Navigation – Plan du site

AccueilNuméros154La Cidade de Pedra (Brésil)

La Cidade de Pedra (Brésil)

Macro et micro échelle analytique d’un territoire d’art rupestre
Denis Vialou et Águeda Vilhena-Vialou
p. 57-62

Résumés

Un premier abri rupestre signalé dans un paysage rocheux grandiose, perdu au Mato Grosso (Brésil), et finalement, trente ans après, 170 abris rupestres décodés, une quinzaine fouillés, des industries lithiques étudiées, comparées, et des céramiques de diverses traditions mises au jour dans les séquences chrono-stratigraphiques calées par des dizaines de datations au 14C obtenues : la Cidade de Pedra (ville de pierre) est ainsi devenue un des ensembles rupestres les plus importants du Brésil.
Elle peut être appréhendée à deux échelles complémentaires : celle d’un seul site (rupestre et/ou habitat), et celle d’un ensemble de sites (mis en étroite relation avec la mosaïque des paysages constituant la Cidade de Pedra). Les dizaines de datations absolues obtenues par les fouilles constituent de plus un référentiel chronologique d’une remarquable précision.

Haut de page

Texte intégral

La Cidade de Pedra (fig. 1)

1Les affleurements érodés d’arénites rougeâtres compactes, quartzitiques, groupés sur environ 300 km2 en bordure du plateau central, forment des centaines de cheminées résiduelles pouvant atteindre une cinquantaine de mètres de hauteur. De puissantes falaises ceinturent les formations gréseuses les plus massives. À la base de ces reliefs ruiniformes, on circule dans des sortes de rues ou ruelles, envahies de végétation plus ou moins épaisse. Des centaines d’abris sous roche, sans doute quelques milliers, s’ouvrent au pied de cheminées dans des falaises, parfois en hauteur. Ils offraient des habitats naturels de qualité aux Préhistoriques qui investirent ces paysages, il y a une dizaine de milliers d’années. Le rio Vermelho, un puissant sous-affluent du Paraguay-Paraná (qui se jette à quelques 3-4 000 km plein sud dans le Rio de la Plata) transperce la Cidade de Pedra. Le dénivelé entre le fleuve, sur les rives duquel se trouvent quelques dizaines de sites rupestres, et les bords échancrés du plateau qui abritent également des sites est de 300 à 400 m. Entre ces limites en altitude plusieurs groupes de sites se concentrent dans des espaces naturellement délimités, petites vallées, promontoires, proximité des rives, etc.

Fig. 1. La Cidade de Pedra : vue partielle prise depuis un Ulm.

Fig. 1. La Cidade de Pedra : vue partielle prise depuis un Ulm.

L’opposition entre le plateau plat, supérieur, et les reliefs ruiniformes en contrebas est particulièrement nette.

© Photographie A. et D. Vialou.

2Les recherches ont été conduites dans le cadre d’un accord international conclu, sous l’égide du ministère des Affaires étrangères, entre le Muséum national d’histoire naturelle (Paris) et l’université de São Paulo, pendant une vingtaine de campagnes annuelles, sous la direction d’Águeda Vilhena-Vialou. L’équipe était constituée d’une douzaine de chercheurs, pour la plupart français et brésiliens, et, pour chaque mission annuelle, de 15 à 20 stagiaires universitaires engagés sur les fouilles dont certains pour les prospections systématiques des sites rupestres également. Les fouilles ont consisté en microdécapages d’extension maximale (10 à 25 m2 selon les remplissages des abris, parfois encombrés de blocs calcaires erratiques). À l’évidence, la pluridisciplinarité s’imposait, des sciences humaines et sociales aux sciences biologiques et aux sciences de la Terre. C’est ainsi que l’équipe permanente comprenait, en plus de préhistoriens de diverses spécialités (lithiciens, céramologues, anthracologues, botanistes et paléobotanistes), des géologues, des géomorphologues, des sédimentologues et des physiciens pour les datations. Des ethnologues sont également intervenus pour identifier et décrire des objets tressés, trouvés en fouilles.

Racines anthropologiques des représentations rupestres

3Les nations indiennes encore présentes dans cette région du Mato Grosso, fortement soumises au développement intensif des industries agro-alimentaires, n’avaient pas connaissance de tous les dispositifs de peintures et gravures rupestres qui ont été inventoriés. Quelques Indiens Bororo que nous avons interrogés, qui pour certains vivent dans des réserves de la région, face à des parois peintes, ont toutefois fait des commentaires interprétatifs de représentations abstraites géométriques, ces « signes » qui, pour les préhistoriens, échappent normalement à toute compréhension interprétative. Selon leurs propos, ils voient dans tel dessin géométrique le symbole d’une tortue et dans tel autre, celui d’un tatou, etc. En réalité, cette approche reste incertaine, voire stérile. La dimension anthropologique de représentations devenues muettes relève d’une anthropologie sociale articulée sur les sociétés indiennes actuelles, sur leurs comportements métaphysiques, incluant les mythes, les activités cérémonielles, les fêtes, les chasses, etc. (fig. 2). Les peintures et gravures rupestres de la Cidade de Pedra, et d’autres dispersées dans le Mato Grosso, n’ont pas été prises en compte dans ses analyses par Claude Lévi-Strauss qui vécut parmi (et avec) des Bororo, à quelques dizaines de kilomètres à peine.

Fig. 2. Abri Anta Gorda.

Fig. 2. Abri Anta Gorda.

Cet être imaginaire fait partie d’un dispositif pariétal complexe développé sur plusieurs dizaines de mètres. Il témoigne de la richesse des mythes et croyances des populations ayant vécu pendant des millénaires dans la Cidade de Pedra.

© Photographie A. et D. Vialou.

4Les structures d’habitat mises au jour par les fouilles (fig. 3) ont permis un certain nombre d’observations, qui montrent notamment une adéquation forte avec des pratiques toujours actuelles des Indiens vivant en milieux naturels, notamment au sein de réserves : par exemple, l’emplacement des foyers par rapport à la paroi, en relation avec les aires d’activités techniques, telle la production d’éclats par débitage de blocs de matières premières lithiques apportés dans l’habitat. Les parures corporelles en coquillages, en hématite (roche intensément utilisée pour les peintures sur paroi), en os ou en pierre sont morphologiquement et techniquement comparables, voire identiques (Vilhena-Vialou 2016). Les analyses anthracologiques ont mis en évidence des choix communs d’essences d’arbres, pour la combustion, la construction, la confection de meubles ou d’autres activités domestiques. Ces caractéristiques botaniques communes mises en évidence dans des sols préhistoriques décapés, datés de plusieurs millénaires, indiquent clairement une continuité climatique et une faible variation du cadre environnemental (Bachelet 2011 ; Bachelet et al. 2011). Ainsi se trouve fondée l’analyse comparative. L’étude pluridisciplinaire des comportements techniques, économiques, sociaux et symboliques des Préhistoriques y trouve également son fondement raisonné (Monteiro 2006, Ferreira e Silva 2006).

Fig. 3. Abri-grotte Antiqueira.

Fig. 3. Abri-grotte Antiqueira.

Les fouilles (125 m2) menées dans ce vaste site rupestre ont mis en évidence une suite d’occupations avec céramiques et industries lithiques. Elles différent de celles d’autres abris rupestres, comme Ferraz Egreja, qui leur sont contemporaines et évoquent parfois des comportements symboliques in situ.

© Photographie A. et D. Vialou.

5Cette relative proximité des activités entre un lointain passé, qui a duré plusieurs millénaires, et le présent en voie de disparition des nations indigènes, dynamise une approche comparative qui, cependant, ne touche pas l’art rupestre (selon le vocable habituel, sans nul doute inadéquat). L’analyse anthropologique par défaut des ensembles rupestres est toutefois pertinente car elle oriente vers une analyse approfondie des dispositifs rupestres, à la fois dans leur construction pariétale dans les abris et dans leurs orientations thématiques, purement symboliques et sémantiques.

Un maillage naturel de sites rupestres (fig. 4)

6Les prospections systématiques de la totalité des paysages constituant la Cidade de Pedra ont toutes été faites par un ingénieur paysagiste brésilien, fin connaisseur des formations rocheuses superficielles, de l’hydrologie associée, des formations végétales (arbres et plantes), de la faune terrestre et de l’avifaune (Toledo, in Vilhena-Vialou 2006).

Fig. 4. Carte de la distribution des sites, dans leur contexte géomorphologique et géographique.

Fig. 4. Carte de la distribution des sites, dans leur contexte géomorphologique et géographique.

© Dessin E. Vilhena de Toledo et J.-R. Houllier.

7La possibilité de s’orienter dans un nouveau paysage en fonction des points d’eau peut s’appuyer sur une connaissance précise des arbres : par exemple, les hauts bouquets de rameaux des palmiers buritis indiquent la proximité immédiate d’eau. La lecture des empreintes et pistes laissées par des animaux conduit également à des points d’eau. Les sentes qu’ils ouvrent dans de hautes herbes (selon les saisons) facilitent la progression et permettent de mieux s’orienter dans les traversées de chaos rocheux noyés dans la végétation tropicale bien souvent exubérante… La nature ainsi lue devient l’écrin intelligible des sites rupestres qui y furent créés.

8Les tout petits affluents du rio Vermelho, qui descendent en cascades et ruisselets du plateau, ont joué un rôle sans doute majeur pour l’implantation des sites rupestres. Les vallons qui les hébergent, parallèles entre eux, mènent au rio Vermelho. L’espace géographique est de fait orienté et subdivisé. La distribution des sites, reportée sur la carte analytique établie en Sig et calée au Gps, montre une asymétrie entre les secteurs de la rive gauche et ceux de la rive droite du rio Vermelho (Houiller & Arnoux , in Vilhena-Vialou 2006). Ces derniers se répartissent en partie dans les abris les plus proches du rio, quelques mètres à peine au-dessus de son cours et dans de grands abris s’ouvrant à mi-hauteur des falaises, en remontant vers le plateau. Les abris rupestres de la rive gauche sont scindés dans la succession des vallons, à des altitudes allant du niveau de la rivière à la bordure du plateau. Ils dominent la plaine qui s’ouvre au débouché de la Cidade de Pedra. Le Vermelho y trace sans fin des méandres en s’orientant vers le Pantanal, immense dépression centrale du plateau continental, formant un gigantesque marécage de plusieurs centaines de kilomètres carrés immédiatement à l’ouest.

9De fait, les recherches botaniques et les liaisons établies avec la grande faune de mammifères et l’avifaune, les considérations éthologiques qu’elles induisent, font partie intégrante des protocoles analytiques des environnements dans lesquels ont évolué les habitants préhistoriques de la Cidade de Pedra, auteurs des représentations peintes et gravées dans les abris rupestres. Les représentations d’oiseaux donnent des caractérisations précieuses des milieux. Les dessins de Jabirus (fig. 5), le plus grand échassier au monde, évoquent le Pantanal.

Fig. 5. Dança dos passaros.

Fig. 5. Dança dos passaros.

Abri isolé, dans le secteur le plus haut, proche du plateau. La stylisation figurative du plus grand échassier au monde, vivant dans cette région de la Cidade de Pedra-Pantanal, exprime une liberté graphique créative.

© Photographie A. et D. Vialou.

10Les approches géomorphologiques, géologiques et minéralogiques concourent tout autant à cette caractérisation de leurs paysages. Cette ouverture sur le monde minéral fait accéder à la connaissance, quasi directe, qu’ils avaient des propriétés des roches : ainsi en fut-il du choix des parois offertes aux peintures ou de celles destinées aux gravures : en effet, les parois gréseuses des abris proches de la rivière, avec leur structure siliceuse plus grossière que celle des parois d’abris situés en hauteur, se sont mieux prêtées aux gravures profondes, voire à la recherche de volumes en demi-bosse. Des séries sédimentaires de grès, géologiquement distinctes, constituent les affleurements de la Cidade de Pedra. Les torrents et cascades de la rive gauche du rio Vermelho ont mis à nu la séquence sédimentaire, avec les deux étages séparés par un banc de grès très dur, n’offrant pas d’abris ni de faciès marqués d’érosion. Cette page géologique intercalée facilite, en quelque sorte, la lecture de la distribution géologique des abris et de leurs cadres géomorphologiques.

11La connaissance des meilleures roches à tailler était elle aussi fondamentale. La localisation de gîtes minéraux a parfois favorisé la découverte de sites rupestres, comme si avaient existé des liens entre les intégrations territoriales économiques et symboliques. Les fouilles de deux grands sites proches, l’abri-grotte Antiqueira (fig. 3) et l’abri-grotte-nécropole Cipó, ont livré de nombreuses pièces lithiques dont de grandes haches polies confectionnées dans un grès tendre de couleur verdâtre : ces haches, inutilisables en tant que telles car trop tendres, étaient peut-être des objets votifs ?

12Cette possibilité émerge d’autant plus que dans Cipó, une dizaine d’urnes funéraires ont été mises au jour dont une, intacte, a été datée d’un millier d’années. Soigneusement décorée d’incisions géométriques, elle contenait, outre des ossements longs humains, un gros labret taillé, puis poli, dans une variété de marbre blanc (Wesolovski, in Vilhena-Vialou 2006). La roche éminemment symbolique de cet objet unique dans la Cidade de Pedra en est exogène. Les sites et régions rupestres les plus proches découverts à ce jour se trouvent à quelques centaines de kilomètres, à l’est dans l’État de Goiás, vers l’ouest dans l’environnement du Pantanal, ou encore vers le sud dans l’État du Mato Grosso do Sul. Des représentations peintes, des signes élaborés ou des motifs géométriques complexes sont quelquefois communs à certains de ces ensembles régionaux et à la Cidade de Pedra. Des contacts interrégionaux ont dû intervenir, probablement lors des phases les plus intenses de peuplement, notamment par les populations à céramiques, il y a environ 1 000 ans. Divers types de céramiques, souvent décorées d’incisions, ont été mis au jour dans plusieurs des couches d’habitat d’abris ornés ou à proximité immédiate.

Plans directeurs des dispositifs pariétaux de la Cidade de Pedra

13L’axe fondateur et moteur de l’étude systématique des quelques 170 sites rupestres est celui des plans directeurs, qui ouvrent les recherches dans chaque site dès sa découverte. Le plan directeur s’élabore en effet d’entrée et se construit sur l’observation du site (fig. 6). La topographie est couplée à l’enregistrement topographique et morphologique de l’abri dans sa totalité ainsi qu’à l’analyse morphologique détaillée des parois portant ou non des représentations. Les mesures topographiques sont faites manuellement, faute de pouvoir utiliser une instrumentation électronique (tachéomètre, station totale, etc.). En effet, les contraintes liées à l’accès difficile et à l’impossibilité d’apporter du matériel lourd ou fragile ont favorisé la mise en place de méthodologies plus légères adaptées au terrain. L’axe métrique de carroyage au sol est matérialisé, stabilisé, afin de positionner dans les trois dimensions spatiales l’ensemble des représentations et des états de surface de la paroi, pour noter notamment les phases évolutives (altérations géochimiques ou biologiques).

Fig. 6. Abri rupestre Alvorada.

Fig. 6. Abri rupestre Alvorada.

Plan directeur du panneau central. Les liaisons spatiales entre les signes circulaires sont majeures : elles structurent le dispositif symbolique où s’accumulent d’autres types de signes.

© Dessin P. Paillet.

14Le plan directeur repose sur la lecture exhaustive des parois, répétée autant de fois que nécessaire selon les conditions d’observation et d’éclairage. Il est calé sur une première couverture photographique du dispositif valorisant les états de surface. Ensuite, chaque représentation est inventoriée, photographiée (utilisant dans certains cas diverses émulsions), décrite puis classée selon ses propriétés graphiques et colorimétriques.

15Les photographies numériques d’une large partie des dispositifs pariétaux ont pu être faites dès l’apparition de ces nouvelles techniques. Une seconde couverture exhaustive de premiers dispositifs analysés, photographiés en argentique, a été accomplie, notamment dans les sites rupestres majeurs. Ainsi est-il devenu possible d’utiliser des logiciels de traitement des photos numériques pour compléter, voire corriger, des analyses photographiques, comme cela a été le cas pour les photographies prises sur le site majeur de Morro Solteiro.

16Des lectures photographiques en ultraviolet et en infrarouge ont systématiquement servi à l’analyse de panneaux sur lesquels les peintures sont intensément superposées ou fortement altérées, comme par exemple sur le site de Ferraz Egreja. Les infrarouges ont permis de discriminer assez précisément des altérations pariétales de nature biologique. Dans certains cas, les UV ont rendu visibles des tracés peints masqués par certaines altérations minérales des parois, comme des signes peints en blanc sur le panneau principal de Ferraz Egreja (fig. 7).

Fig. 7. Vue partielle du panneau majeur de Ferraz Egreja montrant les personnages-masques piquetés et les signes alentours.

Fig. 7. Vue partielle du panneau majeur de Ferraz Egreja montrant les personnages-masques piquetés et les signes alentours.

Dans l’encart blanc, vue en ultraviolet des deux signes, invisibles en lumière naturelle, placés immédiatement à droite du masque piqueté de droite et en symétrie de l’autre couple de mêmes signes, rectangle et croix, placés à gauche.

© Photographie A. et D. Vialou.

17La lecture directe des parois et des représentations, faite en solo puis toujours discutée à deux ou trois observateurs, suivie du dessin à main levée du dispositif dans sa totalité, a constitué l’articulation fondamentale de tous les plans directeurs exécutés dans la Cidade de Pedra. C’est face aux données, à leur échelle et dans les conditions d’observation visuelle (cérébrale) que les interrogations se posent véritablement. Les indispensables recherches en laboratoire, sur photographies argentiques et numériques, et le traitement de ces photographies sur ordinateur sont secondaires, complémentaires de celles faites (et refaites) sur le terrain.

Cartographie des dispositifs pariétaux

18Les sites totalement isolés sont rares (une dizaine) et pauvres en représentations. Certains ne comptent que quelques unités graphiques : des tracés linéaires simples, des points ou des taches plus ou moins diffuses, mais jamais de signes élaborés ni de représentations figuratives. Ces tracés réduits au minimum graphique apparaissent comme de simples marques, suffisantes toutefois pour transformer un support rocheux quelconque en un témoin rupestre.

19Les groupements de quelques dispositifs pariétaux, de trois à six, dominent la Cidade de Pedra. Leur proximité résulte principalement des concentrations de morros, les cheminées gréseuses cylindriques. Elles forment parfois des ensembles resserrés, comme les Abrigos Vermelhos (De Blasis 2006 ; Paillet 1995, 1997, 2006 ; Souza 2013), ou moins denses, comme les abris du site Ponte de Pedra, séparés par quelques dizaines de mètres. On note que ces groupements de sites n’ont pas provoqué de parentés thématiques, rares, comme celles des signes circulaires ou quadrangulaires du site majeur Falha et de celui d’Alvorada, à moins de 100 m. Les sites de la rive droite du Vermelho, face à face ou non groupés (Morro Solteiro, Alvo, Pedra Branca ; Paillet 2010 et 2011), ne sont pas thématiquement proches ou apparentés, ou seulement à peine. Il convient de relever ici des occupations en plein air (sols archéologiques), en relation directe avec la rivière et ses petits affluents mais sans relation décelable avec les sites rupestres. Leur extension spatiale peut dépasser l’hectare (Figuti 2006).

20Dans ces groupements géographiques coexistent un site majeur, comme Ferraz Egreja, Morro Solteiro ou Anta Gorda, qui comptent chacun plus d’une centaine de représentations, voire davantage, d’autres de moyenne importance, et d’autres réduits au minimum, comme les sites isolés. Tout se passe comme s’il y avait une hiérarchie dans les constructions symboliques des dispositifs pariétaux et les choix thématiques primordiaux qu’ils traduisent.

21L’analyse archéologique de ces données, en regard de la localisation des sites, des constructions symboliques qui s’y expriment par les choix thématiques et leurs articulations pariétales, sous forme de juxtapositions, superpositions et emboîtements, devrait gagner à s’enrichir de l’interprétation des dimensions symboliques et sociétales qu’elles sous-tendent et concrétisent au sein de la Cidade de Pedra.

Échelles emboîtées de l’interprétation des représentations et des dispositifs rupestres

22La Cidade de Pedra offre un panorama rupestre extrêmement riche et prend une place de premier ordre dans les régions rupestres brésiliennes, voire sud-américaines. L’analyse comparative systématique des sites conduit à passer de la singularité de chaque dispositif rupestre à des interprétations sémantiques ouvertes, impliquant la prise en charge de la symbolique graphique au niveau des sociétés. La chronologie de la Cidade de Pedra est acquise par les datations (14C et thermoluminescence) d’une cinquantaine de sols fouillés ; elle commence vers 7 000 ans BP, couvre des périodes de grands changements des pratiques techno-culturelles, en particulier avec l’apparition de la céramique il y a environ 3 000 ans BP (Fontugne, Hatté & Noury 2006) ou encore la production de nouvelles ressources alimentaires, ce qui définit un cadre temporel suffisamment long pour évoquer plusieurs phases culturelles distinctes. Il est possible, sinon probable, que ces dernières émanent de sociétés proches les unes des autres, ayant investi des territoires voisins, bénéficiant des qualités écologiques remarquables des milieux naturels constituant la Cidade de Pedra : une sorte d’île, bien délimitée et naturellement protégée, au cœur d’une immensité continentale.

23Les éléments comparatifs des représentations rupestres sont normalement définis à partir de leurs expressions typologiques, surtout lorsqu’il s’agit de signes et de motifs géométriques, précisément abondants et dominants dans les sites de la Cidade de Pedra : le premier degré analytique, celui des représentations, s’enchaîne directement avec celui des dispositifs, c’est-à-dire des chaînes de symboles qui y sont distinguées et organisées dans l’espace pariétal. Le troisième degré analytique est celui de constructions pariétales originales, conçues par chaque groupe social ; elles sont confrontées, à une plus large échelle géographique, voire géoculturelle, à d’autres constructions pariétales complexes. Les distances culturelles entre les sociétés se mesurent à leurs originalités rupestres, qu’elles aient ou non en commun des types de représentations figuratives et abstraites ou encore totalement imaginaires (fig. 2).

Haut de page

Bibliographie

Bachelet C. 2011. Apport de l’anthracologie à la connaissance des relations hommes-milieux à partir de l’Holocène moyen dans des sites préhistoriques de la Cidade de Pedra (Mato Grosso, Brésil). Paris, Muséum national d’Histoire naturelle (thèse de doctorat).

Bachelet C., Vilhena-Vialou Á., Ceccantini G. & Vialou D. 2011. « Um tição de aroeira em contexto arqueológico: contribuição anthracologica para a compreensão da relação entre o homem eo ambiente. [Aroeira's firebrand in an archaeological context: anthracology contribution to understanding the relationship between man and his environment] », Revista do Museu de Arqueologia­ e Etnologia, 21 : 115-127.

De Blasis P. A. D. 1997. « Abris Vermelhos, Mato Grosso. Premiers résultats », L’Anthropologie, 101-3 : 546-552.

De Blasis P. A. D. 2006. « Abrigos Vermelhos: Hábitat ». In : Á. Vilhena-Vialou (dir.), Pré-história do Mato Grosso, vol. 2 Cidade de Pedra. São Paulo, Editora da Universidade de São Paulo (EDUSP) : 144-151.

Ferreira E Silva V. C. 2006. A exploração dos recursos litológicos na região da Cidade de Pedra, Rondonópolis-MT. São Paulo, Museu de Arqueologia e Etnologia da Universidade de São Paulo (MAE-USP) (mémoire de master).

Figuti L. 2006. « Os sítios a céu aberto na Fazenda Verde ». In : Á. Vilhena-Vialou (dir.), Pré-história do Mato Grosso, vol. 2 Cidade de Pedra. São Paulo, Editora da Universidade de São Paulo (EDUSP) : 211-216.

Fontugne M., Hatté C. & Noury C. 2006. « Quadro cronológico ». In : Á. Vilhena-Vialou (dir.), Pré-história do Mato Grosso, vol. 2 Cidade de Pedra. São Paulo, Editora da Universidade de São Paulo (EDUSP) : 45-48.

Monteiro L. C. 2006. Abrigos e aldeias: análise dos contextos tecnológicos das ocupações de ceramistas na Cidade de Pedra, Rondonópolis, Mato Grosso. São Paulo, Museu de Arqueologia e Etnologia da Universidade de São Paulo (MAE-USP) (mémoire de master).

Paillet P. 1995. « Étude préliminaire de nouveaux abris ornés découverts au Brésil : les abrigos Vermelhos (Rondonopolis, Mato Grosso) », L’Anthropologie, 99-2/3 : 444-458.

Paillet P. 1997. « Art rupestre au Mato Grosso. Les abris Vermelhos », Archéologia, 337 : 50-59.

Paillet P. 2006. « Nouvelles découvertes d’art rupestre au Mato Grosso (Cidade de Pedra, Rondonópolis, Brésil) », L’Anthropologie, 110-4 : 547-579.

Paillet P. 2006. « Arte rupestre dos Abrigos Vermelhos (Rondonópolis, Mato Grosso) ». In : Á. Vilhena-Vialou (dir.), Pré-história do Mato Grosso, vol. 2 Cidade de Pedra. São Paulo, Editora da Universidade de São Paulo (EDUSP) : 91-123.

Paillet P. 2010. « L’art rupestre gravé du Rio Vermelho (Rondonópolis, Mato Grosso, Brésil). De nouvelles découvertes dans l’abri Morro Solteiro », Anthropologie, XLVIII/3 : 209-230.

Paillet P. 2011. « Les sites du Morro Solteiro (Rondonópolis) : un ensemble d’art rupestre majeur au Mato Grosso (Brésil) ». In : D. Vialou (dir.), Peuplements et préhistoire en Amériques, actes du 133e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Québec (Canada), 2008. Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques (Cths) : 437-451.

Souza T. de. 2013. Tecnologia lítica dos abrigos Vermelhos, Cidade de Pedra-MT. São Paulo, Museu de Arqueologia e Etnologia da Universidade de São Paulo (MAE-USP) (mémoire de master).

Vilhena-Vialou Á. & Figuti L. (dir.). 2013. Cidade de Pedra, passado no presente. São Paulo, Maluhy & Co.

Vilhena-Vialou Á. (dir.). 2006. Pré-história do Mato Grosso, vol. 2 : Cidade de Pedra. São Paulo, Editora da Universidade de São Paulo (EDUSP).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. La Cidade de Pedra : vue partielle prise depuis un Ulm.
Légende L’opposition entre le plateau plat, supérieur, et les reliefs ruiniformes en contrebas est particulièrement nette.
Crédits © Photographie A. et D. Vialou.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/5371/img-1.JPG
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 2. Abri Anta Gorda.
Légende Cet être imaginaire fait partie d’un dispositif pariétal complexe développé sur plusieurs dizaines de mètres. Il témoigne de la richesse des mythes et croyances des populations ayant vécu pendant des millénaires dans la Cidade de Pedra.
Crédits © Photographie A. et D. Vialou.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/5371/img-2.JPG
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Fig. 3. Abri-grotte Antiqueira.
Légende Les fouilles (125 m2) menées dans ce vaste site rupestre ont mis en évidence une suite d’occupations avec céramiques et industries lithiques. Elles différent de celles d’autres abris rupestres, comme Ferraz Egreja, qui leur sont contemporaines et évoquent parfois des comportements symboliques in situ.
Crédits © Photographie A. et D. Vialou.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/5371/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 3,4M
Titre Fig. 4. Carte de la distribution des sites, dans leur contexte géomorphologique et géographique.
Crédits © Dessin E. Vilhena de Toledo et J.-R. Houllier.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/5371/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 5. Dança dos passaros.
Légende Abri isolé, dans le secteur le plus haut, proche du plateau. La stylisation figurative du plus grand échassier au monde, vivant dans cette région de la Cidade de Pedra-Pantanal, exprime une liberté graphique créative.
Crédits © Photographie A. et D. Vialou.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/5371/img-5.JPG
Fichier image/jpeg, 3,7M
Titre Fig. 6. Abri rupestre Alvorada.
Légende Plan directeur du panneau central. Les liaisons spatiales entre les signes circulaires sont majeures : elles structurent le dispositif symbolique où s’accumulent d’autres types de signes.
Crédits © Dessin P. Paillet.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/5371/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Fig. 7. Vue partielle du panneau majeur de Ferraz Egreja montrant les personnages-masques piquetés et les signes alentours.
Légende Dans l’encart blanc, vue en ultraviolet des deux signes, invisibles en lumière naturelle, placés immédiatement à droite du masque piqueté de droite et en symétrie de l’autre couple de mêmes signes, rectangle et croix, placés à gauche.
Crédits © Photographie A. et D. Vialou.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/5371/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Vialou et Águeda Vilhena-Vialou, « La Cidade de Pedra (Brésil) »Les nouvelles de l'archéologie, 154 | 2018, 57-62.

Référence électronique

Denis Vialou et Águeda Vilhena-Vialou, « La Cidade de Pedra (Brésil) »Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 154 | 2018, mis en ligne le 30 juin 2019, consulté le 27 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/nda/5371 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nda.5371

Haut de page

Auteurs

Denis Vialou

Professeur émérite au Muséum national d’histoire naturelle, département « Hommes & Environnement – Préhistoire » – Cnrs/Mnhn/université de Perpignan Via Domitia, Umr 7194 « Histoire naturelle de l’homme préhistorique » – Institut de paléontologie humaine, 1, rue René-Panhard, 75013 Paris. Coordinateur du programme franco-brésilien (MNHN-université de São  Paulo) « Les peuplements de l’Amérique » : codirection des fouilles et des travaux de relevés rupestres (140 sites) au Mato Grosso.

Articles du même auteur

Águeda Vilhena-Vialou

Docteur en archéologie préhistorique de l’université de São Paulo et attachée honoraire du Mnhn, Águeda Vilhena-Vialou dirige le programme franco-brésilien (MNHN-université de São  Paulo) « Les peuplements de l’Amérique » : codirection des fouilles et des travaux de relevés rupestres (140 sites) au Mato Grosso.

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search