Navigation – Plan du site

La grotte de Nerja aujourd’hui

Synthèse des derniers travaux de recherche dans les zones ornées
José Luis Sanchidrián-Torti et María Ángeles Medina-Alcaide
p. 33-38

Résumés

La grotte de Nerja (Malaga, Espagne) possède des volumes souterrains assez importants, qui peuvent atteindre plusieurs kilomètres de long. Ses galeries abritent des colonnes stratigraphiques représentant pratiquement toutes les phases chrono-culturelles de la Préhistoire, des débuts du Paléolithique supérieur jusqu’au Chalcolithique.
Le projet porte sur l’étude intégrale du karst à partir des approches de l’archéologie souterraine, l’unité d’analyse paléohistorique étant une grotte anthropisée. Trois disciplines fondamentales, la géologie, la biologie et l’archéologie, interviennent dans l’analyse pour apporter des informations sur le contenant et le contenu. De cette manière, les inférences historiques vont au-delà de l’activité artistique elle-même et elles peuvent renseigner d’autres activités qui la complètent, la chevauchent, la détruisent, etc.
L’ensemble des surfaces rocheuses de la grotte de Nerja a été examiné à l’aide des nouvelles techniques d’éclairage, de lecture et d’enregistrement, dont l’application a considérablement enrichi le catalogue des œuvres rupestres préhistoriques.
Dans ce nouveau catalogue de représentations graphiques préhistoriques, nous avons distingué deux types de taches, sans forme définie, les unes appliquées de manière intentionnelle et les autres de manière involontaire, due aux frottements des personnes dans des espaces réduits.
En ce qui concerne la datation de l’art rupestre, un ensemble de lignes noires tracées au charbon de conifère ainsi que la calcite qui apparaît au-dessous et au-dessus de l’image ont été datés par 14C-AMS, avec des résultats cohérents selon la stratigraphie pariétale. En complément, un système de datation pionnier, développé en utilisant les datations U/Th et 14C du même échantillon de calcite, a donné des résultats similaires.
La prospection superficielle systématique des parois et des sols de la grotte a mis en évidence de nombreux vestiges archéologiques en marge de l’activité artistique.

Haut de page

Texte intégral

Ce travail fait partie du projet de recherche Aprendizaje y desarrollo de las capacidades artísticas en los humanos anatómicamente modernos; un enfoque multidisciplinar HAR2017-87739-P, financé par le ministère espagnol de la Science, de l’Innovation et des Universités. M. A. Medina-Alcaide est chercheuse du projet PATHFINDER (HAR2017-82483-C3-1-P) et de l’équipe de recherche en préhistoire de l’université du Pays basque (IT-622-13).

1La grotte de Nerja (Cueva de Nerja) est située dans la commune de Nerja, province de Malaga (Espagne), à l’extrémité sud du continent européen. Elle se trouve à 940 m de la côte actuelle et à 158 m d’altitude. La cavité s’étend sur une superficie d’environ 35 484 m2, avec 4 843 m de développement topographique. Ses salles de grande dimension abritent des formations de calcite nombreuses et variées.

2La grotte fut découverte en 1959, date à laquelle ont immédiatement commencé les travaux d’aménagement touristique de ses galeries inférieures. Les galeries supérieures découvertes peu de temps après n’ont jusqu’à présent fait l’objet d’aucune exploitation touristique. Leur accès est exlusivement réservé aux chercheurs, de sorte que les espaces souterrains aménagés pour les visites ne représentent qu’un tiers du développement souterrain total.

3Les salles extérieures, où arrive la lumière du soleil, renferment une puissante sédimentation quaternaire où l’on trouve d’importantes séquences chronostratigraphiques. Les fouilles archéologiques des dépôts préhistoriques ont mis en évidence une occupation humaine pratiquement continue depuis le Paléolithique supérieur (à partir du Gravettien, 24 730 BP) jusqu’au Chalcolithique (4 300 BP).

Projet interdisciplinaire

4Le Projet général de recherche interdisciplinaire appliquée à la conservation de la grotte de Nerja, en cours depuis 2008, est financé par la Fondation Cueva de Nerja, coordonné par l’Institut de recherche Cueva de Nerja et autorisé par le ministère régional de la Culture du gouvernement de la communauté autonome d’Andalousie.

5Il a pour objectif principal de doter la Fondation Cueva de Nerja des outils permettant une exploitation touristique durable en atténuant, dans la mesure du possible, les effets sur la grotte de plusieurs décennies de visites massives incontrôlées. Ce cadre scientifique et administratif accueille un grand nombre de programmes de recherche interdisciplinaires de nature géologique, biologique et archéologique.

6Les approches théoriques reposent sur les principes de la dite archéologie souterraine, où la cavité anthropisée, c’est-à-dire utilisée ou fréquentée par des groupes humains au fil du temps, constitue l’unité d’analyse historique, au sein d’une étude intégrale de l’endokarst. En outre, le projet actuel de nouvelle étude de la grotte de Nerja a une forte composante interdisciplinaire car il combine trois disciplines fondamentales qui interviennent dans l’analyse, à savoir la géologie, la biologie et l’archéologie.

7De cette manière, les résultats obtenus renseignent sur le contenant et le contenu, à la fois d’un point de vue anthropique et d’un point de vue naturel. Grâce à cette approche intégrée, les inférences historiques dans la cavité vont au-delà de l’activité artistique développée par les sociétés préhistoriques et s’intéressent à d’autres aspects complémentaires, liés à la recherche diachronique sur la grotte et à sa conservation.

Examen de l’art rupestre préhistorique

8Le texte de référence sur les manifestations de l’art pariétal préhistorique de la grotte de Nerja remonte au début des années 1980 (Sanchidrián 1994), époque où l’examen des peintures rupestres reposait sur des techniques et des outils analogiques, ce qui empêchait une lecture minutieuse des panneaux peints présentant des pigments ternes. Le catalogue des figures rupestres incluait alors 38 motifs figuratifs (chevaux, cerfs, bouquetins, pisciformes et quadrupèdes indéfinis), 254 signes et 263 taches et spéléothèmes teints.

9Les nouvelles technologies numériques ont permis de réviser la totalité des surfaces rocheuses de la cavité et des groupes artistiques connus. À ce jour, les résultats de l’application de ces nouveaux outils sont spectaculaires, car le nombre d’unités graphiques paléolithiques a considérablement augmenté, et les panneaux connus ont été documentés de manière plus fiable (Medina-Alcaide et al. 2016).

10La documentation graphique de l’art rupestre part d’un modèle photogrammétrique utilisant la méthode SfM (Structure from Motion), avec un développement préalable des photographies numériques suivant les standards actuels de gestion de la couleur. Cela permet d’obtenir un modèle en trois dimensions des motifs d’art rupestre, du support et de son environnement immédiat, avec des couleurs présentant des valeurs correctes par rapport à la réalité.

11Pour la réalisation du calque en deux dimensions, une restitution orthophotométrique est réalisée à partir du modèle 3D. Sa qualité remarquable permet de différencier la peinture du support au moyen d’un logiciel de retouche d’images en obtenant, à partir d’algorithmes de décorrélation, une image en fausse couleur qui favorise la visualisation de colorants ternes et permet de les isoler d’autres éléments sans relation avec les peintures (fig. 1).

Fig. 1. Panneau d’art paléolithique avec les figures représentant des biches, des cerfs, des protomés de chevaux et des signes.

Fig. 1. Panneau d’art paléolithique avec les figures représentant des biches, des cerfs, des protomés de chevaux et des signes.

© Projet de recherche de la grotte de Nerja.

Peintures rouges : l’examen des taches rouges sans forme définie

12Le répertoire des grottes ornées pendant le Paléolithique supérieur européen présente différents thèmes normalement classés comme suit : anthropomorphes (figures humaines), zoomorphes (figures animales) et signes. Cette dernière catégorie « fourre-tout » inclut une grande variété d’images, des signes géométriques dits complexes jusqu’aux signes simples moins élaborés – contours indéterminés ou inachevés, marques noires, frottis et mouchages de torches, taches sans forme définie, restes de colorants, etc.

13Dans la grotte de Nerja, comme dans d’autres cavités d’Europe occidentale, et en collaboration avec Diego Garate-Maidagan de l’université de Cantabrie, nous avons examiné en détail les taches rouges anthropiques qui ne sont ni des symboles graphiques figuratifs, ni des signes élaborés ou simples, ni des contours définis (Medina-Alcaide et al. 2017). Les objectifs de l’étude étaient les suivants : a) réévaluer les données par un examen détaillé de ces traces ; b) caractériser les différents types de taches rouges ; c) réfléchir, à partir des données archéologiques et anthropologiques, sur l’origine non artistique d’un type de tache rouge accidentelle.

14L’enregistrement systématique de chaque graphie a permis d’obtenir des informations sur leur forme, taille, méthode d’exécution, moyens d’exécution, distribution, organisation, paysage souterrain, etc. L’examen combiné de ces caractéristiques a mis en évidence le fait qu’il existait, d’une part, des taches rouges intentionnelles et, d’autre part, des taches rouges accidentelles. Leur situation dans le paysage souterrain est le critère essentiel de distinction entre les deux. Nous avons caractérisé une tache rouge comme accidentelle quand le contact humain avec la roche est inévitable, en particulier dans les passages très étroits. De fait, ces taches sont principalement localisées en ces points. Nous avons déterminé qu’une tache rouge était délibérée lorsqu’elle est située à des endroits où le contact humain avec la roche est optionnel et peut être évité, ce qui implique par conséquent un acte prémédité, comme pour l’exécution d’un signe ou de tout autre élément figuratif.

15En résumé, l’analyse des taches rouges de la cavité prouve que nombre d’entre elles ont été intentionnellement appliquées (leur composante graphique est inconnue), alors que d’autres sont le résultat de frottements anthropiques dans des espaces réduits (fig. 2).

Fig. 2. Taches rouges accidentelles dans des passages étroits (apposition par un modèle féminin).

Fig. 2. Taches rouges accidentelles dans des passages étroits (apposition par un modèle féminin).

© Projet de recherche de la grotte de Nerja.

16L’interprétation selon laquelle certains de ces vestiges pariétaux sont dus à un frottement ou un contact humain involontaire avec les parois, dans des zones étroites ou des lieux de passage obligé, ouvre de nouvelles hypothèses à l’étude des grottes ornées. De nombreuses données archéologiques et ethnologiques suggèrent en effet que les groupes du Paléolithique supérieur ont pu imprégner leurs corps ou leurs vêtements de teinture rouge, en totalité ou partiellement.

La datation de l’art préhistorique

17Un programme expérimental de datation de l’art rupestre de la grotte de Nerja a été lancé en collaboration avec Hélène Valladas, Edwige Pons-Branchu et Anita Quiles, du Laboratoire des sciences du climat et de l’environnement du Cnrs (Quiles et al. 2014 ; Sanchidrián et al. 2017 ; Valladas et al. 2017).

18Au cours des dernières décennies, la datation radiocarbone par spectrométrie de masse par accélérateur (14C-AMS) a révolutionné le cadre chronologique de l’art rupestre préhistorique (Valladas et al. 2001 ; Quiles et al. 2016). Ce type d’analyse s’applique en général aux manifestations pariétales à base de pigments noirs d’origine organique, mais il n’est pas applicable aux figures réalisées avec des pigments minéraux. Pour celles-ci, on recourt à la méthode de l’Uranium/Thorium (U/Th) de la pellicule de carbonate de calcium qui peut recouvrir les peintures ou les gravures, en donnant une date ante quem de l’exécution de l’œuvre artistique. Cependant, nombre des résultats obtenus jusqu’à présent par cette méthode sont l’objet de débats scientifiques (Pearce & Bonneau 2018 ; Hoffman et al. 2018 ; Aubert et al. 2018).

19Dans la grotte de Nerja, la plupart des peintures sont rouges, réalisées avec des oxydes de fer et, par conséquent, elles ne permettent pas une datation directe par 14C-AMS. Dans le même temps, les datations par U/Th donnent des fourchettes de dates comprises entre 100 000 ans et 300 000 ans pour des concrétions de calcite recouvrant des images qui ne peuvent avoir plus de 35 000 ans.

20Afin de lever les doutes sur les datations réelles de l’art pariétal de la grotte de Nerja et comparer les résultats, nous avons opté pour un programme de datations croisées d’un même échantillon de calcite par les méthodes U/Th et 14C.

21Le premier test a été réalisé sur un panneau qui réunissait les conditions optimales. Il consiste en un entrelacs de lignes noires tracées au charbon, prises « en sandwich » entre deux couches de calcite ou carbonate de calcium (fig. 3). La première se trouve sur la paroi calcaire, sous les marques noires, la seconde les recouvre. La méthode du 14C-AMS a servi à dater le pigment, issu d’un charbon de bois de conifère, et les deux couches de calcite.

Fig. 3. Panneau daté par 14C-AMS, calcite et pigment.

Fig. 3. Panneau daté par 14C-AMS, calcite et pigment.

© Projet de recherche de la grotte de Nerja.

22Les résultats, très cohérents par rapport à la localisation stratigraphique de ce panneau, indiquent une datation de 20 790 ± 90 BP (GifA13354/SacA34906) – soit 24 887-24 200 cal BP (5 % dcp) – pour la couche de calcite sous-jacente, de 15 790 ± 460 BP (GifA13398/SacA36459) – soit 20 240-18 096 cal BP – pour les tracés noirs, et de 12 150 ± 40 BP (GifA13355/SacA34907) – soit 13 810-13 565 cal BP (5 % dcp) – pour la couche de calcite sus-jacente. Ces dates ont étés calibrées sur IntCal13 avec Oxcal 4.2.

23Un autre essai a concerné une fine couche de carbonate de calcium qui recouvrait partiellement plusieurs points rouges (fig. 4). Une double datation au 14C-AMS et U/Th d’un même échantillon de calcite aboutit à une datation de 20 850 ± 30 BP (GifA15552/SacA43953) – soit 25 018-24 351 cal BP (5 % dcp) – pour le carbone 14, et de 25 189 ± 212 BP pour la datation par U/Th.

Fig. 4. Panneau daté par 14C-AMS et U/Th.

Fig. 4. Panneau daté par 14C-AMS et U/Th.

© Projet de recherche de la grotte de Nerja.

24Ces deux résultats montrent que les datations par U/Th et 14C calibrée coïncident ici de manière excellente, ce qui valide les deux méthodes. Toutefois, il faut citer un autre exemple qui donne des dates aberrantes (Valladas et al. 2017). De nouvelles campagnes de datations croisées doivent être réalisées dans la grotte de Nerja ; elles fourniront sans doute des données essentielles pour comprendre la chronologie des représentations pariétales non organiques.

Au-delà de l’art : le contexte archéologique interne

25L’étude du contexte archéologique interne laissé par des activités annexes au processus artistique – le mode d’accès à la zone ornée, le type d’éclairage, la fourniture de matériaux, etc. –, n’a jamais été prioritaire dans les grottes ornées au Paléolithique, même si elle est de plus en plus fréquente. Pour connaître l’ensemble des activités humaines qui se sont déroulées dans les espaces profonds des cavités, quelle que soit leur chronologie, et en proposer une interprétation appropriée, l’analyse interdisciplinaire des vestiges archéologiques et la mise en corrélation de l’information émanant des différentes sources sont des nécessités (Medina-Alcaide et al. 2018).

26Grâce à l’étude du contexte archéologique interne, nous savons que l’anthropisation des grottes présentant des manifestations graphiques paléolithiques va bien au-delà de leur réalisation. Elle englobe également des altérations thermiques, des impressions de parties anatomiques ou d’objets, la transformation géomorphologique de l’espace, l’extraction de matières premières et le dépôt de matériaux. Ces phénomènes sont matérialisés par différents vestiges archéologiques dont l’étude interdisciplinaire renseigne sur le moment où les sociétés préhistoriques sont entrées dans la grotte (par exemple, datation au 14C-AMS de charbons et d’os) ; sur le combustible utilisé pour l’éclairage (par exemple, anthracologie des charbons) ; sur la hauteur et l’intensité des flammes (par exemple, thermoluminescence des superficies brûlées) ; sur le sexe et l’âge des personnes entrées dans la grotte (paléo-ichnologie des empreintes humaines) ; sur le scénario karstique anthropisé (par exemple, géomorphologie) ; sur les matériaux transportés dans la grotte et l’usage qui en était fait à l’intérieur (par exemple, minéralogie et tracéologie des éléments lithiques), etc. Toutes ces données permettent d’esquisser un scénario d’activités paléolithiques dans les profondeurs des grottes, plus large que le scénario traditionnellement envisagé : par conséquent, leur étude nous permet d’approfondir considérablement la connaissance des sociétés paléolithiques qui s’adonnaient à ces activités (Medina-Alcaide et al. 2018).

27Pour déterminer le contexte archéologique interne de la grotte de Nerja, malgré les modifications du premier tiers de la caverne à des fins touristiques, nous avons mené pendant plusieurs années une prospection systématique des parois et de la totalité des espaces disponibles (sol, fissures, etc.), avec le soutien des outils offerts par les nouvelles technologies.

28Les indices d’activités humaines qui ont été découverts, en marge de la réalisation de l’art pariétal, sont très variés. En premier lieu, des variations thermiques ont été observées au niveau des surfaces, par exemple sur les parois qui ont subi une combustion rapprochée ou sur des matériaux trouvés dans la grotte et ayant servi à confiner les feux.

29En second lieu, des modifications de l’espace naturel souterrain ont été reconnues à travers la fracture de stalactites et stalagmites, parfois de grande taille, qui ont été déplacées de plusieurs mètres loin de leur emplacement d’origine et empilées les unes sur les autres pour fermer une courte galerie.

30Divers matériaux ont été apportés à l’intérieur de la grotte, par exemple des restes d’animaux, en particulier des os de la macrofaune et des coquilles de mollusques (surtout Pecten sp.). Les taches de poudre et les portions d’hématite détectées sur les sols correspondent aux pigments rouges ayant servi à la fabrication des peintures. Les hommes préhistoriques ont inséré plusieurs grattoirs et lames de silex (fig. 5) dans des fissures ou les ont déposés près de grands panneaux décorés. En outre, ils ont introduit dans la grotte plusieurs galets de rivière de nature schisteuse, sans les modifier (Medina-Alcaide & Sanchidrián 2014).

Fig. 5. Fragment de lame de silex près des panneaux d’art, avec des résidus de pigments rouges.

Fig. 5. Fragment de lame de silex près des panneaux d’art, avec des résidus de pigments rouges.

© Projet de recherche de la grotte de Nerja.

Une ressource indispensable : la lumière

31Les traces liées au mode d’éclairage préhistorique abondent dans le contexte archéologique interne de la grotte de Nerja. Des centaines de résidus carbonés ont été découvertes dans tous les espaces ornés de la cavité mais aussi dans des lieux dépourvus de décor, ce qui nous indique que les communautés du Paléolithique supérieur déambulaient dans la majeure partie de la grotte.

32L’anthracologie des restes de plantes carbonisées fournit des informations sur le combustible utilisé par ces groupes humains pour s’éclairer quand ils circulaient dans la grotte ou en décoraient les parois. Cette étude intégrale englobe l’analyse taxonomique, taphonomique et dendrologique (Medina-Alcaide et al. 2015).

33L’examen taxonomique a mis en évidence l’utilisation préférentielle de Pinus sp. et, plus spécialement, de Pinus tp. sylvestris/nigra pour l’éclairage de la grotte de Nerja au cours du Paléolithique supérieur. Elle tient, d’une part, à la disponibilité de cet arbre dans l’environnement proche au cours de cette période, attestée par les études palynologiques et anthracologiques conduites sur des dépôts archéologiques, et, d’autre part, à ses propriétés combustibles.

34L’analyse taphonomique a surtout mis en évidence les conséquences du processus de combustion sur la structure interne du bois carbonisé, comme la vitrification et les fissures de contrainte. De nombreux restes de résine brûlée ont été détectés. Des hyphes fongiques indiquent soit une activité de collecte de bois mort, soit une forte activité fongique endokarstique.

35On sait par l’analyse dendrologique que les branches brûlées étaient de petit et de moyen diamètre. L’identification d’un bourgeon végétatif de Pinus sylvestris indique, au moins dans ce cas précis, que la grotte a été fréquentée en automne ou en hiver, saisons où ces bourgeons apparaissent.

36Les résidus carbonés peuvent être isolés ou former des amas ou des concentrations plus ou moins importantes à l’intérieur de creux naturels (fig. 6) ou de concavités artificielles obtenues par piquetage de la roche. Leur étude a été réalisée parallèlement à des analyses microsédimentologiques et micromorphologiques, afin de savoir comment se sont formés les dépôts situés sous les panneaux et dans les zones potentielles de transit. Pour le moment, deux possibilités sont envisagées en relation avec l’éclairage : a) des foyers fixes, avec charbons et cendres ; b) des charbons épars, issus de torches mobiles qui les auraient libérés lors des déplacements des porteurs.

Fig. 6. Concavité naturelle présentant en son intérieur des résidus de combustion.

Fig. 6. Concavité naturelle présentant en son intérieur des résidus de combustion.

© Projet de recherche de la grotte de Nerja.

Conclusion

37Le « chemin paléolithique » de Nerja combinerait ainsi deux systèmes d’éclairage, l’un mobile, dans les zones à sol plat et celles où le passage est relativement aisé, l’autre statique, par le biais de points fixes installés dans des salles extrêmement grandes et celles où il est difficile de circuler. Ces éléments devaient faciliter les déplacements en dessinant un circuit lumineux dans la caverne, jusqu’aux panneaux déjà décorés ou en cours d’exécution.

38Enfin, la datation 14C-AMS des charbons de bois nous indique que la grotte de Nerja a été fréquentée principalement pendant trois périodes culturelles du Paléolithique supérieur : le Gravettien (vers 24 000 BP), le Solutréen (vers 20 000 BP) et le Magdalénien (vers 13 000 BP). D’après les données actuelles, seuls les groupes des deux premières périodes ont réalisé des œuvres dans la cavité.

Haut de page

Bibliographie

Aubert M., Brumm A. & Huntley J. 2018. « Early dates for “Neanderthal cave art” may be wrong », Journal of Human Evolution, 125 : 215-217.

Hoffmann D. L., Standish C. D., Pike A. W. G., Garcia-Diez M., Pettitt P. B., Angelucci D. E., Villaverde V., Zapata J., Milton J. A., Alcolea-González J. J., Cantalejo-Duarte P., Collado H., De Balbin R. & Lorblanchet M. 2018. « Dates for Neanderthal art and symbolic behaviour are reliable », Nature Ecology & Evolution, 2-7 : 1 044-1 045.

Medina-Alcaide M. A. & Sanchidrián-Torti J. L. 2014. « Hacia el lado oscuro: Cueva de Nerja a la luz de los nuevos datos ». In : M. S. Corchón & M. Menéndez (dir.), Cien años de arte rupestre paleolítico: Centenario del descrubimiento de la cueva de La Peña de Candamo (1914-2014). Salamanca (Castille-et-León, Espagne), Ediciones Universidad de Salamanca (coll. « Acta Salmaticensia : estudios históricos y geográphicos», 160) : 133-141.

Medina-Alcaide M. A., Sanchidrián-Torti J. L. & Zapata L. 2015. « Lighting the dark: Wood charcoal analysis from Cueva de Nerja (Málaga, Spain) as a tool to explore the context of Palaeolithic rock art », Palevol, 14-5 : 411-422.

Medina-Alcaide M. A., Torres A. J., Quesada E., Cobos J., Granados A. B., Molina C., Peña J. & Ruiz R. 2016. « Nuevos y viejos motivos: releyendo el arte paleolítico figurativo de la Cueva de Nerja ». In : O. Rivero & A. Ruíz (dir.), El arte de las sociedades prehistóricas (ASP V): V Encuentro International de Doctorandos y Postdoctorandos. Santander (Cantabrie, Espagne), Université de Cantabrie, Institut international de recherches préhistoriques de Cantabrie : 21-25.

Medina-Alcaide M. A., Garate-Maidagan D. & Sanchidrián-Torti J. L. 2017. « Painted in red: In search of alternative explanations for European Palaeolithic cave art », Quaternary International, 491 : 65-77. http://creap.fr/pdfs/Medina-Alcaide-etal-red-marks-QI2017.pdf

Medina-Alcaide M. A., Garate-Maidagan D., Ruiz-Redondo A. & Sanchidrián-Torti J. L. 2018. « Beyond art: The internal archaeological context in Paleolithic decorated caves », Journal of Anthropological Archaeology, 49 : 114-128.

Pearce D. G. & Bonneau A. 2018. « Trouble on the dating scene », Nature Ecology & Evolution, 2-6 : 925-926.

Quiles A., Fritz C., Medina-Alcaide M. A., Pons-Branchu E., Sanchidrián-Torti J. L., Tosello G. & Valladas H. 2014. « Chronologies croisées (C-14 et U/Th) pour l’étude de l’art préhistorique dans la grotte de Nerja : méthodologie ». In : M. A. Medina-Alcaide, A. J. Romero Alonso, R. M. Ruiz-Márquez & J. L. Sanchidrián-Torti (dir.), Sobre rocas y huesos: las sociedades prehistóricas y sus manifestaciones plásticas : III Encuentro international de doctorandos y postdoctorandos, Nerja 2013. Córdoba (Andalousie, Espagne), Imprenta Luque : 420-427.

Quiles A., Valladas H., Bocherens H., Delqué-Količ E., Kaltnecker E., Van Der Plicht J., Delannoy J. J., Feruglio V., Fritz C., Monney J., Philippe M., Tosello G., Clottes J. & Geneste J. M. 2016. « A high-precision chronological model for the decorated Upper Paleolithic cave of Chauvet-Pont d’Arc, Ardèche, France », Proceedings of the National Academy of Science of the United States of America (Pnas), 113-17 : 4 670-4 675. www.pnas.org/content/113/17/4670

Sanchidrián-Torti J. L. 1994. Arte rupestre de la Cueva de Nerja. Málaga (Espagne), Patronato de la Cueva de Nerja (coll. « Trabajos sobre la Cueva de Nerja », 4).

Sanchidrián-Torti J. L., Valladas H., Medina-Alcaide M. A., Pons-Branchu E. & Quiles A. 2017. « New perspectives for 14C dating of parietal markings using CaC03 thin layers: An example in Nerja cave (Spain) », Journal of Archaeological Science : Reports, 12 : 74-80.

Valladas H., Tisnerat-Laborde N., Cachier H., Arnold M., Bernaldo De Quiros F., Cabrera-Valdes V., Clottes J., Courtin J., Fortea-Perez J., Gonzales-Sainz C. & Moure-Romanillo A. 2001. « Radiocarbon AMS dates for Paleolithic cave paintings », Radiocarbon, 43-2B : 977-986.

Valladas H., Pons-Branchu E., Dumoulin J. P., Quiles A., Sanchidrián J. L. & Medina-Alcaide M. A. 2017. « U/Th and 14C crossdating of parietal calcite deposits: Application to Nerja Cave (Andalusia, Spain) and future perspectives », Radiocarbon, 59 : 1995-1967.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Panneau d’art paléolithique avec les figures représentant des biches, des cerfs, des protomés de chevaux et des signes.
Crédits © Projet de recherche de la grotte de Nerja.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/5236/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 5,0M
Titre Fig. 2. Taches rouges accidentelles dans des passages étroits (apposition par un modèle féminin).
Crédits © Projet de recherche de la grotte de Nerja.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/5236/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 7,0M
Titre Fig. 3. Panneau daté par 14C-AMS, calcite et pigment.
Crédits © Projet de recherche de la grotte de Nerja.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/5236/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Titre Fig. 4. Panneau daté par 14C-AMS et U/Th.
Crédits © Projet de recherche de la grotte de Nerja.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/5236/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 4,9M
Titre Fig. 5. Fragment de lame de silex près des panneaux d’art, avec des résidus de pigments rouges.
Crédits © Projet de recherche de la grotte de Nerja.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/5236/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 4,3M
Titre Fig. 6. Concavité naturelle présentant en son intérieur des résidus de combustion.
Crédits © Projet de recherche de la grotte de Nerja.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/5236/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

José Luis Sanchidrián-Torti et María Ángeles Medina-Alcaide, « La grotte de Nerja aujourd’hui », Les nouvelles de l'archéologie, 154 | 2018, 33-38.

Référence électronique

José Luis Sanchidrián-Torti et María Ángeles Medina-Alcaide, « La grotte de Nerja aujourd’hui », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 154 | 2018, mis en ligne le 17 juin 2019, consulté le 11 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/nda/5236 ; DOI : 10.4000/nda.5236

Haut de page

Auteurs

José Luis Sanchidrián-Torti

Université de Cordoue, Faculté de Lettres et Philosophie. Plaza del Cardenal Salazar, 3 – 14071-Córdoba (Espagne).

María Ángeles Medina-Alcaide

Université du Pays basque/Euskal Herriko Unibertsitatea, Département de géographie, préhistoire et archéologie. Tomás y Valiente s/n – 01006-Vitoria-Gasteiz (Espagne).

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals