Navigation – Plan du site
De la patrimonialisation des paysages à leur mise en tourisme

La patrimonialisation de l’oppidum de Gergovie (La Roche-Blanche, Puy-de-Dôme) : construction symbolique d’un paysage culturel

Patrimonialisation of the oppidum of Gergovie (La Roche-Blanche, Puy-de-Dôme): symbolic construction of a cultural landscape
Léa Maroufin
p. 11-16

Résumés

À travers l’exemple du plateau de Gergovie, cet article interroge l’influence de vestiges archéologiques peu visibles dans l’appréhension d’un paysage culturel. Tant dans sa dimension matérielle que fictive, Gergovie démontre une persistance des différents processus de patrimonialisation qui conditionnent la lisibilité de son paysage. In fine, les vestiges demeurent prégnants dans nos représentations du site, soit grâce à la monumentalisation qui révèle cet invisible, soit par l’appellation oppidum qui revêt des imaginaires spécifiques.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Le plateau de Gergovie, dans le Puy-de-Dôme, qui surplombe la ville de Clermont-Ferrand à 744 mètres d’altitude, est un sujet pertinent pour interroger les liens entre archéologie et paysage et, en premier lieu, l’influence de la présence de vestiges archéologiques dans l’appréhension d’un paysage. À partir de cet exemple, nous souhaitons analyser la manière dont le regard projeté sur ce site capte inconsciemment un ensemble de symboles issus des usages sociaux et politiques qui se sont succédé depuis la fin du xixe siècle. Pierre Nora (1997 [1984]) postule l’existence d’une forme immatérielle des lieux de mémoire, qui résiderait dans la perception même que la société se fait de ces symboles de la nation. De la même manière, Gergovie est un paysage physique mais aussi symbolique, dans son appellation et dans les motifs de croyance du passé qu’il évoque. Le paysage, a fortiori le paysage archéologique, existe donc matériellement mais aussi fictivement dans nos représentations et nos imaginaires individuels et collectifs.

2À la suite de Jean Davallon (2011), qui théorise l’exposition comme « un médium fondé sur un espace », il est donc possible de conceptualiser un paysage culturel comme un médium spatial et temporel. Comme l’exposition, le paysage culturel est un support matériel qui projette un discours symbolique mais, de par l’ancienneté des vestiges qui s’y trouvent, il est aussi porteur d’un message provenant du passé. Toutefois, si l’exposition émet un message préétabli du fait de l’intentionnalité de ses créateurs, le discours produit par un objet du patrimoine revêt une dimension inconsciente, issue des usages du passé. Si l’oppidum de Gergovie est ainsi un médium spatial qui, à la manière d’une exposition muséale, génère un message par sa simple réalité physique, le plateau est également un médium temporel évolutif. L’étude ne vise donc ni à recenser les objets trouvés sur le site, ni à questionner les méthodes de fouilles utilisées, mais à s’interroger sur les usages politiques et sociaux qui ont façonné la symbolique qui émane du site.

Figure 1. Monument commémorant la victoire gauloise sur les troupes de Jules César en 52 av. J.-C au sommet de l’oppidum de Gergovie, offert en 1902 par l’Académie des sciences, belles-lettres et arts de Clermont-Ferrand. DR.

Figure 1. Monument commémorant la victoire gauloise sur les troupes de Jules César en 52 av. J.-C au sommet de l’oppidum de Gergovie, offert en 1902 par l’Académie des sciences, belles-lettres et arts de Clermont-Ferrand. DR.

Étude socio-historique d’un paysage culturel

  • 1 La Convention de l’Unesco pour la protection du patrimoine naturel et culturel de 1972 établit tro (...)

3Les concepts de patrimoine et de paysage tendent à s’hybrider, d’une part dans la manière dont on appréhende désormais le paysage au travers des valeurs culturelles d’un territoire, et d’autre part dans les lectures paysagères qui sont faites de certains patrimoines. Aussi, le paysage n’est plus un décor qui entourerait l’objet patrimonial, il en est lui-même une de ses composantes. Cette porosité entre patrimoine et paysage, à laquelle se sont attachées nombre d’études en sciences sociales (par exemple, Voisin & Servain-Courant 2016), a été institutionnalisée par l’Unesco en 1972 sous l’appellation de « paysage culturel », qui se définit par « les œuvres combinées de l’homme et de la nature1 ».

4S’il faut reconnaître à l’Unesco le mérite d’avoir popularisé cette notion de « paysage culturel », elle contient néanmoins une limite théorique dans l’opposition entre nature et culture qu’elle induit. Le présent article s’attache à dépasser cette conception et suggère comme postulat de départ que le paysage est issu d’un regard culturellement et historiquement situé. Autrement dit, il ne peut exister en dehors de son interaction avec le social, il n’est pas une évidence ni un état de fait mais une construction symbolique de notre environnement. En cela, paysage et patrimoine entretiennent une autre similitude : ils sont le résultat de divers processus de sélection et de sacralisation, selon leur force de représentation pour les communautés dans lesquelles ils s’intègrent.

5Le regard que nous portons sur un paysage, tout comme sur un patrimoine, capte par conséquent un ensemble de productions symboliques qui proviennent de leurs usages sociaux à travers les époques. Néanmoins, le paysage qui comprend en son sein des objets reconnus comme « patrimoine » se voit redoublé d’une valeur particulière, attachée aux enjeux identitaires du territoire dans lequel il s’inscrit. Dans le cas d’un patrimoine bâti, celui-ci participe à la composition paysagère. Or, les patrimoines archéologiques ne sont pas toujours visibles, en particulier dans le cas de vestiges enfouis ou disparus. Tout du moins, ils échappent d’autant plus facilement à l’œil profane qu’ils se fondent dans leur environnement. Pourtant, cette invisibilité n’est pas nécessairement synonyme de désintérêt et d’oubli. Au contraire, la présence de vestiges archéologiques modifie l’appréhension du paysage par le biais de deux processus complémentaires. D’une part au travers de l’institutionnalisation du site, c’est-à-dire l’ensemble des phénomènes sociaux qui mènent à la normalisation du système de valeur propre au site : l’encadrement institutionnel mais aussi les croyances, les représentations et les pratiques, font de Gergovie un lieu de mémoire évident. D’autre part, au travers de la monumentalisation du site, qui matérialise ces vestiges invisibles mais fige la représentation d’une époque donnée, désormais soumise à l’interprétation des générations suivantes.

  • 2 Une zone de grands dallages a en particulier été découverte au centre du plateau de Gergovie en 20 (...)

6Pour répondre à cette problématique, la posture choisie est socio-historique ­– bien qu’ouverte aux thématiques propres à l’histoire sociale, à l’anthropologie et à la sémiologie. Cette approche permet de faire varier différentes échelles entre le temps court, pour interroger les actions, et le temps long, pour étudier les effets des usages. L’étude de la patrimonialisation de Gergovie ne peut donc faire abstraction des « conditions sociales de production des représentations partagées du passées » (Lavabre 2000 : 25), car cela reviendrait à l’appréhender comme un phénomène anhistorique. Cette recherche, issue d’un mémoire de master en sociologie et en histoire du patrimoine, mobilise principalement des sources archivistiques, complétées par des entretiens ethnographiques avec les acteurs principaux engagés dans la patrimonialisation actuelle du site (direction régionale des affaires culturelles, conseil départemental du Puy-de-Dôme, office de tourisme, associations d’érudits locaux). Une enquête sur la réception des visiteurs du site a également été amorcée au printemps 2015, mais elle doit être nuancée au vu des nouvelles découvertes des campagnes de fouilles depuis 20162.

Institutionnalisation de Gergovie

Un paysage national

  • 3 L’historienne allemande Charlotte Tacke (1995) a établi une comparaison entre la construction des (...)

7Comme le rappelle Anne Sgard (2016), les notions de patrimoine et de paysage, dans leur acception contemporaine, apparaissent au xixe siècle, dans le contexte de l’émergence des nations. La « culture paysagère » est une représentation des valeurs de la nation, une célébration de la patrie au travers d’éléments naturels sélectionnés. Aussi, de la même manière que le patrimoine matérialise une continuité fictive avec les origines d’une communauté, le paysage confère un esthétisme particulier à un territoire. François Walter présente différentes iconographies qui ont modelé les nations européennes, comme la forêt pour l’Allemagne ou les Alpes pour la Suisse (Walter 2004 : 158). Il explique que le concept de nation se répand sur le territoire par des processus narratifs, des codes sémiotiques, qui sont identifiables matériellement mais aussi fictivement, et qui vont prendre forme, se révéler dans les objets de patrimoine et dans le paysage. Néanmoins, il juge que Gergovie, à l’inverse de son concurrent allemand, le Hermannsdenkmal ou monument d’Hermann, sur le site de Teutberg3, serait dépourvu d’une dimension paysagère, l’aspect naturel s’étant effacé au profit de sa fonction historique – alors qu’il nous semble, pour notre part, que les deux composantes sont indissociables.

8Gergovie, lieu des combats césariens contre les Gaulois, devenu un célèbre symbole de la nation française au xixe siècle, connaît différents moments qui tendent à en faire un paysage idéologisé. En effet, en pleine période d’affirmation des nations, débute un processus de recherches des « antiquités nationales », c’est-à-dire des « vestiges que l’on qualifie de “celtiques” [...] prêts à légitimer des positions idéologiques » (Lehöerff 2009 : 1 115). Les investigations archéologiques des antiquaires du xixe siècle se focalisent donc sur l’étude des origines de la nation française, en lien avec le mythe gaulois qui s’institutionnalise avec la pratique de l’archéologie. Le site fait l’objet d’une collecte frénétique par les habitants et les collectionneurs alentours, comme le rapporte l’académicien clermontois Mathieu Pierre-Pardoux (1799-1880) :

« […] chaque année la bêche exhume en grande quantité, le sol est littéralement couvert d’un bout à l’autre de fragments de poterie de toute espèce. Il n’est pas de visiteur qui descendu à [Gergovie], ne soit assailli par les villageois, qui viennent lui offrir de petits lots en objets variés. » (Mathieu 1862 : 30-31).

9En 1861 et 1862, le plateau est fouillé à la demande de Napoléon III (1808-1873), sous la direction de son officier d’ordonnance Eugène Stoffel (1821-1907). Les fouilles apportent une légitimité scientifique à Gergovie, ce qui contribue à sa reconnaissance. Mais ce lien avec le Second Empire va, après la chute du régime impérial, entraîner une déconsidération du site et de sa valeur patrimoniale. L’humiliante défaite de Sedan et les efforts de la IIIe République pour diaboliser Napoléon III ont pu contribuer à l’émergence de la mouvance sceptique qui, au xxe siècle, va perpétuellement mettre en doute la localisation des sites gaulois, tels Gergovie ou Alésia. Ainsi sont apparus des phénomènes de rejet des « thèses officielles » – ici « napoléoniennes » –, au profit de sites dissidents. Malgré ces polémiques, Gergovie connaît un début d’institutionnalisation : classé dès 1862 au titre des Monuments historiques, c’est un patrimoine collectivement reconnu et protégé. Toutefois, s’il est encore cité sur la liste de 1875, il n’apparaît plus sur celles de 1889 et de 1913, qui a valeur de juridiction. Ce déclassement est passé inaperçu jusqu’en 2010 : ainsi, la commission Rémond de 2003, chargée d’identifier les monuments dont la gestion peut être transférée aux collectivités territoriales, mentionne bien Gergovie. Les services des Monuments historiques ont entamé une nouvelle procédure de classement en 2011.

Le label oppidum

10L’institutionnalisation et la patrimonialisation de Gondole et Corent, autres oppida du bassin clermontois, ont été plus tardives. Dès le milieu du xixe siècle, tous deux font l’objet de collectes importantes mais les artefacts trouvés sont souvent présentés comme provenant de Gergovie. Les paysans du voisinage, qui vivent aussi du commerce des fouilles, ont compris que l’appellation « Gergovie » promettait une rémunération plus élevée et ils lui attribuent couramment des trouvailles faites à Corent, nettement plus riche en objets. Ainsi, il n’est pas rare de remarquer, dans la description des objets répertoriés en 1857 par le docteur Auguste Peghoux et Gustave Grange, la mention « Corent ou Gergovia ». À d’autres occasions, ces auteurs affirment précisément l’erreur de provenance : « trouvé à Corent, indiqué par erreur comme trouvé à Gergovia » (Grange 1857 : 27).

11Il est également à noter que Corent est qualifié de « montagne » sans que lui soit reconnue la qualité d’oppidum, pourtant déjà conférée à Gergovie. En effet, jusque dans les années 1930, Gondole et Corent restent identifiés comme les potentielles localisations des camps césariens de la célèbre bataille de -52, et il faut attendre les années 1980 pour que les archéologues Vincent Guichard et John Collis y entreprennent des fouilles et les requalifient en oppida. Or, le terme n’est pas anodin car, en dehors de la réalité archéologique et chronologique qu’il définit, il évoque certains motifs identitaires liés à une imagerie inconsciente de la communauté nationale.

12D’autre part, cette appellation vaut comme preuve tacite de la présence de vestiges tout à la fois réels et imaginés. Elle pallie leur manque de visibilité en leur octroyant une dimension imaginaire supplémentaire car, à l’inverse d’un plateau basaltique ordinaire, celui de Gergovie possède en son sein des traces d’un passé mythique. L’important n’est pas tant de les voir que de s’en persuader. On rejoint ici les théories de Marcel Mauss (1872-1950), pour qui la magie est un processus entre l’acceptation, par le profane, d’une réalité inexpliquée pour lui et l’accréditation qu’il donne du même coup au magicien. Le public ne croit pas seulement en la magie de l’acte, il impose à l’acte d’être magique (Mauss 2013 [1950]). Les vestiges de l’oppidum existent donc en priorité dans leur dimension fictive, car le visiteur impose qu’ils soient présents.

13L’histoire de l’institutionnalisation de Gergovie en tant que paysage national et oppidum reconnu infuse dans l’appréciation actuelle que l’on se fait du site. Établi sur un relief en surplomb au-dessus de la ville de Clermont, il s’impose de fait à notre regard, mais c’est sa patrimonialisation, associée à l’appellation d’oppidum, qui en fait un paysage culturel considéré comme évident.

Les monuments, révélateurs de l’invisible

14Le paysage de Gergovie résulte aussi des constructions modernes destinées à monumentaliser le site. L’invisibilité des vestiges est en effet doublée par des édifices érigés à différentes époques et qui sont les réminiscences des usages alors en cours. Ainsi, certains moments de la patrimonialisation sont pétrifiés et, avec eux, les discours idéologiques associés à leur contexte historique et politique.

15À l’occasion des fouilles de 1862, Napoléon III vient en personne visiter le chantier, ce qui donne lieu à une grande fête populaire sur le plateau. Ces réjouissances sont commémorées par l’érection d’une stèle, où sont gravés les mots suivants :

 « Le 9 juillet 1862 à midi, après avoir visité le Plateau de Gergovia, Sa Majesté Napoléon III s’est reposée à cette place. »

16Mais, contrairement à Alésia, l’Empereur ne fera pas ériger de statue à la gloire de Vercingétorix, décevant les vœux formulés par certains intellectuels :

« Voir élever, sur le plateau de Gergovia, du côté qui regarde Clermont et la Limagne, une statue colossale de Vercingétorix, du héros de l’indépendance nationale » (Nadeau 1862 : 278).

17À partir de 1865, l’Académie des sciences, belles-lettres et beaux-arts de Clermont-Ferrand envisage la construction d’un monument sur le plateau. Les projets imaginés, qui portent à la fois sur Gergovie ou sur Vercingétorix, n’appellent pas les mêmes réalisations monumentales. Le personnage requiert une monumentalisation figurative, quand le site, qui fait référence à une bataille, peut être représenté sous des formes réalistes ou symboliques. Après des années de concertation, ce n’est pas un, mais deux monuments, défendus par des élites antagonistes, qui vont voir le jour sous la IIIe République. D’une part, les élites traditionnelles et conservatrices construisent un cénotaphe sur le plateau en 1902. D’autre part, les élites républicaines et libérales commandent une statue équestre de Vercingétorix au sculpteur Auguste Bartholdi (1834-1904), et l’érigent sur la place de Jaude, à Clermont-Ferrand, en 1903 (Ehrard 1980 : 40-97 ; 1982 : 307-317 ; 2003 : 133-143 ; Tacke 1995).

Le monument de Gergovie

18Le monument est construit à la pointe du Plateau en 1902, à l’initiative de l’Académie des sciences, belles-lettres et arts de Clermont-Ferrand, dont les membres appartiennent aux milieux de la magistrature et de la noblesse (Tacke 1995 : 115). Mesurant 26 mètres de hauteur, il est constitué d’une crypte hexagonale sur laquelle se dressent trois colonnes soutenant trois arcs au-dessus desquels repose un casque ailé. Trois plaques, rédigées en latin, rendent hommage à Vercingétorix mais également à l’Académie. En définitive, cette construction est difficile à comprendre pour les profanes : le héros gaulois n’est pas représenté physiquement et la question se pose de savoir à qui il est finalement dédié. Néanmoins, ce monument change pour la première fois durablement la forme du site.

19Pendant l’Occupation, le régime de Vichy va le transformer pour y fêter le deuxième anniversaire de la Légion (Ehrard 2003 : 136). À cette occasion, des gradins sont ajoutés aux soubassements, la porte de la crypte est déplacée et les sept étoiles du maréchal Pétain sont ajoutées au-dessus. De plus, la route qui mène à Gergovie est réaménagée pour faciliter la circulation. Les festivités durent deux jours, les 29 et 30 août 1942, durant lesquels de multiples discours et cortèges défilent à Clermont-Ferrand. Le point culminant de la cérémonie réside cependant dans le dépôt de terres venues de toutes les provinces de France – y compris de l’empire colonial –, dans la crypte du monument : après la stèle de Napoléon III, c’est désormais Vichy qui laisse une trace matérielle de son passage sur le plateau. Ainsi s’opère un double transfert consistant, d’une part, en la captation du capital symbolique du site par des acteurs politiques qui, d’autre part et dans le même temps, y apposent une trace qui modifie à long terme sa réception et sa compréhension.

Réception de la monumentalisation

20Longtemps, le discours mémoriel a été étudié au prisme de la typologie proposée par l’historien de l’art Aloïs Riegl (1858-1905), qui classe les monuments selon leur « valeur historique », leur « valeur commémorative » et leur « valeur d’ancienneté ». Or, cette typologie compare à la fois des processus, d’intention ou de réception, et des propriétés intrinsèques et il est préférable, comme le souligne Daniel Fabre, d’en utiliser une autre qui distingue les monuments selon leurs fonctions (Debray 1999b ; Fabre 1999) :

  • le « monument-message » a une fonction commémorative et produit un discours qui exige nécessairement d’être décodé (un obélisque) ;
  • le « monument-trace » est un item ayant une utilité redoublée d’une valeur émotionnelle (une tranchée de guerre) ;
  • le « monument-forme » a une valeur esthétique (un jardin, une statue).

21Ces catégories sont des idéaux-types, un même monument pouvant cumuler différentes valeurs à la fois. Ainsi, la statue de Vercingétorix par Bartholdi appartient dans un premier temps aux catégories « monument-message » et « monument-forme », mais la perte de sens dont elle fait l’objet lui donne, au fil du temps, une valeur davantage esthétique. Imaginée pour être installée sur le site de Gergovie, elle est finalement érigée sur la place de Jaude et sa vocation originelle est oubliée après quelques années. Le monument de l’Académie, situé sur le plateau, est un « monument-message » mais il souffre de son incapacité à le transmettre, et ce dès sa création. Le discours patriotique et élitiste de l’Académie reste incompris car les codes nécessaires à son décryptage n’ont jamais été assimilés. Par ailleurs, les modifications apportées par le régime de Vichy ont encore complexifié le message.

22Cependant, ces constructions transforment le plateau en monument lui-même, ce qui induit des pratiques différentes. Quels que soient les usages (visite, photographie, cérémonie), il faut désormais composer avec leur visibilité, même si « les monuments-message régressent en habitude visuelle et perdent tout pouvoir d’interprétation » (Debray 1999a : 36), ce qui entraîne un décalage entre le discours pétrifié du moment de la monumentalisation et sa réception future. Ainsi, ce qui permet aux monuments de s’inscrire, ou non, dans la production discursive du site, ne provient pas de la valeur des matériaux, des débats qui ont entouré leurs créations, des idéologies qui les sous-tendaient, mais bien de leurs pouvoirs à faire sens dans leur futur.

23Les différents monuments émettent des symboliques disparates, qui vont se hiérarchiser : la statue de Bartholdi, située place de Jaude à Clermont, est désinvestie de sa capacité mémorielle originelle et le monument de Gergovie n’est plus assimilé à l’Académie. Plus facile à comprendre pour les générations futures, la stèle de Napoléon III, construite en peu de temps et qui ne commémore pas la bataille, va entériner dans le temps le lien entre Gergovie et le régime impérial, quitte à reléguer au second plan les autres tentatives de monumentalisation et leurs filiations républicaines. Des observations menées sur le plateau au printemps 2015 prouvent cet affaiblissement de sens du monument de Gergovie et la confusion qui en est faite : l’histoire de sa construction est, soit ignorée des visiteurs, soit confondue avec les interventions du Second Empire et de Vichy.

  • 4 La stèle inaugurée en 1951 par le maréchal de Lattre de Tassigny (1889-1952) devant la maison des (...)

24Des phénomènes de confusion similaires ont été observés avec les pierriers agricoles modernes ou les vestiges de la maison de fouilles édifiée pendant la guerre par les universitaires strasbourgeois et leurs étudiants4, qui s’étaient repliés à l’université de Clermont-Ferrand. Or, une enquête auprès des visiteurs en 2015 prouve que certains y voient les ruines de constructions gallo-romaines, en écho aux représentations que le lieu suscite chez eux. De la même manière que l’appellation oppidum présupposait déjà une représentation mentale des vestiges, les traces anthropiques récentes sont réinterprétées selon ce que les visiteurs souhaitent percevoir. L’invisibilité des vestiges archéologiques est compensée par les monuments mais aussi par les traces plus récentes des pierriers et de la maison des Gergoviotes, au prix d’une méconnaissance de leur vocation initiale.

La nouvelle maison de Gergovie

  • 5 En application de la loi NOTRe, portant nouvelle organisation territoriale de la République, la co (...)

25Actuellement, le processus de monumentalisation du site est toujours à l’œuvre avec la réalisation d’un espace de restitution. Ce projet a débuté dans les années 1990, à l’initiative de la mairie de la Roche-Blanche et de l’association du site de Gergovie (Asg). Construit en 1992, le premier centre d’interprétation, dénommé Maison de Gergovie, qui accueillait l’office de tourisme de la municipalité de la Roche-Blanche, est rapidement devenu trop petit. En 2005, la communauté de communes Gergovie Val d’Allier5, qui souhaitait l’agrandir et mettre en valeur le site, lança un appel à projet auquel répondirent trois équipes pluridisciplinaires. Cependant, leurs projets, présentés en 2008, furent jugés trop onéreux pour être réalisés. Néanmoins, ils postulaient déjà diverses interprétations possibles, allant d’une vision environnementaliste, qui exigeait le déplacement de la Maison de Gergovie dans la plaine pour ne pas dénaturer le plateau, à une vision urbaniste, qui proposait au contraire de construire sur Gergovie un complexe en forme de mégalithes pour accueillir l’espace muséal et un restaurant.

26La communauté de communes décida finalement de s’en tenir à l’agrandissement de la Maison de Gergovie et de construire directement sur le plateau, à rebours des prescriptions paysagères et environnementales défendues par les services de la direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement. C’est finalement le conseil départemental du Puy-de-Dôme qui redynamisa le processus en 2014, en retenant définitivement cette option et en mettant en place un comité de pilotage et trois groupes de travail, dont un dédié à la dimension paysagère du site. In fine, l’espace de restitution se déploiera selon trois thèmes principaux : la bataille de Gergovie, la civilisation arverne et l’évolution des paysages. Le nouveau centre d’interprétation va donc modifier structurellement le paysage de Gergovie. Témoin des usages et du sens que notre génération donne à ce site, il influera sur sa réception future, car sa patrimonialisation est un processus dynamique toujours à l’œuvre.

Conclusion : Gergovie, un paysage culturel imaginaire ?

27L’étude de l’évolution de la patrimonialisation du plateau de Gergovie ne saurait ignorer sa dimension paysagère. Situé à quelques kilomètres de Clermont-Ferrand, il s’impose au regard, évoquant explicitement et implicitement des symboliques disparates. Paysage national fortement idéologisé, il émet des discours contradictoires, issus des multiples usages qui en ont été fait depuis la fin du xixe siècle. En effet, les traces physiques des différents processus de patrimonialisation agissent comme des réminiscences des divers usages politiques et sociaux que le site a connus. La lisibilité de Gergovie, si tant est que l’on puisse se limiter à une analyse purement sémiotique du paysage, est rendue difficile par le manque de visibilité des vestiges archéologiques et la présence de différentes constructions monumentales difficilement déchiffrables.

28C’est finalement en tant que paysage imaginaire que Gergovie possède une signification plus évidente, car il est un motif pertinent pour l’affirmation des identités territoriales nationales et locales. Dans cette capacité à être l’emblème d’un territoire, Gergovie s’apparente à ce que Mario Bédard nomme un « haut-lieu », c’est-à-dire « un espace intense » surinvesti symboliquement dans sa dimension historique, qui conditionne le rapport à soi et à l’altérité (Bédard 2002 : 232-234). Le paysage physique et fictif de Gergovie (malgré la porosité entre ces deux dimensions), est une source d’identification et de différenciation, au travers des nombreux filtres symboliques apposés. En définitive, il convient d’être conscient de cet arrière-plan structurant pour les futures mises en valeur dans leurs multiples dimensions : archéologiques, monumentales mais aussi paysagères et environnementales.

Haut de page

Bibliographie

Bédard M. 2002. « De l’être-ensemble à l’être-au-monde : le rôle du haut-lieu », Ethnologies, 24-2 : 229-241. www.erudit.org/fr/revues/ethno/2002-v24-n2-ethno530/006649ar/ ; DOI : doi.org/10.7202/006649ar.

Cauquelin A. 1989. L’invention du paysage. Paris, Plon.

Collot M. 1984. « L’horizon du paysage », in : Lire le paysage, lire les paysages : actes du colloque des 24 et 25 novembre 1983. Saint-Étienne, université de Saint-Étienne, Centre interdisciplinaire d’études et de recherches sur l’expression contemporaine : 121-129.

Davallon J. 2011. « Le pouvoir sémiotique de l’espace : vers une nouvelle conception de l’exposition ? », Hermès, 61-3 : 38-44. www.cairn.info/revue-hermes-la-revue-2011-3-page-38.htmDOI : doi.org/10.4267/2042/45500

Debray R. 1999a. L’abus monumental. Paris, Fayard.

Debray R. 1999b. « Trace, forme et message, la confusion des monuments », Cahiers de médiologie, 7 : 27-44. www.mediologie.org/ancien-site/cahiers-de-mediologie/07_monuments/debray.pdf.

Ehrard A. 1980. « Les Gaulois et la scupture au xixe siècle », in : A. Ehrard & M.-L. Hallopeau, Nos ancêtres les Gaulois : catalogue de l’exposition, 25 juin-30 septembre 1980. Clermont-Ferrand, Musée Bargoin : 40-97.

Ehrard A. 1982. « Vercingétorix contre Gergovie ? », in : P. Viallaneix & J. Ehrard, Nos ancêtres les gaulois : actes du colloque international de Clermont-Ferrand. Clermont-Ferrand, université Blaise-Pascal : 307-317 (Publications de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines ; 13).

Ehrard A. 2003. « Gergovie un “haut lieu” de la France », Vingtième siècle, revue d’histoire, 78 : 133-143. www.cairn.info/revue-vingtieme-siecle-revue-d-histoire-2003-2-page-13.

Fabre, D. 1999. « Gavroche et l’éléphant », in : R. Debray, L’abus monumental. Paris, Fayard : 271-281.

Garcia M., Genechesi J. & Oesterle S. 2007. Le sanctuaire de Gergovie (Puy-de-Dôme) : campagne de fouille 2007, rapport d’activité.

Grange G. 1857. Mélanges archéologiques ou Recueil de dessins d’objets, vases, sceaux, monnaies et fragments antiques, trouvés dans différentes localités d’Auvergne, accompagnés de quelques notes en regard. Clermont-Ferrand.

Guichard V. 2001. « Les recherches archéologiques à Gergovie sous le Second Empire », Bulletin de la société historique de Compiègne, 37 : 117-126. http://www.histoirecompiegne.com/imageProvider.asp?private_resource=11322&fn=37%2D22%2Epdf.

Jud P. (dir.), Loughton M., Pasty J.-F., Argant T. & Charbouillot S. (collab.). 2016. La Roche-Blanche (63), Gergovie : rapport de fouilles.

Jud P. (dir.), Loughton M. & Pasty J.-F. (collab.). 2017. La Roche-Blanche (63), Gergovie : rapport de fouilles.

Lalouette J. 2002. « Vercingétorix : 1940-1945. De Vichy au maquis », in : Ch. Bougeard (dir.), Bretagne et identités régionales pendant la Seconde Guerre mondiale : actes du colloque de Brest, 15-17 novembre 2011. Brest, Les éditions du Crbc (Centre de recherche bretonne et celtique de l’université de Bretagne occidentale).

Lavabre M-C. 2000. « Usages et mésusages de la notion de mémoire », Critique internationale, 7 : 48-57. www.persee.fr/docAsPDF/criti_1290-7839_2000_num_7_1_1560 ; DOI : doi.org/10.3406/criti.2000.1560.

Lehöerff A. 2009. « Les paradoxes de la protohistoire française », Annales, histoire, sciences sociales, 64 : 1 107-1 133. www.cairn.info/revue-annales-2009-5-page-1107.

Mauss M. 2013 [1950]. Sociologie et anthropologie. Paris, Presses universitaires de France (Collection « Quadrige »).

Mathieu P-P. 1862. Vercingétorix et César à Gergovia, où sont exposées et résolues, d’après de récentes découvertes les questions relatives à cet épisode de l’histoire d’Auvergne. Clermont-Ferrand, Archives départementales du Puy-de-Dôme, Manuscrit cote 92 J 8.

Nadeau L. 1862. Gergovia, le Mont-Dore et Royat : voyage en Auvergne. Paris, Dentu.

Nora P. 1997 [1984]. Les lieux de mémoire. Paris, Gallimard, 3 vol. (Collection « Quarto »).

Peghoux A. 1857, « Essai sur les monnaies des Arverni », Annales scientifiques, littéraires et industrielles de l’Auvergne, XXX : 219-288.

Poulot D. 2006. Une histoire du patrimoine en Occident, xviiie-xxie siècle. Du monument aux valeurs. Paris, Presses universitaires de France (Collection « Le Nœud gordien »).

Ricard M-A. 2009. « Le paysage entre mythe et visage du pays », in : M. Bédard (dir.), Le paysage : un projet politique. Québec, Presses de l’Université du Québec : 15-40.

Roger A. (dir.). 2009 [1995]. La théorie du paysage en France (1974-1994). Seyssel, Éditions Champ Vallon (Collection « Les Classiques »).

Sgard A. 2016. « Conclusion », in : L. Voisin & S. Servain-Courant (dir.), Paysages et patrimoines : actes du colloque international de Blois, 24-25 septembre 2013. Tours, Presses universitaires François-Rabelais : 185-191.

Tacke C. 1995. Denkmal im sozialen Raum. Nationale Symbole in Deutschland und Frankreich im 19. Jahrhundert. Göttingen, Vandenhoeck und Ruprecht.

Voisin L. & Servain-Courant S. (dir.). 2016. Paysages et patrimoines. Tours, Presses universitaires François-Rabelais.

Walter F. 2009. « Les échelles d’un imaginaire paysage européen dans l’histoire », in : M. Bédard (dir.), Le paysage : un projet politique. Québec, Presses de l’Université du Québec : 45-70.

Walter F. 2004. Les figures paysagères de la nation : territoire et paysage en Europe, xvie-xxe siècle. Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales (Collection « Civilisations et sociétés »).

Haut de page

Notes

1 La Convention de l’Unesco pour la protection du patrimoine naturel et culturel de 1972 établit trois catégories pour les paysages culturels : les paysages conçus intentionnellement par l’homme (i), les paysages évolutifs (ii) qui comportent des traces matérielles humaines visibles, et les paysages culturels associatifs (iii) qui regroupent les paysages liés à des pratiques culturelles immatérielles et ne laissant pas ou peu de traces. Voir à ce sujet la révision 2017 des Orientations devant guider la mise en œuvre de la Convention du Patrimoine mondial : http://whc.unesco.org/fr/orientations.

2 Une zone de grands dallages a en particulier été découverte au centre du plateau de Gergovie en 2016 (Jud 2016 et 2017).

3 L’historienne allemande Charlotte Tacke (1995) a établi une comparaison entre la construction des monuments auvergnats et l’érection de la statue d’Hermann dans la forêt allemande de Teutberg, en Rhénanie-du-Nord-Westphalie. Son analyse porte sur la constitution des groupes d’influence et des réseaux ayant soutenu ces projets à l’échelle nationale et régionale.

4 La stèle inaugurée en 1951 par le maréchal de Lattre de Tassigny (1889-1952) devant la maison des Gergoviotes entrés dans la Résistance porte neuf noms. Le plus célèbre est celui de Jean Cavaillès (1903-1944), philosophe et mathématicien, qui montait souvent discuter avec eux avant d’être nommé à la Sorbonne à la rentrée 1941. Il fut fusillé, de même que Samuel Bader, Jean-Paul Cauchy et André Lévy. Claude Lévy et Pierre Haas ont été portés disparus, Augustin Morgenthaler est tombé au combat, Charles Lutzing et André Febvre sont morts des suites de la guerre (Lalouette 2002).

5 En application de la loi NOTRe, portant nouvelle organisation territoriale de la République, la communauté Gergovie Val d’Allier s’est fondue en 2016 dans celle de Mond’Arverne, élargie à 28 communes.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Monument commémorant la victoire gauloise sur les troupes de Jules César en 52 av. J.-C au sommet de l’oppidum de Gergovie, offert en 1902 par l’Académie des sciences, belles-lettres et arts de Clermont-Ferrand. DR.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/4621/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Léa Maroufin, « La patrimonialisation de l’oppidum de Gergovie (La Roche-Blanche, Puy-de-Dôme) : construction symbolique d’un paysage culturel », Les nouvelles de l'archéologie, 153 | 2018, 11-16.

Référence électronique

Léa Maroufin, « La patrimonialisation de l’oppidum de Gergovie (La Roche-Blanche, Puy-de-Dôme) : construction symbolique d’un paysage culturel », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 153 | 2018, mis en ligne le 14 mars 2019, consulté le 20 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/nda/4621 ; DOI : 10.4000/nda.4621

Haut de page

Auteur

Léa Maroufin

Doctorante en socio-anthropologie, Université Grenoble-Alpes UGA-CNRS UMR 5316 « Littérature & Arts ».

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals