Navigation – Plan du site
De la patrimonialisation des paysages à leur mise en tourisme

Archéologie et paysage à Hyères : deux sites antiques au cœur d’une Opération grand site

Archeology and landscape in Hyères: two ancient sites at the heart of a Grand Site campaign
François Carrassan et Carine Deal
p. 24-28

Résumés

L’Opération grand site (Ogs) « Presqu’île de Giens et salins d’Hyères », lancée sur la commune d’Hyères depuis 2011, constitue une opportunité de mise en valeur de deux sites archéologiques, celui d’Olbia et celui d’Aristée. La présentation des projets en cours ainsi que leurs contraintes spécifiques met en évidence la manière dont l’Opération grand site permet de mieux conjuguer la mise en valeur de ces patrimoines culturels et naturels rares.

Haut de page

Texte intégral

1Les conditions étaient évidemment réunies pour que se tiennent à Hyères les 10e Rencontres nationales de l’ANACT autour du thème archéologie et paysage. En effet, pour le paysage, on avait la Presqu’île de Giens, et pour l’archéologie, sur ladite presqu’île, on avait deux sites majeurs, le sanctuaire d’Aristée et Olbia (fig. 1).

Fig. 1. Périmètre de l’Ogs et localisation des sites d’Olbia et d’Aristée.

Fig. 1. Périmètre de l’Ogs et localisation des sites d’Olbia et d’Aristée.

© Ville d’Hyères.

2Mieux : la Presqu’île de Giens était un site classé objet d’une Opération grand site. Car le site était principalement victime d’une sur-fréquentation touristique. Autrement dit, « à cette pointe extrême, selon les mots de Saint-John Perse, où la France s’enfonce dans la splendeur méditerranéenne comme une lame solaire », le désordre et l’incohérence avaient fini par recouvrir sa beauté naturelle.

3Cependant qu’aux extrémités de la Presqu’île, nos deux sites archéologiques, enfoncés dans le temps, avaient survécu au hasard des usages et des mœurs. Le rocher d’Aristée se retrouvait dans la cour d’un lotissement tel un décor pour jeu d’enfants tandis que la colonie-forteresse d’Olbia recouverte par de la terre agricole avait ainsi gardé ses fondations dans leur jus.

4L’endroit était donc propice, en cet automne 2017, à la perception de la fragilité des choses humaines sur un site lui-même fragile, géologiquement et culturellement. La conscience du passage du temps et le drame du territoire pourraient intensément s’y ressentir. Et le paysage s’y fouiller.

5François Carrassan

6Comment la concertation menée dans le cadre de l’Ogs « Presqu’île de Giens et salins d’Hyères »  permet-elle de favoriser la mise en valeur de patrimoines culturels et naturels ? Comment à Hyères, les sites archéologiques de la presqu’île sont-ils pris en compte et leur mise en valeur soutenue – et amplifiée dans leur dimension paysagère – grâce à l’Ogs ? Après une brève présentation de cette opération et de ses objectifs, nous aborderons la question de la mise en valeur des sites d’Olbia et d’Aristée, en présentant leurs spécificités respectives en matière de relations au paysage, avant d’évoquer les bénéfices de la concertation dans le cadre de l’Ogs.

L’Opération grand site « Presqu’île de Giens et salins d’Hyères »: un projet concerté de restauration, préservation et mise en valeur du territoire1

  • 1 Les auteurs remercient Damien Bellon, chef du service Développement durable à la ville d’Hyères, p (...)
  • 2 Site classé au titre de la loi de protection des sites et des paysages (Code de l'environnement, l (...)
  • 3 Circulaire du 21 janvier 2011 relative à la politique des grands sites, ministère de l’Écologie.

7Une Opération grand site est une « démarche proposée par l’État aux collectivités territoriales pour répondre aux difficultés que posent l’accueil des visiteurs et l’entretien des sites classés2 de grande notoriété soumis à une forte fréquentation. Elle permet de définir et de mettre en œuvre un projet concerté de restauration, de préservation, de gestion et de mise en valeur du territoire. Il s’agit de retrouver les qualités qui font la renommée du site, mais aussi d’élaborer un projet qui permette d’en assurer la pérennité et de mettre en valeur le site dans toute sa diversité3 ». La finalité est l’obtention du label Grand Site de France.

8Les objectifs sont :

  • restaurer et protéger activement la qualité paysagère, naturelle et culturelle du site ;
  • améliorer la qualité de visite (accueil, stationnements, circuits, information, animation) dans le respect du site ;
  • favoriser le développement socio-économique local dans le respect des habitants.

9La Presqu’île de Giens, située sur la commune d’Hyères, représente l’une des curiosités géologiques les plus remarquables du littoral français, en raison de la singularité de sa configuration mais aussi de la richesse de sa biodiversité. Elle a la particularité d’être reliée au continent par deux cordons de sédiments ; un double tombolo. Le site des anciens salins est composé de deux unités : la zone située entre les deux cordons du tombolo, dénommée salin des Pesquiers et, à quelques kilomètres à l’est, les Vieux Salins. Compte tenu des évolutions climatiques et des modifications d’origine anthropique, la Presqu’île de Giens et les salins sont aujourd’hui des espaces particulièrement sensibles.

  • 4 Le site d’Olbia n’était initialement pas compris dans le périmètre de l’Ogs. C’est en 2015 que le (...)

10Le site de la presqu’île de Giens – 2 990 hectares dont 1 590 relevant du domaine public maritime – est classé depuis 2005. En 2007, une étude préalable a été lancée en accord avec les collectivités locales, les établissements publics et les services de l’État et, en 2011, le ministère de l’Écologie a validé la candidature de la ville d’Hyères. L’étude de définition du projet, amorcée par la Ville en 2012 avec le soutien de l’État, a été relancée en 20154 avec l’élaboration d’un programme d’actions. En 2018, ont été organisées les études prioritaires et les premières actions.

11Six orientations sont retenues et, pour chacune d’entre elles, des fiches-actions sont définies avec les acteurs locaux :

  • Se déplacer : rééquilibrer les déplacements au profit de modes de circulation douce et de transports en commun, maîtriser leurs impacts.

  • Accueillir : créer les portes d’entrée du grand site et une interface de qualité entre littoral et quartiers urbains ; concevoir une signalétique de territoire globale, qualitative et maîtrisée.

  • Valoriser pour mieux partager la connaissance du patrimoine culturel et naturel de la presqu’île et du littoral.

  • Restaurer : adapter les constructions, les aménagements et les activités humaines, économiques et touristiques en fonction de la sensibilité du grand site.

  • Préserver : mettre en œuvre des dispositions de gestion favorables à la biodiversité et aux paysages.

  • Mettre en œuvre : assurer le fonctionnement, la coordination, l’animation et le suivi du grand site.

12Les deux sites archéologiques d’Olibia et d’Aristée qui nous intéressent ici ont une visibilité très inégale dans l’environnement de la Presqu’île de Giens, chacun posant ses propres défis en matière de mise en valeur. Nous nous proposons de les présenter dans cet article, en nous intéressant particulièrement à la manière dont l’Ogs permet l’émergence de solutions pour améliorer leur valorisation patrimoniale.

Le site d’Olbia : donner à voir l’ampleur de la ville et sa connexion avec la mer

13Situé à l’entrée du tombolo ouest de la Presqu’île de Giens, Olbia de Provence est une forteresse grecque, colonie de Marseille, fondée vers 325 avant J.-C. qui, au ier siècle avant J.-C., passe sous domination romaine. La ville antique est occupée pendant près de 1 000 ans. Aux xiiie et xive siècles, l’abbaye Saint-Pierre de l’Almanarre est bâtie sur les ruines d’Olbia. Classé monument historique depuis 1947, acheté par l’État en 1955, le site fait l’objet d’une exploration scientifique quasi continue depuis 70 ans, sous la conduite d’archéologues, dont les deux principaux sont Jacques Coupry, de 1947 à 1972, et Michel Bats, de 1982 à aujourd’hui.

  • 5 Extrait de la Convention portant transfert de propriété entre l’État et la commune, décembre 2009.

14La nature exceptionnelle d’Olbia réside dans le fait qu’elle est la seule ville d’origine grecque conservée en France dans l’intégralité de son plan d’origine, et ouverte au public. En 2009, l’État en a transféré la propriété à la ville d’Hyères, qui s’est engagée à la « mise en valeur du monument et l’ouverture au public », ainsi qu’à en « favoriser la connaissance5 ». Suivant ses engagements, la Ville a recruté en 2013 un maître d’œuvre pour la conservation et la valorisation des vestiges, le groupement d’architectes Eupalinos.

15Suite à un diagnostic approfondi sur l’état de conservation des vestiges et les abords du site, les études ont un double objectif :

  • programmer les travaux d’urgence pour la conservation des vestiges et la sécurité des visiteurs ;

  • programmer la restauration des vestiges et leur présentation au public, notamment par la valorisation monumentale et paysagère mais aussi l’amélioration des abords.

16Une première phase de travaux d’urgence, réalisée par l’entreprise Axes et Sites, a eu lieu en 2015 pour consolider des maçonneries. Deux autres phases de travaux sont prévues, dont la prochaine est programmée dès 2019.

Olbia et son environnement : paysage et abords

17Dès les premières réunions entre les services de la direction régionale des affaires culturelles (Drac) et la municipalité, les acteurs s’entendent sur les atouts majeurs du site, à savoir sa nature exceptionnelle – seule ville d’origine grecque visible en tant que telle – ainsi que son cadre environnemental remarquable (fig. 2). Les choix faits pour la restauration et la mise en valeur des vestiges découlent de ces deux valeurs fortes. Ainsi, parmi les options de conservation des vestiges, celle de les couvrir de grandes toitures a été écartée pour éviter que le point de vue sur la presqu’île ne soit masqué. L’option retenue pour la consolidation des murs en moellons a été la création d’« assises sacrificielles » protégeant les têtes de murs (ces assises ajoutées aux murs antiques sont dites « sacrificielles » car elles sont destinées à les protéger contre les effets des intempéries).

Fig. 2. Situation d’Olbia à l’entrée du tombolo ouest de la Presqu’île de Giens.

Fig. 2. Situation d’Olbia à l’entrée du tombolo ouest de la Presqu’île de Giens.

© J.-P. Bellen, 2012.

18Une seconde question est d’arriver à donner à voir l’ampleur du site archéologique et sa connexion avec la mer. La visibilité d’Olbia, dans le quartier de l’Almanarre, est en effet très faible et son entrée, située dans une impasse et sur une servitude de passage, est quasi invisible depuis la route départementale. Par ailleurs, les deux routes qui traversent le site antique en perturbent la continuité : à l’ouest, le chemin communal de Pomponiana, actuellement fermé à la circulation des véhicules, le sépare du rempart ouest. Au sud, la route départementale 559 le coupe de la parcelle dite « du bord de mer », qui conserve le rempart sud, un établissement thermal et au-delà, dans la mer, les vestiges du quai romain.

Les perspectives d’amélioration offertes par l’Opération grand site

  • 6 Fiche action n° 13 : « Requalifier les espaces publics patrimoniaux de l’Almanarre ».

19La prise de conscience de l’importance du site d’Olbia, et de la nécessité de penser sa mise en valeur au-delà de sa clôture actuelle, remonte aux années 1980 ; il semble que l’Ogs offre aujourd’hui un cadre concret qui permette de le mettre en œuvre. En effet, l’aménagement périphérique du site figure parmi les actions retenues ; en tant que « porte d’entrée » du grand site, les espaces publics et patrimoniaux de l’Almanarre sont appelés à être requalifiés6 (fig. 3).

Fig. 3. Requalification des espaces publics autour du site d’Olbia.

Fig. 3. Requalification des espaces publics autour du site d’Olbia.

© Ville d’Hyères.

20Ce projet comprend :

  • la requalification du chemin de Pomponiana à l’ouest, pour rétablir la continuité du site archéologique ;

  • l’aménagement de son entrée par la RD 559 et la création d’un espace de rencontre entre celle-ci, la mer et les restaurants, grâce à l’acquisition par la ville de la maison située au sud ;

  • la réorganisation du stationnement grâce à la suppression des parkings en front de mer, voire la relocalisation de la base nautique ;

  • le réaménagement des espaces piétonniers en bord de mer, le long de la RD 559 ;

  • l’aménagement d’une piste cyclable entre San Salvadour et la route des Marais.

21Une partie de ces travaux est envisagée d’ici 2020.

  • 7 Étude des courants marins.

22On note également les bénéfices de l’Ogs en matière de préservation. En effet, la question de la conservation des vestiges du sud d’Olbia – qu’ils soient immergés (le quai romain, le mur de soutènement des thermes) ou conservés sur le rivage (le rempart sud, les bâtiments des thermes) – est désormais intégrée à la problématique plus large de la préservation durable du tombolo ouest. Les parcelles méridionales ont ainsi été intégrées aux études de courantologie7 et sédimentologie engagées.

Le sanctuaire d’Aristée : faire ré-émerger le rocher

  • 8 Fils d'Apollon et de la nymphe Cyrène, Aristée a une double spécialisation : d’une part, l’art de (...)

23Situé à l'extrémité du tombolo, à environ 4 km de la ville antique d'Olbia, le sanctuaire d'Aristée est aussi extraordinaire – scientifiquement parlant – que difficile à appréhender en matière de mise en valeur. Il s’agit d’un sanctuaire rupestre dédié au dieu Aristée, fréquenté du iie siècle avant J.-C. au ier siècle après J.-C. Fouillé de 1973 à 1982 par J. Coupry, le site a révélé près de 40 000 fragments de céramiques, répartis au pied du rocher. Près de 600 vases ont été remontés dont 320 portent des inscriptions. Il s’agit de dédicaces en langue grecque (sauf deux en latin), vœux ou remerciements, qui s’adressent explicitement au dieu Aristée8.

24Le sanctuaire d’Aristée à Hyères est le seul connu archéologiquement dans l’ensemble du monde grec. Son histoire est intimement liée à celle d’Olbia puisque les dédicants, pour la majeure partie d’entre eux au moins, y sont venus à pied. Il ne reste aujourd’hui que le rocher, surmonté des vestiges d’une tour du xviie siècle.

Le sanctuaire d’Aristée dans le paysage

25Suite à la fouille, le site n’a fait l’objet d’aucune protection particulière, les parcelles attenantes ont été vendues et le rocher se situe aujourd’hui sur une petite parcelle communale (1200 m²), entourée de parcelles privées bâties (fig. 4). Il est accessible par une servitude de passage, utilisée pour l’entretien par le service des espaces verts de la ville.

Fig. 4. Le rocher d’Aristée durant la fouille (1973-1982).

Fig. 4. Le rocher d’Aristée durant la fouille (1973-1982).

© CCJ – Le site aujourd’hui © Ville d’Hyères.

26Ironie du sort, le rocher a sans doute été choisi dans l’Antiquité parce qu’il était un point remarquable dans le paysage, émergeant entre le ciel et la mer dans cette zone humide. Aujourd’hui, il est si bien caché qu’il a disparu du paysage ; ignoré des Hyérois puisqu’il est inaccessible depuis des décennies. La question est de savoir comment lui redonner toute sa place dans l’environnement actuel.

Des pistes de mise en valeur appréhendées dans l’Opération grand site

  • 9 Depuis septembre 2016, la Direction immobilière de l’État (Die), rattachée à la Direction générale (...)

27Grâce à l’Ogs, un emplacement a été réservé au Plan local d’urbanisme, dans le but de créer sur la parcelle communale un espace public signalé et accessible depuis la route. Une estimation financière du bien a été demandée à la Direction immobilière de l’État9, afin de fixer un éventuel prix d’acquisition. Le rocher d’Aristée bénéficie ensuite, au même titre que d’autres points d’intérêt du grand site, d’un « atelier pédagogique régional » réalisé par l’École nationale supérieure du paysage de Versailles. Cinq étudiants doivent ainsi réfléchir aux outils à mettre en place pour leur mise en valeur, qui pourraient prendre la forme de visuels permettant de retrouver, sur place, le paysage disparu.

28En parallèle de ces questions d’aménagements qui s’inscrivent dans un temps long, nous menons dès aujourd’hui une réflexion sur les médiations à développer. Depuis trois ans, le programme d’activités du service dOlbia propose notamment :

  • Une visite-atelier sur le site d’Aristée, organisée au pied du rocher pour mieux le faire connaître des habitants. L’autorisation est demandée exceptionnellement à la copropriété de traverser la résidence.

  • Des « siestes archéologiques » sur le site d’Olbia ; des chaises longues sont installées sous les arbres alors que les visiteurs sont bercés de musique ou de lectures. L’objectif est de profiter pleinement des qualités patrimoniales et paysagères du site.

  • Une randonnée patrimoniale à travers la Presqu’île de Giens, co-organisée avec le site des Salins. Le circuit part d’Olbia, rejoint le site d’Aristée et revient par les Salins. L’objectif est de prendre le temps de traverser ce paysage somptueux en découvrant ses richesses naturelles et culturelles.

29Pour conclure, le cas de Hyères offre un bel exemple de mise en valeur conjuguée des patrimoines culturels et naturels exceptionnels de la presqu’île de Giens. Les prochaines années permettront, nous l’espérons, la concrétisation de ces projets, mais il nous semble déjà qu’à ce stade, la concertation au sein de l’Ogs est un atout pour la mise en valeur des sites archéologiques de la Presqu’île de Giens : Olbia – en travaillant son insertion dans le quartier de l’Almanarre pour dessiner un projet à la hauteur de sa rareté – et le sanctuaire d’Aristée – en le rendant visible, accessible et donc tangible.

30Carine Deal

Haut de page

Bibliographie

Ville d’Hyères. 2016. Projet Grand Site. Presqu’île de Giens et Salins d’Hyères : http://hyeres.fr/sites/default/files/atoms/files/definition_ogs_presquile.pdf

Ville d’Hyères. 2017. Étude « Protection du Tombolo Ouest de Giens et de la route du Sel » : http://hyeres.fr/sites/default/files/atoms/files/presentation_tombolo_cocons_280417.pdf

Bats M. 2011. « L’Acapte, Giens », in : R. Roure & L. Pernet (dir.), Des rites et des hommes. Paris, Errance : 260-264.

Bats M. 2006. Olbia de Provence (Hyères, Var) à l’époque romaine (ier s. av. J.-C.-viie s. ap. J.-C.). Aix-en-Provence, Édisud (Études massaliètes ; 9).

Bats M. & Roure R. (dir.). À paraître. Olbia de Provence, colonie de Marseille, à l’époque héllenistique (v. 330-v. 40 av. J.-C.).

Coupry J. & Giffault M. 1982. « La clientèle d’un sanctuaire d’Aristée aux îles d’Hyères (ier siècle avant J.-C.) », Parola des Passato : 360-370.

Haut de page

Notes

1 Les auteurs remercient Damien Bellon, chef du service Développement durable à la ville d’Hyères, pour la communication de ces données.

2 Site classé au titre de la loi de protection des sites et des paysages (Code de l'environnement, livre III, titre IV, chapitre 1).

3 Circulaire du 21 janvier 2011 relative à la politique des grands sites, ministère de l’Écologie.

4 Le site d’Olbia n’était initialement pas compris dans le périmètre de l’Ogs. C’est en 2015 que le périmètre a été étendu. Depuis, le projet de mise en valeur d’Olbia figure dans le programme de l’Ogs sous le terme « Conserver et valoriser le site archéologique d’Olbia » (fiche action n° 17).

5 Extrait de la Convention portant transfert de propriété entre l’État et la commune, décembre 2009.

6 Fiche action n° 13 : « Requalifier les espaces publics patrimoniaux de l’Almanarre ».

7 Étude des courants marins.

8 Fils d'Apollon et de la nymphe Cyrène, Aristée a une double spécialisation : d’une part, l’art de la médecine, et, d’autre part, celui de la laiterie, de l’élevage des abeilles, de la conduite de troupeaux, de la culture de la vigne et de l’olivier.

9 Depuis septembre 2016, la Direction immobilière de l’État (Die), rattachée à la Direction générale des finances publiques (Dgfip), remplace le service France Domaine, chargé de la gestion et de l’évaluation domaniales.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Périmètre de l’Ogs et localisation des sites d’Olbia et d’Aristée.
Crédits © Ville d’Hyères.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/4709/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Fig. 2. Situation d’Olbia à l’entrée du tombolo ouest de la Presqu’île de Giens.
Crédits © J.-P. Bellen, 2012.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/4709/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 3. Requalification des espaces publics autour du site d’Olbia.
Crédits © Ville d’Hyères.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/4709/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 5,9M
Titre Fig. 4. Le rocher d’Aristée durant la fouille (1973-1982).
Crédits © CCJ – Le site aujourd’hui © Ville d’Hyères.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/4709/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Carrassan et Carine Deal, « Archéologie et paysage à Hyères : deux sites antiques au cœur d’une Opération grand site », Les nouvelles de l'archéologie, 153 | 2018, 24-28.

Référence électronique

François Carrassan et Carine Deal, « Archéologie et paysage à Hyères : deux sites antiques au cœur d’une Opération grand site », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 153 | 2018, mis en ligne le 14 mars 2019, consulté le 15 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/nda/4709 ; DOI : 10.4000/nda.4709

Haut de page

Auteurs

François Carrassan

Maire adjoint à la culture de la ville d’Hyères – Hôtel de Ville, 12 avenue Joseph Clotis - BP709 83412 Hyères Cedex – fcarrassan@mairie-hyeres.com

Carine Deal

Archéologue de la ville d’Hyères, responsable du site d’Olbia - Hôtel de Ville, 12 avenue Joseph Clotis - BP709 83412 Hyères Cedex – cdeal@mairie-hyeres.com

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals