Navigation – Plan du site

De l’arbre à la forêt domestiquée : apport de l’anthraco-typologie

Alexa Dufraisse et Sylvie Coubray
p. 54-61

Texte intégral

La forêt des hommes

1La forêt tient un rôle essentiel dans la régulation du climat et sa place dans le cycle du carbone est déterminante. Refuge de biodiversité menacé par les activités humaines, la forêt est aussi un lieu de vie de nombreuses communautés. Elle est pourvoyeuse de ressources essentielles (fruits, bois, plantes médicinales, gibier), les hommes y ont installé champs, troupeaux et villages. Les sociétés ont transformé la forêt sauvage en une forêt humanisée, utile, domestique : « la forêt des hommes » (Michon et al. 2011). Cette forêt domestique résulte de l’imbrication entre des actions programmées favorisant une ressource particulière, par exemple la production de bois ou de fruits, et des dynamiques silvigénétiques naturelles que l’homme laisse s’exprimer dans certaines limites. Déclinées sous de nombreux faciès, forêts denses ou clairsemées, arbres isolés, haies, bosquets de plein champ, ces formations boisées utiles font partie intégrante de la vie quotidienne des hommes qui, à travers les millénaires, l’ont transformée en une mosaïque de paysages, reflet d’un système socio-économique, des pratiques et des savoir-faire (Michon 2015).

2Un des objectifs de l’écologie historique est d’étudier les relations entre communautés animales, végétales et les populations humaines. On cherche à mettre en évidence des changements environnementaux ou des explications socio-économiques à l’évolution des milieux. L’accent est mis sur la création d’un paysage humanisé (Girel 2006). Parce que la forêt représente une part essentielle du paysage européen, de nombreux écologues se sont intéressés à l’histoire des forêts et de la biodiversité sous différents angles : différences de composition floristique entre forêts anciennes et forêts récentes (Verheyen et al. 1999), impact des grands herbivores sur les dynamiques de végétation (Vera 2000) ou encore de l’usage des sols sur la diversité floristique (Dupouey et al. 2002).

3Une analyse purement écologique ou purement anthropique n’est cependant pas suffisante pour étudier de tels systèmes. Quel est l’apport de l’archéologie environnementale à la lecture historique des paysages ? Sans atteindre un niveau de résolution comparable à celui des biogéographes ou écologues, les sciences paléoenvironnementales et archéobiologiques permettent d’intégrer la longue durée. Elles participent ainsi à la compréhension des fonctionnements des écosystèmes à travers leurs -transformations au cours du temps.

4Résidus du bois de chauffage, des restes de fourrage d’arbre destinés à l’alimentation du bétail mais aussi du bois d’œuvre, les charbons de bois archéologiques constituent un enregistrement des modes d’exploitation des boisements anciens. À l’interface entre environnement boisé et économie des sociétés, ils sont en quelque sorte le reflet de la « forêt des hommes », résultante de processus naturels et anthropiques. Ainsi, en appréhendant l’étendue, la physionomie, la composition et les modes d’exploitation des forêts, l’anthracologie peut caractériser la composante forestière des paysages passés à une échelle locale. Cette approche mobilise des thématiques liées aux pratiques sylvicoles et à la gestion des espaces forestiers et implique le développement de nouveaux outils.

5L’étude de l’évolution du paysage forestier lui-même est une approche qui nécessiterait de nombreuses études de sites dans la diachronie à une échelle locale. Or les développements méthodologiques en anthracologie qui le permettent sont encore récents. Nous aborderons donc ici l’influence de l’homme sur la forêt en mettant en perspective une approche exploratoire. Celle-ci combine, d’une part, les outils de l’écologie historique et, d’autre part, l’anthraco-typologie liée au développement d’outils dendro-logiques appliqués aux charbons de bois. Deux focus sont proposés à partir de cinq sites situés dans la moitié nord de la France et concernant la période du Néolithique à l’époque romaine.

L’anthracologie et ses récents développements méthodologiques : physionomie des forêts et pratiques sylvicoles

Les outils de l’écologie historique

6Représentée par une large gamme de communautés végétales et du fait de la longévité des espèces qui la structure, la forêt a été un objet d’étude central en écologie historique dès les années 1980. Ainsi, l’histoire des forêts et sa biodiversité sont mises en relation. Peterken (1981) montre que les vieilles forêts sont marquées par la présence de plantes ayant un faible pouvoir colonisateur. En Grande-Bretagne, Zacharias et Brandes (1990) précisent que certaines espèces sont fortement corrélées à des boisements anciennement traités en taillis. Au Danemark, Bradshaw et al. (2005) montrent que le type de gestion explique mieux la variabilité floristique des forêts de hêtre à l’échelle locale et régionale que les paramètres pédologiques et microclimatiques. Ces études, réalisées sur des référentiels actuels et historiques, constituent aujourd’hui des exemples qui ouvrent de nouvelles voies de recherche en archéobotanique (Dufraisse 2014).

7Pour mieux cerner la physionomie des boisements et l’impact des activités humaines (coupes, pâturage, etc.), chaque taxon identifié dans les diagrammes anthracologiques des sites étudiés est caractérisé par des descripteurs biologiques et comportementaux. Par exemple, l’ouverture des boisements facilite la présence de taxons qui ont une affinité pour la lumière (héliophiles). La fragmentation du couvert forestier par les coupes et les éclaircies favorise la présence de taxons anémochores (graines dispersées par le vent). Enfin, la notion d’AFS, « Ancient Forest Species », est également introduite (Hermy et al. 1999 ; Hermy & Verheyen 2007). Ces espèces sont principalement caractérisées par un faible pouvoir colonisateur (faibles distances de dispersion, potentiel reproducteur bas, âge de reproduction tardif). Elles sont des indicateurs de milieux peu perturbés, qu’il s’agisse de forêts primaires ou secondaires.

L’anthraco-typologie

8L’arbre peut également être considéré comme un filtre qui, par l’intermédiaire de divers processus physiologiques, convertit un signal d’entrée populationnel et climatique en différents signaux de sortie : les paramètres du cerne. Plusieurs outils dendro-anthracologiques ont été développés, testés sur des boisements modernes puis adaptés pour l’application archéologique. L’anthraco-typologie est fondée sur trois d’entre eux (Dufraisse et al. 2017) :

1) les largeurs des cernes : les cernes annuels sont les anneaux concentriques observables sur des sections de bois, ils sont dus à la croissance saisonnière des arbres ; leurs largeurs dépendent de l’organe de l’arbre et reflètent les conditions de croissance de l’individu ;

2) la mesure de la distance entre le fragment de charbon et le centre hypothétique de la tige ; les valeurs de distance sont ensuite projetées en diamètre puis rangées dans des classes proches de celles utilisées par les forestiers ; au-delà de 20 cm de diamètre, la mesure n’est plus précise, c’est la principale limite de la méthode ;

3) la présence ou l’absence, pour le chêne, de duramen (ou bois de cœur) ; le duramen ne se formant pas avant l’âge de 20 ans, son absence permet d’identifier l’exploitation de jeunes arbres ou de jeunes branches.

L’anthraco-typologie a été appliquée aux taxons -principaux identifiés dans les assemblages des sites étudiés : chêne, hêtre, frêne.

9Chaque charbon de chêne a été caractérisé par ces trois paramètres, ce qui a permis d’établir huit anthraco-groupes (fig. 1). Chez le frêne et le hêtre, en l’absence de critères anatomiques pour distinguer le duramen, seuls les paramètres croissance et distance moelle-charbon ont été retenus, soit quatre groupes (fig. 3a) (Coubray & Dufraisse, accepté).

Fig. 1 – Anthraco-typologie du chêne (d’après la méthode présentée dans Dufraisse et al. 2017). Les anthraco-groupes 1 et 2 représentent des charbons issus de bois non mature (aubier proche du centre de la tige, sans duramen) dont le diamètre projeté permet une estimation des calibres des petits bois. Les anthraco-groupes 3-4 représentent des fragments de duramen proches de la moelle (< 7 cm de diamètre), tandis que les anthraco-groupes 7-8 représentent des fragments de duramen plutôt médians (> 7 cm). Enfin, les anthraco-groupes 5 et 6 correspondent à l’aubier périphérique (qualifié ainsi par opposition à des bois non mature où l’aubier occupe toute la section). Le diamètre projeté de ces fragments permet une estimation de la taille minimale des gros calibres de bois.

Fig. 3a – Varennes-sur-Seine (Seine-et-Marne), La Justice-Le Marais de la Fontaine Du Cœur : diagramme anthracologique simplifié et anthraco‑typologie. Pour le hêtre, les anthraco-groupes 1 et 2 représentent des charbons issus soit de petits bois non matures, soit de la partie centrale de plus gros bois, probablement matures. Les anthraco-groupes 3-4 représentent des fragments issus de la partie périphérique de gros bois pouvant être matures.

Pratiques de taille et patrons de croissance particuliers

10La taille des arbres s’est développée dans un objectif de production du matériau bois pour répondre à une multitude de besoins. L’Homme oriente ainsi la croissance de l’arbre par des pratiques sylvicoles diverses. Pour faire naître des rejets et augmenter la production de bois, deux techniques ont été développées (fig. 2) : i) le taillis, qui consiste à couper les arbres à ras du sol pour favoriser une multiplication végétative par rejets de souche ; ii) l’étêtage, qui consiste à couper les branches latérales et le tronc à une certaine hauteur au-dessus du sol. Ces arbres étêtés ou taillés au ras du sol selon des cycles variables pour produire durablement du bois de chauffage, du bois d’œuvre, du fourrage ou des fruits, ont permis à des millions de personnes de vivre et de se nourrir durant des siècles.

Fig. 2 – Étêtage et rejets de souche : deux pratiques de taille des arbres permettant la production simple et rapide de bois de feu. Seuls les feuillus possèdent cette capacité de régénération, notamment le chêne, le charme, le hêtre et le frêne

11Brièvement, l’identification de la pratique du taillis sur des bois, outre la distribution des gammes de diamètre, est fondée sur l’observation de patrons de croissance particuliers caractérisés par une croissance très forte les cinq premières années, suivie d’une baisse progressive pour atteindre des cernes très étroits vers l’écorce. D’autres paramètres anatomiques servent à affiner l’interprétation (voir synthèse : Girardclos et al. 2017). Fondée sur les largeurs de cernes et la distribution des vaisseaux dans le cerne, la reconnaissance de la pratique de l’étêtage repose quant à elle sur la cyclicité du phénomène, un cycle étant caractérisé par n cernes larges suivis de 3 à 5 cernes très étroits dont les proportions entre bois de printemps et bois d’été sont caractéristiques pour chacun d’entre eux (Renaudin 1996).

Applications archéologiques

12Les exemples proposés permettent d’explorer la fonction du statut social et/ou économique des occupations dans les modes de gestion du bois et les systèmes arborés qui en découlent.

Varennes-sur-Seine (Seine-et-Marne), le site de La Justice-Le Marais de la Fontaine Du Cœur : statut de l’habitat et système d’approvisionnement

13Peu après le milieu du iie s. av. J.-C., un pôle aristocratique exerce un contrôle sur l’ensemble du confluent Seine-Yonne, en Bassée, jouant ainsi le rôle de place centrale dans l’organisation de cette partie du territoire. Ce système économique et social s’effondre peu après la conquête romaine et subit une réorganisation complète vers la fin du ier s. apr. J.-C. qui se traduit par la création d’un système parcellaire au sein duquel s’installent diverses fermes dont celle de « La Justice » (Séguier 2013).

14Le diagramme pollinique illustre un paysage ouvert et fortement marqué par les activités humaines. La très faible représentation de la ripisylve laisse penser que cette formation a été presque totalement éradiquée. Quelques boisements relictuels persistent sur les versants assez dégagés. Ils correspondent à une chênaie-hêtraie claire qui permet le développement d’essences de lumière (bouleaux, noisetiers) et d’arbustes (Leroyer & Austin 2013). L’étude anthracologique indique à La Tène finale l’exploitation prédominante du hêtre accompagné du chêne, du charme et plus discrètement des érables, du frêne et de l’orme. Les traits de vie de ces taxons suggèrent des boisements anciens et peu fragmentés. On notera en revanche l’importance des Maloidées et des Prunoidées, essences de lisières pouvant être rattachées à l’exploitation de haies qui semblent bien intégrées dans l’économie (Coubray 2013). Au cours des diverses occupations romaines, le hêtre diminue nettement au profit du chêne accompagné de l’érable, de l’orme et du charme. On note également l’exploitation d’autres essences arbustives et de lisières (cornouiller, fusain, clématite) au détriment des Maloïdées et des Prunoïdées (fig. 3a). Le nombre de taxons anémochores et héliophiles traduit des milieux plus ouverts et fragmentés. Dans le même sens, l’approche croisée palynologie et anthracologie met en évidence une vaste aire d’exploitation incluant le fond de vallée, les versants et les plateaux, expliquant ainsi la prédominance de charbons de hêtre ou de chêne dans un contexte extrêmement déboisé.

15L’anthraco-typologie appliquée au hêtre indique à La Tène finale l’exploitation de bois compris entre 7 et 10 cm de diamètre tandis que la période romaine enregistre une diminution des diamètres, entre 2 et 4 cm. Les largeurs de cernes, entre 1,9 mm/an et 2,7 mm/an selon les classes de diamètre, indiquent une croissance rapide. Un petit diamètre de bois et une croissance rapide impliquent l’exploitation de bois relativement jeunes (fig. 3a).

16Les graphes anthraco-typologiques du chêne sont similaires pour les deux périodes. La majorité des fragments de chêne sont issus de bois non mature dont le diamètre moyen est de 4 cm, et de bois d’environ 10 cm de diamètre à peine plus âgés, compte tenu du très faible nombre de fragments de duramen. Les croissances rapides, à savoir des largeurs de cerne de 2 mm/an en moyenne pouvant atteindre 3,7 mm/an dans certaines classes, suggèrent l’exploitation de rejets de souche et/ou de branches issues d’arbres étêtés, les deux étant caractérisés par de forts taux de croissance, contrairement aux branches d’un arbre non étêté (fig. 3a).

17Pour la période romaine, des patrons de croissance parti-culiers sont observés chez le chêne, l’érable et l’orme. Les séries de cernes sont caractérisées par des changements abrupts dans la croissance et une fréquence qui ne sont pas sans rappeler des phases d’étêtage. Aucun patron de croissance particulier n’a été observé chez le hêtre ; le hêtre de plaine est d’ailleurs rarement traité en taillis ou étêté (fig. 3b).

Fig. 3b – Varennes-sur-Seine (Seine-et-Marne), La Justice-Le Marais de la Fontaine Du Cœur : patrons particuliers observés sur des charbons attribués à la période romaine. Les arbres étêtés de référence proviennent de la collection personnelle de F. H. Schweingruber.

18En résumé, deux modes d’exploitation des ressources forestières se dessinent. À La Tène finale, caractérisée par une occupation de type aristocratique, le hêtre est majoritaire et les traits de vie des taxons associés indiquent l’exploitation de boisements anciens et peu fragmentés, probablement éloignés du site. Le hêtre est exploité autour de 10 cm de diamètre et les taux de croissance suggèrent l’utilisation de jeunes bois. Le chêne semble exploité sur des critères semblables. À la période romaine, caractérisée par des occupations rurales de petite taille, le chêne dont la collecte est aussi axée sur des petits bois est l’essence principale. Les patrons de croissance observés sur le chêne et d’autres taxons comme l’érable, l’orme et peut-être le charme suggèrent des pratiques d’émondage. Ce mode de gestion pourrait correspondre à l’exploitation d’un espace plus proche et aménagé pour les activités domestiques quotidiennes. Dans ce sens, le nombre de taxons anémochores et héliophiles traduit des milieux plus ouverts et fragmentés.

Les sites du lac de Chalain (Jura) et de la vallée de la Deûle (Nord), des systèmes sylvo-agro-pastoraux différents

19Les deux ensembles de sites considérés pour la période du Néolithique final sont caractérisés par des systèmes économiques différents. Le premier est situé dans le nord de la France, dans la vallée de la Deûle, avec les occupations contemporaines d'Houplin-Ancoisne, Marais de Santes et Marx-Dormoy, attribuées au Deûle-Escaut. Il s’agit d’habitats permanents, structurés au sein d’un territoire densément occupé, où la part de l’élevage (bœuf, porc, caprinés) est dominante et où le pacage du bétail dans les espaces cultivés permettait probablement l’enrichissement et le maintien de la fertilité des sols (Martial & Praud 2007 ; Praud 2015). Le second groupe de sites est situé dans le Jura, au bord du lac de Chalain. Les sites de Chalain 4 et Chalain 21, respectivement attribués au Clairvaux ancien et au groupe de Chalain, se succèdent. Les habitats, semi-sédentaires, ont des pratiques d’agriculture itinérante. La cueillette et la chasse constituent encore une part importante de l’alimentation. La consommation de viande repose notamment sur le cerf (jusqu’à 70 %), ce qui implique l’existence et l’exploitation de vastes territoires boisés (Arbogast et al. 2000).

20À Chalain 4, la collecte du bois de chauffe reflète l’exploitation de boisements dominés par le chêne et le hêtre, accompagnés du frêne et de nombreux taxons secondaires tels que le noisetier, l’érable, le tilleul et l’orme. Les proportions respectives des taxons dominants (chêne, hêtre et frêne) varient selon les phases d’exploitation et sont marquées par une augmentation du frêne et du noisetier pendant la seconde phase du Clairvaux ancien, ce qui suggère une ouverture progressive du milieu (Dufraisse 2002). Chalain 4 reste néanmoins porté par le groupe des Afs, indiquant un milieu forestier encore peu perturbé. L’analyse anthraco-typologique du chêne révèle une exploitation axée sur des bois de 5 cm de diamètre à croissance lente, probablement des branches, et sur des bois plus âgés d’environ 10 cm de diamètre aussi à croissance lente. Pour le frêne, l’analyse indique l’exploitation de bois de moins de 7 cm de diamètre, à croissance lente et rapide. Ceux-ci montrent une diminution caractéristique de la moelle vers la périphérie, suggérant l’exploitation de rejets de souche (fig. 4).

Fig. 4 – Chalain 4 (Jura) : diagramme anthracologique simplifié, graphes anthraco-typologiques et patrons de croissance particuliers observés sur les charbons de bois.

21À Chalain 21, la collecte du bois de feu indique l’exploitation d’une forêt de chêne et de frêne accompagnée des Prunoïdées, de l’érable et de l’orme. La hêtraie-sapinière, située plus en altitude, est également exploitée, ce qui dénote une extension des aires d’acquisition. Le chêne et les espèces pionnières et/ou de ripisylve se développent fortement en fin d’occupation au détriment du frêne (Dufraisse 2002). Ce site est principalement caractérisé par la présence d’anémochores dont le développement est favorisé par l’ouverture et la fragmentation du milieu forestier. L’étude anthraco-typologique indique pour le frêne et le chêne une exploitation de bois de petits diamètres accompagné de plus gros bois d’environ 11 cm. Les patrons de croissance suggèrent l’exploitation de rejets de souches mais aussi de bois de branches (fig. 5).

Fig. 5 – Chalain 21 (Jura) : diagramme anthracologique simplifié, graphes anthraco-typologiques et patrons de croissance particuliers observés sur les charbons de bois.

22Pour ces deux sites, les deux seuls taxons qui porteraient des stigmates anatomiques analogues à ceux produits par l’émondage sont le saule/peuplier et le tilleul. Le liber de tilleul était en effet utilisé pour faire des cordages. Le prélèvement de liber sur des branches émondées, et non sur le tronc, permet de garder l’arbre en vie (fig. 2). Cette technique peut être pratiquée sur d’autres taxons.

23Dans la vallée de la Deûle, les occupations d’Houplin-Ancoisne évoluent dans un même milieu caractérisé par la chênaie atlantique mêlée de frênes et accompagnée d'érables, d'ormes, de tilleuls ainsi que d'arbustes comme le noisetier, les Maloïdées et les Prunoïdées. On retrouve également les essences de ripisylve où l’aulne est dominant, probablement accompagné du frêne et de l’orme. Ces deux sites sont principalement portés par des taxons endo- et épizoochores ainsi que par des taxons héliophiles, ce qui suggère des espaces boisés clairsemés mais peu fragmentés où les animaux semblent tenir une place importance. L’analyse anthraco-typologique indique un mode d’exploitation principalement axé sur des gros bois pour le chêne. Seuls 11 % des fragments sont issus de bois non matures de 3 cm de diamètre à croissance extrêmement rapide et pouvant correspondre soit à des rejets de souche, soit à l’exploitation de branches issues de l’étêtage de l’arbre. Chez le frêne, près de la moitié des fragments appartiennent à des bois de moins de 7 cm de diamètre. Les fragments restants correspondent à des bois matures, tant pour le frêne que pour le chêne, dont les diamètres varient entre 15 et 19 cm et dont les largeurs de cerne indiquent des conditions de croissance favorables. Des patrons de croissance analogues à ceux produits par les pratiques d’étêtage ont été observés chez le chêne, le frêne et l’aulne (fig. 6).

Fig. 6 – Houplin-Ancoisne (Nord), Marais de Santes et Marx-Dormoy : diagramme anthracologique simplifié, graphes anthraco-typologiques et patrons de croissance particuliers observés sur les charbons de bois.

24L’application de l’anthraco-typologie met en évidence deux systèmes d’exploitation du bois. Dans la vallée de la Deûle, on exploite le houppier des arbres, comme celui du frêne et de l’aulne. Le bois de chêne, quant à lui, provient essentiellement de l’abattage de gros arbres. À Chalain, on suppose l’existence d’espaces boisés fragmentés dans lesquels se développent des rejets de souche de frêne tandis que le chêne semble faire partie de l’arrière-pays. Le diamètre est ici un critère de choix essentiel et obéit à des contraintes techniques liées à l’habitat (maisons en bois) (Dufraisse 2002). Ces interprétations sont cohérentes avec le cadre général des occupations de Chalain en petite montagne, basées sur une agriculture itinérante où la chasse et la cueillette jouent un rôle encore très important, tandis que les sites de la vallée de la Deûle en fond de vallée sont caractérisés par la permanence des habitats et l’importance de l’élevage et de l’agriculture.

Conclusion

25L’arbre est un pivot de la production agricole. Considérer la forêt et l’agriculture comme deux entités différentes et totalement disjointes jusque dans la moitié du xixe siècle est un non-sens. L’homme « domestique » l’arbre en modifiant son architecture, son cycle de croissance, sa production, ses fonctions reproductives. Cette domestication concerne aussi l’écosystème forestier qui est transformé par les pratiques.

26Les développements méthodologiques proposés en anthracologie permettent aujourd’hui d’appréhender les modes de collecte du bois et les pratiques de gestion des espaces boisés en relation avec les contraintes socio-économiques et environnementales. À terme, cette approche permettra d’aborder plus précisément l’impact des exploitations et ses conséquences écologiques spécifiques, le rôle de la conservation et de la gestion des écosystèmes dans un paysage anthropique et, enfin, d’établir un cadre de référence de la dynamique des paysages forestiers.

Remerciements et financement

27Les auteurs remercient le Professeur Dr. F. Schweingruber et la Swiss Federal Research Institute WSL pour leur avoir confié leur collection de lames minces de référence d’arbres émondés.

28Cette étude a bénéficié du soutien de l’Agence Nationale de la Recherche (Anr JCJC 200101 Dendrac, dir. A. Dufraisse) et d’une procédure Cnrs d’accueil d’agents de l’archéologie préventive au sein de l’Umr 7209.

Haut de page

Bibliographie

Arbogast R.M., Pétrequin P., Affolter J. 2000. « Écologie de la chasse du cerf dans le cadre des occupations lacustres du Jura au Néolithique », Ibex J. Mt. Ecol., 5, Anthropozoologica, 31 : 85-98.

Bradshaw E.G., Ramussen P., Nielsen H., Anderson N.J. 2005. « Mid-to late-Holocene land-use change and lake development at Dallund S0, Denmark : trends in lake primary production as reflected by algal and macrophyte remains », The Holocene, 15 : 1130-1142.

Coubray S. & Dufraisse A. accepté. « De l’arbre à la forêt domestiquée : pratiques de gestion et systèmes agroforestiers. Application de l’anthracotypologie sur des sites néolithiques du Nord de la France et du pourtour de l’arc alpin », BSPF.

Coubray S. « Rapport d’étude anthracologique des structures de l’âge du Bronze, des établissements laténien et gallo-romain », in : J.-M. Séguier (dir), Varennes-sur-Seine La Justice – Le Marais de la Fontaine Du Cœur, vol. 2, Comptes-rendus des études spécialisées, RFO, Inrap Centre-Île-de-France : 37-45.

Dufraisse A. 2002. Les habitats littoraux néolithiques des lacs de Chalain et Clairvaux : collecte du bois de feu, gestion de l’espace forestier et impact sur le couvert arboréen entre 3700 et 2500 av. J.-C. Analyses anthracologiques. Thèse de doctorat, Université de Franche-Comté, Besançon, 349 p.

Dufraisse A. 2014. « Relation entre modes de collecte du bois de feu et état du milieu forestier : essai d’application du principe du moindre effort », in : R.-M. Arbogast and A. Greffier-Richard (éd.), Entre archéologie et écologie, une Préhistoire de tous les milieux. Mélanges offerts à Pierre Pétrequin. Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté (Annales Littéraires de l’Université de Franche-Comté, 928 ; série « Environnement, sociétés et archéologie », 18) : 493-504.

Dufraisse A., Coubray S., Girardclos O., Nocus N., Lemoine M., Dupouey J.-L., Marguerie D. 2017. « Anthraco-typology as a key approach to past firewood exploitation and woodland management reconstructions. Dendrological reference dataset modelling with dendro-anthracological tools », Quaternary International, DOI : 10.1016/j.quaint.2017.03.065.

Dupouey J.-L., Sciama D., Koerner W., Dambrine E., Rameau J-Cl. 2002. « La végétation des forêts anciennes », Revue forestière française, 6 : 521-532.

Girardclos O., Dufraisse A., Dupouey J.-L., Coubray S., Ruelle J., Rathgeber C.B.K. 2017. « Improving identification of coppiced and seeded trees in past woodland management by comparing growth and wood anatomy of living sessile oaks (Quercus petraea) », Quaternary International, DOI : 10.1016/j.quaint.2017.04.015.

Girel J. 2006. « Quand le passé éclaire le présent : écologie et histoire du paysage », Géocarrefour, 81 : 249-264.

Hermy M., Honnay O., Firbank L., Grashof-Bokdam C., Laweson J.E. 1999. « An ecological comparison between ancient and other forest plant species of Europe, and the implications for forest conservation », Biological Conservation, 91 : 922.

Hermy M. & Verheyen K. 2007. « Legacies of the past in the present-day forest biodiversity: a review of past land-use effects on forest plant species composition and diversity », Ecological Research, 22 : 361371.

Leroyer Ch. & Aoustin D. 2013. « Analyse pollinique du paléochenal de Varennes-sur-Seine, La Justice », in : J.-M. Séguier (dir), Varennes-sur-Seine La Justice – Le Marais de la Fontaine Du Cœur, vol. 2, Comptes-rendus des études spécialisées. RFO, Inrap Centre-Île-de-France : 23-36.

Martial E. & Praud I. 2007. « Un site palissadé du Néolithique final à Houplin-Ancoisne (Nord, France) », in: Relations interrégionales au Néolithique entre Bassin parisien et Bassin rhénan, Actes du XXVIe colloque interrégional sur le Néolithique, Luxembourg, 8 et 9 novembre 2003, Archaeologia Mosellana : archéologie en Sarre, Lorraine et Luxembourg. Metz, Service Régional de l’Archéologie de Lorraine : 403‑443.

Michon G. 2015. Agriculteurs à l’ombre des forêts du monde : agroforesteries vernaculaires. Arles, Actes Sud/IRD éd., 250 p.

Michon G., Moizo B., Carrière S.M., Dounias E., Robert P. de. 2011. « Des forêts et des hommes : 3. Les habitants de la forêt : les peuples de la forêt : des mythes aux réalités », in : C. Fontaine (coord.), G. Michon & B. Moizo, Des forêts et des hommes. Marseille, IRD, Suds en ligne (Les Dossiers Thématiques de l’IRD).

Peterken G.F. 1981. Woodland conservation and management. London/New York, Chapman & Hall, 328 p.

Praud I. (dir.). 2015. Le Néolithique final dans la vallée de la Deûle : le site d’Houplin-Ancoisne, le Marais de Santes. Paris, Cnrs éd., Inrap (coll. Recherches archéologiques), 9, 341 p.

Renaudin S. 1996. Les émondes de Haute-Bretagne : étude dendrologique du chêne et perspective archéologiques. DEA, Université de Nantes, 86 p.

Seguier J.-M. (dir). 2013. Varennes-sur Seine La Justice – Le Marais de la Fontaine Du Cœur. RFO, Inrap Centre-Île-de-France. 2 vol.

Vera F.W.M. 2000. Grazing ecology and forest history. Wallingford, Oxon, New York, CABI Pub, 506 p.

Verheyen K., Bossuyt B., Hermy M., Tack G. 1999. « The land-use history (1278-1990) of a mixed hardwood forest in western Belgium and its relationship with chemical soil characteristics », Journal of Biogeography, 26 : 1115-1128.

Zacharias D. & Brandes D. 1990. « Species area-relationships and frequency-Floristical data analysis of 44 isolated woods in northwestern Germany », Vegetatio, 88 : 21-29.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Anthraco-typologie du chêne (d’après la méthode présentée dans Dufraisse et al. 2017). Les anthraco-groupes 1 et 2 représentent des charbons issus de bois non mature (aubier proche du centre de la tige, sans duramen) dont le diamètre projeté permet une estimation des calibres des petits bois. Les anthraco-groupes 3-4 représentent des fragments de duramen proches de la moelle (< 7 cm de diamètre), tandis que les anthraco-groupes 7-8 représentent des fragments de duramen plutôt médians (> 7 cm). Enfin, les anthraco-groupes 5 et 6 correspondent à l’aubier périphérique (qualifié ainsi par opposition à des bois non mature où l’aubier occupe toute la section). Le diamètre projeté de ces fragments permet une estimation de la taille minimale des gros calibres de bois.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/4533/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Fig. 3a – Varennes-sur-Seine (Seine-et-Marne), La Justice-Le Marais de la Fontaine Du Cœur : diagramme anthracologique simplifié et anthraco‑typologie. Pour le hêtre, les anthraco-groupes 1 et 2 représentent des charbons issus soit de petits bois non matures, soit de la partie centrale de plus gros bois, probablement matures. Les anthraco-groupes 3-4 représentent des fragments issus de la partie périphérique de gros bois pouvant être matures.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/4533/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 2 – Étêtage et rejets de souche : deux pratiques de taille des arbres permettant la production simple et rapide de bois de feu. Seuls les feuillus possèdent cette capacité de régénération, notamment le chêne, le charme, le hêtre et le frêne
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/4533/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Légende Fig. 3b – Varennes-sur-Seine (Seine-et-Marne), La Justice-Le Marais de la Fontaine Du Cœur : patrons particuliers observés sur des charbons attribués à la période romaine. Les arbres étêtés de référence proviennent de la collection personnelle de F. H. Schweingruber.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/4533/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Légende Fig. 4 – Chalain 4 (Jura) : diagramme anthracologique simplifié, graphes anthraco-typologiques et patrons de croissance particuliers observés sur les charbons de bois.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/4533/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende Fig. 5 – Chalain 21 (Jura) : diagramme anthracologique simplifié, graphes anthraco-typologiques et patrons de croissance particuliers observés sur les charbons de bois.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/4533/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Fig. 6 – Houplin-Ancoisne (Nord), Marais de Santes et Marx-Dormoy : diagramme anthracologique simplifié, graphes anthraco-typologiques et patrons de croissance particuliers observés sur les charbons de bois.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/4533/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexa Dufraisse et Sylvie Coubray, « De l’arbre à la forêt domestiquée : apport de l’anthraco-typologie », Les nouvelles de l'archéologie, 152 | 2018, 54-61.

Référence électronique

Alexa Dufraisse et Sylvie Coubray, « De l’arbre à la forêt domestiquée : apport de l’anthraco-typologie », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 152 | 2018, mis en ligne le 16 octobre 2018, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/nda/4533 ; DOI : 10.4000/nda.4533

Haut de page

Auteurs

Alexa Dufraisse

Cnrs-Mnhn, Umr 7209 « Archéozoologie, archéobotanique : sociétés, pratiques et environnements », Sorbonne-Universités, Paris,
dufraisse@mnhn.fr.

Sylvie Coubray

Cnrs-Mnhn, Umr 7209 « Archéozoologie, archéobotanique : sociétés, pratiques et environnements » ; Inrap Centre Île-de-France, Pantin,
sylvie.coubray@inrap.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals