Navigation – Plan du site
Compte rendu

Alain Testart, L’institution de l’esclavage. Une approche mondiale.

Gallimard, Paris, 2018.
p. 70-71

Texte intégral

1Ce nouveau livre d’Alain Testart est la réédition révisée du livre L’esclave la dette et le pouvoir, publié en 2001 chez Errance, et augmentée d’un texte sur le rôle des fidélités personnelles dans l’émergence de certaines formes étatiques. Cette réédition permet ainsi d’avoir un aperçu plus complet des thèses de l’anthropologue tout en bénéficiant d’une lecture plus fluide et d’un index fort commode.

2L’un des grands mérites de ce livre est d’aborder un sujet sensible en commençant par définir les termes le plus rigoureusement possible. Selon l’auteur, ce n’est ni le droit d’aliéner, ni le mode de vie, ni même l’oppression qu’il subit qui définissent l’esclave (en effet, certains esclaves ont eu accès à de hautes fonctions et à la richesse), mais le statut juridique qui lui est propre et qui l’exclut toujours d'au moins une dimension fondamentale de la société concernée. Dans la cité antique, il est exclu de la citoyenneté, qui définit l'appartenance à une communauté politique par un ensemble de droits et de devoirs. Au Moyen Âge, l'infidèle réduit en esclavage est exclu de la communauté des croyants – la chrétienté romaine ou byzantine d'une part, l'Oumma de l'autre ; même s'il se convertit, il restera esclave, sauf à bénéficier d'une grâce de son maître. Dans les sociétés lignagères de l'Afrique sub-saharienne ou de l'Asie du sud-est, il est coupé de sa parenté, de sa filiation, de son lignage. Comme il échappe au contrôle direct de l’État, qu’il soit démocratique, impérial ou monarchique, il ne paie généralement pas l’impôt. Mais il peut être utilisé comme un « jocker » par le maître qui en tire profit, selon l’allure de la société en question (chap. 1).

3Alain Testart insiste sur le fait que les esclaves ne proviennent pas tous, ni exclusivement, de la guerre ou des raids dont la littérature anthropologique fait abondamment état. Même si tous les captifs de guerre ne deviennent pas esclaves, la guerre est toujours, en dernière instance, la source du recrutement externe et du commerce des esclaves. Toutefois, l'examen minutieux des données ethnographiques montre qu'il existe aussi des sources internes d'asservissement. Ces mécanismes qui permettent l’exploitation de certains individus sont variés, mais il est clair que le principal est l'endettement. Loin d’être un épiphénomène, l’esclavage pour dette est bien décrit dans les sources ethnohistoriques d’Afrique subsaharienne et d’Asie du Sud-Est (chap. 6). Or, les sociétés permettant la réduction en esclavage de certains de leurs membres (souvent les plus faibles et les plus pauvres) appartiennent toutes à des ensembles culturels où les prestations matrimoniales sont d’un certain type (chap. 7) : le fiancé ou sa famille doit verser comme prix de la fiancée à la famille de celle-ci d'importantes richesses dont il ne récupère jamais plus que la moitié. Autant dire que le mariage est une affaire si onéreuse que certains doivent contracter des dettes écrasantes qu'ils sont dans l'incapacité de rembourser, à moins qu'ils ne continuent à payer les dettes des générations précédentes. N’en déplaisent aux descriptions abusives de certains ethnographes depuis l’Antiquité, il ne s’agit pas d’un achat de la femme, mais d’une prestation sociale, le mariage, où certains droits sont acquis. L’épouse n’est pas une esclave, comme le rappelle l’auteur. Toutefois, ces deux institutions (prix de la fiancée + esclavage pour dette) ont un même principe, celui de posséder des droits sur les personnes : le futur marié acquiert certains droits comme celui de rattacher ses futurs enfants à son lignage, le maître acquiert la personne de l’esclave et la totalité des droits le concernant (y compris sa descendance).

4La démonstration rigoureuse mise en œuvre dans L'institution de l'esclavage, une approche mondiale permet d'éviter des approximations confondantes. La récente présentation des travaux de Catherine Cameron dans Pour La Science (Cameron 2018) en est une belle illustration : l’archéologue américaine y confond systématiquement captifs et esclaves. Son propos semble être une collection de cas, et non une réflexion sociologique de fond, à tel point qu’elle tombe dans le contresens : faire comme si seuls les prisonniers de guerre constituaient la source de l’esclavage, c’est prendre le risque de voir des esclaves partout où il y a des captifs de guerre… y compris là où il n’y eut jamais d’esclavage. Outre, le fait qu’elle semble ignorer l’importance de l’esclavage interne, elle oblitère le fait que l’esclavage n’était pas la seule forme de dépendance et d’exploitation permettant aux puissants d’acquérir plus de poids par le nombre de leurs suivants. C’est faire fi de nombreuses études sur la mise en gage des personnes, l’endettement, le travail forcé, le servage, le mercenariat, les clientèles (Lécrivain 2010), soit des bibliothèques entières d’ouvrages, il faut bien le reconnaître, pas toujours en langue anglaise !

5Un des intérêts de cette réédition est d’avoir augmenté l’ouvrage d'un texte sur le lien entre esclavage, morts d’accompagnement et origine de l’État. Pour l’archéologue, la réflexion sur l’esclavage dans les sociétés qui n’ont laissé aucune trace écrite est assurément complexe. C’est un problème auquel Alain Testart avait consacré un livre (Testart 2004) et un article passionnant en collaboration avec des archéologues (Testart et al. 2010). Le cas des sépultures collectives simultanées est sans doute celui qui appelle le plus l’interprétation vers la présence possible d’esclaves dans le passé. Mais tout dépend de la symétrie qui s’exprime, ou non, dans le contexte funéraire. Certaines tombes, comme la sépulture de Sungir (oblast de Vladimir, Russie) conservant deux adolescents du Paléolithique supérieur, couverts de parures, montrent un traitement et un soin équivalents accordés aux deux corps, si bien qu’il est impossible de mettre en évidence une quelconque hiérarchie. En revanche, lorsqu’un archéologue découvre un carnage d’hommes formant le tapis sur lequel un individu unique est assis ou trône, comme dans la tombe du sitio Conte (province de Coclé, Panama) reproduite p. 291, il est difficile de ne pas y voir l’expression ostentatoire d’un pouvoir personnel (Testart 2004). Ici, l'esclavage est possible mais reste non prouvé. On connaît en effet par l’ethnographie des cas d’accompagnement funéraire volontaire par des serviteurs zélés, des amis proches et parfois même de simples sujets prêts à accompagner leur royal ami dans l’au-delà. Enfin, rappelons que, si la définition de l’esclavage repose sur l’exclusion d’une des dimensions fondamentales de la société, il faut aussi admettre que l’esclave n’a pas toujours droit à une tombe. À défaut, il reste invisible aux yeux des archéologues. Autant de paramètres à prendre en compte et à contextualiser dans chacune de leurs aires culturelles avant de se lancer dans des interprétations.

6Le poids des fidélités personnelles, parmi lesquels on trouve l’esclavage, a probablement joué un rôle important dans la naissance de certaines formes étatiques, notamment despotiques (Testart 2004 et 2018, chap. 8). On trouve parfois de grandes hécatombes funéraires durant les périodes archaïques de grandes civilisations, dans les tombes royales d'Ur (xxvie-xxive s. av. J.-C.) en Mésopotamie ou dans la Chine des Royaumes combattants (ve-iiie s. av. J.-C.). De tels vestiges pourraient indiquer une période marquée par la capacité de certains potentats à accumuler des dépendants et à imposer leur pouvoir. Mais A. Testart fait remarquer aussi que la situation des esclaves tend à s’améliorer lorsque les grands états despotiques se consolident (chap. 2). Non seulement l’esclave ne paie pas l’impôt, mais leur accumulation constitue de véritables forces militaires privées, totalement dévouées à leur propriétaire et pouvant faire concurrence à la puissance publique.

7Alain Testart a ouvert de nombreuses voies pour une collaboration féconde entre archéologie et anthropologie. Les balises qu'il nous fournit dans ce dernier livre magistral nous incitent à argumenter nos interprétations avec rigueur, en les fondant sur une sociologie générale.

Haut de page

Bibliographie

Références

Cameron C. 2018. « Ces esclaves qui ont façonné nos sociétés », Pour la Science, 484 : 66-73.

Lécrivain V. (dir.). 2007. Clientèle guerrière, clientèle foncière et clientèle électorale. Dijon, éditions Universitaire de Dijon.

Testart A., Jeunesse Ch., Baray L., Boulestin B. 2010. « Les esclaves des tombes néolithiques », Pour la Science, 396 : 74-80.

Testart A. 2004. La servitude volontaire (2 vol.) : I, Les morts d’accompagnement ; II, L’origine de l’État. Paris, Errance.

Testart A. 2018. L’institution de l’esclavage. Une approche mondiale. Paris, Gallimard.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/4575/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Alain Testart, L’institution de l’esclavage. Une approche mondiale. », Les nouvelles de l'archéologie, 152 | 2018, 70-71.

Référence électronique

« Alain Testart, L’institution de l’esclavage. Une approche mondiale. », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 152 | 2018, mis en ligne le 22 octobre 2018, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/nda/4575 ; DOI : 10.4000/nda.4575

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals