Navigation – Plan du site

Nawarla Gabarnmang (Terre d’Arnhem, Australie)

L’architecture d’un site orné
Jean-Jacques Delannoy, Bruno David, Jean-Michel Geneste, Robert G. Gunn et Margaret Katherine
p. 8-15

Résumés

Nawarla Gabarnmang est un site archéologique et pariétal majeur du nord de l’Australie. Sa fréquentation, quasi-continue depuis 50 000 ans, se traduit par un gisement exceptionnel de vestiges lithiques dont une des plus anciennes haches polies connues au monde (35 500 ans) et par une puissante ornementation des plafonds (fresques plurimétriques, superpositions de peintures, près de 1 400 entités graphiques reconnues…). Celle-ci a débuté vers 27 000-26 000 ans, d’après les éléments témoins retrouvés dans les fouilles archéologiques, et elle s’est prolongée jusqu’à la charnière du xixe siècle et du xxe siècle. L’étude interdisciplinaire, en recoupant les informations contenues sur les parois ornées et dans les niveaux archéologiques, a permis de proposer une chronologie robuste des occupations du site. L’approche anthropo-géomorphologique a été mobilisée pour comprendre la géométrie singulière du site de Nawarla Gabarnmang dans laquelle s’inscrit l’art : cet abri sous-roche souterrain se caractérise par de vastes plafonds à la surface plane, soutenus par une cinquantaine de piliers naturels. Son étude démontre que la morphologie du site orné de Nawarla Gabarnmang n’est en rien naturelle : elle est l’expression d’un important aménagement, de la construction d’une architecture unique par ses dimensions, à la fois souterraine et ouverte. L’étude anthropo-géomorphologique a permis de retrouver l’ensemble des gestes et des actions humaines à l’origine du paysage orné très particulier de Nawarla Gabarnmang.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Le paysage est ici entendu comme un espace intégrateur des modifications physiques liées aux proce (...)

1Définir la structure des paysages1 ornés, quelle que soit leur ancienneté, est une étape essentielle pour leur interprétation archéologique. Quelle était l’inscription des œuvres dans leur environnement physique lors de leur réalisation ? Quelle était l’accessibilité des espaces ornés ? Quels sont les témoins permettant de retracer les changements de la géométrie d’un lieu orné au cours du temps ? Ces questions, à côté de celles relatives à la datation des œuvres rupestres, sont centrales dans l’étude des sites ornés. Dans l’exercice, souvent délicat, qui consiste à faire la part des paramètres naturels et des actions anthropiques, plusieurs approches ont été proposées (Binford 2001 ; Burns 2005 ; Butzer 2008 ; Heydari 2007 ; Theunissen et al. 1998). Elles ont permis de porter des regards novateurs sur les interactions entre les groupes humains et leur environnement. D’autres travaux ont souligné le poids des actions humaines dans l’architecture des lieux ornés et l’organisation de leur espace (par ex. : Jones 1985 ; Ontañon 2003 ; Delannoy et al. 2017 ; Jaubert et al. 2017 ; David et al. 2018). Il ressort de ces travaux que « la force des lieux », propre à chaque site orné, est le fruit d’une subtile imbrication entre les dynamiques environnementales et anthropiques qui, au cours du temps, ont interagi et/ou se sont succédé. Retrouver les événements physiques, bio-climatiques, anthropiques qui ont marqué l’histoire de ces espaces fait sens et constitue un fil conducteur pertinent des travaux qui y sont menés. Cela nécessite la mobilisation des différents champs de recherche impliqués dans l’étude du site, dans une démarche résolument systémique et, par essence, non seulement interdisciplinaire mais transdisciplinaire. Les déclinaisons de l’étude systémique d’un site orné sont multiples et dépendent avant tout de la problématique initiale. La définition de celle-ci en amont des recherches est fondamentale pour construire les connaissances nécessaires au dialogue transdisciplinaire et ainsi appréhender la complexité de tout paysage orné. C’est dans cet esprit que l’approche anthropo-géomorphologique a été développée (Delannoy et al. 2013 et 2018 ; David et al. 2017b et c). Elle s’attache à identifier la part des actes anthropiques dans l’architecture des paysages ornés. En cela, elle participe à la définition et la formalisation de la socialisation de l’espace tel qu’il a été construit au fil du temps (Giddens 1984). Cette approche a été appliquée à différents sites ornés dont celui de Nawarla Gabarnmang, site majeur du nord de l’Australie pour ses dimensions archéologiques et pariétales qui couvrent une durée de fréquentation de près de 50 000 ans (Geneste et al. 2012 ; David et al. 2013 et 2017 ; Gunn 2017 ; Delannoy et al. 2017).

Le site de Nawarla Gabarnmang

2Nawarla Gabarnmang se situe dans le pays du groupe linguistique Jawoyn, au cœur du haut plateau de Terre d’Arnhem (fig. 1). En 2005, la Jawoyn Aboriginal Corporation a pris l’initiative, au nom de la communauté Jawoyn, de lancer un programme de recherche et d’éducation sur les sites culturels et ornés. En 2012, 1 079 sites ornés et 392 autres sites archéologiques étaient déjà inventoriés dont Nawarla Gabarnmang, retrouvé en 2006 et dont l’étude a débuté en 2010 sous la conduite de Bruno David.

Fig. 1. Situation et vue d’hélicoptère du site de Nawarla Gabarnmang.

Fig. 1. Situation et vue d’hélicoptère du site de Nawarla Gabarnmang.

Nawarla Gabarnmang (Terre d’Arnhem, Territoire du Nord, Australie), situé à 400 mètres d’altitude, s’ouvre sur la partie sommitale du plateau de la Terre d’Arnhem (Territoire du Nord, Australie). La photo montre l’entrée nord de l’abri sous roche de Nawarla Gabarnmang.

Photographie B. David.

Un site archéologique majeur

3D’emblée, Nawarla Gabarnmang apparaît comme un site majeur. Depuis 2010, 18 sondages archéologiques ont été réalisés avec pour objectif de disposer d’une chronologie robuste des fréquentations et de l’analyse la plus intégrative possible des matériaux enfouis en lien avec la réalisation des grandes fresques qui recouvrent les plafonds et les piliers (David et al. 2013 et 2017). Les premiers indices de fréquentation remontent à plus de 48 500 ans, d’après les datations radiométriques de charbons de bois associés à des objets lithiques ; des horizons archéologiques, un peu plus anciens, ont été reconnus quelques centimètres en dessous du niveau à 48 500 ans. Les derniers témoins archéologiques datent du tout début du xxe siècle. Une grande quantité de vestiges, notamment lithiques, a été mise au jour. De nombreuses haches polies, entières ou cassées, ont été retrouvées, dont une des plus anciennes au monde sous la forme d’un fragment daté de 35 500 ans (Geneste et al. 2012 ; David et al. 2013). Grâce au caractère minutieux des fouilles, des gouttes de pigments tombées des plafonds ornés dans les niveaux archéologiques ont été retrouvées, permettant ainsi de dater les peintures correspondantes (David et al. 2017), avec des fragments de roches ornées ainsi que des témoins de la transformation physique du site et de son environnement (Delannoy et al. 2017). Les fouilles indiquent également que les sites d’occupation les plus anciens se trouvent sur les rebords de l’abri sous roche et qu’au cours du temps, les fréquentations se répartissent progressivement dans l’ensemble du site.

Un site orné exceptionnel

  • 2 Lates calcarifer

4L’impact visuel de l’art de Nawarla Gabarnmang est puissant. Il est lié, à la fois, au nombre d’entités graphiques (1 391 sur les plafonds), aux dimensions plurimétriques des fresques et aux nombreuses superpositions de peintures (fig. 2). Parmi les plus fascinantes images, on remarque les grands poissons barramundi2 peints au plafond. L’intensité des couleurs, du rouge sombre au blanc, interpelle, tout comme leur représentation dans le style « en rayons X », qui représente les intérieurs de l’animal (squelette et organes). De telles représentations, peu fréquentes en pays Jawoyn, le sont beaucoup plus dans les territoires plus au nord. Leur présence à Nawarla Gabarnmang met en évidence les communications entre des groupes linguistiques séparés par de longues distances. Les trois cours d’eau du nord de Terre d’Arnhem, qui prennent leur source aux abords de Nawarla Gabarnmang, ont pu constituer des axes privilégiés de déplacement sur le relief accidenté du plateau et de ses rebords (fig. 1).

5Les représentations féminines sous forme de silhouettes flottantes blanches avec de légers contours rouges sont nombreuses au plafond de l’abri sous roche (fig. 2 et 3), tout comme celles de macropodes, souvent plus grandes, également en blanc, avec le contour et les détails intérieurs en rouge. Enfin, de grandes peintures de serpents et d’autres, plus petites, d’espèces animales vivant dans l’environnement immédiat ornent le site. L’ensemble de ces images sont des manifestations des Dreaming Beings (êtres du « Temps du Rêve » de la cosmologie aborigène). Les images féminines se retrouvent dans la plupart des sites du pays Jawoyn.

  • 3 Cette méthode a été pensée pour démêler la chronologie au sein de dépôts complexes via l’analyse d (...)

6Quasiment toutes ces représentations ont été réalisées à l’aide d’ocres et ne peuvent être directement datées. C’est pourquoi une étude précise des superpositions de peinture a été engagée sur les différents panneaux ornés. Elles ont été formalisées sous forme de diagrammes de Harris3, puis rassemblées dans un modèle général d’inter-comparaison (Gunn 2017). La rigueur de ce travail a permis de fixer une solide chronologie relative de l’art de Nawarla Gabarnmang. Le calage dans le temps a mobilisé plusieurs supports de raisonnement. L’un d’entre eux repose sur la faune représentée, dont l’arrivée ou la disparition sont bien connues sur la base de travaux paléontologiques et historiques. Par exemple, les premiers chevaux ont été introduits en 1845, lors de l’exploration du plateau d’Arnhem par le naturaliste Ludwig Leichhardt. Or, sur un des plafonds, sous les peintures en « rayons X » et des images du style Jawoyn, un grand cheval a été peint (fig. 3). De ce fait, cette représentation ne peut pas être antérieure à 1845 et toutes celles qui la recouvrent se rapportent à la seconde moitié du xixe siècle, voire au tout début du xxe siècle. Les connaissances paléontologiques ont été mobilisées pour les périodes plus anciennes. Ainsi la peinture d’un dingo ne peut être que consécutive à son arrivée en Australie vers 3 500 ans. Cette période marque, par ailleurs, la disparition des loups de Tasmanie du continent australien. Leurs représentations ne peuvent donc être que plus anciennes.

Fig. 2. Le site orné de Nawarla Gabarnmang.

Fig. 2. Le site orné de Nawarla Gabarnmang.

Le site de Nawarla Gabarnmang se caractérise par un vaste espace souterrain dont les plafonds sont actuellement soutenus par une cinquantaine de piliers naturels. Les plafonds plans ont été ornés de grandes fresques dans lesquelles sont en particulier présentes les grandes représentations de type «  en rayon X » des barramundis.

Photographie J.-J. Delannoy.

Fig. 3. Exemple des peintures représentées sur les plafonds de Nawarla Gabarnmang.

Fig. 3. Exemple des peintures représentées sur les plafonds de Nawarla Gabarnmang.

a et b : photo et relevé du panneau orné du plafond composé de nombreuses superpositions de peintures au dessus d’une représentation d’un cheval. c : détail du plafond sur lequel ont été peints des barramundis à la toute fin du xixe siècle : les ripple marks enregistrés dans la roche depuis 1,7 milliard d’années résonnent ici avec les vaguelettes des cours d’eau douce dans lesquels vivent ces poissons. d : représentation féminine flottante caractéristique de la cosmologie jawoyn. e : représentation d’un macropode associé aux Dreaming Beings (êtres du Temps des Rêves). f : exemple de figure réalisée à base de cire d’abeille.

Photographies R. B. Gunn.

7Des dates radiocarbones ont pu être obtenues sur des figures faites à la cire d’abeille (fig. 3) qui reposent sur d’anciennes fresques ou sont recouvertes par de nouvelles peintures, ce qui permet de leur assigner une date plus ancienne ou plus récente. Des dates radiocarbones ont été aussi recherchées sur des nids de guêpes construits sur des peintures ou recouverts par celles-ci, fixant ainsi un âge minimum ou maximum. Enfin, un fragment de paroi peinte retrouvé en fouilles ou des gouttes de peinture conservées dans les niveaux archéologiques ont pu être calés dans le temps via la datation de ces derniers. L’ensemble de ces supports permet de proposer, pour l’art de Nawarla Gabarnmang, une fourchette comprise entre 26 739-27 657 cal BP pour les plus anciens témoins (éclat rocheux peint trouvé en fouille et daté par les charbons de bois, cf. David et al. 2013) et la toute fin du xixe siècle pour les plus récents (Gunn 2017). Les plus anciennes représentations peintes sur le plafond remontent à 14 000 ans et correspondent à des monochromes rouges ou jaunes. Le passage aux motifs polychromes s’est produit il y a environ 500 ans (Gunn 2017 ; David et al. 2017c). Si la dimension temporelle des grandes fresques de Nawarla Gabarnmang est relativement bien cernée, reste posée la question de l’origine des vastes plafonds qui portent l’essentiel de l’ornementation.

Un espace géographique singulier

8Nawarla Gabarnmang n’a pas d’équivalent connu sur l’immense plateau d’Arnhem. Ce vaste abri-sous-roche (32 m de long, 23 m de large et 2 m de haut) recoupe de part en part un relief quartzitique et s’apparente à un site souterrain aux plafonds soutenus par une cinquantaine de piliers (fig. 1, 2). Les autres sites dans le même milieu géologique correspondent à des abris-sous-roche en pied d’escarpement ou à des monolithes isolés à la surface du plateau. L’architecture de Nawarla Gabarnmang interroge : quels sont les processus à l’origine de cet espace singulier dans des roches, les quartzites, peu sensibles à la dissolution souvent invoquée dans le creusement des vides souterrains ? Au-delà de cette question d’ordre géomorphologique, la définition des processus à l’origine de la géométrie du site où s’inscrivent les grandes fresques pariétales est essentielle. Il s’agit ici de s’interroger sur les relations entre une morphologie atypique et son ornementation. Celle-ci précède-t-elle les fréquentations mises en évidence par l’approche archéologique ? Est-elle concomitante aux fréquentations et usages du site ? Est-elle le produit des occupations humaines ? C’est autour de ces questions qu’ont été engagées les recherches archéologiques, pariétales et géomorphologiques avec pour objectif de les intégrer dans une même chaîne de raisonnement. C’est dans cette perspective qu’a été menée l’approche intégrée de Nawarla Gabarnmang.

Étude anthropo-géomorphologique de Nawarla Gabarnmang

  • 4 Le produit d’altération de la roche occupe le même volume que la roche saine initiale. Dans le phé (...)

9La dimension souterraine du site questionne, compte tenu de son environnement quartzitique. Ces roches siliceuses, issues de la compaction de sables littoraux déposés il y a près de 1,7 milliard d’années (Carson et al. 1999), sont considérées comme insolubles. Néanmoins, on observe dans les reliefs quartzitiques d’Arnhem des conduits souterrains résultant d’un très lent processus d’altération isovolumique4 qui s’est étalé sur plus d’un milliard d’années (Delannoy et al. 2017). Les vides créés par la vidange des « fantômes de roche » (altération) sont de dimensions métriques et très dépendants de la fracturation. Leur présence de part et d’autre du site de Nawarla Gabarnmang suggère qu‘ils ont pu initier le processus de cavitation. Ils ne peuvent, cependant, expliquer l’ampleur et la morphologie des espaces souterrains très ouverts, largement connectés entre eux et relativement indépendants du réseau de fracturation.

10L’observation des plafonds et de leur disposition en escalier inversé vers les entrées nord et sud du site suggère une évolution par effondrements successifs. Cette hypothèse se heurte à la rareté du matériau écroulé au sol et retrouvé dans les sondages archéologiques. Cette quasi-absence de blocs pourrait s’expliquer par des processus d’érosion capables de les évacuer au fil des effondrements, ce que ne suggère nullement la stratigraphie des 18 sondages archéologiques. Elle indique plutôt la mise en place de sédiments fins il y a près de 50 000 ans puis un dépôt éolien continu jusqu’à ces dernières années mais absolument rien qui puisse révéler une dynamique naturelle capable d’évacuer les blocs écroulés.

11L’observation des plafonds permet, par ailleurs, de relever l’empreinte de piliers aujourd’hui absents : près d’une centaine manque dans la partie centrale du site, là où les portées sont les plus importantes. Enfin, deux talus d’éboulis aux blocs homogènes occupent les rebords extérieurs nord et sud de l’abri-sous-roche.

12Deux approches complémentaires ont été menées pour essayer de comprendre l’origine des géométries de Nawarla Gabarnmang : la cartographie géomorphologique à haute résolution spatiale et l’étude pétrographique des quartzites (Delannoy et al. 2017 et 2018). Ce travail a permis d’associer les blocs présents au sol et dans les niveaux archéologiques à chacun des bancs de quartzite visibles sur les piliers et aux plafonds. Le traçage a aussi précisé l’origine des blocs des talus bordiers : ils ne résultent pas de l’effondrement d’anciens auvents latéraux de l’abri-sous-roche mais proviennent de bancs de quartzites présents à l’intérieur du site archéologique. En l’absence de dynamiques géomorphologiques plausibles, seules des interventions humaines peuvent expliquer l’évacuation du matériel rocheux provenant de la chute des piliers et des plafonds. L’hypothèse selon laquelle Nawarla Gabarnmang a été profondément transformé par les groupes qui l’ont fréquenté nécessite d’être argumentée car, à notre connaissance, peu de sites archéologiques aussi anciens ont été autant modifiés par l’activité anthropique. Il est vrai que ce type d’enquête morphogénique a rarement été mené auparavant, peut-être simplement parce que l’on a longtemps considéré que les grottes et leur matrice rocheuse étaient des lieux « naturels ».

13L’étude du secteur SW apporte les preuves recherchées (fig. 4). Cet espace se caractérise par la présence au sol de blocs qui font défaut dans le reste du site, ce qui rendait du coup délicate la compréhension des inadéquations morphologiques entre plafonds et sols. Par ailleurs, il présente de grandes fresques au plafond dont une calée dans le temps : la fresque A3 recouvre un nid d’abeilles daté à 10 154 ± 40 BP (Gunn 2017) ; toutes les superpositions de peinture sur ce plafond sont postérieures à cette date. L’analyse des blocs au sol, sous la fresque A3, souligne, d’une part, qu’ils proviennent essentiellement des piliers démantelés aux alentours et, d’autre part, que les rares blocs tombés du plafond ne correspondent pas aux dernières dalles effondrées (Delannoy et al. 2017). Seuls les éléments non déplaçables du fait de leur taille sont restés à leur point de chute. L’étude de leur assise indique qu’ils reposent sur la base de piliers disparus. L’observation des autres blocs au sol signale de nombreux impacts de coups d’origine anthropique. La netteté des cassures dans les quartzites est telle qu’il est aisé de les réassocier entre eux alors qu’ils sont parfois éloignés de plusieurs mètres. De ces observations, il ressort que les blocs provenant des piliers démantelés et des plafonds effondrés ont été débités avant d’être évacués vers les talus extérieurs.

Fig. 4. Reconstitution anthropo-géomorphologique du secteur SW de Nawarla Gabarnmang.

Fig. 4. Reconstitution anthropo-géomorphologique du secteur SW de Nawarla Gabarnmang.

a : photo du secteur sud-ouest sur laquelle sont précisées les caractéristiques géologiques (numéro des strates : D. 0, D. -7…) et paysagères (base de pilier, blocs effondrés, etc.). b : reconstitution de la transformation du secteur SW sous l’action anthropique. c : reconstitution de la chaîne opératoire de l’enlèvement des piliers à partir des témoins retrouvés dans le secteur SW.

Conception et réalisation de la figure : J.-J. Delannoy.

14L’examen du sommet des piliers en place montre d’importants impacts de coups, ainsi que des traces évidentes d’enlèvement des strates au contact du plafond (fig. 4). Il s’agit là des premiers gestes de l’ouverture de nouveaux espaces souterrains. L’enlèvement des strates supérieures des piliers précède, en effet, leur basculement et leur démontage strate par strate. Le croisement de ces données anthropo-géomorphologiques avec les datations des fresques au plafond révèle donc que la profonde transformation anthropique de ce secteur est bien antérieure à -10 000 ans.

15L’étude du secteur SW permet de poser un modèle cohérent de l’aménagement de Nawarla Gabarnmang qui répond à une action pensée et très engagée, compte tenu de la nature rocheuse extrêmement résistante. Il repose sur un processus initial d’enlèvement des piliers ; les plafonds ayant ainsi perdu leurs supports (piliers) sont soumis à des processus gravitaires qui provoquent leur chute ; les blocs issus de ces effondrements sont ensuite évacués vers l’extérieur (Delannoy et al. 2017 et 2018). Cette chaîne opératoire a façonné l’architecture de Nawarla Gabarnmang. Les temps de l’ornementation sont ici directement liés aux temps des aménagements. Ce point apporte un regard complémentaire essentiel à l’étude de l’art rupestre en général : aborder l’histoire de la « toile », de la configuration des surfaces rocheuses, est fondamental pour le comprendre en tant que tel et dans la manière dont il se distribue dans l’espace des sites ornés.

Occupation, aménagement, art pariétal, temporalités

16La mobilisation des données archéologiques, pariétales et géomorphologiques dans un même modèle de raisonnement permet de reconstituer l’histoire de Nawarla Gabarnmang (fig. 5).

Fig. 5. Frise chronologique de l’évolution du site de Nawarla Gabarnmang sous l’action des aménagements anthropiques.

Fig. 5. Frise chronologique de l’évolution du site de Nawarla Gabarnmang sous l’action des aménagements anthropiques.

Conception et réalisation de la figure : J.-J. Delannoy.

17Les fouilles indiquent que les premières occupations remontent vers 50 000 ans (artefacts lithiques) (David et al. 2017a). La disposition des anciens niveaux archéologiques suggère que les premiers groupes humains ont connu un espace peu ouvert, très différent de l’actuel. Ils ont, de ce fait, d’abord occupé les rebords nord et sud du site. Juste après ces toutes premières fréquentations, la nature des sédiments change ; ils présentent une facture de plus en plus éolienne, expression de la modification de l’environnement rapportée aux impacts de l’anthropisation (brûlis, ouverture de la végétation). À partir de 35 000 ans, l’augmentation de la densité et de la diversité des vestiges (artefacts, haches polies, foyers…) souligne une occupation plus marquée du site, avec de premiers effets sur son modelé, notamment au niveau des piliers (David et al. 2013). Un nouveau mode d’occupation se met en place, avec la volonté d’en transformer la morphologie. L’aménagement du site est engagé vers 21 500-19 500 ans, sur la base de blocs effondrés et cassés visibles dans plusieurs sondages archéologiques. Il s’est ensuite amplifié avec enlèvement des piliers, effondrement des plafonds et évacuation des blocs vers l’extérieur du site. L’architecture actuelle est acquise depuis au moins 10 000 ans, si on se réfère à l’analyse du secteur SW qui est, de plus, un des derniers espaces ouverts (Delannoy et al. 2017 et 2018).

18L’étude intégrée de Nawarla Gabarnmang souligne l’importance des transformations morphologiques qu’y ont réalisé les groupes humains. Son évolution a influencé le placement de l’art à l’intérieur du site : il y a gagné en espace et a réinvesti des endroits déjà ornés, suite à la chute de pans de pilier ou de plafond. De telles situations ont pu être mises en évidence en croisant les informations pariétales avec les fragments de peintures anciennes recueillis dans les sondages. D’autres témoins, comme des crayons d’ocre trouvés en fouille ou des gouttes de peinture conservées dans les niveaux archéologiques, indiquent que l’ornementation s’est poursuivie jusqu’à la charnière des xixe et xxe siècles. Son étude établit que la superposition de nombreuses générations de peintures imbrique des histoires remontant à plusieurs milliers d’années, des espèces aujourd’hui disparues et d’autres associées à l’arrivée des premiers Européens (chevaux), jusqu’aux figures récentes de barramundi. Toutefois, la reconstitution dans le passé est d’autant plus délicate que la morphologie du site a changé : il existe peu de témoins des plus anciennes représentations et de leur emprise spatiale, seuls les piliers encore en place ayant pu en garder l’empreinte.

19L’exemple de Nawarla Gabarnmang illustre combien la compréhension de l’art passe par celle de l’évolution physique et matérielle du site au cours du temps. C’est l’ensemble de ces histoires, enregistrées dans sa matrice rocheuse, qui lui donne une place toute particulière dans la connaissance des relations entretenues par les sociétés avec leur environnement et l’esprit des ancêtres présent dans les paysages.

20Les résultats des recherches conduites à Nawarla Gabarnmang invitent à repenser profondément nos perceptions sur les dimensions « naturelles » des sites ornés ; leur facture paysagère résulte d’actes pensés d’aménagement, de transformation des morphologies et d’engagement dans l’espace vécu. Le site de Nawarla Gabarnmang est particulièrement démonstratif de la conception d’un espace architectural pensé, d’un paysage construit, fruit de l’engagement de près de 2 000 générations ayant façonné la matrice rocheuse tout en y vivant et en l’ornementant.

Haut de page

Bibliographie

Binford L. R. 2001. Constructing frames of reference: An analytical method for archaeological theory building using ethnographic and environmental data sets. Berkeley (Californie, États-Unis), University of California Press.

Burns J. A. 2005. « What about behavior? Methodological implications for rockshelter excavation and spatial analysis », North American Archaeologist, 26-3 : 267-282.

Butzer K. W. 2008. « Challenges for a cross-disciplinary geoarchaeology: The intersection between environmental history and geomorphology », Geomorphology, 101-1/2 : 402-411.

Carson L. J., Haines P. W., Brakel A., Pietsch B. A. & Ferenczi P. A. 1999. Milingimbi SD53-2, 1:250 000 geological map series explanatory notes. Darwin (Territoire du Nord, Australie), Northern Territory Geological Survey, Government Printer of the Northern Territory.

David B., Barker B., Petchey F., Delannoy J.-J., Geneste J.-M., Rowe C., Eccleston M., Lamb L. & Whear R. L. 2013. « A 28,000 year old excavated painted rock from Nawarla Gabarnmang, northern Australia », Journal of Archaeological Science, 40-5 : 2 493-2 501.

David B., Delannoy J.-J., Gunn R., Chalmin E., Castets G., Petchey F., Aplin K., O’Farrell M., Moffat I, Mialanes J., Geneste J.-M., Barker B., Sadier B., Katherine M., Manataki M. & Pietrzak U. 2017a. « Dating painted Panel E1 at Nawarla Gabarnmang, central-western Arnhem Land plateau ». In : B. David, P. S. C. Taçon, J.-J. Delannoy & J.-M. Geneste (dir.), The Archaeology of Rock Art in Western Arnhem Land, Australia. Canberra (Australie), Anu (Australian National University) Press (coll. « terra australis », 47).

David B., Gunn R., Delannoy J.-J. & Geneste J.-M. 2017b. « Nawarla Gabarnmang, plateau de la Terre d’Arnhem, Australie du Nord ». In : C. Fritz (dir.), L’art de la Préhistoire. Paris, Citadelles et Mazenod.

Delannoy J. J., David B., Geneste J.-M., Katherine M., Barker B., Whear R. L., Gunn R. 2013. « The social construction of caves and rockshelters: Chauvet Cave (France) and Nawarla Gabarnmang (Australia) », Antiquity, 87-335 : 12-29.

Delannoy J. J., David B., Geneste J.-M., Gunn R. & Katherine M. 2017. « Evidence for the origins and transformation of sheltered spaces at Nawarla Gabarnmang: Engineers of the Arnhem Land plateau ». In : B. David, P. S. C. Taçon, J.-J. Delannoy & J.-M. Geneste (dir.), The Archaeology of Rock Art in Western Arnhem Land, Australia. Canberra (Australie), Anu (Australian National University) Press (coll. « terra australis », 47).

Delannoy J. J., David B., Geneste J.-M., Gunn R, Geneste J.-M. & Jaillet S. 2018. « Archaeomorphological Mapping: Rock Art and the Architecture of Place ». In : B. David & I. J. McNive (dir.), The Oxford Handbook of the Archaeology and Anthropology of Rock Art. Oxford (Royaume-Uni), Oxford University Press (coll. « Oxford Hanbooks »).

Geneste J.-M., David B., Plisson H., Delannoy J.-J. & Petchey F. 2012. « The Origins of Ground-edge Axes: New Findings from Nawarla Gabarnmang, Arnhem Land (Australia) and Global Implications for the Evolution of Fully Modern Humans », Cambridge Archaeological Journal, 22-1 : 1-17.

Giddens A. 1984. The Constitution of Society: Outline of the Theory of Structuration. Berkeley (Californie, États-Unis), University of California Press.

Gunn R. 2017. Art of the ancestors: Spatial and temporal patterning in the rock art of Nawarla Gabarnmang, a major Jawoyn cultural site on the Arnhem Land plateau. Clayton (Victoria, Australie), Monash University Clayton (thèse de doctorat).

Gunn R., David B., Delannoy J.-J. & Katherine M. 2017. « The past 500 years of rock art at Nawarla Gabarnmang ». In : B. David, P. S. C. Taçon, J.-J. Delannoy & J.-M. Geneste (dir.). The Archaeology of Rock Art in Western Arnhem Land, Australia. Canberra (Australie), Anu (Australian National University) Press (coll. « terra australis », 47).

Heydari S. 2007. « The impact of geology and geomorphology on cave and rockshelter archaeological site formation, preservation, and distribution in the Zagros mountains of Iran », Geoarchaeology, 22-6 : 653-669.

Jaubert J., Verheyden S., Genty D., Soulier M., Cheng H., Blamart D. & Santos F. 2016. « Early Neanderthal constructions deep in Bruniquel Cave in southwestern France », Nature, 534 : 111-114.

Jones R. (dir.) et al. 1985. Archaeological research in Kakadu National Park. Canberra (Australie), Australian National Parks and Wildlife Service.

Ontañon R. 2003. « Sols et structures d’habitat du Paléolithique supérieur, nouvelles données depuis les Cantabres : la Galerie inférieure de La Garma (Cantabrie, Espagne) », L’Anthropologie, 107-3 : 333-363.

Theunissen R., Balme J. & Beck W. 1998. « Headroom and human trampling: cave ceiling-height determines the spatial patterning of stone artefacts at Petzkes Cave, northern New South Wales », Antiquity, 72-275 : 80-89.

Haut de page

Notes

1 Le paysage est ici entendu comme un espace intégrateur des modifications physiques liées aux processus naturels et actions humaines.

2 Lates calcarifer

3 Cette méthode a été pensée pour démêler la chronologie au sein de dépôts complexes via l’analyse de l’emboîtement ou de la superposition des niveaux stratigraphiques (Harris 1979). Elle a été étendue ensuite à la superposition de tracés rupestres (Chippindale & Taçon 1993 ; Loubser 1997 ; Russell 2000 ; Harris & Gunn 2017).

4 Le produit d’altération de la roche occupe le même volume que la roche saine initiale. Dans le phénomène de « fantômisation », l’altération change l’état de l’encaissant rocheux sans pour autant créer de vides liés au départ de matière sous forme dissoute. La création de vides se fait ultérieurement, avec le départ du matériel altéré.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Situation et vue d’hélicoptère du site de Nawarla Gabarnmang.
Légende Nawarla Gabarnmang (Terre d’Arnhem, Territoire du Nord, Australie), situé à 400 mètres d’altitude, s’ouvre sur la partie sommitale du plateau de la Terre d’Arnhem (Territoire du Nord, Australie). La photo montre l’entrée nord de l’abri sous roche de Nawarla Gabarnmang.
Crédits Photographie B. David.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/5110/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,8M
Titre Fig. 2. Le site orné de Nawarla Gabarnmang.
Légende Le site de Nawarla Gabarnmang se caractérise par un vaste espace souterrain dont les plafonds sont actuellement soutenus par une cinquantaine de piliers naturels. Les plafonds plans ont été ornés de grandes fresques dans lesquelles sont en particulier présentes les grandes représentations de type «  en rayon X » des barramundis.
Crédits Photographie J.-J. Delannoy.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/5110/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 4,8M
Titre Fig. 3. Exemple des peintures représentées sur les plafonds de Nawarla Gabarnmang.
Légende a et b : photo et relevé du panneau orné du plafond composé de nombreuses superpositions de peintures au dessus d’une représentation d’un cheval. c : détail du plafond sur lequel ont été peints des barramundis à la toute fin du xixe siècle : les ripple marks enregistrés dans la roche depuis 1,7 milliard d’années résonnent ici avec les vaguelettes des cours d’eau douce dans lesquels vivent ces poissons. d : représentation féminine flottante caractéristique de la cosmologie jawoyn. e : représentation d’un macropode associé aux Dreaming Beings (êtres du Temps des Rêves). f : exemple de figure réalisée à base de cire d’abeille.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/5110/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Fig. 4. Reconstitution anthropo-géomorphologique du secteur SW de Nawarla Gabarnmang.
Légende a : photo du secteur sud-ouest sur laquelle sont précisées les caractéristiques géologiques (numéro des strates : D. 0, D. -7…) et paysagères (base de pilier, blocs effondrés, etc.). b : reconstitution de la transformation du secteur SW sous l’action anthropique. c : reconstitution de la chaîne opératoire de l’enlèvement des piliers à partir des témoins retrouvés dans le secteur SW.
Crédits Conception et réalisation de la figure : J.-J. Delannoy.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/5110/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 9,9M
Titre Fig. 5. Frise chronologique de l’évolution du site de Nawarla Gabarnmang sous l’action des aménagements anthropiques.
Crédits Conception et réalisation de la figure : J.-J. Delannoy.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/5110/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Jacques Delannoy, Bruno David, Jean-Michel Geneste, Robert G. Gunn et Margaret Katherine, « Nawarla Gabarnmang (Terre d’Arnhem, Australie) »Les nouvelles de l'archéologie, 154 | 2018, 8-15.

Référence électronique

Jean-Jacques Delannoy, Bruno David, Jean-Michel Geneste, Robert G. Gunn et Margaret Katherine, « Nawarla Gabarnmang (Terre d’Arnhem, Australie) »Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 154 | 2018, mis en ligne le 17 juin 2019, consulté le 15 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/nda/5110 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nda.5110

Haut de page

Auteurs

Jean-Jacques Delannoy

ARC (Australian Resarch Council) Centre of Excellence for Australian Biodiversity and Heritage université de Savoie Mont-Blanc/Cnrs, Laboratoire Edytem, « Environnements, dynamiques et territoires de la montagne ». – F-73376 Le Bourget du Lac cedex.

Articles du même auteur

Bruno David

ARC Centre of Excellence for Australian Biodiversity and Heritage. Monash Indigenous Studies Centre, 20 Chancellors Walk, Monash University, Clayton campus, Victoria 3800, Australia.

Jean-Michel Geneste

Équipe de recherche de la grotte Chauvet-Pont d’Arc, ministère de la Culture.

Articles du même auteur

Robert G. Gunn

ARC Centre of Excellence for Australian Biodiversity and Heritage. Monash Indigenous Studies Centre, 20 Chancellors Walk, Monash University, Clayton campus, Victoria 3800, Australia.

Margaret Katherine

c/- Barunga Community, PMB 25, via Katherine, Northern Territory 0852, Australia.

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals