Navigation – Plan du site

Un art rupestre paléolithique au-delà de l’Oural ?

Palaeolithic rock art beyond the Ural Mountains?
Catherine Cretin, Jean-Michel Geneste, Hugues Plisson, Lydia V. Zotkina, Dimitri V. Cheremisin, Vyacheslav I. Molodin, Jean-Jacques Delannoy, Philip Deline et Ludovic Ravanel
p. 45-50

Résumés

L’estimation chronologique de figures rupestres sur des critères stylistiques, a fortiori lorsqu’un âge très ancien est supposé, est difficile à faire valoir. C’est le cas des représentations animalières en plein air du sud de l’Altaï et du nord-ouest de la Mongolie présentant certains caractères compatibles avec les canons de l’art paléolithique. À défaut de pouvoir dater directement ces pétroglyphes, différents registres d’expertise ont été explorés, à la fois sur leur facture (outils de pierre), leur substrat, leur implantation topographique et leur accessibilité passée (rochers libérés des glaciers avant la fin du Paléolithique supérieur), afin de décliner les objections pouvant être immédiatement opposées aux comparaisons graphiques. Cette approche interdisciplinaire, mobilisant microscopie, tracéo-technologie, imagerie 2D et 3D, SIG, géomorphologie et datations cosmogéniques, a été mise en œuvre dans le cadre du laboratoire international associé franco-russe ARTEMIR.

Haut de page

Texte intégral

À la mémoire d’Ekaterina Devlet.

1Les productions symboliques sont des marqueurs importants pour l’étude des échanges culturels au Paléolithique supérieur. L’art mobilier offre, avec les éléments de parure et les statuettes féminines et animalières (Abramova 1995), les témoins les plus convaincants de tels échanges à l’échelle du continent eurasiatique. L’extension de l’art pariétal est plus réduite, puisque cette forme d’expression ne dépasse pas l’Oural, avec les grottes de Kapova, Serpievskaya et Ignatevskaya (Shirokov & Petrin 2013 ; Shirokov 2015 ; Khisamitdinova, Kotov & Nafikov 2016). Cela tient évidemment à la faible proportion de massifs karstiques par rapport à l’immensité des territoires au-delà de l’Oural, mais aussi à des conditions de conservation probablement moins favorables et à des implantations humaines circonscrites à quelques zones propices de la Sibérie.

2Outre sa capacité à préserver les traces les plus ténues, l’avantage archéologique du milieu souterrain réside dans les effondrements ou les obturations de galeries qui, s’ils sont datés, permettent de fixer la fourchette chronologique de leur fréquentation (Sadier et al. 2012). La présence d’un art pariétal animalier est un indice fort de temporalité paléolithique car, aux époques postérieures, protohistoriques et historiques, les cavités sont le lieu d’autres usages (funéraire, pastoral, etc.), tandis que les pratiques picturales figuratives sont à l’extérieur ou bien dans des monuments bâtis.

3L’estimation chronologique des figures de plein air est plus malaisée car, sur un même support rocheux ou dans une même zone, peuvent se côtoyer des représentations d’âges très différents, sur des sites parfois fréquentés jusqu’à l’époque contemporaine sans interruption des pratiques graphiques. Rares sont les sites d’art rupestre en plein air qui ont pu être attribués avec certitude au Pléistocène, par datation directe ou corrélation stratigraphique (Aubry & Sampaio 2008 ; Delannoy et al. 2012, 2017). Le plus souvent, l’estimation de l’ancienneté procède d’un raisonnement analogique et de critères relatifs. Les pétroglyphes de l’Altaï russe et mongol, situés au centre du continent eurasiatique, sont dans cette situation (Ksica 1988).

Historique des recherches

4En 1990, V. I. Molodin, de l’Institut d’archéologie et d’ethnographie de Novossibirsk (branche sibérienne de l’Académie des sciences de Russie), dirige une expédition sur le plateau de l’Ukok dans l’Altaï russe, près de la frontière avec la Chine, le Kazakhstan et la Mongolie. D. V. Cheremisin découvre alors à Kalgutinskyï Rudnik, à 2 400 m d’altitude, des pétroglyphes ne présentant aucun point de comparaison stylistique avec l’art rupestre de l’âge du bronze, de l’âge du fer et des périodes plus récentes (Cheremisin 1995-1996 ; Molodin & Cheremisin 1999, 2007), non plus qu’avec les traditions néolithiques régionales. Les thèmes, animaliers, et le style des représentations réalisées par piquetage évoquent plutôt les formes paléolithiques franco-cantabriques. Au total, treize figures sont inventoriées : quatre chevaux, trois bovidés, deux caprinés, un cervidé, un animal acéphale et deux motifs indéterminés. Ces animaux présentent des caractéristiques stylistiques proches des représentations gravettiennes (fig. 1). Avec prudence, les auteurs de la monographie de Kalgutinskyï Rudnik avancent l’hypothèse d’une datation paléolithique à laquelle les données géologiques invoquées ne semblent pas s’opposer (Redkin 1998).

Fig. 1. Cheval réalisé par piquetage continu, Kalgutinskyï Rudnik (Fédération de Russie), zone 1, n° 11-1. Longueur totale de la figure (du museau à la queue) : 53,5 cm.

Fig. 1. Cheval réalisé par piquetage continu, Kalgutinskyï Rudnik (Fédération de Russie), zone 1, n° 11-1. Longueur totale de la figure (du museau à la queue) : 53,5 cm.

© Photographie H. Plisson.

  • 1 Les images « archaïques », au sommet de la dernière terrasse alluviale, ont une localisation diffé (...)

5Les points de comparaison géographiquement proches se trouvent en Mongolie, à quelques dizaines de kilomètres de Kalgutinskyï Rudnik, dans les hautes vallées ouest du Bayan Ȏlggiy Aimag (Molodin & Cheremisin 2002). Ces sites, étudiés en 1994 au cours d’une mission internationale associant archéologues russes, mongols et américains (Jacobson-Tepfer et al. 2001 ; Jacobson 2002), ont permis de distinguer de nombreuses figurations rupestres dont certaines ont été identifiées comme des mammouths et pour lesquelles a été proposé un âge pléistocène. À proximité des mammouths, des représentations de bovidés (aurochs), de quelques caprinés (mouflon argali) et de chevaux ont également été considérées comme archaïques, sur la base de leur répartition1, de leur état de surface et, pour les chevaux, de leur parenté stylistique avec ceux de l’art pariétal paléolithique franco-cantabrique.

  • 2 L’art des origines d’Europe et de Sibérie : mondes parallèles ou univers partagé ? Convergence des (...)
  • 3 Laboratoire international associé (Lia) franco-russe « Multidisciplinary Research on Prehistoric A (...)

6Depuis 2013, cinq expéditions franco-russes successives ont été montées par l’Iaet, dans le cadre d’un programme associant la Fondation Maison des sciences de l’homme (Fmsh) et la Fondation scientifique de Russie pour les sciences humaines (Rgnf)2 puis du laboratoire international associé Artemir3, dirigées par D. V. Cheremisin et V. I. Molodin côté russe et par J.-M. Geneste côté français. Le site de Kalgutinskyï Rudnik a été réinvesti sur la base d’une approche pluridisciplinaire conjuguant différentes échelles d’analyse, depuis l’aspect des cristaux de quartz au fond des tracés jusqu’à la morphologie de la vallée glaciaire (Cheremisin et al. 2013, 2014, 2015 ; Molodin et al. 2016).

L’approche tracéo-technologique

7La tracéologie est une discipline née en Russie dans les années 1930 mais elle ne fut connue qu’à partir de la diffusion de l’ouvrage de référence de Semenov (1957, 1964). Dès l’origine, elle fut conçue par son inventeur comme une démarche intégrant l’ensemble des traces techniques observées sur tous types de matériaux. Ne se limitant pas aux traces d’utilisation, elle recouvre une part de ce qui, dans le champ de l’école française, est qualifié d’analyse technologique, raison pour laquelle nous employons ici le terme de tracéo-technologie.

8L’application à l’art rupestre de l’analyse tracéologique sur une base expérimentale systématisée n’est pas une démarche fréquente. En France, elle a été appliquée à l’expertise des rochers gravés de Fornols-Haut, dans les Pyrénées-Orientales (D’Errico et al. 2002). En Russie, E. Devlet et E. Girya ont développé une méthode adaptée aux figures piquetées (Girya & Devlet 2010). Le procédé qu’ils ont élaboré est basé sur la projection d’une ombre permettant de relever le profil des reliefs des piquetages expérimentaux et archéologiques afin d’identifier les outils employés. Les profils des tracés réalisés avec un outil métallique sont beaucoup plus réguliers que ceux exécutés avec un outil en pierre, en raison de la dégradation plus rapide des extrémités actives lithiques. Cette méthode a, depuis, été transposée aux relevés tridimensionnels numériques par H. Plisson et L. Zotkina (Zotkina et al. 2014 ; Plisson 2015 ; Plisson & Zotkina 2015).

9Pour des raisons pratiques, à Kalgutinskyï Rudnik, les observations « tracéologiques » et « technologiques » ont d’abord été conduites séparément et à des échelles d’observation différentes : la confrontation des résultats a montré que leurs conclusions étaient à la fois convergentes et complémentaires. Leur application aux figures du site de Kalgutinskyï Rudnik était destinée à déterminer, après analyse et expérimentation, si les piquetages dessinant les formes supposées paléolithiques avaient été faits avec un outil métallique ou un outil de pierre. Le support rocheux étant une rhyolite, roche volcanique dure composée de grains minéraux (quartz notamment), le référentiel a dû être adapté à ce substrat. En conclusion de nos travaux, il ressort que les piquetages des figures en question furent réalisés à la pierre.

  • 4 La figure n’est jamais perçue directement dans sa totalité : il faut un déplacement, de la source (...)

10Une diversité technique s’observe dans le tracé des figures. Certaines étaient formées de piquetages serrés en lignes continues, d’autres en lignes discontinues. Quelques-unes, déjà relevées par D. V. Cheremisin, ne procèdent pas d’un piquetage mais d’une abrasion superficielle. À ce stade, il est important de préciser l’importance fondamentale de l’aspect de surface de la roche-support : celle-ci présente un vernis glaciaire foncé et très brillant, mis à profit pour créer non seulement un contraste de couleur, mais aussi un contraste entre la brillance de la surface naturelle et la matité provoquée par les traces techniques. Ce vernis résulte vraisemblablement de l’altération physico-chimique microscopique produite par tout frottement, à l’interface des matériaux en contact (le troisième corps de la tribologie). Les figures les plus ténues nous paraissent avoir été obtenues seulement par élimination de cette surface brillante, sans creusement véritable de la rhyolite. Elles n’apparaissent donc que de manière fugace, partielle, selon l’incidence des rayons lumineux4. Les traces d’impact sont rares, les principaux stigmates étant des arrachements, de fines stries dans le vernis glaciaire ou des fissures en étoile sur les grains de quartz (fig. 2). L’hypothèse avancée par C. Cretin et L. Zotkina, après observation à différentes échelles et expérimentation, est celle d’une réalisation des contours de ces figures par raclage. Une fois ces stigmates relevés, de nouvelles figures sont apparues. Nous les avons qualifiées de « figures fantômes ». Pour finir, une troisième catégorie technique, la gravure fine, a pu être identifiée sur une représentation de cheval de petite taille (fig. 3).

Fig. 2. Les principaux stigmates résultant de l’action de raclage.

Fig. 2. Les principaux stigmates résultant de l’action de raclage.

1. Arrachement du vernis. 2. Fines stries. 3. Fissures sur les grains de quartz.

© a : photographie L. V. Zotkina ; b et c : photographie C. Cretin.

Fig. 3. Grand cheval (n° 06-2) réalisé par raclage et petit cheval gravé (n° 06-3), Kalgutinskyï Rudnik (Fédération de Russie), zone 1.

Fig. 3. Grand cheval (n° 06-2) réalisé par raclage et petit cheval gravé (n° 06-3), Kalgutinskyï Rudnik (Fédération de Russie), zone 1.

© Relevé et Dao C. Cretin.

11En 2017, la possibilité d’effectuer des observations et découvertes similaires nous a été offerte grâce à une mission en Mongolie organisée par V. I. Molodin et D. Tseevendorj sur les sites de Baga Oïgour et Tsaagan Tsalaa (Cheremisin et al. 2018). La même diversité technologique (piquetages continus, discontinus, raclage et gravure fine) a pu y être observée. Ces éléments confortent les comparaisons stylistiques et leur inférence chronologique, alors que ces sites présentent des représentations d’éléphantidés (fig. 4) formellement très proches de certains mammouths de la phase ancienne de l’art pariétal européen, en particulier ceux de la grotte de Baume-Latrone (Gard, France).

Fig. 4. Mammouth recouvert d’un piquetage postérieur à 1994, Baga Oïgour (Mongolie, zone III, n° 1).

Fig. 4. Mammouth recouvert d’un piquetage postérieur à 1994, Baga Oïgour (Mongolie, zone III, n° 1).

© Relevé et Dao C. Cretin, photographie L. V. Zotkina.

L’approche géomorphologique

12Menée par J.-J. Delannoy, P. Deline et L. Ravanel sur le site de Kalgutinskyï Rudnik et son proche environnement, l’approche géomorphologique a déjà été déployée avec succès sur des sites d’art rupestre (Delannoy et al. 2012, 2013, 2018). En Ukok, elle a reposé sur deux échelles d’analyse spatiale, celle des roches gravées et celle de la vallée. L’étude « locale » du secteur des roches moutonnées gravées s’est appuyée sur une cartographie géomorphologique. Les formes et microformes (stries, marques de broutage) glaciaires ont été relevées avec précision, ainsi que les variations de faciès de la rhyolite et les éléments structuraux (pendages). Cette cartographie a mis en évidence :

  • une localisation préférentielle des gravures sur les surfaces polies par le glacier (partie bombée des roches moutonnées) ;
  • un réseau très dense de stries qui présentent deux, voire trois directions entrecroisées dans les zones hautes, témoignant de différents flux de glace au cours des avancées glaciaires ;
  • une seule direction de stries glaciaires dans la zone la plus basse.

13Cette différence a été rapportée à un contraste de résistance lithologique : le fait de ne relever qu’une seule direction dans le secteur 1 serait lié au substrat plus tendre qui n’a pas conservé dans le temps les différentes marques des glaciers. Seules les stries du dernier passage glaciaire sont imprimées sur les roches moutonnées. Il est intéressant de croiser cette information avec la densité élevée de gravures dans ce secteur (fig. 5), densité qui tient peut-être au choix d’un affleurement rocheux plus aisé à travailler.

Fig. 5. Kalgutinskyï Rudnik, localisation des principales orientations des stries glaciaires et des pétroglyphes.

Fig. 5. Kalgutinskyï Rudnik, localisation des principales orientations des stries glaciaires et des pétroglyphes.

© Photographie L. Ravanel, Dao C. Cretin.

14La seconde échelle d’observation avait pour objectif de déterminer l’âge maximal des gravures en reconstituant les extensions passées des glaciers encore visibles dans le paysage et en estimant au mieux leur âge. Deux approches complémentaires ont été mises en œuvre :

  • la comparaison de ces extensions avec l’actuelle, voire avec celle rapportée au Petit Âge glaciaire (Pag) ;
  • la détermination de la ligne d’équilibre glaciaire (Leg)5 passée en la comparant avec l’actuelle Legdans la région (c. 3 300 m, Lemkhul et al. 2004). Cette reconstitution s’est appuyée sur le relevé d’une carte géomorphologique détaillée de la vallée de la Kalguty, à partir d’un fond préparé par E. Ployon (Edytem). Ce fond ortho-photographique couplé à des données topographiques équidistantes de 10 m a été élaboré à partir d’images satellites disponibles en ligne. Les marqueurs de l’activité et de l’extension glaciaire (tills, moraines, marques d’érosion) ont été plus particulièrement recherchés. La carte a permis de reconnaître trois complexes morainiques de taille inégale, situés en amont du secteur des roches moutonnées gravées et témoignant d’extensions glaciaires qui n’ont pas atteint le site rupestre. Leur situation, à plusieurs kilomètres en aval des moraines rapportées au Pag, permet de proposer un âge tardiglaciaire sur la base d’une comparaison avec les valeurs altitudinales de la Leg définies dans les Alpes au Tardiglaciaire, nettement plus basses qu’au Pag. Cette approche comparative suggère les âges de 15-14 (stade Daun) et 12 ka (stade Egesen).

15Pour confirmer l’hypothèse d’un désenglacement progressif du secteur gravé depuis au moins 15-14 ka et en préciser les âges, des échantillons de roche étagés sur le versant ont été prélevés afin de procéder à leur datation du temps d’exposition par nucléides cosmogéniques (10Be).

Conclusion

16L’approche pluridisciplinaire du site de Kalgutinskyï Rudnik permet d’écarter l’objection d’anachronisme qui pesait contre l’hypothèse d’un âge paléolithique de certaines figures : les piquetages ne furent pas réalisés avec des outils métalliques, tandis que les roches moutonnées, support des pétroglyphes, étaient libres des glaces avant la fin du Paléolithique supérieur. Les analyses tracéo-technologiques révèlent d’autres modes de représentation, la gravure fine et la technique par abrasion, également réalisée avec un instrument en pierre. L’ensemble du registre technique et thématique se retrouve sur les sites de Baga Oïgour et Tsaagan Tsalaa en Mongolie, éloignés d’une vingtaine de kilomètres, et dans lesquels a également été identifiée la représentation d’un animal pléistocène.

Haut de page

Bibliographie

Abramova Z. 1995. L’Art paléolithique d’Europe orientale et de Sibérie. Grenoble, Éditions Jérôme Millon (Collection « L’Homme des origines »).

Aubry T. & Sampaio J. D. 2008. « Fariseu: new chronological evidence for open-air Palaeolithic art in the Côa valley (Portugal) », Antiquity, 82-316. http://antiquity.ac.uk/ProjGall/aubry316/

Cheremisin D. V. 1995-1996. « L’art rupestre des Monts Altaï. Imaginaire des plus anciennes populations de Sibérie », Bulletin de l’Association scientifique liégeoise pour la recherche archéologique, t. XXII : 143-157.

Cheremisin D. V., Molodin V. I., Zotkina L. V., Tseveendorj D. & Cretin C. 2018 « Nouvelles recherches sur l’art rupestre le plus ancien de l’Altaï mongol » [en russe, résumé en anglais : ЧЕРЕМИСИН Д. В., МОЛОДИН В. И., ЗОТКИНА L. V., ЦЭВЭЭНДОРЖ Д. & КРЕТЭН K. 2018. Новые исследования раннего пласта наскального искусства Монгольского Алтая, Вестник НГУ. Серия : История, филология, 17-3 : 57-77].

Cheremisin D. V., Zotkina L. V., Miklachevitch  E. A., Lbova L. V., Geneste J.-M., Plisson H. & Cretin C. 2013. « Étude technologique de l’art rupestre des Monts Altaï en 2013 » [en russe : Черемисин Д. В., Зоткина Л. В., Миклашевич Е. А., Лбова Л. В., Женест Ж.-М., Плиссон Ю. & Кретан К. 2013. Исследование технологических особенностей наскальных изображений горного Алтая в 2013 году. Материалы Итоговой сессии Института археологии и этнографии СО РАН, XIX : 362-368].

Cheremisin D. V., Zotkina L. V., Plisson H. & Cretin C. 2014. « Étude des pétroglyphes de Kalgutinskyï Rudnik en 2014 » [en russe : Черемисин Д. В., Зоткина Л. В., Плиссон Ю. & Кретан К. 2014. Исследование петроглифов Калгутинского рудника в 2014 году. Проблемы археологии, этнографии, антропологии Сибири и сопредельных территорий, XX : 314-317].

Cheremisin D. V., Zotkina L. V., Plisson H., Cretin C., Geneste J.-M., Delannoy J.-J., Ravanel L. & Deline P. 2015. « Étude des pétroglyphes de l’Altaï russe en 2015 » [en russe : Черемисин Д. В., Зоткина Л. В., Плиссон Ю., Кретан К., Женест Ж.-М., Дeллaинyа Ж.-Ж., Рaвaиeль Л. & Дeлин Ф. 2015. Исследование петроглифов российского Алтая в 2015 году. Проблемы археологии, этнографии, антропологии Сибири и сопредельных территорий, XXI : 441-445].

Delannoy J.-J., David B., Geneste J.-M., Gunn R. & Katherine M. 2017. « Evidence for the origins and transformation of sheltered spaces at Nawarla Gabarnmang ». In : B. David, P. S. C. Taçon, J.-J. Delannoy & J.-M. Geneste (dir.), The Archaeology of Rock Art in Western Arnhem Land, Australia. Canberra (Australie), Anu (Australian National University) Press (coll. « terra australis », 47).

Delannoy J. -J., David B., Geneste J.-M., Katherine M., Barker B., Whear R. L. & Gunn R., 2013. « The social construction of caves and rockshelters: Chauvet Cave (France) and Nawarla Gabarnmang (Australia) », Antiquity, 87 : 12-29.

Delannoy J.-J., David B., Gunn R., Geneste J.-M. & Jaillet S. 2018. « Archaeomorphological Mapping: Rock Art and The Architecture of Place ». In : B. David & I. J. McNive (dir.), The Oxford Handbook of the Archaeology and Anthropology of Rock Art. Oxford (Royaume-Uni), Oxford University Press (coll. « Oxford Hanbooks »).

Delannoy J.-J., Geneste J.-M., David B., Katherine M., Gunn R. G. & Whear R. l. 2012. « Apports de la géomorphologie dans l’aménagement et la construction sociale de sites préhistoriques. Exemples de la grotte Chauvet-Pont-d’Arc (France) et de Nawarla Gabarnmang (Australie) », Paléo, revue d’archéologie préhistorique, 23 : 85-104. http://journals.openedition.org/paleo/2291

D’Errico F., Sacchi D. & Vanhaeren M. 2002. « L’analyse technique de l’art gravé de Fornols-Haut, Campôme, France. Implications dans la datation des représentations de style paléolithique à l’air libre ». In : D. Sacchi (dir.), L’art paléolithique à l’air libre : le paysage modifié par l’image, actes du colloque international Tautavel-Campôme, 7-9 octobre 1999. Carcassonne, Gaep (Groupe audois d’études préhistoriques), [Paris], Géopré (Association pour l'environnement géologique de la Préhistoire et des interactions entre l'homme et son cadre de vie) : 75-86.

Jacobson E. 2002. « Le plus ancien art à l’air libre en Mongolie-Altaï. Images et paléoécologie ». In : D. Sacchi (dir.), L’art paléolithique à l’air libre : le paysage modifié par l’image : actes du colloque international Tautavel-Campôme, 7-9 octobre 1999. Carcassonne, Gaep (Groupe audois d’études préhistoriques), [Paris], Géopré (Association pour l'environnement géologique de la Préhistoire et des interactions entre l'homme et son cadre de vie) : 217-226.

Girya E. H. & Devlet E. G. 2010. « Quelques résultats de la recherche méthodologique dans l’étude de la technique de piquetage en art rupestre » [en russe : Гиря E. Ю., Дэвлeт E. г. 2010. Некоторые результаты разработки методики изучения техники выполнения петроглифов пикетажем, Уральский исторический вестник. Екатеринбург, 26-1 : 107-118].

Jacobson-Tepfer E., Kubarev V. & Tseevendorj D. 2001. Répertoire des pétroglyphes d’Asie centrale : Mongolie du nord-ouest, Tsagaan Salaa/Baga Oigor. Paris, De Boccard (coll. « Mémoires de la Mission archéologique française en Asie centrale », V-6).

Khisamitdinova F. G., Kotov V. G. & Nafikov Sh. V. (dir.). 2016. Ancient sanctuaries: Archaeology, ritual, mythology. The Burziyan District of the Republic of Bashkortoskan, proceedings of International scientific Symposium, Ufa, 17-20 juin 2015. Ufa (Fédération de Russie, République du Bashkortostan), Institute for History Publishing house [bilingue russe/anglais].

Ksica M. 1988. « Rock Art in Soviet Eurasia ». In : M. Lorblanchet (dir.), Rock Art in the Old World, papers presented in Symposium A of the Aura Congress, Darwin (Australia). New Delhi, Indira Gandhi National Center for the Arts : 491-512.

Lehmkuhl F., Klinge M. & Stauch G. 2004. « The extent of Late Pleistocene glaciations in the Altai and Khangai Mountains ». In : J. Ehlers & P. L. Gibbard (dir.), Quaternary Glaciations. Extent and Chronology. Part III, South America, Asia, Africa, Australasia, Antartica, 2-C. Paris, Elsevier : 243-254.

Molodin V. I. & Cheremisin D. V. 1999. The most ancient rock drawings of the Ukok plateau. Novosibirsk, Nauka [en russe : Молодин В. И., Черемисин Д. В., 1999. Древнейшие наскальные изображения плоскогорья Укок, Новосибирск : 160 с. вкл.].

Molodin V. I. & Cheremisin D. V. 2002. « Les plus anciens pétroglyphes du plateau d’Ukok (Altaï, Russie), et leurs analogies en Asie centrale et en Europe occidentale ». In : D. Sacchi (dir.), L’art paléolithique à l’air libre : le paysage modifié par l’image : actes du colloque international Tautavel-Campôme, 7-9 octobre 1999. Carcassonne, Gaep (Groupe audois d’études préhistoriques), [Paris], Géopré (Association pour l'environnement géologique de la Préhistoire et des interactions entre l'homme et son cadre de vie) : 227-233.

Molodin V. I., Cheremisin D. V. 2007. « Petroglyphs of the Ukok Plateau », Archaeology, Ethnology and Anthropology of Eurasia, 32-4 : 190-199.

Molodin V. I., Cheremisin D. V., Cretin C., Zotkina L. V., Geneste J.-M. a Mylnikov V. P. 2016. « Étude des pétroglyphes sur le plateau d’Ukok dans le cadre de l’expédition russo-française de 2016 » [en russe : Молодин В. И., Черемисин Д. В., Кретан К., Зоткина Л. В., Женест Ж.-М., Мыльников В. П. 2016. Исследование петроглифов на плоскогорье Укок в рамках российско-французской экспедиции в 2016 году, Проблемы археологии, этнографии, антропологии Сибири и сопредельных территорий, vol XXII : 361].

Plisson H. 2015. « Digital photography in use-wear studies, from 2D to 3D ». In : R. Vergnieux & C. Delevoie (dir.), Virtual Retrospect 2013. Pessac, Éditions Ausonius : 36-47 (coll. « Archéovision »).

Plisson H. & Zotkina L. V. 2015. « From 2D to 3D at macro- and microscopic scale in rock art studies », Digital Applications in Archaeology and Cultural Heritage, vol. 2-2-3 : 102-119.

Redkin A. G. 1998. « Les conditions naturelles du plateau de l’Ukok au Pleistocène tardif-Holocène » [en russe : Редькин, А. Г. 1998. Природные условия плоскогорья Ыкок позднем Плейстоцене-Голоцене. Kандидатская диссертация географических наук, Барнаул : Алтайский Государственный университет].

Sadier B., Delannoy J.-J., Benedetti L., Bourlès D. L., Jaillet S., Geneste J.-M., Lebatard A-E. & Arnold M. 2012. « Further constraints on the Chauvet cave artwork elaboration », Proceedings of the National Academy of Sciences, 109-21 : 8 002-8 006. DOI: 10.1073/pnas.1118593109

Semenov S. A. 1957. Technologie primitive [en russe : Семенов С. А. 1957. Первобытная техника. Материалы и исследования по Археологии СССР, 54. Москва, Ленинград : Академия Наук СССР].

Semenov S. A. 1964. Prehistoric Technology. An Experimental Study of the Oldest Tools and Artefacts from Traces of Manufacture and Wear. New York (États-Unis), Barnes & Noble.

Shirokov N. V. 2015. « Some comparisons of the Paleolithic cave art between the Urals and Western Europe ». I: S. Sazelova, M. Novak & A. Mizerova (dir.), Forgotten times and spaces: New perspectives in paleoanthropological, paleoetnological and archeological studies. Brno (République Tchèque), Masaryk University, Institute of Archeology of the Czech Academy of Sciences : 347-360.

Shirokov N. V. & Petrin T. V. 2013. L’art à l’époque glaciaire. Les grottes Ignatievskaya et Serpievskaya 2 dans l’Oural du sud [en russe : Ширoкoв В. Н. & Пeтрин В. Т., 2013. Иcкуccтво Лeдникoвoго Beка, Игнaтиeвcкая и Сeрпиeвcкая 2 пeшeры нa Южнoм урaлe, Рoccийcкая aкaдeмия наук Уральcкoe Отдeлeниe Институт иcтoрии и aрхеологии cибирcкoe oтдeлeниe Института археологии и этнографии, Екатеринбург].

Zotkina L. V., Tekhterekov A. S., Kharevich V. M. & Plisson H. 2014. « An Experimental Study of Percussion Technologies in the Minusinsk Basin: Percussion and Tool Types », Archaeology, Ethnology & Anthropology of Eurasia, 42-1 : 55-65.

Haut de page

Notes

1 Les images « archaïques », au sommet de la dernière terrasse alluviale, ont une localisation différente des autres pétroglyphes, au pied des affleurements rocheux.

2 L’art des origines d’Europe et de Sibérie : mondes parallèles ou univers partagé ? Convergence des approches méthodologiques et outils d’intégration numérique, 2013-2015.

3 Laboratoire international associé (Lia) franco-russe « Multidisciplinary Research on Prehistoric Art in Eurasia – Artemir », depuis 2015.

4 La figure n’est jamais perçue directement dans sa totalité : il faut un déplacement, de la source lumineuse ou de l’observateur, pour en discerner les différents segments anatomiques.

5 La ligne d’équilibre glaciaire sépare la partie amont d’un glacier, où la glace s’accumule plus vite qu’elle ne fond, de sa partie aval, où la fusion l’emporte sur l’accumulation.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Cheval réalisé par piquetage continu, Kalgutinskyï Rudnik (Fédération de Russie), zone 1, n° 11-1. Longueur totale de la figure (du museau à la queue) : 53,5 cm.
Crédits © Photographie H. Plisson.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/5302/img-1.JPG
Fichier image/jpeg, 8,2M
Titre Fig. 2. Les principaux stigmates résultant de l’action de raclage.
Légende 1. Arrachement du vernis. 2. Fines stries. 3. Fissures sur les grains de quartz.
Crédits © a : photographie L. V. Zotkina ; b et c : photographie C. Cretin.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/5302/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Fig. 3. Grand cheval (n° 06-2) réalisé par raclage et petit cheval gravé (n° 06-3), Kalgutinskyï Rudnik (Fédération de Russie), zone 1.
Crédits © Relevé et Dao C. Cretin.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/5302/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 4. Mammouth recouvert d’un piquetage postérieur à 1994, Baga Oïgour (Mongolie, zone III, n° 1).
Crédits © Relevé et Dao C. Cretin, photographie L. V. Zotkina.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/5302/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Fig. 5. Kalgutinskyï Rudnik, localisation des principales orientations des stries glaciaires et des pétroglyphes.
Crédits © Photographie L. Ravanel, Dao C. Cretin.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/5302/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 9,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Cretin, Jean-Michel Geneste, Hugues Plisson, Lydia V. Zotkina, Dimitri V. Cheremisin, Vyacheslav I. Molodin, Jean-Jacques Delannoy, Philip Deline et Ludovic Ravanel, « Un art rupestre paléolithique au-delà de l’Oural ? », Les nouvelles de l'archéologie, 154 | 2018, 45-50.

Référence électronique

Catherine Cretin, Jean-Michel Geneste, Hugues Plisson, Lydia V. Zotkina, Dimitri V. Cheremisin, Vyacheslav I. Molodin, Jean-Jacques Delannoy, Philip Deline et Ludovic Ravanel, « Un art rupestre paléolithique au-delà de l’Oural ? », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 154 | 2018, mis en ligne le 17 juin 2019, consulté le 12 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/nda/5302 ; DOI : 10.4000/nda.5302

Haut de page

Auteurs

Catherine Cretin

Conservatrice du patrimoine au Musée national de Préhistoire des Eyzies – Université de Bordeaux/Cnrs, Umr 5199 Pacea, « De la Préhistoire à l’Actuel : culture, environnement et anthropologie ». Musée national de Préhistoire. 1, rue du Musée – 24620 Les Eyzies-de-Tayac.

Jean-Michel Geneste

Conservateur général du patrimoine honoraire – Université de Bordeaux/Cnrs, Umr 5199 Pacea, « De la Préhistoire à l’Actuel : culture, environnement et anthropologie » – Université de Savoie Mont-Blanc/Cnrs, Laboratoire Edytem, « Environnements, dynamiques et territoires de la montagne ». La Mouthe basse – 24620 Les Eyzies-de-Tayac.

Articles du même auteur

Hugues Plisson

Chargé de recherche au Cnrs – Université de Bordeaux/Cnrs, Umr 5199 Pacea, « De la Préhistoire à l’Actuel : culture, environnement et anthropologie ». Base archéologique de Campagne – 24260 Campagne.

Lydia V. Zotkina

Chercheuse, Institut d’archéologie et d’ethnographie de la branche sibérienne de l’Académie des sciences de Russie. 17, rue Lavrentyev, Novossibirsk 630090, Fédération de Russie.

Dimitri V. Cheremisin

Directeur adjoint de l’Institut d’archéologie et d’ethnographie de la branche sibérienne de l’Académie des sciences de Russie. 17, rue Lavrentyev, Novossibirsk 630090, Fédération de Russie.

Vyacheslav I. Molodin

Chercheuse, directeur adjoint et chercheur de l’Institut d’archéologie et d’ethnographie de la branche sibérienne de l’Académie des sciences de Russie. 17, rue Lavrentyev, Novossibirsk 630090, Fédération de Russie.

Jean-Jacques Delannoy

Professeur des universités, Cnrs – Université de Savoie Mont-Blanc/Cnrs, laboratoire Edytem, « Environnements, dynamiques et territoires de la montagne ». Université Grenoble Alpes/Université Savoie Mont Blanc – 73000 Chambéry, France.

Articles du même auteur

Philip Deline

Maître de conférences, Cnrs – Université de Savoie Mont-Blanc/Cnrs, laboratoire Edytem, « Environnements, dynamiques et territoires de la montagne ». Université Grenoble Alpes/Université Savoie Mont Blanc – 73000 Chambéry, France.

Ludovic Ravanel

Maître de conférences, Cnrs – Université de Savoie Mont-Blanc/Cnrs, laboratoire Edytem, « Environnements, dynamiques et territoires de la montagne ». Université Grenoble Alpes/Université Savoie Mont Blanc – 73000 Chambéry, France.

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals