Navigation – Plan du site
L’archéologie des paysages, entre recherche scientifique et développement culturel

Valoriser le patrimoine naturel en ville, une gageure ?

Le cas de Lyon
Stéphane Gaillot, Laurent Strippoli, Hervé Tronchère et Nicolas Hirsch
p. 52-59

Résumés

Lyon, seconde ville de France, a un territoire presque totalement urbanisé. Il est pourtant possible d’y valoriser le patrimoine naturel et d’évoquer l’étroite relation qui liait les anciens lyonnais à leur environnement naturel. Cette valorisation passe par la lecture des reliefs, la connaissance des affleurements, celle des processus actuels et celle des événements morphogènes anciens. La toponymie et les matériaux de construction permettent d’évoquer la place qu’occupait l’environnement naturel dans la vie quotidienne. Plusieurs types de médiations sont réalisés. Un SIG dédié à la valorisation de ce patrimoine est présenté.

Haut de page

Entrées d’index

Index de mots-clés :

archéologie, paysage, urbain, patrimoine, naturel

Index by keyword :

archaeology, landscape, urban, heritage, nature
Haut de page

Notes de la rédaction

Avec la collaboration de : Jules Ramona [contributeur]Éric Leroy [contributeur] Marie-Noëlle Baudrand [contributeur]

Texte intégral

Les auteurs remercient les relecteurs qui ont largement contribué à l’amélioration du texte original.

1L’objet de cet article est de montrer comment, à Lyon, le service archéologique sensibilise le public sur la place qu’occupait la nature dans la vie quotidienne des anciens, ou à travers les catastrophes naturelles qu’ils ont subi. Nous entendons par nature les éléments physiques du paysage que sont le relief, les roches, les cours d’eau, la végétation et le climat.

2La difficulté majeure est qu’en milieu urbain les éléments naturels sont très majoritairement invisibles ou non perçus, comme le soulignait G. Demarcq dès 1973 : « Il peut paraître aberrant de décrire […] les caractéristiques géologiques d’une grande cité comme Lyon puisque, du fait justement de son développement citadin, la quasi-totalité du sol naturel est bâti ou recouvert, et que les affleurements observables sont très rares ».

Un site naturel propice à la valorisation

La richesse du site naturel

  • 1 La Croix-Rousse n’est en réalité pas une colline mais l’extrémité du plateau de la Dombes. Elle es (...)

3Au contact de trois régions géologiques majeures (plateau Bressan au nord-est, piémont du Bas-Dauphinois au sud-est, plateau lyonnais à l’est), le site naturel de Lyon présente un patrimoine naturel important. Des formations géologiques anciennes, les premières datant de l’ère primaire, à très récentes, des dépôts se formant encore aujourd’hui, y sont visibles dans le paysage. Les dépôts morainiques sont particulièrement présents sous forme de reliefs, le secteur ayant connu plusieurs recouvrements glaciaires. La diversité topographique tient aussi à la présence des grandes vallées fluviales du Rhône et de la Saône, de leurs plaines alluviales (Presqu’île, Brotteaux, Vaise, etc.), du défilé rocheux de Pierre-Scize, de collines (Fourvière, Croix-Rousse)1, de plateaux (La Duchère, Gorges de Loup, etc.), et enfin de versants, ou balmes, suffisamment marqués pour que certains aient leurs propres noms (Balmes Viennoises, Costière, etc.).

4Bien que très majoritairement urbanisée, l’agglomération lyonnaise (1,4 millions habitants), si ce n’est la ville proprement dite (515 000 habitants), offre des espaces présentant le patrimoine naturel paysagé. Il s’agit notamment des zones non bâties (espaces verts, enclaves agricoles, coteaux, grands cours d’eau, délaissés urbains), où les éléments naturels sont directement perceptibles. Dans les secteurs très urbanisés c’est à partir des matériaux de constructions, de la toponymie ou de cartes topographiques commentées que l’on évoque le patrimoine naturel.

La diversité des reliefs et des formations

  • 2 Marines, puis glaciaires, puis éoliennes.
  • 3 Au contact de terrasses fluvio-glaciaires.

5Les principales entités paysagères sont en lien direct avec la géologie (fig. 1). D’ouest en est, on trouve de façon simplifiée d’abord le plateau lyonnais, qui correspond à la terminaison orientale du Massif central, puis les collines de Fourvière et de la Croix-Rousse, dont le noyau cristallin est recouvert de formations superficielles2, et enfin la plaine alluviale du Rhône qui s’élève progressivement vers l’est3 (fig. 1b). La Saône traverse en défilé rocheux le socle cristallin (Pierre-Scize). Cette diversité géologique est matérialisée par des affleurements rocheux et des formations superficielles.

Fig. 1. Le cadre physique. a : carte topographique ; b : coupe géologique ; c : carte géologique (d’après Franc et Vérot 2018, modifié).

Fig. 1. Le cadre physique. a : carte topographique ; b : coupe géologique ; c : carte géologique (d’après Franc et Vérot 2018, modifié).

© Service archéologique de la ville de Lyon, 2018.

Les affleurements rocheux

6Les gneiss et les granites sont surtout visibles dans le défilé de Pierre-Scize et dans le secteur de l’île Barbe (fig. 1a).

  • 4 « Du conglomérat s’est écroulé le 11 novembre 1840 du versant des Etroits » (Terme 1841).

7Les conglomérats, associés aux balmes, offrent des reliefs spécifiques, avec notamment des abris sous roche, voire des grottes. Sujets aux écroulements4, ils ont tendance à disparaître derrière des murs de soutènements comme ça a vraisemblablement été le cas, quai des Estroits, pour la « grotte Jean-Jacques Rousseau ».

8Notons que, si les calcaires n’affleurent pas à Lyon, ils sont très proches, puisque le massif du Mont d’Or n’est distant que de 6 km. Ces matériaux sont d’ailleurs très présents dans le bâti traditionnel (Pierre Dorée, calcaire à Gryphées…)

Les formations superficielles

9Elles sont omniprésentes (fig. 1c). La région a en effet connu, au tertiaire, une transgression marine au cours de laquelle se sont déposés les sables et les grès fins de la molasse. Si seul un affleurement réellement urbain existe encore (amphithéâtre des Trois Gaules), ces dépôts sont très visibles à la sortie sud de la ville où ils forment le soubassement de la Balme viennoise (fig. 1a). Le territoire a plus tard connu plusieurs recouvrements glaciaires au cours desquels de la moraine a été déposée sur les plateaux et a formé deux véritables collines, à Fourvière et à Sainte-Foy-lès-Lyon. Des affleurements sont visibles en pleine ville (balme de la Quarantaine).

10Les glaciers ont, enfin, en se retirant en direction des Alpes, déposé vers l’est des alluvions fluvio-glaciaires (fig. 1 et 1c). C’est durant ces périodes glaciaires et tardiglaciaires, sous climat sec et venteux, que se sont déposés les lœss qui tapissent actuellement les reliefs. Cette formation a joué un rôle particulièrement important du fait de sa facilité à être cultivée, notamment en vignes (Deniau 1930), et utilisée sous forme de terre crue. Les balmes qui entaillent ces formations instables sont souvent inconstructibles en raison des risques de glissements.

11On trouve enfin des alluvions le long du Rhône, de la Saône et de leurs petits affluents.

La diversité des processus

12Nous nous appuyons sur la morphogenèse et sur les événements météorologiques actuels pour évoquer les processus passés.

13Ainsi, on rappelle facilement les crues anciennes à travers les débordements actuels du Rhône et de la Saône, qui déposent chaque année d’épais limons sur les quais. Les crues provoquent des difficultés de circulation (fermeture des parkings, fig. 2) ou des destructions de mobilier urbain, comme celles de l’hiver 2017-2018 (Bajou 2018).

Fig. 2. Affleurements et processus. Limons de débordements de la Saône déposés par les crues de l’hiver 2017-2018 dans un parking submersible.

Fig. 2. Affleurements et processus. Limons de débordements de la Saône déposés par les crues de l’hiver 2017-2018 dans un parking submersible.

© Service archéologique de la ville de Lyon, 2018.

  • 5 Chaussée coupée jusqu’au 1er juillet 2016.

14Les marques de colluvionnements sont quant à elles bien visibles après les gros orages dans les secteurs de pentes (Croix-Rousse, Fourvière, etc.). Ils occasionnent des ravinements dans certains espaces verts (Parc Sutter), sur les places revêtues de « gore », voire sur les chaussées. Les événements les plus violents peuvent être accompagnés de manifestations qui marquent les esprits : grêlons le 25 juin 2003, arbres arrachés le 10 août 2017 ; foudre le 4 avril 2018. Dans le même domaine, on évoque les glissements de terrain et autres éboulements en signalant ceux qui entraînèrent récemment de longues interruptions de la circulation, comme en décembre 2013 sur la colline de Fourvière5. Les témoins maçonnés et autres jauges de fissuration placés sur les bâtiments menacés, ainsi que la déformation de murs de soutènements où l’inclinaison des arbres, permettent quant à eux d’évoquer les dynamiques lentes de versant comme la reptation.

15La genèse des lœss, anciennes poussières éoliennes, est expliquée par analogie aux pluies de boues qui couvrent les voitures de poussière lors des orages estivaux de fin de journée. On précise évidemment que les deux processus sont différents, les lœss ayant une origine géographique locale, les « boues » une origine bien plus lointaine.

16Enfin, les canicules estivales, telle celle d’août 2017, qui impactent l’ensemble de la population urbaine (Po 2017), donnent l’occasion de rappeler la gravité des sécheresses anciennes comme celle de mars 1504, quand « moururent plusieurs milliers d’âmes tant à la ville qu’aux champs » (Ruby 1604). Dans la même logique, les froids hivernaux, avec parfois des épisodes de neige (1er mars 2018), voire d’engèlements de la Saône (14 février 2011), rappellent les grands hivers historiques, tel celui de février 1679 marqué par l’« estat et misère […] du pauvre peuple causée par la longueur de l’hyver et […] une gelée continuelle […] que le réduit à crier dans les rues… » (Garnier 2012).

Restitution au public : les actions de médiation

17Conformément aux missions de service public, les agents du service archéologique s’efforcent de restituer à tous les publics le thème du patrimoine naturel urbain. L’inscription de la médiation dans les fiches de poste de chaque agent et la diversité des compétences de l’équipe le permettent, avec notamment deux géomorphologues et deux archéologues chargés de médiation. Le service archéologique de la ville de Lyon n’étant pas un établissement recevant du public (Erp), les actions de restitution se déroulent dans les locaux de ses partenaires et établissements culturels ou scolaires. Il s’agit de conférences, d’expositions, de visites de chantiers, etc., dont nous donnons quelques exemples.

La conférence sur le Gros-Caillou

18Les communications les plus classiques, destinées au grand public, prennent la forme de conférences. En février 2015, celle intitulée « À l’origine du Gros-Caillou de la Croix-Rousse » a ainsi été consacrée au bloc erratique qui donne son nom au quartier, ce qui dit son importance patrimoniale. Ce bloc qui témoigne de l’avancée du glacier alpin jusqu’à Lyon est, à ce titre, le seul élément lyonnais à être inscrit à l’inventaire national du patrimoine géologique (Inpg), dont l’une des missions est d’identifier les sites géologiques à vocation patrimoniale. Il permet de discourir sur l’évolution de la compréhension d’un phénomène naturel, les premiers naturalistes voyant dans la présence des blocs erratiques une preuve du déluge. L’importance culturelle du Gros-Caillou est grande : il est étroitement associé aux tisserands du xixe siècle, les canuts, dont le laborieux travail a valu le qualificatif de « colline qui travaille » à la Croix-Rousse, par opposition à Fourvière, la « colline qui prie ». Un conte populaire veut que le bloc soit le cœur, changé en pierre par une divine punition, d’un cruel huissier de justice qui avait expulsé de son logement, en plein hiver, une famille de canuts (Vallerant 1978).

L’exposition sur le climat

19Le service participe à des expositions. Pour celle consacrée au climat aux archives municipales de Lyon en 2012 (Marin 2013), nous avons reconstitué, avec des sédiments réels, une colonne stratigraphique représentant le sous-sol de la colline de Fourvière qui permettait, par exemple, de détailler le processus de mise en place des lœss et de les mettre en relation avec l’architecture en terre crue. Cette terre est en effet utilisée depuis l’Antiquité sous forme d’adobe, puis à la période moderne sous forme de pisé.

Les apéros-archéo

20Depuis 2007, les apéros-archéo, rencontres informelles et conviviales, réunissent entre 15 et 40 personnes dans des lieux variés (jardin public, maisons des jeunes et de la culture, centres sociaux, etc.) autour de quelques archéologues présentant leur spécialité ou une thématique (Strippoli & Villarubias 2014). « Permis de toucher : découverte des matériaux de construction », en juillet 2013, a été consacré à la présentation des roches locales (granites, gneiss, calcaires, lœss, etc.), à leurs usages architecturaux, à leurs périodes d’utilisations et à leurs zones d’extractions. Cette action a été construite avec l’association Valentin Haüy, en charge de personnes aveugles ou malvoyantes. Les échantillons présentaient en effet des textures très différentes, facilement valorisables auprès de ce public.

21« Pierres des villes/Pierres des champs », en octobre 2017, s’est tenu à proximité de l’enclave agricole du Vernay où avaient été réalisées des prospections pétrographiques (fig. 1a). Nous avons d’abord évoqué le passé glaciaire du site à travers les très nombreux galets striés, révélateurs des glaciations anciennes, qui ont été trouvés dans les champs. La découverte de silex utilisés comme pierres à fusil a permis de nuancer l’image « préhistorique » de cette roche puisque ceux-ci remontent à mars 1814, quand une bataille opposa Autrichiens et Français dans le secteur. L’usure du silex au bout de quelques dizaines de tirs obligeait le soldat à le remplacer en l’abandonnant sur place, laissant ainsi dans les champs de nombreux silex taillés.

Les sorties Géomorpho

  • 6 Archéologues, géographes, élèves de l’École nationale des travaux publics de l’État (Entpe).

22Des sorties de terrain abordant l’archéologie et l’archéologie du paysage sont organisées. Destinées au grand public ou à des étudiants6, ces visites partent du belvédère de Fourvière, d’où sont directement visibles les reliefs, et qui est équipé d’une maquette tactile (fig. 3). Le 17 septembre 2016, une balade consacrée à l’archéologie du bâti et aux risques naturels a ainsi eu lieu dans le quartier Renaissance du Vieux Lyon. Le secteur, compris entre le bas de la colline de Fourvière et la Saône, a connu d’importants glissements de terrain, tel celui de novembre 1930, et des inondations matérialisées par des repères de crues. La traversée de la rivière pour atteindre la presqu’île a permis d’évoquer les très fortes sécheresses telle celle d’avril 1544, quand « un homme passa sur un cheval grison […] tout au travers de lad. Saonne à gué et sans nager » (Tricou 1929). Elle a permis enfin de parler de la dangerosité des débâcles glaciaires, qui provoquèrent plusieurs destructions de pont comme celui de Saint-Vincent, en décembre 1696 (Garnier 2012).

Fig. 3. Maquette tactile du site de Lyon. Située sur le belvédère de Fourvière, cette maquette est un très bon support pour présenter les principaux reliefs lyonnais, notamment en cas de mauvaise visibilité.

Fig. 3. Maquette tactile du site de Lyon. Située sur le belvédère de Fourvière, cette maquette est un très bon support pour présenter les principaux reliefs lyonnais, notamment en cas de mauvaise visibilité.

© Service archéologique de la ville de Lyon, 2018.

Les grands événements institutionnels

23Le service participe aux événements institutionnels grand public que sont les Journées européennes du patrimoine (depuis 2001), les Journées nationales de l’archéologie (depuis 2010) et la Fête de la science (depuis 2011). Il organise depuis mars 2017 ArchéoLyon, événement annuel au musée des Confluences. Ces manifestations très médiatisées sont l’occasion de toucher un vaste public. L’évolution du paysage lyonnais a ainsi été évoquée à travers une stratigraphie-type de la presqu’île, présentée lors de la Fête de la science 2012 (fig. 4) et montrant comment se sont accumulés des niveaux naturels depuis la fin du Mésolithique, puis essentiellement anthropiques à partir de l’Antiquité. Pour la Fête de la science 2014, une maquette a reconstitué la stratigraphie d’un site de la Guillotière en empilant des modules réalisés par impression 3D (Tronchère et al 2016).

Fig. 4. Stratigraphie-type de la presqu’île. Des niveaux naturels se sont accumulés jusque vers l’an 0, puis le paysage a radicalement changé avec l’édification des niveaux urbains les uns sur les autres. Les processus naturels ne disparaissent néanmoins pas complétement.

Fig. 4. Stratigraphie-type de la presqu’île. Des niveaux naturels se sont accumulés jusque vers l’an 0, puis le paysage a radicalement changé avec l’édification des niveaux urbains les uns sur les autres. Les processus naturels ne disparaissent néanmoins pas complétement.

© Service archéologique de la ville de Lyon, 2018.

Les visites de chantier

24Des visites de chantier sont organisées pour des publics divers, notamment scolaires, quand les consignes de sécurité et les délais le permettent. C’est alors l’occasion de montrer la réalité de la stratigraphie et la superposition des époques d’occupation.

Un outil dédié : Géo’Clim

25Un système d’information géographique (Sig) a été développé à partir du logiciel Google-Earth Pro, simple d’utilisation. Il sert de support à la valorisation du patrimoine naturel au cours de différentes manifestations, notamment dans le milieu scolaire, et est accessible sur demande auprès du service.

Les événements naturels

26Le SIG permet de localiser les événements naturels connus pour avoir affecté le territoire. Ils ont été répertoriés à partir d’une large documentation : chroniques historiques, presse scientifique, mémoires universitaires, rapports archéologiques, livres spécialisés, sites Internet dédiés. L’inventaire est ouvert et des travaux importants restent à dépouiller (Canard 1960). Ces événements, classés par thème et chronologie, sont visuellement matérialisés sur l’écran par des « punaises ». Un texte explicatif, une référence bibliographique, et, le cas échéant, une illustration, sont associés à chacun d’entre eux.

27On recense, sur un territoire de 300 km² correspondant à la zone urbanisée et péri-urbanisée, un total de plus de 200 événements pour la période antérieure à 1950 (tabl. 1).

Processus Nombre d’événements Événement le plus ancien
Archéologique Historique
Crue (hors débâcles glaciaires) 51 (25 %) Fin du Ie s. av. J.-C. 580
Très forte pluie, tempête, orage, grêle, foudre, etc… 39 (19 %) Vers 50 ap. J.-C. 27 mars 1484
Gel (dont débâcles glaciaires) 31 (15 %) Décembre 1408
Glissement de terrain, effondrement 22 (11 %) Néolithique récent 1483
Canicule 22 (11 %) Été 1481
Tremblement de terre 22 (11 %) 803 ( ?)
Étiage 13 (6 %) Décembre 1475
Brouillard 2 (1 %) 14 décembre 1848
Pluie de boue 2 (1 %) 17 octobre 1846
Volcanisme 1 (< 1 %) Septembre 1783
Total 205 (100 %)
  • 7 L’hiver 1479-1480 « dure du 28 novembre au 6 février. Les voitures chargées traversent les rivière (...)
  • 8 Sidoine Apollinaire (438-486), évêque de Lyon, mentionne le brouillard dans un courrier de 467 : « (...)

28Sans surprise, compte tenu de la présence de deux grands cours d’eau et de la sensibilité des habitants à leurs manifestations, les crues sont les plus fréquentes. Viennent ensuite les tempêtes et les épisodes de gel, dont on mesure combien ils pouvaient être destructeurs pour les bâtiments ou les récoltes7. Les glissements de terrain sont moins représentés que ce à quoi l’on s’attendait compte tenu du caractère instable des versants. C’est sans doute que les pentes ont été plus tardivement et moins urbanisées que les plaines et les plateaux. La mention des canicules est intéressante car elles pouvaient, comme les grands froids, entraîner des famines, voire l’arrivée de ce que l’on pourrait qualifier de réfugiés climatiques : il en fut ainsi de pauvres arrivant à Lyon en 1531, chassés des régions voisines par la famine (Garnier 2012). Cet événement illustre une modification de la relation ville-campagne sous forçage climatique. Les tremblements de terre (plus de 10 % des événements) ont pu être à l’origine de destructions importantes, par exemple de « ponts-aqueducs » en 803 (Gabut 1890). Ils sont en tous cas des éléments de discussion en archéologie : on s’interroge ainsi sur l’origine de fissures affectant une chapelle, que l’on peut attribuer soit à des tremblements de terre, comme le propose Bruno Helly, soit à des crues ou à des débâcles glaciaires (Gaillard à paraitre). Les autres processus sont plus anecdotiques en termes quantitatifs. Citons néanmoins les brouillards, plus importants dans le « paysage céleste » que ne le laisse entrevoir la statistique puisqu’ils caractérisaient Lyon dès l’Antiquité8 (Comby 1997). Ceux, sulfurés, de l’été 1783, liés à l’éruption du volcan islandais Laki, engendrèrent une surmortalité de l’ordre de 30 % (Garnier 2012).

Les toponymes

  • 9 Nous avons notamment compulsé, pour cette recension, les ouvrages de références suivants : Puitspe (...)

29Un volet du Sig recense les toponymes à caractère naturel. Ils correspondent à des sites naturels proprement dits (rue du Marais) ou à des activités liées à un élément caractéristique (rue de la Carrière)9 auxquels correspondaient des paysages spécifiques. Un total de plus de 200 toponymes a été renseigné sur la même zone que celle des événements morphogènes. Ils se répartissent ainsi (tabl. 2) :

   Thème Sous-thème  Termes associés (non exhaustif) Nombre
Site Liés à l’eau Rivières Cascade, béal, ruisseau, (ou nom) 11
Source Doua… 10
Étang Lac… 7
Eau, humidité Boutasse, aigue, mouille… 7
Îles et lônesa Ilons… 5
Fontaine Bellefontaine, fontannière… 5
Marais Tramassac… 4
Végétation Zone humide Brotteaux, brotillon, jonc, jonchère, saule, oiselière… 10
Charme Charmette, charmille, charpenne… 3
Verchère   3
Vigne Vignette… 3
Aulne Vernes… 2
Pierre et sable Cailloux, grave, sablon, gravier, molière, roche 14
Balme Balmont… 11
Divers Ravin, essarts, terre noire… 27
Activité Liée à l’eau Ports   16
Puits Puisard, puisatière… 12
Traversée Pont, gué, traille, bac… 10
Moulin (à eau…)   6
Cressonnière   1
Tannerie Tanneurs… 1
Carrière Perrière, gravière, sablière… 12
Tuilerie, poterie Thuillière, tuiliers… 10
Chaux Rafour… 7
Charbonnière   1
Divers  Rue des Vanniers, rue des Bains… 9
Total 207
a. Les lônes sont des bras d’eau en cours d’abandon.
  • 10 La Rize, aujourd’hui busée, est un petit affluent du Rhône.

30La connaissance de ces toponymes naturels permet une approche complémentaire à celle des catastrophes naturelles. Ils reflètent en effet les paysages ou les activités quotidiennes du passé, dans des lieux dont l’aspect ou la fonction ont, avec l’urbanisation, profondément changé. Ainsi, sur la rive gauche du Rhône, dont l’urbanisation remonte pour l’essentiel au début du xixe siècle, certains noms évoquent des paysages (rue des Champs), des pratiques (rue des Essarts), ou des sites naturels (rues du Lac, de la Rize10, de la Doua, etc.) disparus. Dans la plaine de Vaise, le plus ancien quartier de Lyon puisque les premières installations sont préhistoriques, ils rappellent notamment l’existence des petits affluents de la Saône (rue du Béal, impasse Charavay). Aujourd’hui busés et invisibles, ces ruisseaux alimentaient des artisanats (rue des Tuileries, des Tanneurs, des Bains, etc.). Enfin, dans le Vieux Lyon, on trouve la rue Tramassac dont le nom dériverait de Trans-maraux, soit « à travers le marais » (Gonthier 1981), et sous laquelle se trouvait, comme l’ont révélé les fouilles archéologiques, un bras de la Saône abandonné au IIIe s. ap. J.-C.

Conclusion

31Les différentes actions menées par le service archéologique de la ville de Lyon lui permettent d’expliquer l’évolution du paysage et l’étroite relation qui liait, jusqu’à un passé récent, les Lyonnais à leur environnement naturel. Cette approche, à la fois naturaliste et patrimoniale, fait appel à des disciplines diverses comme la géographie, la géologie, l’histoire et, évidemment, l’archéologie. Elle offre aux publics une lecture de la ville ancienne mettant l’accent sur l’importance des éléments naturels, que ce soit dans la vie quotidienne ou à l’occasion d’événements catastrophiques. L’usage de documents et de supports ad hoc (affleurements naturels, processus physiques encore à l’œuvre, témoignages anciens, cartes…) permet de s’affranchir en partie du caractère aujourd’hui très urbanisé du territoire étudié. Cette démarche s’inscrit dans une politique plus générale d’éducation à l’environnement, et en particulier aux risques naturels. Elle s’adresse à toutes les personnes qui ont besoin de comprendre les processus de formation du paysage lyonnais. La connaissance de ces processus et de leur localisation peut en particulier être une aide aux archéologues, en leur donnant une clef de lecture de l’évolution de sites ou des structures archéologiques.

Haut de page

Bibliographie

Bajou S. 2018, « Après la crue, quels dégâts ? Comment les berges du Rhône ont résisté à la crue », Le Progrès, jeudi 11 janvier 2018 : 19.

Canard J. 1960. Météorologie ancienne. Imprimé par l’auteur.

Comby J. 1997, « À propos des brouillards lyonnais », Revue de géographie de Lyon, 72-4 : 333-337. www.persee.fr/doc/geoca_0035-113x_1997_num_72_4_4714.

Decourt J.-C. & Lucas G. 1993. Lyon dans les textes grecs et latins : la géographie et l’histoire de Lugdunum, de la fondation de la colonie (43 avant J.-C.) à l’occupation burgonde (460 après J.-C.). Lyon, Mom [Maison de l’Orient et de la Méditerranée] Éditions (Travaux de la Maison de l’Orient ; 23). http://www.persee.fr/doc/mom_0766-0510_1993_mon_23_1.

Demarcq G. 1973. Lyonnais, vallée du Rhône : de Mâcon à Avignon. Paris, Masson (Guides géologiques régionaux).

Déniau J. 1930. « La vigne et le vin à Lyon au xve siècle », Les Études rhodaniennes, 6-3 : 263-276. www.persee.fr/doc/geoca_1164-6268_1930_num_6_3_6345.

Franc O & Vérot A. 2018, « Le cadre naturel du site de Lyon : entre reliefs et plaines, des espaces variés lors de la fondation de Lugdunum », in : M. Lenoble (dir.), Atlas topographique de Lugdunum, volume I, Lyon-Fourvière. 85-100 (Revue archéologique de l’Est, suppl. 47).

Gabut F. 1889, « Archéologie romaine, les aqueducs lyonnais », Revue du Lyonnais, VIII : 5-11, 142-150, 177-197, 264-290, 348-361, 421-440.

Gabut F. 1890, « Archéologie romaine, les aqueducs lyonnais », Revue du Lyonnais, IX : 42-54, 117-133, 187-272, 203, 255.

Gaillard C. À paraitre. Chapelle Notre-Dame, île-Barbe, 3, place Notre-Dame, 69009 Lyon : rapport de fouilles d’archéologie préventive.

Garnier E. 2012. Climat, à nos risques et périls. Les Lyonnais face aux caprices du climat depuis le Moyen Âge : catalogue de l’exposition aux Archives de Lyon, du 10 octobre 2012 au 30 mars 2013. Lyon, ville de Lyon (Mémoire vive ; 8).

Gonthier N., 1981. « Une esquisse du paysage urbain lyonnais aux xive et xve siècles », in : Le paysage urbain au Moyen Âge : actes des congrès de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public, 11 congrès, Lyon, 1980. Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1981 : 253-277. http://www.persee.fr/doc/shmes_1261-9078_1981_act_11_1_1367.

Guigue G. (dir.). 1883. Chronique de Benoît Maillard, grand prieur de l’abbaye de Savigny en Lyonnois, 1460-1506 : publiée pour la première fois d’après le manuscrit original, avec une traduction et des notes, par Georges Guigue. Lyon, imprimerie de A.-L. Perrin : XXXIII-204 p. https://gallica.bnf.fr/ark :/12148/bpt6k6493371p.texteImage.

Marin A.-C. 2013, « Les Lyonnais face aux caprices du climat depuis le Moyen Âge : un projet de médiation des Archives de Lyon (octobre 2012-mars 2013) », La Gazette des archives, 230-2 : 139-146. (Numéro spécial « Les sources d’archives pour l’étude du climat et de l’environnement »). www.persee.fr/doc/gazar_0016-5522_2013_num_230_2_5035.

Puitspelu N. du. 1887-1890. Dictionnaire étymologique du patois lyonnais, Lyon, Henri Georg : CXX-470 p.

Pégorier A. 2006. Les noms de lieux en France : glossaire de termes dialectaux. Paris, Institut géographique national (3e éd. revue et complétée par Sylvie Lejeune et Elisabeth Calvarin). www.ign.fr/sites/all/files/glossaire_noms_lieux.pdf.

Po H. 2017. « Le département détient le record de jours en alerte canicule », Le progrès, 26 août 2017.

Rubys C. 1604. Histoire véritable de la ville de Lyon, contenant ce qui a esté obmis par Maistres Symphorien Champier, Paradin & autres, qui cy devant ont escript sur ce subiect... Lyon, Bonaventura Hugo.

Strippoli L. & Villarubias M. 2014. « L’archéologie comme vecteur de cohésion sociale », in : B. Dufaÿ, V. Hincker & A. Viand, Les Nouvelles de l’archéologie, numéro spécial « Archéologie pour la ville », 136 : 44-48. http://journals.openedition.org/nda/2525; DOI : 10.4000/nda.2525.

Tronchère H., Bouvard E., Mor S., Fernagu A. & Ramona J., 2016. « From the Excavation to the Scale Model: a digital Approach », in : S. Campana, R. Scopigno, G. Carpentiero & M. Cirillo (dir.), CAA2015: Keep The Revolution Going: Proceedings of the 43rd Annual Conference on Computer Applications and Quantitative Methods in Archaeology, Univesità di Siena. Oxford, Archaeopress Publishing Ltd, vol. 1 : 3-9.

Terme J.-F. 1841. Rapport sur l’inondation de 1840 présenté par le maire de la ville de Lyon à M. le préfet du Rhône. Lyon, Charvin et Nicon.

Tricou J. 1929. La Chronique lyonnaise de Jean Guéraud, 1536-1562. Lyon, Imprimerie audinienne.

Vachet A. 1982 [1902]. À travers les rues de Lyon. Marseille, Laffitte Reprints.

Vallerant J. 1978. Récits et contes populaires de Lyon. Paris, Gallimard.

Vanario M. 1990. Les rues de Lyon à travers les siècles : xive au xxe siècle. Lyon, Éditions lyonnaises d’art et d’histoire.

Haut de page

Notes

1 La Croix-Rousse n’est en réalité pas une colline mais l’extrémité du plateau de la Dombes. Elle est cependant perçue, et nommée, comme une colline, et, plus anciennement, une montagne (Saint-Sébastien coté Rhône ; Saint-Vincent coté Saône).

2 Marines, puis glaciaires, puis éoliennes.

3 Au contact de terrasses fluvio-glaciaires.

4 « Du conglomérat s’est écroulé le 11 novembre 1840 du versant des Etroits » (Terme 1841).

5 Chaussée coupée jusqu’au 1er juillet 2016.

6 Archéologues, géographes, élèves de l’École nationale des travaux publics de l’État (Entpe).

7 L’hiver 1479-1480 « dure du 28 novembre au 6 février. Les voitures chargées traversent les rivières glacées, les vignes et les blés gèlent quoique couverts de 2 ou 3 pieds de neige. Il en résulte famine et épidémie » (Guigue 1883). Le 5 juillet 1495, « à deux heures du soir, une violente tempête “telle que de mémoire d’homme, on n’en vit de pareille” ravagea la ville et ses faubourgs, ruinant de fond en comble certains quartiers » (Guigue 1883). Le 4 juin 1688, « il a greslé d’une telle sorte […] qu’il ne restât que fort peu de formes dans les vignes, et les bleds qui donnoient une merveilleuse espérance, aussi bien que les vignes et les chanvres et les légumes furent accablés de ce flot de Dieu irrité ». AD69 Collonge au Mont d’Or – B 1668.

8 Sidoine Apollinaire (438-486), évêque de Lyon, mentionne le brouillard dans un courrier de 467 : « Tu me reproches les brouillards de ma ville de Lyon et tu déplores que le jour, masqué par la brume du matin, ne se dévoile […] qu’avec peine sous la chaleur de midi » (Decourt & Lucas 1993).

9 Nous avons notamment compulsé, pour cette recension, les ouvrages de références suivants : Puitspelu 1887-1890 ; Vachet 1982 [1902] ; Vanario 1990, Pégorier et al. 2006, ainsi que le centre national de ressources textuelles et lexicales.

10 La Rize, aujourd’hui busée, est un petit affluent du Rhône.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Le cadre physique. a : carte topographique ; b : coupe géologique ; c : carte géologique (d’après Franc et Vérot 2018, modifié).
Crédits © Service archéologique de la ville de Lyon, 2018.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/4897/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,4M
Titre Fig. 2. Affleurements et processus. Limons de débordements de la Saône déposés par les crues de l’hiver 2017-2018 dans un parking submersible.
Crédits © Service archéologique de la ville de Lyon, 2018.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/4897/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 3. Maquette tactile du site de Lyon. Située sur le belvédère de Fourvière, cette maquette est un très bon support pour présenter les principaux reliefs lyonnais, notamment en cas de mauvaise visibilité.
Crédits © Service archéologique de la ville de Lyon, 2018.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/4897/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 4,1M
Titre Fig. 4. Stratigraphie-type de la presqu’île. Des niveaux naturels se sont accumulés jusque vers l’an 0, puis le paysage a radicalement changé avec l’édification des niveaux urbains les uns sur les autres. Les processus naturels ne disparaissent néanmoins pas complétement.
Crédits © Service archéologique de la ville de Lyon, 2018.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/4897/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Gaillot, Laurent Strippoli, Hervé Tronchère et Nicolas Hirsch, « Valoriser le patrimoine naturel en ville, une gageure ? », Les nouvelles de l'archéologie, 153 | 2018, 52-59.

Référence électronique

Stéphane Gaillot, Laurent Strippoli, Hervé Tronchère et Nicolas Hirsch, « Valoriser le patrimoine naturel en ville, une gageure ? », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 153 | 2018, mis en ligne le 14 mars 2019, consulté le 21 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/nda/4897 ; DOI : 10.4000/nda.4897

Haut de page

Auteurs

Stéphane Gaillot

Géomorphologue. Service archéologique de la ville de Lyon. 10, rue Neyret 69001 Lyon. – stephane.gaillot@mairie-lyon.fr

Articles du même auteur

Laurent Strippoli

Archéologue. Service archéologique de la ville de Lyon. 10, rue Neyret 69001 Lyon. –

Hervé Tronchère

Géomorphologue. Service archéologique de la ville de Lyon. 10, rue Neyret 69001 Lyon. –

Articles du même auteur

Nicolas Hirsch

Archéologue. Service archéologique de la ville de Lyon. 10, rue Neyret 69001 Lyon. –

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals