Navigation – Plan du site
L’archéologie des paysages, entre recherche scientifique et développement culturel

Le paysage géo-archéologique de collectivité

Milieu aride ou terres de cultures ?
Geoarchaeological landscapes in local communities: arid environment or cultural lands?
Quentin Borderie, Stéphane Bonnet, Teddy Bos, Stéphane Gaillot, Pauline Leconte, Éric Leroy, Murielle Meurisse-Fort, Hervé Tronchère, Cécile Germain-Vallée et Patrice Wuscher
p. 29-38

Résumés

Par l’étude des archives pédo-sédimentaires, l’approche géo-archéologique s’attache à comprendre la genèse des paysages, les relations qu’entretiennent les sociétés du passé avec leurs environnements et comment nous héritons, aujourd’hui, de ces dynamiques.
La pratique de la géoarchéologie trouve donc toute sa place dans les collectivités, où elle s’insère dans le processus de la recherche préventive, mais aussi dans le cadre d’actions programmées. Puisqu’ils peuvent réaliser des diagnostics, les services archéologiques de collectivité ont, de plus, accès à un formidable stock de données, qui dépasse les limites spatio-temporelles des seules emprises de fouille. Dans ce cadre, le géoarchéologue peut alors interroger différentes échelles spatio-temporelles, du chantier de fouille à la région et du Pléistocène à nos jours. Ces échelles sont nécessaires, puisque les questionnements historiques posés ne trouvent leur réponses qu’en interrogeant les interactions société-milieux sur le temps long et dans leur dimension pédo-sédimentaire : genèse des formes du paysage, qualité de conservation des vestiges archéologiques, aménagement et artificialisation des paysages, géomatériaux, cadre de vie des sociétés anciennes. Ces travaux qui intègrent l’ensemble des données paléo-environnementales s’insèrent, de plus, dans une approche interdisciplinaire.
Du Nord au Midi de la France, les exemples concrets de modes d’intervention, d’actions de recherche et de valorisation des résultats témoignent du dynamisme de la géoarchéologie dans les collectivités et de son caractère indispensable à la pratique de l’archéologie territoriale. En effet, les nombreux sujets abordés apportent des éléments de réflexion à des questionnements actuels, tels que l’érosion des sols, la gestion des déchets et des risques, la raréfaction des ressources et le changement climatique.

Haut de page

Texte intégral

1Créatrice de paysages, l’interaction entre les sociétés et leur environnement est l’objet de la recherche géoarchéologique par l’étude des sédiments et des sols (Bordes 1954 ; Vazart 1983 ; Borderie et al. 2016). Au-delà de la dichotomie entre nature et culture (Descola 2005), cette discipline plurielle se positionne au carrefour des savoir-faire et des connaissances pour mieux comprendre les territoires et leur évolution depuis le Pléistocène jusqu’à nos jours. Sa place dans les processus de l’archéologie préventive et programmée est désormais acquise (Cnra 2002, 2016).

2Pourtant, en 2016, le bilan et la programmation nationale de la recherche archéologique posaient toujours « la question de la pérennité de la coordination scientifique » des opérations de géoarchéologie afin d’assurer le « passage de l’échelle du site à l’échelle du “hors site” […] qui implique forcément des mises en perspective régionales qui ne peuvent se faire dans le cadre strict de l’archéologie préventive » (Cnra 2016 : 147). Les rédacteurs du thème Archéologie et paysage invitaient donc à s’interroger sur la place de la géoarchéologie dans les services archéologiques de collectivités. Du fait de leur emprise territoriale délimitée, ils semblent en effet particulièrement adaptés à la mise en œuvre d’approches géoarchéologiques pour répondre à des problématiques précises, en lien avec une programmation archéologique concertée, qui plus est dans la longue durée. Mais, pour ces opérateurs aux effectifs limités, se doter d’une compétence géoarchéologique est une question qui peut légitimement se poser.

3Notre propos s’attache donc à montrer comment, par une insertion totale dans le processus de l’archéologie préventive, par une activité quotidienne au sein d’une équipe, le géoarchéologue est indispensable aux services territoriaux. Il y bénéficie d’un cadre de travail particulièrement adapté lui permettant de développer une expertise étroitement connectée aux évolutions de l’archéologie sur le terrain, dans un contexte interdisciplinaire privilégiant les relations durables avec les acteurs locaux, qu’ils soient internes ou non à la collectivité ou rattachés à la recherche institutionnelle. Cette expertise territoriale a peu d’équivalents et les programmes de recherche interdisciplinaires qui sont mis en œuvre prennent tout leur sens en s’insérant dans une mise en valeur du territoire au service de l’intérêt général.

La géoarchéologie de collectivité, au cœur du processus préventif

  • 1 D’après la communication de Anne Moreau (Inrap) au 11e colloque Quaternaire, tenu à Orléans les 13 (...)

4Géologues, géoarchéologues, géomorphologues, géographes et autres micromorphologues… Dans un paysage disciplinaire aux contours flous, l’Inrap ne compte pas moins de 35 spécialistes « géotrucs », comme ils se nomment eux-mêmes1. Face à cette profusion, qui touche l’ensemble du territoire métropolitain et à laquelle s’ajoutent de nombreux spécialistes exerçant dans les sociétés privées d’archéologie préventive, quelle place reste-t-il à la géoarchéologie de collectivités ? C’est justement par son ancrage territorial fort qu’elle trouve tout son sens. Il ne s’agit pas ici de traiter de problématiques globales diluées à l’échelle de toute la France, mais bien de s’attacher à la compréhension de particularismes régionaux, qui sont indispensables à la mise en place d’une synthèse ou d’une réflexion à plus grande échelle.

5En 2017, 51 services de collectivité ont été interrogés sur les modalités de la mise en œuvre d’une approche géoarchéologique de leur territoire, dans le cadre de l’archéologie préventive. Leurs réponses permettent de se rendre compte de la grande diversité des modes de fonctionnement, mais surtout de l’importance récurrente de l’expertise territoriale. Écartons d’emblée le quart de ces services (23 %) n’ayant jamais recours à de telles approches. Cela pose néanmoins la question de la pertinence de certains diagnostics ou de la validité des projets scientifiques et techniques lors de fouilles, mais peut se comprendre, à défaut de se justifier, dans le cas de services urbains aux interventions très ponctuelles sur des éléments bâtis. En parallèle, 4 % des services font appel à des participations volontaires d’universitaires et de doctorants, dans le cadre de programmes de recherches ciblés, mais souvent limités dans le temps.

6Près d’un tiers des collectivités interrogées (31 %) a recours à des prestations de service fournies par des organismes privés, des instituts publics ou d’autres collectivités. Se pose dès lors le problème de la pertinence des réponses apportées par un prestataire dont l’intervention est liée à un marché public, donc à des critères budgétaires, sur un territoire qui peut être déconnecté de ses problématiques habituelles et de sa spécialité disciplinaire. Notons tout de même que, quand ces prestations sont fournies par des collectivités ou des instituts publics, la proximité territoriale est le plus souvent privilégiée (département voisin, université située dans le département ou l’agglomération, par exemple). Dans tous les cas, le coût d’une telle externalisation et les difficultés à trouver un prestataire disponible rendent son intervention souvent hasardeuse. 15 % des collectivités interrogées sont liées par convention avec un institut de recherche ou un opérateur d’archéologie préventive (collectivité ou Inrap), ce qui permet alors peut-être de pérenniser une collaboration, mais moins d’assurer une expertise sur le long terme. Enfin, plus du quart des collectivités (27 %) possède un géoarchéologue dans ses effectifs. Dans un cas sur dix (9 %), ce poste est temporaire mais près d’une collectivité sur cinq (18 %) a recruté un géoarchéologue sur un poste permanent de fonctionnaire titulaire ou de contractuel à durée indéterminée.

7C’est sur ce socle stable que peut être véritablement entreprise une approche géoarchéologique du territoire, des sociétés anciennes et de leurs paysages. Toutefois, quelques difficultés peuvent subsister dans la pratique quotidienne, notamment du fait de la formation initiale du géoarchéologue. En effet, il n’est pas possible d’être spécialiste, à la fois et par exemple, des formations pléistocènes, des matériaux de construction et des sols d’occupation. Ces difficultés peuvent être insurmontables dans le cas d’une géoarchéologie préventive éphémère et ponctuelle sur le territoire, qui serait inefficace dans le temps imparti de l’exercice de la fouille ou du diagnostic. Mais ces difficultés sont largement dépassées lorsque les problématiques sont traitées localement et sur le long terme, au fil d’un dialogue permanent avec les archéologues du collectif et dans un réseau de partenaires territoriaux. On peut citer pour exemples la découverte de sites datés du Paléolithique moyen dans le nord de la région Centre-Val-de-Loire, grâce à l’exploration systématique par sondage des formations quaternaires, mise en place après le recrutement, en 2010, d’un géoarchéologue au service départemental d’Eure-et-Loir, ou encore, le renouvellement des connaissances sur la géométrie diachronique de la confluence entre le Rhône et la Saône à Lyon. À Aix-en-Provence, où les dépôts quaternaires peuvent être confondus avec les strates géologiques compte tenu de la forte hétérogénéité de ces dernières, la présence depuis plus de dix ans d’un géomorphologue a permis de mieux identifier les formations superficielles et d’affiner ainsi la perception de leur potentiel archéologique (Bonnet et al. 2014). Cette expertise s’est traduite, entre autre, par la découverte dans le centre-ville d’un niveau du Paléolithique supérieur, jusqu’alors insoupçonné (Magnin & Bonnet 2014 ; Magnin et al. 2014).

8Dans un service d’archéologie de collectivité, le géoarchéologue se trouve au cœur d’une équipe à l’effectif souvent réduit, dans des locaux centralisés, au carrefour des échanges scientifiques et techniques quotidiens. Ces détails pratiques sont d’une extrême importance, même à l’heure d’Internet, lorsqu’il s’agit d’échanger des informations techniques et d’être au fait d’une actualité de terrain quotidiennement renouvelée. Dans ces conditions, le géoarchéologue peut assurer le suivi de toutes les opérations conduites par le service sur le territoire, cumulant les données même lors des diagnostics de surface restreinte et de découvertes archéologiques peu significatives. Dans certains cas, il peut lui-même assumer la responsabilité scientifique de diagnostics ou de fouilles, comme dans le Calvados, en Eure-et-Loir, en Alsace et à Aix-en-Provence. Cette position stratégique, en plus de favoriser les échanges, permet de mutualiser les connaissances dès la phase de préparation, ce qui facilite le cadrage des besoins opérationnels, la définition des enjeux lors de la phase de décapage et une meilleure perception des difficultés envisageables, notamment dans des secteurs où les formations holocènes sont épaisses, comme les fonds de vallées.

9Le fait que les services de collectivité, en tant que services publics, assurent la réalisation de diagnostics est un outil majeur pour le géoarchéologue dans l’étude des paysages. En effet, le sondage systématique des formations superficielles donne accès à une masse de données jamais atteinte par le Bureau des recherches géologiques et minières (Brgm), l’Institut national de recherches agronomiques (Inra) ou le Centre national de la recherche scientifique (Cnrs) lors de la réalisation des cartes géologiques, pédologiques ou géomorphologiques. Aujourd’hui, des centaines d’hectares sont explorés par le creusement régulier de sondages profonds et toutes les formations rencontrées sont décrites, enregistrées et échantillonnées.

  • 2 Le rôle des collectivités dans la recherche issue des diagnostics, notamment en géoarchéologie, a (...)

10Ces données sont extrêmement précieuses pour comprendre les dynamiques passées et actuelles du paysage, leur impact sur les sites archéologiques et la préservation de ceux-ci. Il peut s’agir aussi bien de l’enregistrement d’épisodes de pédogenèse ou d’érosion que de la conservation de sols anciens. Le tracé d’une route à travers une vallée est ainsi une opportunité souvent unique pour réaliser un transect à travers les formations alluviales (fig. 1). Ces informations sont d’autant plus nécessaires qu’elles ne sont pas nécessairement disponibles sur l’emprise des fouilles éventuellement prescrites, et qu’elles donnent un cadre environnemental aux études entreprises sur ces fouilles2. Ces résultats sont tout aussi valables dans un contexte urbain à la stratification complexe, discontinue et accessible le plus souvent par des petites fenêtres d’observation. Dans le centre-ville d’Aix-en-Provence, la réalisation de certains diagnostics qui, malgré des résultats intéressants, n’ont pas donné lieu à une fouille préventive en raison de l’abandon ou de la modification du projet d’aménagement apportent toutefois des informations utiles à la compréhension de l’occupation et de la morphologie du secteur.

Fig. 1. Diagnostic archéologique sur le tracé d’une route départementale en Eure-et-Loir (Équipe CD28). La multiplication des sondages profonds permet de réaliser un transect à travers la vallée, de situer l’ancien cours de la rivière et les différentes unités pédo-sédimentaires (d’après Borderie et al. 2017).

Fig. 1. Diagnostic archéologique sur le tracé d’une route départementale en Eure-et-Loir (Équipe CD28). La multiplication des sondages profonds permet de réaliser un transect à travers la vallée, de situer l’ancien cours de la rivière et les différentes unités pédo-sédimentaires (d’après Borderie et al. 2017).

11La réalisation de fouilles, quand elle a lieu, permet d’affiner considérablement les résultats des diagnostics, notamment quand il y a des interrogations sur la conservation des vestiges, par exemple dans le cas de l’étude de nappes de mobilier du Néolithique (Chamaux 2015 ; Fencke 2018). La multiplication des contextes d’observation des vestiges archéologiques, aux composantes géomorphologiques variables, aide en outre à mieux les caractériser. C’est le cas par exemple des matériaux de construction utilisés dans les bâtiments du premier Moyen Âge, qui répondent à certaines contingences liées aux ressources locales mais conservent des caractères architecturaux communs (Borderie en préparation). Ces connaissances peuvent s’appliquer à une large gamme d’occupations humaines et enrichissent d’autant les problématiques géoarchéologiques.

12En définitive, c’est la multiplication des résultats sur un territoire donné qui permet au géoarchéologue de cumuler les observations et de proposer des modèles. Cette démarche est particulièrement efficiente dans une collectivité où le retour sur les données est constant, le suivi des opérations assuré, et où l’enregistrement des données patrimoniales dans un système d’information géographique (Sig) redonne à l’information géomorphologique une signification socio-spatiale. L’utilisation de tels Sig est une pratique quotidienne en Alsace comme en Eure-et-Loir, où elle a permis de géoréférencer les points d’observation des formations lœssiques du Quaternaire. À Lyon, cette pratique permet de relever, entre autres, le toit du substrat alluvial, et ainsi de proposer de nouvelles interprétations quant à la géométrie de la confluence entre le Rhône et la Saône. À Aix-en-Provence, la réunion des différentes données issues des interventions archéologiques au sein d’un même système apporte un éclairage nouveau sur la genèse de la ville antique (Bonnet et al. 2014 ; Bonnet et Panneau infra).

13Dans une collectivité territoriale, en raison du cadre d’exercice qui est le sien, le géoarchéologue développe donc une connaissance très précise des cadres chrono-stratigraphiques locaux, à des échelles multiples, très fines à très larges. Les dynamiques paysagères sont mieux comprises, les problématiques mieux posées et les modalités de conservation des sites mieux perçues et comprises. C’est une expertise territoriale qui est assurée.

Une expertise territoriale au carrefour des disciplines et des acteurs

14La bonne connaissance du territoire et de ces dynamiques, dans l’étude du paysage et des relations entre les hommes et leur environnement est, bien évidemment, corollaire de la maîtrise des données de terrain. Dans une collectivité, celle-ci est assurée par le parcours permanent du territoire, le retour récurrent sur les formations pédo-sédimentaires, l’exploration continue des dépôts, les observations multiples des mêmes types de séquence, de substrat. C’est cette performance seule qui permet d’en connaître les nuances significatives, inédites, les particularités des formes du paysage, leurs évolutions anciennes et actuelles. Cette connaissance vivante s’enrichit des témoignages de ceux qui, encore aujourd’hui, vivent, créent et exploitent le paysage : les agriculteurs, les aménageurs, les industriels, les politiques… En Eure-et-Loir, les crues d’affluents de l’Eure, le rebouchage de la célèbre carrière de Saint-Prest, les découvertes fortuites anciennes, les anciens fronts de taille dans le lœss, etc., ont ainsi fait l’objet d’enquêtes.

15De surcroît, la bonne connaissance du territoire repose aussi sur la maîtrise des données anciennes, de la bibliographie, de l’historiographie et de l’épistémologie. Connaître les conditions de réalisation d’une carte géologique est un atout que la lecture de sa seule notice n’apportera jamais. Ainsi, en Eure-et-Loir et en Alsace, les auteurs de nombreuses cartes géologiques, pédologiques et géomorphologiques ont pu être interrogés et invités sur le terrain et des discussions fructueuses ont été engagées.

16Cette permanence territoriale permet d’actualiser les connaissances sur les interventions qui concernent le dit territoire, qu’elles soient liées à des aménagements, de nature archéologique, culturelle ou scientifique dont les conséquences peuvent être importantes en matière géomorphologiques. De telles interventions ont parfois une emprise spatiale très faible mais délivrent des informations précieuses, par exemple dans les secteurs occupés par des grands crus viticoles. De nombreuses observations de ce type ont été obtenues lors de la réalisation des cartes géomorphologiques d’Eure-et-Loir (Dewolf 1972), notamment pour localiser d’anciennes terrasses alluviales. Cette connaissance repose sur le parcours régulier du territoire, la possibilité de mettre en place une veille scientifique large et, aussi, sur un réseau de partenaires et de collaborateurs dont le maillage recouvre un grand nombre de disciplines, internes à la collectivité, ou extra-territoriales.

17Le rapprochement de l’archéologie avec les autres directions et services d’une collectivité assure les collaborations et la réactivité lors des opérations, de leur préparation et de la mise en valeur des résultats. Cela va de la maîtrise des dossiers fonciers à la réalisation d’études d’impact ou à l’accès à du matériel de chantier. Pour la connaissance géoarchéologique, ces rapprochements donnent accès à des données en amont des travaux, comme les sondages géotechniques. Les chantiers liés aux réseaux peuvent être suivis systématiquement. Les divers syndicats, des eaux notamment, peuvent livrer de précieuses données sur les régimes hydrauliques. En retour, les services liés à l’aménagement suivent avec intérêt les sondages profonds réalisés par le géoarchéologue, non seulement dans un souci de suivi des excavations, mais aussi pour enrichir leur connaissance en matière de possibilité de traitement des terrains, pour stabiliser une route ou un versant par exemple.

  • 3 Travaux de Jean-Yves Noël, département d’Eure-et-Loir : http://www.archives28.fr.
  • 4 Deux contrats de service civique ont permis le récolement de toutes les découvertes anciennes fait (...)

18Les relations étroites avec les services culturels, comme les archives, offrent souvent l’opportunité de développer des projets communs. C’est le cas en Eure-et-Loir grâce au traitement du fonds Garola, du nom du célèbre pédologue Charles-Victor Garola (1855-1923), déposé aux archives départementales par la Société coopérative agricole d’Eure-et-Loir3. Ces collaborations étroites avec les sociétés savantes, d’histoire et d’archéologie bien sûr, mais aussi de géologie et des sciences naturalistes, aident à collecter et à synthétiser les très nombreuses découvertes fortuites, faites parfois dans des contextes stratigraphiques bien décrits de carrières à la fin du xixe siècle, comme à La Jouannière à Bonneval4 (Sun et al. 2010 ; Despriée et al. 2018). Le récolement des fonds préhistoriques issus de prospections de la Société historique et archéologique du Drouais et du Thymerais est ainsi systématiquement traité par les agents en service civique du département d’Eure-et-Loir, pour replacer les découvertes dans leur contexte pédo-sédimentaire.

19Une telle mutualisation des moyens et des savoirs renforce les liens entre les décideurs, les financeurs et le géoarchéologue. Son expertise leur est précieuse et, en retour, c’est la connaissance et la maîtrise du territoire qui sont renforcées et irriguées par les informations sur les excavations privées, l’avancée de fronts de carrière, les programmations de travaux, les projets de route, de zones pavillonnaires, de zones d’activités.

20La connaissance géomorphologique bénéficie aussi des échanges avec les autres acteurs de l’archéologie préventive, qu’ils soient institutionnels, privés ou publics. À Lyon, le Sig Alyas géomorphologie s’est développé en collaboration avec l’Inrap. Ces échanges permettent le transfert des connaissances et de l’expertise géoarchéologique locale, par le biais de conventions, de mises à disposition ou de prestations. De telles collaborations peuvent être régulières, entre un département et une agglomération, comme à Chartres, ou bien ponctuelles, notamment lorsqu’un organisme privé travaille sur un chantier de fouilles éloigné du centre de gravité de son activité habituelle. Dans ce cas, l’intervention du géoarchéologue territorial est indispensable pour pallier le manque de connaissance et d’expérience des intervenants, ne serait-ce que pour identifier les terrains géologiques, les possibilités de conservation liées à la nature des formations ou à la topographie, et pour communiquer les travaux non publiés portant sur le secteur. Au-delà de ces expertises répétées mais parfois peu durables, les échanges pérennes avec des organismes implantés localement sont bénéfiques à la recherche géoarchéologique sur le territoire. Il peut s’agir des chambres d’agriculture, particulièrement intéressées par l’exploration des sols cultivés, l’ouverture de fosses pédologiques, la connaissance des drainages anciens. Ce peut être aussi les conservatoires des espaces naturels, dont l’expertise parfois très focalisée sur les sciences de la vie peut bénéficier d’une expertise sur les sols et les dynamiques géomorphologiques. En Eure-et-Loir, la collaboration avec le Conservatoire régional d’espaces naturels5 a permis le classement de la célèbre coupe de Chaudon (Bordes 1954 ; Vazart 1983 ; Borderie et al. 2016), d’intérêt international, à l’inventaire du Géopatrimoine et l’élaboration d’un plan pluri-décennal de gestion du site.

21Les organismes nationaux de recherche ont sur place un interlocuteur privilégié pour relayer les informations depuis le terrain, orienter localement les approches, accéder aux données issues notamment du Brgm, de l’Inra, des universités, du Cnrs ou du Museum national d’histoire naturelle. Une convention avec le Brgm a ainsi pu être initiée en Eure-et-Loir et en Alsace, compte tenu de la masse de données du sous-sol acquise et harmonisée par les programmes collectifs de recherche (Pcr) QuOrEL, un inventaire des formations limoneuses quaternaires d’origine éolienne en Eure-et-Loir (Borderie 2014 ; Borderie & Chamaux 2016), et PaleoEls, sur le Paléolithique et le Mésolithique de la plaine d’Alsace et des collines sous-vosgiennes (Wuscher et al. 2016 ; 2017). Ces nouvelles données ont contribué à la mise à jour des connaissances sur les formations superficielles ou les cartes pédologiques, souvent acquises il y a plus d’un demi-siècle. Les programmes de recherche développés par ces organismes comportent alors directement un volet local stable, scientifiquement solide et éprouvé, tout autant qu’un soutien logistique utile. Les recherches géoarchéologiques conduites par le département de l’Eure-et-Loir sont, de ce fait, directement intégrées à l’action de recherche collective (Arc) de l’Inrap « Chronostratigraphie pléistocène de la région Centre » (Liard et al. 2016). Plus que cela, la collectivité elle-même développe ses propres programmes de recherche.

Des programmes de recherche au long cours

  • 6 Pourtant, l’article L-522-7 du code du patrimoine, du 7 juillet 2016, confirme le rôle des collect (...)

22L’expertise territoriale, le cumul des données et la permanence de l’activité locale sont un atout pour la connaissance géoarchéologique des paysages et de leur évolution. De cet atout découlent la légitimité et le devoir de développer une recherche géoarchéologique programmée sur le territoire, qui permette de dépasser cette phase d’accumulation, d’harmoniser les acquis, de synthétiser les connaissances et, ainsi, de mettre en avant de nouvelles problématiques qui ne sont pas nécessairement perçues depuis l’échelon national ou régional, et doivent émerger localement. Par leur dimension interdisciplinaire, y compris archéologique, ces programmes peuvent prendre la forme de programmes collectifs de recherches (Pcr), soutenus par les services déconcentrés de l’État dans les directions régionales des affaires culturelles (Drac). Les collectivités n’étant pas officiellement reconnues comme organismes de recherche6, il leur est plus difficile de porter des programmes financés directement par l’Agence nationale de la recherche (Anr) ou les conseils régionaux (plan État-région, appel à projets régionaux Apr). Mais les organismes de recherche peuvent s’associer à elles de manière récurrente pour déposer des projets de recherche. Cette association est même obligatoire pour certains appels à projet, dans la région Centre-Val-de-Loire par exemple.

23La géoarchéologie de collectivité contribue ainsi considérablement aux recherches sur le temps long de la genèse des paysages, du Pléistocène à l’Holocène. Ces recherches ont, en effet, un intérêt local certain, puisque la structure pédo-sédimentaire et les héritages socio-environnementaux dictent les dynamiques actuelles des paysages. Cette approche de l’érosion des terres agricoles dans les terroirs limoneux bénéficie des travaux précurseurs réalisés dans l’est de la France par Jean-Marie Blaising (Inrap), pour les périodes historiques. De nos jours, elle constitue un des thèmes traités par les collectivités.

  • 7 A. Beauchamp, « L’aménagement hydraulique des fonds de vallées normands : chronologie, finalité et (...)

24Dans le Calvados, le Pcr « Archéologie des paysages de la Plaine de Caen » s’est attaché, entre 2004 et 2014, à étudier leur évolution depuis le Néolithique jusqu’au début du Moyen Âge. La démarche adoptée, en trois temps, a consisté en un inventaire des nombreuses données paléo-environnementales produites, hors-sites et intra-sites, sur les plateaux et dans les fonds de vallée, puis en leur croisement et en la réalisation de nouvelles recherches géoarchéologiques (fig. 2). Codirigé par le département du Calvados (Cécile Germain-Vallée) et l’université de Caen (Laurent Lespez), ce programme a mis en évidence les épisodes de pédogenèse correspondant à des phases paysagères stables ou, inversement, les épisodes d’érosion liés à l’exploitation agro-pastorale des plateaux ainsi que les rythmes d’évolution des fonds de vallée. Les résultats ont donné lieu à diverses formes de valorisation scientifique – rapports annuels, séminaires, communications et articles (Lespez et al. 2008, 2012 ; Lespez & Germain-Vallée 2007, 2009, 2010 ; Germain-Vallée & Lespez 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2016 ; Lespez 2012). Depuis 2014, la recherche programmée géoarchéologique se poursuit sous la forme de prospections thématiques réalisées dans le cadre de travaux de thèses7, avec le soutien financier et scientifique du département du Calvados et de son service d’archéologie.

Fig. 2. Les données paléo-environnementales intra-sites et hors-sites dans la Plaine de Caen (Pcr « Archéologie des paysages de la Plaine de Caen » (d’après Germain-Vallée & Lespez 2016).

Fig. 2. Les données paléo-environnementales intra-sites et hors-sites dans la Plaine de Caen (Pcr « Archéologie des paysages de la Plaine de Caen » (d’après Germain-Vallée & Lespez 2016).

25Dans les Hauts-de-France, le programme interinstitutionnel « Archéologie environnementale des systèmes littoraux et fluviaux de la Mer du Nord et de la Manche (ArchGéol) » (fig. 3), dirigé par le département du Pas-de-Calais (Murielle Meurisse-Fort), rassemble des géoarchéologues, des archéologues, des paléo-environnementalistes et des archéomètres. L’objectif est de replacer les occupations humaines dans un contexte paysager en constante évolution, par le biais de nouvelles synthèses régionales tenant compte des différentes échelles spatiales et temporelles propres à chaque discipline et période culturelle traitée (Holocène ; Néolithique au bas Moyen Âge). Le programme vise également à mieux caractériser le mode de vie des populations en identifiant les ressources naturelles disponibles (faune, flore, substrats rocheux et sédimentaire) et en étudiant leurs modes d’utilisation. Les problématiques novatrices proposées, spécifiquement adaptées à ce territoire littoral, sont enrichies par des études conjointes de mobiliers archéologiques et de géomatériaux. Le développement parallèle d’une base de données commune, à l’architecture flexible, permet désormais de croiser ces informations extrêmement variées, conformément aux besoins complémentaires des différents acteurs de l’archéologie préventive et, plus largement, des collectivités.

Fig. 3. Périmètre géographique du Pcr « Archéologie environnementale des systèmes littoraux et fluviaux de la Mer du Nord et de la Manche (ArchGéol) », © Meurisse-Fort et al. 2018.

Fig. 3. Périmètre géographique du Pcr « Archéologie environnementale des systèmes littoraux et fluviaux de la Mer du Nord et de la Manche (ArchGéol) », © Meurisse-Fort et al. 2018.

26En Eure-et-Loir, l’étude des dynamiques de dépôt, de conservation et de transformation des lœss a bénéficié pendant trois ans du programme QuOrEL, qui a donné lieu à des communications régulières, à des rapports annuels et à une publication synthétique dans la revue internationale Quaternaire (Borderie et al. 2017). Il a notamment permis la découverte, l’étude et la datation d’un site paléolithique de grande envergure à Illiers-Combray, qui a fait l’objet d’un master recherche du Museum national d’histoire naturelle (Ahmed-Delacroix 2017), en cours de publication (Borderie et al. à paraître).

  • 8 Cette association est née en juillet 2012 de la fusion des deux associations françaises de quatern (...)

27Débuté en 2015, sous l’égide du service régional de l’archéologie (Sra) Grand-Est, coordonné par Archéologie Alsace et rassemblant des chercheurs de l’Inrap, du Cnrs, de l’Université et d’Antéa Archéologie, le Pcr PaleoEls vise à comprendre les logiques de conservation et de localisation des sites paléolithiques et mésolithiques en Alsace, ainsi que la part des comportements des sociétés paléolithiques et des processus sédimentaires dans la géographie des sites. Ce travail s’appuie sur une approche critique des données bibliographiques et des collections archéologiques conservées dans les musées. Il vise également à élaborer un cadre chronostratigraphique et paléo-environnemental régional et à définir des grandes unités géomorphologiques, au sein desquelles les sites archéologiques sont plus ou moins bien conservés et plus ou moins profondément enfouis. Les modèles de localisation et de conservation des sites élaborés à partir de ces travaux sont régulièrement testés lors des diagnostics archéologiques, ce qui a permis la découverte ces dernières années de quatre sites paléolithiques et d’un site mésolithique. Un colloque, ainsi qu’une excursion de l’Afeq – Cnf-Inqua8, ont été l’occasion de présenter les premiers résultats de ce programme.

28La direction Archéologie & Muséum de la ville d’Aix-en-Provence (Stéphane Bonnet) dirige depuis trois ans le Pcr « Archéologie environnementale de la vallée de l’Arc, de l’âge du Fer à l’Antiquité tardive ». L’objectif est de préciser les modalités de l’évolution des milieux et de leur anthropisation, en adoptant une approche résolument systémique (Bonnet et al. 2017). Cette réflexion, qui dépasse largement les limites communales, est dans le prolongement direct des recherches menées sur le territoire il y a une trentaine d’années, qui devaient être reprises au vu de la multiplication des données archéologiques et paléo-environnementales disponibles issues autant des opérations archéologiques préventives et programmées.

29L’ensemble s’inscrit dans un espace bien contrôlé et suivi grâce aux travaux d’archéologie préventive et programmée. Tous ces éléments concourent au dialogue entre les populations et leur « pays » (Hincker & Germain-Vallée infra). La profondeur historique donnée au territoire conforte son identité culturelle en l’ancrant sur la connaissance des sociétés anciennes et de leurs relations avec leur environnement, thématique chère aux décideurs d’aujourd’hui.

30La géoarchéologie renouvelle notre connaissance des sites urbains. Depuis les travaux précurseurs de Jean-Paul Bravard à Lyon, lors des fouilles du métro dans les années 1980 (Bravard et al. 1988, 1989 ; Arlaud et al. 1994), elle est désormais pratiquée systématiquement dans les centres urbains anciens où elle profite des interventions régulières des services de collectivités, comme à Amiens, Aix-en-Provence ou Lyon. Dans ce dernier cas, un important travail historiographique a permis de recenser et de localiser les toponymes d’intérêt géoarchéologique ainsi que les différents événements naturels ayant affecté le territoire, participant ainsi à la connaissance du risque (Gaillot et al. 2019).

31Depuis le début des années 2000 à Aix-en-Provence, les opérations menées par l’Inrap et, plus largement, par le service archéologique municipal ont précisé, par touches successives, la paléo-topographie très vallonnée du centre-ville, alors insoupçonnée, et son impact sur les modalités d’occupation à différentes époques (Bonnet et al. 2010). Afin de mieux saisir la morphologie de ce secteur très difficile à explorer, la direction Archéologie & Muséum est à l’origine d’une modélisation en trois dimensions du sous-sol du centre-ville issue de la compilation de données archéologiques et géotechniques. Cet outil développé pour l’évaluation, la caractérisation et la modélisation du sol urbain a été initialement conçu pour répondre aux problématiques archéologiques et paléogéographiques ainsi qu’au besoin de différents services municipaux en vue d’études d’impact pour de nouveaux aménagements ou afin d’aider à cerner l’origine de certains désordres (affaissement de la voie publique, venue d’eau dans des parkings souterrains) (Bonnet et al. 2014 ; Bonnet et Panneau infra).

32À Lyon, les problématiques développées par les géoarchéologues du service municipal, pour certaines en partenariat avec leurs collègues de l’Inrap, sont nombreuses (Gaillot et Hofmann 2009). Parmi celles-ci, une attention particulière est portée à l’histoire du site, notamment à la confluence entre le Rhône et la Saône. Toutes les données disponibles sur le sous-sol sont désormais intégrées dans un Sig. Les modèles proposés dans les années 1980 ont été considérablement enrichis et la complexité de ce milieu alluvial, artificialisé dès la période gallo-romaine, est mieux perçue (fig. 4). La diversité des matériaux de construction fait aussi l’objet d’un inventaire systématique dans lequel la géoarchéologie joue un rôle non négligeable en identifiant les zones d’approvisionnement. À titre d’exemples, l’emploi de galets alluviaux ou l’utilisation du pisé jusqu’au début la période contemporaine questionnent le rapport à l’environnement et l’approvisionnement en ressources pédo-sédimentaires.

Fig. 4. A. Plan de Lyon en 1700 (Archives municipales de Lyon 3 S 111) et localisation des logs géoarchéologiques (observation géotechniques, archéologiques, données d’archives...). B. Coupe stratigraphique numérisée (fouille de la place de la République) accessible depuis le système d’information géographique (© Service archéologique de la ville de Lyon).

Fig. 4. A. Plan de Lyon en 1700 (Archives municipales de Lyon 3 S 111) et localisation des logs géoarchéologiques (observation géotechniques, archéologiques, données d’archives...). B. Coupe stratigraphique numérisée (fouille de la place de la République) accessible depuis le système d’information géographique (© Service archéologique de la ville de Lyon).

33L’activité géoarchéologique des services de collectivité ne se cantonne pas à des programmes scientifiques et à leur diffusion. En effet, les enjeux patrimoniaux de la géoarchéologie impliquent qu’une part importante des connaissances acquises, si ce n’est l’intégralité, soit restituée aux citoyens, dans le cadre de la valorisation aux grands publics. Dans la plupart des cas, la diffusion des travaux géoarchéologiques est faite conjointement à celle des travaux archéologiques, lors d’expositions ou de portes ouvertes sur les chantiers. Dans bien des cas cependant, la géoarchéologie et, notamment, la connaissance des paysages, est au cœur des restitutions publiques : promenades-conférences dans la vallée de l’Eure, exposition Pays’âges sur 12 000 ans de paysages de la Plaine de Caen, mise à disposition de matériel pédagogique sur les types de milieux, accueil de stagiaires, Journées européennes du patrimoine… Cette transmission des savoirs géoarchéologiques, leur diffusion et leur valorisation font partie intégrante des missions de service public des collectivités.

34En outre, la connaissance aiguë du paysage et de son importance patrimoniale peut conduire à prendre des mesures conservatoires sur certains sites. En Eure-et-Loir, les lœss pléistocènes de la célèbre coupe de Chaudon et le site du Paléolithique moyen qui s’y trouve ont été étudiés dans les années 1950, puis dans les années 1970-1980. Toutefois, cette séquence de référence est peu à peu tombée dans l’oubli, restant à l’écart des avancées de la recherche et des découvertes faites depuis la mise en place de l’archéologie préventive (Antoine et al. 2003, 2016). Elle a été redécouverte en 2013 et le défrichement des parcelles et le nettoyage de la coupe ont permis le réexamen des formations pédo-sédimentaires présentes. De surcroît, l’intérêt international de cette coupe de référence, où sont observables sur plus de 10 mètres de long les paléosols dits « de Bettencourt » et « de Saint-Sauflieu », a conduit à proposer son classement au titre du Géopatrimoine de la région Centre-val-de-Loire. Ce classement a été validé par le Conservatoire des espaces naturels de la région et un plan de gestion pluriannuel, piloté par un conseil scientifique, assurera désormais sa conservation, mais aussi sa mise en valeur et son exploitation scientifiques et pédagogiques.

35Présente et active dans les collectivités depuis plus d’une dizaine d’années maintenant, la géoarchéologie est aujourd’hui au centre des recherches et des savoirs propres aux dynamiques des paysages et des relations entre les sociétés et leur environnement. Forts d’une insertion pérenne dans le réseau d’acteurs locaux, les services archéologiques bénéficient ainsi d’une expertise territoriale qui se positionne, de fait, au centre des échanges techniques et scientifiques concernant leur territoire. Cette expertise bénéficie pleinement aux archéologues, lors des diagnostics et des fouilles, mais aussi en amont des opérations. Elle bénéficie aussi aux organismes de recherche et aux institutions universitaires, qui participent à la connaissance de l’histoire des paysages en contribuant à des programmes de recherche innovants portant sur un département, une entité géomorphologique ou une agglomération. Ces allers-retours et cette mutualisation sont d’autant plus importants aujourd’hui qu’ils pallient certaines difficultés budgétaires et résolvent en partie le problème du morcellement des équipes et des interventions de recherche préventive. Plus que cela, en tant que service public, l’ancrage territorial de la recherche géoarchéologique déploie toutes ses potentialités dans la restitution qu’elle fait aux publics et aux décideurs, qui se passionnent pour des enjeux environnementaux d’une actualité brûlante.

Haut de page

Bibliographie

Ahmed-Delacroix E. 2017. Étude typo-technologique des industries weichséliennes du site d’Illiers-Combray, Région Centre-Val de Loire, Département d’Eure-et-Loir. Chartres, Paris, Conseil départemental d’Eure-et-Loir, Museum national d’histoire naturelle (Master de recherche).

Antoine P., Bahain J.-J., Debenham N., Frechen M., Gauthier A., Hatté C., Limondin-Lozouet N., Locht J.-L., Raymond P. & Rousseau D.-D. 2003. « Nouvelles données sur le Pléistocène du nord du Bassin parisien : les séquences loessiques de Villiers-Adam (Val d’Oise, France) », Quaternaire, 14 : 219-235.

Antoine P., Coutard S., Guérin G., Deschodt L., Goval E., Locht J.-L. & Paris C. 2016. « Upper Pleistocene loess-palaeosol records from Northern France in the European context: Environmental background and dating of the Middle Palaeolithic », Quaternary International, 411 : 4-24.

Arlaud C., Burnouf J., Bravard J.-P., Lurol J. & Vérot-Bourrély A. 1994. Lyon Saint-Jean : les fouilles de l’îlot Tramassac. Lyon, Service régional de l’archéologie (Documents d’archéologie en Rhône-Alpes ; 4. Série lyonnaise ; 10).

Bonnet S., Jorda C. & Giroux H. 2014. « Évolution topographique du centre-ville d’Aix-en-Provence », in : Aix en archéologie : 25 ans de découvertes. Bruxelles, Snoeck Publishers : 35-37.

Bonnet S., Jorda C. & Nin N. 2010. « Nouvelles données sur la paléogéographie et le peuplement à Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône) : premiers résultats des approches géomorphologiques et géoarchéologiques », Quaternaire, 21 : 485-496.

Bonnet S., Magnin F., Nin N. & Dutour Y. 2017. Archéologie environnementale de la vallée de l’Arc de l’Âge du Fer à l’Antiquité tardive : rapport d’activité de la première année du PCR. Aix-en-Provence, Direction Archéologie & Muséum.

Borderie Q. 2014. QuOrEL – Inventaire documentaire des formations quaternaires d’origine éolienne en Eure-et-Loir : rapport de programme de prospection thématique. Chartres, conseil général d’Eure-et-Loir.

Borderie Q. À paraître. Les sols d’intérieur au premier Moyen Âge dans le Nord de la France : problématiques de recherche et résultats de l’approche géoarchéologique.

Borderie Q., Antoine P., Moine O., Rodot M.-A. & Sellès H. 2016. « La coupe de Chaudon : retour sur le passé d’une future réserve géo-archéologique », in : Paléoclimats et environnements quaternaires, quoi de neuf sous le soleil ? colloque Q10 AFEQ CNF-INQUA, Bordeaux, 16-18 février 2016.

Borderie Q. & Chamaux G., 2016. QuOrEL, formations limoneuses quaternaires d’origine éolienne en Eure-et-Loir : rapport 2015-2016. Chartres, Conseil départemental d’Eure-et-Loir.

Borderie Q., Chamaux G., Kreutzer S. & Ahmed-Delacroix E. À paraître. « Occupations humaines et chronstratigraphie du gisement pléistocène d’Illiers-Combray (Eure-et-Loir, France) : de nouveaux éléments pour le SIM 5b », Bulletin de la Société préhistorique française.

Borderie Q., Chamaux G. & Roussaffa H. 2017. « La couverture lœssique d’Eure-et-Loir (France) : potentiel pédo-sédimentaire et organisation spatiale », Quaternaire, 28 : 389-400.

Bordes F. 1954. Les limons quaternaires dans le bassin de la Seine : stratigraphie et archéologie paléolithique. Paris, Masson (Archives de l’Institut Pasteur de paléontologie humaine ; mémoire 26).

Bravard J.-P., Burnouf J. & Vérot A. 1989. « Géomorphologie et archéologie dans la région lyonnaise : questions et réponses d’un dialogue interdisciplinaire », Bulletin de la Société préhistorique française, 86 : 429-440.

Bravard J.-P., Vérot A., Burnouf J., Amoros C. & Jacquet C. 1988. « Les fossés urbains en eau : proposition d’une analyse des conditions hydrodynamiques par une méthode morpho-écologique », in : Fouille, enregistrement et analyse des fossés et de leur comblement en milieu urbain : actes de la table ronde organisée au Centre national d’archéologie urbaine, Tours, 23-24 avril 1988. Tours, ministère de la Culture et de la Communication : 22-32.

Chamaux G. 2015. Pourpy – « Vers Artenay » : fouille archéologique préventive. Chartres, conseil départemental d’Eure-et-Loir.

CNRA 2016. Programmation nationale de la recherche archéologique. Paris, ministère de la Culture et de la Communication, direction générale des patrimoines, sous-direction de l’archéologie.

CNRA 2002. « La recherche archéologique en France. Bilan 1995-1999 du Conseil national de la recherche archéologique », Les Nouvelles de l’archéologie, 88.

Descola P. 2005. Par-delà nature et culture. Paris, Gallimard.

Despriée J., Bayle G., Coutard S., Sun X., Mercier N., Marquer L., Voinchet P., Bahain J.-J. & Locht J.-L. 2018. « La formation lœssique du Pléistocène moyen et supérieur de “La Jouannière” à Bonneval, Eure-et-Loir (France) : sédimentologie, géochronologie, paléoenvironnement et préhistoire », Quaternaire : 131-148.

Dewolf Y. 1972. Notice explicative de la carte géomorphologique détaillée de la France à 1/50000, feuille Dreux. Paris, CNRS.

Esnault P.-A. & Blanchet T. 2016. Bonneval, briqueterie de La Jouannière : déclaration de découvertes archéologiques fortuites. Orléans, service régional de l’archéologie du Centre.

Fencke E. 2018. Illiers-Combray, “Le Bois d’Amour” (Centre – Eure-et-Loir) : rapport final d’opération d’archéologie préventive. Chartres, Conseil général d’Eure-et-Loir.

Gaillot S. & Hofmann E. 2009. « Urban archaeology and environmental data: the Lyon experience », ArcheoSciences, 33 (suppl.) : 213-216.

Germain-Vallée C. & Lespez L. 2016. Paysages, la Plaine de Caen à travers les âges. Bayeux, Orep éditions.

Germain-Vallée C. & Lespez L. 2014. Archéologie du paysage de la Plaine de Caen, du Néolithique à l’époque mérovingienne : rapport de programme collectif de recherche. Caen, service régional de l’archéologie de Basse-Normandie.

Germain-Vallée C. & Lespez L. 2013. Archéologie du paysage de la Plaine de Caen, du Néolithique à l’époque mérovingienne : rapport de programme collectif de recherche Caen, service régional de l’archéologie de Basse-Normandie.

Germain-Vallée C. & Lespez L. 2012. Archéologie du paysage de la Plaine de Caen, du Néolithique à l’époque mérovingienne : rapport de programme collectif de recherche. Caen, service régional de l’archéologie de Basse-Normandie.

Germain-Vallée C. & Lespez L. 2011. « L’apport des recherches géomorphologiques et micromorphologiques récentes à l’archéologie des paysages de la Plaine de Caen (Calvados, Basse-Normandie) », Norois, 220-2011/3 : 143-178.

Germain-Vallée C. & Lespez L. 2010. Archéologie du paysage de la Plaine de Caen, du Néolithique à l’époque mérovingienne : rapport de programme collectif de recherche. Caen, service régional de l’archéologie de Basse-Normandie.

Lespez L., 2012. Paysages et gestion de l’eau : sept millénaires d’histoire des vallées et des plaines littorales en Basse Normandie. Caen, Maison de la recherche en sciences humaines (Bibliothèque du pôle rural).

Lespez L. & Germain-Vallée C. 2010. « Les paléoenvironnements de l’âge du fer en Basse-Normandie : État des connaissances et problèmes posés », in : P. Barral, F. Delrieu, E. Le Goff, S. Marion & A. Villard Le Tiec (dir.), L’âge du fer en Basse-Normandie. Gestes funéraires en Gaule au Second âge du fer : actes du XXIIIe colloque international de l’Association française pour l’étude de l’âge du fer, Caen, 20-24 mai 2009. Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté : 35-49 (Annales littéraires, série Environnement, société et archéologie).

Lespez L. & Germain-Vallée C. 2009. Archéologie du paysage de la Plaine de Caen, du Néolithique à l’époque mérovingienne : programme collectif de recherche, 2e année. Caen, service régional de l’archéologie de Basse-Normandie.

Lespez L., Germain-Vallée C. & Riquier C., 2012. « Archéologie du paysage en Plaine de Caen, nouveau programme et premiers résultats », in : V. Carpentier & C. Marcigny (dir.), Des hommes aux champs. Pour une archéologie des espaces ruraux du Néolithique au Moyen Âge : actes de la table ronde de Caen, 8-9 octobre 2008. Caen, Presse universitaires de Caen : 289-303.

Lespez L. & Germain-Vallée C. 2007. Archéologie du paysage de la Plaine de Caen, du Néolithique à l’époque mérovingienne : rapport de programme collectif de recherche. Caen, service régional de l’archéologie de Basse-Normandie.

Liard M., Coussot C. & Gardère P. 2016. « Le Pléistocène de la région Centre, élaboration d’un cadre chronostratigraphique » : rapport d’activité, complément au F1 déposé en septembre 2016, axe de recherche collectif 2015.1.1 de la programmation scientifique de l’Inrap 2015-2018. Orléans, Inrap Centre Île-de-France.

Magnin F. & Bonnet S. 2014. « Une succession malacologique du Pléniglaciaire moyen et du Postglaciaire à Aix-en-Provence (France) : éléments de datation, taphonomie des assemblages et paléoenvironnements »,. Quaternaire, 86 : 161-183.

Magnin F., Pesesse D. & Bonnet S. 2014. « De la fouille à l’interprétation. Parking Mignet », in : Aix en archéologie : 25 ans de découvertes. Bruxelles, Snoeck Publishers.

Sun X., Mercier N., Falguères C., Bahain J.-J., Despriée J., Bayle G. & Lu H. 2010. « Recuperated optically stimulated luminescence dating of middle-size quartz grains from the Palaeolithic site of Bonneval (Eure-et-Loir, France) », Quaternary Geochronology, 5 : 342-347.

Vazart M.-H. 1983. Paléodynamiques weichseliennes des provinces normandes, vexinienne et séquanienne : analyse micrographique. Paris, université Paris 7 (Thèse de géographie physique).

Wuscher P., Koehler H., Moine O., Bachellerie F., Basoge F., Griselin S., Schneider N., Boës E., Diemer S. & Sévêque N. 2016. Le Paléolithique et le Mésolithique de la Plaine d’Alsace et des collines sous-vosgiennes. Reprises des données existantes, pistes pour détecter les sites et approches territoriales : rapport de projet collectif de recherche. Strasbourg, service régional de l’archéologie d’Alsace.

Wuscher P., Koehler H., Moine O., Bachellerie F., Griselin S., Goudissard S., Boës E., Pracht A., Schneider N., Sévêque N., Detrey J. & Basoge F. 2017. Le Paléolithique et le Mésolithique de la Plaine d’Alsace et des collines sous-vosgiennes. Reprises des données existantes, pistes pour détecter les sites et approches territoriales : bilan de l’année 2016, rapport de projet collectif de recherche. Strasbourg, service régional de l’archéologie d’Alsace.

Haut de page

Notes

1 D’après la communication de Anne Moreau (Inrap) au 11e colloque Quaternaire, tenu à Orléans les 13-15 février 2018 : http://www.brgm.fr/evenement/colloque-q11-sur-quaternaire

2 Le rôle des collectivités dans la recherche issue des diagnostics, notamment en géoarchéologie, a fait l’objet de plusieurs communications lors du séminaire organisé à Caen les 28 et 29 septembre 2018, notamment celles de Jean-Yves Noël, Gabriel Chamaux et Antide Vian : https://www.inrap.fr/le-diagnostic-comme-outil-de-recherche-13195.

3 Travaux de Jean-Yves Noël, département d’Eure-et-Loir : http://www.archives28.fr.

4 Deux contrats de service civique ont permis le récolement de toutes les découvertes anciennes faites à La Jouannière depuis le milieu du xixe siècle et conservées par l’association des Amis de Bonneval (Esnault et Blanchet 2016).

5 http://www.cen-centrevaldeloire.org.

6 Pourtant, l’article L-522-7 du code du patrimoine, du 7 juillet 2016, confirme le rôle des collectivités territoriales dans leur mission de recherche scientifique et de valorisation.

7 A. Beauchamp, « L’aménagement hydraulique des fonds de vallées normands : chronologie, finalité et impacts environnementaux » (Cnrs et université de Caen, Umr 6554 LETG-Caen-Geophen, « Littoral, environnement, télédétection, géomatique. Géographie physique et environnement »).

8 Cette association est née en juillet 2012 de la fusion des deux associations françaises de quaternaristes, l’Afeq (Association française pour l’étude du Quaternaire) et le Cnf-Inqua (Comité national français de l'International Quaternary Association). Le livret-guide de l’excursion est disponible en ligne : http://fr.calameo.com/books/0037250385b880c8924c2.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Diagnostic archéologique sur le tracé d’une route départementale en Eure-et-Loir (Équipe CD28). La multiplication des sondages profonds permet de réaliser un transect à travers la vallée, de situer l’ancien cours de la rivière et les différentes unités pédo-sédimentaires (d’après Borderie et al. 2017).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/4749/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Fig. 2. Les données paléo-environnementales intra-sites et hors-sites dans la Plaine de Caen (Pcr « Archéologie des paysages de la Plaine de Caen » (d’après Germain-Vallée & Lespez 2016).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/4749/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 3. Périmètre géographique du Pcr « Archéologie environnementale des systèmes littoraux et fluviaux de la Mer du Nord et de la Manche (ArchGéol) », © Meurisse-Fort et al. 2018.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/4749/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 566k
Titre Fig. 4. A. Plan de Lyon en 1700 (Archives municipales de Lyon 3 S 111) et localisation des logs géoarchéologiques (observation géotechniques, archéologiques, données d’archives...). B. Coupe stratigraphique numérisée (fouille de la place de la République) accessible depuis le système d’information géographique (© Service archéologique de la ville de Lyon).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/4749/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Quentin Borderie, Stéphane Bonnet, Teddy Bos, Stéphane Gaillot, Pauline Leconte, Éric Leroy, Murielle Meurisse-Fort, Hervé Tronchère, Cécile Germain-Vallée et Patrice Wuscher, « Le paysage géo-archéologique de collectivité », Les nouvelles de l'archéologie, 153 | 2018, 29-38.

Référence électronique

Quentin Borderie, Stéphane Bonnet, Teddy Bos, Stéphane Gaillot, Pauline Leconte, Éric Leroy, Murielle Meurisse-Fort, Hervé Tronchère, Cécile Germain-Vallée et Patrice Wuscher, « Le paysage géo-archéologique de collectivité », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 153 | 2018, mis en ligne le 14 mars 2019, consulté le 21 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/nda/4749 ; DOI : 10.4000/nda.4749

Haut de page

Auteurs

Quentin Borderie

Géoarchéologue. Conseil départemental d’Eure-et-Loir, service Archéologie préventive & Recherche – Allée du Général-Martial-Vallin 28000 Chartres. Cnrs, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, Université Paris-Nanterre et ministère de la Culture, Umr 7041 ArScAn « Archéologies et sciences de l’Antiquité ». – quentin.borderie@eurelien.fr

Articles du même auteur

Stéphane Bonnet

Géomorphologue. Ville d’Aix-en-Provence, direction Archéologie & muséum, centre technique municipal – 2035, route des Milles 13290 Aix-en-Provence. Cnrs, Aix-Marseille Université et ministère de la culture, Umr 7299 Centre Camille-Jullian. – bonnets@mairie-aixenprovence.fr

Articles du même auteur

Teddy Bos

Géoarchéologue. Toulouse Métropole, service archéologique – 6, rue René-Leduc 31505 Toulouse cedex 5. Cnrs, Université Toulouse II Jean-Jaurès et ministère de la Culture, Umr 5608 Traces « Travaux et recherches archéologiques sur les cultures, les espaces et les sociétés ». – bos_teddy@ymail.com

Stéphane Gaillot

Géoarchéologue. Ville de Lyon, service archéologique – 10, rue Neyret 69001 Lyon. Cnrs et Université de Lyon, Umr 5600 EVS « Environnement, ville et société ». – stephane.gaillot@mairie-lyon.fr

Articles du même auteur

Pauline Leconte

Géoarchéologue. Amiens Métropole, service d’archéologie préventive – 2, rue Colbert 80000 Amiens. – p.leconte@amiens-metropole.com

Éric Leroy

Géomaticien. Ville de Lyon, service archéologique – 10, rue Neyret 69001 Lyon. – eric.leroy@mairie-lyon.fr

Murielle Meurisse-Fort

Géoarchéologue. Conseil départemental du Pas-de-Calais, direction de l’Archéologie – Hôtel du Département, rue Ferdinand-Buisson 62018 Arras cedex 9. Cnrs, Université de Lille et ministère de la Culture, Umr 8164 HALMA « Histoire, archéologie, littérature des mondes anciens ». – meurisse.fort.murielle@pasdecalais.fr

Hervé Tronchère

Géomorphologue et géomaticien. Ville de Lyon, service archéologique – 10, rue Neyret 69001 Lyon. Cnrs et Université de Lyon, Umr 5600 EVS « Environnement, ville et société ». – herve.tronchere@mairie-lyon.fr

Articles du même auteur

Cécile Germain-Vallée

Géoarchéologue. Conseil départemental du Calvados – 36, rue Fred-Scamaroni 14000 Caen. – cecile.germain@calvados.fr

Articles du même auteur

Patrice Wuscher

Géoarchéologue. Archéologie Alsace et Université de Strasbourg, Umr 7362/laboratoire Image Ville Environnement (LIVE). – patrice.wuscher@archeologie.alsace

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals