Navigation – Plan du site

La grotte de Fronsac à Vieux-Mareuil (Dordogne)

Un dispositif pariétal revisité ou les bénéfices d’une approche interdisciplinaire
A revisited parietal set or benefits of interdisciplinary approach. The example of Fronsac cave (Vieux-Mareuil, Dordogne)
Patrick Paillet, Elena Paillet, Grégory Dandurand, Peggy Bonnet-Jacquement, Myriam Boudadi-Maligne, Sandrine Costamagno, Mathieu Langlais, Véronique Laroulandie, Alexandre Lefebvre et Jean-Baptiste Mallye
p. 25-32

Résumés

La grotte de Fronsac est connue pour abriter plusieurs figures féminines schématiques (Ffs) gravées, attribuées au Magdalénien supérieur (Bosinski 2011). Une récente monographie a remis la cavité dans l’actualité scientifique (Delluc & Delluc 2013) au moment où nous en reprenions l’étude collective et interdisciplinaire, dans le cadre d’un projet collectif de recherche (Pcr). Dès 2012, nous avons proposé des observations sur la nature et l’homogénéité supposée du dispositif pariétal. Le corpus iconographique s’est enrichi de nouvelles découvertes. La complexité du dispositif pariétal et son organisation se sont peu à peu révélées dans un contexte pariétal régional (Font-Bargeix, la Croix et la Mairie) marqué par des différences thématiques et des spécificités stylistiques. La révision exhaustive et systématique du dispositif pariétal qui s’imposait a été adossée à un programme de relevés photographiques et graphiques, à des observations fines des tracés gravés et à une réflexion sur la taphonomie des parois et son rôle dans la préservation et la répartition des œuvres pariétales. De plus, les découvertes de quelques pièces lithiques et de restes de grande faune à la surface des épais remplissages karstiques bioturbés laissaient présager la présence d’occupations anciennes. L’identification et l’analyse des contextes archéologiques s’avéraient indispensables afin de caractériser et de dater les éventuelles aires de séjour et de proposer un cadre chrono-culturel aux gravures pariétales. Pour ce faire, des prospections systématiques dans tout le réseau et des sondages localisés hors du secteur orné ont été mis en œuvre. Une nouvelle étude géologique et géomorphologique du réseau, ainsi qu’une analyse des remplissages sédimentaires, ont accompagné ce travail, notamment pour questionner l’âge et la spéléogenèse de la grotte et mesurer l’impact des phénomènes taphonomiques en paroi sur l’organisation et la conservation des œuvres pariétales. Ces recherches impliquaient enfin de dresser une nouvelle topographie et de réaliser une couverture 3D par photogrammétrie en mettant notamment l’accent sur les principaux panneaux ornés.
Cet article présente une synthèse de quelques travaux actuellement entrepris à Fronsac et réaffirme, s’il en était besoin, l’intérêt d’une révision systématique des grottes ornées dans une perspective radicalement transdisciplinaire et intégrée.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La grotte de Fronsac est découverte en mars 1984 par Christian Carcauzon, qui publie très vite une description préliminaire de la cavité et de ses principales gravures (Carcauzon 1984). Brigitte et Gilles Delluc conduisent en 1985 et 1986 une étude plus détaillée (Delluc & Delluc 1996 ; 2013). Depuis 2012, dans le cadre du Pcr « Peuplements et cultures à la fin du Tardiglaciaire dans le nord du Périgord, entre Dronne et Tardoire », nous avons entrepris une révision complète de la grotte sous la forme d’une approche transdisciplinaire, intégrée et multiscalaire. Nos réflexions portent sur différentes directions et différentes dimensions et résolutions spatiales.

2L’art pariétal est fondamentalement lié à l’architecture de son lieu d’inscription. Nous travaillons donc selon plusieurs échelles d’analyse emboîtées (Vialou 2004) : représentation et dispositif iconographique associé au contexte pariétal immédiat de Fronsac et intégré à son environnement morpho-topographique. L’espace architectural constitue le troisième niveau où se jouent la cohérence et la diversité des expressions symboliques. L’architecture souterraine de la grotte de Fronsac est étroitement corrélée à son contexte géologique local et régional et aux différentes phases de sa spéléogenèse. On comprend dès lors l’intérêt d’une étude détaillée des contextes naturels et environnementaux de la cavité (Dandurand et al. 2017). Enfin, si l’art pariétal de Fronsac a bien été élaboré dans un univers naturel, a-t-il pour autant été construit à l’écart du quotidien de la vie ? Existe-t-il au sein de la cavité, en lien chronologique et topographique avec le dispositif pariétal, un ou plusieurs contextes archéologiques ? Si cela était le cas, ils pourraient offrir aux œuvres pariétales un cadre chronologique plus précis que la seule analyse thématique et techno-stylistique des représentations. Ces interrogations et la méthode de recherche mise en œuvre dans la petite grotte de Fronsac s’inscrivent naturellement au cœur de la démarche archéologique, celle appliquée aux grottes ornées depuis la fin des années 1980 et le début des années 1990.

Le contexte géomorphologique et l’histoire géologique de la grotte

3La géologie du secteur se caractérise par des formations sédimentaires du Crétacé supérieur. Les calcaires crayeux à rudistes ou gréseux montrent un faible pendage vers le sud-ouest. Les dépôts sont plissés (anticlinal de Mareuil) dans le sens NO-SE, suite aux mouvements compressifs à l’extrême fin du Crétacé lors de la dernière émergence de la plateforme et à l’orogenèse pyrénéenne à l’Éocène-Oligocène. Les calcaires sont surmontés d’altérites qui se sont développées à leurs dépens au début du Cénozoïque. Elles ont joué un rôle dans la karstogenèse régionale en tant que compresse humide, en dissolvant le substrat carbonaté par un processus de crypto-corrosion. Ce paléokarst aurait favorisé la formation de larges dépressions (Nicod 1994) et l’accumulation de sédiments détritiques fluvio-lacustres provenant d’une reprise de l’érosion en bordure du Massif central lors de l’orogenèse pyrénéenne. Ces dépôts ont été colluvionnés et piégés dans les dépressions de surface. Ils se retrouvent aujourd’hui remaniés en position secondaire dans la grotte.

Contexte géomorphologique

4La grotte est située au nord-est du Bassin aquitain, près des premiers contreforts du Massif central. Elle s’ouvre à 135 m d’altitude, au sud d’un plateau légèrement ondulé et peu élevé, sur la rive droite de la vallée de la Belle, un sous-affluent de la Dronne. Le versant du plateau est calé sur la faille de Mareuil. Il est marqué par une série de reliefs résiduels de faible altitude, séparés par des petits vallons secs creusés lors de phases récentes d’évolution glacio-eustatique quaternaire. La grotte de Fronsac s’ouvre au pied d’une de ces buttes.

Description morpho-karstique

5La grotte est un réseau fossile totalement sec (fig. 1). Son entrée forme un porche de taille modeste (4 m de large sur 1,10 m de haut). Les galeries sub-horizontales sont orientées sur des diaclases d’axes principal NO-SE et secondaire NNE-SSO. Le réseau est organisé en deux niveaux de galeries aveugles superposées, communiquant par d’étroites cheminées. Le premier niveau, orné, est globalement orienté N-S et se développe sur 63 m de long. Le niveau supérieur, de 45 m de long, est un étroit boyau localisé à faible profondeur sous la surface.

Fig. 1. Carte morphokarstique de la grotte de Fronsac.

Fig. 1. Carte morphokarstique de la grotte de Fronsac.

© Dao Grégory Dandurand.

Morphologie des galeries inférieures

6Les galeries montrent un profil transversal en trou de serrure. Un chenal de voûte, des parois et des plafonds lisses, des coupoles, des pendants de voûte émoussés, des encorbellements et des banquettes latérales sont autant de morphologies classiques d’un paléo-fonctionnement en régime noyé à épinoyé. Sur ces morphologies de dissolution classiques se surimposent d’autres figures de corrosion au plafond et au pied de parois. Elles sont associées à des coulures et à un enduit noirâtre à brun-ocre qui pourrait correspondre aux produits minéralisés des projections d’urine de chauves-souris (Audra et al. 2017) qui ont fréquenté un temps la cavité. Leur impact morphologique et leur rôle spéléo-génétique est un sujet d’actualité (Lundberg & McFarlane 2009 ; Bigot & Guyot 2014). La fréquentation de la grotte par d’autres animaux à différentes périodes a accentué les phénomènes de condensation-corrosion. Une vingtaine de traces d’aménagements troglodytiques historiques dans la première partie du réseau (bassin, banquette, feuillures, encoches, trous de boulins, traces de débitage de blocs, etc.) a aussi aggravé les effets de la bio-corrosion. L’ensemble contribue à l’évolution différentielle des parois en fonction des situations topographiques. Les conséquences de la bio-corrosion entrent dans les problématiques archéologiques en termes de taphonomie et de conservation de l’art pariétal. Une étude plus fine de ces phénomènes sera engagée.

7Les galeries supérieures sont creusées aux dépens d’une discontinuité stratigraphique entre les calcaires massifs du Turonien et ceux du Coniacien.

Remplissages karstiques

8On observe plusieurs générations de remplissages sédimentaires détritiques et parfois fossilifères dans les deux étages de galeries. Les plus récents contiennent des niveaux archéologiques. La plupart de ces formations proviennent des niveaux sableux de l’Éocène-Oligocène scellés par un plancher stalagmitique. Les dépôts sous-jacents ont été en grande partie évacués lors d’une phase de ré-ennoiement de la cavité. Une nouvelle phase détritique est venue partiellement colmater les galeries inférieures.

Interprétation spéléogénique : hypothèses et cadre chronostratigraphique

9L’un de nos objectifs a été de mieux appréhender la complexité de la spéléogenèse et de l’évolution de la grotte sur le temps long géologique et d’évaluer leur impact sur le dispositif pariétal. Nous proposons une première chronologie en sept phases :

  • Crypto-corrosion lors de l’émersion de la plateforme à la fin du Crétacé.
  • Fantômisation (Quinif 2010) à la faveur des joints et des diaclases pendant une longue période continentale sous manteau d’altérites, du Paléocène à l’Éocène inférieur.
  • Déformation à l’Éocène-Oligocène. Surrection de l’anticlinal favorisant un gradient hydraulique et donc des circulations d’eau à travers les calcaires. Évacuation progressive des altérites. Incision des vallées et réorganisation du réseau hydrographique. Infiltration des eaux de surface.
  • Ouverture du réseau en surface. Abaissement des surfaces topographiques, encaissement et élargissement des vallées. Mise à l’affleurement des calcaires crayeux et pénétration en profondeur des eaux météoriques. Formation d’un plancher stalagmitique qui vient sceller les dépôts.
  • Recoupement des galeries par le versant. Colmatage du réseau puis écoulements libres en régimes épiphréatiques qui recreusent les remplissages.
  • Présence humaine au Paléolithique supérieur (sensu lato). Seconde phase d’aggradation sédimentaire dans les galeries inférieures avec apport de colluvions limono-sableux.
  • Colonies de chauves-souris qui altèrent les parois et font disparaître ponctuellement le décor pariétal.

Le dispositif pariétal de Fronsac

10La grotte de Fronsac est connue pour abriter le plus grand ensemble de figures féminines schématiques (Ffs) connu dans l’art pariétal. Au nombre de 18, ce sont des représentations épurées sans bras ni tête et sans autres détails (Bosinski 2011 ; Collectif 2011 ; Sentis 2005). Sur la foi de cette particularité thématique et des innombrables représentations mobilières découvertes dans des contextes objectivement datés, l’art de Fronsac a été attribué au Magdalénien supérieur (entre 16 000 et 14 000 ans cal BP). L’association de certaines Ffs avec des sexes féminins triangulaires et la miniaturisation de la plupart des figures plaideraient pour cette phase avancée du Paléolithique supérieur (Delluc & Delluc 2013), même si, selon ces auteurs, le bison le plus complet de la grotte semble proche de ceux du Magdalénien moyen de Font-de-Gaume aux Eyzies-de-Tayac et de Rouffignac en Dordogne ou de la Marche à Lussac-les-Châteaux dans la Vienne (ibid. : 168). On pressent là les limites de l’approche exclusivement stylistique. Nos propres relectures critiques ont porté sur la supposée unité techno-stylistique et chronologique du dispositif. Ne perdons pas de vue que certaines Ffs du Magdalénien supérieur de Gönnersdorf en Rhénanie-Palatinat (Allemagne), reconnues tant à la Gare de Couze en Dordogne que dans le Lot, à Pestillac (Montcabrier), Carriot (Bouziès) et Lagrave (Faycelles), ne sont pas si éloignées du modèle gravettien plantureux (présence de seins pendants ou de la tête, rarement des bras) que l’on connaît à Cussac et Pech-Merle (Lot, Cabrerets), bien que plus fines et élégantes (Lorblanchet 2010). Le morphotype de Pech-Merle est d’ailleurs assez proche, voire superposable, à celui de Fronsac.

11Le dispositif pariétal des galeries inférieures compte aujourd’hui 159 entités graphiques, dont environ la moitié est inédite. L’art pariétal de Fronsac est dominé par les signes et les motifs géométriques souvent élémentaires (100 entités). Le corpus figuratif (59 entités) est équitablement réparti entre les deux galeries ornées principales (galerie des Animaux et galerie des Femmes), où de nouvelles représentations animales (14) et humaines (7) ont été découvertes. Au total, on dénombre 23 animaux et 5 humains dans la première et 7 animaux et 22 humains dans la seconde. Chaque galerie est une unité topo-symbolique avec son propre système d’opposition ou de complémentarité thématique renforcée par les inédits et à laquelle répond une forte variabilité des techniques d’expression de la gravure selon les entités et les secteurs ornés.

Nouvelles représentations et relectures

12Les exemples qui suivent soulignent combien l’enrichissement du corpus, notamment dans la galerie des Animaux, revêt une dimension symbolique et peut-être même chronologique. Nous présentons ici la découverte de quatre bisons et d’un mammouth et la relecture de deux entités graphiques.

Des bisons inédits

13Le premier panneau est situé sur la paroi gauche, logé dans une alcôve basse d’environ 2 m de large. Autour du bison complet (L. : 46 cm ; H. : 31 cm), décrit dès 1984, quatre bisons inédits, deux lignes dorsales d’animaux indéterminés, un cheval partiel signalé par B. et G. Delluc et quatre ensembles de tracés courbes, tous finement gravés, complètent ce panneau (fig. 2). Les bisons, diversement orientés, sont alignés sur un plan horizontal. La nouveauté réside dans une construction symbolique où ces animaux, plus ou moins complets et disposés en frise, occupent un espace dédié, alors que la paroi opposée offre un panneau où les chevaux sont dominants. La place du bison dans l’iconographie de Fronsac se trouve renforcée. Elle l’est plus encore si l’on considère les trois autres individus récemment découverts dans la galerie des Femmes. Les bisons de Fronsac, liés par des caractères formels similaires et récurrents (barbe en « besace », contours linéaires, bosse saillante, absence de détails de pelage), acquièrent un statut qui les rapproche finalement du cheval (12  unités), avec lequel ils forment une dyade nouvelle.

Fig. 2. Panneau des bisons gravés sur la paroi gauche de la galerie des Animaux.

Fig. 2. Panneau des bisons gravés sur la paroi gauche de la galerie des Animaux.

© Relevé Patrick Paillet.

Un mammouth

14Sur la paroi droite, dans la partie profonde de la galerie, au contact avec le sol actuel, un profil incomplet de mammouth tourné à gauche et presque imperceptible est très finement gravé (fig. 3). Il mesure 28 cm de long et 39 cm de haut. Il est caractérisé par son puissant dos arrondi et fortement pentu vers l’arrière qui se termine par une longue queue. L’unique patte arrière, interrompue au jarret, est épaisse. Une dépression cervicale bien marquée sépare le dos du sommet de la tête en forme de dôme. Deux traits courbes à l’avant soulignent la ligne du front et l’amorce de la trompe. Hormis quelques traits à l’intérieur du corps (pelage ?), aucun détail n’est à signaler. Une patte, une ligne de poitrail et une ligne thoracique d’un autre animal indéterminé se superposent à la tête. La présence du mammouth dans un dispositif pariétal supposément daté du Magdalénien supérieur soulève des interrogations. Il ajoute à la complexité structurale et sémantique de l’art de Fronsac et questionne la chronologie.

Fig. 3. Mammouth gravé sur la paroi droite de la galerie des Animaux.

Fig. 3. Mammouth gravé sur la paroi droite de la galerie des Animaux.

© Relevé et photographie Patrick Paillet.

Un phallus et une figure féminine schématique

15Sur la paroi droite de la galerie, 70 cm au-dessus du sol, un monumental phallus (L. : 61 cm) est sculpté en relief exhaussé. Le gland (13 cm de diamètre) a été décrit comme « hypertrophié, formant un cercle situé à l’extrémité gauche du tracé du pénis » dont il serait séparé « par les replis du prépuce » (Delluc & Delluc 2013 : 138). Ces « replis » correspondent en fait à une figure féminine schématique disposée en profil droit (fig. 4). Sa taille (H. : 14 cm), son orientation et sa cambrure sont conformes au modèle en vigueur dans la grotte. Elle est profondément gravée à la base du gland, dont elle épouse le contour. Le torse est élancé et étiré vers le haut. Seule la cuisse, dont il ne reste que des traits atténués, est exécutée à l’extérieur du sexe. L’association inédite phallus/Ffs et l’insertion de la femme en lieu et place d’un détail constitutif de l’anatomie du sexe masculin interrogent par leur forte résonance symbolique. Rarement allégorie sexuelle fut exprimée avec tant d’originalité et de profondeur. Si la femme est célébrée à Fronsac par des représentations gravées et des formes naturelles de parois (fissures, profils de boyaux, etc.), qui ont pu être conçues mentalement comme des figures féminines (Lorblanchet 2010), l’homme y est anecdotique et « synecdotique » (trois phallus). Mais cette nouvelle composition donne une autre dimension au symbolisme sexuel prégnant à Fronsac.

Fig. 4. Phallus et figure féminine schématique (Ffs) gravés et sculptés sur la paroi droite de la galerie des Animaux. En incrustation, comparaison avec deux Ffs de la galerie des Femmes.

Fig. 4. Phallus et figure féminine schématique (Ffs) gravés et sculptés sur la paroi droite de la galerie des Animaux. En incrustation, comparaison avec deux Ffs de la galerie des Femmes.

© Relevé et photographie Patrick Paillet.

Un mégacéros

  • 1 Il pourrait aussi s’agir de cette « […] excroissance en forme de “glande” ou de pendeloque sur l’a (...)

16Le dispositif pariétal de la paroi droite s’achève, après le phallus, par un imposant avant-train d’animal (L. : 66 cm ; H. : 39 cm), à 1,20 m au-dessus du sol actuel. Il est associé à un motif vulvaire en « fer à cheval » (Delluc & Delluc 2013 : 143) et à un motif « foliacé » rehaussé de rouge. Cheval ou cervidé ? La question s’est posée aux inventeurs. Nous pensons pour notre part qu’il s’agit d’un cerf mégacéros (fig. 5). Deux détails anatomiques plaident en faveur de cette hypothèse. La ligne cervico-dorsale est soulignée par une forte bosse arrondie qui rappelle, chez l'animal vivant, une excroissance au-dessus des longues apophyses des premières vertèbres thoraciques. Elle a souvent été représentée et exagérée dans l’art pariétal, plus ou moins en lieu et place du garrot ou plus haut sur l’encolure. À Fronsac, elle est greffée à la base d’une épaisse et longue encolure, nettement relevée vers le haut et l’avant, donnant ainsi à la tête un port altier, autre critère diagnostique de l’espèce (Petrognani 2013). La tête, relativement petite par rapport à l’encolure, est allongée et plutôt grêle, même si la joue1 est épaisse. Elle est prolongée par un museau pincé et une grosse bouche ouverte. L’œil est figuré sur un relief de la paroi et une oreille semble prolonger le chanfrein. Le poitrail est marqué par plusieurs traits courbes ou rectilignes. Enfin, au-dessus de la tête, comme une évocation de ramure, de longues incisions sub-horizontales et de profonds raclages entament le support sur plusieurs millimètres d’épaisseur. Une ponctuation rouge est logée au milieu des traits.

17Le mégacéros appartient à un bestiaire antérieur au Magdalénien. Malgré son extrême rareté (une quarantaine de figures), il constitue un excellent marqueur chronologique : dans l’état actuel des recherches, on ne le rencontre pas après le Solutréen. Cette nouvelle lecture confirme qu’une partie au moins du dispositif pariétal de Fronsac est anté-magdalénienne. De plus, la technique d’exécution du mégacéros et des entités graphiques voisines, notamment du motif vulvaire en « fer à cheval », est inhabituelle dans la grotte, où dominent les gravures fines, même si le phallus et la plupart des Ffs sont incisées assez profondément. Sur un support recouvert de bourgeons de calcite, les traits de gravures sont larges, profonds, avec des lèvres érodées et des sections recticurvilignes. L’animal et son trait, ainsi que l’association que nous suggérons avec le mammouth précédemment décrit, nous orientent radicalement dans une direction chronologique plus ancienne que celle proposée jusqu’à présent.

Fig. 5. Mégacéros gravé sur la paroi droite de la galerie des Animaux.

Fig. 5. Mégacéros gravé sur la paroi droite de la galerie des Animaux.

© Relevé Patrick Paillet.

Recherche des contextes archéologiques

18Pour tester cette hypothèse, nous avons souhaité investir l’environnement archéologique de la grotte. Un sondage de 2 m² a été ouvert durant l’été 2017 dans l’épais remplissage sédimentaire du Carrefour, à distance du champ orné le plus dense. La séquence fouillée jusqu’à présent montre, du haut vers le bas, un premier niveau épais et bioturbé, d’environ 30 cm d’épaisseur, constitué de limon sableux colluvionné (C1), puis un deuxième niveau de limon brun compact, également très perturbé (C2).

19Plus de 600 pièces ont été cotées ou récoltées au tamisage, comprenant 543 restes fauniques, dont deux fragments de bois de renne travaillé et 73 pièces lithiques. Il faut ajouter à ce décompte de nombreux vestiges de micromammifères et de rares vestiges de poissons. Les restes fauniques d’ongulés (120 restes déterminés taxinomiquement ou anatomiquement), de grands carnivores (73 restes), de méso-mammifères (322 restes) et d’oiseaux (26 restes) ont fait l’objet d’un diagnostic préliminaire. Parmi les ongulés identifiés, le renne et le cheval dominent au sein des deux couches, suivis par les bovinés et les suidés. Les seules différences notables sont la présence du rhinocéros en C1 et du mammouth en C2.

20Les restes de grands carnivores se rapportent essentiellement aux ours, dont au moins un reste renvoie à Ursus spelaeus, et à quelques hyènes des cavernes. Les méso-mammifères sont dominés par le lapin et le renard, suivis par le lièvre brun ou variable, puis par le spermophile. Les quelques restes aviaires témoignent d’une certaine diversité taxinomique, puisque sept ordres au moins sont représentés.

21Parmi les restes d’ongulés, beaucoup de pièces, notamment du cheval et du renne, présentent des traces de digestion, ou leurs bords sont émoussés, indiquant un déplacement. En C1, l’action des hyènes est évidente. L’espèce ayant disparu de l’environnement au-delà de 31 ka cal BP (Stuart & Lister 2014), la galerie lui a servi de repaire au moins à cette date. Quelques rares pièces osseuses de renne et de cheval portent des traces de boucherie (stries de décharnement et prélèvements de tendons) et de percussion. Plusieurs accumulateurs ont donc laissé les reliefs de leurs repas dans les galeries de Fronsac. En C2, les os semi-digérés sont moins nombreux qu’en C1, ce qui indiquerait une diminution du rôle de la hyène à la base de la séquence. Là aussi, des traces anthropogéniques (stigmates de boucherie et fractures en spirale dues à la récupération de moelle) ont été identifiées sur les ossements d’espèces typiques d’un environnement ouvert et froid (cheval et renne).

22L’histoire taphonomique des niveaux C1 et C2 est complexe. La poursuite du sondage permettra de mieux apprécier la nature et l’importance des bioturbations en C2. Nous avons pu faire dater au radiocarbone (14C-Sma) l’une des diaphyses d’humérus de renne avec traces de percussion et stries de décharnement provenant du sommet de C2. La date obtenue est de 25 590 ± 180 BP [Lyon-14879 (SacA-52485)], soit un âge calibré compris entre 30 350 et 29 254 cal BP (IntCal13, Reimer et al. 2013 ; OxCal 4.3, 95,4 % ; Bronk Ramsey 2009). Un autre fragment d’os provenant des sables grésifiés siliceux disposés en placage sur la paroi gauche de la galerie d’accès a été daté de 23 520 ± 140 BP [Lyon-14878 (SacA-52484)], soit entre 27 884 et 27 440 cal BP. Ces dates rattachent Fronsac au Gravettien moyen et récent. Les méso-mammifères et les restes aviaires ne présentent aucune trace anthropogénique ; on doit certaines accumulations à des prédateurs de petite ou moyenne taille. La plupart des taxons n’ont pas de valeur chronologique, excepté le lièvre variable, le spermophile et le lagopède, qui confortent un âge plutôt Pléistocène (et non Holocène) d’une partie de dépôt.

23La longue fréquentation de la grotte par les animaux trogloxènes a contribué à altérer les parois, à perturber les remplissages et à obstruer certains passages potentiellement accessibles.

24Le matériel lithique collecté en surface (11 pièces) et lors de la fouille (73 pièces en C1 et C2, sans différence entre les deux niveaux) correspond à une production laminaire, réalisée au percuteur tendre minéral et mise en œuvre au moins partiellement sur place (déchets techniques). De nombreux bords ébréchés confirment les remaniements post-dépositionnels et l’existence de trois éclats minces à talon concave pose la question d’une production autonome d’éclats. Cette modeste série confirme une présence humaine au Paléolithique supérieur. Soutenue par une pointe à dos de type gravette et une lamelle à dos étroite (microgravette ?), l’hypothèse d’une fréquentation au Paléolithique supérieur ancien (Gravettien), coïncidant avec les dates obtenues, est une piste privilégiée mais pas exclusive. En effet, à la base de la C1, un déchet de débitage de bois de renne « en triangle », à deux pans de rainurage convergents, témoigne de l’extraction de plusieurs baguettes par rainurage longitudinal multiple. C’est un vestige diagnostique du Magdalénien moyen/supérieur du Sud-Ouest de l’Europe (Averbouh 2000) que l’on distingue des déchets gravettiens, obtenus par extraction d’une unique baguette par bloc (Goutas et al. 2019).

Conclusions provisoires

25Quoique fortement perturbé, le contexte archéologique mis au jour pour le moment montre une séquence chronologique hétérogène et étalée dans le temps, avec plusieurs passages humains au Gravettien, confirmés par deux dates radiocarbone, et au Magdalénien moyen/supérieur, suggérés par la technologie de l’industrie osseuse (étude A. Lefebvre). La grotte a servi aussi de refuge à des animaux, en particulier à de grands carnivores (ours et hyène) absents de l’environnement à partir de 29-30 ka cal BP. Si nos prospections pariétales et nos relectures systématiques ont contribué à révéler la complexité cachée du dispositif pariétal de Fronsac, elles ont en même temps ébranlé nos certitudes sur son unité chrono-stylistique. La présence d’un mammouth et d’un mégacéros sur un même panneau, et dans une galerie également dédiée aux figures féminines schématiques et aux bisons de style magdalénien, éloigne l’art de Fronsac d’un cadre chronologique exclusivement magdalénien. L’hypothèse d’un dispositif pariétal échelonné dans le temps, entre le Gravettien et le Magdalénien supérieur, prend dès lors un tout autre relief. La conjonction des données thématiques et symboliques de l’art pariétal et des données archéologiques mérite d’être soulignée, mais doit encore être confortée par la poursuite du sondage et par une analyse fine des constructions symboliques pariétales. C’est le travail qui nous attend lors des prochaines missions.

Haut de page

Bibliographie

Audra P., Bosák P., Gázquez F., Cailhol D., Skála R., Lisá L., Jonášová Š., Frumkin A., Knez M., Slabe T., Zupan Hajna N. & Al-Farraj A. 2017. « Bat urea-derived minerals in arid environment. First identification of allantoin, C4H6N4O3, in Kahf Kharrat Najem Cave, United Arab Emirates », International Journal of Speleology, 46-1 : 81-92. https://scholarcommons.usf.edu/ijs/vol46/iss1/9/

Averbouh A. 2000. Technologie de la matière osseuse travaillée et implications palethnologiques. Paris, université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne (thèse de doctorat).

Bigot J.-Y. & Guyot J.-L. 2014. « Chauves-souris et condensation-corrosion dans les grottes du Pérou ». In : Actes de la 23e rencontre d’octobre (Le Châtelard, Savoie, 12-13 octobre 2013 [de la Fédération française de spéléologie], 23 : 22-27.

Bosinski G. 2011. Femmes sans tête. Une icône culturelle dans l’Europe de la fin de l’époque glaciaire. Paris, Éditions Errance (coll. « Pierres tatouées »).

Bronk Ramsey C. 2009. « Bayesian analysis of radiocarbon dates », Radiocarbon, 51-1 : 337-360. www.researchgate.net/publication/228447058_

Carcauzon C. 1984. « Une nouvelle découverte en Dordogne : la grotte préhistorique de Fronsac », Sites, 22 : 7-15.

Collectif, 2011. Mille et une femmes de la fin des temps glaciaires : exposition, musée national de Préhistoire, les Eyzies-de-Tayac (17 juin-19 septembre 2011). Paris, Éditions Rmn-Grand Palais.

Dandurand G., Paillet P. & Man-Estier E. 2017. « Spéléogenèse et évolution géomorphologique de la grotte ornée de Fronsac (Dordogne, France) », Karstologia, n° 70 : 15-22. www.researchgate.net/publication/328981146_

Delluc B. & Delluc G. 1996. « La grotte ornée de Fronsac (Vieux-Mareuil, Dordogne). Inventaire des œuvres ». In : J.-P. Mohen, La vie préhistorique, actes du 23e congrès préhistorique de France. Dijon, Éditions Faton : 416-421.

Delluc B. & Delluc G. 2013. « La grotte ornée de Fronsac à Vieux-Mareuil (Dordogne) », Préhistoire du Sud-Ouest, 21-2 : 119-170.

Goutas N., Bodu P., Hinguant S., Averbouh A. & Christensen M. 2019. « La “production baguettaire” au Gravettien : étude de cas et discussions à partir de l’industrie en bois de cervidé de Laugerie-Haute (Dordogne, France) ». In : M. Christensen & N. Goutas (dir.), À coups d’éclats ! La fracturation des matières osseuses en préhistoire, discussion autour d’une modalité d’exploitation en apparence simple et pourtant mal connue : actes de la séance de la Société préhistorique française (Paris, 25 avril 2017). Paris, Société préhistorique française (coll. « Séances de la Société préhistorique française », 13) : 117-158.

Lorblanchet M. 2010. Art pariétal : grottes ornées du Quercy. Rodez, Éditions du Rouergue.

Lundberg J. & Mcfarlane D. A. 2009. « Bats and bell holes: the microclimatic impact of bat roosting, using a case study from Runaway Bay Caves, Jamaica », Geomorphology, 106-1/2 : 78-85.

Nicod J. 1994. « Plateaux karstiques sous couverture en France », Annales de géographie, 576 : 170-194. www.persee.fr/doc/geo_0003-4010_1994_num_103_576_13744

Petrognani S. 2013. De Chauvet à Lascaux : l’art des cavernes, reflet des sociétés préhistoriques en mutation. Paris, Éditions Errance.

Quinif Y. 2010. Fantômes de roche et fantômisation : essai sur un nouveau paradigme en karstogénèse. Paris, Association française de karstologie (coll. « Karstologia Mémoire », 18).

Reimer P. J., Bard E., Bayliss A., Beck J. W., Blackwell P. G., Bronk Ramsey C., Buck C. E., Cheng H., Edwards R. L., Friedrich M., Grootes P. M., Guilderson T. P., Haflidason H., Hajdas I., Hatté C., Heaton T. J., Hoffmann D. L., Hogg A. G., Hughen K. A., Kaiser K. F., Kromer B., Manning S. W., Niu M., Reimer R. W., Richards D. A., Scott E. M., Southon E. J. R., Staff R. A., Turney C. S. M. & Van Der Plicht J. 2013. « Intcal13 and Marine13 radiocarbon age calibration curves 0-50,000 years Cal BP », Radiocarbon, 55-4 : 1 869-1 887. https://journals.uair.arizona.edu/index.php/radiocarbon/article/view/16947/pdf

Sentis J. 2005. « Les silhouettes féminines stylisées peuvent-elles caractériser des territoires culturels ? ». In : J. Jaubert & M. Barbaza, Territoires, déplacements, mobilité, échanges durant la Préhistoire : terres et hommes du Sud. Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques (Cths) : 411-420.

Stuart A. J. & Lister A. M. 2014. « New radiocarbon evidence on the extirpation of the spotted hyaena (Crocuta crocuta (Erxl.)) in northern Eurasia », Quaternary Science Reviews, 96 : 108-116.

Vialou D. 2004. « Architecture de l’art pariétal paléolithique ». In : M. Lejeune & A.-C. Welté (dir.), L’art du Paléolithique supérieur. L’art pariétal paléolithique dans son contexte naturel : actes du colloque 8.2 du XIVe congrès de l'Union internationale des sciences préhistoriques et protohistoriques (Uispp), université de Liège, 2-8 septembre 2001. Liège (Belgique), Presses universitaires de Liège (coll. « Eraul (Études et recherches de l’université de Liège) », 107) : 7-14.

Haut de page

Notes

1 Il pourrait aussi s’agir de cette « […] excroissance en forme de “glande” ou de pendeloque sur l’avant de la gorge […] », signalée par Michel Lorblanchet comme détail fréquent sur les figurations régionales (Quercy) de mégacéros mâle ou femelle (Lorblanchet 2010 : 57).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Carte morphokarstique de la grotte de Fronsac.
Crédits © Dao Grégory Dandurand.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/5194/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,5M
Titre Fig. 2. Panneau des bisons gravés sur la paroi gauche de la galerie des Animaux.
Crédits © Relevé Patrick Paillet.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/5194/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 646k
Titre Fig. 3. Mammouth gravé sur la paroi droite de la galerie des Animaux.
Crédits © Relevé et photographie Patrick Paillet.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/5194/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 5,0M
Titre Fig. 4. Phallus et figure féminine schématique (Ffs) gravés et sculptés sur la paroi droite de la galerie des Animaux. En incrustation, comparaison avec deux Ffs de la galerie des Femmes.
Crédits © Relevé et photographie Patrick Paillet.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/5194/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 8,1M
Titre Fig. 5. Mégacéros gravé sur la paroi droite de la galerie des Animaux.
Crédits © Relevé Patrick Paillet.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/5194/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Paillet, Elena Paillet, Grégory Dandurand, Peggy Bonnet-Jacquement, Myriam Boudadi-Maligne, Sandrine Costamagno, Mathieu Langlais, Véronique Laroulandie, Alexandre Lefebvre et Jean-Baptiste Mallye, « La grotte de Fronsac à Vieux-Mareuil (Dordogne) »Les nouvelles de l'archéologie, 154 | 2018, 25-32.

Référence électronique

Patrick Paillet, Elena Paillet, Grégory Dandurand, Peggy Bonnet-Jacquement, Myriam Boudadi-Maligne, Sandrine Costamagno, Mathieu Langlais, Véronique Laroulandie, Alexandre Lefebvre et Jean-Baptiste Mallye, « La grotte de Fronsac à Vieux-Mareuil (Dordogne) »Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 154 | 2018, mis en ligne le 17 juin 2019, consulté le 15 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/nda/5194 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nda.5194

Haut de page

Auteurs

Patrick Paillet

Maître de conférences au département « Homme et Environnement » du Museum national d’histoire naturelle (Mnhn), Umr 7194 Hnhp « Histoire naturelle de l’homme préhistorique ». Musée de l’Homme, 17, place du Trocadéro, 75116 Paris.

Articles du même auteur

Elena Paillet

Conservatrice du patrimoine au service régional de l’archéologie (Sra) Bretagne, DRAC Bretagne, Umr 6566 CREAAH « Centre de recherches en archéologie, archéosciences, histoire ». Sra Bretagne, campus Beaulieu, avenue du Professeur Foulon, 35000 Rennes.

Grégory Dandurand

Ingénieur à l’Inrap Grand Ouest, Umr 5608 Traces « Travaux et recherches archéologiques sur les espaces, les cultures et les sociétés ». Centre de recherches archéologiques Inrap, 122, rue Bugellerie, Zone République 3, 86000 Poitiers.

Peggy Bonnet-Jacquement

Technicienne de recherche au musée national de Préhistoire, Umr 5199 Pacea « De la Préhistoire à l’actuel : culture, environnement et antrhopologie ». Musée national de Préhistoire, 1, rue du Musée, 24620 Les Eyzies-de-Tayac.

Myriam Boudadi-Maligne

Chargée de recherche au Cnrs, Umr 5199 Pacea « De la Préhistoire à l’actuel : culture, environnement et anthropologie ». Bât. B8, Allée Geoffroy Saint-Hilaire, CS 50023, 33615 Pessac.

Sandrine Costamagno

Directrice de recherche au Cnrs, Umr 5608 Traces « Travaux et recherches archéologiques sur les espaces, les cultures et les sociétés ». Maison de la recherche, 5, allée Antonio-Machado, 31058 Toulouse cedex 9.

Articles du même auteur

Mathieu Langlais

Chargé de recherche au Cnrs, Umr 5199 Pacea « De la Préhistoire à l’actuel : culture, environnement et anthropologie ».

Véronique Laroulandie

Chargée de recherche au Cnrs, Umr 5199 Pacea « De la Préhistoire à l’actuel : culture, environnement et anthropologie ».

Articles du même auteur

Alexandre Lefebvre

Docteur en Préhisoire, Umr 5199 Pacea « De la Préhistoire à l’actuel : culture, environnement et anthropologie ».

Jean-Baptiste Mallye

Chargé de recherche au Cnrs, Umr 5199 Pacea « De la Préhistoire à l’actuel : culture, environnement et anthropologie ».

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals