, Umr 208 Paloc « Patrimoines locaux et gouvernance » (Institut de recherche pour le développement, Muséum national d’histoire naturelle), Paris,
matthieu.salpeteur@ird.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals