Navigation – Plan du site

L’art préhistorique, une archéologie

Eric Robert, Patrick Paillet et Stéphane Petrognani
p. 4-7

Résumés

Ce numéro présente les questionnements scientifiques à l’œuvre depuis une trentaine d’années, dans les études sur l’art préhistorique pariétal et rupestre. Après les premières découvertes majeures, et la reconnaissance de l’ancienneté de l’art pariétal, au début du xxe siècle, puis les modélisations formelles et culturelles des productions graphiques les plus anciennes, au carrefour des années 1950-1960, c’est un retour sur le terrain et une ouverture disciplinaire qui marquent les travaux actuels. Douze articles reflets de la diversité des recherches, à l’échelle de sites ou de territoires, témoins de renouvellements méthodologiques, qui tous illustrent une interdisciplinarité vivante et ancrent fermement les études de l’art pariétal et rupestre dans l’archéologie préhistorique.

Haut de page

Texte intégral

Préambule

1Ce numéro illustre le renouvellement des approches méthodologiques et des questionnements scientifiques, depuis une trentaine d’années, sur l’art préhistorique pariétal et rupestre. Nous ne traiterons pas ici de l’art mobilier, bien que sa perception et son étude aient elles aussi connu des innovations scientifiques et des découvertes majeures. Au rang des premières, on peut notamment évoquer les nombreux travaux sur les objets sculptés du Jura souabe (Dutkiewicz et al. 2017) ou sur la question de l’apprentissage et de sa perception en art mobilier (Rivero 2016). Au rang des secondes, la découverte de la Vénus de Renancourt, recueillie en 2014 lors d’une fouille préventive dans un quartier d’Amiens dans la Somme (Paris et al. 2017), ou les plaquettes gravées de schiste récoltées depuis 2013 dans les fouilles du Rocher de l’Impératrice à Plougastel-Daoulas dans le Finistère (Naudinot et al. 2017).

2Près d’un quart de siècle. Telle est la durée qui s’est écoulée depuis la découverte de la grotte Chauvet, en décembre 1994. Dans le domaine des études en art préhistorique, cette période a été marquée par un profond renouvellement des connaissances, des outils, mais aussi des approches méthodologiques.

3Ce renouveau est important pour une discipline encore jeune (un peu plus d’un siècle), qui a connu plusieurs étapes importantes pour s’affirmer comme l’un des champs de recherche de l’archéologie préhistorique, depuis les découvertes inaugurales d’Altamira en Cantabrie (Espagne) ou de Chabot à Aiguèze (Gard), dans le dernier quart du xixe siècle.

4La première étape est celle des découvertes et de la reconnaissance de l’ancienneté de l’art. D’Altamira (1879) à Lascaux (1940), nombreux sont les sites majeurs à avoir été mis au jour en Dordogne (Font-de-Gaume, les Combarelles…), dans le Quercy (Pech-Merle), les Pyrénées (Niaux, Gargas, le Mas d’Azil…) et les Cantabres (el Castillo, la Pasiega…). De belles monographies sont parfois nées de ces découvertes précoces. À l’origine des premiers relevés et des premiers inventaires, Henri Breuil (1877-1961) a jeté les bases de recherches dont certaines servent encore de références aujourd’hui.

5La période 1950-1960 marque un tournant par l’émergence et la formalisation des premiers modèles sur l’art paléolithique. Si Breuil inaugure ce mouvement par son ouvrage de synthèse, 400 siècles d’art pariétal, plusieurs chercheurs, dont Max Raphaël (1889-1952), Annette Laming-Emperaire (1917-1977) et bien sûr André Leroi-Gourhan (1911-1986), publient de nouvelles réflexions sur l’organisation topographique, les typologies formelles ou encore l’évolution stylistique des représentations (Breuil 1952 ; Raphaël 1945 ; Laming-Emperaire 1962 ; Leroi-Gourhan 1965, 1966). Leurs différents travaux marquent tous une même volonté, celle d’une analyse interne, éloignée des comparaisons ethnographiques qui ont émaillé la première moitié du xixe siècle.

6À ces modèles succède presque immédiatement, dans les années 1970-1980, un retour aux sources archéologiques, qui se concrétise notamment au niveau des relevés, objets d’un renouvellement profond de la démarche, orientée vers un enregistrement total qui dépasse la seule représentation.

7La prise en compte du contexte archéologique, du support, des données géologiques, est au cœur de cette archéologie des grottes, incarnée par les travaux de Michel Lorblanchet dans le Lot (Sainte-Eulalie, 1973, Pech-Merle, 1981), mais aussi par les recherches à Villars en Dordogne (Delluc 1973), à l’Aldène dans l’Hérault (Vialou 1979), à Fontanet ou à Niaux en Ariège (Vialou 1986 ; Clottes 1995)… Ces études fondatrices et ces nouveaux regards prennent une autre dimension dans la décennie 1990, en raison à la fois des découvertes de sites majeurs et des innovations méthodologiques et techniques qui modifient la perception de l’art paléolithique.

8La grotte Chauvet, suite aux premières datations obtenues après sa découverte en 1994, ancre dans l’Aurignacien des représentations magistralement exécutées, telles qu’on les imaginait alors plutôt propres au Magdalénien. Si des questions ont été soulevées par ces dates anciennes, les très nombreux programmes de datation et leur corrélation (Quiles et al. 2016) ont achevé de confirmer l’ancienneté de ces dessins, de ces peintures et de ces gravures autour de 37 000 ans cal BP, pour les premiers d’entre eux.

9Les grottes d’Arcy-sur-Cure dans l’Yonne (1990), de Cosquer dans les Bouches-du-Rhône (1991) et de Cussac en Dordogne (2000) participent de cette même dynamique qui voit considérablement s’enrichir les corpus graphiques du Paléolithique supérieur ancien.

10Le matériel archéologique retrouvé sur les sols ou lors de fouilles est tout aussi fondamental, à l’image des restes humains découverts à Cussac (Jaubert et al. ce numéro) ou des contextes exceptionnels de La Garma en Cantabrie (1996), dont les sols ont conservé en surface le témoignage d’une activité qui éloigne la grotte de l’image de sanctuaire à laquelle elle restait alors le plus souvent associée. La reconnaissance de fonctions sociales plus complexes nourrit aussi de nouvelles problématiques.

11Des territoires graphiques inédits apparaissent et modifient sensiblement la cartographie « pariétale » de l’Europe. Les innombrables gravures de toutes périodes disposées sur des centaines de roches de la vallée du Douro et de ses principaux affluents, comme la Côa au Portugal (1996), la cave à Margot en Mayenne (2005), celle des Gorges dans le Jura (2009), de Coliboaia en Roumanie (2010) ou, plus récemment, des sites dans les Balkans (Ruiz Redondo et al. 2019), élargissent l’emprise spatiale de l’art rupestre et pariétal paléolithique. Des vides se comblent, parfois de façon spectaculaire, comme dans le Pays basque espagnol, où plus de quinze nouvelles grottes ont été découvertes depuis 2001 ! (Garate et al. ce numéro).

Internationalisation des recherches

12Pour autant, l’Europe n’a pas l’exclusivité des découvertes dans le domaine des productions graphiques sur parois. Des sites dans l’île indonésienne de Sulawesi (Aubert et al. 2014) ou en Terre d’Arnhem en Australie sont aussi remarquables par leur richesse esthétique que par l’ancienneté de leurs représentations, presque contemporaines de celles de Chauvet, Castanet ou du Jura souabe. Ce sont autant d’exemples qui témoignent de la richesse universelle de l’art rupestre (Fritz et al. 2017).

13L’histoire spirituelle des sociétés s’écrit à l’échelle mondiale et elle s’inscrit sur le temps long à travers leurs arts et les recherches qu’ils ont générées.

14C’est le cas au Brésil, dans la région de la Cité de Pierre au Mato Grosso (Vialou & Vilhena-Vialou ce numéro), où trente années de recherche ont dessiné un paysage symbolique riche de plus de 180 sites rupestres associés pour nombre d’entre eux à des contextes archéologiques. L’Afrique saharienne (Le Quellec & Duquesnoy, ce numéro) ou plus récemment l’Australie (Delannoy et al. ce numéro) en offrent d’autres exemples, où la recherche est tout autant centrée sur les arts rupestres que sur leurs contextes archéologique, géologique et social.

Interdisciplinarité et innovations méthodologiques

15Une dynamique commune anime ces études, comme le souci d’appréhender les sites dans leur globalité, à la croisée de questionnements archéologiques, environnementaux et conservatoires, qui génèrent de nouvelles approches.

16Ainsi, la perception des problèmes de conservation, de la fermeture de Lascaux (1963) au colloque de Périgueux (1984, publié en 1989), a suscité l’émergence d’une taphonomie des parois des grottes (Ferrier et al. 2012, Paillet & Man-Estier 2015).

17Ces approches nouvelles naissent le plus souvent au travers de projets collectifs de recherche, comme à Cussac (Jaubert et al. ce numéro) ou à Fronsac au nord de la Dordogne (Paillet et al. ce numéro), qui illustrent une interdisciplinarité érigée en norme depuis Chauvet.

18Depuis trente ans, de nombreux programmes d’études en France ou en Espagne illustrent un même partenariat entre des champs disciplinaires différents mais complémentaires. La reprise de sites anciennement étudiés s’inscrit précisément dans ce cadre, comme à Marsoulas en Haute-Garonne (Fritz & Tosello 2004), la Baume-Latrone dans le Gard (Azema et al. 2012) et, dans le nord de la Dordogne, les grottes de La Mairie (Paillet et al. 2016) et des Bernoux (Petrognani et al. 2014). Matériel archéologique et contexte géologique sont confrontés aux représentations, pour essayer notamment de préciser le cadre chronologique et les activités conduites par les individus qui ont occupé des sites dont l’état de conservation rend l’étude délicate (Pigeaud ce numéro).

19Une véritable paléogéographie symbolique se met en place (Bourdier 2010) sur les grottes ou les abris paléolithiques (Pinçon et al. ce numéro) ou les sites d’art rupestre de Sibérie en Russie (Cretin et al. ce numéro).

20L’interdisciplinarité s’avère plus indispensable encore avec l’arrivée ou l’évolution de nombreux outils méthodologiques : datations, microanalyses des pigments, études tracéologiques, microanalyses environnementales, analyses colorimétriques (D-Stretch, J. Harman)… Les datations 14C se multiplient, celles combinant U/TH et 14C sur les voiles de calcite ouvrent aussi de nouvelles voies, même si elles sont encore âprement discutées (cf. notamment Pike et al. 2012, Pons-Branchu et al. 2014). L’analyse des pigments a permis de rapprocher des sites, de mieux préciser le choix ou les modes d’approvisionnement en matières premières.

21Cette diversité méthodologique n’a cessé de s’accroître. On a cherché à la normaliser dans des ouvrages, des colloques et des programmes de recherche pour comparer et définir des processus et en évaluer les résultats (Grapp 1993 ; Pinçon & Geneste 2010 ; Paillet 2014). À l’échelle des images ou des sites, la 3D est associée à présent à de nouveaux outils (Ruiz López et al. ce numéro). Elle illustre l’apport croissant des outils numériques qui ouvrent la voie vers de nouveaux supports, de nouveaux relevés (Fritz et al. ce numéro), des Sig en grottes ornées ou des modélisations territoriales.

Quels questionnements au cœur des recherches aujourd’hui ?

22La multiplicité des approches et des méthodologies mises en œuvre illustre la diversité des questionnements sur la place des productions graphiques au sein des sociétés de chasseurs-collecteurs. C’est une forme d’« anthropologie sociale » (Vialou & Vilhena-Vialou ce numéro), qui se construit aussi bien à partir des objets décorés du quotidien que des sites ornés, dans leur diversité (abris et grottes de petite ou de grande taille). Les questions de territoires et de réseaux d’échanges sont abordées par le biais des productions symboliques. Le lien entre pratiques artistiques et pratiques funéraires, en particulier au Gravettien, est aujourd’hui repensé suite aux découvertes et aux recherches dans des sites qui mêlent ou alternent occupation et production artistique : Cussac, Pataud, Cro-Magnon, Gargas dans les Hautes-Pyrénées, Vilhonneur en Charente, Paglicci dans les Pouilles, sur la côte adriatique (Italie). Une session du XVIIIe congrès international de l’Ifrao1, réuni à Caceres (Estrémadure, Espagne) en 2015, était d’ailleurs consacrée à cette thématique.

23La question de l’origine des arts préhistoriques, comme celle de leur mutation ou de leur disparition, reste l’une des plus délicates. Loin des lectures unilinéaires évolutionnistes en faveur pendant une grande partie du xxe siècle, des voies plus buissonnantes sont aujourd’hui ouvertes, le rythme des changements symboliques apparaissant bien éloigné de celui des évolutions techniques, à l’image des récentes découvertes du Rocher de l’Impératrice dans le Finistère (Naudinot et al. 2017).

24L’unique ancienneté de l’art n’est plus d’actualité, comme en témoignent les études récentes en Australie ou en Indonésie. La place de Néandertal est aussi questionnée. S’il est incontestable que ses activités ont pour certaines une dimension symbolique (Radovcic et al. 2015, Jaubert et al. 2016), ses productions graphiques souterraines sont en revanche discutées, et même discutables, au travers de certaines publications récentes (Hoffman et al. 2018, Aubert et al. 2018).

25Si l’émerveillement et la fascination ressentis en découvrant, en 2016, la grotte ornée d’Armintxe en Biscaye (Espagne) égalent ce qu’ont ressenti nos prédécesseurs 150 ans auparavant en contemplant le plafond d’Altamira, les approches scientifiques ont en revanche considérablement évolué pour ancrer fermement l’étude des productions graphiques dans l’archéologie préhistorique.

Haut de page

Bibliographie

Aubert M., Brumm A. & Huntley J. 2018. « Early dates for “Neanderthal cave art” may be wrong », Journal of Human Evolution, 125 : 215-217. https://doi.org/10.1016/j.jhevol.2018.08.004

Aubert M., Brumm A., Ramli M., Sutikna T., Saptomo E. W., Hakim B., Morwood M. J., Van Den Bergh G. D., Kinsley L. & Dosseto A. 2014. « Pleistocene cave art from Sulawesi, Indonesia », Nature, 514 : 223-227.

Azéma M., Gély B., Bourrillon R. & Gallant P. 2012. « L’art paléolithique de la Baume Latrone (France, Gard) : nouveaux éléments de datation », Inora, 64 : 6-12.

Bourdier C. 2010, Paléogéographie symbolique au Magdalénien moyen. Apport de l’étude des productions graphiques des abris occupés et sculptés de l’Ouest français (Roc-aux-Sorciers, Chaire-à-Calvin, Reverdit, Cap-Blanc). Bordeaux, université Bordeaux-I (thèse de doctorat, spécialité préhistoire, 2 vol., 410 et 221 p.).

Breuil H. 1952. Quatre cent siècles d’art pariétal. Les cavernes ornées de l’âge du renne. Montignac : Centre d’études et de documentation préhistoriques.

Clottes J. 1995. Les cavernes de Niaux. Paris, Le Seuil.

Collectif. 1989. Art pariétal paléolithique : étude et conservation, colloque international, Périgueux-Le Thot, 1984. Paris, Picard (coll. « actes des colloques de la Direction du Patrimoine »).

Delluc B. & Delluc G. 1974. « La grotte ornée de Villars (Dordogne) », Gallia Préhistoire, 17 : 1-67.

Dutkiewicz E., Wolf S. & Conard N. 2017. « Early symbolism in the Ach and the Lone valleys of southwestern Germany », Quaternary international, 491 : 30-45.

Ferrier C., Debard E., Kervazo B., Aujoulat N., Baffier D., Feruglio V., Fritz C., Gely B., Geneste J.-M., Konik S., Lacanette D., Lastenet R., Maksud F., Malaurent P., Plassard F. & Tosello G. 2012. « Approche taphonomique des parois ornées ». In : J. Clottes (dir.), L’art préhistorique dans le monde/Pleistocene art of the world/Arte pleistoceno en el mundo, actes du congrès Ifrao, Tarascon-sur-Ariège, septembre 2010, n° spécial Préhistoire, Art et Société, Bulletin de la Société préhistorique Ariège-Pyrénées, LXV-LXVI : 1 071-1 093.

Fritz C. & Tosello G. 2004. « Marsoulas : une grotte ornée dans son contexte culturel ». In : M. Lejeune & A. C. Welte (dir.), L’art du Paléolithique supérieur, XIVe congrès de l’Union internationale des sciences pré- et protohistoriques, Liège, 2001. Liège, université de Liège : 55-67 (coll. « Eraul », 107).

Fritz C. (dir.). 2017. L’art de la Préhistoire. Paris, Citadelles et Mazenod.

Grapp. 1993. L’art pariétal paléolithique, techniques et méthodes d’étude. Paris, CTHS.

Hoffmann D. L., Standish C. D., García-Diez M., Pettitt P. B., Milton J. A., Zilhão J., Alcolea-González J. J., Cantalejo-Duarte P., Collado H., de Balbín R., Lorblanchet M., Ramos-Muñoz J., Weniger G.-C. & Pike A. W. G. 2018a. « U-Th dating of carbonate crusts reveals Neandertal origin of Iberian cave art », Science, 359-6 378 : 912-915.

Jaubert J., Verheyden S., Genty D., Soulier M., Cheng H., Blamart D., Burlet C., Camus H., Delaby S., Deldicque D., Edwards R. L., Ferrier C., Lacrampe-Cuyaubère F., Lévêque F., Maksud F., Mora P., Muth X., Régnier É., Rouzaud J.-N. & Santos F. 2016 « Early Neandertal constructions deep in Bruniquel Cave in southwestern France », Nature, 534-111/114. DOI : 10.1038/nature18291.

Laming-Emperaire A. 1962. La signification de l’art rupestre paléolithique. Paris, Picard.

Leroi-Gourhan A. 1965. Préhistoire de l’art occidental. Paris, Mazenod.

Lorblanchet M. 1981. « Les dessins noirs du Pech-Merle ». In : Congrès préhistorique de France, 21e session, Montauban-Cahors, 1979 : 178-207.

Lorblanchet M. (dir.), Delpech F., Renault P. & Andrieux C (collab.). 1973. « La grotte de Sainte-Eulalie à Espagnac (Lot) », Gallia Préhistoire, 16-1 : 3-62.

Naudinot N., Bourdier C., Laforge M., Paris C., Bellot-Gurlet L., Beyries S., Thery-Parisot I. & Le Goffic M. 2017. « Divergence in the evolution of Paleolithic symbolic and technological systems: The shining bull and engraved tablets of Rocher de l’Impératrice », PLOS ONE, 13-9. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0204464

Paillet P. & Man-Estier E. 2014. « La taphonomie des parois des grottes ornées : les processus d’altérations et leurs implications sur l’analyse et la conservation de l’art pariétal ». In : C. Denys & M. Patou-Mathis (dir.), Manuel de taphonomie. Arles, Errance : 271-283 (coll. « Archéologiques »).

Paillet P. & Man-Estier E. 2016. « Des animaux et quelques signes à La Mairie et à l’abri Mège à Teyjat (Dordogne, France) ». In : M. Groenen & M.-C. Groenen (dir.), Style, technique et expression graphique dans l’art sur paroi rocheuse, actes du 17e congrès mondial de l’Uispp (Burgos, Espagne, 1-7 septembre 2014). Oxford, British Archaeological Reports Ltd : 88-120.

Paillet P. (dir.) et al. 2014. Les arts de la Préhistoire : micro-analyses, mises en contextes et conservation, actes du colloque « Micro-analyses et datations de l’art préhistoriquedans son contexte archéologique », Madapca, Paris, 16-18 novembre 2011, Paleo, n° spécial.

Paris C., Deneuve É., Fagnart J.-P., Coudret P., Antoine P., Peschaux C., Lacarrière J., Coutard S., Moine O., Guérin G. 2017. « Premières observations sur le gisement gravettien à statuettes féminines d’Amiens-Renancourt 1 (Somme) », Bulletin de la Société préhistorique française, 114-3 : 423-444.

Petrognani S., Robert É., Boche E., Cailhol D., Lucas C. & Lesvignes É. 2014. « Au cœur des premières manifestations graphiques du Paléolithique supérieur : Nouvelles découvertes dans la grotte des Bernoux (Dordogne) », Bulletin de la Société préhistorique française, 111-3 : 413-432.

Pike A. W. G., Hoffmann D. L., García-Diez M., Pettitt P. B., Alcolea J., De Balbín R., González-Sainz C., de las Heras C., Lasheras J.-A., Montes R., Zilhão J. (2012). « U-Series Dating of Paleolithic Art in 11 Caves in Spain », Science, 336-6 087 : 1 409-1 413.

Pinçon G. & Geneste J.-M. (dir.). 2010. « Art rupestre : la 3D un outil de médiation du réel invisible ? », In Situ. Revue des patrimoines, 13. https://journals.openedition.org/insitu/6411

Pons-Branchu E., Bourrillon R., Conkey M. W., Fontugne M., Fritz C., Gárate D, Quiles A., Rivero O., Sauvet G., Tosello G., Valladas H. & White R. 2014. « Uranium-series dating of carbonate formations overlying Paleolithic art: interest and limitations », Bulletin de la Société préhistorique française, 111-2 : 211-224.

Quiles A., Valladas H., Bocherens H., Delqué-Količ E., Kaltnecker E., Van Der Plicht J., Delannoy J.-J., Feruglio V., Fritz C., Monney J., Philippe M., Tosello G., Clottes J. & Geneste J.-M. 2016. « A high-precision chronological model for the decorated Upper Paleolithic cave of Chauvet-Pont d’Arc, Ardèche, France », Proceedings of the National Academy of Sciences, 113-17 : 4 670-4 675. https://www.pnas.org/content/113/17/4670

Radovčić D., Oros Sršen A., Radovčić J. & Frayer D. W. 2015. « Evidence for Neandertal Jewelry: Modified White-Tailed Eagle Claws at Krapina », Plos One, 10-3. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0119802

Ruiz-Redondo A., Komšo D., Garate Maidagan D., Moro-Abadía O., Ramón González-Morales M., Jaubert J. & Karavani I. 2019. « Expanding the horizons of Palaeolithic rock art: the site of Romualdova Pecina », Antiquity, 93-368 : 297-312.

Rivero O. 2016. « Master and apprentice: Evidence for learning in palaeolithic portable art », Journal of Archaeological Science, 75 : 89-100.

Vialou D. 1979. « Grotte de l’Aldène à Cesseras (Hérault) », Gallia Préhistoire, 22-1 : 1-85.

Vialou D. 1986. L’art des grottes en Ariège magdalénienne, XXIIe supplément à Gallia Préhistoire. Paris, Éditions CNRS.

Haut de page

Notes

1 International Federation Rock Art Organizations, www.ifrao.com/ifrao.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eric Robert, Patrick Paillet et Stéphane Petrognani, « L’art préhistorique, une archéologie »Les nouvelles de l'archéologie, 154 | 2018, 4-7.

Référence électronique

Eric Robert, Patrick Paillet et Stéphane Petrognani, « L’art préhistorique, une archéologie »Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 154 | 2018, mis en ligne le 17 juin 2019, consulté le 12 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/nda/5089

Haut de page

Auteurs

Eric Robert

Maître de conférences au département « Homme et Environnement » du Museum national d’Histoire naturelle (Mnhn), Umr 7194 Hnhp « Histoire naturelle de l’homme préhistorique », équipe NOMADE « Comportements des Néandertaliens et des Hommes anatomiquement modernes replacés dans leur contexte paléoécologique ». Musée de l’Homme, 17, place du Trocadéro, 75116 Paris.

Patrick Paillet

Maître de conférences au département « Homme et Environnement » du Museum national d’Histoire naturelle (Mnhn), directeur du projet collectif de recherches (Pcr) « Peuplements et cultures à la fin du Tardiglaciaire dans le nord du Périgord, entre Dronne et Tardoire » (Cnrs/université de Bordeaux 1/ministère de la Culture), Umr 7194 Hnhp « Histoire naturelle de l’homme préhistorique », équipe NOMADE. Musée de l’Homme, 17, place du Trocadéro, 75116 Paris.

Articles du même auteur

  • Un dispositif pariétal revisité ou les bénéfices d’une approche interdisciplinaire
    A revisited parietal set or benefits of interdisciplinary approach. The example of Fronsac cave (Vieux-Mareuil, Dordogne)
    Paru dans Les nouvelles de l'archéologie, 154 | 2018

Stéphane Petrognani

Docteur en anthropologie, ethnologie, préhistoire, université Paris I Panthéon-Sorbonne, chercheur associé Umr 7194 Hnhp « Histoire naturelle de l’homme préhistorique », équipe NOMADE « Comportements des Néandertaliens et des Hommes anatomiquement modernes replacés dans leur contexte paléoécologique », directeur du programme d’études de la grotte de la Mouthe.

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals