Navigation – Plan du site
L’archéologie des paysages, entre recherche scientifique et développement culturel

La città di Ruggero

Entre développement socioculturel et recherche scientifique.
The Roger’s Town: between social cultural development and scientific research.
Emanuela Rossetti o Roscetti, Cristiana La Serra et Fabio Lico
p. 64-70

Résumés

En 2017, l’association Mnemosyne a pris en gestion le Parc archéologique médiéval de Mileto, commune italienne de la province de Vibo Valentia en Calabre. Les caractéristiques uniques du site et les problématiques socio-culturelles identifiables sur le territoire ont été exploitées pour définir les stratégies patrimoniales. Le projet de La Città di Ruggero est constitué de trois volets : gestion et valorisation du seul parc archéologique médiéval calabrais ; volonté d’amener à la culture des catégories issues de milieux défavorisés (élèves en décrochage scolaire, migrants) et des personnes souffrant d’un handicap ; mise en place de plusieurs projets de recherche.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’association Mnemosyne se compose en 2018 de six archéologues (Cristiana La Serra, présidente, Fab (...)
  • 2 Selon la législation italienne, l’expression « parc archéologique » correspond à une zone très comp (...)

1Mnemosyne est une association culturelle à but non lucratif dont le siège est à Vibo Valentia en Calabre (Italie). L’équipe, composée essentiellement de professionnels de la culture1, mène des actions de valorisation du patrimoine calabrais en étroite collaboration avec les collectivités territoriales ainsi que le ministère des biens et des activités culturelles (Mibac). Depuis 2017, Mnemosyne a en charge la gestion du Parc archéologique2 de Mileto. Dans le cadre de ce projet, tous les membres de l’association participent activement aux différentes rencontres sur la sauvegarde et la valorisation du patrimoine archéologique (Rossetti et al. 2017). Dans cet esprit d’échange et de partage, nous avons décidé de participer aux rencontres nationales de l’Association nationale des archéologues de collectivités territoriales (Anact) en 2017, afin de faire connaître notre travail auprès de nos collègues français et nous enrichir de leurs expériences.

Le Parc archéologique médiéval de l’ancienne ville de Mileto

2Situé en Calabre, dans le sud de l’Italie, le Parc archéologique médiéval de l’ancienne ville de Mileto est un lieu riche et complexe autant du point de vue archéologique que sur les plans historique, scientifique et social (fig. 1).

Fig. 1. Localisation de la ville moderne de Mileto (province de Vibo Valentia en grisâtre) et du Parc archéologique médiéval de Mileto Antica.

Fig. 1. Localisation de la ville moderne de Mileto (province de Vibo Valentia en grisâtre) et du Parc archéologique médiéval de Mileto Antica.

© Emanuela Rossetti o Roscetti.

3Syncrétisme parfait entre vestiges et nature, il représente un unicum dans le paysage de la valorisation calabraise. En effet, dans un contexte régional extrêmement riche en témoignages remontant à diverses époques, seul le Parc de Mileto valorise un site médiéval dans son contexte naturel, les autres parcs de la région illustrant plutôt l’histoire matérielle grecque et romaine. Pourtant, cette région a vu naître, durant toute l’époque médiévale, d’importants centres civils, militaires et religieux. Le phénomène de l’incastellamento ou enchâtellement est encore aujourd’hui bien perceptible sur son territoire.

  • 3 Sous le nom de Roger Ier, Roger de Hauteville fut comte de Sicile de 1062 à sa mort.

4Fondée au début du xie siècle par le Normand Roger de Hauteville (vers 1031-1101) dit le Bosso puis le Grand Comte3, Mileto Antica est une ville fortifiée installée sur deux collines escarpées dominant plusieurs vallons. Cette position stratégique pour la défense de son territoire explique son statut de capitale normande du sud de l’Italie : le Grand Comte y édifia son château et la dota d’une cathédrale dédiée à Saint-Nicolas, d’un palais de l’archevêché, d’un atelier monétaire, d’une petite église consacrée à Saint-Martin de Tours, de l’abbaye bénédictine Sainte-Trinité (Ménager 1958/1959 ; Occhiato 1978 et 1994) et d’un rempart.

5Cette ville a connu une rapide expansion et est devenue un des centres les plus peuplés de la région. Au xive siècle, plusieurs édifices y furent construits, notamment des hôtels particuliers, un hôpital et des églises. Deux ordres mendiants, les Carmes et les Capucins, y installèrent leurs couvent (fig. 2).

Fig. 2. La ville de Mileto Antica au xviie siècle. A) Palais de l’archevêché ; B) Capucin ; C) Abbaye ; D) Église S. Angelo ; E) Église S. Martino ; F) Couvant ; G) Hôpital ; H) Porte S. Cristoforo ; I) Église Cattolica ; K) Zone Zaccari ; L) Séminaire ; M) Rivière Scatoplito.

Fig. 2. La ville de Mileto Antica au xviie siècle. A) Palais de l’archevêché ; B) Capucin ; C) Abbaye ; D) Église S. Angelo ; E) Église S. Martino ; F) Couvant ; G) Hôpital ; H) Porte S. Cristoforo ; I) Église Cattolica ; K) Zone Zaccari ; L) Séminaire ; M) Rivière Scatoplito.

© Dessin publié dans G. B. Pacichelli, Del Regno di Napoli in Prospettiva, Naples, 1703. DR.

6En 1638 puis en 1659, deux tremblements de terre affectèrent le paysage au niveau géologique et urbain. En 1783, la ville de Mileto fut détruite par le séisme nommé « flagello », que le géologue et minéraliste français Déodat Gratet de Dolomieu (1750-1801), commandeur de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem, a décrit dans une chronique détaillée (Dolomieu 1784). Les habitants abandonnèrent alors l’ancienne capitale normande pour construire la « nouvelle » Mileto sur une autre colline, deux kilomètres plus au nord (Zinzi 1985).

7D’autres sites remontant à l’époque médiévale présentent les mêmes caractéristiques mais ils restent encore aujourd’hui très méconnus du grand public et d’une partie des spécialistes. Insister sur le caractère unique du Parc archéologique médiéval de Mileto Antica est un des moyens dont nous disposons pour dénoncer la dichotomie existante entre la richesse du patrimoine calabrais et la faiblesse de la politique de valorisation menée par les collectivités de la région.

Vingt ans d’aménagements

  • 4 Ministero dei beni e delle attività culturali e del turismo, Soprintendenza Archeologia Belle Arti (...)

8Depuis presque 20 ans, Mileto fait l’objet d’un projet de valorisation piloté par la Commune de Mileto et la Surintendance de Reggio Calabria et Vibo Valentia4. En 1999, après une procédure d’expropriation des terrains, quarante hectares de l’ancienne ville de Mileto ont été déclarés secteur sauvegardé. Entre 2011 et 2015, des travaux de grande envergure ont été effectués, notamment la restauration et la conservation des vestiges des édifices ainsi que la mise en sécurité du site. En outre, une fouille des bas-côtés de l’abbatiale dédiée à la Sainte-Trinité, dont les vestiges sont aujourd’hui l’emblème du Parc, a été réalisée (fig. 3). Les premières investigations archéologiques concernant ce monument remontent au début du xxe siècle. Menées par l’archéologue Paolo Orsi (1859-1935), de petits sondages avaient été effectués dans une partie restreinte de l’abbaye (Orsi 1921). Il faudra atteindre soixante-dix ans pour la réalisation de fouilles de plus grande envergure. En 1995, Rosa Fiorillo et Paolo Perduto, de l’université de Salerne (Campanie), ont mis au jour les absides latérales ainsi que les vestiges du cimetière annexe utilisé jusqu’au xviiie siècle (Fiorillo & Perduto 2000). Le matériel découvert dans les différents niveaux stratigraphiques, partiellement exposé au musée national de Mileto, témoigne de la richesse de l’abbaye au fil du temps. Étudiés par l’archéologue Patrizio Pensabene, tous les éléments architecturaux en marbre utilisés pour la construction de l’abbaye bénédictine sont des remplois provenant vraisemblablement de l’ancienne ville d’Hipponium, aujourd’hui Vibo Valentia (Pensabene 1990). Quelques années plus tard, des fouilles réalisées sur le site de la cathédrale ont mis au jour les élévations de la chapelle de San Severino, qui appartenait à une noble et puissante famille de Mileto.

Fig. 3. Vue aérienne de l’abbaye de la Sainte-Trinité de Mileto Antica.

Fig. 3. Vue aérienne de l’abbaye de la Sainte-Trinité de Mileto Antica.

© Archives du Ministero dei beni e delle attività culturali e del turismo, Soprintendenza Archeologia Belle Arti e Paesaggio per la città metropolitana di Reggio Calabria e la provincia di Vibo Valentia.

9Au cours de l’année 2016, la commune de Mileto a émis deux appels d’offres pour la gestion et la valorisation du Parc archéologique mais, en raison d’un cahier des charges trop contraignant, aucun acteur privé n’a présenté de projet de valorisation. La collectivité territoriale qui, au départ, voulait se décharger de toutes ses responsabilités de gestion, a donc dû revenir sur ces appels. N’ayant obtenu aucun marché public, le maire de Mileto, Domenico Antonio Crupi, et le surintendant des biens archéologiques de Reggio Calabria et de la province de Vibo Valentia, Fabrizio Sudano, se sont adressés directement à l’association culturelle Mnemosyne. Le 16 février 2017, une convention pour la gestion du Parc archéologique a été signée entre ces trois acteurs.

La nouvelle gestion du Parc archéologique

10Trois mois se sont écoulés entre la signature de la convention et l’ouverture du Parc au public, le 13 mai 2017. Après avoir réalisé un état des lieux du site, les membres de l’association Mnemosyne ont mis en place un certain nombre d’actions afin d’assurer un service minimum et améliorer considérablement la qualité de visite du parc pour les usagers.

  • 5 Constitution italienne (1948), art. 9 : « La République favorise le développement de la culture et (...)

11Marqué d’abord par sa destruction et son abandon, puis voué à l’oubli et la négligence, le site de Mileto a été considéré par la population locale à la fois comme une carrière de récupération de matériaux de construction, comme une décharge et comme un espace où l’on fait pâturer le bétail (fig. 4). En dépit de sa valeur historique, l’ancienne capitale de Roger d’Hauteville a été intégrée et exploitée au profit des intérêts ruraux et communaux. Cette forme d’interactions est le résultat d’une mauvaise politique de gestion de ce patrimoine historique, perpétuée durant plusieurs décennies. Une politique de dissociation entre le présent et le passé engendre des attitudes néfastes dont l’impact est difficilement réversible. En témoignent notamment des fouilles clandestines constatées par les gendarmes italiens (carabinieri) et les archéologues de Mnemosyne lors de prospections au début de l’année 2017. En contrepartie, l’introduction du patrimoine culturel dans les politiques de développement social est un premier pas vers la valorisation de son propre territoire. Le développement de la culture et de la recherche scientifique comme de la sauvegarde du patrimoine historique, artistique et environnemental est aussi un des principes fondamentaux de la Constitution italienne. L’article 9, qui ne trouve pas de correspondances dans les autres textes constitutionnels européens, témoigne de la vision de l’assemblée constituante de 1948 en matière de patrimoine culturel5 (Merusi 1975 ; Settis 2006).

Fig. 4. État général du Parc archéologique de Mileto Antica avant 2017.

Fig. 4. État général du Parc archéologique de Mileto Antica avant 2017.

© Manuel Zinnà.

Les nouveaux aménagements

12Une végétation florissante envahissait les vestiges, notamment ceux de l’abbaye de la SS. Trinità dont les fondations et les ruines disparaissaient sous la flore et servaient de déchèterie. Différents secteurs du Parc ont fait l’objet d’une mission de déblaiement et de réhabilitation pendant près d’une vingtaine de jours. Dans cette tâche, Mnemosyne a pu compter sur la collaboration de « Calabria Verde », société créée par la région Calabre pour l’entretien des espaces verts, ainsi que sur des bénévoles de l’« Augustus Kroton », association liée à la protection civile italienne.

13Un petit édifice de la fin du xixe siècle, ancien lieu de production agricole, près de l’entrée du Parc et de l’abbaye, est devenu lieu d’accueil, billetterie, boutique et buvette ; il a été aussi équipé d’une citerne pour les sanitaires.

14En parallèle à cet engagement sur le terrain, une intense activité de communication a été menée à différents niveaux. Une communication suivie dans la presse locale ainsi que par le biais des réseaux sociaux informait les collectivités et les habitants de l’état d’avancement du projet préalablement à l’ouverture. L’identité graphique du Parc a été créée par un des membres de l’association : logo, dépliants de visite du site, affiches publicitaires et billets d’entrée du parc. L’impression de ce matériel a été entièrement financée par les mécènes du parc sollicités par tous les membres de l’équipe Mnemosyne qui ont participé à constituer ce réseau, avec le soutien et la persévérance des acteurs locaux.

L’ouverture et les événements

15À l’heure actuelle, seuls 20 % des quarante hectares du Parc ont été mis en sécurité et sont donc ouverts au public. Ce secteur correspond aux vestiges de la SS. Trinità, abbaye bénédictine dont la construction remonte au xie siècle.

16Ouvert au public du vendredi au dimanche, le Parc archéologique médiéval de Mileto Antica propose aussi des visites sur réservation durant le reste de la semaine. La totalité du montant généré par les entrées est automatiquement réinvesti dans la gestion et la valorisation de Mileto Antica.

17Grâce à la création d’un réseau associatif et culturel assez étendu, le Parc archéologique de Mileto Antica a accueilli plusieurs événements culturels depuis son ouverture, en mai 2017. Le premier fruit de ce dynamisme a été la collaboration entre le Parc archéologique, le musée de Mileto et la fondation diocésaine. Une vision commune a été à la base de cette synergie destinée à mieux conserver et mettre en valeur les vestiges archéologiques, tout en améliorant la transmission de leur histoire aux habitants de la ville, pour conforter son identité. Dans le cadre de cette collaboration, un projet pilote est en cours d’expérimentation : des conférences axées sur le patrimoine, l’urbanisme et l’architecture de Mileto et sa province. Il s’agit d’inciter les citadins à s’approprier les vestiges de leur passé pour en faire des acteurs de la protection et de la valorisation que nous mettons en œuvre.

18Quelques jours après son ouverture au public, le Parc archéologique a adhéré à la Nuit des Musées en collaboration avec le musée de Mileto. Les visiteurs ont été invités à un apéritif gratuit, offert par un de nos sponsors. À cette occasion, outre une dégustation de produits locaux, les personnes présentes ont pu profiter d’une visite guidée du Parc et admirer son contexte naturel. Puis, ils ont découvert les collections du musée national de Mileto et la soirée s’est terminée par un concert lyrique.

19La cadence des événements culturels est beaucoup plus élevée pendant la période estivale. De nombreuses fêtes populaires, célébrant à la fois la dévotion religieuse, la culture culinaire ou bien les traditions, rythment la vie locale. L’agenda culturel estival de la province inspire les ouvertures extraordinaires du Parc de Mileto Antica. Nous n’en présenterons ici que quelques exemples parmi les plus significatifs.

  • 6 Cette fondation italienne de droit privé à but non lucratif et apolitique a été créée par Giulia Ma (...)
  • 7 Le tourisme estival en Calabre est pour l’essentiel maritime et côtier. L’association Mnemosyne che (...)

20Ainsi, la soirée « Stelle alla Corte di Ruggero », organisée en collaboration avec le Fondo per l’Ambiente Italiano (Fai)6 et à laquelle a participé un grand nombre de visiteurs, touristes7 et habitants, a-t-elle concilié la connaissance historique et archéologique du Parc à l’astrophysique. Après une visite guidée à l’église bénédictine, deux astrophysiciens ont accompagné un public hétérogène, enthousiaste et curieux à la découverte de l’espace à travers l’installation de deux télescopes professionnels. Interrogé par la presse locale, Antonio Brosio, le directeur du Parc astronomique Lilio di Savelli, s’est dit agréablement surpris par le succès de la soirée et envisage de perpétuer cette expérience par un rendez-vous annuel dans l’agenda culturel de la province. Désormais, le Parc archéologique est inscrit sur la liste des sites conventionnés par le Fai, ce qui représente la première convention de ce genre dans la province de Vibo Valentia, et la fondation et Mnemosyne vont travailler ensemble à l’élaboration d’autres projets.

21Le Parc archéologique a aussi participé à la journée des familles aux musées (Famu), événement national sous l’égide du Mibac qui ambitionne de rapprocher les familles des différentes formes de culture, historique, archéologique, littéraire, musicale et théâtrale. Le « Sistema Bibliotecario Vibonese », bibliothèque de Vibo Valentia, a participé à cette journée par le biais d’une lecture ludique d’un livre et d’une pièce de théâtre.

22De gros efforts restent à accomplir pour dynamiser l’offre culturelle de la province. Dans cette optique, l’association Mnemosyne s’engage à renouveler, à diversifier et à adapter son offre culturelle très régulièrement, pour assurer l’attractivité du Parc archéologique, élargir son public et toucher même les néophytes.

L’éducation nationale, partenaire essentiel dans un contexte social difficile

23Dans un contexte social où le décrochage scolaire est une pratique usuelle, où l’augmentation de la criminalité chez les adolescents est une réalité et où le chômage frappe presque 60 % de la population, qui vit essentiellement d’agriculture et d’élevage, l’équipe Mnemosyne a inscrit le Parc de Mileto dans un des projets pédagogiques de l’éducation nationale.

24Un autre grand axe est la sensibilisation et l’initiation du jeune public à l’architecture, au patrimoine et à l’urbanisme à travers l’animation d’ateliers. Destinés aux classes de la maternelle à la terminale de la province de Vibo Valentia, ils ont débuté en janvier 2018 et seront perpétués jusqu’à la fin de la gestion, prévue en 2020.

Le projet Aviva

25L’accessibilité à tous les publics est un sujet d’actualité, en Italie comme en France. La nouvelle juridiction encourage une politique d’accueil dynamique. Toute sorte d’équipement répondant aux besoins d’un public atteint de handicaps répond aussi à un meilleur confort d’usage pour un autre plus large. L’accessibilité destinée aux personnes handicapées, qui touche aussi leur entourage familial, facilite l’adhésion de nouveaux publics souvent néophytes en matière d’expérience culturelle.

26Depuis la signature de la convention pour la gestion du Parc archéologique, l’association Mnemosyne a pour mission de favoriser l’accès de ce site aux classes sociales défavorisées et aux personnes handicapées. Dans ce but, Mnemosyne a soumis son projet La Città di Ruggero à la 2e édition de la Fabrique AVIVA, compagnie d’assurance qui, chaque année, soutient financièrement tous les projets sans but lucratif proposés par une association ou entreprise en vue de développer l’intégration sociale dans différents domaines.

27Entre le 1er décembre 2016 et le 16 février 2017, les internautes ont été invités à exprimer leurs préférences à propos de quelque 500 projets publiés sur le site Internet du Community Fund Aviva. Dans le domaine culturel, La città di Ruggero a été l’un de ceux qui a recueilli le plus de votes. Un jury a ensuite entériné cette sélection en lui accordant un financement de 7 500 euros. Plusieurs partenariats avec des écoles, des associations ou des centres sociaux ont ainsi pu voir le jour :

  • L’association Patronato Anmil – UICI Vibo Valentia, qui agit au plus près des personnes aveugles et malvoyantes, est en train de réaliser des panneaux explicatifs en braille et images imprimées en relief qui seront localisés dans les secteurs stratégiques du parc. Cette association a constitué une petite entreprise dont l’équipe est, à 70 %, composée de personnes souffrant d’une déficience visuelle. Ces collaborations représentent pour nous un double succès : d’une part, Mnemosyne est en train de donner forme au projet La Città di Ruggero ; d’autre part, les personnes auxquelles il est destiné sont celles-là même qui réalisent une partie des équipements prévus.
  • Régulièrement, l’actualité nous rappelle que les régions du sud de l’Italie, notamment la Sicile et la Calabre, doivent faire face à un afflux de bateaux transportant des migrants secourus en Méditerranée. Selon la plateforme OPERATIONAL PORTAL REFUGEE SITUATIONS, entre janvier et octobre 2017, 106 476 réfugiés ont rejoint les côtes italiennes. Les débarquements ont été plus intenses en Sicile et en Calabre (https://data2.unhcr.org/​en/​situations). La Città di Ruggero cherche à répondre aux problèmes spécifiques liés à cette immigration en collaborant avec un centre d’accueil pour migrants, situé à proximité du Parc archéologique. Les adolescents qui y sont hébergés assistent à des séminaires sur l’histoire de la province de Vibo Valentia, participent à des sorties archéologiques. En outre, ils ont été associés à l’élaboration de nouveaux parcours de visite du Parc archéologique sous la direction d’un des archéologues de l’association.

Activités de recherche

28Dans les mois à venir, l’équipe Mnemosyne présentera aux collectivités territoriales et à la surintendance archéologique de Reggio Calabria et Vibo Valentia le projet Raccontando il Flagello. Rischio sismico tra passato e presente (« À propos du Fléau. Le risque sismique entre passé et présent »), qui aborde un sujet récurrent dans l’actualité italienne, l’impact des séismes sur le territoire du pays. Le sujet est d’autant plus sensible que la Calabre, située à l’intersection de la faille africaine et la faille européenne, a une importante histoire sismique.

Les perspectives du projet de recherche

29Détruite et abandonnée en 1783, date du grand séisme nommé « Il Flagello » (le fléau) qui a dévasté le sud de l’Italie et particulièrement la Sicile et la Calabre, l’ancienne capitale médiévale normande avait déjà vécu et survécu à d’autres tremblements de terre. Au Moyen Âge et à l’époque moderne, bien d’autres villes calabraises ont été détruites et abandonnées.

30L’abandon est un phénomène historique et social qui mérite d’être étudié dans toute sa complexité. La compréhension de l’impact des séismes sur le territoire, sur les habitats et sur les sociétés du passé ne relève pas seulement d’une étude historique et archéologique. Une équipe pluridisciplinaire composée de géologues, d’urbanistes, d’architectes et de restaurateurs voudrait fournir aux collectivités territoriales d’importantes données pour la rédaction des Psc (Piano di Sicurezza e Coordinamento). Rédigé par le maître d’œuvre, ce document détermine toutes les phases critiques d’un chantier et prescrit les démarches capables de prévenir ou de réduire les risques qui pourraient affecter la sécurité et la santé de tous les acteurs gravitant autour. Le plan particulier de sécurité et de protection de la santé (Ppsps) est, en quelque sorte, son équivalent en France.

  • 8 Le Via correspond à l’étude technique d’impact environnemental, préalable à la réalisation d’aménag (...)
  • 9 Le Viarch correspond à l’étude technique d’impact archéologique, préalable à la réalisation d’amén (...)

31La région de Calabre pourrait utiliser ces données pour anticiper l’impact des nouveaux aménagements sur le paysage naturel et prévenir de tels risques au moment de la rédaction de Via (Valutazione di Impatto Ambientale)8 et du Viarch (Valutazione di Impatto Archeologico)9, documents désormais obligatoires dans tous travaux publics.

32Alors qu’un tiers des Italiens vivent dans des zones à fort risque sismique, 20 % des logements seraient issus de chantiers illégaux, pourcentage qui s’élève jusqu’à 60 % dans certaines régions, cette étude vise aussi à éduquer les nouvelles générations aux risques sismiques. En collaboration avec la protection civile, l’équipe Mnemosyne souhaite mettre en place des séminaires, des laboratoires et des expositions sur le thème du séisme. Des livres digitalisés, par la bibliothèque de Vibo Valentia, constitueront le fonds d’une médiathèque installée dans une de ces structures.

Conclusion

33La gestion du Parc archéologique médiéval de Mileto Antica, menée par l’équipe Mnemosyne, démontre que la mise en réseau des différents acteurs locaux qui travaillent avec les collectivités territoriales et la Soprintendenza génère des effets positifs sur le territoire. Depuis l’élaboration d’un programme hétérogène et diversifié axé sur la valorisation du patrimoine historique, archéologique et naturel du parc, nous constatons que les « barrières immatérielles » dressées entre la population et son histoire sont en train de s’effondrer, et que le site devient peu à peu un objet de fierté locale.

34Cette première année de travail nous a permis de récolter des données fondamentales capables d’orienter et d’affiner nos engagements. Selon les données de fréquentation, près de 25 % des visiteurs, tous âges confondus, sont des néophytes en archéologie. Ce pourcentage, non négligeable, est un reflet de la société contemporaine de notre pays, où une partie importante de la population n’est pas sensibilisée aux contextes archéologiques et surtout n’est pas en mesure de concevoir ses enjeux culturels, touristiques et économiques. Cet écart existant entre la société actuelle et son passé est imputable aux politiques culturelles : d’une part, la sensibilisation des jeunes générations au patrimoine culturel n’est pas une priorité pour les établissements scolaires ni pour le ministère de l’Éducation nationale ; d’autre part, bien des monuments, musées, sites et parcs archéologiques sont soit dépourvus d’un support de médiation (contenu explicatif), soit « valorisés » par des panneaux dont les textes extrêmement techniques sont difficilement compréhensibles.

35En outre, l’implication des archéologues dans la médiation culturelle est trop souvent considérée comme accessoire. La législation italienne est ici très en retard par rapport à d’autres pays de l’Union européenne. Il y a quatre ans, le projet de loi visant à reconnaître le statut de tous les professionnels gravitant autour du patrimoine culturel a été soumis à la Chambre des députés. L’article 1 de la loi 110 de 2014 – modifiant le Codice dei Beni Culturali10 — devrait disposer que toute intervention en vue de la gestion, la conservation et la valorisation du patrimoine culturel sera impérativement confiée à des archéologues agréés. Démontrant l’importance de l’archéologue dans le tissu social actuel, cet acte réglementaire n’a pas encore été voté et, par conséquent, ses contenus sont inapplicables.

36En Calabre, l’expérience de Mileto Antica est unique en son genre, l’équipe Mnemosyne ayant défini comme priorité l’interaction avec les usagers. Formés à la médiation culturelle, les archéologues et restaurateurs de l’association ne se bornent pas à transmettre l’histoire des vestiges de Mileto Antica, ils partagent leurs expériences de fouille sur le site de la cathédrale de la SS. Trinità et expliquent, au sein du musée de Mileto, les méthodes qu’ils appliquent afin d’étudier et d’inventorier le mobilier découvert.

  • 11 Confronté au problème chronique des effectifs réduits, le Mibac ferme l’accès de nombreux sites et (...)

37Si cette stratégie a permis de gagner la faveur du public local, d’autres doivent être mises en œuvre pour élever Mileto Antica au rang d’autres parcs archéologiques de la péninsule11. Dans cette perspective, deux d’entre eux représentent un modèle de gestion et valorisation régional.

38Le premier est le Parc archéologique de Broglio à Trebisacce12, autour d’un habitat daté du Bronze moyen jusqu’au premier âge du fer. Géré directement par la commune de Trebisacce, ce site financé sur des fonds publics organise des ateliers d’archéologie expérimentale animés par des bénévoles.

39Le second est le site archéologique de Timpone della Motta à Francavilla Marittima occupé initialement par le peuple des Œnôtres puis par des colons grecs. S’appuyant sur la légende selon laquelle Épéios, fils de Panopée et constructeur du cheval de Troie, aurait ici fondé la ville de Lagaria (Colelli et al. 2013), l’association à but non lucratif « Itineraria Bruttii »13 envisage de restituer ce même cheval de Troie pour promouvoir la riche histoire de la Sibaritide (plaine de Sibari) et doper la fréquentation touristique, tout en respectant les données archéologiques.

  • 14 Pour l’histoire et l’archéologie de ce site, voir : Francovich 1991 ; Francovich & Wickham 1994.
  • 15 Dans le panorama de la valorisation du patrimoine archéologique italien, Medioevo in corso est un p (...)

40Au niveau national, d’autres expériences de gestion et de valorisation peuvent servir d’éléments de comparaison. En Toscane, dans la province de Livorno, le Parc archéologique médiéval de Rocca San Silvestro à Campilia Marittima14 est géré par l’établissement public du Parchi Val di Cornia, qui associe plusieurs collectivités territoriales et acteurs locaux. Des ateliers didactiques d’archéologie expérimentale permettent aux visiteurs de s’approprier des connaissances techniques propres au Moyen Âge, aidant à la compréhension des vestiges en remplaçant l’expérience virtuelle de la restitution par une expérience matérielle et temporaire15.

41Tous ces parcs archéologiques privilégient la transmission des connaissances en direction du grand public tout en veillant à garder une grande rigueur scientifique. Cette démarche est la seule à pouvoir préserver ces lieux emblématiques du patrimoine contre les risques d’un processus de « disneylandisation », qui les transformerait en simples lieux de divertissement (Roy 2005).

Haut de page

Bibliographie

Bergonzi G., Cardarelli A., Guzzo P. G., Peroni R. & Vagnetti L. 1982. Ricerche sulla protostoria della Sibaritide, 1-2. Naples (Cahiers du Centre J. Bérard, VII).

Colelli C. & Jacobsen J. K. 2013. Excavation on Timpone della Motta Francavilla Marittima (1992-2004) : II. Iron Age Impasto Pottery. Bari, Edipuglia (Bibliotecha archaeologica ; 33).

Dolomieu D. de. 1784. Mémoire sur les tremblements de terre de la Calabre pendant l’année 1783. Rome, Antonio Fulgoni. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2082655/f8.image

Faedo, L. 1983. « La sepoltura di Ruggero, conte di Calabria », in : L. Beschi, M. L. Gualandi, P. E. Arias, S. Settis & L. Massei, Aparchai : nuove ricerche e studi sulla Magna Grecia e la Sicilia antica in onore di P. Arias. Pise, Giardini (Biblioteca di studi antichi) : 691-706.

Fichera, G. A. 2010. « Archeologia Sperimentale alla Rocca di San Silvestro : ricomposizione del ciclo di lavorazione della malta », Restauro Archeologico, Bollettino del Gruppo di ricerca sul restauro archeologico, Conservazione e manutenzione di edifici allo stato di rudere : 42-45.

Fichera, G. A. 2015. « È tutto mestiere che entra… », in : C. Dal Maso & F. Ripanti, Archeostorie : manuale non convenzionale di archeologia vissuta. Milan, Cisalpino Monduzzi Editore : 27-35.

Fiorillo, R. & Peduto, P. 2000. « Saggi di scavo nella Mileto Vecchia in Calabria (1995 e 1999) », in : G. P. Brogiolo (dir.), Atti del II congresso nazionale di archeologia medievale. Musei Civici, Chiesa di Santa Giulia (Brescia, 28 settembre-1 ottobre 2000). Florence, All’Insegna del Giglio : 223-233.

Francovich, R. (dir.). 1991. Rocca San Silvestro. Rome, Leonardo De Luca.

Francovich, R. & Wickham, C. 1994. « Uno scavo archeologico ed il problema dello sviluppo della signoria territoriale : Rocca San Silvestro e i rapporti di produzione minerari », Archeologia Medievale, XXI : 7-30.

Francovich, R. & Valenti, M. 2007. Poggio Imperiale a Poggibonsi : il territorio lo scavo il parco. Milan, Silvana Editoriale.

Ménager, L. R. 1958-1959. « L’abbaye bénédictine de la Trinité de Mileto en Calabre, à l’époque normande », Bulletino dell’archivio paleografico italiano, nouvelle série, IV-V : 70-76.

Merusi F. 1975. « Articolo 9 », in : G. Branca (dir.), Commentario alla Costituzione : principi fondamentali. Bologne, Rome, Zanichelli, Società Editrice del Foro italiano : 434-460.

Occhiato, G. 1978. « L’abbatiale détruite de la Sainte-Trinité de Mileto (Calabre) », Cahiers de civilisation médiévale, 21e année, 83 : 231-252. www.persee.fr/doc/ccmed_00079731_1978_num_21_83_2082

Occhiato, G. 1994. La Trinità di Mileto nel romanico italiano. Cosence, Editoriale Progetto 2000.

Orsi, P. 1921. « Mileto. Reliquie classiche a Mileto Vecchio », Notizie degli Scavi di Antichità, XVIII, 1921 : 485-488.

Pensabene, P. 1990. « Contributo per una ricerca sul reimpiego e il “recupero” dell’Antico nel Medioevo. Il reimpiego nell’architettura nornanna », Rivista dell’Istituto Nazionale d’Archeologia e Storia dell’Arte, serie III : 5-138.

Peroni R. (dir.). 1984. Nuove ricerche sulla protostoria della Sibaritide. Rome.

Peroni R. (dir.). 1984. Ricerche sulla protostoria della Sibaritide, III.

Rossetti E., La Serra C. & Lico F. 2017. « La Città di Ruggero al Parco Archeologico di Mileto », L’Opinabile, avril : 10-15.

Roy J.-B. 2005. « Les parcs archéologiques au risque du parc de divertissement », Culture & musées, 5 : 37-63 (« Du musée au parc d’attractions : ambivalence des formes de l’exposition », sous la dir. de S. Chaumier).

Zinzi E. 1985. « Le città morte : un problema e tre schede (Mileto-Cerenzia-Cirella) ». In : Zinzi, E. (dir.), Beni Culturali di Calabria. Situazione, problemi, prospettive : Atti del VIIe Congresso Storico Calabrese, Vibo Valentia-Mileto, mars 1982. Rome, Reggio Calabria : 199-259.

Haut de page

Notes

1 L’association Mnemosyne se compose en 2018 de six archéologues (Cristiana La Serra, présidente, Fabio Lico, Ghiselda Pennisi, Mariangela Preta, Emanuela Rossetti o Roscetti et Manuel Zinna), de deux restaurateurs (Nicola Giuseppe La Serra et Annarita Russo), et d’un comptable (Carlo Ramondini). Une des premières vocations de Mnemosyne est le développement culturel du territoire calabrais à travers une étroite collaboration entre les différents acteurs régionaux (surintendance, collectivités territoriales, professionnels).

2 Selon la législation italienne, l’expression « parc archéologique » correspond à une zone très complexe caractérisée par d’importants vestiges archéologiques insérés dans un contexte naturel remarquable (art. 101, alinéa 2, lettre e. du Codice dei Beni Culturali e del Paesaggio, et art. 99, alinéa 2, lettre c. du Testo Unico, 490/1999). La définition élaborée par le Mibac diffère ainsi de celle adoptée en 2009 par l’Exchange on Archaeological Research and Communication.

3 Sous le nom de Roger Ier, Roger de Hauteville fut comte de Sicile de 1062 à sa mort.

4 Ministero dei beni e delle attività culturali e del turismo, Soprintendenza Archeologia Belle Arti e Paesaggio per la città metropolitana di Reggio Calabria e la provincia di Vibo Valentia. Le service régional de l’archéologie (Sra) est son équivalent en France.

5 Constitution italienne (1948), art. 9 : « La République favorise le développement de la culture et la recherche scientifique et technique. Elle protège le paysage et le patrimoine historique et artistique de la Nation ».

6 Cette fondation italienne de droit privé à but non lucratif et apolitique a été créée par Giulia Maria Crespi en 1975, sur le modèle du National Trust britannique. Elle a pour objectif d’agir pour la protection, la sauvegarde et la valorisation du patrimoine artistique et naturel italien.

7 Le tourisme estival en Calabre est pour l’essentiel maritime et côtier. L’association Mnemosyne cherche également à toucher les visiteurs qui viennent dans ce cadre, par des campagnes publicitaires systématiques dans les villages vacances ainsi que dans les plus importantes villes touristiques de la côte.

8 Le Via correspond à l’étude technique d’impact environnemental, préalable à la réalisation d’aménagements ou d’ouvrages. Ce document est requis par le ministère de la Transition écologique et solidaire (Ministero dell’Ambiente en Italie). D.Lgs. 16 juin 2017, n. 104. Directive 2014/52/UE du Parlement européen du 16 avril 2014, modifiant la Directive 2011/92/UE concernant l’étude des impacts environnementaux des projets d’aménagement ou d’ouvrage publics ou privés.

9 Le Viarch correspond à l’étude technique d’impact archéologique, préalable à la réalisation d’aménagements ou d’ouvrages. Ce rapport est un document rédigé par les archéologues habilités et agrées en archéologie préventive. D.Lgs. 163/06 ss.mm., art. 95, et annexes XXI e XXII.

10 www.gazzettaufficiale.it/eli/id/2014/08/08/14G00124/sg %20

11 Confronté au problème chronique des effectifs réduits, le Mibac ferme l’accès de nombreux sites et parcs archéologiques.

12 http://parcoarcheologicodibroglio.it/

13 www.rievocazioni.net/associazione/503/itineraria-bruttii-onlus.html. Les membres de cette association ne sont pas des spécialistes du patrimoine culturel, cependant leurs actions de valorisation sont accompagnées par un suivi scientifique constant.

14 Pour l’histoire et l’archéologie de ce site, voir : Francovich 1991 ; Francovich & Wickham 1994.

15 Dans le panorama de la valorisation du patrimoine archéologique italien, Medioevo in corso est un projet unique en son genre, permettant de se promener dans une ville médiévale en pleine construction.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Localisation de la ville moderne de Mileto (province de Vibo Valentia en grisâtre) et du Parc archéologique médiéval de Mileto Antica.
Crédits © Emanuela Rossetti o Roscetti.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/4965/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 942k
Titre Fig. 2. La ville de Mileto Antica au xviie siècle. A) Palais de l’archevêché ; B) Capucin ; C) Abbaye ; D) Église S. Angelo ; E) Église S. Martino ; F) Couvant ; G) Hôpital ; H) Porte S. Cristoforo ; I) Église Cattolica ; K) Zone Zaccari ; L) Séminaire ; M) Rivière Scatoplito.
Crédits © Dessin publié dans G. B. Pacichelli, Del Regno di Napoli in Prospettiva, Naples, 1703. DR.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/4965/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Titre Fig. 3. Vue aérienne de l’abbaye de la Sainte-Trinité de Mileto Antica.
Crédits © Archives du Ministero dei beni e delle attività culturali e del turismo, Soprintendenza Archeologia Belle Arti e Paesaggio per la città metropolitana di Reggio Calabria e la provincia di Vibo Valentia.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/4965/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 577k
Titre Fig. 4. État général du Parc archéologique de Mileto Antica avant 2017.
Crédits © Manuel Zinnà.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/4965/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emanuela Rossetti o Roscetti, Cristiana La Serra et Fabio Lico, « La città di Ruggero », Les nouvelles de l'archéologie, 153 | 2018, 64-70.

Référence électronique

Emanuela Rossetti o Roscetti, Cristiana La Serra et Fabio Lico, « La città di Ruggero », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 153 | 2018, mis en ligne le 14 mars 2019, consulté le 17 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/nda/4965 ; DOI : 10.4000/nda.4965

Haut de page

Auteurs

Emanuela Rossetti o Roscetti

Archéologue de formation, actuellement chargée du projet transfrontalier TRA[ce]S – Conseil départemental des Alpes de Haute-Provence, direction de la culture, de l’éducation, de la jeunesse et des sports, service du développement culturel. – associazionemnemosynevv@gmail.com

Cristiana La Serra

Archéologue de formation, actuellement chargée du projet transfrontalier TRA[ce]S – Conseil départemental des Alpes de Haute-Provence, direction de la culture, de l’éducation, de la jeunesse et des sports, service du développement culturel. – associazionemnemosynevv@gmail.com

Fabio Lico

Archéologue, chercheur à l’université de Matera. – associazionemnemosynevv@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals