Navigation – Plan du site

Archéologie et paysage

La rédaction
p. 3-4

Texte intégral

1L’entrée dans l’Anthropocène, défini par le fait que l’humanité est devenue une force naturelle capable de déstabiliser le système Terre, remet en question le grand partage entre nature et culture communément admis en Occident. Elle nous invite à réfléchir autrement aux interactions entre les sociétés humaines et leur milieu.

2Après les actes de L’archéologie pour la ville en 2014 (n° 136), Les Nouvelles de l’archéologie publient une sélection des communications prononcées à Hyères en octobre 2017, lors des rencontres de l’association nationale pour l’archéologie de collectivité territoriale (Anact). La thématique retenue illustre les préoccupations scientifiques, patrimoniales et sociales que partagent tous les services et musées archéologiques territoriaux. Peut-on conjuguer l’étude et la mise en valeur des patrimoines archéologiques et naturels, selon quelles modalités et avec quels objectifs ? Alors que l’archéologie précède désormais l’effacement des sites et le bouleversement des paysages, ces patrimoines peuvent-ils faire l’objet de programmes de valorisation communs, accompagnant les prises de conscience environnementales et les défis posés par l’évolution de la société contemporaine ?

De la patrimonialisation des paysages à leur mise en tourisme

3De la loi d’avril 1906 organisant la protection des sites et monuments naturels à la loi de juillet 2016 relative à la liberté de création, à l’architecture et au patrimoine, Laure Koupaliantz montre comment le droit français a peu à peu délaissé la notion de « pittoresque » au profit d’une approche intégrée des patrimoines naturels et culturels.

4La patrimonialisation de l’oppidum de Gergovie, décrite par Léa Maroufin, illustre la complexité des processus qui sont à l’œuvre dans la construction symbolique d’un « paysage culturel » devenu l’emblème imaginaire d’un territoire. En contrepoint, l’état des lieux dressé par Mélanie Duval, Ana Brancelj et Christophe Gauchon sur la mise en valeur des sites palafittiques préhistoriques alpins inscrits au Patrimoine mondial révèle combien les dispositifs adoptés sont tributaires de la manière dont les pays concernés appréhendent une même réalité archéologique aux plans de la recherche, de la médiation et de la valorisation.

5Mais, la « mise en tourisme » et la sur-fréquentation qu’elle entraîne peuvent aussi avoir des effets délétères. François Carrassan et Carine Deal présentent l’opération grand site « Presqu’île de Giens et des salins d’Hyères ». Lancée en 2011, elle vise à restaurer de manière durable les équilibres physiques et la qualité paysagère d’un paysage exceptionnel du littoral français, tout en en assurant la mise en valeur des vestiges archéologiques de la forteresse d’Olbia, fondée par Marseille vers 325 avant J.-C., et du sanctuaire rupestre Aristée, fréquenté du IIe siècle avant J.-C. au Ier siècle après J.-C.

L’archéologie des paysages, entre recherche scientifique et développement culturel

6Une dizaine d’auteurs défendent l’expertise territoriale en géo-archéologie qui, par l’étude des archives pédo-sédimentaires, s’attache à comprendre la genèse et les dynamiques des paysages. À partir des recherches qu’ils ont conduites en France et dans le Grand-Duché de Luxembourg, Olivier Brun, Henri-Georges Naton, Caroline Schaal, Guillaume Jamet, Laurent Brou et Foni Le Brun-Ricalens démontrent combien cette expertise est précieuse pour la connaissance paléo-environnementale des vallées de la Meuse et de la Moselle et la compréhension des mécanismes qui sont à l’origine des changements environnementaux. Stéphane Bonnet, Marc Panneau et Hugues Giroux en donnent une autre illustration concrète à travers l’outil de modélisation en 3D du sous-sol du centre-ville d’Aix-en-Provence : fondée sur une compilation des données géo-archéologiques et géo-techniques acquises depuis une quinzaine d’années, cette reconstitution paléo-géographique permet de mieux évaluer le potentiel archéologique et sédimentaire (épaisseur et nature des dépôts) et aide à mieux comprendre les changements paysagers et topographiques intervenus dans la moyenne vallée de l’Arc.

7Stéphane Gaillot, Laurent Strippoli, Hervé Tronchère et Nicolas Hirsch expliquent comment le service archéologique de Lyon sensibilise le public aux éléments physiques du paysage, à travers un SIG et plusieurs actions de médiation. Caroline Hoerni et Ivan Lafarge relatent les débuts du parc départemental de la Haute-Île à Neuilly-sur-Marne, en Seine-Saint-Denis. Située sur la basse terrasse de la rivière, cette friche devenue halte de nichage pour de nombreuses espèces d’oiseaux a été classée réserve Natura 2000. Les fouilles archéologiques y ont mis au jour plusieurs occupations bien caractérisées entre le Mésolithique et l’époque gallo-romaine. D’abord centré sur la préhistoire, l’archéosite s’oriente aujourd’hui vers la « science participative » autour de l’agriculture au Néolithique – outils, semences, techniques et saisonnalité –, selon un protocole expérimental conçu par les archéologues et agronomes du Département et des chercheurs du Muséum national d’histoire naturelle.

8Emanuela Rossetti o Roscetti, Cristiana La Serra et Fabio Lico exposent le projet de l’association Mnémosyme pour le Parc archéologique médiéval de Mileto en Calabre (Italie) : réhabilitation et ouverture à la visite d’une partie du site, organisation de manifestations culturelles, mise en œuvre d’ateliers pédagogiques en partenariat avec le Ministero dell’istruzione, dell’università e della ricerca, l’association Patronato Anmil (Union italienne des aveugles et des malvoyants) et des centres d’accueil de migrants, etc. Fondée au début du xie siècle par le Normand Roger de Hauteville (vers 1031-1101), Mileto Antica a été détruite par le grand séisme de 1783, après avoir résisté à de nombreux tremblements de terre. Le projet de recherches de Mnémosyme s’intéresse donc à l’impact des séismes sur le territoire de la Calabre, située à l’intersection de la faille africaine et de la faille européenne. L’objectif de l’équipe pluridisciplinaire composée de géologues, d’urbanistes, d’architectes et de restaurateurs est de fournir aux collectivités territoriales les données indispensables aux Piano di Sicurezza e Coordinamento – documents qui décrivent toutes les phases critiques d’un chantier et prescrivent les démarches capables de prévenir ou de réduire les risques.

Le paysage, une référence identitaire ?

9Loin des panoramas géographiques ou humains pittoresques, les paysages de l’archéologie sont en réalité autant d’assemblages en permanente recomposition, qui éclairent notre relation aux territoires contemporains. Qu’ils soient ruraux, urbains ou industriels, ils ont désormais rejoint les champs patrimoniaux et jouent un rôle déterminant de cadres et de repères dans la refonte des échelles et des identités territoriales qui s’opère.

10Une identité, c’est d’abord un nom. Or, dans l’immense majorité des cas, celui que choisissent les communes nouvelles et les grandes intercommunalités fait référence à une composante du paysage, comme le prouve l’exemple du département du Calvados, exposé en conclusion par Vincent Hincker et Cécile Germain-Vallée. Ce choix repose sur l’idée selon laquelle le paysage, dénué d’histoire, est une valeur neutre et donc consensuelle. Il lui manque toutefois le récit qui faciliterait son appropriation par les citoyens, et l’émergence chez eux d’un sentiment d’appartenance. Or, les archéologues qui, avec les géographes, travaillent sur la très longue durée, savent que les paysages, domestiqués et façonnés par des millénaires d’exploitation et d’aménagement, sont des constructions historiques. Il leur appartient de faire connaître le résultat de leurs recherches, pour irriguer la mise en récit des paysages choisis comme références identitaires des nouvelles collectivités.

***

11La parution tardive de ce numéro des Nouvelles de l’archéologie, dont nous nous excusons, s’explique par le départ de Latéfa Faïz et l’arrivée de Laura Olber au secrétariat de rédaction. Ces mouvements anticipent la refonte de la maquette. Elle se concrétisera bientôt, dans le prochain dossier dédié à l’art préhistorique et exceptionnellement publié en couleurs. Dans l’attente, nous exprimons tous nos remerciements à la graphiste Virginie Teillet, qui nous accompagne depuis une quinzaine d’années et signe ici sa dernière maquette.

12La Rédaction

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La rédaction, « Archéologie et paysage », Les nouvelles de l'archéologie, 153 | 2018, 3-4.

Référence électronique

La rédaction, « Archéologie et paysage », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 153 | 2018, mis en ligne le 14 mars 2019, consulté le 18 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/nda/4597

Haut de page

Auteur

La rédaction

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals