Navigation – Plan du site

Les sens de la forêt

Usages et évolutions de la forêt humide et de la mangrove de Siberut et Nias, Sumatra, Indonésie
Dominique Guillaud et Ariadna Burgos
p. 41-47

Texte intégral

1Cet article questionne la nature et la signification des forêts en Asie du Sud-Est, en essayant d’y déceler des éléments permettant de comprendre leur évolution dans un temps plus ou moins long, par la mobilisation d’approches ethnoécologiques, anthropologiques, historiques, complémentaires de l’archéologie. L’article se focalise sur un exemple permettant de prendre en compte à une échelle maîtrisable plusieurs facteurs que l’archéologie seule ne considère pas. Cet exemple est celui de la petite île de Siberut, remarquable par la préservation apparente de sa forêt, qui fera l’objet d’une comparaison avec l’île voisine (située à 150 km au nord) de Nias, et avec d’autres terrains proches ou lointains de la région.

  • 1 Plus de 60 % de la surface de l’île est couverte d’une forêt considérée comme « primaire », dominée (...)
  • 2 Whittaker (2006) indique que la surface de la forêt en 1985 était de 3 500 km² et qu’elle est passé (...)

2Ces deux îles diffèrent par leur morphologie et leurs paysages. Les altitudes sont plus élevées à Nias, île rocheuse culminant à presque 900 m, contre 400 m à Siberut où les terrains meubles à la topographie basse forment d’immenses marécages, ponctués de quelques collines molles au centre de l’île. Le contexte climatique des deux îles est comparable (3 à 4 mètres de pluie par an), mais la forêt humide, bien présente à Siberut1, a été entièrement remplacée à Nias par des formations anthropiques de forêt secondaire plus sèche, de fourrés, voire de savane. Contrairement à sa voisine, le milieu naturel de Siberut a conservé de nombreuses traces de son écologie ancienne : il accueille plus de 896 espèces de plantes vasculaires appartenant à 390 genres et 131 familles et abrite entre autres quatre espèces endémiques de primates (Macaca siberu, Simias concolor, Presbytis potenziani, Hylobates klossii), phénomène exceptionnel sur une si petite île (Abegg 2008 ; Ave & Sunito 1990 ; Roos et al. 2003). Siberut couvre 4 030 km2, dont 1 905 km2 de forêt protégée2 ; Nias 5 625 km², dont 371 km2 sont protégés (Badan Pusat statistik Nias 2013). À côté de la forêt humide, la mangrove joue dans ces îles un rôle socio-économique important pour les peuplements actuels et anciens.

3Si les petites îles ont pu représenter un sanctuaire pour certaines espèces, ce sont aussi des environnements fragiles où la moindre perturbation peut entraîner des changements importants. L’homme parvient facilement à contrôler et à façonner leurs paysages, qui sont de bons révélateurs des relations entre la société et son environnement. La forêt est ici un témoin singulier pour comprendre des facteurs d’ordre écologique, mais aussi économique et politique qui ont influé sur le long terme sur l’évolution des paysages. Alors que les archéologues ont souvent promu une vision assez uniforme des anciennes sociétés de la forêt, catégorisées comme communautés de chasseurs-cueilleurs, l’analyse des représentations, interprétations et usages associés à cet écosystème est l’occasion d’illustrer la diversité de la catégorie de « forêt » et de ses habitants, et de montrer l’intérêt d’une approche en termes d’écologie historique où différentes dimensions sociales, économiques et politiques pourraient venir enrichir la connaissance du passé (Balée & Erickson 2006).

Des informations lacunaires sur le passé des forêts

  • 3 Même si cette remarque est faite par Higham à propos du Hoabinhien, elle est valable pour d’autres (...)

4L’une des caractéristiques archéologiques des milieux forestiers, dans les îles du Sud-Est asiatique comme ailleurs, est l’absence ou la discrétion de traces visibles des anciennes occupations, ennoyées sous l’alluvionnement et l’humification. Pour reconstituer les occupations forestières anciennes, les archéologues s’appuient sur les seules archives archéologiques conservées dans les abris-sous-roche, ce qui a conduit Higham (2013 : 26) à dénoncer la « tyrannie » de ces sites3. Une autre caractéristique réside dans le fait que les trouvailles se limitent aux outils fabriqués à partir de matériaux durables, en l’occurrence la pierre, l’industrie sur matière végétale n’étant pas conservée (id : 24). De fait, la visite de sites abandonnés depuis peu par les chasseurs-cueilleurs confirme l’anéantissement rapide de tout vestige d’occupation basée sur l’emploi de végétaux.

5Le même constat s’applique à Siberut. Si on relève l’ubiquité et la prévalence du végétal dans l’arsenal technologique des populations actuelles, aucun site de l’île ne permet une reconstitution archéologique très complète (Forestier et al. 2006 : 124). Celui de Toinong Onai se résume à une ancienne terrasse parsemée de témoins de taille, sans repère strati-graphique. La fouille de l’emplacement d’une ancienne maison sur pilotis (uma) à Silubbat, en bordure de rivière, a livré des dates du début du xive siècle environ, associées à des restes de céramique, de métal et de coquillages (Forestier et al. 2008 : 127), maigre récolte à partir de laquelle on ne peut esquisser que des hypothèses partielles.

6Dans l’île voisine de Nias, un seul abri-sous-roche a livré quelques informations sur le passé lointain. Les résultats tirés de l’abri de Tögi Ndrawa révèlent un écosystème différent de l’actuel. Son remplissage est constitué d’une masse de coquilles brûlées mêlée à des restes de faune forestière. La présence constante de ces vestiges tout au long du profil stratigraphique révèle l’exploitation conjointe d’un écosystème de mangrove ou d’estuaire et d’un écosystème de forêt pendant plus de dix millénaires, entre 12000 et 1000 AP (Forestier et al. 2005 ; Wiradnyana 2006).

7Cet amas de coquilles évoque à son tour, toutes proportions gardées, les shell middens du nord de Sumatra, repérés au début du xxe siècle. Localisés à environ 10 à 15 kilomètres à l’intérieur des terres, de spectaculaires amas coquilliers composés principalement de deux espèces d’estuaire, Tegillarca granosa et Venus meretrix L., s’étirent tout le long de la côte nord-est (Van Heekeren 1957 : 70). Ils représentent des accumulations de coquilles de 100 mètres de diamètre sur plus de 10 mètres de profondeur, associées à une industrie lithique à sumatralithes et autres outils sur galets (relevant du faciès hoabinhien, comme à Nias). McKinnon (1990), extrapolant à partir d’une datation de 7340 ± 360 ans obtenue dans la coupe d’un de ces amas, estime que leur accumulation s’est opérée entre 8-10000 ans et 1000 AP, ce qui coïncide avec les datations obtenues pour le site de Tögi Ndrawa et confirme l’importance et l’ancienneté des usages des forêts de mangrove pour les peuplements anciens de la région.

8Les trouvailles archéologiques de cet abri à Nias questionnent sur l’évolution des paysages d’une île où aujourd’hui la mangrove, à proximité de l’abri, est absente, et où la forêt, réduite à un faciès mité ou localisée aux sommets des reliefs, a été sur la plus grande surface de l’île remplacée par des recrûs secondaires et des champs. A contrario, elle interroge sur les conditions du maintien d’une physionomie de forêt dense humide et, dans une moindre mesure, de mangrove à Siberut. Mais s’agit-il véritablement des mêmes types de forêts ? Et peut-on déduire des usages actuels de ces forêts ce que pouvaient être les pratiques associées à ces anciennes ressources ?

9Alors qu’on peut supposer au départ des dynamiques de peuplement comparables entre les deux îles, les paysages actuels posent la question des facteurs culturels, économiques et écologiques qui ont pu intervenir dans la transformation ou le maintien des écosystèmes initiaux.

Une forêt domestique :
des espaces désignés, ritualisés, appropriés

10Même si elle apparaît comme un sanctuaire de la biodiversité, la forêt de Siberut est loin d’être un milieu volontairement conservé par les populations locales, qui y auraient à dessein limité les ponctions et les altérations. Chaque groupe clanique a en effet de cet écosystème une connaissance qui correspond aux pérégrinations, depuis un lieu et un événement d’origine, des ancêtres dans l’île, et chaque lieu sur ces itinéraires fait l’objet d’une appropriation par sa toponymie. Mémorisés dans des récits historiques transmis oralement, ces toponymes d’endroits où le groupe est passé, a séjourné ou qu’il a cultivés sont d’autant plus importants qu’ils correspondent à des réserves de chasse et des réserves foncières potentielles (Guillaud 2014 : 28). Par exemple, un lieu sera mémorisé et nommé par référence à un conflit dans le passé à propos du partage des produits d’arbres fruitiers, ayant entraîné la scission d’un groupe ; mais seuls certains informateurs sont habilités à parler de ce lieu et à définir ainsi qui peut prétendre à son appropriation (Tulius 2012). De manière symptomatique, la temporalité associée à cette territorialité est cyclique, la transmission de la mémoire n’excédant pas quatre ou cinq générations ; en revanche, la suite des toponymes est toujours mémorisée dans une identité construite sur le principe du topogène (Fox 1997), c’est-à-dire constituée d’une généalogie de lieux plus que d’une succession d’ancêtres.

11Pour Hunn (1996), les toponymes sont des « entrepôts » d’informations culturelles, révélant la relation entre les hommes et leur territoire. Il en résulte la création d’une terminologie propre identifiant divers éléments du paysage et de l’histoire des lieux et aboutissant à plusieurs catégories de toponymes. Certains se réfèrent donc à des événements de l’histoire du groupe, comme un conflit, d’autres à un événement singulier, comme un suicide, tandis que d’autres désignent des lieux où séjournent les esprits. Mais la plupart des toponymes font référence à des ressources naturelles, anciennes ou actuelles, et cette catégorie peut recouvrir la précédente. L’appropriation de la forêt de mangrove, dans une zone procurant des ressources alimentaires importantes, procède en particulier par l’affectation de toponymes. La désignation des aires de la mangrove se réfère souvent à une association des espèces végétales présentes, parfois à une seule espèce, ou au mot générique désignant la mangrove, assorti de sa position relative dans l’espace – bakat dalam, la « mangrove de l’intérieur », par opposition à bakat koat, la « mangrove littorale » (fig. 1). La dénomination peut s’inspirer des différents usages de la zone et informent sur son statut foncier. Les toponymes empruntent aussi aux caractéristiques du terrain (Malilimok renvoie à la « couleur trouble » de la rivière à un endroit précis, Atatetei est la « montagne large ») ou à la composition floristique pour renseigner la distribution des ressources (Matobet, de tobet-Hibiscus tilliaceus, est la zone où l’on trouvait jadis ces nombreux arbres fournissant une fibre pour la vannerie) ou les activités en cours, les effets d’un événement naturel, etc. (Burgos 2013).

Fig. 1 – Coupe longitudinale de la mangrove de la baie de Katurai montrant la correspondance entre les types forestiers nommés par les Mentawai et les noms des types forestiers ou des espèces présents dans la région. © Burgos, Dillais 2013.

12La forêt s’intègre ainsi à tout un système de représentation. Beaucoup a été écrit sur l’animisme de Siberut qui a joué un rôle important dans la conservation de la forêt, du fait du « principe de précaution » appliqué par une société désireuse de ne pas rompre l’équilibre des âmes qui peuplent toutes choses, de la moindre plante aux maisons et aux êtres humains (Forestier et al. 2008 : 54-69). L’idée est que chaque élément du monde possède une âme, simagre, que les actions humaines sont susceptibles de perturber, et qui pourra affecter en retour les âmes des membres d’un groupe humain, provoquant ainsi malheur et maladie. Le défrichement est ainsi perçu comme un acte grave qui peut entraîner des conséquences néfastes pour ses acteurs. Le principe mis en œuvre est celui d’une préparation de l’acte au moyen de rituels effectués par le chamane ou sikerei, qui rétablit l’équilibre perturbé par une compensation symbolique (fig. 2). La mangrove est aussi un espace ritualisé, objet d’interdits et de protections. Si un décès y survient, sa fréquentation est interdite pendant plusieurs jours, le temps qu’un sikerei ait purifié l’esprit du défunt par des rituels. Certains lieux précis de la mangrove abritent d’ailleurs un « village des défunts », soigneusement contourné, défunts dont les âmes invoquées lors des cérémonies sont conviées à rejoindre le groupe des vivants pour provoquer des transes.

Fig. 2 – Deux chamanes (sikerei) de Siberut en train de pratiquer une divination. © Clopet.

La forêt, lieu transformé, lieu d’innovation, lieu de protection

13Dans la forêt comme dans la mangrove, les droits d’usages sont collectifs mais certaines zones peuvent appartenir à un clan qui possède la mémoire du lieu dans son itinéraire. L’appropriation ne se limite pas à la mémoire d’anciens usages et passages, elle est de surcroît matérialisée par un procédé largement répandu dans toute la région : les défrichements, pour construire une maison ou ouvrir un champ, s’accompagnent de la plantation d’arbres fruitiers qui, une fois le site abandonné, poussent avec le recrû forestier, ponctuant la forêt. Ces arbres eux-mêmes sont appropriés et les droits les concernant sont transmis : si les hommes sont propriétaires des arbres, ils sont tenus de partager les fruits avec leurs sœurs, faisant de la forêt un espace hautement contrôlé et régulé. À l’échelle de l’île de Siberut, la fréquentation de la forêt par des groupes humains, même clairsemés, est ainsi susceptible d’avoir modifié de façon importante sa physionomie et sa composition floristique.

14Les travaux des ethnologues relatifs à des types de forêts similaires (Dounias 2000 ; Rambo 1979) ont montré que les manipulations de certaines plantes avaient un effet sur leur distribution. Ces comportements observés chez les chasseurs-cueilleurs, et déjà décelés par Barrau (1970), regroupent des actions diverses in situ, consistant par exemple à favoriser la croissance de plantes recherchées en dégageant la végétation alentour, à déplacer des plants en transplantant des espèces spontanées dans les espaces des jardins ou en regroupant d'autres comme les ignames Dioscorea spp., pour rationaliser leur exploitation (Dounias 2000).

15À Siberut, le palmier Metroxylon sagu, dont l’amidon fournit la base de l’alimentation locale et dont le foyer de domestication se situe en Papouasie Nouvelle-Guinée, a été introduit depuis l’extérieur (McClatchey et al. 2004). Ce palmier, qui n’est pas cultivé mais dont la coupe génère des rejets assurant sa reproduction, a considérablement modifié la physionomie des aires marécageuses de l’île. Il questionne la nature d’une activité qui n’est ni véritablement de cueillette (les arbres étant d’ailleurs tous appropriés), ni de culture. Jacques Barrau a retenu le terme de végéculture, ou ramassage spécialisé, « pour évoquer cette période transitoire d’un passage de la cueillette à la culture » (Dounias 2004 : 2). Cependant, cette végéculture apparaît comme un mode de production à part entière. Il ne relève ni de la collecte de ressources spontanées, ni d’une proto-agriculture, stade transitoire vers l’agriculture, qui reste encore à étudier comme telle dans l’Asie du Sud-Est insulaire où elle rencontre de nombreuses illustrations (Blench 2012).

16Les pratiques très diverses regroupées sous l’appellation de végéculture sont étroitement associées à des milieux forestiers qu’ils ont très probablement transformés sur le long terme, à en juger par la collecte de palmiers à amidon, d’aracées, de dioscoreacées et d’autres plantes alimentaires de la forêt, déjà attestée à la fin du Pléistocène dans la grotte de Niah, il y a 28 000 ans aux îles Salomon, et 14 000 ans en Nouvelle-Irlande (Barton 2005 ; Loy et al. 1992), etc. On peut d’ailleurs soutenir avec Blench (2012) l’idée selon laquelle les forêts sont des lieux privilégiés pour le développement d’une végéculture, qui les a en retour largement transformées.

17La mangrove est également un espace modifié par les activités humaines. Ce milieu très productif fournit aux populations locales un ensemble de ressources essentielles pour l’alimentation (crustacés, coquillages, poissons) (fig.  3) et d’autres usages domestiques (bois de feu et bois d’œuvre). Dans celle de Siberut, les arbres sont marqués de coups de machette qui servent de repères voire de messages, les racines des palétuviers sont coupées pour la construction d’abris de cuisine éphémères. Pour faciliter l’accès aux lieux de collecte des coquillages, les femmes déplacent parfois des troncs entiers d’arbres morts. Des coquilles vides sont rejetées partout dans la mangrove et leurs monticules constituent de véritables registres historiques. Les sols sont piétinés, retournés, avec des impacts à long terme sur la régénération des plantes et la morphologie de la zone (Burgos 2016).

Fig. 3 – Atatmanai en train de collecter Geloina sp. dans la mangrove de la baie de Katurai (Île de Siberut, Indonésie). © A. Burgos.

18La forêt, humide ou de mangrove, apparaît ainsi comme un espace de ressources, en grande partie approprié, connu et dont les dangers potentiels sont contrôlés par des rituels. Il est toutefois indispensable de mentionner sa fonction ultime de protection des habitants de l’île. Comme en rendent compte les premiers voyageurs européens, la réputation exécrable de Siberut, la circulation impossible dans la forêt et les marécages, ont apparemment réussi, jusqu’au début du xxe siècle, à tenir les visiteurs à l’écart en préservant les habitants d'évolutions traumatisantes analogues à celles qu’ont connues les habitants de Nias.

Compétition sociale et destruction de la forêt : l’apport de l’histoire

  • 4 Dans les deux cas, présence de chamanes, de mêmes espèces domestiquées de plantes, d’une culture ma (...)

19Alors qu’on repère de grandes similitudes dans le peuplement initial des deux îles4 (Guillaud 2013 : 175-176), Nias, à l’époque moderne, a expérimenté des changements économiques et politiques considérables qui ont complètement transformé son écosystème. Le processus a débuté avec l’introduction, aux environs du xive siècle, d’un groupe extérieur qui a imposé aux sociétés autochtones un système social très hiérarchisé, basé sur le contrôle de circuits d’échange et de traite par une aristocratie guerrière dont les membres, en forte compétition interne, pratiquaient des razzias esclavagistes sur leurs voisins.

  • 5 Les esclaves de Nias furent envoyés dans les plantations de poivre d’Aceh à la pointe nord de l’île (...)
  • 6 Ces fêtes de mérite, longuement préparées par le groupe de parenté, parfois durant des années, visa (...)
  • 7 Ces clans de l’aristocratie interdisent en revanche aux gens du commun d’énumérer plus de quatre gé (...)

20Ce système s’est exacerbé à compter du xve siècle et surtout au xviie siècle, l’essor du commerce international du poivre entraînant une forte demande en main-d’œuvre. Les esclaves de Nias étaient particulièrement recherchés par tous les acteurs du commerce à longue distance, grandes compagnies marchandes européennes, marchands du nord-Sumatra, Chinois, Français5, etc., qui échangeaient contre eux des tissus, du tabac, de l’or et d’autres métaux, des gongs et autres objets de prestige, tels que des fusils et de la poudre. L’île de Nias se structura ainsi autour de la traite, qui généra des guerres internes incessantes pour le rapt d’esclaves. Elle fut, pour l’aristocratie locale se référant à neuf ancêtres « descendus du ciel » dans le centre de l’île, l’occasion d’accumuler des richesses entièrement réinvesties dans la quête d’un prestige individuel, sanctionné par des fêtes de mérite6 qui dès lors polarisèrent la vie d’une société transformée, obsédée par la mémoire et la trace mémorielle. Des généalogies impressionnantes, qu’une extrapolation à partir des générations permet de faire remonter aux xvie et xviie siècles, furent dès lors mémorisées par les clans du pouvoir7 pour les rattacher à leurs célestes ancêtres fondateurs. Les fêtes de mérite se firent de plus en plus voraces et somptuaires, les mégalithes érigés à leur occasion de plus en plus spectaculaires. Les descriptions des voyageurs occidentaux reflètent leur effarement devant l’exaltation d’un tel système, pris dans une succession « choquante » (selon les termes de Raffles) de razzias et de pillages pour alimenter le système des fêtes de mérite (Guillaud 2013).

21Cette course à la fête et au prestige, entre le xviie siècle et le xxe siècle, eut plus ou moins complètement raison de la forêt de l’île. Elle fut abattue pour y aménager des champs cultivés par la main-d’œuvre servile et répondre ainsi à la demande de nourriture destinée, hors de l’île, à la main-d’œuvre des mines et des plantations. À Nias, le riz envahit progressivement les paysages. La forêt fut parallèlement affectée par les coupes de bois d’œuvre destiné à la construction des gigantesques maisons de l’aristocratie, dans le centre et le sud de l’île.

22Quand l’Église, au début du xxe siècle, interdit ce système de fêtes de mérite, la forêt avait périclité et les grands arbres étaient devenus rares. Vers 1980, il était devenu difficile de bâtir des maisons traditionnelles, mêmes modestes, et aujourd’hui tous s’accordent sur le fait qu’il n’y a plus du tout de bois d’œuvre de taille et de qualité suffisantes dans l’île.

La quintessence de la forêt

23L’abondante littérature sur les peuplements anciens des forêts concerne pour la plupart des groupes identifiés comme étant ceux de chasseurs-collecteurs supposés nomades. Les écrits archéologiques tendent à présenter les sociétés de chasseurs-cueilleurs d’Asie du Sud-Est comme des sociétés mobiles, de petite taille et socialement égalitaires (Higham 2013 : 25). Nos propres observations menées au milieu des années 2000 auprès des Anak Dalam de Rawas, dans la province de Sumatera Selatan au sud-est de Sumatra, montrent qu’ils évoluent dans des espaces saisonniers procurant des ressources précises en matière de gibier et de produits forestiers, tout en déployant aussi une série de dispositifs visant à pallier une situation de pénurie en recourant à d’autres espaces de réserve. Ils s’adaptent en effet aux rythmes saisonniers imposés par les ressources elles-mêmes : le groupe se déplace vers d’autres aires au moment de la migration de certains mammifères, vers des « territoires de secours » au moment de crises alimentaires, ou entame une fuite plus anarchique en cas de décès d’un de ses membres (melangun). La mobilité, dans tous les cas, s’opère dans des espaces connus à différents degrés par le groupe. Elle reste pour l’essentiel circonscrite à un territoire vaste mais structuré et tend à revêtir un caractère cyclique, qui semble être un trait des espaces forestiers.

24D’autres idées préconçues veulent que l’empreinte de ces groupes décrits comme faiblement structurés sur le milieu forestier soit minime, à l’image de la discrétion des traces archéologiques qu’ils ont laissées. L’absence supposée d’un contrôle véritable de leur territoire forestier les aurait rendus particulièrement vulnérables à un développement de l’agriculture sédentaire aux dépens de la forêt. Or, d’une part, les activités de chasse et de cueillette, sans exiger la domestication d’espèces animales et végétales, peuvent recouvrir un contrôle de produits spontanés. Ce processus, nommé végéculture, conduit comme on l’a vu à une transformation subtile mais réelle de la forêt. D’autre part, l’exemple des groupes vivant à Siberut et d’autres sociétés relevant de la même aire géographique indique qu’il existe des communautés sédentaires qui ont conservé la forêt comme élément de leur système de production, dans une logique de « connivence » avec elle (Michon 2004 : 193).

25Ce système basé sur une telle connivence environnementale peine à se maintenir devant la pression de la mondialisation et l’ouverture de l’économie domestique à d’autres réseaux d’échange, d’autres exigences sociales et d’autres représentations. Ainsi, à Siberut, la forêt est à une période charnière de son histoire. Dans le sud de l’île par exemple, un chamane a acheté une tronçonneuse : en raison de son statut, ce personnage est l’un des plus sollicités par les habitants, car son savoir quant aux rituels à accomplir garantit la conformité coutumière de la coupe de la forêt, tout en procurant un bois efficacement tranché. Pour satisfaire leurs besoins accrus en numéraire (scolarisation des enfants, évolution des comportements alimentaires, etc.), ils se laissent en effet tenter par les offres des compagnies forestières qui les sollicitent et les premiers biens qu’ils acquièrent sont souvent des tronçonneuses, des moteurs et des fusils, augurant mal d’un maintien d’une partie de la forêt. Le développement des infrastructures touristiques, aussi réduites soient-elles, crée par ailleurs une importante demande en bois d’œuvre dont l’écoulement est facilité par la construction de routes et la modernisation des moyens de transport.

26La forêt peut alors être amenée à subir d’autres avatars que l’on peut évoquer pour conclure. Dans les milieux où elle est véritablement en déclin, apparaît un système structuré autour de forêts « sacrées », comme le montrent certains exemples encore trop peu documentés en Asie (Bulbeck 2013). Ces espaces dont l’accès et l’usage sont strictement régulés représentent une autre phase des relations entre les êtres humains et la forêt, dont ils conservent toutes les vocations symboliques : s’il ne s’agit pas systématiquement de sanctuaires pour la biodiversité (Wadley & Pierce Colfer 2004), ce sont en revanche des lieux où se déroulent les rituels visant à garantir de bonnes relations entre le monde des humains et celui des non-humains. La société locale gère et possède collectivement ces espaces aux règles de fonctionnement complexes, ouvrant un champ de recherche important pour l’anthropologie, l’écologie et aussi l’archéologie. Ces forêts sont en effet souvent localisées près ou autour de sites historiques ou archéologiques reconquis par la nature et les puissances surnaturelles et ancestrales qui lui sont assimilées. La forêt, dès lors, n’est plus l’environnement dans lequel évoluent des groupes humains qui en tirent leurs ressources quotidiennes, elle devient le symbole condensé et sacralisé de la relation intériorisée qu’ils entretiennent avec la nature et le passé.

Haut de page

Bibliographie

Abegg Ch. 2008, « Paléogéographie, faune et flore de Siberut », in : Forestier H., Guillaud D., Meyers K. & Simanjuntak T. Mentawai, l’île des hommes-fleurs. Montpellier, Ird Éditions (Institut de recherche pour le développement), Romain Pages Éditions (Collection « Beaux livres »).

Ave W. & Sunito S. 1990. The Medicinal Plants of Siberut. Gland (Suisse), World Wildlife Report, 186 p.

Badan Pusat Statistik Nias 2013. Luas Hutan Berdasarkan Jenisnya Menurut Kecamatan di Kabupaten Nias 2013. Gunungsitoli, Nias, Sumatera Utara (Indonésie), Statistics Nias Regency. https://niaskab.bps.go.id/subject/60/kehutanan.html#subjekViewTab3.

Balée W. & Erickson C. 2006. « Time, complexity, and historical ecology », in : Balée W. & Erickson C., Time and complexity in historical ecology. New York, Columbia University Press : 1-17.

Barrau J. 1970. « La région indo-pacifique comme centre de mise en culture et de domestication des végétaux », Journal d’agriculture tropicale et de botanique appliquée, 17-12 : 487-503.

Barton H. 2005. « The Case for Rainforest Foragers: The Starch Record at Niah Cave, Sarawak », Asian Perspectives, 44-1: 56-72. http://muse.jhu.edu/article/185390/pdf.

Blench R. 2012. « Almost everything you believed about the Austronesians isn’t true », in : Tjoa-Bonatz M.-L., Reinecke A. & Bonatz D., Crossing Borders. Singapour, Nus Press (National University of Singapore) : 128-148.

Bulbeck D. 2013. « Sacred places in Ussu and Cerekang, South Sulawesi, Indonesia: Their history, ecology and pre-Islamic relation with the Bugis kingdom of Luwuq », in : Brockwell S., O’Connor S. & Byrne D. (eds), Transcending the culture-nature divide in cultural heritage : views from the Asia-Pacific region. Canberra (Australie), Anu Press (The Australian National University) (Collection « Terra Australis », 36) : 171-190.

Burgos A. 2013. Ethnoécologie d’une société Mentawai : femmes, mangroves et coquillages de l’Île de Siberut (Indonésie). Paris, Muséum national d’histoire naturelle (thèse de doctorat), 503 p.

Burgos A. 2016. « Savoirs naturalistes et stratégies de collecte de Geloina erosa, Geloina expansa et Polymesoda bengalensis dans la mangrove de l’île de Siberut (Indonésie) », Revue d’ethnoécologie, 9. DOI : 10.4000/ethnoecologie.2602.

Dounias E. 2000. « Les “jardins” d’ignames sauvages des chasseurs-collecteurs kubu des forêts de Sumatra », Journal d’agriculture traditionnelle et de botanique appliquée, 42eᵉ année, « Un terrien des îles. À propos de Jacques Barrau, sous la direction de Alice Peeters » : 127-146. DOI : https://doi.org/10.3406/jatba.2000.3733

Forestier H., Guillaud D., Meyers K. & Simanjuntak T. 2008. Mentawai, l’île des hommes-fleurs. Montpellier, Ird Éditions (Institut de recherche pour le développement), Romain Pages Éditions (Collection « Beaux livres »). 159 p.

Forestier H., Driwantoro D., Simanjuntak H. T. & Guillaud D. 2006. « Archaeology of the Rainforest in Siberut (Mentawai Archipelago, West Sumatra): the Paradox of Lithic and Vegetal Technology in Past and Present Times », in : Simanjuntak H. T. (ed.), Austronesian diaspora and the ethnogeneses of people in Indonesia Archipelago, Proceedings of the Austronesian international symposium 2006. Lipi (Jakarta, Indonésie) : 119-127.

Forestier H., Simanjuntak H. T., Guillaud D., Driwantoro D., Wiradnyana K., Siregar D., Due Awe R. & Budiman. 2005. « Le site de Tögi Ndrawa, île de Nias, Sumatra nord : les premières traces d’une occupation hoabinhienne en grotte en Indonésie », Comptes rendus Palevol, 4-8 : 727-733. DOI : 10.1016/j.crpv.2005.08.004.

Fox J. J. 1997. « Genealogy and ropogeny: toward an ethnography of Rotinese ritual place names », in : Fox J. J. (ed.), The poetic power of place: comparative perspectives on Austronesian ideas of locality, Canberra (Australie), The Australian National University), Department of Anthropology, Comparative Austronesian Studies Project, Rspas (Research school of pacific and asian studies) : 91-102.

Guillaud D. 2013. « Le temps long des territoires et des patrimoines ; exemples des îles Siberut et Nias (Indonésie) », in : Juhé-Beaulaton D., Cormier-Salem M.-C., Robert P. de & Roussel B. (éd.), Effervescence patrimoniale au sud, entre nature et société. Paris, Ird (Institut de recherche pour le développement (Collection « Latitudes », 23) : 171-197.

Guillaud D. 2014. « Territoires locaux et développement », in : Galipaud J.-C. & Guillaud D. (coord.), Une archéologie pour le développement. Marseille, Éditions La Discussion : 25-35.

Higham Ch. 2013. « Hunter-Gatherers in Southeast Asia: from Prehistory to the Present », Human Biology, 85, issue 1, article 2 (« Revisiting the “Negrito” hypothesis ») : 21-43. http://digitalcommons.wayne.edu/humbiol/vol85/iss1/2.

Hunn E. 1996. « Columbia plateau Indian place names: what can they teach us? », Journal of Linguistic Anthropology, 6-1 : 3-26. DOI : 10.1525/jlin.1996.6.1.3.

Loy Th., Spriggs M. & Wickler M. 1992. « Direct evidence for human use of plants 28,000 years ago: starch residues on stone artifacts from the northern Solomon Islands », Antiquity, 66 : 898–912.

McClatchey W., Manner H. I. & Elevitch C. R. 2004. Metroxylon amicarum, M. paulcoxii, M. sagu, M. salomonense, M. vitiense, and M. warburgii (sago palm). Species profiles for Pacific island agroforestry. www.traditionaltree.org

McKinnon E. E. 1990. « The Hoabinhian in the Wampu/lau Biang valley of Northeastern Sumatra: an update », Bulletin of the Indo-pacific prehistory association, 10 : 132-142.

Michon G. 2004. « Ni ager, ni hortus: la forêt dans tous ses états », Journal d’agriculture traditionnelle et de botanique appliquée (Jatba), 42-1 : 187-206. DOI : 10.3406/jatba.2000.3736

Rambo A. T. 1979. « Primitive man’s impact on genetic resources of the Malaysian tropical rain forest », Malaysian Applied Biology 8 (1): 59-65.

Roos C., Ziegler T., Hodges J. K., Zischler H. & Abegg Ch. 2003. « Molecular phylogeny of Mentawai macaques: taxonomic an biogeographic implications », Molecular Phylogenetics and Evolution, 29-1 : 139-50. DOI : 10.1016/S1055-7903(03)00076-9.

Tulius J. 2012. Family stories: oral tradition, memories of the past, and contemporary conflicts. Leiden (Pays-Bas), Leiden University (thèse de doctorat), 313 p.

Van Heekeren H. R. 1957. The Stone Age of Indonesia. Verhandelingen van het Koninklijk Instituut voor Taal-, Land- en Volkenkunde, Dee1 XXI, 311 p.

Wadley R. L. & Pierce Colfer C. J. 2004. « Sacred Forest, Hunting, and Conservation in West Kalimantan, Indonesia », Human Ecology, 32-3 : 313-338.

Whittaker D. J. 2006. « A conservation action plan for the Mentawai primates », Primate Conservation, 20 : 95-105. DOI : 10.1896/0898-6207.20.1.95.

Wiradnyana K. 2006. « “Orang Nias”, Tahun 1150 Masehi Masih Hidup di Dalam Gua (« Les gens de Nias vivaient encore dans des grottes en 1150 après J.-C. ») », Sinar Indonesia Baru.

Haut de page

Notes

1 Plus de 60 % de la surface de l’île est couverte d’une forêt considérée comme « primaire », dominée par Dipterocarpus spp et Shorea spp. Cette zone est à la fois un parc naturel national et une réserve de la Biosphère.

2 Whittaker (2006) indique que la surface de la forêt en 1985 était de 3 500 km² et qu’elle est passée à 2 400 km² en 2005, du fait de l’abattage industriel des arbres par les compagnies forestières, des plantations et des coupes illégales. La mangrove a aussi été très affectée dans la période récente par les coupes.

3 Même si cette remarque est faite par Higham à propos du Hoabinhien, elle est valable pour d’autres périodes de la préhistoire.

4 Dans les deux cas, présence de chamanes, de mêmes espèces domestiquées de plantes, d’une culture matérielle similaire, d’un mode quasi-identique de dénomination des individus, etc.

5 Les esclaves de Nias furent envoyés dans les plantations de poivre d’Aceh à la pointe nord de l’île de Sumatra, dans les mines d’argent de Bengkulu, sur la côte sud-ouest, dans les champs destinés à nourrir tous ces travailleurs, et jusqu’aux plantations de canne à sucre de l’île Bourbon, aujourd’hui La Réunion (Guillaud 2013).

6 Ces fêtes de mérite, longuement préparées par le groupe de parenté, parfois durant des années, visaient à accroître le statut social de l’impétrant par la mobilisation d’un nombre maximal de parents et d’alliés auxquels des biens et de la nourriture étaient redistribués ; le plus souvent un mégalithe, transporté par les participants sur des centaines de mètres ou plus, parfois pendant des mois, était érigé pour marquer cette ascension sociale.

7 Ces clans de l’aristocratie interdisent en revanche aux gens du commun d’énumérer plus de quatre générations dans leur ascendance.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Coupe longitudinale de la mangrove de la baie de Katurai montrant la correspondance entre les types forestiers nommés par les Mentawai et les noms des types forestiers ou des espèces présents dans la région. © Burgos, Dillais 2013.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/4223/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 2 – Deux chamanes (sikerei) de Siberut en train de pratiquer une divination. © Clopet.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/4223/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 704k
Légende Fig. 3 – Atatmanai en train de collecter Geloina sp. dans la mangrove de la baie de Katurai (Île de Siberut, Indonésie). © A. Burgos.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/4223/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 720k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Guillaud et Ariadna Burgos, « Les sens de la forêt », Les nouvelles de l'archéologie, 152 | 2018, 41-47.

Référence électronique

Dominique Guillaud et Ariadna Burgos, « Les sens de la forêt », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 152 | 2018, mis en ligne le 09 octobre 2018, consulté le 16 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/nda/4223 ; DOI : 10.4000/nda.4223

Haut de page

Auteurs

Dominique Guillaud

Ird, Umr 208 Paloc « Patrimoine locaux et gouvernance » (Institut de recherche pour le développement, Muséum national d’histoire naturelle), Sorbonne-Universités, Paris.

Ariadna Burgos

Cnrs-Mnhn, Umr 7206 « Éco-anthropologie et Ethnobiologie », Labex BCDiv « Diversités biologiques et culturelles », Sorbonne-Universités, Paris.

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals