Navigation – Plan du site

Au cœur du carrefour symbolique du golfe de Gascogne

Nouveau regard sur des grottes ornées du Paléolithique supérieur
At the heart of the symbolic crossroads of the Bay of Biscay: a new look at Upper Palaeolithic decorated caves
Diego Garate Maidagan et Olivia Rivero Vilá
p. 39-44

Résumés

The Palaeolithic cave art in Europe is specially concentrated in the Cantabrian, Pyrenean and Perigordian regions since the beginning of the research in the early twentieth century. Anyway, in the meeting point between them, where different exchanges should be taken place, there was an incomprehensible absence in the archaeological record, concerning symbolic activities.
During the last fifteen years the discoveries of cave art have been exponentially reactivated in this central area, largely by the implementation of specific surveying projects. Therefore, a new reality has been configured that provides a different vision on the conformation and development of the symbolic activity developed in the caves of the Basque Country. Subsequently, this situation will allow us to better understanding the cultural interaction between the main regions of Cantabrian, Pyrenees and the Périgord in the future.

Haut de page

Texte intégral

Merci aux archéologues qui ont pris part aux recherches et spécialement à Joseba Rios-Garaizar, Iñaki Intxaurbe et Antxieta Arkeologia Taldea, ainsi qu’aux équipes de spéléologues, en particulier Satorrak, Félix Ugarte Elkartea, Ades, Gema, Amet et Burnia. Le Conseil provincial de Bizkaia, le Conseil provincial de Guipúzcoa et le service régional de l’archéologie de Nouvelle-Aquitaine ont financé certains projets de recherche.

Du carrefour naturel au carrefour culturel

1Le cœur du golfe de Gascogne est le point d’union entre le continent et la péninsule Ibérique, à l’ouest des Pyrénées. Il s’agit également du point central de liaison, de l’interface géographique et de l’aire de transition entre les trois régions orographiquement bien définies que sont la corniche cantabrique, les Pyrénées et les Landes. Cet ensemble est limité au nord par la vallée de l’Adour, à l’ouest par la vallée du Nervión et les vallées fermées de la corniche cantabrique, au sud par la ligne de partage des eaux entre l’Atlantique et la Méditerranée et à l’est par les contreforts des Pyrénées.

2Le paysage offre une certaine unité. Les reliefs sont abrupts et escarpés dans les vallées atlantiques et plus modérés dans les zones proches du littoral, principalement au sud de l’Adour et du versant méditerranéen. Ces aires communiquent entre elles et avec les régions limitrophes par des cols de faible altitude. Ce « carrefour » naturel forme donc un corridor N/S entre continent et péninsule et entre la vallée de l’Èbre et la corniche cantabrique, et E/W entre les Pyrénées et la chaîne cantabrique. Pendant toutes les périodes historiques, il a constitué pour les hommes et pour les idées un lieu de passage et d’échanges, même au cours des époques plus rigoureuses climatiquement (Arrizabalaga 2007).

3La présence humaine dans cet espace géographique se prolonge pendant tout le Paléolithique supérieur (Garate et al. 2015a). Elle est attestée depuis le Proto-Aurignacien dans les sites de Gatzarria et Isturitz (Pyrénées-Atlantiques) ainsi qu’à Labeko Koba (Guipúzcoa). Durant l’Aurignacien, les occupations de Gatzarria et Isturitz sont très intenses avec un registre archéologique très varié. Le Gravettien, dans ses phases très anciennes, est principalement de faciès Noaillen et se trouve bien représenté dans des gisements comme Isturitz et Aitzbitarte III (Guipúzcoa). On connait également des sites de plein air entre Guipúzcoa (Ametzagaina, Irikaitz, etc.) et le nord de la Navarre (Mugarduia).

4Dans des grottes comme Antoliña ou Arlanpe (Biscaye), Amalda (Guipúzcoa) ou Azkonzillo (Pyrénées-Atlantiques) les occupations solutréennes sont moins nombreuses et uniquement tardives.

5La zone est plus riche en gisements attribués au Magdalénien, avec des sites majeurs comme Ekain et Urtiaga (Guipúzcoa), Santimamiñe (Biscaye) et surout Isturitz. Le Magdalénien ancien est présent dans la partie cantabrique, comme à Bolinkoba (Biscaye), Erralla, Urtiaga et Ermittia (Guipúzcoa), tandis que le Magdalénien moyen est mieux représenté sur le versant pyrénéen, comme à Isturitz, Brassempouy, Espalungue ou Saint-Michel (Pyrénées-Atlantiques). À la fin du Paléolithique supérieur, le nombre de gisements augmente significativement sur tout le territoire.

6Enfin, l’aire d’étude se caractérise par un peuplement continu pendant toutes les périodes du Paléolithique supérieur, sauf dans les phases initiales du Solutréen. Ce peuplement s’intensifie durant le Tardiglaciaire.

7En ce qui concerne la distribution des grottes ornées du Paléolithique supérieur en Europe, une grande concentration est signalée le long de la corniche cantabrique et des Pyrénées ainsi qu’en Périgord depuis le xxe siècle (Leroi-Gourhan 1965). Par contre, de manière incompréhensible, la densité est beaucoup plus faible au cœur de ces trois régions naturelles, dans l’épicentre du golfe de Gascogne.

Un épicentre marginal ? Chronique d’une recherche échouée au cœur du carrefour

8Durant le xxe siècle et jusqu’à ces dernières années, ce territoire a parfois été considéré comme une sorte d’anomalie dans le paysage artistique de la préhistoire. En effet, à la grande densité des sites d’habitat du Paléolithique supérieur s’opposait la surprenante rareté des grottes ornées. Cela semblait plus étonnant encore si l’on considérait la position géostratégique de cette zone de passage obligatoire entre des aires relativement semblables, très denses en art paléolithique et en interactions – au moins du point de vue sémiologique –, comme les Pyrénées, le Périgord et la région cantabrique.

9Par ailleurs, les seules grottes ornées connues appartenaient alors au Magdalénien (Altuna 1994). On ne connaissait pas de manifestations graphiques plus anciennes.

10On a qualifié de « vide basque » cette anomalie entre le registre archéologique et l’art pariétal. Plusieurs hypothèses ont été formulées pour expliquer ce déséquilibre, notamment la rareté des environnements karstiques, une anthropisation du paysage plus agressive en raison de l’exploitation minière, les fluctuations puis le recul de la ligne de côte depuis le dernier maximum glaciaire, le peuplement plus tardif du territoire (la plupart des gisements datent du Magdalénien) et enfin une tradition de la recherche focalisée sur le mégalithisme (Garate 2009).

11Au début des années 2000, plusieurs programmes de recherche et de prospections systématiques des aires karstiques et des cavités ont été entrepris, notamment par l’équipe de recherche de D. Garate dans toute la région ainsi que par le groupe d’archéologie de l’association culturelle Antxieta dans l’ouest de la province du Guipúzcoa. Les cavités ciblées devaient offrir des conditions favorables en matière d’occupation, de ressources biotiques, d’orientations ou d’altitude, etc., entre les bassins du Nervion et de la Bidasoa.

12Ces programmes de prospection ont été complétés en 2015 et 2016 par des journées de formation au patrimoine culturel souterrain destinées aux spéléologues des fédérations basques et navarraises. Elles ont permis notamment à certains groupes comme l’Asociación deportiva de espeleología Saguzarrak de Biscaye, Felix Ugarte Elkartea de Guipúzcoa et Satorrak de Navarre de faire des découvertes significatives.

13En une décennie, le Pays basque est devenu un centre d’art pariétal d’une richesse équivalente aux régions limitrophes (fig. 1).

Fig. 1. Grottes ornées dans le carrefour du golfe de Gascogne.

Fig. 1. Grottes ornées dans le carrefour du golfe de Gascogne.

Les symboles noirs représentent les découvertes du xxe siècle, et les symboles blancs les découvertes du xxie siècle. Les intitulés noirs désignent les grottes magdaléniennes, les rouges désignent les grottes anté-magdaléniennes.

La recherche aujourd’hui : un renouvellement sur la connaissance artistique

14Entre 2001 et 2018, 23 nouveaux ensembles d’art pariétal ont été localisés, contre seulement 14 durant tout le xxe siècle (graph. 1). Quelques gisements comme Atxurra et Armintxe en Biscaye ou Aitzbitarte IV dans le Guipúzcoa peuvent être considérés comme de « grands sanctuaires », au même titre que Santimamiñe, Ekain et Altxerri dans la même province ou Erberua dans les Pyrénées-Atlantiques.

Graph. 1. Évolution du nombre de découvertes de grottes ornées dans le Pays basque.

Graph. 1. Évolution du nombre de découvertes de grottes ornées dans le Pays basque.

Conception graphique Soledad Munoz Gouet

15Dans les premières années, les découvertes ont été réalisées de manière fortuite dans le cadre de nouveaux projets de fouilles en grottes, comme ce fut le cas pour trois petits ensembles pariétaux constitués principalement de points et de taches rouges : Antoliña en Biscaye (Aguirre Ruiz de Gopegui 2001) ou Astigarraga et Praile Aitz dans le Guipúzcoa (García-Díez et al. 2011, 2012).

16D. Garate a mis en place une prospection systématique des grottes dans le but d’identifier de nouvelles gravures et peintures paléolithiques en 2011, année où une série de chevaux peints en rouge a été localisée dans la cavité d’Askondo, connue et archéologiquement explorée depuis le début du xxe siècle (Garate & Rios-Garaizar 2012a).

17Un an plus tard, deux bisons et un cheval rouge de grande taille (fig. 2) ont été découverts sur un grand bloc tombé du plafond dans la grotte de Lumentxa (Biscaye), l’un des gisements les plus connus du Pays basque, fouillé à plusieurs reprises depuis le début du xxe siècle (Garate & Rios-Garaizar 2012b). Dans le même temps, quelques taches rouges qui correspondent peut-être à des vestiges de figures animales très effacées ont été identifiées dans la grotte de Aitzbitarte IV (Garate et al. 2015a), fouillée depuis la fin du xixe siècle.

Fig. 2. Panneau orné découvert dans la grotte de Lumentxa en 2012.

Fig. 2. Panneau orné découvert dans la grotte de Lumentxa en 2012.

© D. Garate.

18Parallèlement, dans le cadre des prospections qu’il menait dans le bassin du Deba dans le Guipúzcoa, le groupe Antxieta a repéré une série de peintures de biches et bouquetins dans la grotte de Danbolinzulo puis des gravures figurant une dizaine d’animaux dans celle de Erlaitz, deux gisements archéologiques connus, le premier depuis 1980, le second depuis 1978 (Abaunza et al. 2015 ; Iriarte Chiapusso et al. 2014).

19Depuis lors, les découvertes de grottes se sont intensifiées à la faveur des journées de formation des spéléologues déjà mentionnées et de leur participation aux prospections systématiques : après les gravures de Aitzbitarte III, V et IX et de l’ensemble d’Atxurra (Guipúzcoa) en 2015 (Garate et al. 2016a et 2016b), les spéléologues du groupe ADES ont découvert en 2016, à Lekeitio en Biscaye, la grotte de Armintxe, ornée de gravures magdaléniennes de félins et de signes claviformes typiquement pyrénéens (González Sainz & López Quintana 2018).

Une nouvelle vision : reformuler l’art paléolithique du carrefour

20Ces données renouvellent le panorama du registre artistique basque pendant le Paléolithique. L’aire définie plus haut se singularise par sa densité graphique élevée et étendue dans le temps, et par des caractéristiques propres intégrées à des réseaux de circulation de formes graphiques plus ou moins évolutives. Les dix-neuf gisements récemment découverts apportent des informations chronologiques significatives puisqu’ils présentent des figures animales qui permettent d’esquisser une évolution artistique régionale au cours du Paléolithique supérieur (tabl. 1).

Tabl. 1. Chronogramme des grottes ornées du Pays basque selon le système de datation préférentielle.

Tabl. 1. Chronogramme des grottes ornées du Pays basque selon le système de datation préférentielle.

Le début de l’art : les premières pièces du puzzle

21On ne dispose que de très peu d’informations sur les plus anciennes manifestations artistiques dans la péninsule Ibérique. Dans la grotte de Altxerri B (Guipúzcoa), où l’accès original s’est effondré, un panneau principal comporte une figuration de bison atteignant 4 mètres de long, un félin, un ours, quelques traits appariés et des traces de figures moins lisibles, en rouge et grenat. Au pied du panneau, des fragments de charbon, d’ocre et d’os, parfois brûlés, ont été découverts. L’ensemble osseux a été daté d’environ 39 ka cal BP (Altuna 1996 ; González Sainz et al. 2013). Du point de vue formel, les peintures montrent plus de similitudes avec l’art de grottes comme Chauvet (Ardèche) qu’avec celles de la région cantabrique, où on ne connait pas d’équivalent.

22Plus tard, pendant le Gravettien, le registre artistique est plus proche des traditions graphiques cantabriques et d’autres traditions artistiques graphiques européennes. Ainsi de l’art pariétal d’Askondo (Biscaye), avec ses mains négatives et ses têtes de chevaux en « bec de canard », mais aussi ses chevaux de grande taille associés en couples, peints près des entrées et utilisant parfois la technique des points alignés, proches des figures d’Altamira ou de La Pasiega B. Enfin, un os fiché sur la paroi à côté des panneaux peints a été daté de 23 760 ± 110 BP (28 954-28 035 cal BP) (Garate & Rios-Garaizar 2012a). Dans le Guipúzcoa, la grotte de Danbolinzulo, ornée de petits bouquetins peints en points rouges, présente des parallélismes directs avec des grottes de la partie centrale et occidentale de la région cantabrique, élargissant vers l’est l’aire d’influence de cette tradition graphique (Abaunza et al. 2015).

23Dans les Pyrénées-Atlantiques, dans la grotte d’Erberua, les cinq mains négatives en rouge et noir (Larribau 2013) et quelques figures gravées selon les mêmes conventions graphiques que dans l’art mobilier gravettien d’Isturitz (Rivero & Garate 2014) et dans l’art pariétal de grottes comme Gargas (Hautes-Pyrénées) ou Cussac (Dordogne) plaident en faveur d’une phase gravettienne du décor. Les gravures découvertes dans les grottes de Aitzbitarte III et IX épousent ce même schéma formel. Ce sont, à ce jour, avec la grotte d’Alkerdi 2 récemment découverte en Navarre, les seuls exemples de ce type attestés dans la péninsule Ibérique (Garate et al. 2016a, 2017).

Vers un art global : le rôle du carrefour au Magdalénien

24Pendant cette période, la production artistique de la région cantabrique, des Pyrénées et du Périgord, s’est développée de façon spectaculaire tout en atteignant, vers 14 500 ans BP, une homogénéité thématique et formelle plus marquée qu’aux périodes antérieures (Fritz et al. 2007).

25Les récentes découvertes faites au Pays basque, avec des ensembles particulièrement significatifs comme Atxurra et Armintxe, ainsi que la révision d’autres déjà connus, montrent clairement l’importance de ce carrefour d’influences.

26La nouvelle étude des gravures du Pilier gravé d’Isturitz a mis en rapport les figurations pariétales et les pièces d’art mobilier du Magdalénien moyen de ce gisement (Garate et al. 2016c). La révision de l’ensemble d’Etxeberri (Pyrénées-Atlantiques) a fourni des données chronologiques : dans la salle des Peintures, au pied du panneau des chevaux tracés en argile et à côté d’un cheval bichrome noir et rouge, nous avons identifié des traces d’ocre en surface et recueilli dans un petit sondage quelques pièces en silex et os brûlé, dont les dates 14C sont ca. 13 800-13 400 BP (Garate et al. 2012).

27Complètes ou partielles, les autres études de sites du Guipúzcoa – Altxerri A, Santimamiñe et Ekain – et des Pyrénées-Atlantiques – Oxocelhaya, Sinhikole, Sasiziloaga – apportent quelques nuances à l’interprétation de l’art pariétal et de son rôle dans le contexte régional (Garate et al. 2015a). Dans le cas de la grotte d’Alkerdi (Navarre), on peut ajouter la découverte d’une galerie ornée inédite, avec des figures de bisons et de chevaux de style pyrénéen (Garate & Rivero 2015).

28En ce qui concerne les nouvelles cavités ornées, quelques-unes montrent des ensembles modestes mais très caractéristiques du Magdalénien moyen et supérieur, comme Aitzbitarte V (Garate et al. 2016a) ou Lumentxa (Garate et al. 2012). Parmi les trois grands sanctuaires récemment découverts, la grotte d’Atxurra, où les fouilles archéologiques ont repris en 2014, est bien connue des randonneurs, des spéléologues et des chercheurs (Garate et al. 2016b). Dans la partie plus profonde de la cavité, sur 200 m de galerie et, dans la majorité des cas, sur des plateformes et des zones hautes d’accès difficile, nous avons identifié plus d’une douzaine de secteurs ornés, principalement des figures animales gravées (fig. 3). Trois secteurs se distinguent par la haute concentration de figurations et par la présence de matériel archéologique en surface (charbons, lames en silex, etc.), au pied des panneaux gravés. Les bisons et les chevaux sont les sujets dominants, devant les aurochs, les biches, les rennes et les bouquetins. Quelques conventions, comme les crinières de cheval à double ligne (Rivero & Sauvet 2014) et les bouquetins vus de face, plaident pour un décor de la cavité pendant le Magdalénien supérieur.

Fig. 3. Frise ornée dans la « salle des bisons » de la grotte d’Atxurra.

Fig. 3. Frise ornée dans la « salle des bisons » de la grotte d’Atxurra.

© Relevé O. Rivero et M. Cobo.

29La grotte d’Armintxe est une grotte urbaine découverte grâce à la désobstruction d’une galerie colmatée. Elle possède un panneau principal portant une vingtaine de gravures parmi lesquelles ont été identifiés deux félins, des bouquetins, des chevaux et des bisons (fig. 4). À ces gravures animalières s’ajoutent des signes claviformes de type « P », qui présentent des similitudes très claires avec ceux du Tuc d’Audoubert (Ariège). Ces parallèles sont aussi évidents pour les félins gravés dans les deux grottes, éloignées de quelque 350 kilomètres – ce qui situe chronologiquement l’ensemble dans le Magdalénien moyen (González Sainz & López Quintana 2018).

30Enfin, dans la grotte d’Aitzbitarte IV, le groupe de spéléologues FUE a localisé une série de figures animales modelées en argile sur la paroi d’une cheminée d’accès difficile (fig. 5). Il s’agit de bisons, de chevaux et de deux grandes vulves, ainsi que d’empreintes de mains et de plages d’incisions (Garate et al. 2018).

Fig. 4. Panneau principal de la grotte d’Armintxe.

Fig. 4. Panneau principal de la grotte d’Armintxe.

© X. Gezuraga.

Fig. 5. Bison modelé dans l’argile de la grotte d’Aitzbitarte IV.

Fig. 5. Bison modelé dans l’argile de la grotte d’Aitzbitarte IV.

© D. Garate.

Conclusion : de la périphérie à l’épicentre

31Nous avons montré tout au long de l’article le profond changement survenu dans la connaissance des grottes ornées du Paléolithique au cœur de la zone de contact de régions déjà connues pour abriter des peintures rupestres (Cantabrie, Pyrénées et Périgord). En quinze ans, le nombre de sites a triplé, fournissant ainsi une information primordiale pour l’étude de la symbolique à laquelle adhéraient les groupes humains vivant autour du golfe de Gascogne au Paléolithique supérieur, des échanges auxquels ils procédaient et de l’évolution qu’elle a connue. Aujourd’hui, le « vide basque » a disparu et la continuité a été rétablie, grâce au rythme des découvertes qui s’est intensifié depuis 2015. La participation des spéléologues dans les programmes de recherche laisse augurer de nouvelles trouvailles dans les années à venir.

Haut de page

Bibliographie

Abaunza A., Arrizabalaga Valbuena A., García Diez M., Iriarte Chiapusso M. J., Ochoa B., Vigiola-Toña I. & Antxieta Arkeologi Taldea. 2015. « Cueva de Danbolinzulo (Zestoa) », Arkeoikuska: Investigación arqueológica, 2015 : 369-371.

Aguirre Ruiz de Gopegui M. 2001. « Antoliñako koba (Gautegiz Arteaga) : V Campaña », Arkeoikuska : Investigación arqueológica, 2001 : 98-100.

Altuna J. 1994. « El arte rupestre paleolítico en el País Vasco », Revista Internacional de Estudios Vascos, 49-1 : 13-26.

Altuna J. 1996. « Hallazgo de dos nuevos bisontes en la cueva de Altxerri (Aia, País Vasco) », Munibe Anthropologia-Arkeologia, 48 : 7-12.

Arrizabalaga A. 2007. « Frontières naturelles, administratives et épistémologiques. L’unité d’analyse dans l’archéologie du Paléolithique (dans le cas basque) ». In : N. Cazals, J. González Urquijo & X. Terradas (dir.), Frontières naturelles et frontières culturelles dans les Pyrénées préhistoriques. Santander, PubliCan-Ediciones de la Universidad de Cantabria : 27-37.

Fritz C., Tosello G. & Sauvet G. 2007. « Groupes ethniques, territoires, échanges : la “notion de frontière” dans l’art magdalénien ». In : N. Cazals, J. González Urquijo & X. Terradas (dir.), Frontières naturelles et frontières culturelles dans les Pyrénées préhistoriques. Santander, PubliCan-Ediciones de la Universidad de Cantabria : 165-181.

Garate D. 2009. « Arte parietal paleolítico en el golfo de Bizkaia: de los santuarios clásicos a la declaración de Patrimonio de la Humanidad », actes du colloque « Medio siglo de arqueología en el cantábrico oriental y su entorno », Congreso Internacional del Instituto Alavés de Arqueología, 27-30 novembre 2007 : 729-744.

Garate D. & Rios-Garaizar J. 2011. « La grotte d’Askondo (Pays basque) : nouvelle découverte dans le golfe de Gascogne », International Newsletter on Rock Art, 61 : 3-9.

Garate D. & Rios-Garaizar J. (dir.). 2012a. « La cueva de Askondo (Mañaria, Bizkaia). Arte parietal y ocupación humana durante la Prehistoria », Kobie, n° spécial « Excavaciones Arqueológicas en Bizkaia », 2.

Garate D. & Rios-Garaizar J. 2012b. « L’art pariétal magdalénien de la grotte de Lumentxa (Pays basque) », International Newsletter on Rock Art, 64 : 16-20.

Garate D. & Rivero O. 2015. « La “galería de los bisontes” : un nuevo sector decorado en la cueva de Alkerdi (Urdazubi/Urdax, Navarra) », Zephyrus, 75-1 : 17-39.

Garate D., Bourrillon R. & Rios-Garaizar J. 2012. « La grotte ornée paléolithique d’Etxeberri (Camou-Cihige, Pyrénées-Atlantiques) : datation du contexte archéologique de la “salle des Peintures” », Bulletin de la Société préhistorique française, 109-4 : 637-650.

Garate D., Rivero Vila O., Ruiz-Redondo A. & Rios-Garaizar J. 2015a. « At the crossroad: A new approach to the Upper Paleolithic art in the Western Pyrenees », Quaternary International, 364 : 283-293. https://doi.org/10.1016/j.quaint.2014.05.054

Garate D., Rivero Vila O., Ruiz-Redondo A. & Rios-Garaizar J. 2015b. « Discussion: “Chronology of western Pyrenean Paleolithic cave art: A critical examination” by Blanca Ochoa and Marcos García-Díez », Quaternary International, 368 : 88-91. https://doi.org/10.1016/j.quaint.2014.11.067

Garate D., González Sainz C., López Quintana J. C., Guenaga A., García Gamero A., Aranzabal G., Medina-Alcaide M. A. 2015c. « Morgotako koba : nouvelle grotte ornée au Pays basque », International Newsletter on Rock Art, 73 : 1-5.

Garate D., Rios-Garaizar J., Rivero O. & Ugarte Elkartea F. 2016a. « Trois nouvelles grottes décorées à Aitzbitarte (Pays basque) », International Newsletter on Rock Art, 75 :1-5.

Garate D., Rivero O., Rios-Garaizar J. & IntxaurbI. 2016b. « La grotte d’Atxurra : un nouveau sanctuaire majeur du Magdalénien au Pays basque », International Newsletter on Rock Art, 76 : 1-4.

Garate D., Rivero O., Labarge A. & Normand C. 2016c. « Le pilier gravé de la grotte d’Isturitz (Saint-Martin-d’Arberoue, Pyrénées-Atlantiques) : cent ans après sa découverte », Bulletin de la Société préhistorique française, 113-3 : 501-522.

Garate D., Tapia J., Rivero O., Álvarez I., Abendaño V., Aranburu A., Arriolabengoa M., Bodego A., Calvo J. I., Garcia-Garcia E., Hermoso de Mendoza A., Ibarra F., Iriarte E., Legarrea J., del Val M. & Agirre J. 2017. « Alkerdi 2 : grotte ornée gravettienne des Pyrenées occidentales », International Newsletter on Rock Art, 79 : 10-12.

Garate D., Rivero O., Rios-Garaizar J. & Ugarte Elkartea F. 2018. « Du nouveau à Aitzbitarte (Pays basque) : l’alcôve des bisons sur argile », International Newsletter on Rock Art, 80 : 8-11.

García Díez M., Mujika Alustiza J. A., Sasieta M., Arruabarrena J. & Alberdi J. 2011. « La grotte d’Astigarraga (Deba, Guipuzcoa, Spain). Activité archéologique et occupation humaine », International Newsletter on Rock Art, 60 : 13-16.

García-Díez M., Ochoa B., Mujika J. A., Peñalver X. & San Jose S. 2012. « L’art dans la grotte paléolithique de Praileaitz I (Gipuzkoa, Espagne) », International Newsletter on Rock Art, 64 : 12-16.

González Sainz C. & Ruiz Idarraga R. 2010. « Una nueva visita a Santimamiñe : precisiones en el conocimiento del conjunto parietal paleolítico », Kobie, n° spécial « Anejo », 11.

González Sainz C., Ruiz Redondo A., Garate Maidagan D. & Iriarte Avilés E. 2013. « Not only Chauvet: dating Aurignacian rock art in Altxerri B Cave (northern Spain) », Journal of Human Evolution, 65-4 : 457-464.

González Sainz C. & López Quintana J. C. 2018. « La grotte d’Armintxe. Nouveau centre d’art pariétal magdalénien près de l’embouchure du rio Lea (Lekeitio, PaysBasque, Espagne) », International Newsletter on Rock Art, 80 : 18-22.

Iriarte Chiapusso M. J., García M., Arrizabalaga Valbuena A., Antxieta Jakintza Taldea. 2014. « Cuevas Danbolinzulo y Erlaitz », Arkeoikuska: Investigación arqueológica, 2014 : 381-382.

Larribau J. D. 2013. La grotte d’Erberua. Art pariétal préhistorique du Pays basque (Isturitz-Oxocelhaya-Erberua). [Orthez], l’auteur.

Leroi-Gourhan A. 1965. La préhistoire de l’art occidental. Paris, Mazenod.

Ochoa B. & García-Díez M. 2014. « Chronology of Western Pyrenean Paleolithic cave art: A critical examination », Quaternary International, 364 : 272-282.

Rivero O. & Garate D. 2014. « L’art mobilier gravettien sur support lithique de la grotte d’Isturitz (Saint-Martin-d’Arberoue, Pyrénées-Atlantiques, France) : une collection redécouverte », Paléo, 25 : 247-276. https://journals.openedition.org/paleo/2827

Rivero O. & Sauvet G. 2014. « Defining Magdalenian cultural groups in Franco-Cantabria by the formal analysis of portable artworks », Antiquity, 88-339 : 64-80.

ronie-Vivien M. R. 1974. « Découverte d’une nouvelle grotte ornée en Pays basque : la grotte du Sinhikole-ko-karbia (Camou-Cihige, Pyrénées-Atlantiques) », Bulletin de la Société préhistorique française, 71-2 : 40-44.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Grottes ornées dans le carrefour du golfe de Gascogne.
Légende Les symboles noirs représentent les découvertes du xxe siècle, et les symboles blancs les découvertes du xxie siècle. Les intitulés noirs désignent les grottes magdaléniennes, les rouges désignent les grottes anté-magdaléniennes.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/5266/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Titre Graph. 1. Évolution du nombre de découvertes de grottes ornées dans le Pays basque.
Crédits Conception graphique Soledad Munoz Gouet
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/5266/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Fig. 2. Panneau orné découvert dans la grotte de Lumentxa en 2012.
Crédits © D. Garate.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/5266/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 4,7M
Titre Tabl. 1. Chronogramme des grottes ornées du Pays basque selon le système de datation préférentielle.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/5266/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 259k
Titre Fig. 3. Frise ornée dans la « salle des bisons » de la grotte d’Atxurra.
Crédits © Relevé O. Rivero et M. Cobo.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/5266/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 3,7M
Titre Fig. 4. Panneau principal de la grotte d’Armintxe.
Crédits © X. Gezuraga.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/5266/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 29M
Titre Fig. 5. Bison modelé dans l’argile de la grotte d’Aitzbitarte IV.
Crédits © D. Garate.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/5266/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 15M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Diego Garate Maidagan et Olivia Rivero Vilá, « Au cœur du carrefour symbolique du golfe de Gascogne »Les nouvelles de l'archéologie, 154 | 2018, 39-44.

Référence électronique

Diego Garate Maidagan et Olivia Rivero Vilá, « Au cœur du carrefour symbolique du golfe de Gascogne »Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 154 | 2018, mis en ligne le 17 juin 2019, consulté le 15 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/nda/5266 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nda.5266

Haut de page

Auteurs

Diego Garate Maidagan

Instituto internacional de investigaciones prehistóricas de Cantabria, Universidad de Cantabria. Av. de los Castros, 52. 39005 Santander (Cantabria), Espagne.

Olivia Rivero Vilá

Departamento de prehistoria, historia antigua y arqueología, Facultad de geografía e historia, Universidad de Salamanca. C/ Cervantes S/N, 37002 Salamanca (Castille-et-León), Espagne.

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals