Navigation – Plan du site

La transparence et l’obstacle

Manipulations dans les grottes ornées
Romain Pigeaud
p. 75-81

Résumés

Comment construire un discours scientifique moderne au sujet des grottes ornées ? La révolution numérique et les progrès dans l’analyse physico-chimique rendent les recherches plus efficaces. L’exhaustivité et l’objectivité sont désormais mieux et plus vite atteintes, dans le respect de la conservation des sites. Pour autant, il reste encore aux pariétalistes à s’entendre sur un vocabulaire et élaborer une méthodologie commune. Sans perdre de vue que la base de tout reste le relevé et le travail sur le terrain, même si celui-ci est de plus en plus réduit, pour conserver intact la qualité de l’environnement souterrain.
Travaillant dans des grottes « sales », ayant subi de nombreuses altérations, nous avons mis au point des protocoles et une méthodologie particulière dont nous donnons ici quelques exemples. Identifier les tracés paléolithiques et traduire la réalité de la paroi (son volume, son relief, sa taphonomie), tels sont les objectifs que nous nous sommes fixés. Avec une condition majeure : poursuivre le relevé, à la base même de notre travail.

Haut de page

Texte intégral

Je remercie Florian Berrouet pour avoir accepté de traduire mon résumé ainsi que mes mots-clés. Un gain de temps appréciable !

Introduction

  • 1 Ce néologisme a été forgé par Norbert Aujoulat pour désigner les spécialistes de l’art pariétal pa (...)

1Le regretté Jean Starobinski (1920-2019), dans un célèbre essai, a disséqué les pensées profondes de Jean-Jacques Rousseau (Starobinski 1971). Le philosophe avait du mal, selon lui, à concilier son exigence de vérité avec la nécessité qu’il éprouvait de se protéger des autres et de lui-même. Pénétrer dans une grotte ornée, n’est-ce pas finalement comme se promener dans la tête de Rousseau ? Le préhistorien emboîte le pas des Paléolithiques plusieurs milliers d’années après qu’eux-mêmes en ont foulé le sol. Il y croise des images, parfois si belles. Tout semble limpide, évident pour l’ignorant qui se rêve poète (Rouaud 2018). Mais l’archéologue a appris à chercher patiemment les indices de tout ce qu’il s’est passé dans la cavité. Devant la pierre, d’abord il se tait. Il sait que celle-ci a été touchée, transformée. Il aimerait, lui aussi, toucher et manipuler. Mais il n’en a pas le droit. Le miroir que nous tend Cro-Magnon est fragile et doit être conservé pour les générations futures. Nous, pariétalistes1, avons pour mission d’informer puis de transmettre, de retrouver le « mode d’utilisation » de la grotte ornée (Lorblanchet 1994). Pour cela, nous bénéficions heureusement des acquis de la révolution numérique et des progrès dans l’analyse physico-chimique. Si bien que nous pouvons, à la fois, nous servir de reproductions virtuelles et plonger au plus profond de la matière, transpercer l’obstacle physique et chronologique pour y retrouver des éléments du passé.

Problématique

  • 2 Dans un livre récent et plein d’humour sur les idées reçues en préhistoire, Antoine Balzeau, perpl (...)

2Nous assistons depuis plusieurs années au retour de la grotte. Les analyses structuralistes et statistiques ont, certes, profondément renouvelé notre vision de l’art préhistorique, mais elles ont souvent eu l’inconvénient de transformer la grotte en identité abstraite, proie facile pour une flopée de théories globalisantes (Stépanoff 2018). La découverte de grottes au sol inviolé, comme Chauvet (Ardèche) ou Cussac (Dordogne), a fort opportunément rappelé aux pariétalistes qu’ils ne sont pas des historiens de l’art mais des archéologues. Sans tomber dans un relativisme déprimant (« chaque grotte est différente, à quoi bon ? »), nous avons tous emboîté le pas à Michel Lorblanchet qui, en solitaire, avait depuis plusieurs années entamé l’étude des moindres traces laissées sur le sol et les parois des grottes du Quercy, afin d’essayer d’en tirer des généralités (Lorblanchet 2018). Le caractère si particulier de notre objet d’étude nous dessert. Comme on dit qu’il y a 66 millions d’entraîneurs de l’équipe de France de football qui se sentent obligés de commenter le travail du sélectionneur officiel, ainsi le pariétaliste a-t-il l’impression d’avoir sans cesse devant lui autant de connaisseurs des grottes ornées que d’interlocuteurs. Tout le monde a un avis, mais le sien compte le moins ! L’étude de l’art pariétal paléolithique est-elle alors une science ? Nous avons parfois bien du mal à en convaincre nos collègues préhistoriens2. La principale accusation à laquelle nous devons répondre est celle de la subjectivité de notre regard. Il est difficile, en effet, de distinguer la simple description de l’interprétation. Bien souvent, nous glissons de l’une à l’autre sans nous en apercevoir. Comment alors créer un vocabulaire commun, des chartes graphiques parlantes, et rendre pleinement compte de l’organisation souterraine en fonction des reliefs et du cheminement ? L’autre exigence est celle de l’exhaustivité. Nous ne pouvons plus sélectionner les informations qui nous arrangent sur les parois (Pigeaud 2007). Il faut tout relever, dans l’état où est le support. Avec une contrainte conservatoire forte, l’objectif avoué étant de passer dans la grotte le minimum de temps possible, afin de ne pas altérer son environnement, mais tout en engrangeant un maximum d’information.

Identifier

3Les processus taphonomiques à l’œuvre sur les parois et le sol des grottes ornées altèrent notre vision (Bruxelles et al. 2016 ; Paillet & Man-Estier 2014). Il devient difficile de différencier ce qui est géologique de ce qui est d’origine animale, ce qui est anthropique, ce qui est paléolithique ou moderne. Avec nos équipes, nous travaillons depuis 2002 sur des grottes « sales », c’est-à-dire qui ont subi de fortes dégradations, qu’elles soient dues à l’histoire géologique de la grotte, son aménagement moderne ou son occupation ancienne. Nous avons donc établi une série de protocoles d’analyse, par exemple sur les pigments de la grotte Margot, en Mayenne (Pigeaud et al. 2014).

Analyses physico-chimiques

  • 3 Ces travaux, présentés dans les rapports d’opération à diffusion restreinte, seront reproduits dan (...)

4Avec Michel Bouchard du Caraa (Centre d’analyses et de recherche en art et archéologie) et Éric Laval du C2rmf (Centre de recherche et de restauration des musées de France), nous avons prélevé et analysé plusieurs échantillons. En 2016, Michel Bouchard a ainsi pu examiner les compositions de la matrice de prélèvements et observer la morphologie des pigments à base de carbone lorsque cela s’avérait possible, en couplant des analyses en spectroscopie de fluorescence X (SfX) et microscopie Raman, avec des observations en microscopie électronique à balayage sonde électronique. Lorsqu’il s’avérait que ces pigments n’étaient qu’à base de manganèse, nous les avons retirés de notre inventaire. En effet, les parois de la cavité ont subi différents écoulements de cette matière, provenant de fissures et d’interstices ; il est quasiment impossible d’identifier tout processus d’origine anthropique les concernant (fig. 1). Pour le carbone, nous avons tenté de séparer ce qui pouvait être d’origine industrielle (et donc du crayon moderne) de ce qui avait été appliqué directement sur la roche, et donc possiblement paléolithique3.

Fig. 1. Grotte Margot. Secteur VI (Salle d’Hiver). Paroi droite. Unité graphique n° 118. Forme noirâtre.

Fig. 1. Grotte Margot. Secteur VI (Salle d’Hiver). Paroi droite. Unité graphique n° 118. Forme noirâtre.

a. Position du prélèvement R6 et relevé. b. Image par Meb-Sei et morphologies de la matrice du prélèvement noir, échelle à 100 mag. c. Cartographie Eds de la distribution des éléments Ca, Si, Fe et C. Aucun microcristal ou structure fibreuse de carbone n’a été détecté lors de l’exploration de cet échantillon, formé essentiellement de manganèse.

Photographies Romain Pigeaud et © Caraa. Relevé Marie Balon. Dao Romain Pigeaud.

Transformation de l’image

5Avec Hervé Paitier (Inrap Grand Ouest – Creaah), nous avons pu constater que, dans la grotte Margot, les pigments noirs et rouges réagissaient différemment sur les photographies au traitement informatique par D-Stretch®. Cela nous a permis par exemple, pour l’unité graphique n° 69e, de séparer tracé moderne et tracé d’époque plus ancienne (paléolithique ?) sur un ensemble qui, à l’œil nu, se distinguait difficilement (fig. 2). L’histoire de la cavité ne nous a pas permis de conclure à l’attribution paléolithique certaine du tracé ancien (la grotte a toujours été ouverte et elle est fréquentée au moins depuis l’époque médiévale, comme le confirment les textes ainsi qu’un tesson) mais nous avons pu étoffer notre inventaire.

Fig. 2. Grotte Margot. Secteur V (Tunnel). Paroi gauche.

Fig. 2. Grotte Margot. Secteur V (Tunnel). Paroi gauche.

Un tracé rouge (n° 69e) est constitué d’un mélange de pigment moderne et ancien (paléolithique ?). a. Un traitement en D-Stretch® permet de différencier les deux groupes, par un différentiel de couleur. b. Relevé synthétique. c. Tracé paléolithique supposé.

Photographie Hervé Paitier. Relevé Élisa Legrand. Dao Romain Pigeaud.

Observations rapprochées4

  • 4 Le texte de ce sous-chapitre est repris de celui de Gabrielle Cogné, à qui nous avions confié cett (...)

6Afin de compléter les analyses et lectures effectuées sur les gravures de la grotte Margot, ainsi que celles des plaquettes gravées de la grotte de Rochefort, nous avons employé une technologie de pointe : la microscopie numérique. En 2015, le laboratoire Pacea de l’université de Bordeaux, par l’intermédiaire de sa directrice adjointe, Catherine Ferrier, et de Francesco d’Errico, nous a gracieusement prêté le matériel : un microscope numérique de marque HIROX® et de type VCR 800, accompagné d’un trépied. Nous les en remercions vivement. Habituellement utilisé dans l’industrie de fabrication, ce matériel peut se montrer très utile et performant dans l’étude de roches ou de parois en permettant de visualiser en fort grossissement les grains ou les gravures.

7Ce dispositif est transportable, ce qui nous a permis de le déplacer dans la grotte afin d’étudier directement les gravures. Il est constitué de deux lentilles offrant des grossissements différents (20-90 et 50-400). Reliées à un écran par fibre optique, elles permettent la visualisation simple d’éléments microscopiques grâce à un éclairage Led directionnel. Une télécommande adaptée rend possible un paramétrage aisé et avancé des lentilles (direction de la lumière, intensité, contraste, balance des blancs, etc.). C’est un microscope qui a la propriété de pouvoir capturer des images avec une très faible profondeur de champ. Il permet d’effectuer une lecture confocale du support, c’est-à-dire qu’il place le plan focal de l’objectif à différentes profondeurs de champ, réalisant ainsi une série d’images à partir desquelles on obtient une représentation de l’objet étudié. Contrairement à un microscope optique, nous ne regardons pas l’objet directement mais voyons sa recomposition par ordinateur. Les images produites sont de haute définition en deux dimensions.

8L’utilisation du microscope en grotte est contraignante. Les gravures sont placées la plupart du temps en hauteur sur la paroi, et le trépied ne permettait pas de monter le microscope suffisamment. De plus, certains couloirs étroits ne nous autorisaient pas à le déployer complètement. Nous devions alors placer le dispositif sur des supports tels que des caisses ou des tables, instables à cause du sol irrégulier. L’équilibre précaire de l’appareil n’empêchait cependant pas sa bonne utilisation. Une fois positionné perpendiculairement à moins de 3 cm de la paroi, il n’y avait plus qu’à paramétrer le microscope pour effectuer nos prises de vue. Il est rare que les parois soient parfaitement droites, et les gravures ne sont alors pas exécutées dans un plan unique. Lorsque nous analysions des figures dans leur intégralité, il fallait replacer l’appareil pour qu’il soit perpendiculaire au support et paramétrer de nouveau le microscope entre chaque prise de vue, parfois nombreuses, en fonction de la taille de la gravure. L’étude par microscope numérique permet par ailleurs de mettre en place des modélisations 3D. En combinant de multiples prises de vue d’une même figure, nous pouvons obtenir des reproductions numériques en trois dimensions des parois et des gravures. Ces modèles numériques versés dans les archives et bases iconographiques pourront servir à des analyses futures, notamment à distance, ainsi que comme modèles d’exposition et de médiation.

9L’application de cette méthode aux gravures fines de Margot a fourni des résultats inégaux (fig. 3), en raison du fort réfléchissement de la calcite. Des analyses complémentaires en microtopographie sont projetées avec Nicolas Mélard (C2rmf).

Fig. 3. Grotte Margot. Secteur IV (Salle des Troglodytes). Centre.

Fig. 3. Grotte Margot. Secteur IV (Salle des Troglodytes). Centre.

Observations en microscopie optique. Ornithomorphe n° 144. Corvidé et cygne nos 33 et 34.

Relevés Marie Balon et Florian Berrouet. Photographies Gabrielle Cogné. Dao Romain Pigeaud.

Modélisation5

  • 5 Nous reprenons ici le texte d’Hervé Paitier et de Romain Lahaye, tiré du rapport d’opération.

10Avec Hervé Paitier et Romain Lahaye, doctorant à l’université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, nous avons entrepris la modélisation 3D de certaines gravures. Les objectifs et les avantages de ces reconstitutions sont multiples et vont bien au-delà des aspects de conservation et de restitution mis en évidence depuis le début des applications photogrammétriques à l’étude de l’art pariétal. Il s’agit bien évidemment de l’archivage des gravures (dans le cas de la grotte Margot) et du relief environnant, à un instant t, quelles que soient les évolutions ultérieures (concrétionnement, abrasion, dégradations dues aux visites, etc.). En palliant les obstacles qui se posent lors des relevés manuels, la photogrammétrie permet une appréhension des tracés par le biais d’un autre degré de précision et peut-être également d’une façon plus objective. La modélisation numérique des gravures permet également de visionner ces dernières en dehors de la grotte, c’est-à-dire de revenir sur des aspects choisis des tracés, sans avoir à regagner effectivement le milieu souterrain. Le logiciel Agisoft Photoscan® peut également changer la couleur de la matière (et notamment supprimer la couleur du support), tout comme le logiciel MeshLab®, qui peut également orienter un éclairage virtuel à 360°. Il est donc possible de voir de nouveaux éléments, imperceptibles ou difficilement visibles à l’œil nu, avant de retourner sur le terrain pour vérification. La photogrammétrie facilite ainsi l’étude des gravures en complétant les informations fournies par les relevés manuels (profondeur et superpositions des tracés, restitution des volumes, etc.). Des relevés numériques peuvent également être effectués sur écran : il suffit d’exporter une image sur Photoshop® pour relever la gravure. L’image peut être transférée sur un logiciel de Sig tel QGIS®, de manière à créer une microtopographie. Nous avons ainsi pu analyser la structure des gravures nos 33 et 34 (fig. 4).

Fig. 4. Détail de la modélisation du corvidé n° 33 (aile) et du cygne n° 34 (cou) en photogrammétrie.

Fig. 4. Détail de la modélisation du corvidé n° 33 (aile) et du cygne n° 34 (cou) en photogrammétrie.

Photographie Hervé Paitier.

Traduire

11Afin de construire un discours scientifique cohérent, il faut produire des documents avec des informations aisément vérifiables et contrôlables, pour traduire une réalité visuelle que peu auront l’occasion de contempler par eux-mêmes. Le relevé est pluriel (Lorblanchet 1984) : photo, dessin au trait, modélisation 3D… Il s’agit d’explorer toutes les possibilités offertes aujourd’hui par les nouvelles technologies. Pour autant, les lecteurs non familiers de la grotte doivent pouvoir comprendre les codes graphiques utilisés par le préhistorien. C’est là où pèchent beaucoup de publications, qui produisent des relevés magnifiques, de véritables œuvres d’art parfois, mais inutilisables en pratique, car les chartes graphiques ne sont pas fournies, soit parce qu’elles sont considérées comme évidentes, soit que l’auteur les réserve pour une publication monographique.

12Dans la grotte du Sorcier (Dordogne), nous avons pris le parti, avec Estelle Bougard (Umr 7194 « Histoire naturelle de l’Homme préhistorique (Hnhp) » du Cnrs, Muséum national d’Histoire naturelle), Florian Berrouet et Didier Cailhol (Inrap et Umr 5204 « Environnements, dynamiques et territoires de la montagne (Edytem) » du Cnrs), de travailler à une charte graphique très détaillée (fig. 5). En effet, l’état dégradé de la paroi rend difficile la lecture immédiate des gravures et nous devions reproduire cet effet, pour bien indiquer quelles altérations celles-ci avaient subi. Il est possible ensuite de sélectionner des calques (fig. 6) pour reproduire les superpositions de tracés, ou bien de fournir un relevé synthétique permettant d’analyser les regroupements de figures.

Fig. 5. Charte graphique utilisée pour les relevés de la grotte du Sorcier.

Fig. 5. Charte graphique utilisée pour les relevés de la grotte du Sorcier.

1. Calcaire. 2. Deuxième couche de calcaire. 3. Arrachements superficiels. 4. Mondmilch. 5. Gypse ancien. 6. Gypse récent. 7. Argile de remplissage. 8. Traces du moulage des années 1950. 9. Tracés paléolithiques. 10. Tracés modernes.

Conception Romain Pigeaud, Florian Berrouet, Estelle Bougard et Didier Cailhol. Dao Romain Pigeaud.

Fig. 6. Grotte du Sorcier (Dordogne). Trois versions du relevé général de la voûte.

Fig. 6. Grotte du Sorcier (Dordogne). Trois versions du relevé général de la voûte.

a. Avec les éléments de taphonomie. b. Avec les superpositions de traits. c. Relevé synthétique. Grotte du Sorcier (Dordogne).

Relevé Romain Pigeaud, Florian Berrouet, Estelle Bougard, Tiphaine Guigon, avec la collaboration de Jean-Baptiste Adet. DAO Romain Pigeaud et Florian Berrouet.

  • 6 Nous travaillons actuellement, sous la direction de Serge David (Umr 6249 « Chrono-environnement » (...)

13Pour autant, il nous a fallu faire un choix. En effet, nous avons pris le parti de ne pas distinguer arêtes rocheuses, fissures et écailles de paroi, mais seulement les convexités les plus importantes et notables, c’est-à-dire qui ont pu être perçues par les Paléolithiques et utilisées pour positionner leurs gravures. Nous avons estimé que rentrer dans ce niveau de détail risquait de rendre notre relevé illisible. Ce parti pris méthodologique n’est pas sans contrainte ; nous travaillons à perfectionner cette approche6.

14Nous formons le vœu qu’un jour, un colloque réunissant tous les spécialistes de l’art pariétal paléolithique se réunisse, afin de produire une charte graphique commune comme il en existe dans d’autres disciplines scientifiques.

Re-lever

15Nous, pariétalistes, avons la chance, contrairement aux autres archéologues, de ne pas détruire le niveau archéologique par la fouille. En principe, d’une campagne à l’autre, la paroi reste intacte. Pourquoi ne pas en profiter ?

  • 7 En janvier 2017, après une semaine de forte pluie, notre équipe a visité la grotte de Font-de-Gaum (...)

16Aussi avons-nous fait le choix de relever deux, voire trois fois les mêmes unités graphiques. Cela peut surprendre au premier abord. C’est pourtant lié à un phénomène qui est connu depuis longtemps, depuis au moins la magistrale étude par Michel Lorblanchet des dessins noirs du Pech-Merle (Lorblanchet 1981) : la grotte est un « être vivant » ! Dans la salle I de Mayenne-Sciences (Mayenne) par exemple, en hiver, il pleut littéralement dans la cavité ! Une sorte de brouillard altère la visibilité et empêche de bien lire la paroi. Suivant la saison, la paroi change d’aspect : les zones de ruissellement se déplacent, les zones de condensation, lors de fortes chaleurs, peuvent aussi disparaître. Tous ceux qui travaillent dans les grottes ornées savent que lors d’un épisode climatique humide, d’une durée suffisamment longue pour que l’humidité s’installe dans l’espace souterrain, les peintures, au contraire des gravures dont les traits sont atténués, apparaissent de manière plus éclatante. Certains traits, invisibles autrement, se voient soudain comme par magie7. Dans la grotte Margot, nous avons pu ainsi profiter de deux épisodes secs, en août 2005 et août 2015, pour accéder à des parois qui d’habitude sont recouvertes d’une pellicule humide rendant impossible toute prise de vue ou observation visuelle directe, et ainsi relever plusieurs gravures inédites. C’est pourquoi nous affirmons qu’un bon relevé doit être réalisé en un minimum de deux campagnes, dans deux conditions climatiques différentes.

  • 8 Nous remercions le professeur Gerhard Bosinski, qui a adopté cette méthodologie pour les relevés d (...)
  • 9 Merci à Jean-Baptiste Adet, Florian Berrouet, Jean-Pierre Betton, Pascal Bonic, Romain Lahaye, Lor (...)

17Nous avons aussi assumé un autre pari méthodologique : faire réaliser le même relevé par plusieurs personnes différentes. Outre le cas particulier du chantier école que nous avions monté dans la grotte Margot, c’est également pour nous un gage de fiabilité scientifique8. En physique ou en chimie, une expérience n’est-elle pas considérée comme viable lorsqu’elle est reproductible ? Faire observer une même gravure par deux regards différents est, à notre sens, un bon indicateur de la réalité d’un tracé. Lorsqu’il y avait désaccord, nous l’avons signalé, soit par deux versions proposées l’une à côté de l’autre, soit par un code graphique particulier. Bien entendu, nous avons pris en compte l’expérience de l’auteur du relevé et sa maîtrise de la lecture des parois. Nous avons eu le bonheur d’avoir des étudiants qui sont revenus plusieurs années de suite, qui se sont perfectionnés et sont devenus autonomes, habiles dans la lecture et le rendu graphique de gravures extrêmement compliquées9.

Conclusion

18L’étude de l’art pariétal paléolithique est à un tournant de son histoire. La révolution numérique et les progrès dans l’analyse physico-chimique permettent au spécialiste de construire un discours scientifique plus efficace. L’exhaustivité et l’objectivité, horizons lointains, ont été mieux appréhendées, dans le respect de la conservation des grottes ornées. Pour autant, il reste encore aux pariétalistes à élaborer un vocabulaire et une méthodologie communs, qui devront être le fruit d’un dialogue et d’une collaboration qui intègrent au mieux la multiplicité des contextes locaux.

19Le relevé, si décrié par ceux qui sont éblouis par les possibilités du numérique, qui voudraient que plus personne ne rentre sous terre et que nous ne travaillions plus que sur des modélisations 3D, est irremplaçable. La machine voit mais ne regarde pas.

Haut de page

Bibliographie

Balzeau A. 2018. 33 idées reçues sur la préhistoire. Paris, Belin (coll. « Science à plumes »).

Bruxelles L., Jarry M., Bigot J.-Y., Bon F., Cailhol D., Dandurand G. & Pallier C. 2016. « La biocorrosion, un nouveau paramètre à prendre en compte pour interpréter la répartition des œuvres pariétales : l’exemple de la grotte du Mas d’Azil en Ariège », Karstologia, 68 : 21-30.

Lorblanchet M. 1981. « Les dessins noirs du Pech-Merle ». In : La Préhistoire du Quercy dans le contexte de Midi-Pyrénées, Congrès préhistorique de France, compte rendu de la XXIe session, Montauban-Cahors, septembre 1979, vol. 1. Société préhistorique française : 178-207.

Lorblanchet M. 1984. « Les relevés d’art préhistorique ». In : Collectif, L’Art des cavernes. Atlas des grottes ornées paléolithiques françaises. Paris, ministère de la Culture ; Imprimerie nationale (coll. « Atlas archéologique de la France », 1) : 41-51.

Lorblanchet M. 1994. « Le mode d’utilisation des sanctuaires Paléolithiques ». In : J. A. Lasheras, Homenaje al Dr. Joaquín González Echegaray. Santillana del Mar,

Museo nacional y Centro de Investigación de Altamira (coll. « Monografías », 17) : 235-251.

Lorblanchet M. 2018 [2010]. Art pariétal. Grottes ornées du Quercy. Arles, Éditions du Rouergue.

Paillet P. & Man-Estier E. 2014. « Taphonomie des parois des grottes ornées : les processus d’altération et leurs implications sur l’interprétation et la conservation de l’art pariétal ». In : C. Denys & M. Patou-Mathis (dir.), Manuel de taphonomie. Arles, Errance (coll. « Archéologiques ») : 271-284.

Pigeaud R. 2007. « L’art paléolithique est-il un art pompier ? Ou comment l’abbé Breuil fit accepter l’art paléolithique ». In : J. Evin & E. Thauvin-Boulestin (dir.), Un siècle de construction du discours scientifique en préhistoire, actes du 26e congrès préhistorique de France, Centenaire de la SPF, Avignon, 21 au 25 septembre 2004, vol 1. Paris, Société préhistorique française : 167-184.

Pigeaud R., Hinguant S., Bouchard M., Laval E. & Paitier H. 2014. « Les pigments des grottes de la vallée de l’Erve (Mayenne, France) : étude préliminaire », Paleo, hors-série, Les arts de la Préhistoire : micro-analyses, mises en contextes et conservation (P. Paillet [dir.]), actes du colloque de clôture de projet « Micro-analyses et datations de l’art Préhistorique dans son contexte archéologique », 16, 17, 18 novembre 2011, Muséum national d’Histoire naturelle, auditorium de la Grande Galerie de l’Évolution, Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France, Paris, France : 245-258.

Pigeaud R., Paitier H., Bouchard M. & Guigon T. 2015. « Grotte Margot (Thorigné-en-Charnie, Mayenne) : bilan des campagnes 2013 et 2014 ». In : Journée du CReAAH, Archéologie, archéosciences, histoire, Rennes, 21 mars 2015 : 10-13. http://www.creaah.univ-rennes1.fr/IMG/pdf/journee_umr_mars_2015.pdf

Rouaud J. 2018. La splendeur escamotée de frère Cheval ou Le secret des grottes ornées. Paris, Grasset.

Starobinski J. 1971. Jean-Jacques Rousseau, la transparence et l’obstacle. Paris, Gallimard (coll. « Bibliothèque des idées »).

Stépanoff C. 2018. « Les hommes préhistoriques n’ont jamais été modernes », L’Homme, 227-228, « Actes et artefacts graphiques. Les sens de la préhistoire » : 123-152.

Haut de page

Notes

1 Ce néologisme a été forgé par Norbert Aujoulat pour désigner les spécialistes de l’art pariétal paléolithique. Comme d’autres collègues, nous l’acceptons, même s’il est forcément réducteur. Il ne recouvre certes pas la totalité de notre domaine d’expertise, qui s’étend à la parure et à l’art mobilier, mais il est commode dans certains cas précis pour bien spécifier que nous ne parlons ici que d’un aspect particulier des comportements symboliques des hommes préhistoriques du Paléolithique supérieur.

2 Dans un livre récent et plein d’humour sur les idées reçues en préhistoire, Antoine Balzeau, perplexe devant toutes les interprétations de l’art préhistorique, nous met gentiment en boîte : « Alors plutôt que de chercher à comprendre, si nous nous contentions d’admirer ? » (Balzeau 2018 : 182).

3 Ces travaux, présentés dans les rapports d’opération à diffusion restreinte, seront reproduits dans la publication monographique en cours. Pour quelques éléments, voir déjà Pigeaud et al. 2015.

4 Le texte de ce sous-chapitre est repris de celui de Gabrielle Cogné, à qui nous avions confié cette étude, et qui figure dans le rapport d’opération.

5 Nous reprenons ici le texte d’Hervé Paitier et de Romain Lahaye, tiré du rapport d’opération.

6 Nous travaillons actuellement, sous la direction de Serge David (Umr 6249 « Chrono-environnement » du Cnrs, université de Franche-Comté, Besançon) et avec la collaboration de Catherine Ferrier ainsi que d’Éric Robert et de Stéphane Petrognani (Umr 7194 Hnhp du Cnrs-Mnhn), à l’élaboration d’une charte graphique détaillée pour la grotte des Gorges (Amange, Jura), qui prenne en compte toutes les microstructures de la paroi ainsi que les états de surface.

7 En janvier 2017, après une semaine de forte pluie, notre équipe a visité la grotte de Font-de-Gaume. J’ai alors eu la surprise de voir pour la première fois (après vingt-cinq années d’observations occasionnelles dans cette galerie) les tracés du fameux « loup » peint en noir. Jusqu’à présent, comme la majorité de mes collègues, je pensais que le relevé d’Henri Breuil était grandement imaginé et qu’il s’agissait d’un cervidé (les tracés de la joue et de l’oreille de l’animal vues par Breuil sont généralement lus comme une ramure). Cette fois-ci, je dus me rendre à l’évidence : cette tête de canidé existait bien ! Malheureusement, en visite purement touristique, je n’ai rien pu faire pour « immortaliser » ce moment. La semaine d’après, lorsque je suis revenu, les parois avaient séché : le dessin avait de nouveau disparu…

8 Nous remercions le professeur Gerhard Bosinski, qui a adopté cette méthodologie pour les relevés de plaquettes gravées de Gönnersdorf et d’Andernach (Allemagne), de nous avoir incité à la perfectionner pour l’étude des unités graphiques de la grotte Margot.

9 Merci à Jean-Baptiste Adet, Florian Berrouet, Jean-Pierre Betton, Pascal Bonic, Romain Lahaye, Loriane Lozac’h, Claire Gallou, Tiphaine Guigon, Alice Redou et Benjamin Zerroug pour leur aide précieuse.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Grotte Margot. Secteur VI (Salle d’Hiver). Paroi droite. Unité graphique n° 118. Forme noirâtre.
Légende a. Position du prélèvement R6 et relevé. b. Image par Meb-Sei et morphologies de la matrice du prélèvement noir, échelle à 100 mag. c. Cartographie Eds de la distribution des éléments Ca, Si, Fe et C. Aucun microcristal ou structure fibreuse de carbone n’a été détecté lors de l’exploration de cet échantillon, formé essentiellement de manganèse.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/5461/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M
Titre Fig. 2. Grotte Margot. Secteur V (Tunnel). Paroi gauche.
Légende Un tracé rouge (n° 69e) est constitué d’un mélange de pigment moderne et ancien (paléolithique ?). a. Un traitement en D-Stretch® permet de différencier les deux groupes, par un différentiel de couleur. b. Relevé synthétique. c. Tracé paléolithique supposé.
Crédits Photographie Hervé Paitier. Relevé Élisa Legrand. Dao Romain Pigeaud.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/5461/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0M
Titre Fig. 3. Grotte Margot. Secteur IV (Salle des Troglodytes). Centre.
Légende Observations en microscopie optique. Ornithomorphe n° 144. Corvidé et cygne nos 33 et 34.
Crédits Relevés Marie Balon et Florian Berrouet. Photographies Gabrielle Cogné. Dao Romain Pigeaud.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/5461/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 4,3M
Titre Fig. 4. Détail de la modélisation du corvidé n° 33 (aile) et du cygne n° 34 (cou) en photogrammétrie.
Crédits Photographie Hervé Paitier.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/5461/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 767k
Titre Fig. 5. Charte graphique utilisée pour les relevés de la grotte du Sorcier.
Légende 1. Calcaire. 2. Deuxième couche de calcaire. 3. Arrachements superficiels. 4. Mondmilch. 5. Gypse ancien. 6. Gypse récent. 7. Argile de remplissage. 8. Traces du moulage des années 1950. 9. Tracés paléolithiques. 10. Tracés modernes.
Crédits Conception Romain Pigeaud, Florian Berrouet, Estelle Bougard et Didier Cailhol. Dao Romain Pigeaud.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/5461/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Fig. 6. Grotte du Sorcier (Dordogne). Trois versions du relevé général de la voûte.
Légende a. Avec les éléments de taphonomie. b. Avec les superpositions de traits. c. Relevé synthétique. Grotte du Sorcier (Dordogne).
Crédits Relevé Romain Pigeaud, Florian Berrouet, Estelle Bougard, Tiphaine Guigon, avec la collaboration de Jean-Baptiste Adet. DAO Romain Pigeaud et Florian Berrouet.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/5461/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 10M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Romain Pigeaud, « La transparence et l’obstacle »Les nouvelles de l'archéologie, 154 | 2018, 75-81.

Référence électronique

Romain Pigeaud, « La transparence et l’obstacle »Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 154 | 2018, mis en ligne le 17 juin 2019, consulté le 12 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/nda/5461 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nda.5461

Haut de page

Auteur

Romain Pigeaud

Chercheur associé à l’Umr 6566 Creaah-Archéosciences « Centre de recherche en archéologie, archéosciences, histoire », université de Rennes 1, et à l’Umr 8566 Cral « Centre de recherches sur les arts et le langage », Cnrs/Ehess (École des hautes études en sciences sociales).

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals