Navigation – Plan du site
Le paysage, une référence identitaire ?

Dis-moi dans quel paysage j’habite, tu me raconteras son histoire

Lorsque l’archéologie contribue à la fabrique des nouvelles identités territoriales
Vincent Hincker et Cécile Germain-Vallée
p. 71-76

Résumés

La présentation des résultats d’un programme de recherche sur l’histoire des paysages de la Plaine de Caen a été l’occasion d’envisager l’archéologie des paysages comme un support utile à la fabrique des identités pour les nouveaux territoires issus de la loi NOTRe.

Haut de page

Texte intégral

1La réforme territoriale engagée par la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du 7 août 2015, dite Loi NOTRe, a entraîné un remodelage des circonscriptions administratives que sont les communes et les intercommunalités. Dans les territoires ruraux, de nombreuses petites communes ont choisi de fusionner pour composer des communes nouvelles beaucoup plus vastes en superficie, alors que le nombre d’intercommunalités a diminué d’un tiers, voire de moitié (fig. 1 et 2).

Fig. 1 : carte des communes et des EPCI du Calvados avant la mise en œuvre de la Loi NOTRe.

Fig. 1 : carte des communes et des EPCI du Calvados avant la mise en œuvre de la Loi NOTRe.

Fig. 2 : carte des communes et des EPCI du Calvados après la mise en œuvre de la Loi NOTRe.

Fig. 2 : carte des communes et des EPCI du Calvados après la mise en œuvre de la Loi NOTRe.

2La facilité avec laquelle ces fusions se sont opérées en a surpris plus d’un, la plupart étant intervenues dans un climat globalement apaisé, à l’exception de rares conflits. Les motivations de ces fusions sont bien connues. Ce sont, tout d’abord, les incitations financières de l’État et la recherche d’économies en mutualisant des dépenses de personnels ou d’équipements. C’est aussi, et peut-être surtout, la volonté de constituer des collectivités territoriales d’une taille suffisante pour ne pas disparaître dans le mouvement structurel de concentration des pouvoirs politiques, déjà engagé avec la création des grandes régions et l’effacement des nations au profit de la Communauté européenne. En grossissant, les communes et les intercommunalités nourrissent l’ambition de demeurer de véritables acteurs de l’aménagement et de la gestion des politiques publiques de leur territoire.

3La rapidité avec laquelle ces communes nouvelles et ces grandes intercommunalités se sont créées a focalisé l’attention des élus et de leurs administrations sur les questions fonctionnelles et financières, au détriment de celles liées au processus d’acculturation que ces créations impliquaient pour leurs administrés. Il ne va pourtant pas de soi que les résidents des anciennes communes qui se définissaient par différenciation de ceux qui vivaient dans les communes voisines se reconnaissent désormais comme partageant avec ces derniers une identité et un destin communs.

4La nouvelle identité partagée peut-elle prendre racine, alors même que l’entité territoriale à laquelle cette identité se réfère est une création soudaine, souvent ex nihilo, en vertu d’une loi au caractère technocratique affirmé ? Comment engendrer le sentiment que cette nouvelle identité est autre chose qu’un artifice technique visant seulement à s’adapter aux changements d’échelle de l’organisation administrative liés à la construction européenne, laquelle ne bénéficie pas, loin s’en faut, d’une adhésion massive dans les territoires ruraux qui sont pour autant les principaux concernés par la fusion des communes et des intercommunalités ?

Le paysage comme référence identitaire, un choix par défaut

  • 1 CC du pays de Falaise ; CC de Bayeux Intercom ; CC Blangy-Pont-l’Évêque Intercom ; Communauté d’ag (...)
  • 2 CU Caen la Mer ; CC Normandie-Cabourg-Pays d’Auge.
  • 3 CC Cœur Côte Fleurie ; CC Cœur de Nacre ; CC Pré-Bocage Intercom ; CC Seulles Terre et Mer ; CC In (...)
  • 4 Val-ès-Dunes en référence à Guillaume le Conquérant et Isigny-Omaha en référence au débarquement d (...)

5Une identité, c’est d’abord un nom. Or, dans l’immense majorité des cas, celui choisi par les communes nouvelles et les grandes intercommunalités prend pour référence une composante du paysage. À titre d’exemple, dans le département du Calvados pour le compte duquel nous œuvrons, cinq des seize nouvelles intercommunalités ont pris un nom en référence à une ville1, deux en référence à une ville et une composante du paysage2, sept à un élément du paysage ou au paysage lui-même3, alors que deux seulement ont choisi un nom lié à un événement historique4. Il est significatif que le paysage soit désigné par les pouvoirs politiques comme la référence identitaire la plus à même de réunir des territoires jusqu’alors distincts, comme si la géographie était une valeur anhistorique. Ce phénomène est plus marqué lorsque le nom d’une ville adopté par les grandes intercommunalités est combiné avec une référence au paysage, montrant ainsi que la ville est mobilisée dans sa dimension géographique et non pas en tant qu’héritage historique.

6Il est possible d’arguer que la chose n’est guère nouvelle, puisque les départements portent eux aussi des noms en lien avec des composantes du paysage. Seulement, dans leur cas, leur appellation résulte d’un choix volontaire, politiquement assumé, marquant une rupture consommée avec les noms des provinces de l’Ancien Régime devenues des références à un passé que les nouveaux pouvoirs politiques souhaitaient ainsi désigner comme révolu. En d’autres termes, pour les départements, il s’agissait de mettre en place une institution égalitariste, symbole du nouveau pacte social institué par la République. Ce n’est pas le cas pour les communes et les grandes intercommunalités nouvellement créées. Leurs périmètres d’action comme leur assise territoriale relève d’une logique avant tout fonctionnaliste et conjoncturelle qui s’inscrit d’abord dans une perspective gestionnaire avant d’être politique. Il s’ensuit qu’elles ne bénéficient pas de la légitimité que leur conférerait un récit des origines, comme c’est le cas pour les départements. Le choix de la référence au paysage comme fondement identitaire apparaît dès lors comme un choix par défaut, induit par l’idée que le paysage est une valeur neutre, consensuelle, dans la mesure où il serait dénué d’histoire et demeurerait en quelque sorte libre d’appropriation identitaire.

7Seulement, le choix d’un nom et d’une référence ne suffit pas à créer un véritable sentiment d’appartenance à un nouveau territoire qui vient brutalement en concurrencer un autre ayant déjà une légitimité historique. Il lui manque le récit qui faciliterait son appropriation par les citoyens.

Et si on vous racontait que les paysages ont une histoire

8Or, il s’avère que les archéologues disposent souvent d’informations susceptibles d’alimenter une mise en récit des paysages choisis comme référence identitaire par les communes nouvelles et les grandes communautés de communes. Au côté des géographes, ils ont pris comme sujet d’étude la relation hommes/milieux sur la très longue durée, montrant que les paysages, loin d’être des réalités atemporelles ayant existé telles quelles de toute éternité, sont en vérité des constructions artificielles, résultats de millénaires d’exploitation et d’aménagement destinés à en assurer la domestication. L’archéologie va toutefois plus loin en donnant une illustration tangible de la responsabilité des communautés humaines dans la fabrique des paysages, devenant dès lors un support pédagogique performant pour sensibiliser chacun au devenir d’un cadre de vie collectif. Le résultat des recherches archéologiques offre ainsi l’intérêt de pouvoir concourir à remplacer l’idée d’une protection des paysages pour eux-mêmes, dans une logique purement conservatrice, par celle d’une valorisation de la dynamique évolutive des paysages dans laquelle les citoyens ont un rôle à jouer.

9Une telle application sociale des résultats des recherches sur l’archéologie des paysages demeure toutefois théorique, si les archéologues ne prennent pas l’initiative d’aller à la rencontre des citoyens et des pouvoirs politiques locaux qui, bien souvent, ignorent le potentiel didactique de ces recherches.

10C’est dans cette perspective, que le service d’archéologie du conseil départemental du Calvados a réalisé une publication et monté une exposition racontant l’histoire du paysage de la Plaine de Caen.

Valoriser l’histoire des paysages : l’exemple de la Plaine de Caen

11La Plaine de Caen appartient à ces paysages qui, de prime abord, ne suscitent guère d’engouement. Elle se présente sous la forme de vastes plateaux faiblement ondulés dégageant de grands horizons où prédominent de grandes parcelles rectangulaires utilisées pour la culture intensive des céréales (fig. 3). Les arbres sont peu présents, à l’exception de quelques bois épars et de haies résiduelles, le plus souvent situés à proximité des villages. Les plateaux calcaires sont entaillés par de rares rivières et de petits ruisseaux dessinant des vallées dans lesquelles les arbres sont plus présents et les sols valorisés en prairies. Bref, les qualificatifs qui ressortent le plus souvent lorsqu’il s’agit de la Plaine de Caen sont la monotonie et la platitude. Ce n’est pas vraiment un paysage avenant pour lequel les visiteurs et touristes sont prêts à faire plusieurs heures de voiture afin d’en découvrir les subtilités et la richesse. Pourtant, il faut bien constater que ceux qui y résident ou qui en sont originaires manifestent à son égard une certaine sympathie, que ne partagent pas forcément ceux qui s’y sont installés de plus fraîche date pour travailler ou résider dans l’agglomération caennaise. Le sentiment vis-à-vis de la Plaine de Caen balance ainsi entre une sorte de mépris et une forme d’attachement plus latent que réellement affirmé. Il y a, pour ainsi dire, d’un côté les Caennais qui vivent dans la ville et qui, lorsqu’ils portent leur regard vers l’extérieur, se tournent vers le littoral et, de l’autre, les ruraux et les néoruraux qui vivent dans les villages dispersés dans la plaine sans réellement saisir l’unité paysagère qui constitue leur cadre de vie. Le divorce entre la ville et la campagne, sans être totalement consommé, n’en demeure pas moins sous-jacent, compliquant l’émergence d’une identité partagée. Ce qui explique l’intérêt manifesté par les élus territoriaux pour le discours généré par les archéologues révélant que ce paysage a une histoire.

Fig. 3 : page de couverture de l’ouvrage « Paysages, la Plaine de Caen à travers les âges » (OREP éditions) montrant une vue aérienne de la Plaine de Caen.

Fig. 3 : page de couverture de l’ouvrage « Paysages, la Plaine de Caen à travers les âges » (OREP éditions) montrant une vue aérienne de la Plaine de Caen.

Cliché F. Levalet.

  • 5 Pcr « Archéologie des paysages de la Plaine de Caen du Néolithique à l’époque mérovingienne », cod (...)

12L’exposition intitulée « Paysages, la Plaine de Caen à travers les âges » et l’ouvrage qui l’accompagne (fig. 3) livrent les principaux résultats d’un programme de recherche collectif5, financé conjointement par le département du Calvados et la direction régionale des affaires culturelles de Normandie, réunissant des géo-archéologues, des paléo-environnementalistes et des archéologues (Germain-Vallée & Lespez 2016). Ils compilent et restituent les résultats de recherches paléo-environnementales croisant les données acquises dans le cadre de fouilles avec celles issues de travaux d’analyses menés sur des sédiments accumulés dans les fonds de vallée. Cette approche permet de restituer une histoire allant du Dryas récent (environ 10 000 av. J.-C.) jusqu’au début du xxe siècle, avec l’achèvement de la mise en place du paysage d’openfield qui subsiste aujourd’hui (fig. 4).

Fig. 4 : évocation de l’évolution paysages de la Plaine de Caen du Néolithique au xixe siècle.

Fig. 4 : évocation de l’évolution paysages de la Plaine de Caen du Néolithique au xixe siècle.

Illustration M.-A. Rohmer, Service archéologie du département du Calvados.

13L’histoire des paysages actuels de la Plaine de Caen commence en effet il y a environ 12 000 ans avec le réchauffement climatique brutal qui marque le début de l’Holocène. Les températures moyennes, proches de l’actuel, permettent à la forêt de se développer à la place de la steppe qui dominait durant le dernier épisode très froid et sec du Dryas récent. Parallèlement, dans les fonds de vallée, du fait de la remontée des nappes d’eau souterraines, l’environnement devient très marécageux : les rivières sont peu profondes et divaguent en plusieurs chenaux et des mares se développent également. C’est dans cet environnement forestier que s’installent les premiers paysans colons du Néolithique, il y a environ 5 000 av. J.-C. Dans les clairières qu’ils ont défrichées, les paysans néolithiques construisent leurs villages et cultivent des céréales, des légumineuses et des oléagineuses. La forêt s’éclaircit ainsi peu à peu sous l’impact des activités humaines, le paysage restant toutefois encore très forestier tout au long de la période.

14À l’âge du bronze, la forêt se morcelle et se réduit plus nettement sous l’action des hommes et de leurs troupeaux. Cela entraîne une diversification des espèces arbustives et la création de nouveaux écosystèmes. Dans un même temps, les paysages des plateaux commencent à se structurer sous forme de champs quadrangulaires sur de vastes surfaces autour des habitats, reliés par des chemins de cultures pérennes. À cette période, dans les secteurs les plus densément peuplés, de premiers changements dans le fonctionnement de certains cours d’eau sont aussi constatés. Les rivières deviennent plus actives, creusent des chenaux mieux délimités et plus profonds et, lorsqu’elles débordent, déposent des limons de débordement sur leurs berges. Ces derniers témoignent de l’érosion des terres agricoles qui ne sont plus protégées des pluies en raison des labours mettant le sol à nu. Finalement, l’âge du bronze correspond à la première période où l’action des hommes s’imprime dans les paysages de la Plaine de Caen et commence à avoir des conséquences environnementales.

15Mais c’est surtout l’âge du fer qui est la période charnière dans la construction des paysages de la Plaine de Caen. Autour des vie et ve siècles av. J.-C., le nombre de fermes à enclos ne cesse d’augmenter sur les plateaux. À la fin de la période, ceux-ci sont parsemés d’établissements agricoles entourés de vastes réseaux de fossés délimitant les parcelles cultivées. L’ensemble des données paléo-environnementales suggère une intensification des pratiques agricoles et pastorales sur les plateaux ainsi que leur extension jusque dans les fonds de vallées. C’est à partir de cette période que se mettent en place systématiquement des limons de débordement témoignant de l’érosion des sols limoneux des plateaux. Cette sédimentation va progressivement colmater les fonds de vallée, faisant disparaître peu à peu les marécages qui s’y trouvaient auparavant. Ainsi, à l’âge du fer, la mise en valeur de la Plaine de Caen est quasi-complète mais en plus, elle a d’importantes conséquences sur le milieu naturel.

16L’extension des terres cultivées ne cesse pas aux périodes historiques, et est maximale au cours de l’époque moderne, comme le montrent les documents cartographiques. Les espaces boisés deviennent rares, ne se cantonnant plus qu’aux versants des vallées en pente forte ou sous la forme de vergers à proximité des zones habitées. En témoignent les accumulations de limons au pied des versants et dans le fond des vallées, qui indiquent une importante érosion des sols. Elle s’accélère d’ailleurs au cours du dernier millénaire. De plus, à partir de la période médiévale, l’intensité de l’aménagement des rivières, qui culmine à la fin de l’époque moderne, provoque de nouveaux impacts écologiques. Un moulin est implanté tous les 1 à 1,5 kilomètres le long des rivières, auxquels s’ajoutent divers petits aménagements (lavoirs, gués, aménagements de berges, ponts…). Ainsi, les cours d’eau et leur plaine alluviale sont entièrement passés sous contrôle. Ces aménagements hydrauliques ont pour conséquence d’affecter la qualité de l’eau et des milieux aquatiques, d’autant que les prélèvements piscicoles s’accentuent, que les apports limoneux issus de l’érosion ne cessent de s’accroître et que les activités domestiques et artisanales parfois très polluantes se multiplient autour des rivières.

17Enfin, au xixe siècle, alors que partout ailleurs en Normandie occidentale la production agricole se convertit largement à la culture de prairies du fait d’un besoin accru en viande lié à la révolution industrielle et à la croissance urbaine, dans la Plaine de Caen, la vague herbagère reste marginale. Elle est limitée aux fonds de vallée, aux terrains humides ou aux pentes difficiles à labourer et aux abords des villages, à proximité des sièges d’exploitation agricoles. Ainsi, la Plaine de Caen acquiert son originalité régionale à l’occasion de la nouvelle révolution paysagère du xixe siècle : auparavant terre céréalière comme les autres, elle se différencie par la conservation de ses paysages d’openfield.

Des histoires à partager

18Les élus territoriaux découvrant cette histoire ont tout de suite saisi son intérêt, parce qu’elle donne une profondeur historique à un paysage, ainsi susceptible de devenir un objet de patrimonialisation sans pour autant entrer dans une logique conservatoire. Pour des décideurs politiques en charge du développement des territoires, l’enjeu consiste à valoriser la dynamique paysagère et à rappeler que les paysages sont le résultat d’une construction sociale. Ils relèvent de choix stratégiques en matière de gestion des ressources naturelles qui, depuis l’Antiquité voire même la fin de l’âge du fer, réunissent les villes et leurs campagnes environnantes, tout en inscrivant chaque territoire dans un réseau d’échanges qui le lie à d’autres territoires. Dès lors, l’histoire des paysages et celles des territoires deviennent le support d’une identité historique partagée. Elle apparaît aussi comme le vecteur d’une prise de conscience d’une identité politique commune. Dans cette perspective, les citoyens sont invités à envisager le paysage et l’aménagement du territoire comme le reflet direct et sensible de leurs choix politiques comme ce fut le cas dans le passé.

19La question se pose aujourd’hui de faire fructifier l’expérience menée sur l’histoire des paysages dans la Plaine de Caen en l’étendant à d’autres territoires, et de trouver les supports à même de faire connaître le discours des archéologues au plus grand nombre. Les communes nouvelles, soucieuses d’éviter les querelles de clochers que ne manquerait pas de faire ressurgir la référence au patrimoine bâti, se montrent aujourd’hui intéressées, surtout lorsqu’elles comprennent que la mise en récit des paysages est par ailleurs susceptible de valoriser les liens unissant les composantes d’un patrimoine monumental qu’il ne saurait être question de nier. Au contraire, l’archéologie des paysages est en capacité de mettre en réseau ces composantes en les replaçant dans un environnement qui les relie. Il en va de même pour les espaces naturels protégés dont les gestionnaires prennent aujourd’hui conscience du potentiel d’une mise en récit des paysages qu’ils ont la charge de protéger. Cette approche a également vocation à s’appliquer aux espaces urbains pour lesquels la mise en valeur d’une dynamique paysagère devient un argument pour accompagner leurs mutations et leur transformation. Il reste toutefois aux acteurs de l’archéologie à prendre pleinement conscience de la plus-value politique et sociale de leurs travaux et à renforcer l’approche territoriale dans la conduite de leurs recherches.

Haut de page

Bibliographie

Germain-Vallée C. & Lespez L. 2016. Paysages, la Plaine de Caen à travers les âges. Nonant, OREP éditions.

Haut de page

Notes

1 CC du pays de Falaise ; CC de Bayeux Intercom ; CC Blangy-Pont-l’Évêque Intercom ; Communauté d’agglomération Lisieux-Normandie ; CC du Pays de Honfleur-Beuzeville.

2 CU Caen la Mer ; CC Normandie-Cabourg-Pays d’Auge.

3 CC Cœur Côte Fleurie ; CC Cœur de Nacre ; CC Pré-Bocage Intercom ; CC Seulles Terre et Mer ; CC Intercom de la Vire au Noireau ; CC Cingal-Suisse Normande ; CC Vallées de l’Orne et de l’Odon.

4 Val-ès-Dunes en référence à Guillaume le Conquérant et Isigny-Omaha en référence au débarquement du 6 juin 1944.

5 Pcr « Archéologie des paysages de la Plaine de Caen du Néolithique à l’époque mérovingienne », codirigé par Cécile Germain-Vallée (service archéologie du département du Calvados) et Laurent Lespez (laboratoire Géographie Physique Umr 8591 – Meudon, université de Paris-Est Créteil).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : carte des communes et des EPCI du Calvados avant la mise en œuvre de la Loi NOTRe.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/5013/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 2 : carte des communes et des EPCI du Calvados après la mise en œuvre de la Loi NOTRe.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/5013/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
Titre Fig. 3 : page de couverture de l’ouvrage « Paysages, la Plaine de Caen à travers les âges » (OREP éditions) montrant une vue aérienne de la Plaine de Caen.
Crédits Cliché F. Levalet.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/5013/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Fig. 4 : évocation de l’évolution paysages de la Plaine de Caen du Néolithique au xixe siècle.
Crédits Illustration M.-A. Rohmer, Service archéologie du département du Calvados.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/5013/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Hincker et Cécile Germain-Vallée, « Dis-moi dans quel paysage j’habite, tu me raconteras son histoire », Les nouvelles de l'archéologie, 153 | 2018, 71-76.

Référence électronique

Vincent Hincker et Cécile Germain-Vallée, « Dis-moi dans quel paysage j’habite, tu me raconteras son histoire », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 153 | 2018, mis en ligne le 14 mars 2019, consulté le 20 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/nda/5013 ; DOI : 10.4000/nda.5013

Haut de page

Auteurs

Vincent Hincker

Service archéologique du département du Calvados

Articles du même auteur

Cécile Germain-Vallée

Service archéologique du département du Calvados

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals