Navigation – Plan du site
L’archéologie des paysages, entre recherche scientifique et développement culturel

Archéo-écologie des plaines alluviales de la Meuse en France et de la Moselle au Luxembourg

Olivier Brun, Henri-Georges Naton, Caroline Schaal, Guillaume Jamet, Laurent Brou et Foni Le Brun-Ricalens
p. 39-44

Résumés

Les diagnostics et les fouilles archéologiques effectués en contexte de plaine alluviale depuis des décennies, en lien avec l’exploitation des granulats, apportent une masse considérable d’informations sur les paléo-environnements et sur l’histoire des occupations humaines dans les vallées. La qualité de conservation des vestiges et leur richesse ont permis de réaliser des études pluridisciplinaires et de restituer des paysages anciens. Cette exploitation industrielle des granulats a pu avoir des conséquences écologiques inattendues avec la création de plans d’eau artificiels et de nouveaux biotopes. Certaines de ces zones sont aujourd’hui protégées au niveau européen par les directives Habitat-Faune-Flore et Oiseaux, cadre dans lequel s’appliquent les dispositions de la convention de Berne de 1979. Les politiques de sensibilisation du grand public aux questions de la préservation de la nature ont permis la création d’organismes, de centres et d’installations à mission pédagogique. L’archéologie et les disciplines connexes y contribuent en donnant une image des environnements passés de ces vallées et en exposant les mécanismes à l’origine des changements environnementaux. L’archéologie et l’environnement ont en effet des liens de covalence, l’histoire des hommes étant indissociable de celle de leurs interactions avec leur environnement. C’est un long cheminement qui permet depuis les données de terrain, comme les études en cours dans la vallée de la Meuse, d’aboutir à un espace architectural à vocation pédagogique comme le Centre nature et forêt Biodiversum dans la vallée de la Moselle au Grand-Duché de Luxembourg où l’archéologie fait corps avec les enjeux de la protection de la nature.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Comme d’autres types de zones humides, les plaines alluviales font l’objet d’aménagements intensifs (exploitation de granulats, barrages, stations d’épuration, bassins de rétention pour la gestion des risques hydrologiques, etc.) et sont au cœur de différentes problématiques archéologiques, notamment chronologiques et environnementales. L’exploitation des données conservées pour documenter le contexte paléo-environnemental et chronologique des occupations anthropiques reste souvent limitée, et elle est en général fonction de la problématique prescrite pour l’intervention. Hors des contextes archéologiques, les fonds de vallées possèdent pourtant un large potentiel heuristique encore sous-exploité, qui est à même de nous renseigner sur l’impact du climat et de l’anthropisation sur l’évolution de ces milieux.

2Toutes les explorations peuvent faire, si l’on s’en donne les moyens, l’objet d’enregistrements de données permettant sur le long terme des synthèses plus ou moins complètes de l’histoire morpho-sédimentaire et paléoenvironnementale des fonds de vallée. Les archives paléoenvironnementales sont un patrimoine à part entière. La richesse de ces enregistrements ouvre des perspectives de recherche très importantes et la possibilité d’une restitution au grand public d’une histoire des paysages et des sociétés humaines sur des millénaires, à travers des ouvrages didactiques, des expositions ou des lieux dédiés.

3Les plaines alluviales, par leur richesse écologique et leur histoire, sont de parfaits sujets de médiation culturelle pour la sensibilisation à la préservation de l’environnement. Deux exemples pris l’un en France dans le département des Ardennes, dans la vallée de la Meuse, l’autre au Grand-Duché de Luxembourg, dans la vallée de la Moselle, illustrent ce lien entre archéologie, histoire et nature.

Le potentiel des séquences sédimentaires fluviales « non anthropisées »

4Bien que les fonds de vallée offrent de bonnes conditions de conservation et de lecture des événements morphosédimentaires (paléochenaux, etc.) et biologiques (fréquentations animales, activités humaines, restes végétaux, etc.), les fouilles dont ils font l’objet sont souvent circonscrites aux seules concentrations de structures anthropiques. Les données paléoenvironnementales sont, par conséquent, prises en compte pour documenter essentiellement les faits archéologiques faisant l’objet d’une prescription scientifique. La définition du cadre paléoenvironnemental est de ce fait contrainte par les apports ou les activités anthropiques qui peuvent altérer le signal environnemental ainsi que par une délimitation choisie en fonction de la seule approche archéologique, qui constitue ainsi un biais dans la sélection de l’échantillon.

5Les zones dépourvues d’éléments anthropiques tangibles (structure ou mobilier), ou bien seulement marquées par un bruit de fond, sont en général qualifiées de « hors sites » et ne font pas l’objet de fouilles, entraînant la destruction d’une importante documentation. Cependant, ces secteurs peuvent se révéler primordiaux dans la compréhension des évolutions paléoenvironnementales des fonds de vallée. Ils sont même parfois les seules sources d’informations qui nous permettent de reconstituer les milieux dans lesquels ont évolué les sociétés humaines et surtout de restituer les interactions entre ces dernières et leur environnement naturel (Thiébault 2010). Les fonds de vallée constituent les secteurs clés pour définir des modèles d’évolution diachronique concernant l’impact climatique et anthropique sur l’environnement, et inversement.

6Notre capacité à intégrer ces informations dépend également des possibilités d’accès aux archives sédimentaires. Longtemps, les études paléo-environnementales ont été conduites dans le cadre de recherches sur des secteurs hautement conservateurs mais inégalement répartis dans l’espace d’un bassin versant, comme les tourbières ou les lacs alpins (Brisset et al. 2015 ; Cupillard et al. 2015). Les études réalisées en zones fluviales sont plus rares et rarement menées dans le cadre de longs programmes : par exemple un seul article est disponible pour les Ardennes françaises (Lefèvre et al. 1993).

7La pratique du diagnostic préventif mécanisé révèle fréquemment des séquences sédimentaires à fort potentiel informatif auxquelles il permet d’accéder (Naton et al. 2003, 2004, 2009, 2011 ; Naton 2011). De telles séquences sédimentaires sont mises au jour non seulement dans des zones à potentiel connu mais également dans des pièges de faibles dimensions dont la localisation est imprévisible.

Le potentiel documentaire « hors site » des bassins versants de la Moselle et de la Meuse

8Depuis les années 2000, nous avons été confrontés à de telles archives à plusieurs reprises et nous avons cherché à préciser leur potentiel heuristique et à tester les façons de les intégrer scientifiquement à une modélisation à large échelle de l’histoire humaine. Le matériel d’étude livré par ces séquences sédimentaires, en raison de sa fragilité, peut poser des problèmes de conservation et de traitement, sans oublier l’importance des budgets à déployer pour réaliser son étude.

9L’expérience que nous avons acquise sur les bassins versants de la Moselle au Grand-Duché de Luxembourg et de la Meuse dans le département des Ardennes en France (fig. 1) est emblématique de la problématique du diagnostic « hors site » et de sa potentialité informative.

Fig. 1. Carte de localisation des exemples présentés.

Fig. 1. Carte de localisation des exemples présentés.

© GéoArchEon. DAO Henri-Georges Naton.

La vallée de la Meuse dans les Ardennes françaises : diagnostics et fouilles pour une histoire des paysages depuis la fin du Pléniglaciaire weichsélien

10Nous avons eu la chance d’intervenir sur des secteurs « hors sites » classiques de la vallée de la Meuse dans le cadre de plusieurs diagnostics et d’une fouille (conseil départemental des Ardennes) à Autrecourt-et-Pourron (Ardennes, France ; fig. 2). Dans ce dernier cas, le « hors site » est localisé sur la rive gauche du cours moyen de la Meuse ardennaise, à environ 6 km de sa confluence avec la rivière Chiers et à 4 km du site de Mairy, fouillé par Clément Marolle (Marolle 1989). Pour rappel, ce dernier est un des sites de référence pour le Néolithique et la protohistoire des Ardennes. Les études naturalistes pluridisciplinaires faites lors de ces fouilles sur deux paléochenaux (My87 et My90) ont permis de caractériser la dynamique des environnements sédimentaires et biologiques à la fin du Tardiglaciaire-Préboréal et au Subboréal/Subatlantique (Lefèvre et al. 1993). Les éléments obtenus lors des diagnostics archéologiques préalables à l’exploitation de graviers à Autrecourt-et-Pourron (Rabasté 2008 ; Vanmoerkerke 2000), et notamment la mise en évidence de systèmes de paléochenaux ainsi que la présence d’indices d’aménagements anthropiques, ont poussé, malgré la fugacité de ces derniers, à la prescription d’une fouille archéologique sur une zone réservée. En raison du rabattement de la nappe phréatique ainsi que de l’exploitation des graviers tout autour de la zone concernée, nous avons bénéficié de conditions idéales pour la mise en place d’un protocole d’échantillonnage à grands volumes. Les niveaux profonds ont pu être atteints et étudiés à pied sec, ce qui n’est souvent pas possible dans ce type de fond de vallée. Des sondages diagnostiques ont également eu lieu en 2015 dans les parcelles proches, nous permettant des compléments d’observation et de prélèvements.

Fig. 2. Autrecourt-et-Pourron (département des Ardennes, France), coupe d’un chenal.

Fig. 2. Autrecourt-et-Pourron (département des Ardennes, France), coupe d’un chenal.

© GéoArchEon. DAO Henri-Georges Naton.

11L’enregistrement pédo-sédimentaire rencontré présente une épaisse séquence fluvio-palustre (± 3 m), avec des niveaux organiques, datant de la fin du Tardiglaciaire au début de l’Holocène récent. Un travail transdisciplinaire qui repose sur des analyses morpho-stratigraphiques, palynologiques, carpologiques, entomologiques et malacologiques a été initié (fig. 2). Outre les colonnes sédimentaires pour la palynologie, des prélèvements de 10 à 20 litres de sédiments ont été effectués selon un pas d’échantillonnage de 5 cm. Cette stratégie d’échantillonnage permet de disposer de volumes de sédiments suffisants pour la mise en œuvre de l’ensemble des analyses paléoenvironnementales, en proposant une maille comparable pour l’ensemble des bio-marqueurs. Une thèse de doctorat en paléo-botanique portant sur la séquence est en cours (Schaal, en cours). Les investigations préliminaires en palynologie (P. Ruffaldi) et en carpologie ont révélé l’excellente conservation des restes végétaux qui détaillent, à l’échelle régionale et locale, le fonctionnement écologique de la zone humide au cours des douze derniers millénaires. Les premiers résultats mettent en évidence des variations significatives en relation avec les occupations anthropiques du territoire et, de ce fait, les impacts de celles-ci sur les écosystèmes (Schaal, en cours). Plus que du « hors site », les paléochenaux d’Autrecourt constituent des interfaces entre des problématiques archéologiques et paléoécologiques et leur étude promet des avancées novatrices dans la compréhension intégrée des socio-écosystèmes de la vallée de la Meuse. Dans les années à venir, leurs résultats pourront être diffusés auprès du public non expert, ce qui demeure une mission importante des chercheurs.

Le bassin versant de la Moselle au Luxembourg : 25 ans de diagnostics archéologiques pour une synthèse morphosédimentaire

12Depuis la création du Centre national de recherche archéologique (CNRA) du Grand-Duché de Luxembourg en 2011, puis la mise en place en 2014 de procédures d’archéologie préventive dans le cadre des procédures d’aménagement du territoire, les données paléoenvironnementales potentielles sont prises en compte dans les prescriptions du CNRA (plaines alluviales, dépressions humides fermées, etc.).

13Au Grand-Duché de Luxembourg, entre Schengen et Wellenstein, les formations grossières des nappes alluviales de la Moselle font l’objet d’une exploitation industrielle depuis les années 1950. D’abord modeste, elle s’est fortement mécanisée et intensifiée au cours des années 1970. À cette époque, l’archéologie était assez démunie et plusieurs sites furent détruits dont notamment une villa romaine. Le potentiel archéologique du bassin alluvial de la Moselle, principalement dans le secteur de Schengen-Schwebsange (bassin de Wintrange), a motivé le suivi systématique des ouvertures de gravières, notamment après la découverte en 1992 d’un site rubané dans le secteur de Schengen (Le Brun-Ricalens et al. 1994). Depuis cette date, tous les aménagements font l’objet d’un suivi et d’opérations d’archéologie préventive (Le Brun-Ricalens 2001 ; fig. 3), en excellente coopération avec la Sablière Hein, qui exploite les sables et graviers.

Fig. 3. Carte du bassin de Schengen – Schwebsange, localisation des diagnostics, fouilles et des découvertes.

Fig. 3. Carte du bassin de Schengen – Schwebsange, localisation des diagnostics, fouilles et des découvertes.

© Luxembourg, Cnra. DAO Laurent Brou et Henri-Georges Naton.

14Plusieurs occupations humaines datées du Tardiglacaire au haut Moyen Âge ont été mises au jour au cours des dernières décennies dans ce secteur de la vallée. Les plus importantes sont le village du Néolithique ancien rubané (récent et final) de Remerschen-Schengerwis (Hauzeur & Jadin 1994 ; Hauzeur 2006), la nécropole du Bronze final de Remerschen-Klosbaam (Le Brun-Ricalens & Ruijter 1994 ; Nicolas & Le Brun-Ricalens 2010), l’occupation rurale de l’âge du fer de Remerschen-Schengerwis (Ruijter & Le Brun-Ricalens 1994) et l’occupation gallo-romaine de Remerschen-Enner dem Raederbierg (Le Brun-Ricalens 2001).

15Les nombreuses parcelles explorées à proximité n’ont donné lieu à aucune découverte archéologique. Cependant, les préhistoriens chargés des diagnostics ont noté l’intérêt des séquences sédimentaires mises au jour dans ces « hors sites ». L’archéologie n’étant pas au rendez-vous, le temps disponible, avant destruction, a été consacré à la réalisation de coupes stratigraphiques et à la documentation des dépôts sédimentaires. Ces bribes accumulées pendant quinze ans et diverses analyses ont permis de mieux comprendre la géométrie des dépôts et de proposer un modèle d’évolution de ce secteur de la vallée de la Moselle, exposé dans un article de Quaternaire (Naton et al. 2009) et réactualisé pour un ouvrage consacré à la géoarchéologie (Cordier et al. 2014). La combinaison des résultats sédimentologiques, chronologiques, archéologiques et paléobotaniques nous a permis de proposer une reconstruction de l’évolution des occupations humaines et de leurs environnements dans le bassin de Wintrange depuis la fin du Pléistocène.

La médiation culturelle dans la vallée de la Moselle luxembourgeoise : le Centre nature et forêt Biodiversum

16À l’instar de ce qui avait été réalisé dans les pays limitrophes, F. Le Brun-Ricalens, conservateur du service d’archéologie préhistorique du Musée national d’histoire et d’art de Luxembourg, a élaboré à la fin des années 1990 un projet de mise en valeur in situ des découvertes archéologiques et paléoenvironnementales. Ce projet, qui intégrait une restitution archéologique grandeur nature d’une maison du Néolithique ancien rubané dont le plan s’inspirait d’un exemple fouillé près de Schengen et un espace muséographique à fonction didactique, n’a pas pu se concrétiser pour diverses raisons. Parallèlement, les acteurs de la protection de la nature étaient dans une démarche analogue avec un projet de maison de la nature. Les plans d’eau artificiels et les roselières, créés après l’exploitation des gravières, sont en effet devenus avec le temps un milieu favorable à de nombreuses espèces des milieux aquatiques. Un secteur a été classé en 1998 en réserve naturelle nationale et en zone d’intérêt selon la directive « Oiseaux ». La réserve naturelle Haff Réimech, d’une superficie de 100 hectares, est classée site Natura 2000 et Ramsar (zones humides d’importance internationale). En 2008, un projet de bâtiment écologique, le Biodiversum, lancé par les services du ministère du Développement durable et des infrastructures, a permis de fédérer des projets initialement séparés.

17Le centre nature et forêt Biodiversum, situé au carrefour des trois frontières, a été inauguré le 3 juin 2016 et abrite une double exposition : ornithologique, sur les 100 espèces d’oiseaux sédentaires et les 156 espèces migratrices qui trouvent un abri dans la réserve naturelle ; archéologique, sur l’histoire de la vallée de la Moselle et de son peuplement humain (fig. 4 et 5).

Fig. 4. Biodiversum (Remerschen, Grand-Duché de Luxembourg).

Fig. 4. Biodiversum (Remerschen, Grand-Duché de Luxembourg).

© Photo Christof Weber.

Fig. 5. Biodiversum (Remerschen, Grand-Duché de Luxembourg), frise chronologique et maquettes.

Fig. 5. Biodiversum (Remerschen, Grand-Duché de Luxembourg), frise chronologique et maquettes.

© Luxembourg, Cnra.

Conclusion

18À l’heure où les questions environnementales et la définition de mesures d’adaptation aux changements environnementaux deviennent fondamentales, le potentiel heuristique des données paléoenvironnementales acquises grâce aux opérations archéologiques intéresse bien d’autres disciplines scientifiques. Leurs études nourrissent notre connaissance des forçages externes, naturels ou anthropiques, et des changements environnementaux qu’ils impliquent (crues, phénomènes d’érosion, phénomènes d’assèchement, pollutions, etc.). Leurs résultats nourrissent des modèles prédictifs, permettent d’envisager des mesures et des pratiques à même de protéger les milieux fragiles et participent à la sensibilisation des publics jeunes et adultes aux questions environnementales et patrimoniales.

Haut de page

Bibliographie

Brisset E., Guiter F., Miramont C., Revell M., Anthony J. E., Delhon C., Arnaud F., Malet E. & Beaulieu J.-L. de, 2015. « Lateglacial/Holocene environmental changes in the Mediterranean Alps inferred from lacustrine sediments », Quaternary Science Reviews, 110 : 49-71.

Cordier S., Naton H.-G., Brou L., Harmand D., Moine O., Ruffaldi P., Brkojewitsch G. & Ollive V. 2014. « Les fonds de vallée dans le bassin de la Moselle (France, Luxembourg) : approche géoarchéologique », in : N. Carcaud & G. Arnaud-Fassetta (dir.), La géoarchéologie française au xxie siècle. Paris, CNRS Éditions.

Cupillard C., Magny M., Bocherens H., Bridault A., Begeot C., Bichet V., Bossuet G., Drucker D., Gauthier E., Jouannic G., Millet L., Richard H., Rius D., Ruffakdi P. & Walter-Simonnet A.-V. 2015. « Changes in ecosystems, climate and societies in the Jura Mountains between 40 and 8 ka cal BP », Quaternary International, 378 : 40-72.

Hauzeur A. 2006. Le Rubané au Luxembourg : contribution à l’étude du Rubané du Nord-Ouest européen. Luxembourg, musée national d’histoire et d’art (Études et recherches archéologiques de l’université de Liège, 114 ; Dossiers d’archéologie du Musée national d’histoire et d’art, 10).

Hauzeur A. & Jadin I., 1994, « Le village rubané de Remerschen-Schengerwis », Bulletin de la Société préhistorique luxembourgeoise, 15 (1993) : 37-71.

Le Brun-Ricalens F. 2001, « Nécessité d’une politique au service de la protection du patrimoine archéologique luxembourgeois : chronique d’une destruction annoncée : l’exemple des nouvelles fouilles de sauvetage menées à Remerschen-“Enner dem Raederbierg” », Bulletin de la Société préhistorique luxembourgeoise, 20-21 (1998-1999) : 185-195.

Le Brun-Ricalens F., Hauzeur A., Jadin I., Ruijter A. de, Spier F., Fechner K. & Langhor R. 1994, « Fouilles de sauvetage à Remerschen-Schengerwis : premier bilan à l’issue des campagnes 1993-1994 », Bulletin de la Société préhistorique luxembourgeoise, 15 (1993) : 21-113.

Le Brun-Ricalens F. & Ruijter A. de. 1994, « Les tombes de l’âge du bronze final de Remerschen-Schengerwis », Bulletin de la Société préhistorique luxembourgeoise, 15 (1993) : 73-76.

Lefèvre D., Heim J., Gilot E. & Mouthon J. 1993, « Évolution des environnements sédimentaires et biologiques à l’Holocène dans la plaine alluviale de la Meuse (Ardennes, France) : premiers résultats », Quaternaire, 4-1 : 17-30.

Marolle C. 1989, « Le village Michelsberg des Hautes Chanvières à Mairy (Ardennes) : 1. Étude préliminaire des principales structures », Gallia préhistoire, 31 : 93-118. www.persee.fr/doc/galip_0016-4127_1989_num_31_1_2267.

Naton H.-G. 2011. « Géoarchéologie préventive en Champagne-Ardenne », in : Actes de la journée archéologique régionale Champagne-Ardennes 2011 : 20-21.

Naton H.-G., Boulen M., Decocq O. & Figueiral I. 2003. Études paléo-environnementales sur la fouille TGV-Est n° 15, « Liévaux », Dampierre-le-Château (Marne). Châlons-en-Champagne, direction régionale des affaires culturelles Champagne-Ardenne, service régional de l’archéologie (document final de synthèse).

Naton H.-G., Boulen M., Decocq O. & Figueiral I. 2004, « Études paléo-environnementales à Dampierre-le-Château (Marne) », Bilan scientifique 2001, direction régionale des affaires culturelles Champagne-Ardenne, service régional de l’archéologie : 185-187.

Naton H.-G., Boulen M., Decocq O. & Figueiral I. 2009. « Études paléo-environnementales à Dampierre-le-Château, Liévaux (Marne) », in : J. Vanmoerkerke (dir.), « Le bassin de la Vesle du Bronze final au Moyen Âge à travers les fouilles du TGV Est », Bulletin de la Société archéologique champenoise, 102-2 : 14-44.

Naton H.-G., Boulen M., Decocq O. & Figueiral I. 2011. Nubécourt (Meuse) « Aux Villées », études paléoenvironnementales de la vallée de l’Aire, rapport technique et d’expertise sous la direction de Karine Michel et Didier Lamotte.

Naton H.-G., Cordier S., Brou L., Damblon F., Frechen M., Hauzeur A., Le Brun-Ricalens F. & Valotteau F., avec Baes R., Dövener F. & Krier J. 2009, « Fluvial evolution of the Moselle valley in Luxembourg during Late Pleistocene and Holocene: palaeoenvironment and human occupation », Quaternaire, 20-1 : 81-92.

Nicolas T. & Le Brun-Ricalens F. 2010. « Une nécropole à incinération de l’âge du bronze final à Remerschen-“Klosbaam” (Grand-Duché de Luxembourg) : premiers résultats », Empreintes, annuaire du musée national d’histoire et d’art, 3 : 18-24. https://issuu.com/mnha/docs/empreintes_3_2010.

Rabasté Y. 2008. Autrecourt-et-Pourron, « Le Pré du Roi » : sondages archéologiques, du 26 mai au 20 juin 2008. Châlons-en-Champagne, direction régionale des affaires culturelles Champagne-Ardenne, service régional de l’archéologie, Institut national de recherches archéologiques préventives.

De Ruijter A. & Le Brun-Ricalens F. 1994. « L’occupation rurale de l’âge du Fer à Remerschen-Schengerwis », Bulletin de la Société préhistorique luxembourgeoise, 15 (1993) : 77-91.

Schaal C. En cours. Approche paléo-écologique des paysages anciens au cours de l’Holocène : l’apport de la carpologie, thèse de doctorat de l’université Bourgogne Franche-Comté, sous la direction d’E. Gauthier (laboratoire Chrono-environnement, université Bourgogne Franche-Comté) et d’H.-G. Naton (GéoArchEon).

Thiébault S. 2010. Archéologie environnementale de la France. Paris, Éditions La Découverte (Coll. « Archéologies de la France »).

Vanmoerkerke J. 2000. Autrecourt-et-Pourron, « Le Pré du Roi » : sondages archéologiques, du 16 au 20 août 1999. Châlons-en-Champagne, direction régionale des affaires culturelles Champagne-Ardenne, service régional de l’archéologie, Institut national de recherches archéologiques préventives.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Carte de localisation des exemples présentés.
Crédits © GéoArchEon. DAO Henri-Georges Naton.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/4809/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 2. Autrecourt-et-Pourron (département des Ardennes, France), coupe d’un chenal.
Crédits © GéoArchEon. DAO Henri-Georges Naton.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/4809/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 5,3M
Titre Fig. 3. Carte du bassin de Schengen – Schwebsange, localisation des diagnostics, fouilles et des découvertes.
Crédits © Luxembourg, Cnra. DAO Laurent Brou et Henri-Georges Naton.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/4809/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 4. Biodiversum (Remerschen, Grand-Duché de Luxembourg).
Crédits © Photo Christof Weber.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/4809/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Fig. 5. Biodiversum (Remerschen, Grand-Duché de Luxembourg), frise chronologique et maquettes.
Crédits © Luxembourg, Cnra.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/4809/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Brun, Henri-Georges Naton, Caroline Schaal, Guillaume Jamet, Laurent Brou et Foni Le Brun-Ricalens, « Archéo-écologie des plaines alluviales de la Meuse en France et de la Moselle au Luxembourg », Les nouvelles de l'archéologie, 153 | 2018, 39-44.

Référence électronique

Olivier Brun, Henri-Georges Naton, Caroline Schaal, Guillaume Jamet, Laurent Brou et Foni Le Brun-Ricalens, « Archéo-écologie des plaines alluviales de la Meuse en France et de la Moselle au Luxembourg », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 153 | 2018, mis en ligne le 14 mars 2019, consulté le 22 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/nda/4809 ; DOI : 10.4000/nda.4809

Haut de page

Auteurs

Olivier Brun

Cellule archéologique des Ardennes. Conseil départemental des Ardennes – Hôtel du Département CS 20001, 08011 Charleville-Mézières cedex. – olivier.brun@cd08.fr

Henri-Georges Naton

GéoArchEon. Géoarchéologie et paléoenvironnements : conseil, études et recherche. 30, rue de la Victoire, 55210 Viéville-sous-les-Côtes et Umr 7041 ArScAn « Archéologies et Sciences de l’Antiquité ». Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès. 21, allée de l’université, 92023 Nanterre cedex. – geoarcheon@geoarcheon.fr

Caroline Schaal

GéoArchEon. Géoarchéologie et paléoenvironnements : conseil, études et recherche. 30, rue de la Victoire, 55210 Viéville-sous-les-Côtes et université Bourgogne Franche-Comté, Cnrs : Umr 6249 Laboratoire Chrono-environnement. 16, Route de Gray, 25030 Besançon cedex. – Caroline.Schaal@univ-fcomte.fr

Guillaume Jamet

GéoArchEon. Géoarchéologie et paléoenvironnements : conseil, études et recherche. 30, rue de la Victoire, 55210 Viéville-sous-les-Côtes et Umr 8591 LGP « Laboratoire de Géographie Physique », Environnements quaternaires et actuels. 1, place Aristide-Briand, 92195 Meudon cedex. – geoarcheon@geoarcheon.fr

Laurent Brou

CNRA « Centre National de Recherche Archéologique » du Grand-Duché de Luxembourg. 241, rue de Luxembourg, L-8077 Bertrange. – laurent.brou@cnra.etat.lu

Foni Le Brun-Ricalens

CNRA « Centre National de Recherche Archéologique » du Grand-Duché de Luxembourg. 241, rue de Luxembourg, L-8077 Bertrange. – Foni.LeBrun@cnra.etat.lu

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals