Navigation – Plan du site

La grotte de Cussac (Dordogne)

Étude pluri et interdisciplinaire d’un sanctuaire orné et sépulcral d’âge gravettien
Jacques Jaubert, Catherine Ferrier, Valérie Feruglio, Nathalie Fourment, Camille Bourdier, Stéphane Konik et Sébastien Villotte
p. 16-24

Résumés

La grotte de Cussac est l’un des sanctuaires ornés majeurs récemment découverts (2000), et pour lequel le ministère de la Culture a pris immédiatement des mesures de protection, de suivi climatique, d’acquisition foncière et d’équipement. Le projet collectif de recherche (Pcr) lancé en 2009 conçoit la conservation et l’étude comme parties d’un tout indivisible. L’originalité du site, outre la longueur de sa galerie (1,6 km) et son excellente conservation, due à la vigilance des inventeurs spéléologues, est la coexistence de panneaux ornés presque uniquement gravés, souvent monumentaux, et de restes humains contemporains concentrés dans trois locus. Comme pour toute grotte ornée récemment découverte, le projet d’étude est ambitieux et global mais le contexte d’accès au site est cependant très contraint, en particulier pour l’ichnologie, l’anthropologie biologique ou l’archéothanatologie. Après les premières années de mise en place du projet, logiquement pluridisciplinaire, l’interaction entre les principales équipes œuvrant dans Cussac (géosciences, anthropologues, ichnologues, pariétalistes, préhistoriens) en lien avec les utilisateurs « d’outils communs » (topographie, 3D, photogrammétrie, Sig, archivage) est désormais omniprésente. Nous résumons quelques-uns de ces différents volets dans le texte synthétique qui suit.

Haut de page

Texte intégral

1La grotte de Cussac (Le Buisson-de-Cadouin, Dordogne) se développe sur 1,6 km de long dans un massif karstique, sur le versant du Bélingou, petit affluent de la rive gauche de la Dordogne (fig. 1). Elle associe des dépôts intentionnels de restes humains dans des dépressions et bauges d’ours (locus 1, 2 et 3) à des centaines de gravures qui représentent le bestiaire traditionnel du monde paléolithique – mammouths, rhinocéros, cervidés, bisons et chevaux –, mais aussi de rares figures d’oiseaux et d’animaux étranges, aux mufles allongés et à la gueule ouverte, qui restent à identifier.

Fig. 1. Topographie simplifiée de la grotte de Cussac.

Fig. 1. Topographie simplifiée de la grotte de Cussac.

Le cadre du haut représente les 1,6 km de galerie partagés en une branche Aval et Amont. Le cadre du bas et ses trois découpages détaillent la branche Aval, elle-même subdivisée en deux tableaux (A-B : milieu) et le début de l’Amont (C : bas).

© Dao F. Lacrampe-Cuyaubère (d’apr. relevés terrain H. Camus & coll./Hypogée et Durif-Delluc-Massoulier/Spéléo-club de Périgueux), Pcr Cussac/Mc.

2Découverte le 30 septembre 2000 par Marc Delluc (1947-2017), la grotte a été classée dès le 23 novembre au titre des monuments historiques. Après quelques années consacrées à la mise en sécurité du site par des acquisitions foncières et la mise en œuvre de mesures de protection physique (fermeture et stabilisation du conduit d’entrée, installation d’un cheminement balisé et construction de passerelles) et juridique (arrêté de zonage archéologique et classement au titre des sites), l’exploration et l’étude de la cavité ont débuté en 2009 dans le cadre d’un projet collectif de recherche pluridisciplinaire (Pcr) dirigé par Jacques Jaubert et financé par le ministère de la Culture. Les problématiques retenues portent sur l’environnement naturel (le site et son aquifère, le massif karstique et ses remplissages, le versant et son évolution), la fréquentation de l’Ours des cavernes (Ursus spelæus), qui semble antérieure au Gravettien, et les modes d’appropriation de la cavité par les Paléolithiques (art pariétal, dépôts funéraires, etc.).

3La localisation de Cussac, sur la rive gauche de la Dordogne et à l’écart des grottes ornées magdaléniennes du bassin de la Vézère, son rattachement au Gravettien et les points de comparaison iconographiques ou stylistiques avec des sanctuaires du Lot (Pech-Merle) ou des Hautes-Pyrénées (Gargas), lui accordent un statut original en Aquitaine, notamment par rapport aux sites ornés du bassin de la Vézère (Aujoulat 2002b ; Jaubert et al. 2012 ; Aujoulat et al. 2013).

Rappel historique

  • 1 La conception et la rédaction de ce cahier des charges incombèrent au premier signataire de cet ar (...)
  • 2 Commune d’Espagnac-Sainte-Eulalie, Lot.
  • 3 Commune de Cabrerets, Lot.
  • 4 Commune de Saint-Géry, Lot.

4Le recours, en 1996, à un appel d’offres pour constituer une équipe chargée de l’étude de la grotte Chauvet, découverte deux ans plus tôt, a marqué un tournant décisif dans l’histoire récente de notre discipline (Clottes 2001). Pour ce faire, le ministère de la Culture demanda au conseil national de la recherche archéologique d’élaborer un cahier des charges1. L’entreprise ne pouvait être qu’ambitieuse, collective, multidisciplinaire et, si possible, rapidement interdisciplinaire, le concept étant d’étudier le site dans son entièreté, sans se limiter au seul champ graphique et aux vestiges affleurant, en intégrant en amont la compréhension du massif et de son aquifère pour s’approcher de l’objet du désir, le champ orné, et non l’inverse. Le concept n’était pas nouveau puisqu’il apparaissait déjà en filigrane dans les travaux de Norbert Aujoulat (1946-2001) à Lascaux, menés il est vrai en solitaire (Aujoulat 2002). Dès le début des années 1970, Michel Lorblanchet avait prôné une démarche « globalisante » pour l’étude de la grotte de Sainte-Eulalie2 (Lorblanchet et al. 1973), puis à Pech-Merle3 et à Pergouset4 (Lorblanchet et al. 1973 ; Lorblanchet 1981 et 2001), pour n’en citer que quelques-unes, mais les disciplines impliquées étaient encore réduites au statut de « disciplines annexes ».

5Les tentatives de fédération et de normalisation du précieux Groupe de réflexion sur les méthodes d’étude de l’art pariétal paléolithique eurent lieu en un temps où il était à peine question de 3D et où le Sig en était à ses premiers balbutiements (Grapp 1993).

6Ce résumé synthétique et incomplet (cf. aussi Feruglio & Robert 2015) nous semble important dans la mesure où nous nous inscrivons dans ce multiple héritage : l’étude de Cussac n’invente rien, elle actualise, concentre ou complète, quand l’originalité des lieux le commande (restes humains, longueur de la galerie) ou quand les progrès de la technique ont actualisé les méthodes (3D). Le cadre d’intervention, grâce à l’expérience acquise pour des grottes ornées, jouit désormais d’un protocole de recherche fondé en priorité sur la conservation du site.

Ébauche d’un projet collectif de recherche

7La découverte de Cussac date de 2000. Nous avons appliqué en l’adaptant le modèle Chauvet à trois différences près :

  • Nous ne souhaitions pas segmenter les relations entre l’équipe scientifique et les services patrimoniaux (Sra-Drac), mais plutôt établir une chaîne décisionnelle continue, une et indivisible : ici, conservation et recherche étaient donc indissociables.
  • L’animation collective de l’équipe scientifique devait être renforcée par la constitution d’un projet collectif de recherche (Pcr) fédérant administrativement, sinon juridiquement, l’ensemble des acteurs.
  • La présence de restes humains, partie intégrante du sanctuaire orné, y rend plus sensible, voire subtil, le montage de l’opération, notamment le volet lié à des actes archéologiques invasifs.
  • 5 Non cités en bibliographie.

8Les grandes lignes de la genèse et de la mise en place du Pcr ont été retracées dans les premières publications de l’équipe (Jaubert et al. 2010 et 2012 ; Fourment et al. 2012 ; Aujoulat et al. 2013) ; depuis 2009, on peut en suivre la chronique annuelle dans les Bilans scientifiques régionaux publiés par le Sra Aquitaine5, sans compter la communication médiatique ou les articles de vulgarisation relayés par la presse scientifique (par exemple, Arnaud 2012 ; Jaubert 2015 ; Lima 2015).

9Le site consiste en une longue galerie ornée au profil linéaire, se partageant en deux branches : l’Aval (600 m) regroupe l’essentiel des panneaux ornés et les trois locus à restes humains avec, comme point d’orgue, le Grand Panneau à 310 m de l’entrée actuelle (environ 130 entités graphiques) ; l’Amont (environ 1 km) présente des figures majeures ou originales (panneaux du Rhinocéros, de l’Oie, des Figures féminines, des Signes au sol, pointe en bois de cervidé, lampes…) mais il est encore peu étudié voire inexploré par une partie de l’équipe.

10Une intervention archéologique sur un site aussi prestigieux (densité et monumentalité des œuvres), original (restes humains), complexe (interactions Homme-Animal [Ours]), parfois exigu et fragile (zones à empreintes), ne peut s’improviser à partir de schémas ou de problématiques préétablis. Les publications préliminaires et un rapport inédit de synthèse avaient ouvert la voie (Aujoulat et al. 2001, 2002, 2004 et 2005). Le projet discuté courant 2008 annonçait plusieurs engagements :

  • Établir la problématique générale, amorcer le programme d’ensemble via une première demande annuelle (2009), afin de prendre la mesure du site.
  • Puis consolider et ajuster ledit programme en présentant une étude non invasive pour la première demande triennale (2010-2012).
  • Poursuivre ensuite selon un schéma actualisé avec les premières demandes de prélèvements d’échantillons, voire d’actes archéologiques plus invasifs, notamment sur un des locus à restes humains (2013-2015).

11Hormis l’étude anthropologique, différée dans l’attente d’équipements innovants et réversibles (passerelles en matériaux légers de type résine époxy inertes pour la cavité), et pour en maîtriser tous les paramètres techniques ou microbiologiques, le programme a été suivi. Après deux autorisations que nous souhaitions annuelles, une nouvelle triennale vient d’être renouvelée pour 2018-2020.

Un inventeur concrètement associé

  • 6 Conservateur en chef du patrimoine au Sra Midi-Pyrénées, François Rouzaud a développé une approche (...)

12La communauté scientifique, patrimoniale ou spéléologique, n’a pas tari d’éloges sur le comportement exemplaire et désintéressé du principal inventeur, Marc Delluc, du Spéléoclub de Périgueux. Son concours a été naturellement sollicité car sa présence était indispensable aux travaux de terrain pour une double raison : d’une part, il était celui qui connaissait le mieux le site ; d’autre part, le savoir-faire d’un spéléologue aguerri dans un milieu aussi « spéléologique » que celui de Cussac nous a été précieux, prolongeant ainsi le concept de « paléospéléologie » du regretté François Rouzaud6 (1978). Les équipes TrAc (Traces d’activités humaines et animales) et Art pariétal, dont Nathalie Fourment et Valérie Feruglio sont respectivement responsables, peuvent en témoigner au quotidien dans leurs campagnes de prospection-inventaire. Sa disparition récente (fin 2017), subite et prématurée, nous prive cruellement d’un partenaire irremplaçable qui était au cœur du dispositif et quotidiennement présent pendant toutes les missions de terrain.

Encadré 1. Des outils communs

Prévue dès l’origine, la création d’« outils communs » indispensables au référencement, au partage et au croisement des données acquises dans les différents champs de la recherche relève principalement de la sphère privée ou de sociétés adossées à des universités (spin-off). Elle représente chaque année 80 % des crédits alloués par le SRA-DRAC Nouvelle-Aquitaine, qui s’élèvent à 25-28 k€ hors travaux.
Topographie de précision
Hubert Camus et collaborateurs – Société Hypogée MCB puis Protée, 30170 La Cadière-et-Cambo
Relevés 3D laser
Cabinet Guy Perazio (38430 Moirans) puis Scanner Patrimonio e Industria, Saragosse, Espagne
Photogrammétrie
Pascal Mora et Bruno Dutailly – « Archéovision Production 3D », UMS 3657, CNRS/université Bordeaux-Montaigne/université de Bordeaux, Pessac
SIG (données géoréférencées, analyses spatiales et restitutions cartographiques)
Xavier Muth – Bureau Get in Situ, Suisse, partenaire de la société Archéosphère
Stéphane Konik – Centre national de Préhistoire (Périgueux) – PACEA
Conservation
Monique Drieux-Daguerre – directrice de Materia Viva, Laboratoire de conservation-restauration, Toulouse
DAO
François Lacrampe-Cuyaubère – Société Archéosphère, 11500 Quirbajou
Archivage de la documentation
Centre national de Préhistoire puis Caroline Lefranc (documentaliste-iconographe) société abc-cédille, Bordeaux

Constitution de l’équipe

13Nous ne souhaitions pas une équipe par trop régionale mais force est de constater que nombre des compétences requises pour l’étude de Cussac sont présentes localement, a fortiori si ce « local » inclut le Centre national de Préhistoire de Périgueux, à l’initiative du projet avec Norbert Aujoulat, disparu avant que le Pcr ne prenne sa vitesse de croisière. Nous avons donc sollicité des collègues rattachés aux principaux laboratoires de préhistoire ou de paléo-environnement de l’hexagone, consolidés par un second cercle de spécialistes internationaux : Erik Trinkaus, professeur à l’université Washington de Saint-Louis (Missouri, États-Unis), Andrew Wilson, docteur de l’université de Bradford (Grande-Bretagne) et Vitale Stefano Sparacello, post-doctorant à Pacea, LaScArBx (Laboratoire d’excellence sciences archéologiques de Bordeaux), viennent ainsi en appui aux études anthropologiques pilotées par Sébastien Villotte, depuis le départ d’Henri Duday, Dominique Henry-Gambier et Patrice Courtaud.

Encadré 2. L’équipe

Direction
Jacques Jaubert, professeur de préhistoire, université de Bordeaux, Laboratoire PACEA « De la Préhistoire à l’actuel : culture, environnement et anthropologie », UMR 5199 CNRS/université de Bordeaux/ministère de la Culture
Art pariétal
Valérie Feruglio (responsable équipe Art), préhistorienne – PACEA
Camille Bourdier, maître de conférences, université de Toulouse Jean-Jaurès, laboratoire TRACES « Travaux et recherches archéologiques sur les espaces, les cultures et les sociétés », UMR 5608 CNRS/université de Toulouse Jean-Jaurès/ministère de la Culture
Armance Jouteau, doctorante à l’université de Bordeaux – PACEA
Anthropologie
Sébastien Villotte (responsable équipe Anthropologie), chargé de recherche au CNRS – PACEA
Sacha Kacki (archéothanatologie), chargé de recherche au CNRS – PACEA
Pierre Guyomarc’h (reconstitution 3D), Comité international de la Croix Rouge, unité forensique, Genève
Marie-France Deguilloux (paléogénétique, paléogénomique), maître de conférences, université de Bordeaux – PACEA
Jean-Bernard Huchet (archéoentomologie), ingénieur de recherche au CNRS – PACEA – MNHN PARIS, « Archéozoologie, archéobotanique, sociétés, pratiques et environnements », UMR 7209 – Institut de systématique, évolution et biodiversité ISYEB, UMR 7205
Éline Schotsmans (dégradation osseuse), School of Earth & Environmental Sciences, Centre for Archaeological Science, University of Wollongong, Australia
Ichnologie (TrAc)
Nathalie Fourment (responsable de l’équipe TrAc), conservatrice régionale de l’archéologie, direction régionale des affaires culturelles (DRAC), SRA Nouvelle-Aquitaine – PACEA
Lysianna Ledoux, docteure, université de Bordeaux – PACEA
Frédéric Maksud, ingénieur d’études, direction régionale des affaires culturelles, SRA Occitanie, Toulouse
Géosciences
Hubert Camus (karstologie), Société Protée, Nîmes
Catherine Ferrier (géoarchéologie), maître de conférences, université de Bordeaux – PACEA
Dominique Genty (spéléothèmes, paléoclimatologie) – directeur de recherches au CNRS, laboratoire EPOC « Environnement et paléoenvironnements océaniques et continentaux », UMR 5805 CNRS/université de Bordeaux
Stéphane Konik (géoarchéologie), ingénieur de recherche, Centre national de Préhistoire, Périgueux – PACEA
Nicolas Peyraube (hydrogéologie, climatologie), maître de conférences, université de Bordeaux, I2M « Institut de mécanique et d’ingénierie », UMR 5295 CNRS/université de Bordeaux
Archéologie
Nejma Goutas (technologie osseuse), chargée de recherche au CNRS, équipe « Ethnologie préhistorique », Laboratoire ARSCAN « Archéologie et sciences de l’Antiquité », UMR 7041 CNRS/université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne/université Paris-Nanterre/ministère de la Culture
Laurent Klaric (technologie lithique), chargé de recherche au CNRS – « Préhistoire et technologie », UMR 7055 CNRS/université Paris-Nanterre
Hélène Salomon (matières colorantes), chargée de recherche au CNRS – EDYTEM « Environnements, dynamiques et territoires de la montagne », UMR 5204 CNRS/université Savoie-Mont Blanc
Isabelle Théry-Parisot (anthracologie), directrice de recherche au CNRS, CEPAM « Culture et Environnement : Préhistoire, Antiquité, Moyen Âge », UMR 7254 CNRS/université de Nice
Archéométrie
Dominique Lafon-Pham (matière colorante), enseignante-chercheuse, École des Mines d’Alès, pôle « Recherche sur les interactions des matériaux dans leur environnement » RIME, Pau
François Lévêque (géomagnétisme), maître de conférences, université de La Rochelle, laboratoire LIENSs « Littoral, environnement et sociétés », UMR 7266 CNRS/université de La Rochelle
Hélène Valladas (datations 14C), ingénieure de recherches CNRS, LSCE « Laboratoire des Sciences et de l’Environnement », équipe GéoTrAc « Géochronologie, traceurs, archéométrie »
Archéozoologie
Sandrine Costamagno, directrice de recherche au CNRS – TRACES
Jean-Baptiste Mallye, chargé de recherche au CNRS – PACEA

Formation

  • 7 Cette branche de la paléontologie concerne toutes les traces fossiles d’activités humaines et anim (...)

14Comme nous nous y étions engagés, le Pcr inclut un volet « formation ». Cussac ne pouvant être, pour des raisons d’accès, « chantier école » à l’instar d’un site de plein air ou d’entrée de grotte, nous l’ouvrons donc aux étudiants en master ou doctorat en les orientant logiquement vers des domaines peu étudiés, voire laissés en jachère, comme celui de l’ichnologie7 depuis la disparition de Michel-Alain Garcia (1942-2008).

15Deux étudiants de l’Institut de mécanique et d’ingénierie (I2M), rattaché au département de génie civil et environnemental de l’université de Bordeaux, ont ainsi consacré leurs rapports de master 1 à la conception d’équipements en époxy (Labourel 2012 ; Gadaud 2013). Trois masters 2 ont porté sur la géo-archéologie de la paroi ornée (Ronda 2015), la sédimentologie du porche d’entrée (Dugas 2017) et l’accessibilité et la visibilité des panneaux ornés (Jouteau 2016 ; Jouteau et al. 2019), celui-ci prolongé par une thèse en cours sur un corpus élargi à Lascaux. Rattachée au laboratoire Pacea et membre du Pcr, Lysianna Ledoux a soutenu la sienne sur « L’ichnologie préhistorique et les traces d’activités (TrAc) au sein des cavités ornées : la grotte de Cussac », déposée fin 2018. Même si ce n’est qu’à la marge, Magali Peyroux a pris en compte Cussac en traitant des dépôts d’objets pariétaux dans les grottes ornées du Paléolithique supérieur (Peyroux 2012). Enfin, Aitor Ruiz-Redondo, formé à l’Institut international de recherches préhistoriques de Cantabrie (Espagne) et accueilli au laboratoire Pacea dans le cadre d’un post-doctorat IdEx (Initiative d’excellence), a participé en 2017 à une mission de terrain Art.

Géoarchéologie et taphonomie

16Les études taphonomiques portent à la fois sur les sols et les parois. Pour les premiers, plutôt qu’une cartographie détaillée des processus dans l’ensemble de la cavité, des secteurs d’intérêt majeur ont été privilégiés, à savoir les trois locus à restes humains. La cartographie s’effectue, suivant le cas, sur des photos obliques ou sur des ortho-photographies issues du relevé 3D, en utilisant une légende commune à d’autres sites (Delannoy et al. 2001). Elle est intégrée au Sig de la grotte pour pouvoir être croisée avec les données des autres disciplines (anthropologie, ichnologie, magnétisme, etc.). Pour les locus 1 et 2, le raisonnement s’appuie également sur une restitution des niveaux d’inondation de la cavité dans le modèle 3D, à partir des indices sédimentologiques visibles sur le terrain. La chronologie relative de l’ensemble des événements sédimentaires, archéologiques et taphonomiques a été précisée par la réalisation de diagrammes de Harris.

17Les états de paroi ont pu être étudiés grâce au prélèvement de quelques fragments tombés au sol, ainsi qu’à la cartographie d’éléments diagnostiques. Ces données ont permis de décrire le principal faciès d’altération des parois et d’expliquer la patine superficielle de la roche. En effet, c’est à celle-ci qu’est dû le contraste de couleur observé entre les tracés gravés et la roche. L’élaboration de la chronologie relative des états de parois a aussi permis d’identifier et de caractériser la nature des supports et les processus ayant affecté les œuvres, ouvrant sur les interprétations des rapports texture du support/nature des tracés et sur les paramètres de conservation à prendre en compte dans l’analyse technologique (Ferrier et al. 2017).

18L’approche géoarchéologique s’est aussi concentrée sur la question des modalités de comblement de l’entrée supposée d’origine. Une chronologie relative des événements sédimentaires a été proposée à partir de la stratigraphie d’un sondage établi au pied de l’éboulis, côté interne. Les datations des spéléothèmes par U/Th obtenues par Dominique Genty permettent de caler la séquence entre 77 et 12 ka BP (Jaubert et al. 2017).

Art pariétal

19Norbert Aujoulat avait proposé de ne débuter les relevés qu’une fois l’outil 3D acquis, méthode qui commence à se systématiser. L’étude de l’art pariétal s’est enchaînée en trois temps :

  • Une reconnaissance du réseau accessible (totalité de l’Aval et début de l’Amont) pour en avoir une vue d’ensemble, mesurer le potentiel documentaire et recenser les panneaux et leurs entités graphiques (Eg) sous forme d’un inventaire raisonné via une base de données devant alimenter le Sig et où sont indexées, à ce jour, plus d’une trentaine de panneaux principaux et plus de 800 fiches Eg.
  • L’étude proprement dite de panneaux spécifiques passant par la photogrammétrie et un travail interdisciplinaire sur le panneau et son environnement, croisant l’analyse des traces d’appropriation humaine, la géoarchéologie et la taphonomie de la paroi ou du support par les géologues (cf. supra).
  • Le relevé interdisciplinaire in situ sur modèle 3D à la tablette graphique, puis le traitement post-terrain avant retour(s) sur paroi.

20À ce jour, les trois-quarts de la grotte ont été reconnus et inventoriés mais seul un panneau complexe de type palimpseste (la Découverte : 60 Eg) a fait l’objet d’une étude exhaustive et interdisciplinaire, prête à la publication (fig. 2). Compte tenu de son caractère exceptionnel et monumental (10 x 4,50 m) le Grand Panneau a cependant fait l’objet d’une étude iconographique plus ciblée (Feruglio et al. soumis).

Fig. 2. Grotte de Cussac : extrait du relevé taphonomique et des entités graphiques du panneau de la Découverte sur support 3D. L’ensemble du panneau mesure 30 m2.

Fig. 2. Grotte de Cussac : extrait du relevé taphonomique et des entités graphiques du panneau de la Découverte sur support 3D. L’ensemble du panneau mesure 30 m2.

© Doc. V. Feruglio, C. Bourdier, C. Ferrier et S. Konik/Pcr Cussac/Mc – Photogrammétrie P. Mora/archéotransfert/Mc).

Encadré 3. Le projet ArTaPOC

Déposé dans le cadre du LabEx 2012-2014, ArTaPOC (J. Jaubert dir.), « Archéologie et taphonomie de la paroi ornée à Cussac », constitue un volet spécifique du PCR « Grotte de Cussac ». Bénéficiant d’un véritable laboratoire méthodologique sur les techniques de caractérisation de site, le projet ArTaPOC s’attache principalement à l’étude du patrimoine artistique pariétal de la grotte ornée, à travers une étude intégrée faisant intervenir l’outil tridimensionnel (3D). Pour la première fois, celui-ci a été utilisé d’emblée pour procéder aux relevés d’art pariétal et représenter sur un même support les processus d’altération de la paroi ornée et leur impact en matière de conservation. Le projet a consisté à développer un module tridimensionnel permettant une étude intégrée, pluri et interdisciplinaire de l’art pariétal et de la paroi dans le temps. Les relevés et le maillage 3D des parois sont partagés sur une base de données en ligne accessible à tous ceux qui les étudient : géologues, archéotechnologues, préhistoriens, anthropologues, archéozoologues, biologistes, spécialistes de l’art pariétal. Le projet présente deux volets : un volet ornementation des gravures (via l’outil de relevés 3D de la paroi ornée) et un volet géo-archéologie–taphonomie de la grotte ornée (relevés de terrain, cartographie, analyses et caractérisation). Les premiers résultats du volet « outil de relevés 3D de la paroi ornée », avec notamment le site expérimental du panneau dit du Triptyque, ont été présentés lors de la cinquième édition du colloque « Virtual retrospect » les 27-29 novembre 2013 à l’Archéopôle d’Aquitaine.

Anthropologie des restes humains

21Les procédures adoptées pour les trois locus à restes humains de Cussac (L1-L3), tous associés à des bauges d’ours, sont jusqu’à présent non invasives (Henry-Gambier et al. 2013) : couvertures photographiques, photogrammétriques et magnétiques, études in situ à distance variable selon la situation (rapprochée pour L2 grâce à une passerelle amovible, avec accès ponctuel pour L3, uniquement à distance pour certains secteurs de L3 et les deux dépressions de L1). La conservation différentielle des restes humains de Cussac alterne entre des états de surface corrects jusqu’à des os dégradés voire de la matière blanche poudreuse.

22Ces études non invasives de dépôts non inhumés ont permis de dénombrer les éléments par locus et de constater un déficit en os crâniens (L1, L3), d’évaluer le nombre minimum d’individus (Nmi = 6) et, le cas échéant, le profil d’âge (adultes, immatures) ainsi que le sexe de l’individu sub-complet de L2, pour lequel un statut bio-anthropologique a pu être avancé (Villotte et al. 2011 et 2015), leur état sanitaire, la présence de connexions ou de pathologies. Le projet Gravett’Os, financé par l’Agence nationale de la recherche et dirigé par Sébastien Villotte, inclut l’étude biologique de Cussac et il a donné lieu à un master 2 (Peignaux 2018) en cours de publication.

23Compte tenu de l’accès différé (L1) ou non programmé (L2, L3) aux vestiges humains, l’équipe procède à des études virtuelles à partir des scans extraits de la photogrammétrie 3D incluant la reconstitution faciale de l’individu L2 (Guyomarc’h et al. 2017). Si les dépôts sont intentionnels et les ossements exempts de traces de carnivores, leur caractère funéraire n’est pas encore totalement acquis, bien que de la matière colorante ocre ait été notée dans deux des trois locus.

  • 8 Laboratoire de conservation et de restauration du patrimoine, Toulouse.

24Dans un second temps, des nettoyages localisés ont permis de préciser le sexe et l’âge de L2, original par sa position en décubitus ventral. Rappelons que des prélèvements ponctuels avaient été effectués peu après la découverte pour datations 14C et recherche d’Adn. Après étude et suivi des mesures conservatoires à prendre lors de la fouille envisagée du L1, mesures assurées par Monique Drieux-Daguerre, directrice de Materia viva8, un humérus prélevé près du cheminement au L3, pour étude, a récemment réintégré la grotte et est sous contrôle. Dernièrement, c’est un fragment de condyle de L2 qui a été prélevé afin de consolider l’âge gravettien des restes humains de Cussac.

Ichnologie, TrAc

25L’inventaire des traces d’activités ou TrAc (Aujoulat 2005) repose sur une prospection systématique de la grotte et un enregistrement maximal (photographies, topographie, base de données). Si certaines zones n’ont été qu’explorées, notamment en Amont, le parcours compris entre l’Entrée et le Grand Panneau l’a été intégralement, ce qui a permis de recenser 640 TrAcs.

26Ces TrAcs sont soit d’origine humaine, soit animales. Les premières peuvent être statiques, dynamiques, partielles (main, doigt, pied, genou, indéterminé) ou entières, auquel cas elles font l’objet d’une étude spécifique intégrant un volet taphonomique (Ledoux 2018). Les artefacts sont peu nombreux : deux lampes, trois lames ou éclats laminaires de silex, une pointe en bois de cervidé. Les matières colorantes, rouges ou noires, peuvent être intentionnelles ou non (traces argileuses de doigts, frottements lors des passages). Les TrAcs incluent aussi les mouchages de torches, les bris et les déplacements de concrétions. Quelques incisions gravées et des tracés digitaux ambigus entre Art et TrAc sont enregistrés dans les deux bases de données, ainsi que certaines traces de matière colorante.

27Les TrAcs relevant de la sphère animale (vestiges osseux et dentaires, bauges, terriers, empreintes, griffades et polis) sont principalement ursines. Il est parfois difficile d’identifier l’auteur des spéléothèmes cassés ou déplacés et les cas de superpositions d’empreintes sont fréquents.

28Des hypothèses émergent de la récurrence de certaines observations. Ainsi, l’étude de griffades et d’empreintes d’ours sur des supports liés à des épisodes distincts de la kartsogenèse donne des indications de chronologie relative ; pour compenser la faible densité des vestiges osseux d’ours, une discussion sur la fréquentation de la grotte par cet animal a été ouverte dans une perspective biochronologique. Des déductions concernant la faible intensité et la récurrence des fréquentations humaines, ou encore le port de « chaussant », ont été avancées (Ledoux 2018). À terme, une reconstitution des cheminements gravettiens devrait pouvoir être envisagée.

Conclusion

29Comme souvent, il est moins aisé qu’il y paraît de sortir du cloisonnement disciplinaire, du moins à court terme : les études concrètement interdisciplinaires, si elles n’ont pas encore fait l’objet de synthèses, se multiplient cependant sur le terrain. On citera celle des premiers panneaux de type palimpseste et du secteur des locus 1-2, dont les publications sont en chantier. Avant de tendre à cet objectif plus ambitieux, nous avons souhaité couvrir par une série de publications les différents champs d’étude : bilan général des restes humains observés à distance (Henry-Gambier et al. 2013), bio-anthropologie et reconstitution faciale 3D du squelette L2 (Villotte et al. 2015 ; Guyomarc’h et al. 2017), mise en place d’un outil de relevé 3D adapté aux œuvres pariétales dans le cadre du projet LabEx ArTaPOC (Feruglio et al. 2015), chronologie des présences animales et humaines (Jaubert et al. 2017), géoarchéologie (Ferrier et al. 2017), traces de fréquentation animales et humaines (Ledoux et al. 2017). Outre ces publications, pour l’essentiel parues dans des revues de langue anglaise, nous devons mettre en chantier une monographie souvent réclamée, dans un format éditorial différent.

Haut de page

Bibliographie

Aujoulat N. 2005. Art pariétal et milieu physique. Des modalités de construction de l’espace graphique à la notion de territoire. Bordeaux, université de Bordeaux 1 (habilitation à diriger des recherches).

Aujoulat N. 2004. Lascaux, le geste, l’espace et le temps. Paris, Le Seuil, (coll. « Arts rupestres »).

Aujoulat N. 2002. Lascaux. Le rôle du déterminisme naturel: des modalités d’élection du site aux protocoles de construction des édifices graphiques pariétaux. Bordeaux, université de Bordeaux 1, 3 t. (thèse de doctorat).

Aujoulat N. (dir.), Courtaud P., Duday H., Ferrier C., Henry-Gambier D., Geneste J.-M. & Kervazo B. (collab.). 2005. La grotte de Cussac (Le Buisson-de-Cadouin, Dordogne), rapport : potentiel archéologique, observations, réflexions, perspectives. Périgueux, Centre national de Préhistoire.

Aujoulat N., Feruglio V., Fourment N., Henry-Gambier D. & Jaubert J. 2013. « Le sanctuaire gravettien de Cussac (Le Buisson-de-Cadouin, Dordogne, France) : premiers résultats d’un projet collectif de recherche/The Gravettian Sanctuary of Cussac (Le Buisson-de-Cadouin Dordogne, France): First Results of a Team Research Project », Inora (International newsletter of Rock Art Research), 65 : 7-19. https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-0184290

Aujoulat N., Geneste J.-M., Archambeau C., Delluc M., Duday H. & Gambier D. 2001. « La grotte ornée de Cussac (Dordogne) : observations liminaires », Paléo, 13 : 9-18.

Aujoulat N., Geneste J.-M., Archambeau C., Barraud D., Delluc M., Duday H. & Henry-Gambier D. 2002. « La grotte ornée de Cussac, Le Buisson-de-Cadouin (Dordogne) : premières observations », Bulletin de la Société préhistorique française, 99-1 : 129-137.

Aujoulat N., Geneste J.-M., Archambeau C., Delluc M., Duday H. & Gambier D. 2004, « La grotte ornée de Cussac, Le Buisson-de-Cadouin (Dordogne) ». In : M. Lejeune & A.-C. Welté (dir.), L’art du Paléolithique supérieur. L’art pariétal paléolithique dans son contexte naturel : actes du colloque 8.2 du XIVe congrès de l’Union internationale des sciences préhistoriques et protohistoriques (Uispp), université de Liège, 2-8 septembre 2001. Liège (Belgique), Presses universitaires de Liège (coll. « Eraul (Études et recherches de l’Université de Liège) », 107) : 45-53.

Clottes J. 2001. « Notre projet initial, en réponse à l’appel d’offres ». In : J. Clottes (dir.), La grotte Chauvet, l’art des origines. Paris, Le Seuil (coll. « Arts rupestres ») : 8-12.

Delannoy J.-J., Debard E., Ferrier C., Kervazo B. & Perrette Y. 2001. « La cartographie morphologique souterraine, apports aux reconstitutions paléogéographiques et paléoenvironnementales : application à la grotte Chauvet (Ardèche, France) », Quaternaire, 12-4 : 235-248. www.persee.fr/doc/quate_1142-2904_2001_num_12_4_1696

Dugas P. 2017. Sédimentologie des dépôts de comblement de l’entrée paléolithique de la grotte de Cussac. Bordeaux, université de Bordeaux 1 (mémoire de master 2 bio-géosciences).

Ferrier C., Konik S., Ballade M., Bourdier C., Chapoulie R., Feruglio V., Queffelec A. & Jaubert J. 2017. « Cussac Cave (Dordogne, France): The role of the rock support in the parietal art distribution, technical choices, and intentional and unintentional marks on the cave walls », Quaternary International, 430 : 30-41. http://dx.doi.org/10.1016/j.quaint.2016.04.002

Feruglio V., Aujoulat N. & Jaubert J. 2011. « L’art pariétal gravettien, ce qu’il révèle de la société en complément de la culture matérielle ». In : N. Goutas, L. Klaric, D. Pesesse & P. Guillermin (dir.), À la recherche des identités gravettiennes : actualités, questionnements et perspectives, actes de la table ronde sur le gravettien en France et dans les pays limitrophes, Aix-en-Provence, 6-8 octobre 2008. Paris, Société préhistorique française (coll. « Mémoire », 52) : 243-255.

Feruglio V., Bourdier C., Jaubert J., Delluc M., Mora P. & Aujoulat N. soumis. « The question of parietal palimpsests. The example of the Grand Panel of Cussac Cave, Dordogne, France », Journal of Human Evolution.

Feruglio V., Dutailly B., Ballade M., Bourdier C., Ferrier C., Konik S., Lacanette-Puyo D., Mora P., Vergnieux R. & Jaubert J. 2015. « Un outil de relevés 3D partagé en ligne : premières applications pour l’art et la taphonomie des parois ornées de la grotte de Cussac (ArTaPOC/programme LaScArBx) ». In : R. Vergnieux et C. Delevoie (dir.), Virtual Retrospect 2013 : actes du colloque Pessac (France), 27-29 novembre 2013. Bordeaux, Ausonius Éditions (coll. « Archéovision », 6) : 48-54.

Feruglio V. & Robert É. 2015. « L’art paléolithique autour d’André Leroi-Gourhan, les chemins de la recherche, vers une ethnologie préhistorique ? ». In : P. Soulier (dir.), André Leroi-Gourhan « l’homme, tout simplement » : mémoires et postérités d’André Leroi-Gourhan. Paris, Éditions de Boccard (coll. « Travaux de la maison René-Ginouvès », 20) : 159-172.

Fourment N., Barraud D., Kazmizrczak M. & Rieu A. 2012. « La grotte de Cussac (Le Buisson-de-Cadouin, Dordogne, France) : applications des principes de conservation préventive au cas d’une découverte récente ». In : J. Clottes (dir.), L’art pléistocène dans le monde/Pleistocene art of the world/Arte pleistoceno en el mundo : actes du congrès Ifrao (International Federation of Rock Art Organisations), Tarascon-sur-Ariège, septembre 2010. Préhistoire, art et sociétés, bulletin de la société préhistorique Ariège-Pyrénées (n° spécial), LXV-LXVI, 2010-2011 : 64-65 et CD-Rom EUR20 : 343-354.

Gadaud T. 2013. Finalisation de la conception d’une passerelle pour une grotte préhistorique et recherche d’un matériau innovant. Bordeaux, université de Bordeaux 1, Ufr (Unité de formation et de recherche) de Physique (rapport de stage 2011-2012 pour le master Mécanique et Ingénieries du parcours Génie mécanique).

Grapp (Groupe de réflexion sur les méthodes d’étude de l’art pariétal paléolithique). 1993. L’art pariétal paléolithique : techniques et méthodes. Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques (Cths) (coll. « Documents préhistoriques », 5).

Guyomarc’h P., Samsel M., Courtaud P., Mora P., Dutailly B. & Villotte S. 2017. « New data on the paleobiology of the gravettian individual L2A from Cussac cave (Dordogne, France) through a virtual approach », Journal of Archaeological Science: Reports, 16 : 365-373.

Henry-Gambier D., Courtaud P., Duday H., Dutailly B., Villotte S., Deguilloux M.-F., Pémonge M.-H., Aujoulat N., Delluc M., Fourment N. & Jaubert J. 2013. « Grotte de Cussac (Le Buisson-de-Cadouin, Dordogne) : un exemple de comportement original pour le Gravettien ». In : J. Jaubert, N. Fourment & P. Depaepe (dir.), Transitions, ruptures et continuité en Préhistoire, vol. 1 : actes du XXVIIe congrès préhistorique de France, Bordeaux – Les Eyzies, 31 mai-5 juin 2010. Paris, Société préhistorique française : 169-182.

Jaubert J. 2015. « Cussac : les chercheurs au pays des merveilles », La Recherche, 501-502 : 90-95.

Jaubert J. (dir.) & l’équipe du Pcr, 2010. « La grotte de Cussac : mise en place d’un projet scientifique ». In : V. Mistrot (dir.), De Néandertal à l’Homme moderne : l’Aquitaine préhistorique, vingt ans de découvertes (1990-2010). Bordeaux, Éditions Confluences : 112-115.

Jaubert J., Aujoulat N., Courtaud P., Deguilloux M.-F., Delluc M., Denis A., Duday H., Dutailly B., Ferrier C., Feruglio V., Fourment N., Geneste  J.-J., Genty D., Goutas N., Henry-Gambier D., Kervazo B., Klaric L., Lastennet R., Lévêque F., Malaurent P., Mallye J.-B., Mora P., Pémonge M.-H., Peyraube N., Peyroux M., Plisson H., Portais J.-C., Valladas H., Vergnieux R. & Villotte S., 2012. « Le projet collectif de recherche “grotte de Cussac” (Dordogne, France), étude d’une cavité ornée et à vestiges humains du Gravettien ». In : J. Clottes (dir.), L’art pléistocène dans le monde/Pleistocene art of the world/Arte pleistoceno en el mundo : actes du congrès Ifrao (International Federation of Rock Art Organisations), Tarascon-sur-Ariège, septembre 2010. Préhistoire, art et sociétés, bulletin de la société préhistorique Ariège-Pyrénées (n° spécial), LXV-LXVI, 2010-11 : 62-63 et CD-Rom EUR20 : 325-342.

Jaubert J., Genty D., Valladas H., Camus H., Courtaud P., Ferrier C., Feruglio V., Fourment N., Konik S., Villotte S., Bourdier C., Costamagno S., Delluc M., Goutas N., Katnecker É., Klaric L., Langlais M., Ledoux L., Maksud F., O’Farrell M., Mallye J.-B., Pierre M., Pons-Branchu E., Régnier É. & Théry-Parisot I. 2016. « The chronology of human and animal presence in the decorated and sepulchral cave of Cussac (France) ». In : R. Ontañón, P. Utrilla, M. Otte & T. Higham (dir.), « The chronology of the Palaeolithic cave Art: new data, new debates; XVII World Congress Uispp (Union international des sciences préhistoriques et protohistoriques), Burgos (Castille-et-León, Espagne), 1-7 septembre 2014 », Quaternary International, 432 : 5-24. http://dx.doi.org/10.1016/j.quaint.2016.01.052

Jouteau A. 2016. Grotte de Cussac, élection des supports des panneaux ornés : déterminisme géologique, déterminisme culturel ? Bordeaux, université de Bordeaux 1 (mémoire de master 2, anthropologie biologique, spécialité préhistoire).

Jouteau A., Feruglio V., Bourdier C., Camus H., Ferrier C., Santos F. & Jaubert J. 2019. « Choosing the locations of decorated panels: geological or cultural determinism? The example of Cussac Cave (Dordogne, France) », Journal of Archaeological Science, 105 : 81-96.

Labourel F. 2012. Conception d’une passerelle pour une grotte préhistorique et recherche d’un matériau innovant. Bordeaux, université de Bordeaux 1, Ufr (Unité de formation et de recherche) de Physique (rapport de stage 2011-2012 pour le master Mécanique et Ingénieries du parcours Conception avancée).

Ledoux L. 2018. L’ichnologie préhistorique et les traces d’activités au sein des cavités ornées. Les grottes de Fontanet (Ariège) et de Cussac (Dordogne). Bordeaux, université de Bordeaux 1 (thèse de doctorat).

Ledoux L. et al. 2017. « Traces of human and animal activity (TrAcs) in Cussac Cave (Le Buisson-de-Cadouin, Dordogne, France): Preliminary results and perspective ». In : R. Ontañón, P. Utrilla, M. Otte & T. Higham (dir.), « The chronology of the Palaeolithic cave art: new data, new debates, XVII World Congress UISPP (Union international des sciences préhistoriques et protohistoriques), Burgos (Castille-et-León, Espagne), 1-7 septembre 2014 », Quaternary International, 430-A : 141-154. http://dx.doi.org/10.1016/j.quaint.2016.06.002

Lima P. 2015. « L’énigmatique sanctuaire de la grotte de Cussac ». In : L. Dreyfus et al., La grotte Chauvet-Pont d’Arc aux sources de l’art. Paris, Éditions Le Monde (coll. « hors série ») : 56-58.

Lorblanchet M. (dir.), Delpech F., Renault P. & Andrieux C. (collab.). 1973. « La grotte de Sainte-Eulalie à Espagnac (Lot) », Gallia-Préhistoire, 16-1 : 4-62 ; 16-2 : 233-325. www.persee.fr/docAsPDF/galip_0016-4127_1973_num_16_1_1436 ; www.persee.fr/docAsPDF/galip_0016-4127_1973_num_16_2_1446

Lorblanchet M. 1981. « Fréquentation humaine et animale de la grotte du Pech-Merle, Cabrerets (Lot) ». In : La préhistoire du Quercy dans le contexte de Midi-Pyrénées : actes du Congrès préhistorique de France, XXIe session, Montauban-Cahors, septembre 1979. Paris, société préhistorique de France : 210-222.

Lorblanchet M. 2001. La grotte ornée de Pergouset (Saint-Géry, Lot) : un sanctuaire secret paléolithique. Paris, Éditions de la maison des sciences de l’homme (coll. « Documents d’archéologie française (DAF) », 85).

Peignaux C. 2018. Étude ostéologique virtuelle des ossements humains du locus 3 de la grotte de Cussac, Dordogne. Bordeaux, université de Bordeaux 1 (mémoire de master 2, anthropologie biologique, spécialité bio-géosciences).

Ronda T. 2015. Processus d’altération superficielle de la paroi ornée de Cussac. Bordeaux, université de Bordeaux 1 (mémoire de master 2, anthropologie biologique, spécialité Préhistoire).

Rouzaud F., 1978. La paléospéléologie. L’homme et le milieu souterrain pyrénéen au Paléolithique supérieur. Toulouse, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales (coll. « Archives d’écologie préhistorique », 3).

Villotte S., Brůžek J. & Henry-Gambier D. 2011. « Révision de l’âge au décès et du sexe des sujets adultes gravettiens ». In : N. Goutas, L. Klaric, D. Pesesse & P. Guillermin (dir.), À la recherche des identités gravettiennes : actualités, questionnements et perspectives, actes de la table ronde sur le gravettien en France et dans les pays limitrophes, Aix-en-Provence, 6-8 octobre 2008. Paris, Société préhistorique française (coll. « Mémoire », 52) : 209-216.

Villotte S., Santos F. & Courtaud P. 2015. « In situ study of the Gravettian individual from Cussac cave, locus 2 (Dordogne, France) », American Journal of Physical Anthropoly, 158 : 759-768.

Haut de page

Notes

1 La conception et la rédaction de ce cahier des charges incombèrent au premier signataire de cet article, ainsi qu’à Michel Barbaza et Jacques Tarrête pour l’inspection générale.

2 Commune d’Espagnac-Sainte-Eulalie, Lot.

3 Commune de Cabrerets, Lot.

4 Commune de Saint-Géry, Lot.

5 Non cités en bibliographie.

6 Conservateur en chef du patrimoine au Sra Midi-Pyrénées, François Rouzaud a développé une approche du monde souterrain associant sans compromis recherche et conservation patrimoniale. Membre de l’équipe scientifique de la grotte Chauvet-Pont-d’Arc, il a disparu le 24 avril 1999 en guidant un groupe de collègues dans le réseau karstique de la grotte de Foissac, en Aveyron.

7 Cette branche de la paléontologie concerne toutes les traces fossiles d’activités humaines et animales.

8 Laboratoire de conservation et de restauration du patrimoine, Toulouse.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Topographie simplifiée de la grotte de Cussac.
Légende Le cadre du haut représente les 1,6 km de galerie partagés en une branche Aval et Amont. Le cadre du bas et ses trois découpages détaillent la branche Aval, elle-même subdivisée en deux tableaux (A-B : milieu) et le début de l’Amont (C : bas).
Crédits © Dao F. Lacrampe-Cuyaubère (d’apr. relevés terrain H. Camus & coll./Hypogée et Durif-Delluc-Massoulier/Spéléo-club de Périgueux), Pcr Cussac/Mc.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/5152/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Fig. 2. Grotte de Cussac : extrait du relevé taphonomique et des entités graphiques du panneau de la Découverte sur support 3D. L’ensemble du panneau mesure 30 m2.
Crédits © Doc. V. Feruglio, C. Bourdier, C. Ferrier et S. Konik/Pcr Cussac/Mc – Photogrammétrie P. Mora/archéotransfert/Mc).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/5152/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 7,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Jaubert, Catherine Ferrier, Valérie Feruglio, Nathalie Fourment, Camille Bourdier, Stéphane Konik et Sébastien Villotte, « La grotte de Cussac (Dordogne) »Les nouvelles de l'archéologie, 154 | 2018, 16-24.

Référence électronique

Jacques Jaubert, Catherine Ferrier, Valérie Feruglio, Nathalie Fourment, Camille Bourdier, Stéphane Konik et Sébastien Villotte, « La grotte de Cussac (Dordogne) »Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 154 | 2018, mis en ligne le 17 juin 2019, consulté le 15 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/nda/5152 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nda.5152

Haut de page

Auteurs

Jacques Jaubert

Professeur de préhistoire à l’université de Bordeaux, laboratoire Pacea « De la Préhistoire à l’actuel : culture, environnement et anthropologie », Umr 5199 associant le Cnrs, l’université Bordeaux 1 et le ministère de la culture. Université de Bordeaux, allée Geoffroy-Saint-Hilaire, B2 - CS 50023 F-33615 Pessac Cedex.

Catherine Ferrier

maître de conférences, université de Bordeaux – Pacea

Valérie Feruglio

Préhistorienne – Pacea

Nathalie Fourment

Responsable de l’équipe TrAc, conservatrice régionale de l’archéologie, direction régionale des affaires culturelles (Drac), Sra Nouvelle-Aquitaine – Pacea

Camille Bourdier

Maître de conférences, université de Toulouse Jean-Jaurès, laboratoire Traces « Travaux et recherches archéologiques sur les espaces, les cultures et les sociétés », Umr 5608 Cnrs/université de Toulouse Jean-Jaurès/ministère de la Culture

Articles du même auteur

  • Sortir de la grotte [Texte intégral]
    L’apport de l’étude des abris ornés du paléolithique supérieur
    Paru dans Les nouvelles de l'archéologie, 154 | 2018

Stéphane Konik

Ingénieur de recherche, Centre national de Préhistoire, Périgueux – Pacea

Sébastien Villotte

Chargé de recherche au Cnrs, Pacea

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals