Navigation – Plan du site

Les images rupestres du Sahara central

Nouvelles approches, nouveaux outils
Frédérique Duquesnoy et Jean-Loïc Le Quellec
p. 51-56

Résumés

Bien que connues depuis plus d’un siècle et demi, les peintures et les gravures rupestres du Sahara n’ont pas livré à ce jour toutes les informations qu’elles contiennent en tant que témoins de sociétés passées dont elles sont souvent les seuls vestiges. En effet, d’une part, l’échec de toute datation directe a conduit à l’établissement de séquences chronologiques non étayées ; d’autre part, favorisées par cette absence de cadre temporel précis, et basées sur des paradigmes et méthodologies dépassées, les interprétations culturelles de ces artefacts tant idéels que matériels se sont souvent avérées stériles. Toutefois, depuis les années 1990, et à l’initiative d’Alfred Muzzolini, un courant de pensée œuvre pour redonner un statut pleinement archéologique à ces images, en employant des méthodes répondant aux exigences scientifiques modernes, tant pour l’établissement de la documentation que pour son étude. Bien que le contexte actuel soit peu favorable aux recherches in situ, ces approches nouvelles ont conduit à des progrès notables dans la compréhension de ces images rupestres.
L’apparition de l’imagerie numérique a ainsi généré un apport considérable dans la constitution des corpus sahariens, en révélant des œuvres très estompées via les logiciels de traitement d’image, puis en facilitant et fiabilisant la réalisation des relevés. Par ailleurs, les bases de données informatiques autorisent désormais l’archivage pérenne de ces documents ainsi que leur portabilité vers les outils informatiques adaptés à leur étude.
Sur la base de ces inventaires plus complets, l’usage des analyses statistiques multivariées a permis de reprendre de manière vérifiable la classification stylistique des peintures et des gravures, en approfondissant le concept des « noyaux de style » proposé par Alfred Muzzolini. À partir des sériations obtenues, différents types d’informations archéologiques peuvent alors être étudiées, notamment par l’aréologie et la phylomémétique, autorisant une meilleure caractérisation des groupes auteurs.
Un autre aspect novateur que nous souhaitons promouvoir, facilité par l’usage d’Internet, est le partage des données au-delà des frontières géopolitiques ou institutionnelles afin que la recherche sur ces vestiges puisse être vraiment fructueuse.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Révélées aux regards occidentaux depuis près de cent soixante ans et réputées livrer le témoignage direct de sociétés anciennes, les peintures et les gravures rupestres du Sahara central ont suscité un grand engouement ainsi qu’une abondante littérature. Dans le contexte environnemental si spécifique du Sahara, elles constituent un précieux témoignage d’éléments idéels ou matériels des sociétés auxquelles appartenaient leurs auteurs.

2À ce jour, pourtant, leur inventaire demeure très incomplet, et leur apport à la connaissance des populations préhistoriques et protohistoriques ayant occupé ce sous-continent très limité. En effet, ces images rupestres ont subi un désintérêt progressif de la part des chercheurs, dû certes aux difficultés à réunir des corpus satisfaisants, mais surtout imputable à l’échec de toutes les tentatives de datation directe, conduisant à une absence de cadre chronologique précis (Le Quellec 2013a). Cette dernière lacune a ouvert la voie à l’élaboration de séquences chronologiques non validées, accompagnées de théories culturelles stériles en raison de déficiences conceptuelles et méthodologiques héritées du xixe siècle puis du « pape de la préhistoire », l’abbé Henri Breuil (Muzzolini 1995 ; Le Quellec 1998 ; Duquesnoy 2015) :
- classification évolutionniste et « géologique » des iconographies rupestres ;
- jugements esthétiques subjectifs inspirés de l’histoire de l’art européenne ;
- vision racialiste totalement dépassée des figurations anthropomorphiques ;
- raisonnements circulaires consistant à classer a priori les images, de manière purement intuitive, dans des catégories prédéfinies, puis à faire rentrer de force de nouveaux faits dans le modèle, au prix de bricolages acrobatiques et d’hypothèses ad hoc, plutôt que de reprendre l’ensemble des documents pour élaborer un nouveau système de classification.

3Ces carences ont contribué à discréditer les corpus rupestres sahariens comme témoins archéologiques fiables, alors même que l’on avait espéré obtenir de ces images une perspective inégalable sur les cultures qui les ont produites. Le Sahara étant resté en marge de l’indispensable « dépoussiérage » effectué à partir des années 1950 pour les études des ensembles rupestres (Leroi-Gourhan 1958 ; Laming-Emperaire 1962 ; Ucko & Rosenfeld 1966 ; Leroi-Gourhan 1965 ; Lorblanchet & Bahn 1993), et bien que des passionnés aient continué d’inventorier cette source documentaire exceptionnelle et de publier leurs découvertes et observations, ces vestiges archéologiques ont souvent servi de belles illustrations de livres ne les commentant guère et rarement de matériau pour des études scientifiques (Le Quellec 2010).

4Pourtant, à partir des années 1980, un amateur, Alfred Muzzolini (1922-2003), géologue à la retraite, avait posé les bases d’un renouvellement paradigmatique et méthodologique en proposant une approche plus conforme à l’analyse de données scientifiques issues de faits culturels (Muzzolini 1986, 1989a, 1989b, 1991, 1992, 1995, 2006). Si ses critiques et propositions ont été rejetées par les rares représentants institutionnels du domaine, quelques chercheurs, dont les auteurs de cet article, ont suivi ses traces et réfléchi aux approches ainsi qu’aux méthodes et outils adéquats, issus parfois d’autres disciplines, leur permettant de faire « parler » ces vestiges afin d’établir des faits archéologiques, et de les utiliser ensuite pour produire des démonstrations et non plus de simples spéculations. Nous présentons ici quelques-uns des axes de recherche ayant fait progresser la connaissance de ces images et de leurs auteurs.

Documentation des images rupestres

5L’établissement – au sens philologique du terme – des corpus rupestres est une première phase essentielle de la recherche, mais les difficultés du terrain saharien et la profusion des images peintes ou gravées, de surcroît souvent très estompées, compliquent sa réalisation.

6Dans les années 1980, la juste interdiction des méthodes très dommageables utilisées jusqu’alors pour relever les peintures et gravures sahariennes (calque avec contact direct, mouillage, détourage au crayon ou à la craie, moulage), notamment lors des inventaires réalisés par Leo Frobenius (1937), Paolo Graziosi (1942), puis Henri Lhote (1958) et Fabrizio Mori (1965), créa un vide méthodologique : outre les problèmes posés par l’archivage pérenne des clichés, la photo argentique ne permettait pas de documenter correctement des œuvres trop effacées ou des superpositions multiples.

7C’est pourquoi l’émergence des outils issus des technologies numériques dans les années 1990-2000 a véritablement « révolutionné » (Brady et al. 2012) les procédés de documentation et d’étude des images rupestres sahariennes. Cette révolution tient moins aux avantages de la photographie numérique dans des régions où l’on n’est jamais assuré de pouvoir revenir (grand nombre de clichés possibles, contrôle in situ de leur qualité) qu’aux possibilités d’amélioration a posteriori des photographies. En effet, en faisant apparaître ce que l’œil humain ne perçoit pas forcément, mais que l’appareil photo a capturé, des traitements adéquats peuvent « ressusciter » des peintures très estompées. Parmi les logiciels disponibles, DStretch®, greffon gratuit pour ImageJ© (Harman 2005 ; Mark & Billo 2006), facile d’utilisation, est apparu parfaitement adapté aux spécificités des corpus rupestres considérés (Le Quellec et al. 2015). Depuis 2005, son emploi a permis de découvrir au Sahara des centaines de peintures ignorées auparavant, notamment sur des sites pourtant réputés connus : ainsi, un nouvel inventaire de la paroi dite « du Grand Dieu » à Séfar (Tasīli-n-Ăjjer, Algérie), pourtant maintes fois relevée, a révélé la présence de près de deux cents figures au lieu de la cinquantaine répertoriée précédemment, tout en permettant de corriger plusieurs erreurs des anciens relevés (Duquesnoy 2015) (fig. 1).

Fig. 1. Apport des outils numériques à Séfar (Tasīli-n-Ăjjer, Algérie).

Fig. 1. Apport des outils numériques à Séfar (Tasīli-n-Ăjjer, Algérie).

De gauche à droite : nom du site, nombre d’entités graphiques relevées par Henri Lhote, nombre d’entités actuellement identifiées, pourcentage d’apport nouveau obtenu grâce aux outils numériques. ND = non déterminables

© D’après Duquesnoy 2015 : 298, tableau 2.

8Cette amélioration n’est toutefois pas le seul apport de l’ère numérique aux iconographies rupestres : une fois les figures identifiées et documentées, les logiciels de traitement d’image autorisent la réalisation de leur relevé par sélection colorimétrique, donc sans avoir à redessiner le motif, ce qui permet d’aller plus vite et diminue la dépendance à l’opérateur (Le Quellec et al. 2013, Duquesnoy 2015). Ces documents numériques – cliché original, image améliorée et relevé – peuvent être ensuite intégrés à une base de données relationnelle construite pour décrire chaque entité graphique rupestre en fonction des axes de recherche envisagés : c’est là le premier maillon de l’ensemble des moyens utilisés pour l’analyse scientifique de ces vestiges.

9Ainsi, utilisant les innovations du numérique et de l’informatique, une méthode simple mais rigoureuse d’établissement des corpus rupestres, adaptée aux contraintes du terrain saharien où l’efficacité est un point-clé, est désormais disponible pour réaliser les inventaires qui font toujours défaut. Elle autorise une fiabilité accrue du relevé et la « sécurité du nombre » prônée par André Leroi-Gourhan (1965), conditions nécessaires – mais non suffisantes – à la validité de toute étude sérieuse de ces ensembles.

Étude des corpus

10Les publications passées ou récentes concernant les images rupestres sahariennes, certes limitées par les lacunes de la documentation, se sont surtout attachées à discourir sur leur signification et leur fonction, pourtant inaccessibles en l’absence de leurs auteurs. Or, d’autres informations peuvent être obtenues par des méthodes scientifiques, à condition d’être étayées par un questionnement archéologique précis et une approche conceptuelle rigoureuse.

11Le premier niveau d’étude d’un corpus consiste à classer les images en fonction de critères significatifs du point de vue archéologique. Dans les études rupestres et pariétales du monde entier, le concept de style a été massivement utilisé puis remis en question en raison des erreurs conceptuelles qui sous-tendaient souvent son application (Conkey & Hastorf 1990 ; Lorblanchet & Bahn 1993) : d’une part, à cause d’une approche esthétique, donc subjective, d’autre part, car le style a souvent été considéré comme un élément de sériation chronologique, selon une conception évolutionniste des sociétés. Or, un groupe stylistique ne peut qu’a posteriori être éventuellement rapporté à une période et à une ethnie, ce qui implique la connaissance de la chronologie et du contexte.

12Au Sahara, le style semble pourtant être un medium approprié pour étudier ces images, puisque les mêmes sujets peuvent y être interprétés de manière très différente, traduisant ainsi une intentionnalité du mode de figuration (Guy 2010 : 117). La caractérisation de ces choix stylistiques, que la répétition permet de ne pas attribuer au hasard, fut d’abord entamée de manière intuitive par Alfred Muzzolini, qui proposa d’identifier des « noyaux » d’ensembles stylistiques. En usant de méthodes indépendantes (statistiques, aréologie, phylomémétique), choisies en fonction de la question posée, nos approches actuelles consistent à valider ces noyaux de manière explicite, à les préciser, à évaluer leur expansion géographique, à les dater indirectement ainsi qu’à rechercher d’éventuelles structurations et relations dans et entre les différents groupes identifiés.

Classification

13La classification stylistique des entités graphiques rupestres consiste à étudier la forme pour elle-même, en tant qu’« expression idéologique » (Guy 2010 : 11). Appliquées aux données décrivant la variabilité des figures, les analyses statistiques multivariées permettent de passer de l’intuitif à l’explicite (Muzzolini 1995 : 82-83) par l’identification des descripteurs définissant objectivement un ensemble stylistique. Cette validation des observations est déjà un point important de la démarche. Toutefois, au-delà des « noyaux », cette méthode exploratoire donne aussi à voir les marges de ces ensembles, liées à leur nature de faits culturels : ce sont non pas des entités monolithiques et fermées, mais plutôt des « nébuleuses en constante dynamique » (Perrois 1990). Cette traduction de leurs évolutions et interrelations possibles peut révéler des faits peu perceptibles à l’observation simple.

14Bien que les logiciels d’analyses statistiques facilitent désormais la tâche des chercheurs, leur usage reste peu fréquent pour les études de corpus rupestres, et ils sont le plus souvent mis en œuvre dans des mémoires universitaires (Ezziani 2002, 2004 ; Defrasne 2007, 2013 ; Bourrillon 2009 ; Petrognani 2013). Pour le Sahara, après l’étude novatrice mais méthodologiquement biaisée par le mélange de critères stylistiques et culturels de Michel Tauveron (1992), ils ont réellement prouvé leur potentiel pour la différenciation stylistique des peintures de bovinés de l’ouest du Sahara central ou de celles du site de Séfar dans la Tasīli-n-Ăjjer (Duquesnoy 2007, 2008, 2015). À Séfar, l’analyse des correspondances multiples a ainsi mis en évidence une opposition structurale entre deux ensembles stylistiques considérés comme totalement indépendants et distants dans le temps (fig. 2).

Fig. 2. Les ensembles stylistiques d’Iheren, des Têtes Rondes et d’Abañher (Tasīli-n-Ăjjer, Algérie) définis par les analyses des correspondances multiples (Acm) et les classifications ascendantes hiérarchiques (Cah), suggérent une opposition par rapport à l’axe 1.

Fig. 2. Les ensembles stylistiques d’Iheren, des Têtes Rondes et d’Abañher (Tasīli-n-Ăjjer, Algérie) définis par les analyses des correspondances multiples (Acm) et les classifications ascendantes hiérarchiques (Cah), suggérent une opposition par rapport à l’axe 1.

© D’après Duquesnoy 2015 : 427, fig. 170.

15La classification objective des images rupestres permet donc de mieux percevoir et caractériser les différentes entités stylistiques. Par ailleurs, elle sert aussi de base à d’autres approches s’intéressant quant à elles aux aires de répartition.

Aréologie

16L’étude des aires de répartition d’un phénomène culturel n’est pas une idée nouvelle, et celle des « aires culturelles » a naguère produit bien des erreurs (Le Quellec 1994 ; Le Quellec & Sergent 2017 : 97-98, 177-189), mais la mise à disposition des cartes satellitaires sur Internet puis le développement des logiciels d’information géographique facilitent cet axe de recherche pour le Sahara. En premier lieu, en raison de l’absence de couverture végétale, il est possible de repérer par observation des images satellitaires des vestiges archéologiques tels que des structures lithiques de grande taille (Friquet & Le Quellec 2007), et ceci, certes, sans quitter son bureau, mais au prix d’un fastidieux travail de fourmi. En comparant la répartition spatiale de ces structures, répertoriées d’après leur forme et dont un certain nombre ont pu être datées, avec celle des ensembles stylistiques, il est possible d’émettre des hypothèses d’appartenance à un même groupe culturel et donc de proposer ainsi une datation indirecte des peintures ou gravures considérées (Gauthier & Gauthier 2004, 2006, 2007, 2008 ; Gauthier 2009). Des approches similaires ont été conduites avec des témoins paléoenvironnementaux comme les paléolacs (Gauthier & Gauthier 2011 ; Guagnin 2014).

17Par ailleurs, les systèmes d’information géographique (Sig) permettent désormais de réaliser des cartes moins schématiques en déterminant la localisation des « noyaux de densité » des ensembles étudiés : la compréhension des phénomènes n’est ainsi plus faussée, et des caractéristiques de répartition plus subtiles peuvent donc être perçues (Le Quellec 2014a).

Phylomémétique

18La multiplication récente des travaux appliquant aux sciences humaines des algorithmes statistiques utilisés par les phylogénéticiens a dernièrement conduit à caractériser cette démarche par le terme « phylomémétique » (Howe & Windram 2011). Les exemples d’une telle approche phylomémétique sont très nombreux en linguistique et en archéologie (Le Quellec 2017), mais rares dans l’étude de l’art préhistorique, malgré deux essais prometteurs, l’un portant sur les plaques de schiste gravées ibériques (Rivero & O’Brien 2014), l’autre sur les figurines anthropomorphes du Gravettien (Tripp 2016). Au Sahara, les gravures et peintures de théranthropes ont été ainsi revues, la question de leur signification étant mise en suspens afin de mieux les aborder dans la perspective d’une « archéologie darwinienne » (Rivero 2016), ce qui a permis d’en renouveler l’analyse. Les résultats obtenus convergent avec ceux livrés par l’aréologie de façon totalement indépendante, et l’adoption conjointe des deux approches renforce leur robustesse (Le Quellec 2013b, 2014b). Des travaux en cours visent à étendre ce type de démarche à divers motifs graphiques, mais d’autres pistes d’exploration des informations véhiculées par les images rupestres restent à envisager, à l’instar de la méthode dite « Mutual Information Network », récemment appliquée avec succès aux peintures de Patagonie (Caridi & Scheinsohn 2016). L’utilisation de telles innovations au Sahara central est d’autant plus opportune qu’il est devenu très difficile, voire impossible, d’y travailler : cela devrait permettre de reprendre à nouveaux frais l’énorme documentation photographique accumulée depuis les années 1990.

Conclusion

19Les innovations technologiques récentes ouvrent de nouvelles perspectives d’étude des images rupestres, qu’il s’agisse de l’établissement des corpus ou de leur analyse. Au Sahara, où l’absence de datation directe a pénalisé les recherches, leur usage, soutenu par une approche conceptuelle et méthodologique rigoureuse, permet de dépasser les spéculations stériles sur le sens et la fonction des œuvres rupestres. Les résultats évoqués ici montrent qu’il est possible, avec peu de moyens, d’obtenir de remarquables avancées dans la connaissance de ce patrimoine.

20Bien que les espoirs de datation directe soient bien minces au Sahara central, les principaux « noyaux » stylistiques identifiés jusqu’à présent peuvent être situés dans le temps avec des intervalles de confiance réduits. Cette périodisation nous autorise à esquisser une histoire du peuplement à l’échelle du subcontinent (fig. 3).

Fig. 3. Synthèse des données actuelles sur les images rupestres du Sahara central, au Mesāk et sur la Tadrart Akukas en Libye, ainsi qu’au Tasīli-n-Ăjjer en Algérie, mettant en rapport les noyaux stylistiques avec les données paléo-climatologiques et faunistiques d’une part et les monuments funéraires d’autre part.

Fig. 3. Synthèse des données actuelles sur les images rupestres du Sahara central, au Mesāk et sur la Tadrart Akukas en Libye, ainsi qu’au Tasīli-n-Ăjjer en Algérie, mettant en rapport les noyaux stylistiques avec les données paléo-climatologiques et faunistiques d’une part et les monuments funéraires d’autre part.

© D’après Le Quellec 2013b, mise à jour.

21Par ailleurs, l’essor d’Internet favorise désormais les échanges et partages de données entre chercheurs de bonne volonté, institutionnels et indépendants. Ceci est bienvenu, car la profusion des images rupestres sahariennes et l’immensité du terrain concerné sont telles que les prospections, les constitutions et l’analyse des corpus requièrent un grand nombre de bras et de cerveaux pour que la recherche sur ces vestiges puisse être vraiment fructueuse. Les hommes préhistoriques n’avaient pas nos frontières actuelles, et l’on ne peut que plaider en faveur de la mise en place de coopérations internationales, formelles ou non, pour collecter et étudier leur héritage.

Haut de page

Bibliographie

Bourrillon R. 2009. Les représentations humaines sexuées dans l’art du Paléolithique supérieur européen : diversité, réminiscences et permanences. Toulouse, université de Toulouse 2-Le Mirail (thèse de doctorat).

Brady L. M., Gunn R. G., Mcdonald J. & Veth P. 2012. « Digital Enhancement of Deteriorated and Superimposed Pigment Art: Methods and Case Studies ». In : J. McDonald & P. Veth (dir.), A Companion to Rock Art. Chischester (Royaume-Uni), J. Wiley & Sons (coll. « Wiley Blackwell Companions to Anthropology ») : 627-643.

Caridi I. & Scheinsohn V. 2016. « Mind the Network: Rock Art, Cultural Transmission, and Mutual Information ». In : L. Mendoza Straffon (dir.), Cultural Phylogenetics : Concepts and Applications in Archaeology. Heidelberg (Allemagne) : Springer Verlag (coll. « Interdisciplinary Evolution Research ») : 131-177.

Conkey M. W. & Hastorf C. A. (dir.). 1990. The Uses of Style in Archaeology. Cambridge (Royaume-Uni) : Cambridge University Press.

Defrasne C. 2007. La variabilité stylistique des anthropomorphes dans les représentations rupestres de la péninsule italique des ive et iiie millénaires av. n. è. : contribution à l’étude des scènes à caractère communautaire. Aix-en-Provence, Aix-Marseille Université (mémoire de master 2).

Defrasne C. 2013. Images gravées et corps de pierre : fragments d’ontologie dans les Alpes centrales du iiie millénaire av. n. è. Aix-en-Provence, Aix-Marseille Université ; Naples (Italie), Università degli studi di Napoli Federico II (thèse de doctorat).

Duquesnoy F. 2007. Contribution de l’art rupestre à l’étude des peuplements holocènes du Sahara central : test méthodologique pour l’analyse statistique des représentations de bovins dans les massifs du Tassili-n-Immidir et de la Téfédest (Ahaggar, Algérie). Aix-en-Provence, Aix-Marseille Université (mémoire de master 2).

Duquesnoy F. 2008. « Variabilité des représentations rupestres de bovinés dans l’Immidir », Les cahiers de l’AARS (association des amis de l’art rupestre saharien), 12 : 41-50. www.researchgate.net/publication/263858319_

Duquesnoy F. 2015. Apport des outils numériques et informatiques à l’étude des images rupestres du Sahara central : exemple d’application aux peintures de Séfar (Tasīli-n-Ăjjer), Algérie. Aix-en-Provence, Aix-Marseille Université (thèse de doctorat).

Ezziani el-H. 2002. Approche sémiologique des gravures rupestres du Haut-Atlas (Maroc) : les figures anthropomorphes. Paris, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (thèse de doctorat).

Ezziani el-H. 2004. « Une classification morphologique des figures anthropomorphes (gravures rupestres du Haut-Atlas) : la vallée de l’Ourika (Maroc) », L’Anthropologie, 108 : 495-534. Doi : 10.1016/j.anthro.2004.10.007

Friquet J.-C. & Le Quellec J.-L. 2007. « Utilisation de “Google Earth” pour l’inventaire des monuments lithiques sahariens : l’exemple de l’Immidir (Algérie) », Les cahiers de l’AARS (association des amis de l’art rupestre saharien), 11 : 33-50. www.researchgate.net/publication/49615859

Frobenius L. 1937. Ekade ektab. Die felsbilder Fezzans. Ergebnisse der DIAFE X (X. deutsch-innerafrikanischen Forschungsexpedition) nach Tripolitanien und Ost-Algier mit Ergänzungen der DIAFE XII aus Zentral-Algier. Leipzig (Allemagne) : Otto Harrassowitz.

Graziosi P. 1942. L’arte rupestre della Libia, vol. 2, Tavole. Naples, Edizioni della Mostra d’Oltremare.

Gauthier Y. 2009. « Nouvelles réflexions sur les aires de distribution au Sahara central », Les cahiers de l’AARS (association des amis de l’art rupestre saharien), 13 : 121-134. www.researchgate.net/publication/280385095_

Gauthier Y. & Gauthier C. 2004. « Un exemple de relations monuments-art rupestre : monuments en corbeilles et grands cercles de pierres du Messak (Libye) », Les cahiers de l’AARS (association des amis de l’art rupestre saharien), 9 : 45-63. www.researchgate.net/publication/280383256_

Gauthier Y. & Gauthier C. 2006. « Monuments en trou de serrure et art rupestre : sur la distribution du groupe d’Iheren-Tahilahi/Wan-n-Amil et ses relations avec les autres groupes culturels », Les cahiers de l’AARS (association des amis de l’art rupestre saharien), 10 : 79-110. (Numéro spécial « Hic sunt leones : mélanges sahariens en l’honneur d’Alfred Muzzolini », dir. Y. Gauthier, J.-L. Le Quellec & R. Simonis). www.researchgate.net/publication/280383862_

Gauthier Y. & Gauthier C. 2007. « Monuments funéraires sahariens et aires culturelles », Les cahiers de l’AARS (association des amis de l’art rupestre saharien), 11 : 65-78. www.researchgate.net/publication/280384809_

Gauthier Y. & Gauthier C. 2008. « Art rupestre, monuments funéraires et aires culturelles : nouveaux documents concernant le Messak, le sud-est du Fezzân et l’Oued Djerat », Les cahiers de l’AARS (association des amis de l’art rupestre saharien), 12 : 89-104. www.researchgate.net/publication/280385162_

Gauthier Y. & Gauthier C. 2011. « Les lacs de Têh-n-beka : contribution des gravures à la connaissance du climat à l’Holocène », Les cahiers de l’AARS (association des amis de l’art rupestre saharien), 15 : 47-86. www.researchgate.net/publication/280625418_

Guagnin M. 2014. « Patina and Environment in the Wadi al-Hayat : Towards a Chronology for the Rock Art of the Central Sahara », African Archaeological Review, 31-3 : 407-423.

Guy E. 2010. Préhistoire du sentiment artistique. L’invention du style, il y a 20 000 ans. Bruxelles (Belgique), Les Presses du réel (coll. « Fabula »).

Harman J. 2005. « Using Decorrelation Stretch to Enhance Rock Art Images », American Rock Art Research Association Annual Meeting. www.petroglyphs.us/article_using_decorrelation_stretch_to_enhance_rock_art_images.

Howe C. J. & Windram H. F. 2011. « Phylomemetics : Evolutionary Analysis beyond the Gene », PLoS Biol. (Public Library of Science, Biology), 9-5 : e1001069. doi.org/10.1371/journal.pbio.1001069.

Laming-Emperaire A. 1962. La signification de l’art rupestre paléolithique ; méthodes et applications. Paris, A. & J. Picard.

Le Quellec J.-L. 1994. « Art rupestre saharien et aires culturelles », Sahara, 6 : 120-123.

Le Quellec J.-L. 1998. Art rupestre et préhistoire du Sahara : le Messak libyen. Paris, Payot (coll. « Bibliothèque scientifique »).

Le Quellec J.-L. 2010. « Postface : Et maintenant ? ». In : M. Vérité, Henri Lhote, une aventure scientifique au Sahara. Paris, Ibis Press : 341-343.

Le Quellec J.-L. 2013a. « Périodisation et chronologie des images rupestres du Sahara central », Préhistoires méditerrannéennes, 4. https://journals.openedition.org/pm/715.

Le Quellec J.-L. 2013b. « Aréologie, phénétique et art rupestre : l’exemple des théranthropes du Sahara central », Les cahiers de l’AARS (association des amis de l’art rupestre saharien), 16 : 155-176. www.researchgate.net/publication/263079943.

Le Quellec J.-L. 2014a. « De quoi Tazina est-il le nom ? », Les cahiers de l’AARS (association des amis de l’art rupestre saharien), 17 : 151-160. www.researchgate.net/publication/331488809.

Le Quellec J.-L. 2014b. « Que nous disent les hommes à tête de chien du Sahara ? », La Recherche, 485 : 46-49.

Le Quellec J.-L. 2017. « Phylomémétique et archéologie », Les Nouvelles de l’archéologie, 149 : 5-14. https://journals.openedition.org/nda/3771.

Le Quellec J.-L., Duquesnoy F. & Defrasne C. 2015. « Digital image enhancement with DStretch® : Is complexity always necessary for efficiency ? », Digital Applications in Archaeology and Cultural Heritage, 2-2/3 : 55-67. https://doi.org/10.1016/j.daach.2015.01.003.

Le Quellec J.-L., Harman J., Defrasne C. & Duquesnoy F. 2013. « DStretch® et l’amélioration des images numériques : applications à l’archéologie des images rupestres », Les cahiers de l’AARS (association des amis de l’art rupestre saharien), 16 : 177-198. www.researchgate.net/publication/263079837.

Le Quellec J.-L. & Sergent B. 2017. Dictionnaire critique de mythologie. Paris, CNRS Éditions.

Leroi-Gourhan A. 1965. Préhistoire de l’art occidental. Paris : Mazenod.

Leroi-Gourhan A. 1958. « Répartition et groupement des animaux dans l’art pariétal paléolithique », Bulletin de la Société préhistorique française, 55-9 : 515-528. www.persee.fr/doc/bspf_0249-7638_1958_num_55_9_3692.

Lhote H. 1958. À la découverte des fresques du Tassili. Paris, Arthaud (coll. « Signes des Temps »).

Lorblanchet M. & Bahn P. G. 1993. Rock art studies : the post-stylistic era, or, Where do we go from here ? : papers presented in symposium A of the 2nd AURA Congress, Cairns 1992. Oxford (Royaume-Uni), Oxbow Books (coll. « Oxbow monograph », 35).

Mark R. K. & Billo E. 2006. « Computer-assisted photographic documentation of rock art », Coalition. CSIC Thematic Network on Cultural Heritage. Electronic Newsletter, 11 : 10-14.

Mori F. 1965. Tadrart Acacus : Arte rupestre e culture del Sahara preistorico. [Turin], G. Einaudi.

Muzzolini A. 1986. L’art rupestre prehistorique des massifs centraux sahariens. Oxford (Royaume Uni), Bar (British Archaeological Reports) Publishing (coll. « International Series », 318 ; « Cambridge Monographs in African Archaeology », 16).

Muzzolini A. 1989a. « L’état actuel des études sur l’art rupestre saharien : pesanteurs et perspectives », Ars praehistorica, 7-8 : 265-277.

Muzzolini A. 1989b. « Pour des approches rationnelles et différenciées dans l’étude des divers centres mondiaux d’art rupestre préhistorique », Espacio, tiempo y forma, Serie I, Prehistoria y arqueologia, 2 : 15-47.

Muzzolini A. 1991. « Que sont les “Chasseurs” et les “Chasseurs-Pasteurs” du Fezzan ? », Espacio, tiempo y forma, Serie I, Prehistoria y arqueologia, 4 : 269-282.

Muzzolini A. 1992. « Le “Bovidien” dans l’art rupestre saharien : un réexamen critique », L’Anthropologie, 96-4 : 737-758.

Muzzolini A. 1995. Les images rupestres du Sahara. Toulouse, A. Muzzolini (coll. « Préhistoire du Sahara », 1).

Muzzolini A. 2006. « Classifying a set of rock art : how to choose the criteria », Rock Art Research, 23-2 : 171-178.

Perrois L. 1990. « Anthropologie et histoire des arts africains : convictions pour une méthode ». In : R. Lehuard (dir.), De l’art nègre à l’art africain : l’évolution de la connaissance de l’art africain des années trente à aujourd’hui. Arnouville-les-Gonesse, Arts d’Afrique noire : 70-77.

Petrognani S. 2013. De Chauvet à Lascaux : l’art des cavernes, reflet des sociétés préhistoriques en mutation. Paris, Éditions Errance.

Rivero D. G. & O’Brien M. J. 2014. « Phylogenetic Analysis Shows That Neolithic Slate Plaques from the Soutwestern Iberian Peninsula Are Not Genealogical Recording Systems », PLoS One (Public Library of Science), 9-2 : e88296. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0088296.

Rivero D. G. 2016. « Darwinian Archaeology and Cultural Phylogenetics ». In : L. Mendoza Straffon (dir.), Cultural Phylogenetics: Concepts and Applications in Archaeology. Heidelberg (Allemagne) : Springer Verlag (coll. « Interdisciplinary Evolution Research ») : 43-72.

Tauveron M. 1992. Les peintures rupestres des Têtes Rondes au Tassili n’Ajjer (Sahara central). Approche globale de la question. Paris, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (thèse de doctorat).

Tripp A. 2016. « A Cladistics Analysis Exploring Regional Patterning of the Anthropomorphic Figurines from the Gravettian ». In : L. Mendoza Straffon (dir.), Cultural Phylogenetics: Concepts and Applications in Archaeology. Heidelberg (Allemagne) : Springer Verlag (coll. « Interdisciplinary Evolution Research ») : 179-202.

Ucko P. J. & Rosenfeld A. 1966. L’art paléolithique. Paris, Hachette (coll. « Univers des connaissances », 9).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Apport des outils numériques à Séfar (Tasīli-n-Ăjjer, Algérie).
Légende De gauche à droite : nom du site, nombre d’entités graphiques relevées par Henri Lhote, nombre d’entités actuellement identifiées, pourcentage d’apport nouveau obtenu grâce aux outils numériques. ND = non déterminables
Crédits © D’après Duquesnoy 2015 : 298, tableau 2.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/5341/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 2. Les ensembles stylistiques d’Iheren, des Têtes Rondes et d’Abañher (Tasīli-n-Ăjjer, Algérie) définis par les analyses des correspondances multiples (Acm) et les classifications ascendantes hiérarchiques (Cah), suggérent une opposition par rapport à l’axe 1.
Crédits © D’après Duquesnoy 2015 : 427, fig. 170.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/5341/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 494k
Titre Fig. 3. Synthèse des données actuelles sur les images rupestres du Sahara central, au Mesāk et sur la Tadrart Akukas en Libye, ainsi qu’au Tasīli-n-Ăjjer en Algérie, mettant en rapport les noyaux stylistiques avec les données paléo-climatologiques et faunistiques d’une part et les monuments funéraires d’autre part.
Crédits © D’après Le Quellec 2013b, mise à jour.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/5341/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédérique Duquesnoy et Jean-Loïc Le Quellec, « Les images rupestres du Sahara central »Les nouvelles de l'archéologie, 154 | 2018, 51-56.

Référence électronique

Frédérique Duquesnoy et Jean-Loïc Le Quellec, « Les images rupestres du Sahara central »Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 154 | 2018, mis en ligne le 17 juin 2019, consulté le 15 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/nda/5341 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nda.5341

Haut de page

Auteurs

Frédérique Duquesnoy

Chercheuse associée à l’Umr 7269 Lampea « Laboratoire méditerranéen de préhistoire Europe Afrique » (Aix-Marseille Université/Cnrs/ministère de la Culture, Institut de recherche et de développement).

Jean-Loïc Le Quellec

Directeur de recherches émérite au Cnrs. Umr 8171 Imaf « Institut des mondes africains ».

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals