Navigation – Plan du site

154 | 2018
L'art préhistorique, une archéologie

Sous la direction de Éric Robert, Stéphane Petrognani et Patrick Paillet
Couverture
Informations sur cette image
Crédits : Emilie Lesvignes
ISBN 978-2-7351-2428-2

Depuis la découverte de la grotte Chauvet, en 1994, les études en art préhistorique ont bénéficié d’un renouvellement profond des connaissances, des outils, mais aussi des approches méthodologiques. Après les découvertes vient la reconnaissance de l’ancienneté de cet art. L’art pariétal s’étudie, à partir des années 1970-1980, dans son contexte archéologique. Les datations, les fouilles éloignent la grotte de l’image de sanctuaire à laquelle elle restait alors le plus souvent associée. Des fonctions sociales plus complexes émergent et nourrissent aussi de nouvelles problématiques. Des territoires graphiques inédits apparaissent et modifient sensiblement la cartographie « pariétale » de l’Europe. Au Brésil, en Australie, les découvertes participent à l’internationalisation des recherches, débouchant sur une dynamique commune, comme le souci d’appréhender les sites dans leur globalité, à la croisée de questionnements autant archéologiques qu’environnementaux, mais aussi conservatoires, qui génèrent de nouvelles approches. La multidisciplinarité fait donc son entrée sur ce terrain. Si l’émerveillement et la fascination restent les mêmes en découvrant Armintxe en 2016 que 150 ans auparavant sous le plafond d’Altamira, les approches scientifiques ont en revanche considérablement évolué pour ancrer fermement l’étude des productions graphiques dans l’archéologie préhistorique.

  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals