Navigation – Plan du site

Décrypter la mémoire forestière au prisme de l’écologie historique : passé, présent et avenir

Guillaume Decocq
p. 48-53

Texte intégral

Introduction

1L’environnement et les milieux « naturels » ont été pris en considération de manière croissante par l’histoire et l’archéologie, ce qui a conduit, surtout à partir des années 1980, à l’émergence progressive de l’archéologie environnementale. Celle-ci se fixe pour objectif d’étudier l’environnement dans lequel ont évolué les sociétés du passé et la dynamique des interactions entre culture et nature. De son côté, l’écologie prend de plus en plus en compte les activités humaines et l’historicité des systèmes écologiques qu’elle étudie, même si la dimension historique était déjà présente dans les ouvrages fondateurs de Alphonse de Candolle (1806-1893) – Géographie botanique raisonnée, 1855 – et de Charles Darwin (1800-1882) – Origin of species, 1859. Cette dimension temporelle des écosystèmes et des paysages est plus particulièrement étudiée par l’écologie historique. Bien que de très nombreuses définitions en aient été données, on peut considérer cette discipline comme la reconstitution de l’histoire des écosystèmes et des paysages en vue d’en analyser les impacts sur leur biodiversité et leur fonctionnement (Russell 1997), en incluant les causes et les conséquences des interactions hommes-environnement (Beller et al.2017). Comme son nom l’indique, l’écologie historique s’intéresse aux périodes historiques. Elle doit donc être distinguée de la paléo-écologie, qui couvre les temps longs des périodes préhistoriques (Pléistocène et début de l’Holocène), même si elle a parfois recours aux mêmes techniques d’investigation avec, par exemple, l’étude des pollens fossilisés ou de l’ADN ancien.

2À bien des égards, archéologie environnementale et écologie historique peuvent apparaître comme deux expressions différentes d’une même discipline, si l’on excepte leur point de départ : les sociétés humaines pour la première, les écosystèmes pour la seconde. Probable conséquence du cloisonnement disciplinaire propre aux systèmes académiques, ces deux « multi-disciplines » semblent cheminer chacune de leur côté, surtout en France, bien qu’elles partagent les mêmes préoccupations. Des précurseurs ont pris conscience de cette plus-value, au moins depuis le xixe siècle, mais ce n’est que depuis quelques décennies qu’historiens-archéologues et écologues travaillent de concert sur des objets communs, notamment les écosystèmes et les paysages forestiers, avec des résultats véritablement novateurs. Par ailleurs, de nouvelles questions de recherche émergent, auxquelles il est urgent de répondre, face à la rapidité des mutations socio-économiques et des changements environnementaux globaux. Ces questions mobilisent différentes disciplines autour d’un objet commun, la dynamique des interactions entre sociétés et écosystèmes à différentes échelles spatiales et temporelles. L’écologie historique contemporaine tend ainsi à devenir de plus en plus multidisciplinaire. Au-delà des aspects purement « écologiques », il faut saisir comment les sociétés aménagent leurs territoires et y exercent leurs activités en fonction des représentations qu’elles s’en font et, réciproquement, comment elles l’interprètent et le regardent en fonction de la manière dont elles l’aménagent, le mettent en valeur, y déploient leurs pratiques productives et ludiques.

3Dans cette contribution, nous souhaitons présenter l’écologie historique à la communauté des archéologues, avec un accent particulier sur les socio-écosystèmes forestiers. Nous allons montrer comment des communautés scientifiques jadis séparées se sont mobilisées autour d’un objet commun, la forêt, étudiée aujourd’hui comme intégratrice spatio-temporelle des interactions entre environnement et sociétés humaines. L’état de l’art sera suivi d’une prospective visant à établir quelques perspectives sur les plans théorique et technique.

Passé : des sentiers indisciplinés

4Nous ne reviendrons pas sur les origines de l’écologie historique, tant elles ont été remarquablement analysées par Péter Szabó (2014), auquel nous renvoyons le lecteur intéressé. La mise en perspective historique des écosystèmes et des paysages est une préoccupation qui a émergé indépendamment au sein de plusieurs champs disciplinaires. P. Szabó reconnaît cinq courants au xxe siècle :

  • 1 https://ghff.hypotheses.org/

– L’histoire forestière, « biogéographique » dans son approche, initiée en France par Alfred Maury (1817-1892) dans son Histoire des forêts de la Gaule et de l’Ancienne France (1867). Elle a largement abordé l’influence des pratiques et usages anciens sur la productivité forestière et, surtout depuis les années 1990, sur le fonctionnement des écosystèmes forestiers. Le Groupe d’histoire des forêts françaises1 perpétue aujourd’hui ce courant.

5– L’histoire rurale, dont l’approche est plutôt « économique et sociale », a été initiée par Lucien Febvre (1978-1956) et Marc Bloch (1886-1944) avec les Annales d’histoire économique et sociale, lancées en 1929 à Strasbourg. Elle a surtout abordé l’impact des conditions environnementales sur le façonnement des paysages, des parcellaires et des systèmes agraires. Gaston Roupnel (1871-1946) et sa fascinante Histoire de la campagne française (1932), Emmanuel Le Roy Ladurie et ses célèbres travaux sur l’histoire du climat, Georges Bertrand dans l’Histoire de la France rurale (1975) s’inscrivent dans ce courant des Annales, dont est également issue l’anthropologue américaine Carole Crumley, figure de référence de l’écologie historique outre-Atlantique.

– La géographie historique, avec notamment les travaux de Paul Vidal de la Blache (1845-1918) en France, fondateur des Annales de géographie en 1891 et artisan d’une géographie régionale naturaliste, qui a largement inspiré l’histoire rurale et qui accorde une place centrale au paysage en tant que produit des hommes. Jean-Robert Pitte, avec son Histoire du Paysage français (1983), est issu de ce courant qui est aussi à l’origine de l’histoire de l’environnement à la française – parfois appelée « éco-histoire » ou… écologie historique ! (Delort & Walter 2001), de la géohistoire ou, plus récemment, de l’archéo-géographie (Chouquer 2008). Le Britannique Ian Rotherham peut être rattaché à ce courant.

6– La paléoécologie et, en particulier, la palynologie, fondée au xixe siècle, qui reconstitue les successions végétales sur les temps longs (Holocène) à partir des grains de pollen fossilisés dans les sédiments tourbeux. Les premiers diagrammes polliniques, établis dans la première moitié du xxe siècle, permettent de mettre en évidence l’anthropisation de la végétation et les alternances entre contraction et expansion forestières.

7– L’archéologie du paysage, de tradition britannique, qui remonte à la parution, en 1955, de The making of the English landscape de William George Hoskins (1908-1992), et qui vise à reconstituer l’évolution des paysages au cours du temps. En France, ce courant s’est développé sous l’impulsion de Raymond Chevallier (1929-2004), qui a promu l’archéologie aérienne en même temps que le recours aux prospections au sol, aux textes, aux cartes anciennes et à l’iconographie (Chevallier 1976). Ce courant est une des origines de l’archéologie environnementale.

8The Earth as modified by human action, publié en 1874 par le philologue américain George Perkins Marsh (1801-1882), est parfois considéré comme l’ouvrage fondateur de l’écologie historique. Cette expression semble avoir été employée pour la première fois en 1940 par l’Irlandais John Grainger, dans une étude comparant un inventaire ancien de champignons à un nouvel inventaire réalisé au même endroit, une approche qui connaît actuellement un certain succès. La première définition qu’en a donnée Verona M. Conway (1910-1986) en 1948 définissait plutôt la paléoécologie. Le terme fut régulièrement réemployé les années suivantes, dans des études utilisant des archives de tout type pour reconstituer les facteurs biophysiques (climat, géomorphologie, etc.) et biotiques (flore, faune, etc.) en un point donné et les comparer aux facteurs contemporains, afin d’en déduire les raisons des changements intervenus. Le premier ouvrage à se réclamer explicitement de l’écologie historique paraît en 1968 en Angleterre : The New forest: an ecological history de Colin R. Tubbs. Suivent d’autres ouvrages pionniers, toujours d’auteurs anglais, dont les plus influents sont ceux d’Oliver Rackham (1939-2015) et de George F. Peterken qui, en 1980 et 1981, évaluent l’importance de l’histoire des forêts sur leur structure et composition actuelles en croisant des approches historiques (sources écrites et cartes anciennes) et biologiques (végétation actuelle et fossile). Ces ouvrages stimulent l’interdisciplinarité et favorisent un rapprochement entre les différents courants évoqués ci-dessus. Pour illustrer l’importance de ces premiers travaux d’écologie historique, nous ne donnerons ici que deux exemples de résultats marquants : l’importance sous-estimée des changements d’usage des sols et l’hypothèse de la savane arborée européenne.

9Les changements d’usage des sols, notamment l’alternance de phases forestières et de phases non forestières dans un secteur géographique donné, ont été mis en évidence grâce à l’analyse régressive du paysage. Pour les périodes les plus récentes, la comparaison des photographies aériennes actuelles avec d’autres plus anciennes ou avec des cartes anciennes dont les premières remontent en général au xviiie siècle (par exemple, en France, la carte de Cassini) permet des reconstitutions assez précises dans le temps et dans l’espace des surfaces boisées. Pour les périodes antérieures, la quantité et la qualité des archives disponibles (plans cadastraux, inventaires, chroniques, etc.) sont beaucoup plus variables et imposent assez vite le recours à l’archéologie et à la paléoécologie. Les résultats des analyses régressives ont révélé en maintes régions d’Europe occidentale un nombre de phases de contraction et d’expansion forestières beaucoup plus important qu’on ne le pensait initialement. Surtout, le nombre de forêts supposées avoir existé continuellement au cours du temps depuis la fin de la dernière glaciation s’est considérablement amoindri, au point que leur existence même est remise en question, jusqu'à mettre fin au mythe de la « Gaule chevelue ». Au-delà de la simple description de la dynamique des usages passés du sol, l’écologie historique a analysé les impacts sur le complexe sol-végétation passé et actuel, dans un premier temps en se limitant aux ligneux et en privilégiant certains indicateurs du type de gestion, comme le ratio chêne/hêtre. L’impact sur la végétation herbacée a été surtout abordé en relation avec les sites archéologiques, d’abord en vue de dégager des indicateurs floristiques de la présence d’artéfacts enfouis ou disparus (Desbordes 1973), utilisables en prospection archéologique (Decocq 2004).

10À quoi ressemblait la forêt primaire européenne avant les défrichements et la gestion des forêts opérés par l’homme ? L’hypothèse d’une forêt primaire à canopée fermée, probablement dominée par le hêtre sous climat atlantique, était largement admise jusqu’à ce que plusieurs études viennent la remettre en question (Rackham 1998 ; Vera 2000). Peu à peu s’y est substituée l’hypothèse d’une savane arborée, dominée par le chêne et entretenue par une densité importante de grands herbivores comme l’élan, l’auroch, le bison et le tarpan, qui ont tous disparu de France entre le ve et le xve siècle, ainsi que par l’action du feu et des tempêtes. Des îlots de forêt « dense », propices au développement des essences d’ombre, comme le hêtre, ont dû probablement subsister jusqu’à leur mise en réserve de chasse, dès le haut Moyen Âge en France. Là encore, le type de végétation « forestière » (de la savane arborée à la forêt fermée) et les usages associés (pâturage, taillis intensif, chasse, etc.) ont joué un rôle majeur dans les successions écologiques qui ont conduit aux écosystèmes forestiers actuels.

11En résumé, si dès le xviiie siècle des travaux se sont intéressés à la dynamique historique des forêts et des paysages sous l’influence des activités humaines, l’écologie historique a émergé en tant que nouveau champ d’investigation lorsque plusieurs sentiers s’étant écartés de leur discipline d’origine ont convergé vers un objet d’étude partagé, les écosystèmes et les paysages, et une préoccupation commune : comprendre cet objet à la lumière des activités humaines du passé. Ces sentiers ombragés réunis en un même chemin conduisent à l’orée du bois : l’écologie historique sort définitivement de l’ombre à partir des années 1990.

Présent : le chemin de la multi-disciplinarité

12Les années 1990 sont marquées par l’entrée des États-Unis dans la communauté des « écologues historiens », via l’histoire environnementale qui, plus qu’un courant de l’écologie ou de l’histoire, est un courant de la sociologie, dont William Cronon, puis Carole Crumley et William Balée, auteurs et éditeurs de nombreux ouvrages, sont incontestablement les figures de proue. Alors que la tradition européenne de l’écologie historique reposait surtout sur l’utilisation des archives écrites (textes, cartes, plans, photographies, inventaires floristiques, etc.) et sédimentaires (pollens, macrorestes, etc.), l’approche américaine est plus proche de l’ethnologie, probablement faute d’archives écrites dans la plupart des cas, en particulier dans les régions néo-tropicales. Un apport essentiel de l’école américaine est d’avoir battu en brèche le mythe de la forêt vierge amazonienne (Denevan 1992) ou de la forêt primaire nord-américaine (Cronon 1983), en montrant l’importance de l’utilisation du feu par les Indiens pour créer des clairières culturales. De nombreux travaux ont ainsi montré le caractère « jardiné » de la forêt amazonienne, dans le sens où ce qui apparaît aujourd’hui comme une vaste forêt dense à canopée fermée fut jadis une mosaïque paysagère constituée de cultures de plantes introduites et de parcelles agroforestières, de pâtures parcourues par des animaux domestiqués et de forêts plus ou moins aménagées pour la chasse, la pêche et la cueillette. La désaffection de ces paysages jardinés, suite à la colonisation européenne et à l’hécatombe provoquée par l’introduction des germes européens, a laissé le champ libre à une succession secondaire, laissant la forêt prendre place, mais avec des variations de composition floristique et de diversité témoignant de la mosaïque du passé. L’arrivée d’agents pathogènes pour les hommes, les animaux ou les végétaux et d’espèces exotiques invasives en général entrent de plain-pied dans le champ de l’écologie historique (Balée 2006).

13Pendant ce temps, l’écologie historique des forêts se propage dans toute l’Europe. L’approche européenne se retrouve également outre-Atlantique, notamment au Harvard Forest, où ont séjourné plusieurs chercheurs européens en écologie historique et où ont été produits de nombreux travaux sur l’ancienneté des forêts dans le contexte du nord-est des États-Unis. En effet, l’un des concepts récents qui s’est rapidement imposé et qui est un produit de l’écologie historique des forêts est celui d’« ancienneté » des forêts, qui renvoie à la continuité historique de l’état boisé d’un sol et non à l’âge des arbres qui composent la forêt. Les travaux qui y sont conduits ont été initiés d’abord en Angleterre puis, de manière plus rigoureuse, en Belgique, avant de traverser l’Atlantique. Ils comparent la biodiversité et le fonctionnement éco-systémique entre forêts anciennes et forêts récentes, c’est-à-dire établies depuis moins de 250 ans sur des terres auparavant cultivées ou pâturées. De manière inattendue, ces travaux ont montré que la capacité de dispersion des diaspores des plantes, qui est en règle générale élevée pour les espèces généralistes mais très limitée pour les espèces spécialistes de l’habitat forestier, expliquait presque à elle seule les différences de composition floristique entre forêts anciennes et forêts récentes (Flinn & Vellend 2005 ; Hermy & Verheyen 2007). Ces résultats ont été confirmés expérimentalement, ce qui confère une nouvelle capacité à l’écologie historique : celle d’émettre des hypothèses vérifiables par l’expérimentation. Les mêmes conclusions ont été faites pour l’entomo-faune, la fonge et les microbes du sol. Comme les espèces forestières spécialistes ne survivent pas à un épisode de mise en culture, elles doivent recoloniser le néo-habitat forestier qui se remet progressivement en place, spontanément après déprise agricole ou artificiellement après replantation d’une terre arable ou herbagère. C’est là que la position géographique dans le paysage de ce néo-habitat prend toute son importance, puisque la recolonisation sera d’autant plus aisée qu’il y aura de grands fragments de forêt ancienne à proximité, contenant un nombre significatif de populations sources. L’histoire du paysage est donc aussi importante que l’histoire locale d’un bois, renforçant l’interdépendance des échelles spatiales et temporelles.

14En trois décennies, ce qui était au départ un concept émergent, celui d’espèces de forêt ancienne, a été largement admis par la communauté scientifique et a suscité des travaux sur l’impact des changements d’usage des sols sur la biodiversité actuelle dans de nombreux pays. En France, le Groupement d’intérêt public sur les Écosystèmes forestiers (Gip Écofor) a récemment lancé le site Cartofora (www2.gip-ecofor.org/cartofora/) dédié à la cartographie des usages anciens du sol.

15L’écologie historique s’intéresse également à l’histoire de la fragmentation forestière ainsi qu'à ses impacts sur la biodiversité et le fonctionnement des « méta-écosystèmes » forestiers, c’est-à-dire des fragments forestiers inclus dans une matrice paysagère fortement anthropisée et reliés entre eux par des flux, via les mouvements des gènes et des espèces. Deux concepts majeurs sont apparus à cette occasion, qui se sont eux aussi rapidement imposés : dette d’extinction et crédit de colonisation, qui sont deux facettes décrivant le même retard de réponse des écosystèmes aux perturbations ou aux changements environnementaux (Bürgi et al. 2016). Les changements d’usage des sols qui se sont déroulés depuis l’Antiquité impliquent la destruction et la création continuelles d’habitats forestiers. Mais les espèces répondent parfois avec retard aux changements, la composition des communautés ne reflétant alors pas les conditions environnementales du moment. Certaines sont vouées à disparaître parce que les conditions d’habitat ne sont plus optimales pour elles mais elles maintiennent néanmoins des populations relictuelles pendant un certain temps, du fait, par exemple, de leur longévité ou de la présence d’une banque de graines viables dans le sol : elles constituent la dette d’extinction. D’autres, mieux adaptées aux nouvelles conditions environnementales, sont amenées à coloniser l’habitat mais n’en ont pas encore eu le temps, soit parce qu’elles ont une faible capacité de dispersion, soit parce que les populations sources sont trop éloignées : elles constituent le crédit de colonisation. Extinction et colonisation sont des processus se déroulant simultanément sur des pas de temps variant de décennies à plusieurs siècles et des échelles spatiales variant du local au régional ; ils sont responsables du phénomène d’hystérésis des écosystèmes forestiers (i.e., asymétrie temporelle entre extinction et colonisation), encore très peu étudié jusqu’ici et qui représente un défi pour l’écologie historique.

16Une autre approche contemporaine est d’exhumer des inventaires floristiques anciens suffisamment précis et bien localisés pour pouvoir être refaits de la même manière et au même endroit. Les « relevés » floristiques exhaustifs et semi-quantitatifs ont été développés d’abord en Europe avec l’avènement de la phytosociologie, dans la première moitié du xxe siècle, puis dans les pays anglo-saxons selon des méthodes un peu différentes. Ces relevés de végétation constituent un instantané de la composition d’une communauté végétale en une localité et à une date données. Les réitérer dans les mêmes sites quelques décennies plus tard permet de mettre en évidence les changements subis par les communautés végétales au cours du temps, et d’inférer les causes de ces changements à partir, par exemple, des traits d’histoire naturelle des espèces. Un grand nombre d’études locales ont été publiées ces deux dernières décennies en Europe et en Amérique du Nord ; plus récemment, une base de données commune aux deux continents, regroupant relevés anciens et récents, a été construite (http://www.forestreplot.ugent.be) et a permis les premières analyses à l’échelle de biomes entiers ; celles-ci révèlent notamment l’importance de la densification du couvert forestier et de l’explosion démographique des chevreuils dans les changements récents de composition floristique.

17L’écologie historique tend également à devenir une discipline « appliquée » à la biologie de la conservation et à l’écologie de la restauration (Egan & Howell 2001), au point d’utiliser parfois le terme d’« écologie historique appliquée » comme synonyme d’« écologie de la restauration ». Il s’agit par exemple de définir un « écosystème de référence » vers lequel devra tendre un écosystème dégradé faisant l’objet d’une gestion restauratrice.

18Ainsi, l’écologie historique se décline actuellement en deux grands champs multi-disciplinaires : l’un ancré dans l’écologie, qui effectue surtout des travaux à l’échelle des écosystèmes ; l’autre dans l’anthropologie, qui aborde essentiellement l’échelle des paysages. Les deux champs se rencontrent occasionnellement, à la faveur de vastes synthèses comme le Collapse de Jared M. Diamond (2006), dans lequel l’auteur croise de multiples sources et approches pour mettre en évidence, entre autres, un phénomène de déforestation et montrer en quoi celui-ci a pu être un des facteurs ayant précipité l’effondrement de certaines civilisations. Il mobilise un grand nombre de disciplines pour reconstituer un scénario complexe, ce qu’aucune d’elles prise individuellement n’aurait permis de faire : l’avenue de la transdisciplinarité est ouverte.

Avenir : l’avenue de la transdisciplinarité

  • 2 Une « méta-communauté » désigne un ensemble de communautés locales, spatialement disjointes, mais r (...)

19Conceptuellement, l’écologie historique appréhende les écosystèmes et les paysages comme un héritage des interactions hommes-environnement qui se sont déroulées pendant les temps historiques : leur composition et leur fonctionnement actuels intègrent les différentes composantes de cet héritage. L’écologie historique a donc pour vocation d’intégrer un très grand nombre d’informations, recueillies à des échelles de temps et d’espace très variées, par de multiples approches et outils. À ce titre, elle a le réel potentiel d’une « transdiscipline », à condition de développer un cadre conceptuel et théorique robuste, ce qui fait encore défaut malgré quelques essais plus ou moins récents de théorisation (par exemple Lunt & Spooner 2005). L’écologie historique a naturellement vocation à s’appuyer sur la théorie des successions écologiques, à condition d’incorporer l’homme comme principal facteur du déterminisme des trajectoires dynamiques puisqu’il est une source importante des perturbations affectant l’écosystème forestier, ce qui implique le recours à la théorie des perturbations. D’autres théories et concepts fournis par l’écologie peuvent être utilement mobilisés pour développer les aspects interprétatifs et mécanistiques, comme l’écologie du paysage et l’écologie des méta-communautés2. Le paysage est appréhendé en tant que mosaïque d’habitats qui a subi des changements temporaux et spatiaux continuels, un socio-écosystème complexe, multi-scalaire, soumis à des régulations ascendantes et descendantes, et possédant une dynamique non linéaire avec des effets de seuil. La théorisation de l’écologie historique doit donc probablement s’appuyer sur la science de la complexité. Par exemple, la théorie de la panarchie (Allen et al. 2014) offre un cadre formel approprié à l’étude historique des socio-écosystèmes.

20Jusqu’ici, l’écologie historique des forêts a fait principalement appel à des approches classiques, empruntées aux sciences naturelles et aux sciences humaines, qui continuent à affiner leurs propres concepts et leurs méthodes, ainsi qu’à l’utilisation de sources anciennes propres, comme les relevés floristiques, les inventaires et descriptifs forestiers, les cartes et photographies aériennes, les échantillons d’herbier, etc. Son avenir passe aussi vraisemblablement par une plus grande intégration des méthodes et par la mobilisation d’outils innovants encore trop peu utilisés.

La télédétection

21Longtemps limitée aux photographies aériennes panchromatiques qui ne sont d’aucune aide en forêt, la télédétection a connu de récents développements susceptibles de révolutionner l’écologique historique des paysages forestiers. D’abord, le laser aéroporté (Light Detection and Ranging ou LiDAR), utilisé en archéologie forestière depuis 2003 (Challis et al. 2008), qui révèle non seulement les habitats anciens mais aussi les chemins et parcellaires fossiles invisibles à l’œil nu et, de manière générale, tout vestige ayant imperceptiblement altéré la microtopographie. L’imagerie satellitaire multi-spectrale et hyper-spectrale vient élargir la palette des outils disponibles en télédétection, en décelant des signaux subtils et invisibles en photographie panchromatique, comme des variations des teneurs foliaires en éléments nutritifs comme le phosphore ou l’azote.

L’archéobotanique et l’archéozoologie 

22Il ne s’agit pas à proprement parler de nouvelles techniques mais, si ces deux disciplines sont depuis longtemps utilisées en archéologie pour étudier les vestiges végétaux et animaux retrouvés lors de fouilles dans des couches stratigraphiques datées par ailleurs, elles le sont beaucoup moins fréquemment en environnement « naturel », à l’exception de la palynologie, dans les horizons du sol ou les couches sédimentaires. L’archéobotanique regroupe les différentes techniques d’étude des micro et macro-restes végétaux : pollens (palynologie), charbons de bois (anthracologie), bois (xylologie et dendrologie), diaspores (carpologie), phytolithes. L’archéozoologie s’intéresse quant à elle aux restes animaux et n’a été utilisée que récemment en écologie historique (Fitzpatrick & Keegan 2007). L’application de ces techniques hors contexte archéologique réclame un certain nombre de précautions quant à l’interprétation des résultats, notamment en raison de l’activité biologique des sols qui brouille le signal temporel et impose le recours simultané à la datation des archives botaniques et zoologiques.

Le séquençage de l’Adn ancien

23L’analyse de l’Adn ancien conservé dans les sédiments ou les macro-restes a considérablement progressé ces dernières années ; elle peut aujourd’hui contribuer efficacement à reconstituer des végétations et des faunes disparues (Birks & Birks 2016). Couplée aux études de génétique quantitative, elle permet de reconstituer les flux d’espèces, leur redistribution intra et intercontinentale et la globalisation progressive des faunes et des flores (Boivin et al. 2016). Par exemple, l’étude de l’Adn ancien a permis de préciser que la reforestation des terres agricoles, jusque-là documentée après la grande pandémie de peste du xive siècle, s’était produite à plusieurs reprises auparavant, à l’origine d’importantes fluctuations du couvert forestier au cours du Moyen Âge.

La chimie de la matière organique du sol 

24L’analyse physique (par exemple la micromorphologie) ou chimique (par exemple le calcul des taux de phosphore ou des rapports isotopiques du carbone et de l’azote) des sols en vue de reconstituer des pratiques anciennes, comme la fertilisation par amendements, ou des usages passés liés aux habitats et aux cultures, est appliquée déjà depuis plusieurs décennies en écologie historique. De nouvelles techniques d’investigation de la matière organique des sols ont vu le jour, comme la spectroscopie dans le proche infrarouge (Nirs), qui apparaît prometteuse pour reconstituer les changements historiques des plantes dominantes (Ertlen et al. 2015). Une autre voie intéressante concerne l’analyse des profils en métabolites secondaires d’origine végétale.

Conclusion

25Comprendre le présent nécessite de le remettre en perspective avec les lignes d’évolution du passé. En permettant l’analyse compréhensive de la dynamique passée et actuelle des éco-systèmes et des paysages, l’écologie historique offre une opportunité unique pour prédire leur dynamique à venir, en lien avec celle des sociétés humaines et les changements environnementaux (Perring et al. 2016). Bien qu’encore jeune, cette « multi-discipline » a su croiser des approches empruntées aux sciences naturelles et aux sciences humaines pour restituer aux forêts leur dimension de socio-écosystèmes complexes et faire émerger de nouveaux concepts. Les récents progrès des archéosciences et l’émergence de nouveaux outils ouvrent la voie à un véritable renouveau de l’écologie historique, susceptible de révéler des « cachés » peu accessibles, insoupçonnés ou étudiés de manière séparée par des communautés scientifiques se rencontrant peu. L’enjeu pour l’écologie historique à l’ère de l’Anthropocène est donc de réunir des communautés scientifiques jusque-là séparées (archéologues, pédologues, géohistoriens, écologues, anthropologues, ethnologues, physiciens, chimistes, etc.) autour d’un objet commun : la forêt comme intégrateur spatio-temporel des interactions entre environnement et sociétés humaines. Ces interactions et rétroactions doivent impérativement être appréhendées dans leur double direction : comment l’environnement naturel a influencé les sociétés, leurs activités et leurs modes d’aménagement des territoires ; et comment les sociétés et leurs activités ont modifié l’environnement naturel devenu anthropisé, influencé les trajectoires dynamiques des écosystèmes et façonné les paysages. Autrement dit, les disciplines contribuant à une écologie humaine doivent s’allier aux disciplines étudiant l’histoire écologique. C’est à cette condition que pourra être co-construite une nouvelle « trans-discipline », qui a encore besoin de formaliser ses concepts et ses approches. C’est aussi à cette condition que les approches rétrospectives et prospectives pourront être croisées à des échelles de temps et d’espace très contrastées, pour être réellement innovantes. Pour paraphraser Jean Ullmo (1906-1980), cette nouvelle « trans-discipline » aura pour objet d’analyser le présent comme modèle interprétatif du passé et interpréter le passé comme fait historique dont est issu le présent ; de manière ultime, il s’agit d’analyser les relations entre passé et présent comme modèle prédictif du futur (Ullmo 1957).

Haut de page

Bibliographie

Allen C.R., Angeler D.G., Garmestani A.S., Gunderson L.H. & Holling C.S. 2014. « Panarchy: theory and application », Ecosystems, 17 : 578-589.

Balée W. 2006. « The research program of historical ecology », Annual Review of Anthropology, 35 : 75–98.

Beller E., McClenachan L., Trant A., Sanderson E.W., Rhemtulla J., Guerrini A., Grossinger R. & Higgs E. 2017. « Toward principles of historical ecology », American Journal of Botany, 104, 5 : 645-648.

Birks H.J.B. & Birks H.H. 2016. « How have studies of ancient DNA from sediments contributed to the reconstruction of Quaternary floras? », The New Phytologist, 209 : 499–506.

Boivin N.L., Zederc M.A., Fullere D.Q., Crowtherf A., Larsong G., Erlandsonh J.M., Denhami T. & Petragliaa M.D. 2016. « Ecological consequences of human niche construction: examining long-term anthropogenic shaping of global species distributions », Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, 113, 23 : 6388–6396.

Bürgi M., Östlund L. & Mladenoff D.J. 2016. « Legacy effects of human land use: ecosystems as time-lagged systems », Ecosystems, 20, 1 : 94-103.

Chouquer G. 2008. Traité d’archéogéographie. La crise des récits géo-historiques. Paris, Editions Errance.

Challis K., Kokalj Z., Kincey M., Moscrop D. &. Howard A.J. 2008. « Airborne lidar and historic environment records », Antiquity, 82 : 1055–1064.

Chevallier R. 1976. « Le paysage palimpseste de l’histoire : pour une archéologie du paysage », Mélanges de la Casa Vélasquez, 1976-12 : 503-510. www.persee.fr/doc/casa_0076-230x_1976_num_12_1_2239

Conway V.M. 1948. « Von Post’s work on climatic rhythms », The New Phytologist, 47 : 220–237.

Cronon W. 1983. Changes in the Land: Indians, Colonists, and the Ecology of New England. New York, Hill & Wang.

Decocq G. 2004. « Utilisation de la flore et de la végétation actuelles en prospection archéologique », in: P. Racinet & J. Schwerdroffer (eds), Méthodes et initiations d’histoire et d’archéologie. Nantes, Editions du Temps : 55-71.

Delort R. & Walter F. 2001. Histoire de l’environnement européen. Paris, Presses Universitaires de France.

Denevan W.M. 1992. « The pristine myth: the landscape of the Americas in 1492 », Annals of the Association of American Geographers, 82 : 369–385.

Desbordes J.M. 1975. « Principes d’archéologie forestière », Revue d’Histoire et d’Art de la Brie et du Pays de Meaux, 26 : 19-30.

Diamond J.M. 2006. Collapse: how societies choose to fail or succeed. New York, Penguin.

Egan D. & Howell E.A. (eds). 2001. The Historical Ecology Handbook: A Restorationist’s Guide to Reference Ecosystems. Washington, Island Press.

Ertlen D., Schwartz D., Brunet D., Trendel J.M., Adam P. & Schaeffer P. 2015. « Qualitative near infrared spectroscopy, a new tool to recognize past vegetation signature in soil organic matter », Soil Biology and Biochemistry, 82 : 127-134.

Fitzpatrick S.M. & Keegan W.F. 2007. « Human impacts and adaptations in the Caribbean Islands: an historical ecology approach », Earth and Environmental Science Transactions of the Royal Society of Edinburgh, 98, 1 : 29–45.

Flinn K.M. & Vellend M. 2005. « Recovery of forest plant communities in post-agricultural landscapes », Frontiers in Ecology and the Environment, 3 : 243–250.

Grainger J. 1940. « Historical ecology of the fungi », The Naturalist, nov. 1940 : 285–287.

Hermy M. & Verheyen K. 2007. « Legacies of the past in the present-day forest biodiversity: a review of past land-use effects on forest plant species composition and diversity », Ecological Research, 22 : 361–371.

Lunt I.D. & Spooner P.G. 2005. « Using historical ecology to understand patterns of biodiversity in fragmented agricultural landscapes », Journal of Biogeography, 32 : 1859–1873.

Perring M.P., De Frenne P., Baeten L., Maes S.L., Depauw L., Blondeel H., Caron M.M., Verheyen K. 2016. « Global environmental change effects on ecosystems: the importance of land-use legacies », Global Change Biology, 22 : 1361–1371.

Peterken G.F. 1981. Woodland Conservation and Management. Londres, Chapman & Hall.

Rackham O. 1980. Ancient woodland: its history, vegetation and uses in England. Londres, Edward Arnold.

Rackham O. 1998. « Implications of historical ecology for conservation », in: W.J. Sutherland (ed.), Conservation Science and Action. Oxford, Blackwell Science : 152–175.

Russell E.W.B. 1997. People and the Land through Time: Linking Ecology and History. New Haven, Yale University Press.

Szabó P. 2014. Historical ecology: past, present and future. Biological Reviews, 90 : 997–1014.

Ullmo J. 1957. La Pensée scientifique moderne, Paris, Flammarion.

Vera F.W.M. 2000. Grazing ecology and forest history, Wallingford, CABI Publishing.

Haut de page

Notes

1 https://ghff.hypotheses.org/

2 Une « méta-communauté » désigne un ensemble de communautés locales, spatialement disjointes, mais reliées entre elles par des relations fonctionnelles, notamment des échanges d’espèces par dispersion (plantes, champignons) ou migration (animaux). À l’échelle d’un paysage, les fragments forestiers dispersés dans une matrice de champs et de prairies forment une méta-communauté forestière.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Decocq, « Décrypter la mémoire forestière au prisme de l’écologie historique : passé, présent et avenir », Les nouvelles de l'archéologie, 152 | 2018, 48-53.

Référence électronique

Guillaume Decocq, « Décrypter la mémoire forestière au prisme de l’écologie historique : passé, présent et avenir », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 152 | 2018, mis en ligne le 11 octobre 2018, consulté le 14 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/nda/4237 ; DOI : 10.4000/nda.4237

Haut de page

Auteur

Guillaume Decocq

Cnrs, Université de Picardie Jules-Verne, Umr 7058 Edysan « Écologie et dynamique des systèmes anthropisés », Amiens

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals